Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Ciné, télé, zik et bla bla persos (trolls, floodeurs et baskets interdits)
Avatar de l’utilisateur
Fabien_Lyraud
Dieu, sérieux les gars.
Messages : 4690
Inscription : ven. mai 05, 2006 2:09 pm
Contact :

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Fabien_Lyraud » ven. nov. 16, 2018 11:04 am

Vous parlez de Verneuil, je pense que les films de José Giovanni n'ont pas dû trop vieillir. Giovanni généralement c'est plus pulp.
La Scoumoune c'est excellent (ah le gunfight entre Belmondo et Michel Constantin dans une église). Et le lanceur de couteau avec son orgue de barbarie et son singe. Et la reconstitution sympathique du Marseille des années 20.

Je ne sais pas ce que valent le Rapace, Les Ruffians, Les loups entre eux. Mais ces films ont assez bonne réputation. Je ne sais pas s'ils ont bien vieilli.

Avatar de l’utilisateur
Kardwill
Dieu des strates galactiques
Messages : 5902
Inscription : mar. déc. 11, 2007 3:19 pm

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Kardwill » ven. nov. 16, 2018 2:25 pm

Hier soir, vu "Les animaux fantastiques 2"... Ah merde, la salle est complète. Y'a quoi d'autre? Bohemian Rhapsody, et on a vraiment bien aimé. Bon, le méchant est très méchant et il y a un vilain manque de ryhtme au milieu du film, mais quand on aime Queen (ce qui était notre cas), tous les passages musicaux, et surtout le concert de fin, sont bien tripants.

Bref, une bonne surprise accidentelle sur un film que je ne serais normalement jamais allé voir (je n'aime pas les biopics, on connait toujours la fin)

Avatar de l’utilisateur
Guts of Darkness
Messie
Messages : 1153
Inscription : jeu. janv. 19, 2017 12:47 am

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Guts of Darkness » ven. nov. 16, 2018 2:41 pm

Fabien_Lyraud a écrit :
ven. nov. 16, 2018 11:04 am
Vous parlez de Verneuil, je pense que les films de José Giovanni n'ont pas dû trop vieillir. Giovanni généralement c'est plus pulp.
La Scoumoune c'est excellent (ah le gunfight entre Belmondo et Michel Constantin dans une église). Et le lanceur de couteau avec son orgue de barbarie et son singe. Et la reconstitution sympathique du Marseille des années 20.

Je ne sais pas ce que valent le Rapace, Les Ruffians, Les loups entre eux. Mais ces films ont assez bonne réputation. Je ne sais pas s'ils ont bien vieilli.
Le Ruffian remastérisé serait sûrement encore aussi excellent.
 
Sic gorgiamus allos subjectatos nunc
-----------
Dans un futur proche de type cyberpunk, même les armes seront sponsorisées par de riches particuliers ou des corpos et les missiles porteront le nom de leurs bienfaiteurs (cf. War Inc.)

Avatar de l’utilisateur
Mugen
Dieu des bottes de cuir
Messages : 7815
Inscription : mer. mai 17, 2006 11:34 am

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Mugen » ven. nov. 16, 2018 5:01 pm

Mugen a écrit :
jeu. nov. 15, 2018 2:22 pm
Sinon, Going North est un très bon film d'espionnage, où un militaire Sud-Coréen se reconvertit en homme d'affaire afin d'infiltrer la Corée du Nord. Le triple jeu du protagoniste principal, tiraillé entre sa mission, les objectifs parfois peu avouables de son supérieur, et le bien des 2 Corées, est assez intéressant à voir.

Le vrai nom (international) du film étant "The Spy Gone North".
Sois satisfait des fruit, des fleurs et même des feuilles,
Si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles.
Ne pas monter bien haut peut-être, mais tout seul.

Avatar de l’utilisateur
rogre
RDieu
Messages : 3223
Inscription : jeu. déc. 06, 2007 12:53 pm
Localisation : Lyon 6è

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par rogre » ven. nov. 16, 2018 6:12 pm

Je sors de "Suspiria", le remake de... Luca Guadagnino (imprononçable, ça commence bien). 2h30. Je ne veux décourager personne, je vous invite même à vous faire une idée par vous mêmes, mais... (je vais développer mon idée en dessous, dans un bla-bla à tiroirs, pour ne pas tout déflorer d'un coup: jusqu'où lire, à vous de voir!): suffit de dire ici que, si ce remake est en effet une "réinvention", parfois presque séduisante, c'est au sens où, d'une histoire catholique (chez Argento,) on a fait ici une version protestante, ce qui change tout - pas dans le bon sens à mon avis. Plusieurs spectateurs ont quitté la salle en cours de film, peut-être pas pour les bonnes raisons d'ailleurs, et à la sortie j'en entendais d'autres s'interroger: "alors là, je ne vois pas ce que ce film veut dire". En toute modestie (hum), je me disais plutôt : "tout ça pour ça?". Dernier mot avant vagues spoilers: racontée comme dans ce remake, l'histoire devient... un bon scénario de jeu de rôle (Cthulhu!) - mais ce n'est pas sur que ce soit là une qualité suffisante.

Spoiler:
Parce que le film, superbement photographié, avec une vraie ambiance - Berlin 1977, pluie, brouillard, bande à Baader - est à la fois intello-poseur et (donc) idiot. Je crains que ce ne soit un long pensum moralisateur, alourdi des meilleures intentions du monde. On aimerait laisser le "Suspiria" originel de côté, on le peut, mais on ne le peut pas, parce que les scénaristes, pour "réinventer", ont pris le contre-pied de tous les éléments de premier - "si c'était comme-ci, alors ce sera en fait comme ça", décalage, fausse conformité, donc surprises, etc... Fatigant quand on a en tête le Argento. Mais encore soit: il faudrait que le nouveau propos tienne la distance. Le problème, selon moi, c'est qu'il est téléphoné, prévisible du début. Et qu'il se déroule avec la lourdeur d'un film de Michael Haneke - à quoi ça m'a fait penser, jusque dans la façon d'infliger un bizutage au spectateur lambda de films d'épouvante, d'abord en se refusant longtemps aux scènes horrifiques, puis en imposant à contre-tempo une longue séquence éprouvante et insistante, pas gore simplement mais grotesque - là des spectateurs partent, le réal est content, il a "filtré" ceux qui sont, sans doute, prêts à "comprendre" son film, et hélas, son message, vu qu'y en a un.

Spoiler:
... qui est que le nazisme, c'était mal, et que les hommes n'ont toujours rien compris, le preuve: Berlin divisé, la mémoire étouffante,  l'injustice sociale et politique et, en réaction, le terrorisme d'extrême-gauche. Du coup, les sorcières, en comparaison, ne sont pas les  méchantes, leur hystérie est même ce qui dit la vérité sur les bassesses de l'Histoire, du masculin, etc... Il est donc logique que l'héroïne, débarquant de son Amérique puritaine et découvrant la puissance de la féminité alternative face aux horreurs du passé & du présent...

Spoiler:
... finisse Reine des Sorcières! Ce qui était, disais-je, prévisible depuis le début! Puritanisme inversé reste puritanisme - c'est là où je vois le protestantisme du film: Argento montrait l'innocence qui triomphe du mal, d'un mal séduisant, mais extérieur - surnaturel, diabolique; celui-là invite à convertir le mal humain, interne, le côté sombre quoi, en force cathartique au service de.. l'Art, qui dit (cruellement) la souffrance du monde. Que c'est bête à force de se vouloir intelligent - à mon avis. Que c'est redondant!

Je passe sur le côté performance permanente du jeu d'acteur - transformisme, encore, de Tilda Swinton, présence d'Ingrid Caven et de Sylvie Testud (!): bref, à la fois fort convaincantes, et pas crédibles pour un sou, les sorcières, on voit l'exploit, le concept, le casting. Idem pour les jeunes premières (Chloe-Grace Moretz, nulle, n'en jetez plus!; l'héroïne Dakota Johnson, meilleure, mais bon...). On n'a pas peur de toutes ces stars, avérées ou en herbe, ni peur pour elles: embêtant.

Mais après avoir dit tout ça, des choses à sauver - sans quoi je ne ferais pas de long commentaire. Et, bizarrement, le plus lourdement exposé est ce qui m'a le plus convaincu: une secte qui invoque les forces ténébreuses par des rituels de danse contemporaine, là d'accord! Et le film a quand même le bon goût d'inclure une bonne grosse cérémonie à la Cthulhu, bien chaotique, absurde et dégueu, suspendue entre le rire et le dégoût, filmée avec les pieds à la Ken Russel, en tout cas "too much", et ça c'est bien!

 
"In rainbow fantasy, Evil must be stopped, but should not be killed, for to kill is evil."

Avatar de l’utilisateur
Guts of Darkness
Messie
Messages : 1153
Inscription : jeu. janv. 19, 2017 12:47 am

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Guts of Darkness » ven. nov. 16, 2018 9:08 pm

@rogre Merci pour ce feedback, j'attends avec impatience ce film (mais ne vais plus au ciné). Par contre, je ne pense effectivement pas qu'il faille comparer à celui d'Argento. Par contre pour la prononciation du réalisateur, je te conseille un petit Chianti et cela devrait faciliter la prononciation.

Sinon, je viens de voir Kingsman et malgré ma réticence initiale (car déçu par les James Bond récents), j'ai trouvé le film très divertissant. Par contre, je n'ai pas compris le parti pris du film d'être gore sans montrer une seule trace de (faux) sang (corps coupé en deux, têtes qui éclatent). Mais ce mélange entre l’américanisme moderne grossier et le raffinement traditionnel britannique est pas mal du tout. Samuel Jackson est assez brillant une fois de plus et son rôle déjanté m'a fait penser au 51e État.
Sic gorgiamus allos subjectatos nunc
-----------
Dans un futur proche de type cyberpunk, même les armes seront sponsorisées par de riches particuliers ou des corpos et les missiles porteront le nom de leurs bienfaiteurs (cf. War Inc.)

Avatar de l’utilisateur
Deimoss
Dieu des spaces marines
Messages : 5561
Inscription : mar. sept. 18, 2007 9:27 am

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Deimoss » ven. nov. 16, 2018 9:28 pm

Guts of Darkness a écrit :
ven. nov. 16, 2018 9:08 pm
Sinon, je viens de voir Kingsman et malgré ma réticence initiale (car déçu par les James Bond récents), j'ai trouvé le film très divertissant. Par contre, je n'ai pas compris le parti pris du film d'être gore sans montrer une seule trace de (faux) sang (corps coupé en deux, têtes qui éclatent). Mais ce mélange entre l’américanisme moderne grossier et le raffinement traditionnel britannique est pas mal du tout. Samuel Jackson est assez brillant une fois de plus et son rôle déjanté m'a fait penser au 51e État.
Tiens vu tout récemment aussi (y a trois jours) et globalement pareil pour la critique. Un peu plus sévère cela dit avec SLJ qui s'il commence bien avec son personnage donne l'impression de finir sur une caricature d'icelui un peu décevant sur la conclusion donc. Il y a des bonnes choses dans ce film cela dit et c'était divertissant. On m'a dit par contre de ne pas m'attarder sur le second qui est loin d'être aussi sympathique.
La mort, c'est quand t'as plus de pièces de rechange.

Avatar de l’utilisateur
Guts of Darkness
Messie
Messages : 1153
Inscription : jeu. janv. 19, 2017 12:47 am

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Guts of Darkness » sam. nov. 17, 2018 1:17 am

Bon, je viens de faire la suite de Kingsman (le cercle d'or). On sait déjà qu'ils ont plus de budget grâce au 1er, car ils sont passés soudain de Samsung à Apple.
Par contre, je déteste les scénarios bâclés. Outre que la plupart des rebondissements sont courus d'avance
Spoiler:
- Les espions qui ont subitement emporté un détecteur de mines alors qu'ils ne savent pas qu'il y a un champ de mines qui les attend.
- Un mec marche sur une mine, les gardes doivent le savoir (puisque la zone est minée), mais ils s'approchent tous du mec comme des mouches autour de la ...
- des roquettes tirées d'un fusil? Et bien les héros ont la parade avec des bolas qui renvoient les roquettes à l'envoyeur.
- des réflexes de super héros
- des espions dont tout le monde sait qu'ils sauvent le monde, alors que Galahad dit dans le 1er que leurs missions sont toujours secrètes (il a un bureau rempli de 1ère pages anodines du Sun sur les murs qui correspondent à autant de missions).
Après cela reste un divertissement, mais moins plaisant quand même. Et puis, j'arrive toujours pas à comprendre cet engouement pour les chorégraphies de combat. On en voit une, on les a toutes vues.
Sic gorgiamus allos subjectatos nunc
-----------
Dans un futur proche de type cyberpunk, même les armes seront sponsorisées par de riches particuliers ou des corpos et les missiles porteront le nom de leurs bienfaiteurs (cf. War Inc.)

Avatar de l’utilisateur
Sammael99
Dieu des babines ruinées
Messages : 10252
Inscription : mer. sept. 15, 2004 11:43 pm
Localisation : Hong Kong, Chine

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Sammael99 » sam. nov. 17, 2018 12:21 pm

J'avais été plutôt déçu aussi. Je crois avoir écrit (sur Facebook) que le premier marchait sur la ligne de crête entre drôle et ridicule, mais que le second avait complètement basculé du mauvais côté.
Mozart n'a pas écrit que le Boléro de Ravel. Mais aussi plein d'autres trucs beaucoup moins connus (comme le canon de Pachelbel). - Le Grümph

Avatar de l’utilisateur
Guts of Darkness
Messie
Messages : 1153
Inscription : jeu. janv. 19, 2017 12:47 am

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Guts of Darkness » dim. nov. 18, 2018 6:32 am

J'ai honte, j'ai vu le dernier Mission Impossible. J'ai rarement vu autant d'acteurs expérimentés aussi mal jouer. Des répliques de merde, des rebondissements que l'on identifie 10 minutes à l'avance et une tendance généralisée à prendre le spectateur pour un con. La prestance des acteurs/trices est telle que Tom Cruise finit par parler à un hélicoptère.
Dernière modification par Guts of Darkness le lun. nov. 19, 2018 12:51 pm, modifié 1 fois.
Sic gorgiamus allos subjectatos nunc
-----------
Dans un futur proche de type cyberpunk, même les armes seront sponsorisées par de riches particuliers ou des corpos et les missiles porteront le nom de leurs bienfaiteurs (cf. War Inc.)

Avatar de l’utilisateur
Léonard
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 2442
Inscription : lun. oct. 09, 2006 9:25 pm
Localisation : Aix-en-Provence

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Léonard » dim. nov. 18, 2018 10:25 am

J'ai vu hier Les animaux fantastiques 2.
Visuellement, c'est toujours très beau, et assez poétique (et pour une fois que je vois un film en 3D, j'ai trouvé que ça rendais bien). Mais au niveau scénario, j'ai trouvé ça un brin compliqué et alambiqué. Il y a beaucoup de personnages (entre ceux du premier film qu'il faut recaser, même s'ils ne servent pas à grand chose, et les nouveaux à introduire pour la suite) et du coup un peu trop d'arcs narratifs, beaucoup de dialogues, et relativement peu de magie (les baguettes servent juste d'armes à feu) et d'humour.

J'ai l'impression que c'est un épisode de transition entre le premier film, assez léger, et les suivants, plus ambitieux dans leur intrigue. Mais du coup, je trouve qu'il y a carrément un décalage avec le titre "les animaux fantastiques", les préoccupations zoologiques  de Norbert Dragonneau passant au second plan par rapport au contexte politique.

Avatar de l’utilisateur
Guts of Darkness
Messie
Messages : 1153
Inscription : jeu. janv. 19, 2017 12:47 am

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Guts of Darkness » lun. nov. 19, 2018 12:48 pm

Quelques films indépendants de ce dimanche d'automne bien froid (sans feu de cheminée)
- Blood Fest: une ville organise chaque année un événement consacré aux film d'horreur. Cette année, le festival est plus vrai que nature. C'est moyen, mais se laisser regarder. Une comédie horrifique pop-corn.
- Baba Yaga (don't knock Twice): un film anglais. Décidément, je ne sais pas ce qu'ils ont ne ce moment avec tout cette méchanceté contre la Russie et son folklore, parce que c'est un véritable sabotage du conte originel. C'est médiocre, les jumpscares sont gratuits. Il y a des rebondissements mais avec un ballon crevé, ça ne donne pas grand chose et l'histoire est suralambiquée pour pas grand chose (le gentil finit par en fait passer pour un méchant que l'on sacrifie, mais au final, c'était bien un gentil et la méchante qui finissait par passer pour une victime vers les 3/4 du film était finalement bien la méchante, sans que l'on explique quoi que ce soit).
- Gremlin: j'ai pensé qu'il s'agissait d'un remake, mais que nenni. Le titre anglais est The Box. Logique. Surtout que le film n'a rien à voir avec des petites bestioles fouteuses de bordel, on a affaire à une idole déchue qui n'a même pas besoin d'être nourrie après 18h ou d'être trempée dans l'eau pour méfaire. Heureusement, pour faire passer la pilule, la famille victime s'appelle Thatcher et se fait gaiement et joliment massacrer. Peu de budget, mais de bons trucages. Cette histoire de boîte est digne des reliques de l'Appel de Cthulhu: un truc très joli pour décorer une pièce, mais dont on se passerait volontiers. Le pitch: un boîte maudite qui tue chaque jour une victime de l'entourage à qui elle a été offerte, selon un compte à rebours en forme d'horloge dont les chiffres sont des runes. Quand on passe la boîte à quelqu'un qui n'est pas de la famille, le compte à rebours se réinitialise. Les légendes ne disent pas ce qui se passe quand le décompte arrive au bout avant que la boîte ait été donnée. Au final, le meilleur des trois. Et une bonne inspi pour Cthulhu.
Sic gorgiamus allos subjectatos nunc
-----------
Dans un futur proche de type cyberpunk, même les armes seront sponsorisées par de riches particuliers ou des corpos et les missiles porteront le nom de leurs bienfaiteurs (cf. War Inc.)

Avatar de l’utilisateur
Mugen
Dieu des bottes de cuir
Messages : 7815
Inscription : mer. mai 17, 2006 11:34 am

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Mugen » lun. nov. 19, 2018 1:27 pm

Léonard a écrit :
dim. nov. 18, 2018 10:25 am
J'ai vu hier Les animaux fantastiques 2.
Visuellement, c'est toujours très beau, et assez poétique (et pour une fois que je vois un film en 3D, j'ai trouvé que ça rendais bien). Mais au niveau scénario, j'ai trouvé ça un brin compliqué et alambiqué. Il y a beaucoup de personnages (entre ceux du premier film qu'il faut recaser, même s'ils ne servent pas à grand chose, et les nouveaux à introduire pour la suite) et du coup un peu trop d'arcs narratifs, beaucoup de dialogues, et relativement peu de magie (les baguettes servent juste d'armes à feu) et d'humour.

J'ai l'impression que c'est un épisode de transition entre le premier film, assez léger, et les suivants, plus ambitieux dans leur intrigue. Mais du coup, je trouve qu'il y a carrément un décalage avec le titre "les animaux fantastiques", les préoccupations zoologiques  de Norbert Dragonneau passant au second plan par rapport au contexte politique.

Moi en tous cas je préfère pour l'instant nettement cette saga-là à celle de Harry Potter.
Et je ne regrette pas non plus que les animaux soient au second plan.
Sois satisfait des fruit, des fleurs et même des feuilles,
Si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles.
Ne pas monter bien haut peut-être, mais tout seul.

Avatar de l’utilisateur
Tybalt (le retour)
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 3512
Inscription : mer. août 22, 2012 7:33 pm
Contact :

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Tybalt (le retour) » lun. nov. 19, 2018 2:22 pm

La minute animation avec une petite info sur une sortie à venir : Le Château de Cagliostro de Hayao Miyazaki va connaître une sortie en salles en France le 23 janvier 2019.
Oui, le film date de 1979. Non, il n'était jamais sorti en salles en France. Oui, ce n'est pas trop tôt. C'est surtout une bonne occasion de découvrir l'un des tout premiers films de Miyazaki, adaptés d'un manga comique lui-même librement inspiré des romans mettant en scène Arsène Lupin (puisque je vous dis qu'il y a un rapport avec la France). Alors certes, la qualité de l'animation n'est pas ce qu'elle est devenu ensuite au studio Ghibli, puisque le film a été réalisé en quelques mois (!), mais l'animation vivace, le scénario entraînant et le mélange d'humour et de chevalerie du héros rendent l'ensemble très plaisant.
Mes sites : Kosmos (un jdra sur la mythologie grecque qui a vraiment lu les auteurs antiques pour vous) et mon blog de lectures.

Avatar de l’utilisateur
SeigneurAo
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 2502
Inscription : sam. mai 04, 2013 1:44 am
Localisation : Lyon

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par SeigneurAo » lun. nov. 19, 2018 2:32 pm

Tybalt (le retour) a écrit :
lun. nov. 19, 2018 2:22 pm
La minute animation avec une petite info sur une sortie à venir : Le Château de Cagliostro de Hayao Miyazaki va connaître une sortie en salles en France le 23 janvier 2019.
Oui, le film date de 1979. Non, il n'était jamais sorti en salles en France. Oui, ce n'est pas trop tôt. C'est surtout une bonne occasion de découvrir l'un des tout premiers films de Miyazaki, adaptés d'un manga comique lui-même librement inspiré des romans mettant en scène Arsène Lupin (puisque je vous dis qu'il y a un rapport avec la France). Alors certes, la qualité de l'animation n'est pas ce qu'elle est devenu ensuite au studio Ghibli, puisque le film a été réalisé en quelques mois (!), mais l'animation vivace, le scénario entraînant et le mélange d'humour et de chevalerie du héros rendent l'ensemble très plaisant.

C'est en fait davantage à rapprocher du travail qu'il avait réalisé sur l'animé Sherlock Holmes (avec des chiens comme personnages), niveau qualité et animation. Ce qui est tout à fait honorable; de toute façon le plus "mauvais" Miyazaki vaut toujours mieux que 99% du reste de la production, en toute objectivité.
Faith in God means believing absolutely in something with no proof whatsoever. Faith in humanity means believing absolutely in something with a huge amount of proof to the contrary. -Joss Whedon (merci Yusei)

Répondre