Inspi historique

Pour discuter et stocker les sources d'inspiration
anonyme
Dieu d'après le panthéon
Messages : 19373
Inscription : sam. juin 30, 2012 2:31 pm

Re: Inspi historique

Message par anonyme »

legnou a écrit :Oui mais les statistiques ne parlent pas pour le T-34 face au PzKpfw V Panther. En moyenne, les russes sacrifiaient 9 T-34 pour mettre un Panther à la casse.
En même temps, le Panther a été conçu pour répondre à la menace du T-34. Heureusement qu'il surpassait son rival soviétique, sinon il n'aurait eu que peu d'intérêt. ;)
Avatar de l’utilisateur
Elijah Shingern
Dieu de la poésie centriste
Messages : 3349
Inscription : jeu. juil. 08, 2004 10:55 am
Localisation : Paris

Re: Inspi historique

Message par Elijah Shingern »

Merlock a écrit :
Fabien_Lyraud a écrit :
Faut voir ce que l'on appelle " insuffisances "...
A propos d'insuffisances rappelons les chars italiens repoussés par l'infanterie grecque....
Allons! Allons!

Le char italien de 1940 est à la discussion technique ce que le point Godwin est à la discussion politique...
Vous parlez de ces tanks italiens qui se faisaient mettre en pièces à main nu par les (certes féroces) guerriers éthiopiens ? :mrgreen:
Vous nous voyez parmi les nations
Nous battrons-nous toujours pour la terre charnelle
Ne déposerons-nous sur la table éternelle
Que des cœurs pleins de guerre et de séditions
Avatar de l’utilisateur
legnou
Dieu des jeunes à casquette
Messages : 5478
Inscription : lun. févr. 02, 2004 1:05 pm
Localisation : Provisoirement sur Sol III

Re: Inspi historique

Message par legnou »

Non mais le char italien c'est une arme tactique : une marche avant et 4 marche arrière dont une bourrinant pepere ses petits 70 km/h.
C'est concept...
Quand on ne sait pas où l'on va, il faut y aller !!!
Et le plus vite possible !

VCAID6 need you !
Avatar de l’utilisateur
legnou
Dieu des jeunes à casquette
Messages : 5478
Inscription : lun. févr. 02, 2004 1:05 pm
Localisation : Provisoirement sur Sol III

Re: Inspi historique

Message par legnou »

Uphir a écrit :
legnou a écrit :Oui mais les statistiques ne parlent pas pour le T-34 face au PzKpfw V Panther. En moyenne, les russes sacrifiaient 9 T-34 pour mettre un Panther à la casse.
En même temps, le Panther a été conçu pour répondre à la menace du T-34. Heureusement qu'il surpassait son rival soviétique, sinon il n'aurait eu que peu d'intérêt. ;)
Certes.
Mais pour être le meilleur, il faut bien une adversité à la hauteur sinon c'est juste un tank quatari avec un suédois qui pilote..
Quand on ne sait pas où l'on va, il faut y aller !!!
Et le plus vite possible !

VCAID6 need you !
zit
Prêtre
Messages : 322
Inscription : dim. mai 31, 2015 1:05 pm

Re: Inspi historique

Message par zit »

On se croirait revenu aux premières années de Casus Belli :D
https://d100.fr, du d100 en VF (Openquest, Revolution D100, Mythras)
http://windonthesteppes.blogspot.com/ : blog JdR sur les Nomades des steppes et le jeu du même nom
La campagne dans les steppes (en Français) : http://rpol.net/game.cgi?gi=67716&date=1473941647
anonyme
Dieu d'après le panthéon
Messages : 19373
Inscription : sam. juin 30, 2012 2:31 pm

Re: Inspi historique

Message par anonyme »

legnou a écrit :Certes.
Mais pour être le meilleur, il faut bien une adversité à la hauteur sinon c'est juste un tank quatari avec un suédois qui pilote..
C'est pour ça que la guerre, c'est bien; ça stimule l'innovation ! Bon, c'est un brin couteux en vies humaines, mais on ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs ! :P
Avatar de l’utilisateur
Lord Foxhole
Pape
Messages : 688
Inscription : sam. janv. 31, 2015 11:57 pm
Localisation : Isandlwana

Re: Inspi historique

Message par Lord Foxhole »

Fabien_Lyraud a écrit :
Faut voir ce que l'on appelle " insuffisances "...
A propos d'insuffisances rappelons les chars italiens repoussés par l'infanterie grecque....
Par rapport à ce qui existait à l'époque, les blindés italiens n'étaient pas si mal que ça, je trouve...
Le problème est certainement à voir du côté de l'endroit où on les envoyait : un paysage montagneux, ce n'est pas vraiment l'idéal pour des déploiement de tanks. Demandez donc aux Soviétiques qui se sont frottés aux glorieux moudjahidines afghans dans les années 80.

Ceci dit, il faut bien l'avouer : l'industrie italienne des années 1930-40 était incapable de soutenir une armée moderne...
Contrairement aux idées reçues, les soldats italiens étaient souvent très motivés et courageux. Malheureusement pour eux, ils étaient plutôt mal équipés... Et leur matériel est devenu complètement obsolète en un an ou deux !

Les blindés allemands de 1939-40 étaient complètement périmés en 1942-43, mais ils avaient été remplacés par du matériel plus performant.
Les Italiens, hélas pour eux, étaient complètement largués.
Gary Gygax réveille-toi ! Ils sont devenus fous !
Avatar de l’utilisateur
KamiSeiTo
Dieu aux ailes de papillon
Messages : 3372
Inscription : lun. août 27, 2007 7:05 pm
Localisation : Bruxelles

Re: Inspi historique

Message par KamiSeiTo »

C'est plus un fil Inspi historique, là, c'est un coup à créer un fil dédié en Médiathèque, sur l'Histoire des tanks dans la guerre... non ? •é.è•
Proposer un jeu qui soit au service d’une façon de jouer spécifique et, surtout sans tomber dans le piège de ne pas en permettre d’autre, néanmoins tout inféoder à cette dernière.
Brand.
Avatar de l’utilisateur
Qui Revient de Loin
Dieu qui a failli y rester
Messages : 6752
Inscription : sam. mars 02, 2013 1:20 pm
Localisation : Nothing Gulch
Contact :

Re: Inspi historique

Message par Qui Revient de Loin »

En fait, c'est une manœuvre de Merlock pour introduire subrepticement "Girls & Panzers" dans le fil inspi historique ;p
Le blog de mes voyages imaginaires: http://qui.revient.de.loin.blog.free.fr/

Mémoire de rôlistes : le patrimoine du jeu de rôle se construit aujourd'hui

Contributeur au Grog
Avatar de l’utilisateur
Fabien_Lyraud
Dieu, sérieux les gars.
Messages : 4889
Inscription : ven. mai 05, 2006 2:09 pm
Contact :

Re: Inspi historique

Message par Fabien_Lyraud »

Le problème est certainement à voir du côté de l'endroit où on les envoyait : un paysage montagneux, ce n'est pas vraiment l'idéal pour des déploiement de tanks. Demandez donc aux Soviétiques qui se sont frottés aux glorieux moudjahidines afghans dans les années 80.
Ils ont été repoussé à Menton en 1940 également par des français pas vraiment très bien équipés non plus.....
Avatar de l’utilisateur
Nébal
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2122
Inscription : jeu. avr. 04, 2013 10:04 am
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: Inspi historique

Message par Nébal »

Welcome to Nebalia : Crypt of Cthulhu, Vol. 1, No. 2
Random Academy Pilot : Renforts impériaux
Avatar de l’utilisateur
legnou
Dieu des jeunes à casquette
Messages : 5478
Inscription : lun. févr. 02, 2004 1:05 pm
Localisation : Provisoirement sur Sol III

Re: Inspi historique

Message par legnou »

C'est difficile à faire passer en jeu mais j'aime bien ces petits délires...
Spoiler:
Les dernières cartouches viennent d'être distribuées.

Chacun des 35 soldats en met une de côté pour "l'ultime assaut", car tous le savent , mieux vaut la mort que de tomber aux mains de ceux qui les encerclent ; Avant de tuer les blessés ou les prisonniers, l'ennemi les mutile de façon odieuse et chacun des hommes qui occupe encore le petit fortin isolé ce soir là a déjà vu de ses yeux l'atroce spectacle de camarades torturés ainsi , avant d'être égorgés .

Nous sommes en 1915, pendant la première guerre mondiale, aux frontières de l'Égypte qu'occupent alors les armées Turques, et le capitaine Marchall qui commande cette poignée de français sait bien que la situation est désespérée. Ce n'est plus qu'une question d’heures. Dès que le jour sera levé, ce sera l'ultime attaque ennemie...le dernier combat. Il est impossible d'espérer du secours. Tous les messagers qui ont essayé de passer ont été tués, et leurs corps mutilés sont là , à quelques centaines de mètres , exposés fasse à leurs camarades adossés à la dune.

Le capitaine Marchall a , lui aussi , mis une balle de côté . En la faisant sauter dans sa main il songe à l'étrange destinée qui va le faire mourir ici, dans ce désert aride du Sinaï, là où son arrière-grand-père mourut également voici plus d'un siècle. Peut-être pas dans cette vieille forteresse qu'il occupe aujourd'hui, mais quelque part par là. Il était capitaine comme lui et servait alors sous les ordres de Bonaparte, lors de la fameuse campagne d’Égypte. Sa famille possède encore le sabre d'honneur du capitaine Marchall mort à l'ennemi en 1798 qu'il a si souvent admiré.

Étrange destinée en effet que celle de cet homme qui, 117 ans plus tard, se retrouve comme son ancêtre dans les mêmes lieux... face aux mêmes ennemis. Mais il reste environ un verre d'eau par homme et , avec une vingtaine de cartouches par combattant , tout espoir n'est pas perdu .
Avec le jour, l'assaut sera donné, et par centaines les armées turques, alliées de l’Allemagne, vont se ruer vers le fortin.
Il faut les surprendre !

Le capitaine cherche une idée pour dissimuler ses hommes et , tandis qu'il réfléchit au problème , son lieutenant survient, escortant un vieil Arabe enroulé dans son burnous.

- « Cet homme prétend avoir une lettre pour vous, mon capitaine ». Marchall lance un regard soupçonneux à l’inconnu. Une lettre ? Qui pourrait bien lui adresser une lettre ? Ce vieillard n'a rien d'un émissaire ennemi ; Généralement on les choisit plus jeunes et plus représentatifs.
- « Tu as une lettre pour moi ? »
Le vieil homme s'approche de l'officier et le regarde droit dans les yeux.
- « Tu es bien le capitaine Marchall ? »
Malgré l'acquiescement du militaire, l'homme au burnous repose sa question avec insistance :
- « c'est bien toi, le capitaine Marchall ? »
- « Hé oui, c'est moi. Eh bien, que veux-tu ? »
Alors le vieil Arabe tombe à genoux et se prosterne devant Marchall qui ne comprend rien à toutes ces simagrées. L'homme lève vers le ciel un visage rayonnant de bonheur, articule des phrases incompréhensibles mais qui représentent indiscutablement des remerciements adressés au Très Haut , car les mimiques sont révélatrices . Puis l'arabe se redresse et tend à l'officier un papier plié de curieuse façon. Sur le dessus est griffonné un nom, à peine lisible tant l'encre qui a servi à l'écrire est délavée :
« capitaine Marchall ».

Il n'y a aucun doute, cette lettre lui est bien destinée. Tandis qu'il déplie le papier défraîchi en se posant mille questions sur l'identité de ce correspondant mystérieux, le vieil homme le regarde avec une profonde reconnaissance, et dit : - « Mon père aurait été heureux de vous la remettre lui-même ! Allah m'a permis de le faire pour lui. »

Le capitaine Marchall tient à présent la lettre ouverte devant lui . L'écriture de son auteur est bâclée, presque illisible . Avec beaucoup d’efforts, l'officier arrive à déchiffrer les trois premiers mots : « mon cher Marchall...». C'est donc quelqu'un qui le connaît personnellement. « Immédiatement après réception de cet ordre...» La suite du texte est plus difficile à lire, mais il émane de toute évidence d'un supérieur. «...que je vous envoie par un jeune indigène...» Marchall suspend sa lecture. Le coup d'oeil qu'il jette au vieil Arabe reflète tout à coup la plus grande méfiance. Qui peut lui adresser cette missive ? il n'y a aucun corps de troupe à 20 km à la ronde, et personne ne sait qu'il est assiégé de toutes parts depuis plus de trois jours, et quant au jeune messager, c'est un vieillard ! Le regard du capitaine glisse au bas de la lettre , sur la signature qui s'étale , large , musclée, incisive comme l'éclair . Et là, Marchall croit être l'objet d'une aberration. À moins qu'il ne s'agisse d'un canular, car la lettre est signée...

Marchall relit cinq fois la signature.

Une fois avec une sorte d'hébétude, une seconde fois avec méfiance, une troisième avec intérêt , une quatrième avec surprise et une cinquième avec une émotion naissante. Bonaparte ! À côté de ce nom, une année dont le mois est illisible : 1798.

1798 ! C'est l'année de la campagne d’Égypte. Marchall réfléchit.
- « Qui t'a donné cette lettre ? » demande-t-il.
Sans perdre un instant sa sérénité, le vieil Arabe répond le plus naturellement du monde :
- «C'est le général Bonaparte qui l’a donné à mon père, et mon père en mourant m'a chargé de te la remettre en main propre.»
Pressé de questions, le vieil homme raconte l'histoire incroyable mais vraie , qui fait qu'en cette année 1915, il remet au capitaine Marchall une lettre confiée à son père plus d'un siècle auparavant .

En 1798, Bonaparte, alors en pleine campagne d’Égypte, l'adresse à l'un de ses officiers, le capitaine Marchall . Il la confie à l’un des Arabes récemment ralliés à sa cause, le cheikh Maluk , âgé de 22 ans. Celui-ci arrive trop tard et ne trouve pas le destinataire. Frappé sans doute par le magnétisme qui émanait du futur empereur, il a peur de retourner vers lui pour lui dire qu'il n'a pas accompli sa mission . Alors, toute sa vie , il n'aura qu'un but , qu'une obsession , remettre sa lettre au capitaine Marchall .
À sa mort, en 1874 , il a 98 ans , et fait jurer à son fils qui en a 48 , de remplir sa mission , et à intervalles réguliers des années durant - et sans chercher à comprendre - celui-ci viendra au fortin demander si le capitaine Marchall est là .

Pendant 41 ans , Maluk , fils du cheikh allié de Napoléon Bonaparte , viendra frapper à la porte pour se décharger de la mission que lui a confiée son père . Et 41 ans plus tard, par un hasard que seules les lois de la destinée peuvent inventer, ce vieillard 89 ans remet en main propre , à l'arrière petit-fils du capitaine Marchall , capitaine lui-même , la lettre adressée à son aïeul par Bonaparte !

La mission est accomplie après plus d'un siècle ; La lettre est remise en main propre, un jour de 1915, dans le désert du Sinaï, à cet homme qui , au milieu de 35 soldats , attend la mort avec courage.

Le capitaine Marchall reprend péniblement la lecture du message :
« mon cher Marchall ; immédiatement après réception de cet ordre , que je vous envoie par un jeune indigène , vous déterrerez les provisions et les munitions enterrées sous le fort . Après avoir pris ce dont vous aurez besoin, détruisez l'excédent et retirez-vous en direction de la frontière égyptienne. Des trois routes qui existent, ne prenez aucune des routes côtières. Marchez sur la route centrale en descendant droit à travers le désert. Conservez comme la prunelle de vos yeux la carte ci-jointe, qui indique l'emplacement des points d'eau. Signé : Napoléon Bonaparte »

À haute voix, le capitaine murmure : « c'est effrayant ! » , mais devant un tel signe du destin, comment douter de sa bonne étoile ? il fait donc creuser aussitôt la cour du fort et découvre effectivement des vivres et des munitions. Ce ne sont pas celles déposées par Bonaparte, mais par les Allemands et les Turcs, juste avant l'avance des alliés. Peu importe, ce sont des vivres et des munitions.

L'officier décide alors d'utiliser le plan joint à la lettre et de tenter son va-tout. Celui-ci, se dit-il , est peut-être encore utilisable sur le terrain ; dans le désert, les choses évoluent si lentement .
Profitant que le jour n'est pas encore levé, les 36 hommes vont donc emprunter dans le plus grand silence un sentier à travers les rochers qui va les conduire sur l'ancienne route désignée par Bonaparte, comme étant celle de la liberté . Toujours grâce au plan, ils vont ensuite retrouver les points d'eau qui leur permettront de progresser dans le désert et de retrouver les troupes alliées.

Au moment de quitter le fort, le capitaine Marchall a un élan irrésistible. Il embrasse le vieil homme tout ému lui-même d'avoir pu , enfin , accomplir la mission dont son père l'avait chargé . C'est une bien étrange accolade.
- « En me remettant la lettre, dit le vieillard, mon père me donna 2 pièces d'or. C'est le prix du service rendu, me dit-il , ne les dépense que si tu remplis la mission dont m'a chargé le grand pacificateur . Je vais les donner à mon petit-fils, il veut faire ses études à Paris. Je lui dirais d'aller te rendre visite. »

L'histoire ne dit pas si l'arrière petit-fils du cheikh Maluk a rendu visite à l'arrière petit-fils du capitaine Marchall .
Quand on ne sait pas où l'on va, il faut y aller !!!
Et le plus vite possible !

VCAID6 need you !
Avatar de l’utilisateur
Lordelric
Dieu de dans 7 ans
Messages : 2033
Inscription : lun. nov. 12, 2007 9:15 pm
Localisation : Imrryr, avant la chute...

Re: Inspi historique

Message par Lordelric »

legnou a écrit :C'est difficile à faire passer en jeu mais j'aime bien ces petits délires...
Spoiler:
Les dernières cartouches viennent d'être distribuées.

Chacun des 35 soldats en met une de côté pour "l'ultime assaut", car tous le savent , mieux vaut la mort que de tomber aux mains de ceux qui les encerclent ; Avant de tuer les blessés ou les prisonniers, l'ennemi les mutile de façon odieuse et chacun des hommes qui occupe encore le petit fortin isolé ce soir là a déjà vu de ses yeux l'atroce spectacle de camarades torturés ainsi , avant d'être égorgés .

Nous sommes en 1915, pendant la première guerre mondiale, aux frontières de l'Égypte qu'occupent alors les armées Turques, et le capitaine Marchall qui commande cette poignée de français sait bien que la situation est désespérée. Ce n'est plus qu'une question d’heures. Dès que le jour sera levé, ce sera l'ultime attaque ennemie...le dernier combat. Il est impossible d'espérer du secours. Tous les messagers qui ont essayé de passer ont été tués, et leurs corps mutilés sont là , à quelques centaines de mètres , exposés fasse à leurs camarades adossés à la dune.

Le capitaine Marchall a , lui aussi , mis une balle de côté . En la faisant sauter dans sa main il songe à l'étrange destinée qui va le faire mourir ici, dans ce désert aride du Sinaï, là où son arrière-grand-père mourut également voici plus d'un siècle. Peut-être pas dans cette vieille forteresse qu'il occupe aujourd'hui, mais quelque part par là. Il était capitaine comme lui et servait alors sous les ordres de Bonaparte, lors de la fameuse campagne d’Égypte. Sa famille possède encore le sabre d'honneur du capitaine Marchall mort à l'ennemi en 1798 qu'il a si souvent admiré.

Étrange destinée en effet que celle de cet homme qui, 117 ans plus tard, se retrouve comme son ancêtre dans les mêmes lieux... face aux mêmes ennemis. Mais il reste environ un verre d'eau par homme et , avec une vingtaine de cartouches par combattant , tout espoir n'est pas perdu .
Avec le jour, l'assaut sera donné, et par centaines les armées turques, alliées de l’Allemagne, vont se ruer vers le fortin.
Il faut les surprendre !

Le capitaine cherche une idée pour dissimuler ses hommes et , tandis qu'il réfléchit au problème , son lieutenant survient, escortant un vieil Arabe enroulé dans son burnous.

- « Cet homme prétend avoir une lettre pour vous, mon capitaine ». Marchall lance un regard soupçonneux à l’inconnu. Une lettre ? Qui pourrait bien lui adresser une lettre ? Ce vieillard n'a rien d'un émissaire ennemi ; Généralement on les choisit plus jeunes et plus représentatifs.
- « Tu as une lettre pour moi ? »
Le vieil homme s'approche de l'officier et le regarde droit dans les yeux.
- « Tu es bien le capitaine Marchall ? »
Malgré l'acquiescement du militaire, l'homme au burnous repose sa question avec insistance :
- « c'est bien toi, le capitaine Marchall ? »
- « Hé oui, c'est moi. Eh bien, que veux-tu ? »
Alors le vieil Arabe tombe à genoux et se prosterne devant Marchall qui ne comprend rien à toutes ces simagrées. L'homme lève vers le ciel un visage rayonnant de bonheur, articule des phrases incompréhensibles mais qui représentent indiscutablement des remerciements adressés au Très Haut , car les mimiques sont révélatrices . Puis l'arabe se redresse et tend à l'officier un papier plié de curieuse façon. Sur le dessus est griffonné un nom, à peine lisible tant l'encre qui a servi à l'écrire est délavée :
« capitaine Marchall ».

Il n'y a aucun doute, cette lettre lui est bien destinée. Tandis qu'il déplie le papier défraîchi en se posant mille questions sur l'identité de ce correspondant mystérieux, le vieil homme le regarde avec une profonde reconnaissance, et dit : - « Mon père aurait été heureux de vous la remettre lui-même ! Allah m'a permis de le faire pour lui. »

Le capitaine Marchall tient à présent la lettre ouverte devant lui . L'écriture de son auteur est bâclée, presque illisible . Avec beaucoup d’efforts, l'officier arrive à déchiffrer les trois premiers mots : « mon cher Marchall...». C'est donc quelqu'un qui le connaît personnellement. « Immédiatement après réception de cet ordre...» La suite du texte est plus difficile à lire, mais il émane de toute évidence d'un supérieur. «...que je vous envoie par un jeune indigène...» Marchall suspend sa lecture. Le coup d'oeil qu'il jette au vieil Arabe reflète tout à coup la plus grande méfiance. Qui peut lui adresser cette missive ? il n'y a aucun corps de troupe à 20 km à la ronde, et personne ne sait qu'il est assiégé de toutes parts depuis plus de trois jours, et quant au jeune messager, c'est un vieillard ! Le regard du capitaine glisse au bas de la lettre , sur la signature qui s'étale , large , musclée, incisive comme l'éclair . Et là, Marchall croit être l'objet d'une aberration. À moins qu'il ne s'agisse d'un canular, car la lettre est signée...

Marchall relit cinq fois la signature.

Une fois avec une sorte d'hébétude, une seconde fois avec méfiance, une troisième avec intérêt , une quatrième avec surprise et une cinquième avec une émotion naissante. Bonaparte ! À côté de ce nom, une année dont le mois est illisible : 1798.

1798 ! C'est l'année de la campagne d’Égypte. Marchall réfléchit.
- « Qui t'a donné cette lettre ? » demande-t-il.
Sans perdre un instant sa sérénité, le vieil Arabe répond le plus naturellement du monde :
- «C'est le général Bonaparte qui l’a donné à mon père, et mon père en mourant m'a chargé de te la remettre en main propre.»
Pressé de questions, le vieil homme raconte l'histoire incroyable mais vraie , qui fait qu'en cette année 1915, il remet au capitaine Marchall une lettre confiée à son père plus d'un siècle auparavant .

En 1798, Bonaparte, alors en pleine campagne d’Égypte, l'adresse à l'un de ses officiers, le capitaine Marchall . Il la confie à l’un des Arabes récemment ralliés à sa cause, le cheikh Maluk , âgé de 22 ans. Celui-ci arrive trop tard et ne trouve pas le destinataire. Frappé sans doute par le magnétisme qui émanait du futur empereur, il a peur de retourner vers lui pour lui dire qu'il n'a pas accompli sa mission . Alors, toute sa vie , il n'aura qu'un but , qu'une obsession , remettre sa lettre au capitaine Marchall .
À sa mort, en 1874 , il a 98 ans , et fait jurer à son fils qui en a 48 , de remplir sa mission , et à intervalles réguliers des années durant - et sans chercher à comprendre - celui-ci viendra au fortin demander si le capitaine Marchall est là .

Pendant 41 ans , Maluk , fils du cheikh allié de Napoléon Bonaparte , viendra frapper à la porte pour se décharger de la mission que lui a confiée son père . Et 41 ans plus tard, par un hasard que seules les lois de la destinée peuvent inventer, ce vieillard 89 ans remet en main propre , à l'arrière petit-fils du capitaine Marchall , capitaine lui-même , la lettre adressée à son aïeul par Bonaparte !

La mission est accomplie après plus d'un siècle ; La lettre est remise en main propre, un jour de 1915, dans le désert du Sinaï, à cet homme qui , au milieu de 35 soldats , attend la mort avec courage.

Le capitaine Marchall reprend péniblement la lecture du message :
« mon cher Marchall ; immédiatement après réception de cet ordre , que je vous envoie par un jeune indigène , vous déterrerez les provisions et les munitions enterrées sous le fort . Après avoir pris ce dont vous aurez besoin, détruisez l'excédent et retirez-vous en direction de la frontière égyptienne. Des trois routes qui existent, ne prenez aucune des routes côtières. Marchez sur la route centrale en descendant droit à travers le désert. Conservez comme la prunelle de vos yeux la carte ci-jointe, qui indique l'emplacement des points d'eau. Signé : Napoléon Bonaparte »

À haute voix, le capitaine murmure : « c'est effrayant ! » , mais devant un tel signe du destin, comment douter de sa bonne étoile ? il fait donc creuser aussitôt la cour du fort et découvre effectivement des vivres et des munitions. Ce ne sont pas celles déposées par Bonaparte, mais par les Allemands et les Turcs, juste avant l'avance des alliés. Peu importe, ce sont des vivres et des munitions.

L'officier décide alors d'utiliser le plan joint à la lettre et de tenter son va-tout. Celui-ci, se dit-il , est peut-être encore utilisable sur le terrain ; dans le désert, les choses évoluent si lentement .
Profitant que le jour n'est pas encore levé, les 36 hommes vont donc emprunter dans le plus grand silence un sentier à travers les rochers qui va les conduire sur l'ancienne route désignée par Bonaparte, comme étant celle de la liberté . Toujours grâce au plan, ils vont ensuite retrouver les points d'eau qui leur permettront de progresser dans le désert et de retrouver les troupes alliées.

Au moment de quitter le fort, le capitaine Marchall a un élan irrésistible. Il embrasse le vieil homme tout ému lui-même d'avoir pu , enfin , accomplir la mission dont son père l'avait chargé . C'est une bien étrange accolade.
- « En me remettant la lettre, dit le vieillard, mon père me donna 2 pièces d'or. C'est le prix du service rendu, me dit-il , ne les dépense que si tu remplis la mission dont m'a chargé le grand pacificateur . Je vais les donner à mon petit-fils, il veut faire ses études à Paris. Je lui dirais d'aller te rendre visite. »

L'histoire ne dit pas si l'arrière petit-fils du cheikh Maluk a rendu visite à l'arrière petit-fils du capitaine Marchall .
En tout cas, à lire, ça donne le frisson... 8O
co-fondateur autoproclamé de l'ABA (désolé)

Le jdr : faire et se faire plaisir. What else ?
Avatar de l’utilisateur
Léonard
Dieu d'après le panthéon
Messages : 3229
Inscription : lun. oct. 09, 2006 9:25 pm
Localisation : Aix-en-Provence

Re: Inspi historique

Message par Léonard »

C'est toi qui en es l'auteur ? J'ai du mal à croire que c'est tiré d'une histoire vraie.

En tout cas, j'aime beaucoup.
Pack Horse Library : des femmes, des livres et des chevaux dans l'Amérique des années 1930 - Un jeu de rôle clé en main.

Commander Pack Horse Library sur lulu.com
Avatar de l’utilisateur
legnou
Dieu des jeunes à casquette
Messages : 5478
Inscription : lun. févr. 02, 2004 1:05 pm
Localisation : Provisoirement sur Sol III

Re: Inspi historique

Message par legnou »

Non c'est un truc pompe du net.
Et au style c'est certainement du début XXEME, genre Lectures pour Tous.
Quand on ne sait pas où l'on va, il faut y aller !!!
Et le plus vite possible !

VCAID6 need you !
Verrouillé