D&D13 : le Marronnier sans nom

Inspis, théories, conseils ...
Avatar de l’utilisateur
griffesapin
Transcendé
Messages : 707
Inscription : lun. juil. 03, 2017 11:21 am
Localisation : MONTIGNY-LES-METZ

Re: D&D13 : le Marronnier sans nom

Message par griffesapin »

jbbourgoin a écrit : mar. févr. 23, 2021 3:06 pm Il ne s'agit pas pour moi de critiquer les mouvements féministes ou LGBT+ ( loin de là ! ), je viens d'ailleurs de commander un bouquin sur la philosophie féministe contemporaine qui à l'air passionnant
c'est fou que tu te sentes obligé de te justifier...
 
la différence entre un adulte et un enfant, c'est la taille et le budget du jouet
Avatar de l’utilisateur
dogboy
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2437
Inscription : mar. déc. 23, 2008 12:13 am

Re: D&D13 : le Marronnier sans nom

Message par dogboy »

Strahd est a priori plutôt en "sécurité", étant lui-même un symbole de l'oppression patriarcale et de la masculinité toxique  :mrgreen:

(Je pense que ça prendrait le pas sur la problématique figure de Dracula en tant qu'étranger barbare qui vient voler les femmes de la bonne société anglaise, en tout cas, un reproche peu applicable à ce brave Strahd.)
But soon the flames will fade, and only dark will remain.
Avatar de l’utilisateur
griffesapin
Transcendé
Messages : 707
Inscription : lun. juil. 03, 2017 11:21 am
Localisation : MONTIGNY-LES-METZ

Re: D&D13 : le Marronnier sans nom

Message par griffesapin »

dogboy a écrit : mar. févr. 23, 2021 3:58 pm Strahd est a priori plutôt en "sécurité", étant lui-même un symbole de l'oppression patriarcale et de la masculinité toxique  :mrgreen:
et tu as oublié "blanc-plus-que-blanc"  :D
 
la différence entre un adulte et un enfant, c'est la taille et le budget du jouet
Avatar de l’utilisateur
Islayre d'Argolh
Dieu des coiffeurs zélés
Messages : 8736
Inscription : ven. août 17, 2007 5:11 pm
Localisation : Paris
Contact :

Re: D&D13 : le Marronnier sans nom

Message par Islayre d'Argolh »

dogboy a écrit : mar. févr. 23, 2021 3:58 pm Strahd est a priori plutôt en "sécurité", étant lui-même un symbole de l'oppression patriarcale et de la masculinité toxique  :mrgreen:

Les fameux Mâles Hétéros Blancs Cisgenre de plus de 240 ans (tm) :mrgreen:

Ceci dit, dans CoS il est implicite que notre cher tyran maléfique est bisexuel, comme tout bon vampire post-Anne Rice qui se respecte...
You are the rulebook. There is no other rulebook.
Make it fast, make it colorful and make it full of decisions for the players. 

Mon travail :
Coureurs d'Orages
la Cité sans Nom et autres bêtises au d20.
Avatar de l’utilisateur
nerghull
Dieu d'après le panthéon
Messages : 4331
Inscription : dim. mai 03, 2015 3:02 am

Re: D&D13 : le Marronnier sans nom

Message par nerghull »

dogboy a écrit : mar. févr. 23, 2021 3:58 pm Strahd est a priori plutôt en "sécurité", étant lui-même un symbole de l'oppression patriarcale et de la masculinité toxique  :mrgreen:

Ah bah Strahd c'est la figure même de l'incel qui s'est fait plaquer par Julie en classe de 4ème et pour qui cet événement justifie de traiter toutes les nanas comme des outils destiné à le satisfaire.

(D'ailleurs Strahd c'est pas tant la Toxic Masculinity que la Oops I did it again Masculinity :mrgreen: )
Spooky scary creepypasta

Ici j'ai pris du temps pour faire des trucs :
Une bafouille sur les plateaux de jeu & Un truc plus synthétique sur la déstabilisation / Des CR de partie d'Eclipse Phase
Un système alternatif pour Warhammer 40k (Black Crusade et Dark Heresy, surtout)
Avatar de l’utilisateur
Kardwill
Dieu des strates galactiques
Messages : 7909
Inscription : mar. déc. 11, 2007 3:19 pm

Re: D&D13 : le Marronnier sans nom

Message par Kardwill »

nerghull a écrit : mar. févr. 23, 2021 4:10 pm
dogboy a écrit : mar. févr. 23, 2021 3:58 pm Strahd est a priori plutôt en "sécurité", étant lui-même un symbole de l'oppression patriarcale et de la masculinité toxique  :mrgreen:

Ah bah Strahd c'est la figure même de l'incel qui s'est fait plaquer par Julie en classe de 4ème et pour qui cet événement justifie de traiter toutes les nanas comme des outils destiné à le satisfaire.

Et qui se la joue dark et tragique parce que c'est vraiment trop injuste que ça arrive à un gars honnête comme lui, et qu'il est trop ténébreux, tavu?

La lecture de son journal intime a été un franc moment de rigolade pour mes joueurs/joueuses quand leurs PJs l'ont trouvé. Pas forcément la réaction escomptée, mais le plus important, c'est qu'il ne les ait pas laissé indifférent, j'imagine :mrgreen:
MJ actuellement sur : Dresden Files (Fate), Star Trek (Fate), Ravenloft (D&D)
Avatar de l’utilisateur
jbbourgoin
Messie
Messages : 1157
Inscription : mer. juin 18, 2014 2:35 pm
Localisation : Brest
Contact :

Re: D&D13 : le Marronnier sans nom

Message par jbbourgoin »

griffesapin a écrit : mar. févr. 23, 2021 3:57 pm
jbbourgoin a écrit : mar. févr. 23, 2021 3:06 pm Il ne s'agit pas pour moi de critiquer les mouvements féministes ou LGBT+ ( loin de là ! ), je viens d'ailleurs de commander un bouquin sur la philosophie féministe contemporaine qui à l'air passionnant
c'est fou que tu te sentes obligé de te justifier...


Ouais, c'est vrai. J'ai peut-être une mauvaise conscience quelque part XD
Du sandbox en solo, c'est ici : Histoires de Donjons
Avatar de l’utilisateur
Silenttimo
Dieu bavard du muet
Messages : 8448
Inscription : mar. févr. 13, 2007 3:39 pm
Localisation : Hauts-de-Seine sud (92)

Re: D&D13 : le Marronnier sans nom

Message par Silenttimo »

Islayre d'Argolh a écrit : mar. févr. 23, 2021 4:08 pm
Ceci dit, dans CoS il est implicite que notre cher tyran maléfique est bisexuel, comme tout bon vampire post-Anne Rice qui se respecte...

Bof, alors ça, ça ne me dérange pas du tout : le vampire, il peut-être bi, homo, hétéro, queer, cis-, trans-, je m'en tape complètement !
D'autant qu'en matière d'homosexualité vampirique, c'est Sheridan Le Fanu qui a tout inventé avec "Carmilla" en 1872, plus d'un siècle avant Rice.

Et la Hammer (et la Amicus qui suivait les traces) avait aussi déjà pas mal changé l'image du vampire, après le grand brun ténébreux qu'était Christopher Lee : blond raffiné hétéro avec complexe limite oedipien, homme avec harem, femme hétéro, femme homo ou bi, les Hammer post-68/69 (Woodstock, île de Wight, flower-power) sont plus variés et débridés, et Anne Rice n'a fait que s'inscrire dans ce décloisonnement (out of the closet) des vampires.

En revanche, la "sorcière" façon Baba Yaga / Salem / Macbeth (voire "Blanche-Neige et les 7 nains"), c'est bien l'image d'une vieille femme (hideuse) qui prime, pour ce qui me concerne (même si une variation occasionnelle bien amenée peut être intéressante).
Dans les principaux contes et représentations, l'ogre est de sexe masculin, la sorcière COMME la fée sont de sexe féminin, donc tordre le coup à ces représentations multi-centenaires, faut que ça soit fait de manière intelligente, pas uniquement en suivant le principe de bien-pensance.
Ce n'est que mon avis, hein !
"Mieux est de ris que de larmes écrire, pour ce que rire est le propre de l'homme" (Rabelais)

Fan de ciné muet et US :
- Lubitsch : "Je fais appel à l'intelligence du spectateur !"
- Avatar : "l'homme qui rit" de P. Leni (1928)
Avatar de l’utilisateur
Mugen
Dieu des bottes de cuir
Messages : 10810
Inscription : mer. mai 17, 2006 11:34 am

Re: D&D13 : le Marronnier sans nom

Message par Mugen »

Silenttimo a écrit : mar. févr. 23, 2021 4:45 pm Dans les principaux contes et représentations, l'ogre est de sexe masculin, (...)

Mais il a bien des filles dans le petit poucet !
Sois satisfait des fruit, des fleurs et même des feuilles,
Si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles.
Ne pas monter bien haut peut-être, mais tout seul.
Avatar de l’utilisateur
Kardwill
Dieu des strates galactiques
Messages : 7909
Inscription : mar. déc. 11, 2007 3:19 pm

Re: D&D13 : le Marronnier sans nom

Message par Kardwill »

Silenttimo a écrit : mar. févr. 23, 2021 4:45 pm En revanche, la "sorcière" façon Baba Yaga / Salem / Macbeth (voire "Blanche-Neige et les 7 nains"), c'est bien l'image d'une vieille femme (hideuse) qui prime, pour ce qui me concerne (même si une variation occasionnelle bien amenée peut être intéressante).

Ce qui crée des redondances dans Curse of Strahd, d'ailleurs : On a mémé Morganthe (vieille femme maléfique moche et sinistre vivant dans une bicoque délabrée en bordure de la civilisation) et Baba Lysaga (vieille femme maléfique moche et sinistre vivant dans une bicoque délabrée en bordure de la civilisation). Même si les comportements/motivations/pouvoirs des deux sont franchement différents, j'ai clairement vu mes joueurs tiquer en mode "ah, tiens, encore une?" quand ils ont entendu parler de Lysaga alors qu'ils étaient en pleine guerre avec Mémé. L'archétype a beau être puissant et évocateur parce qu'on a tous entendu les même contes de fées quand on était mômes, ça fait tiquer quand on en abuse.
MJ actuellement sur : Dresden Files (Fate), Star Trek (Fate), Ravenloft (D&D)
Avatar de l’utilisateur
Cédric Jeanneret
Dieu des petits Suisses à la choucroute
Messages : 2330
Inscription : mer. oct. 19, 2005 3:10 pm
Localisation : Genève
Contact :

Re: D&D13 : le Marronnier sans nom

Message par Cédric Jeanneret »

Islayre d'Argolh a écrit : mar. févr. 23, 2021 9:53 am
Tholgren a écrit : mar. févr. 23, 2021 9:43 am Tu nous signes un papier ?  ;)

Je prends le pari publiquement : Dark sun ou Planescape avant la fin de l'année.
Et deuxième pari : pas de 5.5e/6e avant 2024.
Tholgren a écrit : mar. févr. 23, 2021 9:42 am  



moi j'aurais dis Dragonlance (sortie de nouveaux romans) et Spelljamer (pour faire concurrence à Starfinder de chez Smith d'en face).

Même si moi j'aimerai beaucoup Planescape, Dark Sun et/ou Spelljamer.
Avatar de l’utilisateur
Nobboc theHalfGreat
Cardinal
Messages : 572
Inscription : jeu. avr. 06, 2017 9:24 am
Contact :

Re: D&D13 : le Marronnier sans nom

Message par Nobboc theHalfGreat »

jbbourgoin a écrit : mar. févr. 23, 2021 4:32 pm
griffesapin a écrit : mar. févr. 23, 2021 3:57 pm
jbbourgoin a écrit : mar. févr. 23, 2021 3:06 pm Il ne s'agit pas pour moi de critiquer les mouvements féministes ou LGBT+ ( loin de là ! ), je viens d'ailleurs de commander un bouquin sur la philosophie féministe contemporaine qui à l'air passionnant
c'est fou que tu te sentes obligé de te justifier...

Ouais, c'est vrai. J'ai peut-être une mauvaise conscience quelque part XD

Quand j'ai lu ça j'ai pensé à "J'ai moi-même une très bonne amie LGBT !"  ;)
 
"..Most of the areas are too large for a torch or lantern to fully illuminate, so the party will always feel exposed to the murky depths just beyond their present vision.."
Avatar de l’utilisateur
jbbourgoin
Messie
Messages : 1157
Inscription : mer. juin 18, 2014 2:35 pm
Localisation : Brest
Contact :

Re: D&D13 : le Marronnier sans nom

Message par jbbourgoin »

Le truc c'est que j'avais commandé l'ouvrage genre 1 heure avant d'avoir écrit ce commentaire et j'étais dedans ( pour ceux que ça intéresse c'est Philosophie féministe, Patriarcat, savoirs, justice, aux éditions Vrin ), mais ouais ça fait carrément ça XD
Du sandbox en solo, c'est ici : Histoires de Donjons
Avatar de l’utilisateur
Islayre d'Argolh
Dieu des coiffeurs zélés
Messages : 8736
Inscription : ven. août 17, 2007 5:11 pm
Localisation : Paris
Contact :

Re: D&D13 : le Marronnier sans nom

Message par Islayre d'Argolh »

Cédric Jeanneret a écrit : mar. févr. 23, 2021 5:22 pm moi j'aurais dis Dragonlance (sortie de nouveaux romans) et Spelljamer (pour faire concurrence à Starfinder de chez Smith d'en face).

Je pense que ton hypothèse est tout aussi valable que la mienne mais c'était un pari, il fallait prendre un peu de risques :mrgreen:
Je suis parti sur Dark sun à cause des Pisoniques dans le Tasha's et sur Planescape parce que ça leur permettrait de refiler un Manual of the Planes par la même occasion.
Mais il y a au moins autant d'éléments qui vont dans ton sens...

Kardwill a écrit : mar. févr. 23, 2021 5:16 pmL'archétype a beau être puissant et évocateur parce qu'on a tous entendu les même contes de fées quand on était mômes, ça fait tiquer quand on en abuse.

Je suis bien d'accord mais on parle quand même d'un jeu qui propose 10 types de Dragons, 7 (?) lignées elfiques et un argumentaire sophistiqué pour faire la distinction diables/démons.
En l’occurrence dans la même campagne tu as effectivement un puissante magicienne âgée d'un coté (= un humain) et un fiélon ayant pris l'apparence d'une vieille dame de l'autre (= un monstre).
Errol Childress n'est pas Pennywise... mais pour les jeunes victimes ça ne fait aucune différence.

Silenttimo a écrit : mar. févr. 23, 2021 4:45 pm Bof, alors ça, ça ne me dérange pas du tout : le vampire, il peut-être bi, homo, hétéro, queer, cis-, trans-, je m'en tape complètement !
D'autant qu'en matière d'homosexualité vampirique, c'est Sheridan Le Fanu qui a tout inventé avec "Carmilla" en 1872, plus d'un siècle avant Rice.

Je préfère préciser, au cas ou, que je n'ai pas dit que ça me posait problème, hein ?
You are the rulebook. There is no other rulebook.
Make it fast, make it colorful and make it full of decisions for the players. 

Mon travail :
Coureurs d'Orages
la Cité sans Nom et autres bêtises au d20.
Avatar de l’utilisateur
Silenttimo
Dieu bavard du muet
Messages : 8448
Inscription : mar. févr. 13, 2007 3:39 pm
Localisation : Hauts-de-Seine sud (92)

Re: D&D13 : le Marronnier sans nom

Message par Silenttimo »

Islayre d'Argolh a écrit : mar. févr. 23, 2021 6:16 pm  
Silenttimo a écrit : mar. févr. 23, 2021 4:45 pm
Bof, alors ça, ça ne me dérange pas du tout : le vampire, il peut-être bi, homo, hétéro, queer, cis-, trans-, je m'en tape complètement !

D'autant qu'en matière d'homosexualité vampirique, c'est Sheridan Le Fanu qui a tout inventé avec "Carmilla" en 1872, plus d'un siècle avant Rice.

Je préfère préciser, au cas ou, que je n'ai pas dit que ça me posait problème, hein ?
J'ai immédiatement compris que tu étais vampirophobe, et que ça te posait un problème !

L'an prochain, lors de la Blood Pride, tu n'accèderas pas au char de mes potes Nosferatu et Bela Lugosi...
:charmeur
"Mieux est de ris que de larmes écrire, pour ce que rire est le propre de l'homme" (Rabelais)

Fan de ciné muet et US :
- Lubitsch : "Je fais appel à l'intelligence du spectateur !"
- Avatar : "l'homme qui rit" de P. Leni (1928)
Répondre