Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Ciné, télé, zik et bla bla persos (trolls, floodeurs et baskets interdits)
Avatar de l’utilisateur
OSR
Evêque
Messages : 486
Inscription : mar. nov. 21, 2017 10:32 am

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par OSR » lun. sept. 23, 2019 3:51 pm

Erwan G a écrit :
lun. sept. 23, 2019 3:37 pm
The Arrival (qui provient d'une nouvelle de Ted Chiang) ...
Ah non The Arrival était un scénario original de Twohy lui-même.

Et Bruce Willis ne meurt pas dans Le Sixième Sens, vu qu'il ne joue pas dedans.
Operational Sex Ratio

Du rétrovieux sur Lulu et DriveThruRPG ; infos sur Twitter ou ici-même.

Avatar de l’utilisateur
Erwan G
Envoyé de la Source
Messages : 13016
Inscription : lun. oct. 25, 2004 6:51 pm
Localisation : Grenoble

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Erwan G » lun. sept. 23, 2019 4:56 pm

Ok. Arrival ou la version filmée et plus intéressante de l'Histoire de ta vie, de Ted Chiang.
Personne n'est plus arrogant envers les femmes, plus agressif ou méprisant, qu'un homme inquiet pour sa virilité.
Simone de Beauvoir

Spoiler:
Image

Avatar de l’utilisateur
Humphrey B
Dieu des physiciens wargamers
Messages : 4894
Inscription : sam. avr. 03, 2010 7:35 pm
Localisation : Troyes
Contact :

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Humphrey B » lun. sept. 23, 2019 5:04 pm

Fabfab a écrit :
lun. sept. 23, 2019 11:37 am
Et bien après toutes les mauvaises critiques que j'ai lues ici et là, tu me donnes envie de le voir!
Et bien écoute, j'espère très fort qu'il te plaira, parce que là je me sens un peu seul à défendre ce film !
“Harry, I’m going to let you in on a little secret. Every day, once a day, give yourself a present. Don’t plan it. Don’t wait for it. Just let it happen. It could be a new shirt at the men’s store, a catnap in your office chair, or two cups of good, hot black coffee.” – Agent Dale Cooper

Avatar de l’utilisateur
Scap
Dieu des dons
Messages : 180
Inscription : ven. juin 04, 2004 1:52 pm
Localisation : Zone 2

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Scap » mer. sept. 25, 2019 3:31 pm

Humphrey B a écrit :
lun. sept. 23, 2019 11:00 am
Et bien moi, je l'ai beaucoup aimé, cet Ad Astra.

James Gray continue à nous faire son Coppola : après avoir refait à sa sauce Le Parrain dans The Yards et La nuit nous appartient, le voilà qui nous refait Apocalypse Now dans l'espace. En guise d'un fleuve, c'est le système solaire que remonte Brad Pitt pour retrouver son Kurtz.

Le film est très beau, contemplatif et assez lent. Ad Astra ne raconte pas une histoire de science-fiction, James Gray préférant explorer les thèmes qui sont les siens depuis Little Odessa, transposés dans un décor de SF. Mais la SF n'est pas pour autant prise à la légère : elle est traitée de façon sérieuse, donnant une paire de séquences assez sèches (d'où jaillit parfois une violence brutale) que je trouve très réussies. La réalisation est excellente, tout en sobriété, donnant dès le générique des images d'une grande beauté. La musique est belle (Max Richter) et est utilisée avec parcimonie. On ne trouvera pas une once d'esbroufe dans ce film : James Gray a un chemin et il s'y tient. En cela, Ad Astra est l'anti Interstellar (Nolan abandonnant toute idée de raconter l'exploration spatiale à mi-film). Et la conclusion du film, très belle, nous ramène à une vraie question de SF : est la place de l'humanité ?

Si je devais formuler un reproche, c'est peut-être que les 10 dernières minutes n'étaient pas vraiment nécessaires. Elles contiennent de belles images et appuient la conclusion, mais je pense que tout était dit avant.
Spoiler:
Le film aurait pu s'arrêter sur Neptune au moment où Roy décide de rentrer, ou sinon au moment où il est sorti de la capsule

En tout cas, ceux qui apprécient le cinéma de James Gray peuvent y aller les yeux fermés. J'ai vu le film hier soir. Je le porte encore en moi et je pense qu'il va continuer à me questionner et à me hanter encore un moment.
C'est pas tombé dans l'oreille des yeux d'un sourd-muet. Merci! 

S.
 
Vous qui aimez la gloire soignez votre tombeau; couchez-vous y bien; tâchez d'y faire bonne figure, car vous y resterez.

Avatar de l’utilisateur
Erik
Prêtre
Messages : 372
Inscription : mar. août 01, 2006 3:54 pm
Localisation : Belgium
Contact :

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Erik » mer. sept. 25, 2019 10:48 pm

Mon avis : Dommage que Ad Astra manque d'émotion, sinon ça aurait pu faire un grand film.
Je pense que c'est essentiellement un soucis de communication sur le film, vendu comme un blockbuster.
En réalité, c'est un bel ouvrage intellectuel et théorique de Gray, couplé à une belle démo technique.
Mais ça ne plaira pas à tout le monde. Surtout que plusieurs films ont déjà surfé sur cette voie (Gravity, First Man).

Avatar de l’utilisateur
Udo Femi
Dieu des langues de poulpes
Messages : 19946
Inscription : mer. juil. 12, 2006 4:41 pm
Localisation : Genève
Contact :

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Udo Femi » jeu. sept. 26, 2019 8:33 am

@Humphrey B : moi qui aime la filmographie subtile et maîtrisée de J. Gray, et qui me demandais dans quoi il s'était fourvoyé au visionnage de la bande annonce de Ad Astra, tu viens de me rassurer et de me vendre le film...
:bierre:
Mon blog: http://www.udo-prod.com avec La Superclique gratuite et les Aventures Spears & Sandals d'Agôn !
Venez à l'UdoCon 2019

Avatar de l’utilisateur
Tybalt (le retour)
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 4283
Inscription : mer. août 22, 2012 7:33 pm
Contact :

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Tybalt (le retour) » jeu. sept. 26, 2019 10:30 am

Testé hier soir Downton Abbey, le film, le supplément de violons au sirop royaliste issu de la série-à-regarder-en-plaid-et-charentaises du même nom. C'est vraiment à considérer comme une espèce de gros épisode spécial, à réserver aux fans les plus inconditionnels, ceux qui en six saisons auront réussi à n'être agacés par aucun des défauts de la série, qui reviennent ici non seulement intacts mais agrandis par l'envie de concentrer un maximum d'intrigues en deux heures.
On a donc des domestiques qui se font des crasses pour avoir l'honneur de servir le roi pendant que leurs maîtres se regardent le nombril ou se le font regarder par des domestiques (les mêmes, décidément très disponibles). La vague prétention au réalisme historique ou à une représentation nuancée de l'aristocratie britannique, à laquelle certains épisodes de la série arrivaient à se hisser un peu, disparaît ici complètement sous des litres de soap et de bienveillitude verticale puisque tous les aristocrates sont Gentils (TM) - sans parler des problèmes politiques de l'époque, éclipsés avec un remarquable manque de discrétion. Le scénario manque furieusement de vrais enjeux dramatiques (le pire problème qu'affrontent les personnages étant que tout doit être parfait pour la visite royale). Le tout est enveloppé dans un beau papier cadeau de décors, de costumes et de violons, et encore, les décors n'en mettent pas tant plein la vue que ça.
Bref, vraiment à réserver aux fans. Les autres courent le risque de trouver tout ça ridicule, s'ils comprennent quelque chose à l'accumulation de personnages et de sous-intrigues.
Si vous aimez ce que fait le scénariste, j'aurais tendance à recommander plutôt Gosford Park, moins rose soie.
Mes sites : Kosmos (un jdra sur la mythologie grecque qui a vraiment lu les auteurs antiques pour vous) ; blog de lectures ; site d'écriture.

Avatar de l’utilisateur
Mugen
Dieu des bottes de cuir
Messages : 9240
Inscription : mer. mai 17, 2006 11:34 am

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Mugen » jeu. sept. 26, 2019 2:39 pm

Bacurau est un film brésilien vendu comme un western mais qui n'en est pas vraiment un, dans lequel des villageois d'un bled paumé vont être obligés de se défendre contre un groupe d'étrangers.
C'est violent, et assez glaçant, et je recommande.
Sois satisfait des fruit, des fleurs et même des feuilles,
Si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles.
Ne pas monter bien haut peut-être, mais tout seul.

Avatar de l’utilisateur
Guts of Darkness
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 1986
Inscription : jeu. janv. 19, 2017 12:47 am

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Guts of Darkness » ven. sept. 27, 2019 12:22 am

Hex est un film d'horreur de série B. Le scénario est assez confus et le film pas terrible, mais la photographie est superbe (tournée au Cambodge).

Doom Annihilation est un reboot DTV du 1er film. Pas d'acteur célèbre et un budget sans doute moindre, mais il est plus fidèle au jeu vidéo. Une bonne surprise alors que je m'attendais à un navet. Cela commence assez tranquillement, puis cela devient non stop à partir de la 35ème minute. Je n'ai pas joué des masse à ce jeu (pas fan des FPS), mais les décors, les badges pour passer les portes et certains monstres (pas les mêmes que dans le film de 2005) rappelleront des souvenirs à ceux qui y ont joué.
Il n'y a quasiment pas d'humour (une nana marine qui a un string fétiche pour partir en mission) mais c'est compenser par l'intensité.
Bon le scénario n'est pas gigantesque (des créatures pré-summériennes qui ont inventé les maths et l'écriture??. Compte tenu de leur comportement, les primates sont plus civilisés), mais ce n'est pas non plus le but, c'est du pur horror survival.
Spoiler:
Compte tenu de la fin à la Resident Evil I (le film), je suppose (espère?) une suite.
Sinon, le film part d'une race étrangères (démons), avec petite visite rapide en enfer, et pas d'un adn modifié.
Edit: l’héroïne se nomme Joan Dark.
Dernière modification par Guts of Darkness le ven. sept. 27, 2019 1:09 pm, modifié 1 fois.
Quand le con pointe du doigt près de quelqu’un, espère-t-il montrer la lune et penser dénicher un fou ou veut-il faire sentir son doigt qu’il s’est récemment mis dans le cul, parce qu’il a lu que cela permettait de deviner la direction du vent ?

Avatar de l’utilisateur
Le Grümph
Dieu du foisonnement créatif
Messages : 9756
Inscription : mar. avr. 05, 2005 1:44 am
Localisation : Nord-Mayenne
Contact :

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Le Grümph » ven. sept. 27, 2019 8:49 am

Ma femme ma emmené voir Ad Astra et j'ai dit oui parce que c'était James Gray et que j'ai aimé ses polars. Elle me l'a vendue comme un film psychologique (en tout cas, c'était cet aspect qui l'intéressait). Je suis donc allé le voir sans avoir rien lu dessus. Jusqu'au tout début de la séance, je ne savais même pas qui jouait dedans.
Et je n'ai pas passé un moment très agréable au final tellement le film est bourré de défauts.

Spoiler:
Déjà, tout l'aspect spatial, astrophysique et tout, je suis pas un spécialiste. Loin de là. Juste quelques bases en physiques, pas mal d'émissions cool sur Youtube et assez de SF hard science (dont tout Honor Harrington) pour avoir des bases minimales. Et ben, les mecs qui ont écrit le film, ils ont même pas ça ! Nan mais putain, si je veux du space-opera, je regarde Star Wars et je ne fais pas de critique sur la vraisemblance. Mais quand tout est esthétisé à mort pour donner l'impression que c'est hyper-réaliste, on fait le boulot jusqu'au bout et on ne sort pas une grosse connerie toutes les cinq minutes de film.
Une fusée, ça s'arrête pas comme ça en plein espace pour prendre un auto-stoppeur ! On éteint le moteur des modules lunaires AVANT de finir l'allunissage ! Depuis quand il y a des ondes fluides dans le vide ?! Et un singe ça explose pas quand on fait le vide ! Et ainsi de suite... Toutes les deux minutes, j'étais sorti du film par ces conneries ! Bref...

Ensuite, psychologiquement, bonjour les grosses ficelles ! Déjà la motivation du père : découvrir des formes de vie en observant les exoplanètes. Il a déjà entendu parler des équations de Drake, le papa ? Depuis quand la nasa a des budgets pour payer les crises de mysticismes de connards comme ça ? Encore une fois, la vraisemblance en prend un coup. Je peux pas m'identifier à un ficelle aussi grosse. Même en JdR, ça fait longtemps qu'on a arrêté les trucs aussi foireux !
Ensuite, le Brad Pitt super esthétisé, façon sociopathe pur au début et qui devient trop humain à la fin parce qu'il entend papa au téléphone. N'importe quoi ! Tous les clichés nous sont infligés ! Et que j'ai le coeur qui n'accélère jamais sauf quand je ressens enfin une émotion ! Et que je suis trop sage et intelligent pour penser à prendre les données sur les exoplanètes parce que c'est trop là que se cache la vraie beauté de l'univers ! Et que j'insiste bien sur le on est tout seul pour montrer à papa que moi je suis trop pas un mystique ! Sans compter la fin : je revis mais au lieu de me reconstruire une existence un peu nouvelle, il faut que j'aille emmerder mon ex. Connard.

Et je passe sur la séquence Soleil Vert sur Mars qui m'a fait vomir d'excès de mièvrerie.

Bref. ça se voit que j'ai détesté ? 
Je vois deux ou trois films par an au cinoche. Généralement, c'est pour du Marvel ou du Star Wars. Et ben, je me rappelle pourquoi ! 
 
Petit Marteau - Mon site - Mes images - Le catalogue Chibi - Patreon
Chibi : des jeux pour faire des trucs dedans
JOUER ET LAISSER JOUER
system matters, players matter more
Jeu de rôle. n.m. On jette des dés et on dit des conneries.

Avatar de l’utilisateur
vivien
Evêque
Messages : 477
Inscription : mer. avr. 19, 2006 1:24 pm
Localisation : Paris

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par vivien » ven. sept. 27, 2019 9:09 am

Et bien moi, dans un tout autre genre, j'ai vu les invasions barbares, de Denys Arcand, et bon sang qu'il est touchant! Il flirte avec le pathos, sans pour autant se vautrer dans la mièvrerie. Je recommande chaudement !
ok on a rien a se dire, mais on a tout le temps de trouver!

Tosheros
Dieu parce pourquoi pas ?
Messages : 2008
Inscription : jeu. août 14, 2008 4:53 pm
Localisation : Brüsel

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Tosheros » ven. sept. 27, 2019 9:29 am

Le Grümph a écrit :
ven. sept. 27, 2019 8:49 am
Ma femme ma emmené voir Ad Astra et j'ai dit oui parce que c'était James Gray et que j'ai aimé ses polars. Elle me l'a vendue comme un film psychologique (en tout cas, c'était cet aspect qui l'intéressait). Je suis donc allé le voir sans avoir rien lu dessus. Jusqu'au tout début de la séance, je ne savais même pas qui jouait dedans.
Et je n'ai pas passé un moment très agréable au final tellement le film est bourré de défauts.

Spoiler:
Déjà, tout l'aspect spatial, astrophysique et tout, je suis pas un spécialiste. Loin de là. Juste quelques bases en physiques, pas mal d'émissions cool sur Youtube et assez de SF hard science (dont tout Honor Harrington) pour avoir des bases minimales. Et ben, les mecs qui ont écrit le film, ils ont même pas ça ! Nan mais putain, si je veux du space-opera, je regarde Star Wars et je ne fais pas de critique sur la vraisemblance. Mais quand tout est esthétisé à mort pour donner l'impression que c'est hyper-réaliste, on fait le boulot jusqu'au bout et on ne sort pas une grosse connerie toutes les cinq minutes de film.
Une fusée, ça s'arrête pas comme ça en plein espace pour prendre un auto-stoppeur ! On éteint le moteur des modules lunaires AVANT de finir l'allunissage ! Depuis quand il y a des ondes fluides dans le vide ?! Et un singe ça explose pas quand on fait le vide ! Et ainsi de suite... Toutes les deux minutes, j'étais sorti du film par ces conneries ! Bref...

Ensuite, psychologiquement, bonjour les grosses ficelles ! Déjà la motivation du père : découvrir des formes de vie en observant les exoplanètes. Il a déjà entendu parler des équations de Drake, le papa ? Depuis quand la nasa a des budgets pour payer les crises de mysticismes de connards comme ça ? Encore une fois, la vraisemblance en prend un coup. Je peux pas m'identifier à un ficelle aussi grosse. Même en JdR, ça fait longtemps qu'on a arrêté les trucs aussi foireux !
Ensuite, le Brad Pitt super esthétisé, façon sociopathe pur au début et qui devient trop humain à la fin parce qu'il entend papa au téléphone. N'importe quoi ! Tous les clichés nous sont infligés ! Et que j'ai le coeur qui n'accélère jamais sauf quand je ressens enfin une émotion ! Et que je suis trop sage et intelligent pour penser à prendre les données sur les exoplanètes parce que c'est trop là que se cache la vraie beauté de l'univers ! Et que j'insiste bien sur le on est tout seul pour montrer à papa que moi je suis trop pas un mystique ! Sans compter la fin : je revis mais au lieu de me reconstruire une existence un peu nouvelle, il faut que j'aille emmerder mon ex. Connard.

Et je passe sur la séquence Soleil Vert sur Mars qui m'a fait vomir d'excès de mièvrerie.

Bref. ça se voit que j'ai détesté ? 
Je vois deux ou trois films par an au cinoche. Généralement, c'est pour du Marvel ou du Star Wars. Et ben, je me rappelle pourquoi ! 
 

Arf, j'ai très fort hésité à cliquer sur le spoiler parce qu'à la base j'étais réticent pour le film au vu de la bande-annonce, puis en voyant des commentaires comme quoi le film était mal vendu et que le produit final était bien plus subtil j'étais fort tenté.

J'ai bien fait de cliquer sur le spoiler quand même, les défauts que tu sors sont tout à fait capables de me faire sortir complètement du film.

Les problèmes d'application des principes scientifiques dans un film qui se la joue "sérieux", c'est con mais c'est notamment ce qui m'a fait ne pas aimer Interstellar alors qu'il est reconnu comme un bon film par beaucoup de gens, et ici ça semble plus marqué... :neutral:
Démolition : Compétence qui vous permet de dissocier utilisation de TNT et suicide.

Shoggoth a mail

Avatar de l’utilisateur
Le Grümph
Dieu du foisonnement créatif
Messages : 9756
Inscription : mar. avr. 05, 2005 1:44 am
Localisation : Nord-Mayenne
Contact :

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Le Grümph » ven. sept. 27, 2019 9:38 am

Spoiler:
Rien ne m'a particulièrement choqué dans Interstellar. Déjà parce que même si je connais les bases de la relativité générale, je suis très loin d'en comprendre les subtilités, et puis bon, à un moment, il arrive quand même à nous raconter une belle histoire.
Là, ce sont des formules de mécanique de base qui sont insultées. Des rapports de masse et d'énergie tout ce qu'il y a de plus bêtes. Et ils foirent le truc. Et en plus, l'histoire est vide et inintéressante.
R. A. té.
Petit Marteau - Mon site - Mes images - Le catalogue Chibi - Patreon
Chibi : des jeux pour faire des trucs dedans
JOUER ET LAISSER JOUER
system matters, players matter more
Jeu de rôle. n.m. On jette des dés et on dit des conneries.

Avatar de l’utilisateur
Ganelon
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 1935
Inscription : jeu. sept. 14, 2017 9:04 am
Localisation : La grotte de Labscons

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Ganelon » ven. sept. 27, 2019 11:36 am

Guts of Darkness a écrit :
ven. sept. 27, 2019 12:22 am

Doom Annihilation est un reboot DTV du 1er film. Pas d'acteur célèbre et un budget sans doute moindre, mais il est plus fidèle au jeu vidéo. Une bonne surprise alors que je m'attendais à un navet. Cela commence assez tranquillement, puis cela devient non stop à partir de la 35ème minute. Je n'ai pas joué des masse à ce jeu (pas fan des FPS), mais les décors, les badges pour passer les portes et certains monstres (pas les mêmes que dans le film de 2005) rappelleront des souvenirs à ceux qui y ont joué.
Il n'y a quasiment pas d'humour (une nana marine qui a un string fétiche pour partir en mission) mais c'est compenser par l'intensité.
Bon le scénario n'est pas gigantesque (des créatures pré-summériennes qui ont inventé les maths et l'écriture??. Compte tenu de leur comportement, les primates sont plus civilisés), mais ce n'est pas non plus le but, c'est du pur horror survival.
Spoiler:
Compte tenu de la fin à la Resident Evil I (le film), je suppose (espère?) une suite.
Sinon, le film part d'une race étrangères (démons), avec petite visite rapide en enfer, et pas d'un adn modifié.
C'est pas très bon. Ces marines qui tirent sur trois laborantins grimés en zombies énervés galopant sans cesse vers la caméra, beuuuuh... J'ai eu l'impression de tomber sur une chaîne à nanars de la TNT. J'ai fastforwardé jusqu'en Enfer et pareil il y a plus d'angoisse chez Marithie et Gilbert Charpentier quand ils invitent Carlos et Annie Cordy.
Monsieur de Mitrolles.

Avatar de l’utilisateur
Fabfab
Dieu de la gratte
Messages : 7348
Inscription : mer. août 29, 2007 6:03 pm
Localisation : Au pied du Vercors

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Fabfab » ven. sept. 27, 2019 12:29 pm

En tous les cas, la bande-annonce de Joker m'a mis une belle claque. Esthétique et d'ambiance. J'irai le voir direct, et je ne peux que souhaiter que le film suivra cette direction.
A distorted reality is now a necessity to be free

Verrouillé