Symbaroum 2 : la mission

Inspis, théories, conseils ...
Avatar de l’utilisateur
Balt
Evêque
Messages : 501
Inscription : mar. juin 30, 2015 10:13 am
Contact :

Re: Symbaroum 2 : la mission

Message par Balt » mar. févr. 12, 2019 11:23 am

Khentar a écrit :
mar. févr. 12, 2019 11:09 am
Du coup au niveau Adepte par exemple les PJs n'atteignent jamais le seuil de corruption. Car il faudrait dans mon cas qu'il lance plusieurs sorts différents et qu'il soit touché par différentes créatures...
C'est exactement ça. Un PJ trop gourmand de pouvoirs au niveau Novice peut très bien avoir de gros soucis avec la corruption. Dès qu'il les maitrise un peu plus, il gère mieux la corruption.
C'est très tentant de multiplier les pouvoirs à 10XP. Par contre, c'est dangereux.

Après, ce sont les pouvoirs qui sont au niveau Novice/Adpete/Maitre, pas le PJ. Le risque reste donc réél, même avec un PJ avec 300xp, pour peu qu'il utilise de nouveaux pouvoirs.

Avatar de l’utilisateur
intylzah
Dieu des vampires d'avant
Messages : 2516
Inscription : dim. mai 29, 2005 11:08 am
Contact :

Re: Symbaroum 2 : la mission

Message par intylzah » mar. févr. 12, 2019 1:10 pm

Bonjour,

Ce message afin de vous présenter ma campagne pour Symbaroum : La Chronique des Sept. Il s'agit de l'adaptation d'une campagne en sept scénarios que j'ai écrite pour le jeu Oikouménè. 

Vous pourrez télécharger les fichiers sur le blog davokar : 
http://davokar.eklablog.com/scenarios-fanmade-p1338928

Pour le moment il y a les trois premiers scénarios, mais les prochains devraient arriver rapidement.

Image

Bonne lecture et bon jeu.

Intylzah
Altro Mondo est disponible : Le studio 09 et Le Facebook d'Altro Mondo

Avatar de l’utilisateur
Balt
Evêque
Messages : 501
Inscription : mar. juin 30, 2015 10:13 am
Contact :

Re: Symbaroum 2 : la mission

Message par Balt » mar. févr. 12, 2019 1:16 pm

Eh eh Merci !

Avatar de l’utilisateur
Jicey
Mystique
Messages : 858
Inscription : mer. janv. 09, 2013 5:02 pm
Localisation : Toulouse
Contact :

Re: Symbaroum 2 : la mission

Message par Jicey » mer. févr. 13, 2019 12:40 pm

Merci !

Bozboz
Profane
Messages : 31
Inscription : lun. avr. 03, 2017 8:08 pm
Contact :

Re: Symbaroum 2 : la mission

Message par Bozboz » mer. févr. 13, 2019 6:00 pm

@Balt : D'où tiens-tu tes informations sur la corruption. Pour moi, un Novice lançant un sort recevra 1D4 corruption temporaire à chaque lancer de ce sort (ce qui est bien différent de faire durer un sort sur plusieurs tours). Où est-il écrit autre chose, je ne me souviens pas avoir lu ça :/

 
Image

Avatar de l’utilisateur
Balt
Evêque
Messages : 501
Inscription : mar. juin 30, 2015 10:13 am
Contact :

Re: Symbaroum 2 : la mission

Message par Balt » mer. févr. 13, 2019 7:58 pm

Bozboz a écrit :
mer. févr. 13, 2019 6:00 pm
@Balt : D'où tiens-tu tes informations sur la corruption. Pour moi, un Novice lançant un sort recevra 1D4 corruption temporaire à chaque lancer de ce sort (ce qui est bien différent de faire durer un sort sur plusieurs tours). Où est-il écrit autre chose, je ne me souviens pas avoir lu ça :/
Tout d'abord, il est vrai que les textes ne sont pas très limpides. Ceci étant, voilà les sources du raisonnement qui aboutissent à ce verdict.
En page 124, on a:
Description de Pouvoir Mystique:
"Le personnage est également affligé de 1d4 points de Corruption temporaire à chaque fois qu'il utilise ce pouvoir."
Pris littéralement, on a envie de comprendre, "tu lances le pouvoir, tu ramasses 1d4 pts de corruption".
sauf que,
En page 132, on a la description des spécificités des pouvoirs:
Effet en cours:
L'effet de ce pouvoir reste actif jusqu'à ce que le personnage rate un test spécifique ... Maintenir un effet en cours compte comme une action gratuite.
Cela veut clairement dire que tu peux donc maintenir n'importe quel pouvoir et faire des attaques/parades/utilisations magiques générales à chaque tour sans devoir relancer le pouvoir.

Cela devient vraiment très intéressant pour les pouvoirs qui ne demandent pas de test. Imposition des mains, par exemple, permettra, ave 1d4 points de Corruption temporaire seulement, soigner chacun des membres de son groupe. Bien sûr, une seule application par personnage et par jour. Idem, en plus corsé, Aura sacrée permettra de se protéger chaque tour, en réussissant un jet de volonté.

Pour moi, les vraies questions sont:
1- Est-ce une "réactivation" de pouvoir que d'utiliser un pouvoir précédement utilisé au cours de la scène?
2- Doit-on subir 1d4 points de corruption en ré-activant un pouvoir déjà utilisé, qui se serait dissipé suite à une mauvaise concentration ?
La "scène" est clairement le délai choisi par les auteurs pour encadrer la dissipation de la corruption temporaire.
Je ne vois pas pourquoi cela ne serait pas identique pour la prise de corruption temporaire.

Bilan des courses :
- Une seule prise de corruption temporaire par pouvoir et par scène.

Sur le point de la logique, il me semble quand même plus normal de penser qu'un Maitre Théurge de Prios peut faire "Imposition des mains" sur plus de 8 personnes, sans craindre de se transformer en abomination. Pas vous?

Avatar de l’utilisateur
Balt
Evêque
Messages : 501
Inscription : mar. juin 30, 2015 10:13 am
Contact :

Re: Symbaroum 2 : la mission

Message par Balt » mer. févr. 13, 2019 8:25 pm

Pour illustrer tout ça, on peut trouver des indices:
- Bouclier Sanctifié:
Au niveau novice, le pouvoir dure jusqu'à la fin de la scène (gratuitement, sans test de Volonté)

Aura Sacrée:
Perdure jusqu'à ce qu'il perde sa concentration, genre n'importe quelle situation qui lui demande un jet de Volonté (dégâts, chute, etc)
Il peut donc attaquer "à vue" tous les tours, gratuitement, tant qu'il ne doit pas faire de jet de Volonté (et le rate) ou perde sa concentration.
A aucun moment on dit qu'il faut faire un test de Volonté par Tour, pour garder sa concentration.
Par défaut, le Mystique reste concentré. Ce sont les actions extérieures qui peuvent le déconcentrer et rompre sa concentration.

Cascade de souffre:
Même si le mystique ne réussit pas son test de Volonté<-Agilité, l'adversaire prend quand même des dégâts (1d6 au lieu de 1d12).
(On voit très bien l'analogie du jet de sauvegarde de D&D face à une boule de feu. Réussit=moitié des dégâts)
Cela veut dire que le pouvoir est toujours actif, et que le type en face à réussi à esquiver le jet de souffre. Cela ne veut pas dire que le Mystique a échoué à canaliser la magie pour lancer son pouvoir. Toujours actif, le pouvoir peut donc encore être utilisé le tour d'après, sans prise supplémentaire de points de corruption.

Bozboz
Profane
Messages : 31
Inscription : lun. avr. 03, 2017 8:08 pm
Contact :

Re: Symbaroum 2 : la mission

Message par Bozboz » mer. févr. 13, 2019 9:58 pm

Imposition des Mains : Ce pouvoir n'est absolument pas limité à une utilisation par jour et par personne. De plus, il demande à réussir un test de Volonté à chaque utilisation.

Aura Sacrée : Oui, je suis d'accord, ce pouvoir perdure jusqu'à ce que le Mystique rate un jet de Volonté au début de son tour ou bien perde sa concentration.

1. Réutiliser un pouvoir est chaque fois une nouvelle action et pour moi, cela demande à nouveau une dépense de Corruption temporaire.
2. Oui, en tout cas, c'est ainsi que je joue et c'est ainsi que je l'ai lu sur des posts reddit.

La durée d'une Scène est beaucoup moins claire. Je considère, à titre perso, qu'il faut une unité de lieu et de temps pour faire une Scène. Néanmoins, une Scène dure rarement plus de quelques heures (de ce que j'en ai déduit à travers les scénars et campagnes officielles).

Bilan : je ne joue absolument pas comme toi à ma table.

Et sur le point de la logique, les théurges et autres mystiques d'Albérétor n'auraient pas autant "galérer" durant la Grande Guerre si ils leur étaient aussi facile de soigner les troupes (d'autant qu'au niveau maitre, pour reprendre ton exemple, un théurge peut soigner à vue, donc quelques théurges bien placés au sommet d'une colline avec la bataille en contre-bas et tous les soldats seraient soignés à chaque tour, sans que le théurge ne prennent plus d'un point de Corruption durant toute la bataille !!! Un peu abusé à mon sens.

Réponse à ton second post
Aura Sacrée : il est précisé que ce pouvoir perdure jusqu'à ce que le mytique rate un test de Volonté ou perde sa concentration. Ce qui fait perdre la concentration, ce sont les blessures reçues, qui l'oblige à réussir un test de [Volonté - Dégât] pour rester concentrer et maintenir le pouvoir en cours.

Cascade de souffre
Le pouvoir n'est pas toujours actif, c'est un abus à mon sens de comprendre ainsi sa description. Il demande, à chaque tour, à réussir un test au cours d'une Action Active et donc à prendre de la Corruption temporaire à chaque nouvelle utilisation.

Je fais la différence entre Action Active (prise de Corruption) et Action gratuite (comme lorsqu'il y a des effets en cours) où il n'y a pas de reprise de Corruption (c'est toujours le même lancer de sort qui fait effet). Les effets en cours prennent fin lorsque le Mystique rate un test spécifique, détaill dans la description du pouvoir (un test de Volonté dans le cas de Aura Sacrée, par exemple).
Image

Bozboz
Profane
Messages : 31
Inscription : lun. avr. 03, 2017 8:08 pm
Contact :

Re: Symbaroum 2 : la mission

Message par Bozboz » mer. févr. 13, 2019 9:59 pm

Après, bien évidemment, à chaque table d'interpréter à sa guise les règles. Le principal étant d'avoir du  fun :-)
Image

Avatar de l’utilisateur
Khentar
Dieu des charrettes divines
Messages : 3465
Inscription : mar. oct. 28, 2008 5:31 pm
Localisation : Paris XV

Re: Symbaroum 2 : la mission

Message par Khentar » jeu. févr. 14, 2019 12:20 am

Bien qu'au début du chapitre sur les Pouvoirs il y ait des explications sur les différents états, les sortièges ont été rédigés avec les pieds. Du coup il y a des abus qui me semblent hélas trop clair et je pense qu'il faut faire attention aux interprétations. Il ne faut surtout pas prendre un ou deux sortilèges comme exemples alors que tous les autres sont rédigés autrement.

Le sortilège d'Aura Sacrée par exemple est un sortilège nécessitant une concentration. De là, si ses effets sont valables à tous les rounds où le Théurge reste concentré, il ne peut pas faire autre chose vu que le pouvoir est "Actif" et "Concentré". De plus le Théurge doit réussir un jet de volonté tous les rounds et à chaque fois qu'il est touché (avec un malus équivalent aux dégâts subis). S'il rate un jet et qu'il désire relancer le sort, ce dernier lui fera manger de la corruption temporaire en plus mais pas simplement le maintenir.

Le sort de Bouclier explicite qu'il dure jusqu'à la fin de la scène. Ce qui signifie qu'à part s'il se prend un Anathème, l'effet restera actif sans qu'il y ait de concentration. A chaque attaque il sera protégé gratuitement. C'est vraiment un pouvoir cool, un must have si l'on en juge le coût en corruption, en action par round et en effet. Mieux encore, il blesse les abominations. Que demande le peuple ?

Pour Cascade de Souffre, le niveau Adepte stipule que si le Mage réussit son jet de Volonté contre Agilité, il peut toucher une autre cible à côté, sans réelle limite autre qu'une unité de distance homogène et la réussite de ses jets. Qu'il rate une personne ou qu'il touche avec une escouade de guerrier n'influe pas sur le sortilège. Une seule prise de corruption. Maintenant s'il décide de le relancer le round d'après, il se mange de nouveau de la corruption (1 point au niveau Adepte).

Pour répondre à tes questions, je dirais que 
  1. Aucun pouvoir ne s'utilise à volonté. Une activation = Une prise de corruption.
  2. Si une concentration est brisée, le pouvoir est perdu. Le relancer signifie une nouvelle prise de corruption.
Du coup, on arrive à mes interrogations sur les prises de corruption que je trouve violente pour des personnages novice et une limitation de la magie que je trouve rude pour les joueurs qui ont investis leurs précieux XP dedans.

Si l'on joue comme toi, @Balt , on arrive à une situation à mon sens éloignée de ce que souhaitent les auteurs
  • Une magie illimitée une fois qu'on l'a lancée une fois dans une scène. Les mages deviennent des mitrailleuses lourdes, les prêtres des soigneurs instantanés. Un Maitre de l'Imposition des Mains de Prios est une machine. Soigner de la mort et mettre possiblement max santé 8 personnes est un miracle déjà prodigieux. Qu'il puisse le faire sur les 100 personnes d'une escouade en deux heures rend la guerre et la mort bien moins probable. La tension de l'univers est du coup bien moins grande, même si ces maitres sont pas courants.
  • Une corruption extrêmement rare vu que la scène se coupe facilement et que les lanceurs de sorts, meme les plus puissants ont allez, 4/5 sorts différents utilisables dans une scène données et donc ne prennent que 4 ou 5 points de corruption. Il faut des artifices spéciaux pour rendre la corruption vraiment dangereuse.
Ce n'est que mon avis et tu es bien entendu libre de penser et de jouer autrement, comme le dit @Bozboz.

On va arriver maintenant à mes règles maisons. Elles ne sont pas des interprétations de ce que j'ai lu mais plutôt une vision que je pense proche du monde vu par les auteurs tout en marquant des différences dans le game design.

Mes axiomes : 
  • L'idée qu'un Théurge puisse soigner en se corrompant est bonne. Qu'il puisse mettre tout le monde max point de vie sans risque l'est pas du tout. S'il veut soigner tout le monde au prix de sa damnation, banco !
  • Point important la corruption temporaire ne part pas toute seule. Un mystique doit se purifier en transe pour le faire. Là encore l'abus mécanique est possible : un soin, une prière, un soin, etc. Cela tue totalement l'idée du jeu sombre pour rentrer dans l'héroïque D&D.
  • La Magie coûte beaucoup d'XP, elle doit être intéressante à jouer sans pour autant tuer les autres talents (Médicus, Alchimie...)
  • Un personnage qui devient une abomination en 5 séances en lançant quelques sortilèges est un problème de game design, pas de joueur.
De là sont parties quelques réflexions :
La scène étant une unité de temps fluctuante, narrative; Une journée peut contenir une scène comme dix. Afin d'éviter les discussions sur la durée de la scène (Ils sont morts les monstres, là je soigne c'est une autre scène non ? Et ensuite si on se barre à cheval et que je les soigne arrivé au camps, c'est une autre scène non ?) il me semble préférable d'avoir une limite par jour, plus simple à utiliser pour tout le monde.

Je commence à partir sur l'idée qu'un personnage peut se purifier une fois plus une fois par rang de Talent Mystique par jour. La purification prend un repos court, soit environ 10mn par points temporaires. La forme de cette purification dépend de la tradition. Un personnage devrait ainsi rentrer en transe et réussir un jet de volonté pour enlever sa corruption. Un échec signifie qu'il doit recommencer et que ça lui mange un essai. Un personnage qui se serait lâché mettrait ainsi plus d'une heure à se purifier.

Ainsi les Novices peuvent chasser la corruption temporaire deux fois dans la journée. Ajoutez à cela que lancer un sort génère 1d3 (et non 1d4) points de corruption au niveau Novice puis 1 point au niveau Adepte, quelque soit le niveau du Pouvoir utilisé et je pense que l'on est bon au niveau du ton.

A noter qu'une réussite critique sur un sort permet de ne pas prendre de corruption normale tandis qu'un échec critique fait prendre 1d3 points de corruption de plus que prévu. Ainsi un Adepte prendra 1+1d3 points sur un échec critique alors qu'il ne prendra rien sur une réussite critique.

Au niveau Adepte les personnages Mystiques avec 15 en Volonté pourront ainsi se purifier 3 fois de l'équivalent de 24 sorts normaux sans risque de corruption permanente. Clairement le problème ne se posera pour les personnages uniquement en cas d'échecs critiques, d'incapacité de se purger ou d'un usage massif de magie voire d'un lieu / monstre à problème. Tout l'enjeu narratif de la Corruption viendra de ces situations (combat de masse, combat répété avec des mystiques qui ne peuvent se reposer, fatigue, lieu non propices, etc...) et non pas d'une situation normale. Il ne faut pas pénaliser le joueur.

Pour ce qui est des soins magiques, je souhaite faire comme dans Warhammer ou dans L5R. Je refuse catégoriquement les healbots qui peuvent au rang Adepte lancer 24 soins par jour sans contrepartie. Aussi je vais décider qu'un sort de soin donné ne peut servir qu'une fois par jour et par niveau sur une personne donnée. [Et encore je suis indécis sur le "par rang" vu qu'une imposition des mains rend 1d8 voire 1d12. Alors 2 ou 3 fois dans la journée...] Les Talent Médicus et Alchimie gardent ainsi tout leurs intérêts et les personnages pourront recevoir actuellement 1 soin Médicus, 1 soin magique et éventuellement 1 soin alchimique par jour, ce qui me semble déjà pas mal. 

Encore une fois les règles doivent modéliser l'ambiance d'un monde rude. Les soins magiques sont rares, les Médicus également.

Du coup si je regarde concrètement pour mes deux Mystiques : 

Mon Mage prend 1d3 points de corruption à chaque lancement de sort. Sa limite étant à 8 il peut lancer 3 sorts sans trop de problème avant de devoir méditer. Un 4eme le rend nauséeux et peut générer un stigmate temporaire (et 1 point de corruption permanente). Quand son personnage sera plus aguerris, il pourra lancer 7/8 sorts avant d'être nauséeux et il pourra plus fréquemment se purifier en transe.

Mon Templier peut lancer son Bouclier, lui coûtant 1d3 points de corruption temporaire. Il pourra ensuite soigner 2 fois avant de devoir prier. Il pourra ensuite soigner éventuellement 2 autres fois et devra faire attention. 

Pour des personnages novices, cela ne me pose aucun problème d'équilibre.

K.
 

Avatar de l’utilisateur
Balt
Evêque
Messages : 501
Inscription : mar. juin 30, 2015 10:13 am
Contact :

Re: Symbaroum 2 : la mission

Message par Balt » jeu. févr. 14, 2019 9:48 am

Bozboz a écrit :
mer. févr. 13, 2019 9:58 pm
Imposition des Mains : Ce pouvoir n'est absolument pas limité à une utilisation par jour et par personne.
Tu veux dire que tu autorises l'utilisation de ce pouvoir plusieurs fois de suite sur le même personnage?
Je trouve que de limiter une fois par scène sur chaque personne coïncide bien avec l'esprit narratif de Symbaroum.

Bozboz a écrit :
mer. févr. 13, 2019 9:58 pm
1. Réutiliser un pouvoir est chaque fois une nouvelle action et pour moi, cela demande à nouveau une dépense de Corruption temporaire.
Ne trouves-tu pas que cela créé un désequilibre avec les combattants non-mystiques ? Certains Talents au niveau Adepte ou Maitre apportent de sacrés bonus comme des attaques gratuites multiples, plusieurs attaques dans le tour. Si les pouvoirs coûtent cher en corruption et n'apportent pas grand chose en force de frappe (dans le cas d'une spécialisation combat), je trouve que certains pouvoirs deviennent très limités.

Bozboz a écrit :
mer. févr. 13, 2019 9:58 pm
La durée d'une Scène est beaucoup moins claire. Je considère, à titre perso, qu'il faut une unité de lieu et de temps pour faire une Scène. Néanmoins, une Scène dure rarement plus de quelques heures (de ce que j'en ai déduit à travers les scénars et campagnes officielles).
Absolument d'accord. Une scène est une unité de temps variable, dépendant de la narration. Quelques minutes à quelques jours, selon si c'est raconté/ joué, ou en toile de fond.

Bozboz a écrit :
mer. févr. 13, 2019 9:58 pm
Bilan : je ne joue absolument pas comme toi à ma table.
Jusque là, rien de grave :D
Je n'ai pas le sentiment qu'il y ait vraiment 2 tables identiques. Chacun a sa façon de voir les choses, tout jeux confondus.

Bozboz a écrit :
mer. févr. 13, 2019 9:58 pm
Et sur le point de la logique, les théurges et autres mystiques d'Albérétor n'auraient pas autant "galérer" durant la Grande Guerre si ils leur étaient aussi facile de soigner les troupes (d'autant qu'au niveau maitre, pour reprendre ton exemple, un théurge peut soigner à vue, donc quelques théurges bien placés au sommet d'une colline avec la bataille en contre-bas et tous les soldats seraient soignés à chaque tour, sans que le théurge ne prennent plus d'un point de Corruption durant toute la bataille !!! Un peu abusé à mon sens.
Il me semble que "A vue" ne veut pas dire cela. Il faut pouvoir identifier la personne que tu veux soigner. Depuis une colline, tu vas voir des petits bonhommes bouger. Même si tu "reconnais" certaines personnes (habits, style, body language), tu ne les vois pas, au sens pragmatique du terme.
L'idée de ce pouvoir, au niveau Maitre, est à mon sens l'analogie du Pape bénissant ses fidèles depuis son balcon, son chariot passant dans les rues d'un village, dans la papamobile etc. Il voit les gens, il se "connecte" avec eux. Cela rejoind l'un des courants de pensée de Prios (amour, compassion et tout le tralala).

Sur la question de "Galérer en Albérétor", je crois que le problème est plus vaste. Les mystiques ne sont pas immortels. Un bon archer, et hop, Out of the game. Le site Ordo Magica a publié un post très intéressant sur la puissance des PJ. http://www.ordomagica.com/2017/11/20/he ... gn-part-1/
Par exemple, je trouve que Cascade de Souffre est très badass, tel que je l'ai décrit, et dans certaines circonstances. En contrepartie, on prend de la corruption et on utilise un pouvoir de zone. Les dommages collatéraux peuvent être alors terribles (incendie, notamment). Tu seras certainement d'accord de dire que les pouvoirs ne sont pas juste des stats, du méta-game, mais qu'ils ont des effets sur la narration.

Bozboz a écrit :
mer. févr. 13, 2019 9:58 pm
Cascade de souffre
Le pouvoir n'est pas toujours actif, c'est un abus à mon sens de comprendre ainsi sa description. Il demande, à chaque tour, à réussir un test au cours d'une Action Active et donc à prendre de la Corruption temporaire à chaque nouvelle utilisation.
A y regarder de plus près, ce pouvoir fonctionne comme de nombreux Talents martiaux, une attaque gratuite si la première réussie. Cela reste homogène, non?

Avatar de l’utilisateur
Balt
Evêque
Messages : 501
Inscription : mar. juin 30, 2015 10:13 am
Contact :

Re: Symbaroum 2 : la mission

Message par Balt » jeu. févr. 14, 2019 11:37 am

Khentar a écrit :
jeu. févr. 14, 2019 12:20 am
Bien qu'au début du chapitre sur les Pouvoirs il y ait des explications sur les différents états, les sortièges ont été rédigés avec les pieds.
La dessus, on est d'accord.
Khentar a écrit :
jeu. févr. 14, 2019 12:20 am
Le sortilège d'Aura Sacrée par exemple est un sortilège nécessitant une concentration. De là, si ses effets sont valables à tous les rounds où le Théurge reste concentré, il ne peut pas faire autre chose vu que le pouvoir est "Actif" et "Concentré".
Fait attention, tu ouvres la porte au discours des femmes qui disent que les mecs sont monotâches et que seules elles sont capables de faire plusieurs choses en même temps. 😄
Blagues à part, il est clairement précisé que la concentration peut être rompue, certes, mais par des évènements violents, comme une attaque directe entrainant des dégâts. C'est quand même autre chose que juste de perdre sa concentration suite au passage d'un beau gâteau savoureux sous les yeux, ou un loupé de l'intellect. On part quand même du principe que les mystiques savent se concentrer, si rien d'extérieur particulièrement important vient les en empêcher.
 
Khentar a écrit :
jeu. févr. 14, 2019 12:20 am
Le sort de Bouclier explicite qu'il dure jusqu'à la fin de la scène. Ce qui signifie qu'à part s'il se prend un Anathème, l'effet restera actif sans qu'il y ait de concentration. A chaque attaque il sera protégé gratuitement. C'est vraiment un pouvoir cool, un must have si l'on en juge le coût en corruption, en action par round et en effet. Mieux encore, il blesse les abominations. Que demande le peuple ?
Exactement. Je crois que cela devrait être l'idée générale des pouvoirs. Cela apporte des avantages très probant au service de quelque chose d'autre. L'histoire, le style, le RP. Ce pouvoir est selon moi l'un de ceux qui fonctionne au plus proche de celui des Talents martiaux.
S'il devait engendrer de la corruption à chaque tour, il serait trop couteux et perdrait de son intérêt.
Khentar a écrit :
jeu. févr. 14, 2019 12:20 am
Pour Cascade de Souffre, le niveau Adepte stipule que si le Mage réussit son jet de Volonté contre Agilité, il peut toucher une autre cible à côté, sans réelle limite autre qu'une unité de distance homogène et la réussite de ses jets. Qu'il rate une personne ou qu'il touche avec une escouade de guerrier n'influe pas sur le sortilège. Une seule prise de corruption. Maintenant s'il décide de le relancer le round d'après, il se mange de nouveau de la corruption (1 point au niveau Adepte).
Dans Cascade de souffre, il y a "Cascade". On imagine bien un flot de lave/feu/souffre enflammé se matéraliser au dessus des cibles et se répandre sur eux. Prenons la sitution inverse. Les PJ se font attaquer par ce pouvoir.
Les PJ vont réaliser un test Agilité<-Volonté pour échapper au flot de lave. Juste? On est bien dans une esquive d'une attaque magique là?
Pourquoi faire arrêter le pouvoir alors?
La seule solution est de chopper ce con de mystique au plus vite!
Khentar a écrit :
jeu. févr. 14, 2019 12:20 am
Aucun pouvoir ne s'utilise à volonté. Une activation = Une prise de corruption.
Pour la première utilisation, c'est vrai.
Khentar a écrit :
jeu. févr. 14, 2019 12:20 am
Si une concentration est brisée, le pouvoir est perdu. Le relancer signifie une nouvelle prise de corruption.
C'est là où je diverge.
Pour moi, rompre sa concentration ne veut pas dire dissiper un pouvoir. Cela veut dire perdre la possibilité d'appliquer les effets d'un pouvoir.
C'est la prise de corruption qui permet d'activer le pouvoir. Il reste activé pour la scène, d'où une seule prise de corruption par scène. Une fois activé, le mystique doit réussir à se concentrer pour appliquer les effets de son pouvoir.

Analogie plus pragmatique:
Cela fonctionne exactement comme l'épée d'un personnage lambda. Il la dégaine (hop, prise de corruption de 1d4 point/ Novice) et doit ensuite utiliser sa compétence pour s'en servir (ici, Volonté). Qu'il touche sa cible ou pas ne veut pas dire qu'il a rengainé son épée (et la redégainer, prendre de la corruption), mais juste qu'il n'a pas réussi à maitrisé son arme/pouvoir et donc, entre autre chose, touché sa cible. Son arme/pouvoir est toujours dans sa main et il peut de nouveau tenter sa chance. Tant qu'on ne le met pas hors d'état de nuire, il garde son épée/ pouvoir en main.
Khentar a écrit :
jeu. févr. 14, 2019 12:20 am
Une magie illimitée
Oui, et non.
Relie le passage sur Kalthar et Korinthia, p42 de Yndaros.
La magie est puissante et permet de faire des trucs incroyables, mais a un revers. Il y a clairement une volonté des auteurs de véhiculer l'idée que le côté puissance facile est un fait, mais a de graves conséquences. Oui, la magie est très puissante, très badass, mais les conséquences de son utilisation sont bien plus graves.
Khentar a écrit :
jeu. févr. 14, 2019 12:20 am
Une fois qu'on l'a lancée une fois dans une scène, les mages deviennent des mitrailleuses lourdes, les prêtres des soigneurs instantanés. Un Maitre de l'Imposition des Mains de Prios est une machine. Soigner de la mort et mettre possiblement max santé 8 personnes est un miracle déjà prodigieux. Qu'il puisse le faire sur les 100 personnes d'une escouade en deux heures rend la guerre et la mort bien moins probable. La tension de l'univers est du coup bien moins grande, même si ces maitres sont pas courants.
C'est là où il faut faire attention au méta-game.
Il n'y a rien de choquant (pour moi) à imaginer un perso Théurge de Prios arriver dans un village et passer sa journée à soigner tous les habitants, être vu comme le messie. Cela sert l'histoire.
Ensuite, qu'il les soigne veut dire qu'il va leur faire regagner "quelques" points d'Endurance, car comme dit précédement, le pouvoir ne peut être utliser qu'une fois par scène sur chaque individu. Le Thérurge ne va guérir complètement tout le monde. En revanche, l'impact narratif est énorme. C'est un peu le but d'un prêtre de Prios, non?
Pour 60xp, le théurge peut faire des miracles, c'est vrai.

Sur le coup de la mitrailleuse lourde, en compraison de ces 60 xp, un Ogre(Vigoureux Adepte) avec Maitrise des Armes d'hast (Adepte) ne te dérange pas? Avec un ou deux deux Talents Novice de plus, il devient bien plus fort qu'un mystique avec Cascade de souffre. Il encaisse bien, et peut descendre 4 types par tour, sans prise de corruption. Côté badass, il se pose là.

On a déjà parlé que Symbaroum pouvait générer des persos très optimisés dès la création. Je ne vois pas pourquoi les mystiques ne seraient pas les égaux des combattants sur la puissance de frappe. Contrairement à eux, ils sont plus vulnérables.
Khentar a écrit :
jeu. févr. 14, 2019 12:20 am
Une corruption extrêmement rare vu que la scène se coupe facilement et que les lanceurs de sorts, meme les plus puissants ont allez, 4/5 sorts différents utilisables dans une scène données et donc ne prennent que 4 ou 5 points de corruption. Il faut des artifices spéciaux pour rendre la corruption vraiment dangereuse.
Une corruption venant de l'utilisation des pouvoirs, oui, clairement, et c'est absolument ce qu'il faut faire penser aux PJ.
La corruption est quelque chose d'important à Symbaroum et ses sources sont multiples. L'utilisation des pouvoirs en est un exemple, mais loin d'être le seul.
Tel que je le comprends, la corruption doit être perçue comme un truc néfaste, mais en apparence "controlable" (comme la science, la modernité, le nucléaire et tous les trucs anto-nature). Tout semble sous contrôle jusqu'au jour où ça dérape car il y a d'autres façon de prendre de la corruption. Il est très difficile de supprimer de la corruption permanente. Ainsi, il devrait être aussi "difficile" d'en prendre, ceci afin de véritablement potentialiser et pondérer fortement ces points de corruption permanent. Surtout sur le long terme.
Sinon, les mystiques vont avoir peur d'utiliser leurs pouvoirs. Il me semble que c'est le message inverse de Symbaroum. La magie est facile, en apparence sans risque, allez-y, vous ne craignez rien, tout est sous contrôle, juste quelques petits points de corruption qui s'en vont très vite. Et puis, un jour, on rencontre des trucs comme suit, on dépasse son seuil et on se ramasse 1d4 points de corruption permanente.
  • - Les abominations peuvents infliger de la corruption. Et ça fait très mal car chaque attaque inflige des points. Les abominations deviennent les nemesis des mystiques. Côté dramatique, ça se pose là. D'autant que les mystiques vont être confronté au dilemme que s'ils utilisent leurs pouvoirs, ils augmentent leurs chances de vite arriver au seuil de corruption.
  • - Certaines régions de Davokar inflige de la corruption temporaire. Si les pouvoirs infligent de la corruption à chaque utilisation/ jet, cela veut dire que les mystiques vont s'exposer grandement dans ces zones là. En gros, deux pouvoirs novices et hop, corruption permanente. Il n'y donc pas de choix tactique de possible. Alors que si l'on part du principe d'une seule prise de corruption par scène, le mystique peut minimiser ses risques en n'utilisant qu'un seul pouvoir (lequel, suivant les cas)
Khentar a écrit :
jeu. févr. 14, 2019 12:20 am
Ce n'est que mon avis et tu es bien entendu libre de penser et de jouer autrement, comme le dit @Bozboz.
Absolument. tout ici n'est que pour le plaisir de partager sa vision des choses 😉
Khentar a écrit :
jeu. févr. 14, 2019 12:20 am
L'idée qu'un Théurge puisse soigner en se corrompant est bonne. Qu'il puisse mettre tout le monde max point de vie sans risque l'est pas du tout. S'il veut soigner tout le monde au prix de sa damnation
Je ne vois pas un Théurge faire plusieurs fois "Imposition des mains" sur la même personne. Une seule fois possible par scène/jour. Sinon, sincèrement, quel serait l'intérêt d'avoir une évolution D6/D8/D12 ?La corruption?
Exemple: Un groupe de 4 PJ, dont un théurge de Prios. Selon la vision la plus pessimiste des règles, un Novice pourrait soigner ses 3 camarades de 1d6 chacun au prix de 3d4 de corruption temporaire.  Pour peu qu'il ait utilisé 2 pouvoirs au cours de la scène, cela revient à prendreen tout 5d4 points de corruption temporaire. Il peut potentiellement se transformer en abomination, pour avoir utiliser 5 pouvoirs.
Ca ne vous choque pas?
La Magie coûte beaucoup d'XP, elle doit être intéressante à jouer sans pour autant tuer les autres talents (Médicus, Alchimie...)
Absolument. Le mystique dépense de grosses quantités d'XP pour au final n'avoir qu'un pouvoir. Où est l'avantage si le pouvoir n'est pas vraiment aussi important?
Un personnage qui devient une abomination en 5 séances en lançant quelques sortilèges est un problème de game design, pas de joueur.
Le personnage ne se transforme pas abomination si tu réduis la prise de corruption par scène.
Le problème, je pense, c'est que l'on fait trop de similitudes avec les sortilèges classiques qui coutent des points de magie, que l'on oublie une fois lancé etc.
A noter qu'une réussite critique sur un sort permet de ne pas prendre de corruption normale tandis qu'un échec critique fait prendre 1d3 points de corruption de plus que prévu. Ainsi un Adepte prendra 1+1d3 points sur un échec critique alors qu'il ne prendra rien sur une réussite critique.
Pas bête ça 😉
Encore une fois les règles doivent modéliser l'ambiance d'un monde rude. Les soins magiques sont rares, les Médicus également.
Absolument. Tout part de la vision que tu as de Symbaroum. Pour moi, il est important de faire sous-estimer la corruption et pour cela, la prise de corruption temporaire par l'utilisation des pouvoirs est le meilleur moyen de l'inculquer. C'est pour moi le message premier du jeu Symbaroum, où il critique clairement la technologie/ modernité au profit du repect de la nature. Utiliser des moyens que l'on ne connait pas bien sous prétexte que ça fonctionne "pour l'instant" n'est pas une solution.
Cela permet d'accroitre le côté dramatique le jour où le mystique se prend 1d4 points de corruption permanente qui vont l'endicaper par la suite.
Mon Mage prend 1d3 points de corruption à chaque lancement de sort. Sa limite étant à 8 il peut lancer 3 sorts sans trop de problème avant de devoir méditer. Un 4eme le rend nauséeux et peut générer un stigmate temporaire (et 1 point de corruption permanente). Quand son personnage sera plus aguerris, il pourra lancer 7/8 sorts avant d'être nauséeux et il pourra plus fréquemment se purifier en transe.
Attention. Tes calculs partent du principe que le PJ n'a pas de point de corruption permanente!
Refais tes calculs, en prenant en compte qu'ils aient pris 1d4 points de corruption permanente suite à un dépassement et 1 pt de plus suite à la liaisono avec un artéfact. Ca change toute la donne et ton PJ mystique devient vraiment handicapé.
Sur le moyen terme, c'est juste injouable car plus ton PJ prend de l'XP, plus il prend de nouveaux pouvoirs, plus il multiplie ses sources de corruption. Au lieu d'être plus fort, il devient plus fragile à cause de la corruption.
Cela donne trop d'importance à la corruption issue des pouvoirs, selon moi. Sans compter qu'en comparaison d'un PJ martial, lui, il devient plus probant à chaque nouveau Talent choisi.

 

Avatar de l’utilisateur
Khentar
Dieu des charrettes divines
Messages : 3465
Inscription : mar. oct. 28, 2008 5:31 pm
Localisation : Paris XV

Re: Symbaroum 2 : la mission

Message par Khentar » jeu. févr. 14, 2019 1:44 pm

Je ne vais pas faire de la citation de citation, cela devient vite ingérable.Cependant, je suis en réel désaccord sur beaucoup de points. Il y a une grande différence entre interpréter les règles et créer ses règles maisons et je pense que tu mélanges les deux allègrement.
  • Quand un sortilège demande de la Concentration et que le talent est considéré comme Actif, cela veut dire qu'il faut consommer son action de combat pour s'en servir. Cela n'a rien à voir avec voir un gateau ou une paire de seins. Un personnage garde son action de mouvement mais doit utiliser son action de combat s'il veut s'en servir ce round ci. Si l'on perd cette concentration ou que l'on fait autre chose le pouvoir s'arrête. Ainsi Aura Sacrée est un must have... Tant que l'on est concentré dessus et qu'on ne reçoit pas suffisamment de dégâts pour la briser. Vu que cela fait des dégâts de zone et ensuite des soins de zone, ça fait déjà le café.
  • Cascade de Souffre est un instantané, pas un sort sur la durée. C'est jusque que l'on peut déverser du feu sur une ou plus plusieurs personnes suivant le niveau de maitrise du jet. Si l'on veut continuer de cramer l'autre le round d'après, on relance le pouvoir - et on regagne de la corruption.
  • Imposition des Mains est un sortilège qui dans sa description peut être utilisée autant de fois que le Théurge le désire sur une cible. Il n'y a nul part une mention d'une fois par jour et par cible. Après, tu es libre de la rajouter si tu le veux mais tu ne peux pas utiliser une règle maison pour soutenir un propos général.
Tu compares ensuite des talents martiaux avec des talents mystiques. Si le coût en XP est identique, l'économie narrative est totalement différente. Evidemment qu'un talent martial permet sans coût de pouvoir mettre mieux son épée dans la tronche de quelqu'un. C'est le but. Un personnage mystique a accès à une source fondamentale de l'univers et peut générer des effets formidables. Il n'est pas prévu d'équilibrer les talents mystiques avec les talents martiaux. Ces talents sont différents dans leur nature et dans leurs utilisations.

Un forestier avec une belle maîtrise du Tir en Rafale et étant un Tireur d'Elite va devenir une machine à tuer ses ennemis tant qu'il aura ses 12 flèches. On lui ajoute Tir Ciblé et on obtient Robin des Bois. Le jeu est prévu pour ça. Tous les talents martiaux permettent de mixer les attributs et d'augmenter les dégâts pour avoir des combattants physiques qui soient très puissants une fois bien expérimenté. Ils sont les plus nombreux et de loin et le jeu est prévu pour des opposants physiques la plupart du temps.

D'ailleurs, en apparté, je regrette que les talents soient quasiment tous que des talents de combat, j'aurais bien préféré qu'il ait autre chose comme dans un Savage World où il existe des talents de toute nature.

Pour les mystiques, l'idée est totalement différente. Ce sont des aventuriers de l'inconnu, ayant soif d'apprendre et de maîtriser des talents à nuls autres pareils. Ils maîtrisent - ou croient maîtriser - les fondamentaux de la Création. Untel va faire bouger les plantes, un autre va enflammer autrui voire appeler des serviteurs de flamme ! Ces effets par nature violent la Création et génèrent de la Corruption. Ils sont puissants oui, et parfois même très puissants. Si l'on prend une cascade de souffre au rang Adepte, on peut infliger 1d12 à plusieurs ennemis pour juste 1 point de corruption. Il n'y a aucun talent martial qui fait aussi mal que ça. Pour 30 XP, tu dératises une bande de barbare facile. En revanche il n'y a aucun talent martial qui génère de la corruption. L'équilibre, si tant est qu'on puisse en parler, se fait à ce niveau là. La puissance d'un côté avec un prix, la facilité de l'autre.

Si tu décides dire que la magie est facile, que la corruption n'est pas un problème, qu'elle s'évacue facilement tu changes la tonalité du jeu. Attention tu es parfaitement en droit de le faire, mais tu ne joues plus vraiment au même jeu. En grossissant le trait, on dirait que l'on joue dans les Jeunes Royaumes avec le système de jeu de Donjon et Dragon. L'impression est totalement différente.

j'ai l'idée de la corruption magique comme étant quelque chose de rampant, d'huileux, qui s'infiltre en soi et que pour lequel on peut avoir une sorte de fascination morbide. Du coup le mystique n'a qu'une envie c'est de s'en débarrasser, de peur de succomber à son appel. J'ai un peu l'idée du Saidin de la Roue du Temps. S'ouvrir à la magie, c'est pouvoir changer le monde et s'ouvrir à ses ténèbres. Avec l'habitude un personnage arrive à maîtriser sa corruption, raison pour laquelle il passe de 1d4 a 1 point à chaque fois qu'il s'ouvre à la Source mais elle est inéluctable.

De ce que je perçois de ta vision, tu expliques que les mystiques doivent autant s'amuser avec leurs pouvoirs que les guerriers avec leurs Talents. Qu'un novice serait totalement injouable avec la version "la plus pessimiste des règles". D'une certaine manière je suis d'accord avec toi sur le constat mais les solutions que je préconise restent dans le ton d'un jeu "low fantasy" où la magie ne s'utilise pas à volonté. Je pense très sincèrement qu'un Novice mystique n'a pas grand chose à faire à affronter des monstres - et pourtant c'est ce que va faire le mien ! - et qu'il faut attendre d'être un Adepte pour sortir de sa tour. Que lorsque l'on peut cramer une demi douzaine de badauds d'un sort qui apporte 1 point de corruption, on a un impact narratif fort et qu'il n'y a pas besoin de transformer le personnage en mitrailleuse. Pire que ça, si le combat s'éternise, que la corruption monte lentement, cela devient un réel dilemme pour l'Adepte : Dois-je fuir ? Dois-je me corrompre ? Aurais-je du apprendre à me servir d'un arc ou d'une épée comme mon maître me l'a tant de fois conseillé ?

Pareil pour le soin magique. Comme je l'ai déjà développé plus haut, je tiens à ce que le soin reste une compétence utile et qu'il n'y ait pas de healbot à la sortie des églises qui on donne 1 thaler pour obtenir 1d6. Si j'envisage la meme regle maison que toi en disant qu'il y a un soin par jour et par personne (encore que j'envisage de pouvoir le faire plusieurs fois suivant le rang du pouvoir), je réfute l'idée qu'un prêtre puisse soigner tout le monde facilement. Déjà un prêtre de Prios maitrisant au rang 3 son Imposition des Mains, capable de rendre 1d12+1d4 à quelques personnes avant de devoir se purifier devant Prios a un impact incroyable. Qu'il puisse passer une semaine à soigner tout un village et on a effectivement un sauveur.

Les règles maisons que je développe soutiennent cette vision. Une autre idée que j'ai eu est de ne pas limiter les phases de purification mais de les conditionner à un jet de Volonté - Corruption. Un jet raté signifie qu'un théurge doit recommencer sa phase ou rester avec sa corruption. Du coup un personnage fortement corrompu aura du mal à se débarrasser de sa corruption temporaire et devra soit s'abandonner à celle ci, soit se refréner dans ses sorts, soit augmenter sa Volonté. Il y a une sorte de fuite en avant qui à mon sens marche très bien aussi. On peut en contrepartie donner un bonus de +Rang en Mystique à ce jet, un Maitre ayant une longue habitude... ou bien créer un Atout en ce sens, bien que je n'aime pas les atouts "indispensables".

Concernant les dépassements, je n'envisage pas le 1d4 points de corruption permanente mais juste 1d2. Je préfère la montée progressive et non pas l'arrivée brutale de possiblement 3 ou 4 points de corruption quand un personnage à un sens bas. Ne comptant pas mettre facilement de moyen de baisser sa corruption permanente à disposition des PJs, je préfère que la prise soit lente. Comme cela les rituels de pierre d'ame ou autre sembleront miraculeux ... avec le prix à payer derrière en cas de bris de la pierre.

Je ne prétends pas te faire changer d'avis mais juste t'éclairer sur les différences entre interprétations des règles et choix personnels sur les solutions que l'on apporte à sa table face aux problèmes que l'on rencontre.

K.
 

Avatar de l’utilisateur
Balt
Evêque
Messages : 501
Inscription : mar. juin 30, 2015 10:13 am
Contact :

Re: Symbaroum 2 : la mission

Message par Balt » jeu. févr. 14, 2019 7:29 pm

Khentar a écrit :
jeu. févr. 14, 2019 1:44 pm
Je ne vais pas faire de la citation de citation, cela devient vite ingérable.Cependant, je suis en réel désaccord sur beaucoup de points. Il y a une grande différence entre interpréter les règles et créer ses règles maisons et je pense que tu mélanges les deux allègrement.
Tout d'abord, juste pour être clair, je ne prétends pas savoir mieux que les autres. On est d'accord.
Ce que j'essaie, quand c'est possible, c'est de minimiser au possible les règles maisons et changer la mécanique du jeu.
Dans mes exemples, je n'interprète qu'un seul paramètre: la notion de temps concernant l'utilisation des pouvoirs. C'est très certainement une vision personnelle qui peut s'apparenter à une règle maison. Mais dans l'absolu, je crois juste combler des vides, les non-dits des règles en apportant une interprétation (subjective, forcément). Je n'efface pas une règle pour la remplacer par la mienne. En soi, je n'ai pas de règles maison (enfin, sur ce point en tout cas. Sur l'usage des bouclier, c'est tout autre…)
J'ai trouvé qu'avec ce seul point de changé, le méta-jeu devient pérenne et ne s'écroule pas sur la distance. Sans cela, avec ma façon de jouer (j'en suis conscient), les mystiques PJ sont voués à limiter l'utilisation de leurs pouvoirs, ce que je trouve dommageable.
Khentar a écrit :
jeu. févr. 14, 2019 1:44 pm
Il n'est pas prévu d'équilibrer les talents mystiques avec les talents martiaux. Ces talents sont différents dans leur nature et dans leurs utilisations.
Tu veux dire que l'on ne devrait pas chercher à équilibrer les deux, c'est ça? Et, pourquoi? Cela me semble sain d'équilibrer le méta-jeu entre les deux. Leurs différences profondes (l'un magique et pas l'autre) n'en seront pas touchés. Cela permet en outre d'avoir un système homogène.
Khentar a écrit :
jeu. févr. 14, 2019 1:44 pm
Si l'on prend une cascade de souffre au rang Adepte, on peut infliger 1d12 à plusieurs ennemis pour juste 1 point de corruption. Il n'y a aucun talent martial qui fait aussi mal que ça.
Maitrise des armes d'hast (Adepte) permet de faire 1d10+1 à toutes les cibles alentours. Ils partagent la même moyenne, soit 6,5. Donc si, il y a bien un talent martial qui fait pareil. Voire mieux, car juste en jeu, sans XP supplémentaire, avec Attaque totale et une Arme d'Hast avec Massif/Déséquilibré (bricolé par un forgeron), la puissance de frappe est décuplée. Et je ne parle pas des autres Talents qui peuvent rajouter des dégâts (Poigne de fer, Vigoureux, Berserk). Un talent martial sera toujours plus puissant. En soi, cela ne me dérange pas.
Khentar a écrit :
jeu. févr. 14, 2019 1:44 pm
Si tu décides dire que la magie est facile, que la corruption n'est pas un problème, qu'elle s'évacue facilement tu changes la tonalité du jeu.
Je crois que la tonalité du jeu est que la corruption est vicieuse, oui. Le fait de la perdre vite est dans le corpus des règles.
Se pose le problème de la gagner vite (comme dans ta vision) ou moins vite (la mienne).
De façon pragmatique, je crois sincèrement que si le simple fait de soigner 5 types dans une scène pouvait transformer véritablement le malheureux en abomination, tout le monde verrait la magie comme quelque chose de terriblement néfaste avec un prix à payer fort pour pas grand chose. On la renierait, on l'abandonnerait. Or, il se passe l'inverse.
Spoiler:
Korinthia a combattu les seigneur sombres, les a critiqué, mais elle gère son royaume exactement pareil. C'est cette leçon que cherche à lui inculquer Kalthar, la raison pour laquelle elle n'est pas morte, n'était même plus prisonnière. La toile de fond de la campagne, c'est aussi de casser l'image de méchant des sombres sorciers et de montrer qu'ils sont devenus ce que Albérétor pourrait devenir si Korinthia n'arrête pas la magie.
La Tonalité du jeu, selon moi, c'est une analogie via la corruption de ce que l'on vit sur Terre en ce moment. Personne ne prend au sérieux le réchauffement climatique, les produits chimiques, le nucléaire etc. car c'est facile de ne plus y penser (comme ce petit point de corruption par scène et par utilisation)
Khentar a écrit :
jeu. févr. 14, 2019 1:44 pm
De ce que je perçois de ta vision, tu expliques que les mystiques doivent autant s'amuser avec leurs pouvoirs que les guerriers avec leurs Talents. Qu'un novice serait totalement injouable avec la version "la plus pessimiste des règles". D'une certaine manière je suis d'accord avec toi sur le constat mais les solutions que je préconise restent dans le ton d'un jeu "low fantasy" où la magie ne s'utilise pas à volonté.
Symbaroum n'est pas du Low fantasy. Mystiques, Monstres fabuleux, Animaux-Dieux quasi immortels, Pouvoirs, Rituels etc.
Les mystiques ne pourront jamais s'amuser avec leurs pouvoirs autant que des guerriers avec leurs armes, à cause du point de Corruption infligé. Toutefois, il me semble logique qu'ils devraient pouvoir user de leurs pouvoirs de façon à peu près régulière. Sinon, à quoi bon? Tu mets des plombes à apprendre un pouvoir, et tu as peur de l'utiliser?  C'est de l'anti-jeu, je trouve.
Khentar a écrit :
jeu. févr. 14, 2019 1:44 pm
Que lorsque l'on peut cramer une demi douzaine de badauds d'un sort qui apporte 1 point de corruption, on a un impact narratif fort et qu'il n'y a pas besoin de transformer le personnage en mitrailleuse.
Techniquement,
cela demande 6 jets et avoisine les 10% de chances (je viens de faire un calcul avec Vol 15 et AG 10-10-11-11-13-13)
Loin d'être un truc facile à faire. Je sais, ce n'était qu'un exemple que tu donnais. Mais les préjugés se créent vite et il est toujours bon de savoir un peu ce que représente la faisabilité du truc.
Khentar a écrit :
jeu. févr. 14, 2019 1:44 pm
Concernant les dépassements, je n'envisage pas le 1d4 points de corruption permanente mais juste 1d2. Je préfère la montée progressive et non pas l'arrivée brutale de possiblement 3 ou 4 points de corruption quand un personnage à un sens bas. Ne comptant pas mettre facilement de moyen de baisser sa corruption permanente à disposition des PJs, je préfère que la prise soit lente. Comme cela les rituels de pierre d'ame ou autre sembleront miraculeux ... avec le prix à payer derrière en cas de bris de la pierre.
D'expérience sur d'autres jeux, les règles maisons sont casse-gueules car on est toujours en train de les ajuster. C'est pour ça que le choix de la gestion du temps, simple en soi, est pratique. Aucune règle méta de changée, l'équilibre du corpus des règles est laissé intact. La prise de corruption reste la même.
D'autant, je te le rappelle, que la prise de 1d4 points de corruption reste valable si le mystique lance plusieurs pouvoirs différents. User de 4 pouvoirs différents au sein d'un combat peut très bien le transformer en abomination au pire, lui faire gagner de la corruption permanente, quasi certain. Au bilan, je ne touche qu'à un aspect très précis, l'usage répétitif du même pouvoir.
Khentar a écrit :
jeu. févr. 14, 2019 1:44 pm
Je ne prétends pas te faire changer d'avis mais juste t'éclairer sur les différences entre interprétations des règles et choix personnels sur les solutions que l'on apporte à sa table face aux problèmes que l'on rencontre.
On se rejoint. Du moment que l'on accepte les idées des autres et que cela aide à sa propre réflexion, la discussion est saine  😉
Même si au bout des courses on reste chacun sur ses idées. En fait, ça permet même de cimenter nos arguments.

 

Avatar de l’utilisateur
Khentar
Dieu des charrettes divines
Messages : 3465
Inscription : mar. oct. 28, 2008 5:31 pm
Localisation : Paris XV

Re: Symbaroum 2 : la mission

Message par Khentar » jeu. févr. 14, 2019 11:34 pm

Je n'aime pas les réponses points par points, on arrive souvent à l'arbre qui cache la forêt. Tu dis ne pas aimer les règles maisons mais l'interprétation "1 pouvoir peut être utilisé autant de fois que le lanceur le souhaite après la première fois en une scène" en est une, tout comme "Imposition des mains ne peut être utilisé qu'une seule fois par jour sur une cible donnée.". 

Ces deux règles que tu appliques apportent une tonalité particulière, rendant la magie plus facile, moins coûteuse et en même temps, rend les soins magiques unitaires plus rares. A la manière d'axiomes, ils modulent le rendu de jeu d'une manière différente de la vision que j'en ai. Sans doute tes mystiques seront plus en confiance que les miens et utiliseront plus souvent et plus facilement leurs pouvoirs.

Les miens en auront peur autant qu'ils désireront les apprendre et les employer, la Magie et les Rituels permettant de faire des choses tellement formidable. La perte de corruption ne se fera que lorsqu'ils auront le temps de le faire, avec toute la mécanique de jeu rigolote que cela induit. Pour cette dernière, je suis tout aussi à l'aise de dire que cela donne une tonalité différente de celle que les auteurs ont prévu.

Ma tablée va tester ces évolutions et peut-être que nous n'aimerons pas le rendu, auquel cas nous changerons de nouveau. Une chose est sûre, les tests avec les règles brut de fonderie de personnages novices entraînent une corruption beaucoup trop rapide et non intéressante, il faut donc les affiner. Je suis conscients qu'une fois arrivé Adepte, les personnages mystiques ne prendront plus qu'un seul point de corruption à chaque usage de pouvoir/rituel et que cela est voulu par les auteurs. Cependant, ayant une vision long terme, je préfère que les sources occasionnent des prises de corruption plus faibles plutôt que de risquer qu'un personnage vire abomination en quelques rounds.

Ce débat clotûré, je suis plus intéressé par ce que tu as mis en spoiler. Je n'ai pas encore regardé vraiment les 3 tomes de la campagne, je me suis concentré sur le livre de base, du joueur et la couronne de cuivre. J'ai lu les petits pdf sur la nature de davokar, le résumé de la campagne et le rapport sur ce qui entoure le monde. Pour le moment je ne suis pas allé plus loin sur ce jeu. Il y a donc des éléments qui me manquent pour appréhender totalement la géopolitique. Il va me falloir potasser cela de manière à mettre bien en avance de phase des PNJs dans les pattes des personnages, comme par exemple Maitre Vernon que j'ai récupéré de la Couronne de Cuivre.

Si tu pouvais expliquer davantage - En essayant d'être le plus neutre possible - Ça m'éclairerait surement :)

K.

Répondre