L'Héritage Greenberg: en tirer plus

Pour développer idées, projets de jeux, univers, règles et scénarios
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Qui Revient de Loin
Dieu qui a failli y rester
Messages : 6121
Inscription : sam. mars 02, 2013 1:20 pm
Localisation : Nothing Gulch
Contact :

L'Héritage Greenberg: en tirer plus

Message par Qui Revient de Loin » dim. avr. 24, 2016 12:30 am

Suite à la discussion sur le fil "Comment jouer avec la généalogie et la parenté" (http://www.casus-no.net/casus/viewtopic ... 710884494a), on a attiré mon attention sur la mini-campagne de Casus Belli I, l'Héritage Greenberg et son aide de jeu avec diagramme familiale et organigramme. Et après avoir lu la campagne, j'ai trouvé ça très bon !

Déjà, la campagne conseille de créer des aides de jeu type articles de presse, dossier du FBI, etc. et je me demandais si ceux qui l'avait mené l'avais fait.

En tout cas, cette campagne est très raccord avec avec mes réfélexions sur les fils sur la généalogie et sur l'héraldique (viewtopic.php?f=24&t=27409): les luttes croisées de deux dynasties, des familles alliées, de la possession/réincarnation, de l'héritage, des changements de noms, du fantastique, des descendants dégénérés...

Par contre je rejoint Dogboy, les aides de jeu sur la famille et l'organigramme d'entreprises sont peu utilisés. Mais en le motorisant aujourd'hui avec Night's Black Agents comme certains l'ont fait (à croire que la mini-campagne a été écrite pour ce jeu bien avant son existance, ou l'inverse) et en exploitant les 2 fils sus-nommés, ça serait au poil :yes:

Bon, je retravaillerais le nom de famille et ses évolutions (qui sont étymologiquement assez fausses, le critère qui semble avoir été utilisé parait être la sonorité). par exemple, je partirai plutôt sur le géant viking Bergäska comme ancêtre mythique ("celui qui tonne dans les montagnes"; berg = "montagne" & äska pouvant être traduit par "tonner" ou le faux amis "cendre/asch" > clans de Danes des Bergäska du VIIIe siècle > colonisation de l'Europe au IX-Xe siècle: les Donnerberg en Allemagne; les Aschmount en Angleterre, alliés aux Dunsirn qui leur survivent; les Mont d'ascane (erreur de francisation) en France, qui émigrent en Nouvelle-France pour donner les Montdascan à la place des Greenberg.

A cela je rajoute les blasons familiaux qui donnent des indices sur leur origine commune et leur passé: des montagnes, des éclairs (tonnerre), des chevrons (montagne), les armoiries de la Hanse (bateau cogue et/ou les bandes rouges et blanches), des meubles typiques du pays (fleur de lys pour la France, aigle tenant des éclairs pour l'Allemagne), une composition des armoiries Dunsirn portant la trace de leur alliance avec les Aschmount.
Et pour finir, un logo de l'entreprise-mère de l'organigramme inspiré de ces armoiries comme le font certaines villes ou certains départements français.

Quant au clan de rednecks dégénérés des Kronsky, il donne envie de lire Rushmore, le shooter d'Yno, pour voir si on peut les rendre encore plus glauques !

Bon, je changerais la fin quand même, qui est plus faible: la zombificiation me parait saugrenue et les rencontres avec les deux camps antagonistes trop catapultés, le reste de la famille Greenberg/Montdascan et les entreprises à l'internationale sous-exploités.

Et vous, comment feriez/avez-vous fait ?
Le blog de mes voyages imaginaires: http://qui.revient.de.loin.blog.free.fr/

Mémoire de rôlistes : le patrimoine du jeu de rôle se construit aujourd'hui

Contributeur au Grog

Avatar de l’utilisateur
Qui Revient de Loin
Dieu qui a failli y rester
Messages : 6121
Inscription : sam. mars 02, 2013 1:20 pm
Localisation : Nothing Gulch
Contact :

Re: L'Héritage Greenberg: en tirer plus

Message par Qui Revient de Loin » dim. avr. 24, 2016 10:23 am

En croisant avec la lecture de Mener des parties de JDR, j'ai repéré des "scènes spéciales" où mettre en application les conseils de ce bouquin:
-scènes d'attentes (filature, hospitalisation)
-scènes de vision
-scène de déjà-vu (entrainement/assaut des Kronsky)
-scène de course-poursuite en bateau dans la bayou
-scènes d'enterrement
Le blog de mes voyages imaginaires: http://qui.revient.de.loin.blog.free.fr/

Mémoire de rôlistes : le patrimoine du jeu de rôle se construit aujourd'hui

Contributeur au Grog

Avatar de l’utilisateur
Ozen
Evêque
Messages : 414
Inscription : lun. mars 19, 2012 5:39 pm
Localisation : Bourgogne et Paris
Contact :

Re: L'Héritage Greenberg: en tirer plus

Message par Ozen » dim. avr. 24, 2016 10:42 am

Je l'ai fait jouer deux fois, dont la dernière qui devrait donner lieu à une suite, et effectivement, les ramifications généalogiques ne m'ont quasiment jamais servi en l'état.

En revanche, du côté de l'organigramme, j'avais rebossé le truc de manière à ce que ça devienne l'une des principales pièces de l'enquête, en ajoutant une troisième corporation et en précisant un peu plus les activités de quelques-unes des sociétés qui risquaient d'être inspectées par les personnages. Pareil avec le Cajun Club, autrement plus fourni en personnalités que dans le scénario original. Mais avec cette manière d'étoffer, on éloigne les personnages de la famille Greenberg.
Peut-être serait-ce plus impliquant avec un descendant Greenberg parmi les personnages, un peu à la manière du Cauchemar d'Innsmouth de Lovecraft: la découverte progressive de son appartenance enverrait probablement sur des pistes généalogiques .
et puis
Spoiler:
Un descendant habile et bien placé au FBI, ça pourrait être un héritier en puissance si la famille ne réapparait pas.
Concernant la fin, elle n'est effectivement pas satisfaisante.
Spoiler:
Ça sent un peu le nombre de caractères limités par rapport à l'ampleur de ce qui restait à faire. J'ai fini les deux fois sur une ellipse: l'affaire manque d'être classée, faute d'éléments prouvant quela femme du sénateur Greenberg et ses enfants ont été enlevés et Greenberg senior n'insiste pas auprès des persos: il essaie de faire le boulot par d'autres biais. J'avais l'idée de réimpliquer les persos en les faisant tomber sur les restes de ceux que Greenberg aurait envoyé à leur place... faudrait que je reprenne tout ça.
Perso, c'est un de mes scénarios préférés, c'est super riche et on peut en faire plein de choses, mais effectivement, ça demande du boulot en plus et je crois qu'il faut choisir un angle d'attaque pour choisir ce que l'on veut faire découvrir aux personnages en priorité: famille et/ou sociétés économiques. Rajouter des scènes de visions pourrait être une piste...
Le ciel étoilé a des constellations rares et prodigieuses qui ont pour mission de se rapprocher sans cesse et doucement des mondes misérables et de les éclairer peu à peu d’un jour qui commence par être crépusculaire et qui arrive à être flamboyant

La Partie du Lundi - Traces rôlistiques

Avatar de l’utilisateur
Qui Revient de Loin
Dieu qui a failli y rester
Messages : 6121
Inscription : sam. mars 02, 2013 1:20 pm
Localisation : Nothing Gulch
Contact :

Re: L'Héritage Greenberg: en tirer plus

Message par Qui Revient de Loin » sam. mars 25, 2017 9:56 am

Quelques idées d'aides de jeu:
*Un tableau criminel pour suivre l'enquête avec cet outil http://www.listhings.com/
Image
*Divers documents imprimés (coupure de presse, extrait de rapport, etc.) https://www.jdrvirtuel.com/viewtopic.ph ... 6&start=10
Le blog de mes voyages imaginaires: http://qui.revient.de.loin.blog.free.fr/

Mémoire de rôlistes : le patrimoine du jeu de rôle se construit aujourd'hui

Contributeur au Grog

Avatar de l’utilisateur
Qui Revient de Loin
Dieu qui a failli y rester
Messages : 6121
Inscription : sam. mars 02, 2013 1:20 pm
Localisation : Nothing Gulch
Contact :

Re: L'Héritage Greenberg: en tirer plus

Message par Qui Revient de Loin » sam. mars 25, 2017 9:59 am

EDIT: je n'avais pas vu mais il semble qu'il y ait une réédition de L'héritage Greenberg prévue pour la précommande de Chroniques Oubliées Contemporain:
L'Héritage Greenberg : Director's Cut

La version que nous proposons ici (si l'objectif est atteint !) sera évidemment entièrement et uniquement motorisée par Chroniques Oubliées Contemporain. Le supplément, pour le moment sous couverture souple, sera illustré tout en couleur, pour rendre parfaitement l'ambiance si particulière de l'intrigue.

Voilà pour la forme. Car pour le fond, cette version sera donc une Director's Cut. En effet, pour les besoins du Hors-série Casus il y a 19 ans, Mehdi Sahmi avait du couper des passages, en particulier sur la fin, et remanier son texte. Et vous savez quoi, il a gardé toutes ses idées (il avait fait joué la campagne) bien au chaud, de manière à proposer la version ultime de sa campagne !

Et puis Philippe Rat est prêt à apporter sa pierre à l'édifice pour peaufiner le tout, ce qui, dans la langue de Casus, signifie "au cas où, prévoyez plus de place les gars. On ne sait jamais".
C’est fait ! La campagne L’Héritage Greenberg - Director’s Cut de Medhi Sahmi est désormais offerte pour toute offre à 79€ ou supérieure !
BBE, 28/02/2017. http://www.black-book-editions.fr/crowd ... ws_id=1597
Le blog de mes voyages imaginaires: http://qui.revient.de.loin.blog.free.fr/

Mémoire de rôlistes : le patrimoine du jeu de rôle se construit aujourd'hui

Contributeur au Grog

Avatar de l’utilisateur
killerklown
Dieu des intégristes contrariés
Messages : 6477
Inscription : mer. mai 31, 2006 4:52 pm
Localisation : Allemagne

Re: L'Héritage Greenberg: en tirer plus

Message par killerklown » sam. mars 25, 2017 1:00 pm

Je vais suivre ce fil, cette campagne me faisant envie depuis sa sortie ! :runaway
Flexirôliste™ à tendance jeu de rôle 90ies

http://emporio-caduto.blogspot.com
https://intolondon1814.blogspot.com/2018/08/presentation.html

Avatar de l’utilisateur
Tholgren
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 4216
Inscription : mar. janv. 09, 2007 9:15 am
Localisation : Lieusaint 77

Re: L'Héritage Greenberg: en tirer plus

Message par Tholgren » dim. mars 26, 2017 6:03 pm

Dans les news de la PP de Chroniques Oubliées Contemporaines il y a aussi l'interview de Mehdi Sahmi.
3 questions à Mehdi Sahmi (07/03/2017 10:21)
Notre série de "3 questions à..." se termine, cette fois en compagnie de Mehdi Sahmi, l'auteur de cette incroyable campagne qu'est L'Héritage Greenberg, offerte en cadeau dans cette précommande participative !

Casus Belli : Salut Mehdi, peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaîtraient pas, notamment ton parcours de rôliste et tes travaux ludiques ?
Mehdi Sahmi : D’abord il y a eu L’Oeil Noir. J’avais 12 ans. Mais ça m’a bien pris 3 ans avant de trouver mon premier groupe de joueurs. Puis il y a eu L’Appel de Cthulhu, Cyberpunk et les JdR maison qu'on inventait avec les copains. D’ordinaire, faire le récit de ses parties de JdR à ses proches est soit inintéressant, soit incompréhensible. Dans mon cas, le comportement de mes joueurs était tellement immature que ça faisait rire tout le monde. Ainsi sont nés "Les Irrécupérables" et ma collaboration avec Casus Belli. De fil en aiguille, je me suis retrouvé à faire quelque chose que j’aimais avec des gens que j’appréciais. Critiques et scénarios à Casus. Collaboration à Guildes avec les illustres Tristan Lhomme et Philippe Rat. J’ai cessé d’écrire lorsque le Casus Belli d’Excelsior [NdlR : la première version de Casus] s’est arrêté. Je joue encore. Certains de mes joueurs aussi. Et ils n’ont pas changé...

CB : Sans trop spoiler, d'où vient ta campagne L'Héritage Greenberg ? Quelles en sont les influences, l'envie derrière ?
SM : L’Héritage Greenberg est à l’origine une mini campagne improvisée avec 4 de mes amis pendant des vacances de Noël. En tout une dizaine de séances jeu en 2 semaines. C’était la période Monde des Ténèbres et son supplément pour Loup-Garou "Project Twilight" et Delta Green. C’était aussi la période de la série X-Files. A chaque séance, le jeu consistait pour moi à apporter des réponses aux événements auxquels les PJ avaient été confrontés lors de la séance précédente et à mettre en scène de nouveaux événements auxquels je réfléchirais d’ici la séance de jeu suivante. Exercice un peu risqué mais stimulant et petite satisfaction sadique personnelle : une de mes joueuses a fini par faire un cauchemar tant l’ambiance que nous étions parvenu à créer était prenante.

CB : Est-ce que 2017 n'offre pas un contexte encore plus d'actualité que 1998 pour ton histoire ? Et que vont trouver les lecteurs, toujours sans spoiler, dans cette version 2017 Director's Cut de L'Héritage Greenberg ?

SM : En replaçant le scénario dans le contexte actuel, j’ai eu le sentiment qu’il était plus à sa place de nos jours qu’il y a 20 ans. C’est plutôt une mauvaise nouvelle quand on y réfléchit compte tenu des sujets abordés dans cette histoire. Cette réactualisation du scénario fut aussi l’occasion de reprendre de fond en comble le dénouement du scénario. Les contraintes d'espace m’avaient amené à précipiter la fin du scénario d’une façon qui ne me satisfaisait pas. Cette réédition a donc été l’occasion de rattraper cette lacune et de développer certains détails par ailleurs. Résultat, une version longue de L’Héritage Greenberg avec une nouvelle fin dont j’espère qu’elle plaira plus que la précédente.

CB : nous avons hâte de voir ça ! Merci Mehdi !
Qu'en retirer ?

- Qu'il s'agit d'une réactualisation dans notre contexte, et plus celui de 1997.
- Que c'est un Director's Cut et donc que nous aurons une fin différente, ce qui n'est pas une mince information puisque la fin n'est amha pas tout à fait à la hauteur du cœur de la campagne.
"The world is indeed comic, but the joke is on mankind." H.P. Lovecraft

Avatar de l’utilisateur
Pyth
Initié
Messages : 132
Inscription : ven. mars 23, 2018 9:12 am

Re: L'Héritage Greenberg: en tirer plus

Message par Pyth » jeu. oct. 18, 2018 4:58 am

...Et un bon vieux dépoussiérage de sujet, un!

Suite à la renaissance de l'Héritage Greenberg version Chroniques Oubliées Contemporain chez BBE, voilà-t'y pas qu'on recommence à parler de la campagne, nettement plus développée, enrichie voire réécrite lorsque ça s'avérait nécessaire... Une toute nouvelle version donc, totalement remaniée et accessoirement, déplacée temporellement de l'hiver 1997-1998 à celui de 2017-2018.

D'où cette remontée des abysses de ce fil de discussion: Proposer une troisième alternative de dates, justement: L'hiver 2005-2006.

Parce que janvier 2006, c'est à peine plus de quatre mois après la plus grosse catastrophe qu'aient subis les USA depuis le 11 septembre... L'ouragan Katrina.

C'est la période que j'ai prise à ma dernière table de Greenberg (partie débutée bien avant que j'apprenne que la campagne allait renaître de ses cendres en fait), et... et ça a fonctionné. Mais du tonnerre hein, au-delà de toutes nos espérances. L'atmosphère de la campagne était déjà sombre à la base, mais dans le contexte d'une Nouvelle Orléans sortant à peine du cataclysme, d'un coup l'ambiance s'en retrouvait d'autant plus pesante, quasi surréaliste parfois, tout en offrant un sacré panel de possibilités supplémentaires pour accentuer le sentiment d'isolation et de fin du monde imminente.

Du coup, autant partager mes notes, des fois que ça en inspire d'autres...

PS: Attention, ces notes, bien que génériques, ont été réalisées avec la V1 de la campagne en tête. A priori, aucune raison que ça coince pour être adapté à la V2, mais au cas où, un léger travail d'arrondissage des angles sera peut-être à prévoir (je ne possède pas la V2. Pas encore, du moins).

 
Dernière modification par Pyth le jeu. oct. 18, 2018 6:47 am, modifié 4 fois.

Avatar de l’utilisateur
Pyth
Initié
Messages : 132
Inscription : ven. mars 23, 2018 9:12 am

Re: L'Héritage Greenberg: en tirer plus

Message par Pyth » jeu. oct. 18, 2018 5:06 am

1 - La Nouvelle Orléans début 2006

 
Image

New Orleans. NOLA. The Big Easy. Crescent City.

Le 29 aout 2005, l'ouragan Katrina frappait les côtes de Louisiane pour provoquer ce qui allait devenir la plus grande catastrophe qu'aient connu les États-Unis depuis le 11 septembre, avec plus de 1800 morts et 108 milliards de dollars de dégâts.

Début 2006, la ville se relève à peine du choc, la Nouvelle-Orléans n'est plus que l'ombre d'elle-même.

NB: Je ne vais pas faire un descriptif de la ville d'un point de vue touristique, ce ne serait que du copier-coller sans grand intérêt d'autant que la première recherche venue sur le net vous en apprendra dix fois plus.


1a - Un rapide tour de la ville, d'un point de vue administratif.
 
Image

NO est divisée en 17 Wards (arrondissements), un découpage utilisé presque exclusivement par les bureaux de vote, à l'exclusion des 7th Ward, 9th Ward et 6th Ward, encore employés par leurs habitants respectifs pour désigner leur quartier. ("Where y'at?" - "9th." / "Où tu habites?" - "Dans le Neuvième".)



 
Image

L'administration et l'aménagement du territoire, lui, découpe la ville en 13 districts.


 
Image

Pour la police, NOLA est elle, découpée en 8 districts. Quant un flic vous parlera d'un district, dans 99% des cas il fera référence au découpage de la police, pas au plan d'urbanisation.


 
Image


Le citoyen de son coté, a plutôt tendance à découper sa ville selon ses quartiers (c'est ce que vous trouverez dans les guides touristiques en général).

Un dernier découpage peut parfois apparaître, Westbank et Eastbank (rive ouest et rive est). Particulièrement confuse, c'est une méthode de repérage se référant aux berges du Mississippi... qui est tout sauf rectiligne. Du coup on peut très bien se retrouver à parler de la rive est... alors qu'elle se trouve à l'ouest de sa position actuelle, et il n'y a guère que les locaux à être capables de s'y retrouver.

Un mot concernant un détail de dénomination particulier à la Louisiane: Dans l'état, on ne parle pas de comtés (comme partout ailleurs aux US), mais de paroisses (Parishes). Ce particularisme vient du mode d'administration français. Le modèle suivit l'organisation territoriale de l'Église catholique, particulièrement active pendant la colonisation.
Dernière modification par Pyth le jeu. oct. 18, 2018 6:54 am, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Pyth
Initié
Messages : 132
Inscription : ven. mars 23, 2018 9:12 am

Re: L'Héritage Greenberg: en tirer plus

Message par Pyth » jeu. oct. 18, 2018 5:08 am

1b - Population de NOLA début 2006.

Pré-Katrina, la Nouvelle-Orléans abritait plus de 450 000 habitants. Au début de l'année 2006, la population de NOLA est tombée à un peu plus de 230 000 habitants... Selon les estimations.

Parce qu'en janvier 2006 (et ça va durer jusqu'en septembre), on a encore le plus grand mal à savoir qui est où! La catastrophe, outre les morts qu'elle a engendré, a provoqué un exode massif de la population qui est allé se répartir dans toute la zone métropolitaine de NOLA, voire a carrément quitté l'état quand elle le pouvait.

A l'inverse, la fin de l'alerte a provoqué un appel d'air ramenant en ville une partie des expatriés, mais aussi toute une population d'ouvriers, de bénévoles, d'associations, ainsi qu'une catégorie de personnes bien moins quantifiable: Les clandestins, les squatters et la pègre des villes voisines.

Résultat, on a le plus grand mal à savoir qui habite à NOLA à cette époque, d'autant que rien qu'en ce qui concerne les expatriés de retour, une bonne partie d'entre eux n'habitent plus chez eux mais chez des voisins, des amis, de la famille... Retrouver quelqu'un, même quand on a son adresse, peut devenir rapidement un vrai casse-tête.

Il reste enfin ceux qui sont de retour, mais qui ne vivent pas sous un toit permanent: Plus de 17 000 mobile-homes de la FEMA (Federal Emergency Management Agency) abritent toujours des familles ne pouvant plus rentrer chez elles. Le problème c'est que ces FEMA trailers (c'est leur nom) seraient... toxiques. Dégageant 75 fois plus de formaldéhyde que le seuil autorisé, ils provoquent des insuffisances respiratoires, particulièrement chez les enfants et les personnes âgées, et ça commence à se voir du coté des hôpitaux...


 
Dernière modification par Pyth le ven. oct. 26, 2018 8:22 pm, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Pyth
Initié
Messages : 132
Inscription : ven. mars 23, 2018 9:12 am

Re: L'Héritage Greenberg: en tirer plus

Message par Pyth » jeu. oct. 18, 2018 5:14 am

1c - Taux de crime à NOLA début 2006.
 
Image

C'est dès janvier 2006 que NOLA commence à se retrouver affublée par les médias du doux surnom de "ville la plus criminelle des Etats-Unis". Et pour cause, le crime y est galopant, et l'année 2006 sera pour NOLA l'occasion de gagner pour la première fois de son existence un bien triste record: Celui de tués par balle (battant Los Angeles cette année-là, jusqu'à présent tenante du titre).

Et pour cause, la police est totalement dépassée. Ses effectifs sont réduits, ses conditions de travail catastrophiques, une bonne partie du matériel qu'elle avait à sa disposition est bon pour la casse (notamment le parc de véhicules de patrouille, mais aussi sa radio), résultat le temps d'intervention moyen de la police en 2006 oscille entre 30 et 45 minutes.

Alors quand on rajoute à ça le désespoir de la population, l'arrivée de la pègre des autres cités et la bascule d'une partie des habitants dans le crime pour survivre, on obtient un cocktail détonnant... et un sacré chaos.

La police doit de plus gérer un problème supplémentaire: Ok on arrête les criminels, mais après, on en fait quoi? Parish Prison, le centre de détention principal de NOLA, abandonné par les matons durant la catastrophe (en laissant les détenus livrés à eux-même), est insalubre et à peine exploitable (un seul bâtiment sur tout le complexe est encore suffisamment sécurisé pour pouvoir accueillir des prisonniers), et même les prisons temporaires des stations de police sont une fois sur deux totalement inutilisables.

 
Image

En désespoir de cause, on envoie la plupart des prévenus au Louisiana State Penitentiary, à Angola, dans le nord de l'état, pendant que deux prisons temporaires sous responsabilité de la Garde Nationale sont installées, l'une à la gare Amtrak, l'autre au terminal des bus. En janvier 2006, la gare sert encore à la détention de délits mineurs (alors qu'elle est en fonction!). Près de 8 000 prisonniers ont été déplacés, et les retrouver n'est plus forcément aussi évident qu'avant.
 
Image
Dernière modification par Pyth le jeu. oct. 18, 2018 6:57 am, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
Pyth
Initié
Messages : 132
Inscription : ven. mars 23, 2018 9:12 am

Re: L'Héritage Greenberg: en tirer plus

Message par Pyth » jeu. oct. 18, 2018 5:24 am

1d - Insalubrité, services de base et confort de vie.
 
Image

L'un des problèmes majeurs à NOLA début 2006 (s'il n'y en avait pas déjà assez), c'est l'insalubrité.

Déjà, les corps. Si retrouver des dépouilles humaines datant de la catastrophe n'arrive quasiment plus, celles d'animaux par contre...

Ensuite, la pourriture. En aout, lorsque l'ouragan frappe, l’électricité est coupée et ne reviendra pas avant un bout de temps. Imaginez ce que ça donne pour les frigos d'une ville de 450 000 habitants, que ce soit ceux des particuliers comme des professionnels.
 
Image

Ça pourrit, ça macère. Et personne n'a le temps de s'en occuper, il y a plus urgent. En désespoir de cause, la municipalité ordonne aux habitants de retour de ne pas ouvrir leurs frigos, de les scotcher au chatterton pour éviter qu'ils ne s'ouvrent tout seuls sous la pression des gaz, et de les sortir dans la rue. Début 2006, ils sont toujours là, ces milliers de frigos. Et le chatterton n'a pas forcément tenu.

Même cette mesure ne suffit pas, et c'est le débarquement des nuisibles: Les rats sont en pleine explosion démographique, quant aux insectes, des nuages de mouches noires envahissent les quartiers, ainsi qu'une sous-espèce de moustiques particulièrement précoce.

En parlant des services de soin, ils sont débordés eux aussi, bien sûr.

Coté services de base, l'électricité est revenue, enfin, en fonction des quartiers, il ne faut pas être trop regardant, les coupures sont toujours fréquentes. L'eau courante aussi (à peu près, certaines rues en sont toujours dépourvues, on n'a pas encore eu le temps de réparer toutes les conduites).

Coté communications, début 2006 la ville bénéficie d'une couverture téléphonique mobile opérationnelle à 67%. Dans les 33% restants, pas de réseau. 80% de la ville a retrouvé son câblage téléphonique/internet sinon.

Ce qui impacte une fois de plus les capacités d'intervention de la police (pour qu'elle intervienne, faudrait déjà qu'elle puisse être avertie), surtout que les antennes VHF (utilisées pour relayer les messages radio, les flics de NOLA n'étaient pas encore passé au numérique) ont elles aussi très mal vécu l'ouragan...

Coté services civils enfin, peu à peu la vie a repris son cours en s'adaptant comme elle le pouvait: La plupart des universités par exemple sont encore fermées, les cours se faisant à distance. La saison de foot tire un peu la tronche aussi, depuis l'effondrement partiel du toit du Superdome, actuellement en réparation. La circulation est évidemment ralentie, voire détournée, en fonction des multiples chantiers d'urgence ayant fleuri aux quatre coins de la ville. A noter l'engorgement régulier aux urgences, à cause des tensions et de l'insalubrité bien sûr, mais aussi parce que l'un des centres hospitaliers majeurs de NOLA, le Charity Hospital et ses 2680 lits, est fermé depuis la catastrophe (et ne rouvrira jamais).
Dernière modification par Pyth le jeu. oct. 18, 2018 7:05 am, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Pyth
Initié
Messages : 132
Inscription : ven. mars 23, 2018 9:12 am

Re: L'Héritage Greenberg: en tirer plus

Message par Pyth » jeu. oct. 18, 2018 5:36 am

1e - Bon c'est pas tout ça mais finalement, on fait la fête, ou pas?
 
Image

Janvier-février, à NOLA, c'est une période particulière: C'est Carnaval.

Sauf qu'en 2006, on n'a pas forcément la tête à faire la fête. Pendant longtemps, la municipalité hésite, annule, se rétracte, revient encore une fois sur sa décision... Et sous la pression, finit par céder: Mardi-Gras aura bien lieu cette année.

Il y aura toutefois deux changements majeurs: Déjà, pour la première fois depuis sa création, le carnaval sera sponsorisé par des entreprises privées et du mécénat. La ville n'a plus de quoi le financer, déjà qu'elle sort les rames pour trouver le budget pour la reconstruction... C'est l'arrivée de la pub dans la fête.

Ensuite, la durée du festival sera réduite et confinée à certains quartiers (pas moyen d'assurer un service d'ordre correct dans les quartiers les plus affectés).

Débuté le 6 janvier par les traditionnels bals masqués des Krewes (généralement privés), il n'est pour l'instant, à l'arrivée de l'équipe, que peu visible. Tout au plus quelques rues décorées, de rares passants ou des gosses déguisés, des vendeurs de rue proposant les traditionnels colliers à perle (qu'on offre à ces dames pour qu'elles exposent leur poitrine en public) et autres denrées à grignoter.

Le gros de la fête est prévu sur les deux derniers week-ends de février.

Ça n'a pas empêché les habituels fauteurs de trouble de commencer déjà à semer la zizanie, et en fin de journée, il n'est pas rare de voir des bagarres éclater entre personnes avinées. Ce qui détourne encore plus la police des vraies priorités, forcément.
 
 
Dernière modification par Pyth le jeu. oct. 18, 2018 7:06 am, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Pyth
Initié
Messages : 132
Inscription : ven. mars 23, 2018 9:12 am

Re: L'Héritage Greenberg: en tirer plus

Message par Pyth » jeu. oct. 18, 2018 5:44 am

1f - Les zones les plus affectées par l'inondation.

Pour revenir rapidement sur ce qui s'est passé: Lorsque Katrina frappe NOLA, une première partie des dégâts sera produite par le vent et les intempéries. A ce moment-là, ce sont surtout les toitures et les derniers étages qui morflent.

Arrive alors le second problème, le plus grave: La rupture des digues.
Image

NOLA est située dans une cuvette coincée entre le lac Pontchartrain d'un coté, et le Mississippi de l'autre. Sous elle, une nappe phréatique dangereusement proche de la surface (qui empêche d'ailleurs d'urbaniser correctement le sous-sol: Cimetières privilégiant les cryptes en surface, très peu de caves, encore moins de parkings souterrains ou de métro). De plus, la ville est irriguée par un réseau de canaux. Pour retenir toute cette eau qui ne demande qu'à s'engouffrer, des digues.

Or ces digues vont lâcher en 28 points différents dès les premières 24 heures, et en plus de 50 dans les jours suivants.

paradoxalement, les canaux vont aider à sauver des quartiers tout en condamnant les voisins: Lorsqu'une de leur digue cède, c'est souvent d'un seul coté, ce qui épargne le quartier suffisamment chanceux pour être du bon coté tout en noyant l'autre berge.
 
Image
A gauche, on a du bol, mais à droite...

Ci-dessous, une carte des zones les plus affectées par l'inondation. Noir, il y avait plus de 3 mètres d'eau. Rouge, entre 2 et 3 mètres. Orange et vert, de 60 cm à 2 mètres. Bleu, on pataugeait dans trente à soixante centimètres d'eau.

Image

Comme on peut le voir, le 9th Ward a morflé, tout comme Gentilly, Lakeview, Chalmette et l'est de la ville (qui était déjà pas mal humide au départ). Ce sont dans ces quartiers que le prix de l'immobilier a le plus chuté.

A l'inverse, le long du Mississippi, ça ne s'en est pas trop mal sorti: Inflation des prix. Bémol quand même pour Algiers, qui bien qu'ayant été relativement épargné, reste un quartier à l'insécurité rebutant les futurs propriétaires.

Avatar de l’utilisateur
Pyth
Initié
Messages : 132
Inscription : ven. mars 23, 2018 9:12 am

Re: L'Héritage Greenberg: en tirer plus

Message par Pyth » jeu. oct. 18, 2018 5:49 am

Image

2 - New Orleans FBI Field Offices

2901 Leon C. Simon Boulevard, New Orleans, LA 70126
(504) 816-3000

Pour un peu, on dirait une entreprise lambda, perdue au milieu de nulle part, en périphérie de la ville. Un parking visiteur à l'extérieur, une enceinte intérieure aux entrées fermées par des grilles et des bloqueurs escamotables entourent un bâtiment de quatre étages aux vitres fumées plutôt banal, et ce n'est qu'en repérant, à l'entrée, le logo surmontant les plaques de marbre noir gravées de la devise du Bureau "Fidelity, Bravery, Integrity", qu'on se rend compte qu'on a trouvé les bureaux du FBI.
 
Image

Les bureaux accueillent actuellement une centaine d'agents, principalement du FBI, mais également issus d'autres agences comme l'ATF (Bureau of Alcohol, Tobacco, Firearms and Explosives) par exemple, agences qui soit, se sont retrouvées à la rue suite à la catastrophe, soit ont délégué des antennes directement auprès du FBI pour la coordination de la coopération inter-agences d'urgence, mise en place par le FBI au lendemain de Katrina et depuis directement chapeautée par le Bureau.

En janvier 2006, le bâtiment est encore en pleine réfection, et y travailler ne se fait pas franchement dans les meilleures conditions...

Répondre