Le racisme dans la fiction

Ciné, télé, zik et bla bla persos (trolls, floodeurs et baskets interdits)
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Olivier Fanton
Dieu des lapins qui bouquinent
Messages : 2010
Inscription : jeu. août 07, 2003 10:01 pm
Localisation : Rouen (ou pas loin)
Contact :

Le racisme dans la fiction

Message par Olivier Fanton » lun. oct. 16, 2017 9:33 am

Ganelon a écrit :
mar. oct. 10, 2017 7:29 pm
Barjavel c'est un peu touchy limite dans le genre druide facho. Du moins, un producteur ne va peut-être pas courir après.
J'attends toujours une adaptation de Céline.

Ganelon a écrit :
mar. oct. 10, 2017 10:21 pm
Il me semble que dans la Nuit des Temps il est question d'une race supérieure renversée par une autre d'inférieurs ou l'ado que j'étais a rêvé ?

Cyrano a écrit :
mar. oct. 10, 2017 10:31 pm
Romain d'Huissier a écrit :
mar. oct. 10, 2017 9:54 pm
Barjavel c'est un peu touchy limite dans le genre druide facho.
Ça me semble un poil exagéré, si ça ne se base que sur la parution de certaines de ses œuvres dans Je suis Partout.
Ma lecture de Ravage date un peu, mais je crois me rappeler que ce roman a une idéologie prêtant à controverse, pronant notamment le retour à la terre et le culte du chef. Cela associé à sa publication dans "Je suis Partout", journal collaborationniste et antisémite, donne (à tord ou à raison) une image un peu sulfureuse.

Tybalt (le retour) a écrit :
dim. oct. 15, 2017 1:11 pm
Olivier Fanton a écrit :
sam. oct. 14, 2017 10:31 am
Mon souvenir de la Nuit des temps est que les noirs y sont révélés être des extraterrestres (des Vénusiens, je crois). Déjà au collège, ça m'avait paru atrocement raciste.

Et dans l'épilogue, les commentaires sur le petit ami arabe de la fille du héros laissent aussi peu de place au doute.

J'avais oublié ça aussi, il va falloir que j'exhume le bouquin pour voir. Juste, pour resituer, tu trouves certains écrits de Lovecraft racistes ou bien surtout pas ? Il y a des hiérarchies et des cohérences de jugements que j'ai parfois du mal à comprendre sur ce forum  :P #troll #marronnier  

 
Un lapin qui bouquine n'a pas besoin de lunettes.

Avatar de l’utilisateur
Olivier Fanton
Dieu des lapins qui bouquinent
Messages : 2010
Inscription : jeu. août 07, 2003 10:01 pm
Localisation : Rouen (ou pas loin)
Contact :

Re: Le racisme dans la fiction

Message par Olivier Fanton » lun. oct. 16, 2017 9:50 am

Marrant cette attaque en cohérence sur Lovecraft. Je n'ai pas souvenir d'en avoir parlé. Tu confonds avec quelqu'un d'autre ? (Ou tu prends l'ensemble des intervenant du forum comme un tout ? 8)7 )

Bref, dans ce que j'ai lu de Lovecraft, je n'ai pas senti de racisme. (Du mépris de classe, ça oui par contre. On a les bons professeurs d'université d'un côté et les mauvais pecnots de l'autre. Les deux sont blancs, mais ils ne sont pas placés au même niveau.) Cela dit, j'ai suffisamment vu d'analyses de Lovecraft pointant son racisme pour me douter qu'il doit y être.

Pour prendre un autre exemple, je suis beaucoup plus mal à l'aise en lisant Tintin au Congo que Jules Verne. Dans les deux cas, les noirs ont des rôles stéréotypés, mais ils sont clairement présentés comme des êtres inférieurs chez Hergé, alors qu'ils sont égaux dans l'héroïsme chez Verne, malgré des positions socialement subalternes.

(Attention, ça fait très longtemps que je n'ai pas relu Verne. J'ai essayé, mais le style m'a fait arrêter au bout de deux pages. Donc, il y a peut-être un racisme beaucoup plus violent que dans mon souvenir d'enfant.)

Et pour conclure sur une généralité, honnêtement, le dégoût m'affecte très variablement selon les cas. Il y a des œuvres que j'arrive à apprécier malgré ce que je sais de l'auteur ... et parfois non. Évidemment, cela aide si les idées nauséabondes de l'auteur ne transparaissent pas dans son œuvre, s'il est très éloigné de moi temporellement et spatialement, s'il l'œuvre date d'avant ou d'après que j'ai découvert le CV de l'auteur, etc.

Sur La Nuit des temps en particulier, j'ai pu apprécier le côté SF et tragédie, tout en notant que l'auteur était raciste. Du coup, je n'ai rien lu d'autre de lui.
Un lapin qui bouquine n'a pas besoin de lunettes.

Avatar de l’utilisateur
Fabien_Lyraud
Dieu, sérieux les gars.
Messages : 4573
Inscription : ven. mai 05, 2006 2:09 pm
Contact :

Re: Le racisme dans la fiction

Message par Fabien_Lyraud » lun. oct. 16, 2017 10:08 am

 Cela dit, j'ai suffisamment vu d'analyses de Lovecraft pointant son racisme pour me douter qu'il doit y être.
 
Tu n'as pas lu l'Horreur de Red Hook, où justement il y a un concentré de racisme avec les blancs aryens et les méchants immigrés forcément sataniques. C'est totalement gerbatoire comme texte. C'est sans doute celui où le racisme de Lovecraft s'exprime de manière la plus directe.

Mais dans le Cauchemar d'Innsmouth, on évoque des Polynésiens et là aussi c'est totalement un cliché raciste.

Avatar de l’utilisateur
Olivier Fanton
Dieu des lapins qui bouquinent
Messages : 2010
Inscription : jeu. août 07, 2003 10:01 pm
Localisation : Rouen (ou pas loin)
Contact :

Re: Le racisme dans la fiction

Message par Olivier Fanton » lun. oct. 16, 2017 10:13 am

Effectivement, je n'ai pas lu L'Horreur de Red Hook. Et donc, je vais l'éviter. :)

Notons bien que le but ici n'est pas de faire le procès de tel ou telle auteur ou œuvre, mais plutôt de parler de nos réactions face à elles. Enfin, ça me parait plus intéressant en tout cas.
Un lapin qui bouquine n'a pas besoin de lunettes.

Avatar de l’utilisateur
Kardwill
Dieu des strates galactiques
Messages : 5445
Inscription : mar. déc. 11, 2007 3:19 pm

Re: Le racisme dans la fiction

Message par Kardwill » lun. oct. 16, 2017 10:29 am

Fabien_Lyraud a écrit :
lun. oct. 16, 2017 10:08 am
 Cela dit, j'ai suffisamment vu d'analyses de Lovecraft pointant son racisme pour me douter qu'il doit y être.
Tu n'as pas lu l'Horreur de Red Hook, où justement il y a un concentré de racisme avec les blancs aryens et les méchants immigrés forcément sataniques. C'est totalement gerbatoire comme texte. C'est sans doute celui où le racisme de Lovecraft s'exprime de manière la plus directe.

Mais dans le Cauchemar d'Innsmouth, on évoque des Polynésiens et là aussi c'est totalement un cliché raciste.  
C'est un auteur assez étrange. D'un côté, il insiste lourdement sur la bestialité simiesque d'un Noir dans "Herbert West, réanimateur", de l'autre il manifeste de l'empathie pour les étoiles de mer meurtrières des "Montagnes Hallucinées" et les décrit comme "des hommes" paniqués et cherchant à s'en sortir comme vous ou moi.

Mais bon, on voit l’œuvre de Lovecraft comme un bloc monolithique (notre tendance de rôlistes qui réduisent ses nouvelles à "un univers", en plus du fait que les choses datant d'avant notre naissance ont tendance à s'amalgamer dans notre esprit), mais il y a 15 ans entre les deux nouvelles. Sa vision du monde a eu le temps d'évoluer entre le début et la fin de sa carrière.

Du coup, il est difficile de juger en bloc toute l'oeuvre d'un écrivain à l'aune d'une poignée de ses écrits.
Dernière modification par Kardwill le lun. oct. 16, 2017 10:30 am, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Cyrano
Dieu de la péninsule
Messages : 3251
Inscription : ven. févr. 15, 2008 7:40 pm

Re: Le racisme dans la fiction

Message par Cyrano » lun. oct. 16, 2017 10:30 am

Au sujet de Lovecraft, certaines de ses oeuvres témoignent des préjugés de l'auteur dans la manière dont sont décrites les minorités, y compris la nouvelle L'Appel de Cthulhu. ("the prisoners all proved to be men of a very low, mixed-blooded, and mentally aberrant type. Most were seamen, and a sprinkling of negroes and mulattoes, largely West Indians or Brava Portuguese from the Cape Verde Islands, gave a colouring of voodooism to the heterogeneous cult. But before many questions were asked, it became manifest that something far deeper and older than negro fetichism was involved. Degraded and ignorant as they were, the creatures held with surprising consistency to the central idea of their loathsome faith.")
On cite également les nouvelle The Street ou Medusa's Coil comme de bons exemples du racisme de Lovecraft ou encore sa tendance à parler de la pureté du sang.
La violence est le dernier refuge de l'incompétence (Isaac Asimov, Fondation)

Rosco
Mystique
Messages : 822
Inscription : dim. avr. 30, 2017 10:23 am

Re: Le racisme dans la fiction

Message par Rosco » lun. oct. 16, 2017 10:34 am

Ian fleming est puant
de mépris raciste
docteur no qui se fait recouvrir de guano, "ça lui vas au teint"
de mépris envers les non anglais
dans bon baiser paris les françaises puent de la bouche et elle ne sont belles que grace à leur vêtements
dans bon baiser de russie les non anglais mettent du parfums pour cacher le fait de ne pas se laver
Et ainsi de suite
 

Avatar de l’utilisateur
Uphir
Dieu des hamsters miniatures spatiaux
Messages : 18478
Inscription : sam. juin 30, 2012 2:31 pm
Localisation : RP

Re: Le racisme dans la fiction

Message par Uphir » lun. oct. 16, 2017 10:38 am

Rosco a écrit :
lun. oct. 16, 2017 10:34 am
Ian fleming est puant
de mépris raciste
docteur no qui se fait recouvrir de guano, "ça lui vas au teint"
de mépris envers les non anglais
dans bon baiser paris les françaises puent de la bouche et elle ne sont belles que grace à leur vêtements
dans bon baiser de russie les non anglais mettent du parfums pour cacher le fait de ne pas se laver
Et ainsi de suite
 
Tu peux ajouter "Vivre et laisser mourir" où la description qu'il fait d'un "bar de nègres" à la Nouvelle Orléans est assez flippante.
 
Gott weiß ich will kein Engel sein

Rosco
Mystique
Messages : 822
Inscription : dim. avr. 30, 2017 10:23 am

Re: Le racisme dans la fiction

Message par Rosco » lun. oct. 16, 2017 10:40 am

@Uphir
on pourrait faire  une ligne par roman :)

Avatar de l’utilisateur
Uphir
Dieu des hamsters miniatures spatiaux
Messages : 18478
Inscription : sam. juin 30, 2012 2:31 pm
Localisation : RP

Re: Le racisme dans la fiction

Message par Uphir » lun. oct. 16, 2017 10:42 am

Et ce qui est paradoxal, c'est que cela ne m'a pas empêché de lire quasiment tous ses romans et de les apprécier. De la même manière que ce que j'ai pu lire de Lovecraft ou de Barjavel ne m'a pas déplu. Comme quoi, on ne voit sans doute que ce que l'on a envie de voir...
Gott weiß ich will kein Engel sein

Rosco
Mystique
Messages : 822
Inscription : dim. avr. 30, 2017 10:23 am

Re: Le racisme dans la fiction

Message par Rosco » lun. oct. 16, 2017 10:43 am

Il faut remettre dans le contexte de l'époque surtout
Fleming est le "gentleman" anglais fier de faire partie de la plus grande nation au Monde

Avatar de l’utilisateur
Selpoivre
Envoyé de la Source
Messages : 5576
Inscription : jeu. juil. 20, 2006 10:05 am
Localisation : Lyon 6
Contact :

Re: Le racisme dans la fiction

Message par Selpoivre » lun. oct. 16, 2017 10:46 am

Uphir a écrit :
lun. oct. 16, 2017 10:42 am
Et ce qui est paradoxal, c'est que cela ne m'a pas empêché de lire quasiment tous ses romans et de les apprécier. De la même manière que ce que j'ai pu lire de Lovecraft ou de Barjavel ne m'a pas déplu. Comme quoi, on ne voit sans doute que ce que l'on a envie de voir...

Ou alors c'est juste que tu a décidé en tant que lecteur de passer outre ces problèmes pour apprécier les qualités de l'oeuvre. Ce qui n'est pas un jugement de ma part hein.

Une oeuvre peut être raciste et avoir des qualités en parallèle. Mais le fait qu'on apprécie ces qualités et qu'on passe sur les aspects problématique n'empêche pas ces problèmes d'exister.
Image
Membre de la LLDT, la Ligue Lyonnaise des Détournements de Threads · Binouzeur Casusien itinérant · Avatar du mauvais goût cinématographique
Modère en vert

Avatar de l’utilisateur
Uphir
Dieu des hamsters miniatures spatiaux
Messages : 18478
Inscription : sam. juin 30, 2012 2:31 pm
Localisation : RP

Re: Le racisme dans la fiction

Message par Uphir » lun. oct. 16, 2017 10:52 am

Sans doute... je sais que chez Fleming, cela m'avait "choqué", vraiment. Mais je le savais avant de commencer à le lire et j'étais fan de son héros, James Bond (qui incarne pourtant ce racisme). J'avoue que pour Barjavel (d'où part cette conversation) ou Lovecraft, cela m'a moins sauté aux yeux (mais je n'ai pas tout lu de l'un comme de l'autre).

Après, je rejoins aussi Rosco sur le fait que c'est aussi parfois le reflet d'une époque. Hergé (qui a été cité plus haut) reflète assez caricaturalement (et un peu naïvement aussi) l'idée que les européens se faisaient à l'époque de pays "lointains". On peut citer Tintin au Congo sur l'Afrique, mais on retrouve le même trait "grossier" quand il s'agit de décrire l'Amérique (avec son grand banditisme à la Capone) ou l'URSS (Tintin chez les Soviets).
Gott weiß ich will kein Engel sein

Avatar de l’utilisateur
Fabien_Lyraud
Dieu, sérieux les gars.
Messages : 4573
Inscription : ven. mai 05, 2006 2:09 pm
Contact :

Re: Le racisme dans la fiction

Message par Fabien_Lyraud » lun. oct. 16, 2017 10:59 am

 Hergé (qui a été cité plus haut) reflète assez caricaturalement (et un peu naïvement aussi) l'idée que les européens se faisaient à l'époque de pays "lointains".
Hergé travaillait pour un journal très conservateur, "le petit vingtième". Des rumeurs disaient même que Hergé aurait eu des sympathies rexistes. Je ne sais pas ce qu'il en est réellement.

Avatar de l’utilisateur
rogre
RDieu
Messages : 2970
Inscription : jeu. déc. 06, 2007 12:53 pm
Localisation : Lyon 6è

Re: Le racisme dans la fiction

Message par rogre » lun. oct. 16, 2017 1:09 pm

Lovecraft est raciste - comment, et pourquoi, ne l'aurait-il pas été? Je veux dire par là que sinon, il n'aurait pas été lui - ce type là, américain du début du XXème siècle. Car au demeurant, le "racisme" de Lovecraft est bien du "racisme", au sens socio-historique du terme - donc quelque chose d'assez banal chez les WASP de l'époque. Idem son admiration pour Mussolini ou Hitler (un temps) - ce qui ne le distingue pas d'une bonne partie du patronat américain d'alors. Mais ce qui importe, et c'est la thèse de Houellebecq dans son étude-biographie de l'auteur, c'est qu'il en a fait quelque chose de littéraire.


"On ne fait pas de la littérature avec des bons sentiments" disait Gide. C'est assez vrai.

Passez en revue la plupart des grands auteurs: ils expriment une vision du monde qui est fondamentalement intolérante, violente, clivante… C'est d'ailleurs le plus souvent une conception qui, en leur temps, est "dans l'air du temps", en cela que pas mal d'auteurs de littérature se pensent comme des "dissidents" - mais ils ne font jamais qu'assumer l'envers des pensées dominantes. Ou bien c'est la version alternative de la pensée dominante: la figure du "noble sauvage" coexiste avec la mise en tutelle de fait des espaces coloniaux, etc…

Pour m'en tenir à une dizaine de "pro-" ou "anti" (et ne débordant le thème du "racisme"):

Stendhal = individualiste, anticlérical
Balzac = catho intégriste, royaliste, homophobe, misogyne, antisémite et anti francs-maçons
Baudelaire = catho "sataniste", misogyne, homophobe
Barbey d'Aurevilly = catho intégriste, royaliste, antisémite
Verne = colonialiste (mais anti-anglais), misogynie, antisémite, patriotisme "anti-boche"
Bloy = catho intégriste, colonialiste, anti-boche (mais pas anti-sémite, exception)
Gide = nietzschéen anti-famille, pro-pédophilie, anti-colonaliste
Tolkien = catho anglais, anti-communiste, indentitariste, anti-progrès
London = pro-communiste, antisémite, néo-rousseauisme un peu nietzschéen
Giono = néo-paganisme, d'où semi-pétainiste
Céline = antisémitisme forcené, nazi de fait

Hugo = hors système (approche mystique, dégagée de tout "racisme" - mais uniformisante)
Proust = autre chose! (observation "entomologiste" des réflexes de racisme, d'indentitarisme, etc…)





 
"Things are going to slide in all directions, won't be nothing you can measure anymore" - Leonard Cohen, "The Future"

Répondre