De l'application de la sécurité émotionnelle en JDR

Pour développer idées, projets de jeux, univers, règles et scénarios
Avatar de l’utilisateur
Qui Revient de Loin
Dieu qui a failli y rester
Messages : 6230
Inscription : sam. mars 02, 2013 1:20 pm
Localisation : Nothing Gulch
Contact :

De l'application de la sécurité émotionnelle en JDR

Message par Qui Revient de Loin » lun. juin 24, 2019 12:04 pm

Bonjour à tous,

Ce fil est destiné à la mise en application des principes de sécurité émotionnelle, sécurité affective, hygiène émotionnelle dans le jeu de rôle. L'hypothèse de départ de ce fil est que l'on souhaite les appliquer.
On peut y présenter ses outils, ses techniques, ses procédures, ou encore ses exemples et ses problèmes de mise en application.

Je commence en rappelant ici mon travail (encore inabouti) sur des cartes de "SE" : viewtopic.php?f=26&t=33636

Et je rajoute un outil qui me plait bien mais qui n'est pas adapté à ma pratique de jeu (pour cause d'espace central de table de jeu encombré par d'autres accessoires) : la fleur de consentement (support flower: https://theactapart.com/support-flower).

 
Le blog de mes voyages imaginaires: http://qui.revient.de.loin.blog.free.fr/

Mémoire de rôlistes : le patrimoine du jeu de rôle se construit aujourd'hui

Contributeur au Grog

Avatar de l’utilisateur
Marchiavel
Dieu des ex de Jennifer Lopez
Messages : 3450
Inscription : mar. juil. 27, 2004 3:48 pm
Localisation : Nantes (44)

Re: De l'application de la sécurité émotionnelle en JDR

Message par Marchiavel » lun. juin 24, 2019 12:30 pm

Je ne connaissais pas la fleur de consentement, merci.
LA Cause du XXIème siècle : SAUVONS LES ROLISTES

Avatar de l’utilisateur
Loris
Dieu des cataphiles argentiques
Messages : 16278
Inscription : mer. juil. 30, 2003 3:04 pm
Localisation : Singapore sling
Contact :

Re: De l'application de la sécurité émotionnelle en JDR

Message par Loris » lun. juin 24, 2019 2:23 pm

Comme dit dans le fil foire d'empoigne, j'utilise un bouton d'arrêt d'urgence, acheté moins de 4 balles sur Amazon. Le problème, c'est l'absence totale de discrétion de l'objet. Par contre, l'avantage, c'est qu'il est très "visuellement présent".
"Over the centuries, mankind has tried many ways of combating the forces of evil... prayer, fasting, good works and so on. Up until 'DooM', no one seemed to have thought about the double-barrel shotgun. Eat leaden death, demon!"
~Terry Pratchett

Avatar de l’utilisateur
Qui Revient de Loin
Dieu qui a failli y rester
Messages : 6230
Inscription : sam. mars 02, 2013 1:20 pm
Localisation : Nothing Gulch
Contact :

Re: De l'application de la sécurité émotionnelle en JDR

Message par Qui Revient de Loin » lun. juin 24, 2019 3:09 pm

J'aime beaucoup ce "panic button" :) mais il souffre du même problème pour moi que la support flower : faut une table avec le centre bien dégagé et les joueurs bien autour (je joue souvent sur canapés/tables basses encombrées ou sur grande table avec piste de dés, cartes, accessoires, etc.

Sinon, je recite la technique citée à côté:
Gridal a écrit :
lun. juin 24, 2019 1:56 pm
Inigin a écrit :
lun. juin 24, 2019 1:12 pm
en conjonction à d'autres outils ("C'est celui qui subit qui choisit", suggèré par une conférence à Orcidee à laquelle j'avais traîné mes joueuses)

Cf. Eugénie: changer de paradigme: c'est celui qui choisit qui subit. [Orc'idée 2017] https://www.youtube.com/watch?v=GCoDbnTfREs

C’est le principe du :
MJ -"bin, tu as fait un échec critique/tu as raté le jet/tu es mort ? Raconte-nous ce qui se passe"
PJ -"Alors que je baratinais l'empereur, la comtesse me fait un sourire sous-entendu et soudain je me mets à bafouiller/Je glisse le long de la falaise et fini par me retrouver bloquer dans une faille, incapable de bouger/après 2 h de combat et avoir emporté 27 Immortels, 3 lances me transpercent de part en part et je meurs en maudissant l'empereur dans un dernier souffle".

Bref, l'échec est reconnu mais c’est celui qui le subi qui contrôle sa narration, lui permettant de ne pas être humilié (cas fréquent dans ma pratique des échecs critiques...), de choisir le cout de son échec, de choisir la mort qu'il souhaite pour son perso. C'est en général soumis à l'accord du MJ et des autres joueurs pour trouver la formulation qui plait à tout le monde (principe de calibration de la narration), respectant l'intrigue du scénario, la couleur de l'ambiance, la vision du monde et de son perso de chaque joueur, etc.
Yusei a écrit :
lun. juin 24, 2019 2:27 pm
Ça peut être étendu à d'autres choses que l'échec. Par exemple un jeu où le joueur A doit choisir (à la création) un joueur B qui lui sera redevable de quelque chose: dans certains jeux c'est A qui choisit B, mais comme c'est B qui subit l'effet, c'est lui qui choisit les détails de pourquoi il est redevable à A.
C'est une technique que j'applique systématiquement désormais, car j'ai trop vécu de scènes d'échecs critiques où, faute d'idées, on se raccrochait à des humiliations stupides ou à des complications qui pourrissaient les relations entre PJ : "tu glisses, brise ton épée et tombe dans une bouse de vache" ou "tu frappes à coté et touches Géraldine" ; "Géraldine: Quoi ?!?".

Comme le précise Yusei, cela permet donc aussi d'éviter de faire retombé des conséquences négatives d'un joueur sur un autre sans que celui n'est son mot à dire ; on évite ainsi des injustices et on bâti ensemble une histoire consensuelle même si dramatique ou tout simplement erratique.

Appliqué aux réussites/réussites critiques, cela permet aussi au joueur de ne pas être déçu par son succès en le rendant conforme à ce qu'il attend, et non à ce que peut imaginer un autre joueur, le MJ par exemple.

On peut classer cette technique parmi les techniques de calibration pour la prévention/gestion des risques émotionnelles/affectifs.

 
Le blog de mes voyages imaginaires: http://qui.revient.de.loin.blog.free.fr/

Mémoire de rôlistes : le patrimoine du jeu de rôle se construit aujourd'hui

Contributeur au Grog

Terisonen
Initié
Messages : 201
Inscription : mer. juin 20, 2018 2:26 pm

Re: De l'application de la sécurité émotionnelle en JDR

Message par Terisonen » lun. juin 24, 2019 4:27 pm

J'aime bien l'idée que celui qui fait l'échec critique raconte ce qu'il se passe :)
Bon, en fait: les jeux à niveau ça craint, les jeux à secret ça craint aussi.

Avatar de l’utilisateur
Inigin
Dieu des hakamas perdus
Messages : 9811
Inscription : dim. août 02, 2009 7:27 am
Localisation : Nantua

Re: De l'application de la sécurité émotionnelle en JDR

Message par Inigin » lun. juin 24, 2019 8:21 pm

Loris a écrit :
lun. juin 24, 2019 2:23 pm
Comme dit dans le fil foire d'empoigne, j'utilise un bouton d'arrêt d'urgence, acheté moins de 4 balles sur Amazon. Le problème, c'est l'absence totale de discrétion de l'objet. Par contre, l'avantage, c'est qu'il est très "visuellement présent".

J'avais joué à Dungeon World à Orc'idée avec Acritarche, il utilisait un petit buzzer coloré, de même fonction. C'était "ludique" (en plus, on pouvait le manipuler, le faire tomber sans dommage... un utile et confortable accessoire de jeu).
Barde biclassé secrétaire de la Voix de Rokugan

ImageImageImageImageImageImage

Avatar de l’utilisateur
Dr Adder
Zelateur
Messages : 67
Inscription : ven. juil. 21, 2017 2:31 pm
Localisation : Paris

Re: De l'application de la sécurité émotionnelle en JDR

Message par Dr Adder » lun. juin 24, 2019 9:22 pm

Salut,

est-il possible de préciser l'utilisation de la consent flower? Je viens de la télécharger, mais je vois toujours pas. On est censé en avoir une chacun-e devant soit et la tourner ou tendre la main pour la poser sur le pétale adéquat?! 

Pour le panic button/buzzer, j'ai une révélation ! A titre perso l'usage que j'en ferais serait plutôt in-game/ludique pour exprimer un certain malaise sans suspendre la partie (là où la X-card peut aller, si j'ai bien suivi, d'un simple malaise requérant une ellipse/ajustement à des situations plus lourdes et formule donc une pause impérative?). Je me vois bien l'utiliser dans une partie de LotFP,  INS/MV ou une des campagnes "mauvais" de Pathfinder avec mes camarades de jeu habituels en annonçant que les trucs "glauques" sont possibles, mais que si ça devient "trop", chacun peut appuyer et on continue "souple" le temps de souffler.

@Inigin  : vous, ou d'autres, l'avez utilisé ?
Même les paranoiaques ont des ennemis ...  :yin: 

Avatar de l’utilisateur
Inigin
Dieu des hakamas perdus
Messages : 9811
Inscription : dim. août 02, 2009 7:27 am
Localisation : Nantua

Re: De l'application de la sécurité émotionnelle en JDR

Message par Inigin » lun. juin 24, 2019 9:31 pm

Dr Adder a écrit :
lun. juin 24, 2019 9:22 pm

@Inigin  : vous, ou d'autres, l'avez utilisé ?

je ne crois pas m'en souvenir.
par contre, on peut se tutoyer ? :bierre:
Barde biclassé secrétaire de la Voix de Rokugan

ImageImageImageImageImageImage

Avatar de l’utilisateur
Qui Revient de Loin
Dieu qui a failli y rester
Messages : 6230
Inscription : sam. mars 02, 2013 1:20 pm
Localisation : Nothing Gulch
Contact :

Re: De l'application de la sécurité émotionnelle en JDR

Message par Qui Revient de Loin » lun. juin 24, 2019 9:46 pm

Le blog de mes voyages imaginaires: http://qui.revient.de.loin.blog.free.fr/

Mémoire de rôlistes : le patrimoine du jeu de rôle se construit aujourd'hui

Contributeur au Grog

Avatar de l’utilisateur
Dr Adder
Zelateur
Messages : 67
Inscription : ven. juil. 21, 2017 2:31 pm
Localisation : Paris

Re: De l'application de la sécurité émotionnelle en JDR

Message par Dr Adder » lun. juin 24, 2019 9:47 pm

Inigin a écrit :
lun. juin 24, 2019 9:31 pm
par contre, on peut se tutoyer ? :bierre:

Certainement, d'autant plus facilement que c'était un pluriel s'appliquant à toi et @Acritarche qui était cité et dont tu aurais pu rapporter l'expérience édifiante.

@Qui Revient de Loin Merci. En fait c'est mon anglais qui était trop faiblard. Maintenant c'est plus clair.
Même les paranoiaques ont des ennemis ...  :yin: 

Avatar de l’utilisateur
Mugen
Dieu des bottes de cuir
Messages : 8635
Inscription : mer. mai 17, 2006 11:34 am

Re: De l'application de la sécurité émotionnelle en JDR

Message par Mugen » mar. juin 25, 2019 9:01 am

Loris a écrit :
lun. juin 24, 2019 2:23 pm
Comme dit dans le fil foire d'empoigne, j'utilise un bouton d'arrêt d'urgence, acheté moins de 4 balles sur Amazon. Le problème, c'est l'absence totale de discrétion de l'objet. Par contre, l'avantage, c'est qu'il est très "visuellement présent".

Léger HS : Les biais mentaux étant ce qu'ils sont, je suis persuadé que ce "Panic Button" passerait très bien auprès de nombreux "anti" X-Card.
Sois satisfait des fruit, des fleurs et même des feuilles,
Si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles.
Ne pas monter bien haut peut-être, mais tout seul.

Avatar de l’utilisateur
ZeDiac
Prêtre
Messages : 371
Inscription : mar. déc. 16, 2014 3:33 pm

Re: De l'application de la sécurité émotionnelle en JDR

Message par ZeDiac » mar. juin 25, 2019 12:15 pm

Terisonen a écrit :
lun. juin 24, 2019 4:27 pm
J'aime bien l'idée que celui qui fait l'échec critique raconte ce qu'il se passe :)
Moi aussi et je me rends compte que cela fait un moment que j'ai adopté cette technique de façon quasi "naturelle". Au départ c'est parti des succès critique mais j'ai vite proposé cela pour les échecs et les joueurs de mes campagnes ont adhéré. Cela permet de redonner la main au joueur et de l'impliquer pour se débarrasser de cette impression de "subir" en effet.

Qui Revient de Loin a écrit :
lun. juin 24, 2019 3:09 pm
Yusei a écrit :
lun. juin 24, 2019 2:27 pm
Ça peut être étendu à d'autres choses que l'échec. Par exemple un jeu où le joueur A doit choisir (à la création) un joueur B qui lui sera redevable de quelque chose: dans certains jeux c'est A qui choisit B, mais comme c'est B qui subit l'effet, c'est lui qui choisit les détails de pourquoi il est redevable à A.
C'est une technique que j'applique systématiquement désormais, car j'ai trop vécu de scènes d'échecs critiques où, faute d'idées, on se raccrochait à des humiliations stupides ou à des complications qui pourrissaient les relations entre PJ : "tu glisses, brise ton épée et tombe dans une bouse de vache" ou "tu frappes à coté et touches Géraldine" ; "Géraldine: Quoi ?!?".

Comme le précise Yusei, cela permet donc aussi d'éviter de faire retombé des conséquences négatives d'un joueur sur un autre sans que celui n'est son mot à dire ; on évite ainsi des injustices et on bâti ensemble une histoire consensuelle même si dramatique ou tout simplement erratique.

Appliqué aux réussites/réussites critiques, cela permet aussi au joueur de ne pas être déçu par son succès en le rendant conforme à ce qu'il attend, et non à ce que peut imaginer un autre joueur, le MJ par exemple.
J'aime bien cette technique. Le principe même de se mettre d’accord en amont est tellement évident au final et le systématiser me semble pertinent en effet.
Je me rends compte que je fais cette gymnastique au moment où l'échec arrive pour demander aux joueurs si effectivement le PJ "a touché Géraldine" mais je n'anticipe pas, ce qui pourrait être un gain de temps parfois.
"Le temps ne fait rien à l'affaire... c'est le kilométrage!"

Le FacedeBouc de ZeDiac
Ses CR de TORG mené en convention

Avatar de l’utilisateur
Dr Adder
Zelateur
Messages : 67
Inscription : ven. juil. 21, 2017 2:31 pm
Localisation : Paris

Re: De l'application de la sécurité émotionnelle en JDR

Message par Dr Adder » mar. juin 25, 2019 12:52 pm

 
Mugen a écrit :
mar. juin 25, 2019 9:01 am
Léger HS : Les biais mentaux étant ce qu'ils sont, je suis persuadé que ce "Panic Button" passerait très bien auprès de nombreux "anti" X-Card.

@Mugen c'est mon sentiment également, mais je n'y vois pas un HS, n'est-ce pas justement le fond du problème? C'est même d'une belle logique circulaire.
Je peux me tromper, mais j'y vois 2 raisons, la première c'est que ça me semble pas bien adapté aux enjeux les plus lourds (trop joujou, théatralise, s'il n'y en a qu'un faut s'en saisir etc), donc le rend peu opératoire dans les situations les plus sensibles et risque d'esquiver une partie du débat de fond. La deuxième c'est que c'est beau comme un tractopelle Caterpillar.

Comme je l'ai dit précédemment j'en vois perso un usage in-game avec de vieux potes, et AMHA on peut l'étendre en général à du In-game pour des jeux potentiellement "touchy" dont le contrat social prévoit déjà explicitement que ça va être dur. Mais si je devais jouer en conv', ou en initiation, ou avec des inconnu-es, ou avec des "jeunes" la X-card me paraît  de toute façon utile, voire nécessaire.
C'est marrant y a 1 an j'aurais pas dit ça, mais les arguments du fils précédents étaient plutôt convaincants et les contre-arguments étaient..."déconcertants" (je les ai déjà vu ailleurs dans d'autres cadres que le JdR et j'aime pas).
Dernière modification par Dr Adder le mar. juin 25, 2019 1:02 pm, modifié 1 fois.
Même les paranoiaques ont des ennemis ...  :yin: 

Avatar de l’utilisateur
sherinford
Dieu de sa console
Messages : 6383
Inscription : jeu. oct. 07, 2004 8:36 am
Localisation : Un petit chateau en Belgique

Re: De l'application de la sécurité émotionnelle en JDR

Message par sherinford » mar. juin 25, 2019 1:01 pm

Qui Revient de Loin a écrit :
lun. juin 24, 2019 12:04 pm
Bonjour à tous,

Ce fil est destiné à la mise en application des principes de sécurité émotionnelle, sécurité affective, hygiène émotionnelle dans le jeu de rôle. L'hypothèse de départ de ce fil est que l'on souhaite les appliquer.
On peut y présenter ses outils, ses techniques, ses procédures, ou encore ses exemples et ses problèmes de mise en application.

De mon côté, en vue de la maîtrise en convention de scénarios Channel Fear, en août, je suis preneur d'un texte de présentation de l'outil qui soit à la fois clair et non anxiogène.

Avatar de l’utilisateur
Yusei
Dieu en cavale
Messages : 6966
Inscription : jeu. janv. 30, 2014 9:47 am
Localisation : Paris / Cachan
Contact :

Re: De l'application de la sécurité émotionnelle en JDR

Message par Yusei » mar. juin 25, 2019 1:07 pm

Comme je le disais dans le fil foire d'empoigne, pour ma part j'utilise une carte joker d'un jeu de poker standard. Comme présentation, je dis que je n'ai pas prévu de scènes dérangeantes mais qu'on ne sait jamais, et que si à un moment quelqu'un souhaite écourter une description ou passer à autre jour il peut lever la carte joker.

Je ne sais pas si c'est efficace (ça n'est arrivé qu'une fois que quelqu'un prenne le joker) mais ça ne m'a jamais semblé anxiogène et on ne m'a jamais regardé de travers, l'air de se demander dans quoi je les embarquait.

Répondre