Difficulté & Adversité : challenge ludique en JdR

Inspis, théories, conseils ...
Avatar de l’utilisateur
nerghull
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 3203
Inscription : dim. mai 03, 2015 3:02 am

Re: Difficulté & Adversité : challenge ludique en JdR

Message par nerghull » mar. déc. 04, 2018 11:31 pm

Y a un souci qui vient chez moi avec la difficulté. J'aime bien aussi proposer des situation complexes à mes PJs, généralement plutôt ouvertes... histoire d'avoir plusieurs approches possible (pour faire plaisir à Minlister) voir du vrai gameplay émergent. Et la plupart du temps, j'aime bien aussi que ces situations soient difficiles, histoire qu'elles ne soient pas triviales, qu'on se casse les dents dessus les première fois, et que ça crée de la tension, histoire qu'on s'en souvienne un peu (j'imagine que je dois remercier Sebastien pour ses affreux conseils à ce niveau :P ).

Par contre, quand il s'agit de transcrire tout ça en mécanique, là je pédale. Déjà parceque j'ai beaucoup de mal à savoir ce que les PJs sont capables de faire. Ok, je sais comment mes joueurs et joueuses réfléchissent et quel niveau de complexités elles sont capables d'encaisser, mais côté mécanique, elles gérent vachement mieux leurs personnages que moi.
Du coup, et ça rejoint pas mal les problèmes que j'ai d'estimation de la difficulté, j'avance un peu au pifomètre pour ce qui est de la gestion mécanique. Et plus il y a de paramètres mécaniques, plus je galère. Par exemple, autant je m'en sors pour doser mes effets avec l'échelle unique de Fate, autant quand on passe à DD4, où il va falloir décider de : quelle difficulté, quel dégâts, quel FP et combien de points d'action pour les antagonistes principaux, bein c'est la longue coulée de sueur.

Ajoutez à ça que je suis un MJ feignant qui va prendre des éléments déjà faits dans les bouquins de jeu sans forcément tout les lire, les étudier en détail et encore moins les comparer avec les forces et faiblesses de mes PJs. Du coup, le résultat, c'est que des challenges pour lesquels j'ai prévu à peu prés le même niveau de difficulté vont se retrouver être d'une facilité déconcertante ou au contraire un mur de difficulté, sans que ce soit mes intentions. Frustrant non ? Et je parie que ce soit pas le seul auquel ça arrive, même parmis les gens qui y prennent du temps.
Oh, je sais comment on fait en jeu vidéo pour niveler cet effet, on teste et on reteste. Ça me paraît assez incontournable pour produire des effets dosés au poil de cul, mais assez irréalisable concrètement.

Et le pire, c'est que c'est un problème que je me trimballe depuis que j'ai commencé, à Shadowrun et que je me demandais combien de caméra, avec quelle filtre, réseau autiste ou appareils esclaves, un spider, deux ? Et j'ai toujours pas d'autre solution que :
a) prendre du tout fait et avoir la surprise de si ça va marcher ou pas en jeu
b) tester pendant des plombes, en apprenant comment jouer le perso de mes joueurs et joueuses en prime

Les deux m'enchantent pas des masses, j'avoue :mrgreen:
Spooky scary creepypasta

Ici j'ai pris du temps pour faire des trucs :
Une bafouille sur les plateaux de jeu & Un truc plus synthétique sur la déstabilisation / Des CR de partie d'Eclipse Phase
Un système alternatif pour Warhammer 40k (Black Crusade et Dark Heresy, surtout)

Avatar de l’utilisateur
Ravortel
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 2460
Inscription : lun. juin 02, 2014 5:52 pm
Localisation : Pas là.

Re: Difficulté & Adversité : challenge ludique en JdR

Message par Ravortel » mer. déc. 05, 2018 12:51 am

c) Tu t'en fous. La vie n'est pas juste ni équilibrée en fait. Si la logique veut qu'il y ait 12 gardes, je ne vais pas les faire débarquer 2 par 2 quand l'alerte est donnée.

Avatar de l’utilisateur
Belphégor
Prêtre
Messages : 317
Inscription : dim. avr. 02, 2017 9:48 am
Localisation : Nouméa, Nouvelle-Calédonie

Re: Difficulté & Adversité : challenge ludique en JdR

Message par Belphégor » mer. déc. 05, 2018 2:40 am

Question. Comment est-ce qu'on propose un challenge intéressant pour un JDR sans dés comme Within, Stalker ou encore Undying ? Sachant que du coup le facteur aléatoire responsable de la difficulté disparaît.

Avatar de l’utilisateur
Julian_Manson
Ascendant
Messages : 1547
Inscription : jeu. nov. 23, 2017 4:05 am

Re: Difficulté & Adversité : challenge ludique en JdR

Message par Julian_Manson » mer. déc. 05, 2018 3:20 am

Belphégor a écrit :
mer. déc. 05, 2018 2:40 am
Question. Comment est-ce qu'on propose un challenge intéressant pour un JDR sans dés comme Within, Stalker ou encore Undying ? Sachant que du coup le facteur aléatoire responsable de la difficulté disparaît.

pour avoir fait le même type avec Everway.

- Tu prends les points forts de tes PJs
- Tu rends ta menace presque immunisée à leurs points forts ( surtout pour de l'horreur )
- Tu mets des points faibles à ta menace, que tu caches bien
- Tu crées des moyens que les PJ puissent utiliser pour affaiblir les points forts de ta menace
- Tu fais en sorte que ces moyens demandent réflexion et intelligence
- Et tu fais en sorte que ta menace frappe dans les points faibles de tes PJs

C'est Monte Cook via Numénéra qui m'a appris ça. En trouvant des moyens créatifs, intelligents, les joueurs sont forcés de réfléchir et ont du coup une forme de mérite pour vaincre quelque chose de plus fort qu'eux. Cela favorise également les interactions entre PJs et donc le rôleplay.

Avatar de l’utilisateur
Kandjar
Envoyé de la Source
Messages : 6226
Inscription : sam. févr. 05, 2005 9:32 pm
Localisation : Petit mouroir tout gris entre l'Allemagne et la vie

Re: Difficulté & Adversité : challenge ludique en JdR

Message par Kandjar » mer. déc. 05, 2018 10:08 am

Minlister a écrit :
mer. déc. 05, 2018 9:31 am
@nerghull
Je crois que c'est presqu'impossible de doser l'Adversité (pour reprendre la distinction de @Wenlock histoire de se comprendre) car il faudrait pour cela pouvoir prévoir dans quel état les Pj arriveront devant tel ou tel obstacle. Or, a priori, ça devient de plus en plus impossible au fil de la session.
De fait, je ne m'inquiète pas trop de l'équilibrage technique. J'ai tendance à penser que lorsque l'Adversité est trop forte, le problème se transforme en question de Difficulté, puisque les Pjs doivent trouver des solutions de contournement. Et ça, ça convient très bien à mes goûts.
Je m'inscris totalement dans cette réflexion.
Je vois la distinction entre Adversité et Difficulté, mais dans les faits, à partir du moment où les joueurs s'impliquent activement dans la réussite du scénario, la première induit mécaniquement la seconde.

Mais comme Wenlock le dit en préambule, ça n'a réellement de sens que si les joueurs (MJ inclus) abordent la partie sous un angle ludiste : un objectif défini, l'incertitude sur son accomplissement, des règles claires (pas nécessairement simples, mais sans ambiguïté ni marge d'interprétation), la possibilité pour les joueurs de faire objectivement des bons et des mauvais choix.

Si cette dimension ludiste n'intéresse pas les joueurs, ou de façon très secondaire, les joueurs peuvent :
- se sentir victimes du jeu, qui ne tient pas la promesse de faire de leurs PJ les héros de l'histoire (qui, sans forcément triompher, doivent au moins briller et tenir sur le long terme), et donc frustrés
- accepter ou provoquer l'échec, parce que le désir de caractérisation d'un PJ peut passer au-dessus de l'objectif de victoire, qu'un joueur souhaite changer de personnage (peut-être parce qu'il imagine que le scénario serait sympa sous une forme chorale à la Game of Thrones, avec des personnages qui disparaissent et d'autres qui les remplacent)
- s'appuyer sur l'échec, parce que l'adversité et l'ambiance ludiste sont tellement présentes que le joueur passe sur un mode distancié façon Die and Retry

Ça fait beaucoup d'écueils à éviter...
ImageImageImageImageImageImage

Avatar de l’utilisateur
Arisker
Initié
Messages : 110
Inscription : mer. sept. 16, 2015 8:18 am
Localisation : 56

Re: Difficulté & Adversité : challenge ludique en JdR

Message par Arisker » jeu. déc. 06, 2018 10:31 am

Je vais peut-être répété un peu ce qui a été dis mais ça va me permettre à moi aussi de faire un petit point sur ce que j'attends d'un JDR. Mon expérience la plus "traumatisante" le mot est peut-être fort était sur Anima. Alors c'est vrai que j'avais eu un MJ qui débutait à l'époque qui nous avait fait faire le scénario de la Dame avec une létalité assez énorme - on a tous perdu 2 persos avant de finir le scénario (qui durait environ 2-3 séances normalement). Bon le concours de beuverie dans le dirigeable n'était pas des plus malin. Mais j'avais apprécié le challenge (même si une création de perso plus rapide aurait été sympa :p)

Par contre ensuite j'ai eu une campagne d'Anima, et je découvrais le contrat social à ce moment, donc je demandais à mon MJ ce qu'on va jouer un peu et comment ? Réponse de l'intéressé de ce que je m'en souviens : tu verras mais il y en a pour tous les goûts. Fort mon expérience avec l'autre MJ et parce que Anima pousse quand même vachement à l'efficience (ou mini-maxage), j'ai fais une artiste martial assez costaud, mais je savais qu'en face c'était parfois violent donc je faisais pas trop le mariole. Mais en fait je voyais que même si on faisait un peu de la merde, le MJ ne nous "punissaient pas", ou limite s'arrangeait pour sauver mon personnage. Donc je me suis mis à jouer de plus en plus avec cette limite. Je me suis bon tant pis au pire c'est que moi, je vais continuer à jouer avec la limite ça m'amusera un petit peu, mais je me suis rendu compte qu'un ou deux ex-machina pour sauver 1 ou 2 persos ça faisait chier les autres PJs, on était en dissonance totale avec les attentes du MJ. Lui voulait nous faire jouer juste des héros, nous on voulait des héros mais "mortels". C'est je pense ce qui nous a fait nous arrêté au livre I de la campagne et on a renoncé à jouer la suite. 

Une des questions du contrat social qui devrait se poser clairement c'est : est-ce que joueurs et MJ souhaitent raconter une histoire avec des héros qui durent le temps de la campagne ou est-ce qu'on veut du challenge et on a pas peur de refaire des persos ?

Mon premier MJ à Anima, nous a entraîné sur une campagne de Roll20 sur du DD et on était déjà 2 joueurs à savoir à quoi s'attendre, donc le MJ a déjà expliqué aux autres joueurs ce qu'il souhaitait et nous a on insisté sur la mortalité des PJs en campagne. Discutant pas mal avec lui, je sais qu'il est plus dans une optique narrativiste mais il a écrit sa campagne dans l'univers de DD donc on a essayé avec DD5 d'abord. Lui n'était pas satisfait du système donc on va essayer un autre, mais personnellement j'ai flippé pour mon perso de niveau 4-5 plus d'une fois et j'ai trouvé ça cool. Finalement le groupe de niveau 5 après avoir vaincu une liche à l'aide d'un Balor que les alliés PNJs ont révoqué, nos personnages ont attiré dragon noir et escouade de troll par sacrifice pour que les autres PNJs est le champ libre pour réussir la mission. Ici l'échec la mort des persos à toutefois permis une victoire à plus long terme celle de la faction dans laquelle les persos étaient. Du coup on a recréé des persos et c'est reparti. 


@Wenlock j'ai vu un petit peu ton récit de donjon-crawl et les problèmes que ça posait avec ton groupe de débutants. Alors peut-être que c'était simplement justement ce type de JDR qu'il n'aimait pas. Personnellement les one-shots que j'ai pu faire à DD et la campagne, j'adore justement le côté politique - religieux - négociation - RP, je ne suis pas contre un bon combat de temps en temps mais le dungeon-crawl m'ennuie d'une force...Peut-être parce que je considère que les jeux de plateau permettent déjà de le faire avec une durée et des règles moindre à assimiler. Après ceci n'engage que moi. 

Donc fort de cette expérience je dirais que : 
- Oui j'attends un minimum de challenge en JDR ou au moins la possibilité de perdre mon perso, peut-être pas au moindre jet de dés, mais si je fonce tête baissé sur une bande de maladrins tout seul, là oui ! Des systèmes qui proposent des combats dangereux sont intéressants car ils poussent selon moi à vaincre l'obstacle par des moyens plus prudents (bon pas toujours vrai mais souvent). 

- Je me situerai plutôt dans le player skill parce que cela permet à tout le monde d'avoir des idées, de briller, coopérer alors que la difficulté plus mécanique implique que celui qui connaît les règles par cœur sera meilleur, après si tout le monde les connaît pourquoi pas. Mais bien souvent y en a toujours un, un peu à la ramasse que ça intéresse pas ou qui préfère jouer l'histoire. 

- Ça m'inspire que le challenge est un truc à bien définir avec les joueurs avant le début de la partie/campagne. Et que limite je serais presque d'avis d'intégrer dans les bouquins de base de JDR un questionnaire du style :
1) Est-ce que ça vous dérange de recréer des personnages ?  
2) Est-ce que ça vous dérange d'avoir du challenge ? 
3) Est-ce ce que ça vous préféré jouer de manière plutôt ludique ou privilégier l'histoire ?

Un truc du style mais en mieux formulé, ça permettrait au 3 parties (jeu, MJ, PJs) de raconter une histoire dans une optique qui conviendrait à tous. Je note que sur la 4ème de couv de Brygandine justement c'est mis clairement "ce jeu s'adresse à tous ceux qui cherchent : " et on énumère les points. Alors hormis le combat rapide et meurtrier qui donne l'ambiance, c'est plutôt des trucs un peu mécanique mais y a de l'idée. 



 

Avatar de l’utilisateur
Julian_Manson
Ascendant
Messages : 1547
Inscription : jeu. nov. 23, 2017 4:05 am

Re: Difficulté & Adversité : challenge ludique en JdR

Message par Julian_Manson » jeu. déc. 06, 2018 10:39 am

C'est bien mignon de ne pas avoir peur de perdre des persos, mais faut parfois se dire que cela peut ruiner une campagne si certains personnages meurent au mauvais moment. Tout simplement parce que cela peut être galère d'introduire de nouveaux persos selon l'endroit ou sont les PJs.

Si les PJs sont au coeur d'un volcan, comment veux-tu introduire un nouveau perso dans ces conditions?

Alors oui, parfois les Deus Ex Machina sont chiants, et souvent artificiels, mais quand tu joues pour vivre une histoire, c'est pas dans le but de la vivre du début à la fin ? Parce que si oui, un DXM qui évite que la campagne foire à cause d'une mort stupide ( que ce soit par les dés ou parce qu'une personne a fait le con ) ne devrait pas être une gène. Le DXm peut être même tourner comme une péripétie qui rajoute des choses ( les PJs au lieu d'être tués sont capturés et se retrouvent en taule ect ).

Growth
Profane
Messages : 7
Inscription : lun. sept. 24, 2018 5:51 pm

Re: Difficulté & Adversité : challenge ludique en JdR

Message par Growth » jeu. déc. 06, 2018 11:05 am

Pour discuter de la mort des PJ, je pense qu'on part sur une mauvaise piste: ce n'est pas de la difficulté ou de l'adversité (à la limite).

La mort des personnages est importante selon moi; on fait du jeu de rôle pas du jeu de maternelle. Si un PJ en armure full plate tente en saut d'un toit à l'autre (stupide) et rate son jet, je pense qu'il doit mourir. Si un PJ roublard/voleur tente un saut d'un toit à l'autre et rate son jet, il ne doit pas mourir, il passe de l'autre coté et se casse la cheville, il tombe dans l'appartement deux étage plus bas. C'est de la responsabilité du MJ que de pose des conséquences réalistes, et aussi de reprendre les ardeurs d'un joueur (mais si celui ci insiste, tampis).
Pour ma part, j'accepterai que mon personnage meurt si il prendrai part à un duel, tout en sachant que j'ai accepter le duel, j'aurai pu choisir de fuir ou autre.

Avatar de l’utilisateur
Rui
Banni
Messages : 1373
Inscription : jeu. mars 07, 2013 2:33 pm
Localisation : Paris 13e
Contact :

Re: Difficulté & Adversité : challenge ludique en JdR

Message par Rui » jeu. déc. 06, 2018 11:07 am

Vivre une histoire du début à la fin ne veut pas dire forcément "avec le même personnage".
Si une campagne foire à cause de la mort d'un PJ la campagne ne vaut pas tripette.
Si on joue dans une optique que la mort d'un perso est possible, il faut faire en amont les moyens d'introduction des nouveaux persos (avoir 2 / 3 fiches par joueurs par exemple avec déjà des accroches d'introductions).

Un deus ex machina est et restera un moyen ultra visible de refuser une naration. Si ça fait partie du "contrat" de base pourquoi pas par contre si le truc c'est d'avoir du challenge et que la mort et une vraie possibilité ça exclus d'office ce genre de ficelle.

Avatar de l’utilisateur
Zoltan83
Banni
Messages : 1384
Inscription : dim. févr. 28, 2016 8:02 pm

Re: Difficulté & Adversité : challenge ludique en JdR

Message par Zoltan83 » jeu. déc. 06, 2018 2:18 pm

@Julian_Manson Si le MJ veut éviter qu'une campagne foire à cause d'un jet de dé raté, je dirais que c'est de sa faute. Dans ce cas, soit le MJ est prêt que cela mette fin à la campagne (ou la change complètement) soit il n'est pas prêt. Et dans ce cas-là, pourquoi avoir demandé un jet de dé? 
C'est un débat qui a déjà eu lieu sur ce forum ceci-dit. 

Si c'est la faute d'un joueur, je suis moins contre un Deus Ex Machina. Pas pour sauver le joueur mais le groupe. Parce que si une campagne s'arrête juste parce qu'un joueur décide de faire n'importe quoi et ne s'en rend pas compte (ou ne veut pas s'en rendre compte ou pire le fait exprés), je n'ai pas de problème que le MJ ignore certaines conséquences pour les autres PJs. 
 

Avatar de l’utilisateur
Arisker
Initié
Messages : 110
Inscription : mer. sept. 16, 2015 8:18 am
Localisation : 56

Re: Difficulté & Adversité : challenge ludique en JdR

Message par Arisker » jeu. déc. 06, 2018 2:26 pm

@Julian_Manson Bon les voisins du dessus ont répondu plus ou moins. En fait voilà pour être plus clair : 

- Dans la campagne de DD5, nos personnages sont morts mais ils ont fait avancé l'histoire de part leur sacrifice donc pas de soucis

- A Anima mon perso capable de voir le surnaturel et un autre perso capable de détecter la magie flairent les emmerdes au milieu de la foule, ça va très mal se passer. On gueule au pote PJ de se tirer s'il veut pas crever fissa ! Nous au pire on peut plus ou moins encaisser mais pas lui, c'est la sentinelle du groupe et on en a besoin ! Mais le PJ choisit de rester. Le PNJ un pyrokinésiste déclenche une explosion/vague de chaleur autour de lui, crame une partie de la foule mais pirouette scénaristique et hop le PJ est toujours vivant. J'avais trouvé ça bien fumeux et ça m'a dégoûté de la campagne. 

Après quand je joue une campagne c'est bien pour vivre une histoire du début à la fin mais étant friand des annales de la compagnie noire et des livres Game of Thrones, ça me dérange pas de jouer dans cette ambiance un peu "chorale" où je ne jouerai peut-être pas le même personnage entre le début et la fin de l'histoire. Après ça reste une histoire de contrat social. Peut-être que c'est pas du tout ton truc et ça je peux parfaitement le concevoir. 

Après voilà comme dit au-dessus y a la mort à la con sur un jet de dés, je suis pas friand. J'ai eu une fois un PJ qui débutait en JDR qui m'a clairement dit que ça le saoulerait de perdre son perso, j'ai pris en compte et le perso a survécu mais il avait fait le con et avait quand même été salement blessé. Mais il était content car il gardait son perso et a pu ensuite se rétablir et moi j'étais content parce que j'avais fait flippé mes joueurs avec un Sombre à Esteren et que la séance suivante le PJ salement blessé qui avait pu récupérer un peu était super attentif au bruit, etc...

Idem autre table de Esteren avec mon MJ d'anima cette fois joueur qui voulait voir jusqu'où on pouvait mini-maxer à Esteren, je l'avais prévenu que face à 4 chevaliers tout seul s'était du suicide, il y est allé quand même pour voir justement comment se comportait le système. Alors finalement c'était plus intéressant de le mettre inconscient et de le faire emprisonner pour l'histoire mais ça m'aurait pas déranger de le tuer non plus à ce tarif. Le joueur y était préparé de toutes façons.

Voilà, je n'éprouve nul plaisir à voir mes persos mourir mais le JDR m'a apporté cette possibilité de risques qu'on ne retrouve que très peu dans les jeux vidéos. Généralement le héros de jeu vidéo s'il meurt, on le récupère à la dernière sauvegarde et hop on est reparti. C'est vraiment le truc que j'avais trouvé cool quand j'ai découvert le JDR : on peut perdre son personnage et on doit en créée un nouveau, pas de dernière sauvegarde, un peu comme dans la vraie vie ou certains récits même si là on a une chance de continuer l'histoire. 

Pour recoller ce sujet à l'adversité, le fait d'avoir un personnage qui est potentiellement mortel me fait agir en tant que joueur de manière cohérente et je cherche justement des solutions pas forcément basées uniquement sur le combat. Alors que si je sais mon héros increvable je vais plutôt aller sur un jeu vidéo qui me propose ça ou alors tester je vais tester les limites du MJ en poussant mon héros de plus en plus loin dans le stupide ou dans des actions suicidaires. 

Sinon niveau adversité, je serais curieux de voir un MJ style DD5 ou autre jeu du style ou non donner des XP uniquement si "l'obstacle" n'est pas franchit par le combat et que celui-ci est le dernier recours.



 

Avatar de l’utilisateur
Vorghyrn
Dieu des gargarismes
Messages : 4641
Inscription : jeu. févr. 03, 2011 12:00 pm
Localisation : Le Cap (Afrique du Sud)
Contact :

Re: Difficulté & Adversité : challenge ludique en JdR

Message par Vorghyrn » jeu. déc. 06, 2018 2:30 pm

Arisker a écrit :
jeu. déc. 06, 2018 10:31 am
- Je me situerai plutôt dans le player skill parce que cela permet à tout le monde d'avoir des idées, de briller, coopérer alors que la difficulté plus mécanique implique que celui qui connaît les règles par cœur sera meilleur, après si tout le monde les connaît pourquoi pas.


[digression ON]
player skill qui n'est pas beaucoup plus équitable puisque le joueur beau parleur et malin brillera beaucoup plus que l’introvertie et moins "roublard"...
Pour avoir pratiqué (comme MJ) quelques groupes où le "player skill" était roi, j'ai plutôt l'impression que le système mécanique permet à peu près à tout le monde de s'en sortir, surtout qu'il y a au moins une personne qui peut veiller objectivement à cet équilibre : le MJ

Après, loin de moi de dire que le style de jeu en player skill c'est le Mal (TM). C'est un style qui a ses avantages et ses défauts, tout comme le fait de gérer les actions des PJ par les règles. Perso, je trouve que le bon compromis est entre les deux. Permettre à de bonnes idées de fonctionner, tout en gardant un fond de règle de base.
[digression OFF]

Sinon, c'est assez intéressant de vous lire car j'ai l'impression qu'une majorité d'entre vous son réellement à la recherche de challenges où ils peuvent perdre, voire où ils peuvent perdre leur perso. Ce n'est pas vraiment ce qui m'attire à titre individuel dans le JDR mais j'en prend bonne note, histoire de faire plus attention au besoin de challenge de mes joueurs :geek

Avatar de l’utilisateur
Arisker
Initié
Messages : 110
Inscription : mer. sept. 16, 2015 8:18 am
Localisation : 56

Re: Difficulté & Adversité : challenge ludique en JdR

Message par Arisker » jeu. déc. 06, 2018 4:41 pm

Effectivement j'avais pas percuté là-dessus, merci de le souligner, ça vient sûrement de ma pratique où on essaie de guider les joueurs avec moins de bagout, on essaie de les faire participer. 

Pour ce qui est du challenge, c'est un truc que moi j'aime, est-ce que tes joueurs aiment ça, le meilleur moyen c'est de le demander !

@Zoltan83 Je comprends ton point de vue, ah DD5 c'était un des PJs qui a attiré le dragon noir et les trolls sans nous prévenir et nous a envoyé au sacrifice sans avoir trop le choix. Sur le coup perdre mon perso elfe qui avait fusionné avec un hippogriffe j'étais un peu dégoûté, j'aurais bien voulu le jouer un peu plus longtemps et j'en voulais un peu au joueur. Mais en prenant du recul en fait ça a rendu l'histoire plus épique. 

D'ailleurs chose curieuse alors que souvent les TPK signent l'arrêt de la campagne, de ce que j'ai pu voir, ici le TPK a permis au MJ de changer de système d'avoir quelque chose d'un peu plus mortel que DD5 (bon à voir ce que donne le mophidius system sur roll20). Quant PJs, Ca a permis à un des joueurs d'arrêter de justifier une fin adéquate pour quitter la campagne, car il était plus trop dedans. Pour les autres joueurs, on a refait des persos que le MJ a voulu un peu plus RP que mécanique, ce que le système Conan 2D20 sans être fou lui permettait de faire un peu mieux que DD5 qui est beaucoup plus mécanique.  

Après ça m'entraîne sur une question par rapport "aux liens" et à l'adversité. Mon MJ DD5 a tendance à nous faire créer des persos séparément et on voit ce que ça donne. C'était comique quand mon PJ haït les morts-vivants voient débarquer un zombie et un vampire en tant que transfuge d'une liche qui cherchait à devenir un demi-dieu. On verra bien à l'usage mais je suis pas sûr que ça tiennent la route. 

En revanche je sais que quelques de jeu proposent des liens entre les PJs et je me demandais justement si ces liens renforçaient la coopération ?

Avatar de l’utilisateur
Kandjar
Envoyé de la Source
Messages : 6226
Inscription : sam. févr. 05, 2005 9:32 pm
Localisation : Petit mouroir tout gris entre l'Allemagne et la vie

Re: Difficulté & Adversité : challenge ludique en JdR

Message par Kandjar » jeu. déc. 06, 2018 7:20 pm

Et sinon, on peut revenir sur les notions de difficulté plutôt que sur la mort des PJ (pour laquelle il est possible de rouvrir un autre sujet).
ImageImageImageImageImageImage

Avatar de l’utilisateur
Arisker
Initié
Messages : 110
Inscription : mer. sept. 16, 2015 8:18 am
Localisation : 56

Re: Difficulté & Adversité : challenge ludique en JdR

Message par Arisker » jeu. déc. 06, 2018 9:10 pm

Ok si je suis trop parti en live, je peux supprimer mes postes éventuellement pas de soucis.

Répondre