D&D12 : Blood war VS Edition war

Inspis, théories, conseils ...
Avatar de l’utilisateur
Loris
Dieu des cataphiles argentiques
Messages : 17215
Inscription : mer. juil. 30, 2003 3:04 pm
Localisation : Singapore sling
Contact :

Re: D&D12 : Blood war VS Edition war

Message par Loris »

Da Beast a écrit :
ven. juin 19, 2020 5:21 pm
Olivier Fanton a écrit :
ven. juin 19, 2020 3:39 pm
Un joueur veut jouer un druide d'une race qui a un bonus en Int ? Bah, on transfère le bonus en Sag. Pas besoin de créer une sous-race. C'est juste plus logique, plus fun et pas spécialement déséquilibré (même si ça retire encore un peu d'avantages aux humains).
Cyrano a écrit :
ven. juin 19, 2020 4:12 pm
J'avoue que les bonus en caractéristique des différentes race m'a toujours ennuyé, quelque soit le jeu. J'ai trop souvent vu mes joueurs choisir une race à cause d'un bonus* ou à l'inverse être pénalisés parce qu'ils sortaient des archétypes.
L'approche de Pathfinder 2 est pas mal pour ça, c'est la classe qui donne les caracts et non l'inverse. Tu fais Guerrier ? Rajoute toi +2 en Force

Au final, l'approche D&D (et non AD&D) est pas si mal, si on vire la notion de peuple qui sert à rien, et qu'on s'en sert juste pour mettre de la couleur (la vision nocturne, la taille, la connaissance de la terre/pierre/bière).
"Over the centuries, mankind has tried many ways of combating the forces of evil... prayer, fasting, good works and so on. Up until 'DooM', no one seemed to have thought about the double-barrel shotgun. Eat leaden death, demon!"
~Terry Pratchett

Avatar de l’utilisateur
Kardwill
Dieu des strates galactiques
Messages : 7180
Inscription : mar. déc. 11, 2007 3:19 pm

Re: D&D12 : Blood war VS Edition war

Message par Kardwill »

Da Beast a écrit :
ven. juin 19, 2020 5:26 pm
Kardwill a écrit :
ven. juin 19, 2020 3:11 pm
Après 1 an à maitriser Curse of Strahd toutes les semaines, pas vraiment, je trouve. On aime vraiment bien la campagne, mais avec la puissance de feu d'un groupe de D&D5 typique, c'est plus "D&D avec un costume d'Halloween" que "D&D pour faire de l'horreur".
Ce qui ne veut pas dire que c'est pas cool ^^
Comme je le notais dans un autre fil, j'ai suivi un pote y jouer un Goliath Barbare, Strad n'a pas fait 3 rounds. Du coup lui à repris cette campagne mais avec Warhammer (j'aurai pris Brigandyne) à la Salomon Kane, là c'était pas la même ambiance.
Ouais, j'essaye de jouer au maximum sur le côté "manipulateur pervers accro au frisson" de Strahd, parce que niveau puissance, la dernière fois qu'il a voulu les chauffer en combat frontal pour jauger leur force, il a beau être quasi indestructible, être forcé de "décider de reprendre la discussion un autre jour" (i.e. fuir) devant des niveaux 5, ça fait pas sérieux quand on est CR15 :P
Je veux même pas penser à ce qui se passera quand ils viendront le chercher au niveau 10, avec les deux artéfacts magiques, et après avoir neutralisé ses défenses. Je ne suis même pas sur qu'il aura le temps de finir son monologue :mrgreen:
Rosco a écrit :
ven. juin 19, 2020 5:04 pm
C'est un peu tout le principe de raventlof l'univers, en tout cas que des incel


Pour Strahd, c'est thématique, vu que c'est une copie-carbone de Dracula. Mais en plus de lui donner un côté entre le stalker malsain et l'ado pathétique, c'est pas trop cool pour l'intrigue de la campagne, vu que ça fait d'un PNJ le personnage central du côté des "gentils". Et une demoiselle en détresse, en prime. Du coup, perso, j'essaye de faire en sorte que sa fascination envers les PJs prenne le pas, et que son obsession soit juste un bon prétexte pour moi pour les faire intéragir régulièrement

Spoiler:
Mes PJs apprécient tellement ce bon Vassili Von Holt. Tellement serviable, poli et charmeur. Tellement bien informé, dés lors qu'ils cherchent des infos sur un monstre refusant l'autorité de Strahd, comme Mémé Morganthe, ou sur les "péchés" des notables de Vallaki. Tellement prêt à veiller sur Irina quand les PJs partent en aventure hors du village. Tellement absent de la scène, à chaque fois que le paladin a décidé d'utiliser sa détection du Mal... :mrgreen:

Bon, ils ont retrouvé une correspondance de sa main datant de plus d'un siècle et ont décidé de visiter son manoir en ville à la prochaine session, donc "Vassili" va probablement prendre sa retraite bientôt.
 
MJ actuellement sur : Dresden Files (Fate), Star Trek (Fate), Ravenloft (D&D)

Avatar de l’utilisateur
Islayre d'Argolh
Dieu des coiffeurs zélés
Messages : 8328
Inscription : ven. août 17, 2007 5:11 pm
Localisation : Paris
Contact :

Re: D&D12 : Blood war VS Edition war

Message par Islayre d'Argolh »

Da Beast a écrit :
ven. juin 19, 2020 5:26 pm
Comme je le notais dans un autre fil, j'ai suivi un pote y jouer un Goliath Barbare, Strad n'a pas fait 3 rounds. Du coup lui à repris cette campagne mais avec Warhammer (j'aurai pris Brigandyne) à la Salomon Kane, là c'était pas la même ambiance.

C'est peut-être tout autant une question de meneur que de jeu.
Un Stradh joué à fond est un cauchemar pour les PJ.
Mais cela implique effectivement que le meneur fasse un vrai travail de préparation pour maitriser son stat-block et laisse tomber tout gentleman's agreement.

On retrouve alors un concept très présent dans un jeu comme Abstract Dungeon : le TPK avant le climax de la campagne, ça fait chier tout le monde.
Un TPK pendant le climax est par contre tout a fait fair game.

 
You are the rulebook. There is no other rulebook.
Make it fast, make it colorful and make it full of decisions for the players. 

Boutique LuLu : la Cité sans Nom, Coureurs d'Orages et autres bêtises au d20.

Avatar de l’utilisateur
Loris
Dieu des cataphiles argentiques
Messages : 17215
Inscription : mer. juil. 30, 2003 3:04 pm
Localisation : Singapore sling
Contact :

Re: D&D12 : Blood war VS Edition war

Message par Loris »

Des jeux ont des mécaniques là dessus, d'ailleurs. Dans Fragmentos, t'as une jauge qui enlève la protection scénaristique aux PJs quand elle devient assez haute, par exemple.
"Over the centuries, mankind has tried many ways of combating the forces of evil... prayer, fasting, good works and so on. Up until 'DooM', no one seemed to have thought about the double-barrel shotgun. Eat leaden death, demon!"
~Terry Pratchett

Avatar de l’utilisateur
Kardwill
Dieu des strates galactiques
Messages : 7180
Inscription : mar. déc. 11, 2007 3:19 pm

Re: D&D12 : Blood war VS Edition war

Message par Kardwill »

Islayre d'Argolh a écrit :
ven. juin 19, 2020 5:59 pm
Da Beast a écrit :
ven. juin 19, 2020 5:26 pm
Comme je le notais dans un autre fil, j'ai suivi un pote y jouer un Goliath Barbare, Strad n'a pas fait 3 rounds. Du coup lui à repris cette campagne mais avec Warhammer (j'aurai pris Brigandyne) à la Salomon Kane, là c'était pas la même ambiance.

C'est peut-être tout autant une question de meneur que de jeu.
Un Stradh joué à fond est un cauchemar pour les PJ.

Mmmh, objection, votre honneur, le Strahd dans le lien n'est pas "joué à fond" mais boosté : On propose de mettre des suivants plus puissants et/ou nombreux, de tricher sur ses capacités (une faculté qui prend effet en 1-4 tours devient instantanée), changer sa liste de sorts pour les optimiser comme un porc, augmenter ses PV de 30%...

Même les suggestions "légales" sont un peu borderline (genre le méta-jeu sur l'ordre d'initiative pour court-circuiter l'un des joueurs pour toute la durée du combat)

Ceci dit, je vais quand même bien étudier les tactiques du vampires d'ici la confrontation finale. Jusqu'ici, les accrochages qu'ils ont eu ont été des "tests", une distraction pour le vampire (pourquoi attirer des aventuriers dans son domaine si c'est pour les buter au niveau 3? Strahd s'emmerde comme un rat mort depuis 400 ans, et il compte tester ses jouets et les regarder s'agiter tant qu'ils l'amusent). En plus, ça permet de jouer avec le vampire de temps en temps (le big boss que tu ne rencontres qu'à la fin, c'est triste). Stahd est super pratique pour ça : Il a plein de raisons de taquiner les aventuriers sans y aller à fond (jouer avec sa proie comme un gros chat, observer l'opposition, jauger un successeur, manipuler Ireena...), et je pourrai le jouer "sérieux" en fin de campagne quand ms joueurs lui auront donné une raison (menace réelle après le temple d'Ambre, causer la mort de Ireena ou de Rahadin, briser son hospitalité, par exemple). A ce moment, j'essaierai d'optimiser un peu tout ça, d'y aller plus tactique, et de mettre à profit la connaissance qu'il accumule sur les PJs (pas de feu sur la sorcière et le sangdragon, par exemple), pour qu'ils continue à représenter un challenge :)
 
Dernière modification par Kardwill le ven. juin 19, 2020 9:08 pm, modifié 1 fois.
MJ actuellement sur : Dresden Files (Fate), Star Trek (Fate), Ravenloft (D&D)

Avatar de l’utilisateur
Calandil
Initié
Messages : 151
Inscription : ven. mai 08, 2015 12:10 am
Localisation : Asnières-sur-Seine

Re: D&D12 : Blood war VS Edition war

Message par Calandil »

Intéressant tout ça.

A ceux que "Icewind Dale, rime of the frostmaiden" évoque quelque chose, vous pourriez nous en dire plus ? Horreur dans les glaces c'est léger... Même si la parenthèse sur Stradh joué a fond est très intéressante je reste sur ma faim 😅

Avatar de l’utilisateur
Islayre d'Argolh
Dieu des coiffeurs zélés
Messages : 8328
Inscription : ven. août 17, 2007 5:11 pm
Localisation : Paris
Contact :

Re: D&D12 : Blood war VS Edition war

Message par Islayre d'Argolh »

Kardwill a écrit :
ven. juin 19, 2020 7:38 pm
Mmmh, objection, votre honneur

Je suis d'accord que l'article pars un peu dans tous les sens mais AMHA les points clés sont
- Stradh a une capacité de mouvement inégalée entre ses métamorphoses, ses legendary actions et lair actions
- Il régénère comme porc, sans aucune dépense de ressource et donc n'a aucun intérêt a combattre autrement qu'en guerilla
- Il est superieurement intelligent et a des niveaux de magicien, ce qui implique qu'il peut optimiser sa liste de sorts au fil des combats pour contrer les PJ
- Il est rarement solo
- Sa fiche complète fait deux pages. Il y a un raison a ça : c'est un boss complexe a jouer pour le meneur.

Bref Stradh n'est pas un boss façon Darth Maul : c'est un boss façon Prédator.
You are the rulebook. There is no other rulebook.
Make it fast, make it colorful and make it full of decisions for the players. 

Boutique LuLu : la Cité sans Nom, Coureurs d'Orages et autres bêtises au d20.

Avatar de l’utilisateur
Kardwill
Dieu des strates galactiques
Messages : 7180
Inscription : mar. déc. 11, 2007 3:19 pm

Re: D&D12 : Blood war VS Edition war

Message par Kardwill »

Islayre d'Argolh a écrit :
sam. juin 20, 2020 9:58 am
Kardwill a écrit :
ven. juin 19, 2020 7:38 pm
Mmmh, objection, votre honneur

Je suis d'accord que l'article pars un peu dans tous les sens mais AMHA les points clés sont
- Stradh a une capacité de mouvement inégalée entre ses métamorphoses, ses legendary actions et lair actions
- Il régénère comme porc, sans aucune dépense de ressource et donc n'a aucun intérêt a combattre autrement qu'en guerilla
- Il est superieurement intelligent et a des niveaux de magicien, ce qui implique qu'il peut optimiser sa liste de sorts au fil des combats pour contrer les PJ
- Il est rarement solo
- Sa fiche complète fait deux pages. Il y a un raison a ça : c'est un boss complexe a jouer pour le meneur.

Bref Stradh n'est pas un boss façon Darth Maul : c'est un boss façon Prédator.

Oui, un boss qui peut se déplacer 4 fois par tour, qui passe à travers les murs, qui est intelligent, et qui a toutes les cartes en mains (transformations, divinations, minions, rencontres antérieures) pour connaitre en détail les capacités des aventuriers, ça peut être un peu chiant pour n'importe quel groupe si le MJ réfléchit en amont ^^.
Pour sa régénération, il a intérêt à faire de longues pauses loin du combat s'il veut en bénéficier face à mon groupe : Ils ont bien compris que la lumière solaire et les dégâts radiants bloquaient la régèn' des vampires, et le prêtre et le paladins ont développé leurs persos en conséquence,
Spoiler:
surtout qu'ils auront bientôt le médaillon et l'épée solaire 
:help
MJ actuellement sur : Dresden Files (Fate), Star Trek (Fate), Ravenloft (D&D)

Avatar de l’utilisateur
Vorghyrn
Dieu des gargarismes
Messages : 6104
Inscription : jeu. févr. 03, 2011 12:00 pm
Localisation : Le Cap (Afrique du Sud)
Contact :

Re: D&D12 : Blood war VS Edition war

Message par Vorghyrn »

Calandil a écrit :
ven. juin 19, 2020 8:55 pm
Intéressant tout ça.

A ceux que "Icewind Dale, rime of the frostmaiden" évoque quelque chose, vous pourriez nous en dire plus ? Horreur dans les glaces c'est léger... Même si la parenthèse sur Stradh joué a fond est très intéressante je reste sur ma faim 😅
ben tu as "legacy of the crystal shard" qui est sur le même setting et qui évoque aussi la Frostmaiden comme un des antagonistes. En gros

Spoiler:
une élue de Auril, la déesse maléfique de l'hiver, s'éveille à ses pouvoirs d'élues et se lance dans une prise de pouvoir agressive de la région, commandant à des barbares et des monstres du froid.

Je ne sais pas où sera l'horreur l'à-dedans.
 
Mes CR solos en cours :

Avatar de l’utilisateur
Mahar
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 1984
Inscription : jeu. sept. 02, 2010 12:27 pm
Localisation : Epinal (88)
Contact :

Re: D&D12 : Blood war VS Edition war

Message par Mahar »

Tholgren a écrit :
ven. juin 19, 2020 1:57 pm
Curse fait l'unanimité j'ai l'impression
Pas tout à fait. Je n'ai jamais pris le temps de coucher par écrit la critique que je voulais en faire, mais je ne suis pas "unanime"...
C'est le seul module D&D5 que j'ai acheté, sur les conseils d'un bon "ami" commun (un casusien célèbre dont je considère les avis avec respect), et j'avoue que j'ai été hyper déçu à la lecture.
Certes, la campagne dans son ensemble a de réelles qualités et elle doit être fun a jouer. Le fond est très chouette, on voit le potentiel au bout de 20 pages.
Mais pour le MJ, qu'elle plaie à lire et préparer !
Les infos sont vraiment mal organisées, dispersées entre l'intro, les descriptions de lieux et le bestiaire. On se tape des descriptions de salles fadasses (dimensions, luminosité, décor) à longueur de chapitre au lieu de fournir des éléments d'intrigue et de rebondissements dans un ordre logique. Des pages et des pages inutiles, on pourrait condenser tout ça dans un module 64 pages tellement plus pratique ! Bref, impossible à maîtriser sans avoir pris des tas de notes/résumés pour gérer les interactions, les PNJ, etc.
Vraiment, ce défaut éditorial est pour moi très ennuyeux. Les modules et AP Pathfinder, avec tous leurs défauts, disposent au moins d'une organisation un peu plus pratique pour le MJ. C'est triste de voir que WotC n'ait pas la même exigence...

Voilà pour moi la vraie nature de la Malédiction de Stradh : on s'ennuie ferme au fil des pages, comme le vampire au fil des siècles.

Avatar de l’utilisateur
nerghull
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 4159
Inscription : dim. mai 03, 2015 3:02 am

Re: D&D12 : Blood war VS Edition war

Message par nerghull »

Mahar a écrit :
sam. juin 20, 2020 11:38 am
Voilà pour moi la vraie nature de la Malédiction de Stradh : on s'ennuie ferme au fil des pages, comme le vampire au fil des siècles.

Côté PJ j'ai le même ressenti sur table. Pourtant j'ai un MJ qui écume les reddit de la campagne, qui fait plein de rajouts et d'adaptations plébiscitées par les fans de la campagne bref "y a du boulot" mais qu'est ce que je m'emmerde. La faute à un postulat de départ qui fait qu'on est absolument pas impliqué dans ce qui arrive à Ravenloft et que tout le monde est pis que grotesque.
Spooky scary creepypasta

Ici j'ai pris du temps pour faire des trucs :
Une bafouille sur les plateaux de jeu & Un truc plus synthétique sur la déstabilisation / Des CR de partie d'Eclipse Phase
Un système alternatif pour Warhammer 40k (Black Crusade et Dark Heresy, surtout)

Avatar de l’utilisateur
zuzul
Dieu par accident
Messages : 5015
Inscription : mar. janv. 09, 2007 8:31 am

Re: D&D12 : Blood war VS Edition war

Message par zuzul »

Curse fut une belle campagne, mais qui m'a demandé effectivement masse de boulot préparatoire. Je rejoins les remarques sur l'organisation du bouquin : retrouver une information à la volée est une plaie dans ce livre. Après, les campagnes officielles de D&D5, je ne suis pas trop fan : j'en ai lu plusieurs mais elles ne correspondent pas à ma manière de jouer.
Mon Wiki : https://sites.google.com/site/zuzulnwn/

Avatar de l’utilisateur
Islayre d'Argolh
Dieu des coiffeurs zélés
Messages : 8328
Inscription : ven. août 17, 2007 5:11 pm
Localisation : Paris
Contact :

Re: D&D12 : Blood war VS Edition war

Message par Islayre d'Argolh »

Mahar a écrit :
sam. juin 20, 2020 11:38 am
Voilà pour moi la vraie nature de la Malédiction de Stradh : on s'ennuie ferme au fil des pages, comme le vampire au fil des siècles.

Arf, ça me désole de lire ça mais paradoxalement je le comprends tout à fait.
Perso j'aime cette campagne de tout mon coeur mais, précisément parce qu'elle nécessite énormément d'investissement personnel, je pense que je n'ai pas (plus) les épaules pour la faire jouer.
D'un point de vue organisationnel, je n'ai pas envie de me taper des heures de boulot de préparation pour une campagne qui, comme toute les campagnes de JdR, capotera au bout de 7 séances parce qu'on est plus étudiants et que la Vraie Vie (TM) se met toujours sur notre chemin de rolistes adultes.
D'un point de vue roleplay, je ne suis pas non plus certain de pouvoir rendre justice au ton du contexte, mes manies Pratchettiennes sont trop fortes. Je peux faire jouer horrifique sur 2-3 séances, en me faisant violence, mais au delà je vais craquer et ça va vriller en What we do in the Shadows.

Par contre je pense qu'il ne faut pas non plus se tromper de cible quand on critique une campagne de Dungeons & Dragons qui reste un jeu d'action et d'aventure dans lequel on explore divers modèles de bunkers med-fan labyrinthiques avec la ferme intention de péter les rotules des créatures a mauvaise haleine qui s'y terrent (les lâches).
Donc oui, il y aura toujours des pages et des pages de dungeons, avec leurs salles vides et des encarts détaillants les différents types de moisissure, c'est le jeu et c'est ce que la grosse majorité des pratiquants attendent d'une campagne D&D.
Même A Red & Pleasant Land, qui est un peu le jumeau indé sous amphétamine de CoS, alligne des dungeons interminables et des stats-blocks a n'en plus finir, ça fait partie du deal.

Est-ce que CoS aurait pu être mieux organisé pour faciliter la vie du Meneur ? Oui clairement et ce n'est pas un hasard si le Guide to CoS de Sean McGovern s'est téléchargé par tombereaux.
Mais en réalité toutes les campagnes D&D 5 demandent du taff et les blogs de conseils de maîtrise pullulent.
Et dans ce cadre, CoS reste la plus populaire et reconnu des grosses campagnes D&D 5.

Tout ceci dit, et là je suis sincèrement navré de faire ma pub, ce n'est toujours pas un hasard si j'ai écrit le Val des Corbeaux pour CdO : moi aussi j'avais besoin d'un Ravenloft "autrement". :bierre:

EDIT : je rajoute au passage un petit lien vers le, toujours pertinent, blog de J. Manola malheureusement inactif depuis trop longtemps :cry:
You are the rulebook. There is no other rulebook.
Make it fast, make it colorful and make it full of decisions for the players. 

Boutique LuLu : la Cité sans Nom, Coureurs d'Orages et autres bêtises au d20.

Avatar de l’utilisateur
haplo
Initié
Messages : 198
Inscription : ven. août 31, 2018 11:16 am
Localisation : Vitré

Re: D&D12 : Blood war VS Edition war

Message par haplo »

C'est probablement parce que je l'ai fait côté PJ avant, mais je ne trouve pas que la préparation soit si rude pour cette campagne, en tout cas par rapport à d'autres.

Le truc qui m'a demandé le plus de temps, ce fut d'aller demander conseil sur comment amener les PJ avec quelque chose à faire sur ce plan et de mouliner tout ça pour que ça colle aux personnages. J'imagine que comprendre comment jouer Strahd me demandera un peu de temps aussi. Mais rien de plus hard que les autres campagnes avec un gros boss de fifou.

Certes, l'organisation est pas folichone mais bon une fois qu'on a mis un post it sur les débuts de chapitres, on a un schéma qui se répète assez simple à biter amha (intro, lieux/pnj et leurs intentions pour savoir les jouer, évènements). Si ce n'est pas la panacée, c'est suffisant pour suivre les PJ dans leurs envies en créant du rebondissement. J'avoue n'avoir pas encore invité les PJ au château, peut être que mon jugement changera à ce moment là.

Ça manque probablement de diagrammes relationnels, mais c'est pas non plus la campagne la plus complexe. Et de fait un résumé des pnj avec des directions pour les jouer (3 adjectifs, et leurs objectifs) ça aurait été cool aussi.

On peut quand même saluer la liberté laissée aux PJ, qui je trouve permet d'éviter cette surpréparation. Ce qui ne me semble pas trop être la règle dans les campagnes de la 5e, en tout cas celles que j'ai lu.

Et si on compare à d'autres ou les PJ ont un espace de liberté, une vraie marge de manœuvre, j'ai eu bien plus de mal à démêler les choses dans tomb of annihilation ou on a un seul chapitre de watmilles pages sur ce qu'il peut se passer quand les PJ explorent Chult (le 3eme de mémoire pas fraîche ?).

Bien entendu c'est très subjectif. Et je pense que le fait de l'avoir joué de l'autre côté du paravent en amont aide beaucoup.
1/2 Mardi : MJ IVL Pax Elfica
1/2 Mardi : MJ DnD5 IVL Curse of Strahd
1/Mois : MJ AdCv7 IVL les Oripeaux du Roi
De temps en temps MJ sur d'autres trucs.
 

Avatar de l’utilisateur
Tholgren
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 4797
Inscription : mar. janv. 09, 2007 9:15 am
Localisation : Lieusaint 77

Re: D&D12 : Blood war VS Edition war

Message par Tholgren »

Islayre d'Argolh a écrit :
sam. juin 20, 2020 12:41 pm

Tout ceci dit, et là je suis sincèrement navré de faire ma pub, ce n'est toujours pas un hasard si j'ai écrit le Val des Corbeaux pour CdO : moi aussi j'avais besoin d'un Ravenloft "autrement". :bierre:


D'ailleurs j'essaierais bien de modifier le Val en ajoutant un vampire de la prestance de Strahd (contrarié par les agissements de ces nouveaux riches si vulgaires...) et une bande de loups garous. :D
"La cupidité est la métropole de tous les maux." Diogène de Sinope

"Tant qu'un homme pourra mourir de faim à la porte d'un palais où tout regorge, il n'y aura rien de stable dans les institutions humaines" Eugène Varlin - Ouvrier imprimeur, membre de la Commune de Paris - 1871

Répondre