Le Booster Gang Club [Kerbal Space Program]

Jeux de carte, de plateau, de société, jeux-vidéo, mmo ...
Ravortel
Messie
Messages : 1191
Inscription : lun. juin 02, 2014 5:52 pm
Localisation : Pas là.

Re: Le Booster Gang Club [Kerbal Space Program]

Message par Ravortel » ven. sept. 08, 2017 1:36 pm

Bon, j'ai essayé de pousser, je n'ai réussi qu'à me perdre dans le vide. En plus ma périgée est à 85km (et l'apogée à plus de 200km, je crois), bref, pas viable pour moi.

Côté Aéroplane (VII), vitesse de croisière à plat à 420m/s, plafond 13,000m. Pourquoi ne parviens-je pas à monter plus haut ? J'ai supposé que c'était la raréfaction de l'atmosphère qui diminuait le rendement des réacteurs, mais même en multipliant les entrées d'air ça ne suffit pas.

Côté SSTO (VI je crois), dérivés des Aéroplanes mais avec moteur fusée + boosters pour monter en orbite, c'est difficile ! Trop de masse, trains de roulements en limite de rupture, structure volante aussi (si je tire trop fort sur le manche, les ailes font bravo dans le dos de l'appareil. J'ai dû monter des câbles de maintien). Je ne monte pas assez haut avec les réacteurs, donc les fusées ne me permettent pas d'arriver en orbite. Et je suis déjà dans les 60t.

Côté Ekaterina II (fusée), je m'inspire des deux précédents pour un décollage sur boosters (pas de problème de train de roulement), puis ensuite moteur fusée + ailes (montée oblique), j'arrive en orbite basse mais je suis encore trop juste en autonomie. Et surtout je ne veux pas risquer de rester bloqué en orbite !

Avatar de l’utilisateur
Tabulazero II
Banni
Messages : 1230
Inscription : mer. oct. 19, 2016 9:05 am

Re: Le Booster Gang Club [Kerbal Space Program]

Message par Tabulazero II » ven. sept. 08, 2017 2:59 pm

Le SSTO c'est dur. Tu acceleres bien a l'horizontale a haute altitude pour obtenir le maximum de vitesse avant de cabrer pour te mettre en orbite ?
Le dromadaire ne fait que passer....

Ravortel
Messie
Messages : 1191
Inscription : lun. juin 02, 2014 5:52 pm
Localisation : Pas là.

Re: Le Booster Gang Club [Kerbal Space Program]

Message par Ravortel » ven. sept. 08, 2017 4:37 pm

Oui, mais je pars de trop bas, je devrais être à 20,000+ et je dois commencer par gagner ce qui me manque d'altitude avant de foncer à plat (plus de 1000m/s, impossible en BA). Ca marche, mais me bouffe trop d'autonomie. D'où mon problème de plafond.

Avatar de l’utilisateur
Tabulazero II
Banni
Messages : 1230
Inscription : mer. oct. 19, 2016 9:05 am

Re: Le Booster Gang Club [Kerbal Space Program]

Message par Tabulazero II » ven. sept. 08, 2017 4:50 pm

Ravortel a écrit :
ven. sept. 08, 2017 4:37 pm
Oui, mais je pars de trop bas, je devrais être à 20,000+ et je dois commencer par gagner ce qui me manque d'altitude avant de foncer à plat (plus de 1000m/s, impossible en BA). Ca marche, mais me bouffe trop d'autonomie. D'où mon problème de plafond.

Generalement les moteurs a reactions on une efficiency de folie. Tu utilises quoi ?

Drop tank ou alors carement monter le machin sur un 1er etage recuperable. Entre les deux je conseilles le deuxième parce que c'est plus complex donc cela a de bonnes chances de foirer et donc c'est plus KSP.
Le dromadaire ne fait que passer....

Ravortel
Messie
Messages : 1191
Inscription : lun. juin 02, 2014 5:52 pm
Localisation : Pas là.

Re: Le Booster Gang Club [Kerbal Space Program]

Message par Ravortel » ven. sept. 08, 2017 4:58 pm

Je suis en mode science, j'ai débloqué d'abord les petits réacteurs, puis maintenant les gros (me rappelle plus de leur nom), et il m'en faut 8 au moins pour traîner mon machin au plafond. Pas de réservoir autre que celui intégré au moteur (Gros réacteur+réservoir 400l +entrée d'air), ça me suffit largement. J'ai remarqué que le réservoir 400l était plus léger et aussi encombrant que la nacelle moteur qui ne contient que 150l...

Une fois à 12,000, j'enclenche 5 boosters (taille maxi que j'ai) qui me propulsent d'un coup à 22-24,000m et je continue à plat. Ensuite j'ai un petit réacteur fusée pour la fin, mais j'arrive à court avant l'orbitage.

Avatar de l’utilisateur
Deimoss
Dieu des spaces marines
Messages : 4399
Inscription : mar. sept. 18, 2007 9:27 am

Re: Le Booster Gang Club [Kerbal Space Program]

Message par Deimoss » ven. sept. 08, 2017 6:16 pm

Il faut que tu montes autour des 10/14km, là tu te mets presque à plat et tu accélères à fond en post-combustion de façon à monter à près de 1500m/s tu accélères encore en prenant de l'altitude, tes réacteurs vont claquer autour des 20km, tu passes sur propulseur pour finir ce qui te reste de vitesse à acquérir.
La mort, c'est quand t'as plus de pièces de rechange.

Ravortel
Messie
Messages : 1191
Inscription : lun. juin 02, 2014 5:52 pm
Localisation : Pas là.

Re: Le Booster Gang Club [Kerbal Space Program]

Message par Ravortel » ven. sept. 08, 2017 6:21 pm

Post-combustion ? encore inconnu.

Avatar de l’utilisateur
Deimoss
Dieu des spaces marines
Messages : 4399
Inscription : mar. sept. 18, 2007 9:27 am

Re: Le Booster Gang Club [Kerbal Space Program]

Message par Deimoss » ven. sept. 08, 2017 8:04 pm

Certains réacteurs ont un "wet mode" qui est la post combustion (afterburner) qui donne un sacré coup de boost au prix d'une consommation plus élevée.

Un conseil du wiki:
A normal ascent path for a turboramjet spaceplane ends up looking something like this: climb at a 30 degree angle at full throttle until 10,000 meters, then nose down to 20 degrees or even 10 degrees ascent. The best compromise between angle of attack, rate of climb, and drag is reached somewhere in this range. Keep this attitude constant, even nosing down a little bit more, until the turboramjet flares out at 26km. If it flares out at a lower altitude, then more intakes are required. However, unless one is extremely lucky or extremely thrusty, the apoapsis at this point will not be out of the atmosphere (this, along with the need to make a circularization burn at apoapsis in vacuum, is why a rocket is still required for a turboramjet spaceplane). Immediately pitch up (being careful to avoid creating huge drag from an extreme angle of attack) and light up the rocket(s).The exact altitude where you should drop the nose (trading the rate of ascent for acceleration) varies for each individual craft design, as does the optimal angle of attack in both the lower and upper phases of the ascent.  Some experimentation is normally required to find the optimal ascent profile for each individual design of spaceplane.
La mort, c'est quand t'as plus de pièces de rechange.

Ravortel
Messie
Messages : 1191
Inscription : lun. juin 02, 2014 5:52 pm
Localisation : Pas là.

Re: Le Booster Gang Club [Kerbal Space Program]

Message par Ravortel » lun. sept. 11, 2017 5:50 pm

Bon, toujours pas de post combustion, mais étonnement j'ai réussi à envoyer une sonde orbiter autour de Mun sans souci (pas de passager, donc pas de voyage retour) alors qu'envoyer un vaisseau à la rencontre de Valentina est toujours une bataille épique. Aupoint que mes fusées maintenant s'appellent "Save Valentina" (j'en suis à la version V, toujours sans succès, il y a maintenant un tas de satellites qui tournent autour de Kerbin ;))

Avatar de l’utilisateur
Deimoss
Dieu des spaces marines
Messages : 4399
Inscription : mar. sept. 18, 2007 9:27 am

Re: Le Booster Gang Club [Kerbal Space Program]

Message par Deimoss » lun. sept. 11, 2017 8:39 pm

L'apprentissage.
Faire une fusée équilibrée.
Faire une fusée avec la bonne endurance.
Vérifier ses séquences.
Optimiser ses trajectoires pour économiser du carburant.
Apprendre la magie des injections orbitales/fenêtres de transfert dans le système Kerbin.
Apprendre à faire des rendez vous spatiaux.
Apprendre à docker deux vaisseaux.
Apprendre la magie des transferts vers d'autres planètes.
Apprendre à connaître les autres planètes.
Faire des spaceplanes pour faire la même chose mais avec un truc plus compliqué à piloter et à gérer niveau cargo.

Globalement c'est dans ce sens que ça se passe.

ton souci avec tes missions de secours c'est quoi? Manque d'autonomie? Tu sèches au niveau de la gestion du rendez vous spatial?
La mort, c'est quand t'as plus de pièces de rechange.

Ravortel
Messie
Messages : 1191
Inscription : lun. juin 02, 2014 5:52 pm
Localisation : Pas là.

Re: Le Booster Gang Club [Kerbal Space Program]

Message par Ravortel » mar. sept. 12, 2017 11:49 am

Fusée équilibrée, OK.
Bonne endurance, à peu près OK (toujours peur de manquer).
Séquences OK.
Trajectoires, je connais et comprends le principe du virage gravitaire, mais préfère m'en passer parfois pour des problèmes de stabilité de fusée.

Magie des injections orbitales : LA EST LE CHANTIER. a force d'expérimentations je réussis à être presque co-orbital avec Valentina (on se croise à 600m et 7m/s), pratiquement coplanaires, mais je me rends compte que de micro-correction en micro-correction, mon monopropellant se vide avant le carburant principal ! Et pourtant j'avais 4 réservoirs supplémentaires. Bon, j'ai continué avec le SAS seul, mais dès que je tente de lancer Valentina en EVA, là ça tourne à la catastrophe. Et dire qu'on est à peine à 200km d'altitude...
J'ai réutilisé mon Probe Launcher qui avait envoyé sa sonde sur Mun pour en faire un Save Valentina VI (penser à mettre des parachutes, oublié à la première mise à feu, ça peut être utile au retour. ;) ).

Bref après des heures d'essais, Valentina et son vaisseau sont déphasés (le vaisseau de secours est devant, il tourne un poil plus vite : 7m/s) et je vais attendre longtemps qu'il rattrappe Valentina par l'arrière. Economisons le fuel.

Docker des vaisseaux : technologie encore inconnue. Et Ariane III, la capsule de Valentina, n'est pas équipée.

Spaceplanes : mon Space Glider VIII devrait bientôt être capable de tenter d'aller chercher Valentina aussi... Hier je l'ai amené à 180km de haut et 2500m/s, mais seule la cabine a survécu à la rentrée dans l'atmosphère. Je vais mettre des radiateurs à défaut de protection thermique.

Avatar de l’utilisateur
Kardwill
Dieu des strates galactiques
Messages : 4901
Inscription : mar. déc. 11, 2007 3:19 pm

Re: Le Booster Gang Club [Kerbal Space Program]

Message par Kardwill » mar. sept. 12, 2017 12:10 pm

Ravortel a écrit :
mar. sept. 12, 2017 11:49 am
Magie des injections orbitales : LA EST LE CHANTIER. a force d'expérimentations je réussis à être presque co-orbital avec Valentina (on se croise à 600m et 7m/s), pratiquement coplanaires, mais je me rends compte que de micro-correction en micro-correction, mon monopropellant se vide avant le carburant principal ! Et pourtant j'avais 4 réservoirs supplémentaires. Bon, j'ai continué avec le SAS seul, mais dès que je tente de lancer Valentina en EVA, là ça tourne à la catastrophe. Et dire qu'on est à peine à 200km d'altitude...
Marrant, en principe le plus dur est de rejoindre le module en détresse et tuer la vélocité, ce que tu sais déjà faire (quoique 7m/s, c'est beaucoup!). Je n'utilise jamais le monoprop pour les rendez-vous orbitaux et les approches finales (je ne l'utilise que pour les amarrages, et éventuellement pour repositionner un module lunaire ou sauver un atterrissages foireux), et je n'ai pas de souci à faire ça au SAS et au propulseur principal, tant que le vaisseau n'est pas trop gros (ce qui devrait être le cas quand tu es sur la phase "rejoindre Val et rentrer en atmosphère")
Tu utilises bien le compteur de vitesse par rapport à la cible, et pas la vitesse orbitale? Si c'est le cas, poussée rétrograde pour tuer la vélocité quand tu es au point le plus proche et que tu veux faire une correction de trajectoire, poussée prograde pour recommencer à approcher de Val, et je procède par à-coups jusqu'à ce que je sois à 100m et immobile vis à vis de la cible. C'est brouillon, mais assez simple.

Pour l'EVA, par contre, oui, ça demande du doigté. Mais c'est comme tout dans ce jeu, ça vient avec la pratique ^^.
Je te conseille de faire ça le plus près possible (genre moins de 200m), et avec une vitesse relative nulle ou presque. Et si possible en mettant la porte de ton module de secours face au vaisseau en detresse. Aller en ligne droite vers un sas que tu peux voir rendra le trajet beaucoup plus simple.
Et aussi : Ne va pas trop vite! Il est super facile d'avoir la main lourde sur la poussée parce qu'on est pressé, et plus tu vas vite, plus tu vas galérer pour corriger ta trajectoire et t'arrêter devant la porte.
 

Avatar de l’utilisateur
Tabulazero II
Banni
Messages : 1230
Inscription : mer. oct. 19, 2016 9:05 am

Re: Le Booster Gang Club [Kerbal Space Program]

Message par Tabulazero II » mar. sept. 12, 2017 12:15 pm

Ravortel a écrit :
mar. sept. 12, 2017 11:49 am
Spaceplanes : mon Space Glider VIII devrait bientôt être capable de tenter d'aller chercher Valentina aussi... Hier je l'ai amené à 180km de haut et 2500m/s, mais seule la cabine a survécu à la rentrée dans l'atmosphère. Je vais mettre des radiateurs à défaut de protection thermique.

Essaie de faire des Grand S avec ton Space Glider pour te ralentir un peu au lieu de t'enfoncer direct dans l'atmosphere.
Le dromadaire ne fait que passer....

Ravortel
Messie
Messages : 1191
Inscription : lun. juin 02, 2014 5:52 pm
Localisation : Pas là.

Re: Le Booster Gang Club [Kerbal Space Program]

Message par Ravortel » mar. sept. 12, 2017 12:45 pm

Bonne idée, merci. Sauf que mon SG VIII a la manoeuvrabilité d'un (très gros) fer à repasser en atmosphère : trois fuselages en Rotomax accouplés et de larges ailes delta. Sinon, je peux aussi casser ma vitesse avant de rentrer, car je suis très large en carburant pour le moment : retournement, gaz, et chute.

Ravortel
Messie
Messages : 1191
Inscription : lun. juin 02, 2014 5:52 pm
Localisation : Pas là.

Re: Le Booster Gang Club [Kerbal Space Program]

Message par Ravortel » mar. sept. 12, 2017 12:51 pm

Kardwill a écrit :
mar. sept. 12, 2017 12:10 pm
Marrant, en principe le plus dur est de rejoindre le module en détresse et tuer la vélocité, ce que tu sais déjà faire (quoique 7m/s, c'est beaucoup!). Je n'utilise jamais le monoprop pour les rendez-vous orbitaux et les approches finales (je ne l'utilise que pour les amarrages, et éventuellement pour repositionner un module lunaire ou sauver un atterrissages foireux), et je n'ai pas de souci à faire ça au SAS et au propulseur principal, tant que le vaisseau n'est pas trop gros (ce qui devrait être le cas quand tu es sur la phase "rejoindre Val et rentrer en atmosphère")
Tu utilises bien le compteur de vitesse par rapport à la cible, et pas la vitesse orbitale? Si c'est le cas, poussée rétrograde pour tuer la vélocité quand tu es au point le plus proche et que tu veux faire une correction de trajectoire, poussée prograde pour recommencer à approcher de Val, et je procède par à-coups jusqu'à ce que je sois à 100m et immobile vis à vis de la cible. C'est brouillon, mais assez simple.

Pour l'EVA, par contre, oui, ça demande du doigté. Mais c'est comme tout dans ce jeu, ça vient avec la pratique ^^.
Je te conseille de faire ça le plus près possible (genre moins de 200m), et avec une vitesse relative nulle ou presque. Et si possible en mettant la porte de ton module de secours face au vaisseau en detresse. Aller en ligne droite vers un sas que tu peux voir rendra le trajet beaucoup plus simple.
Et aussi : Ne va pas trop vite! Il est super facile d'avoir la main lourde sur la poussée parce qu'on est pressé, et plus tu vas vite, plus tu vas galérer pour corriger ta trajectoire et t'arrêter devant la porte.

Merci, ça c'est exactement ce que je cherche : des valeurs pour estimer si j'en fais trop ou pas.
Donc, je vise 100m et +/-0.4m/s, correct ? Autant dire que mes 600m et 7m/s sont laaaargement trop loin encore. Et pas la peine de galérer avec les points de nav quand on est tout proche, je jouerai donc uniquement avec la vitesse relative à la cible (oui, c'est bien celle là), et pro/rétrograde. J'aime déjà cette technique :)
Pour les corrections, je fais généralement un effleurement de la touche Shift suivi d'un X immédiat et on y va touuut doux.

Répondre