Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Ciné, télé, zik et bla bla persos (trolls, floodeurs et baskets interdits)
Avatar de l’utilisateur
Sama64
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 2651
Inscription : mer. janv. 21, 2015 10:58 am
Localisation : Issy les Moulineaux

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Sama64 » mer. janv. 02, 2019 5:14 pm

Vu "Solo: A Star Wars Story" pendant les vacances, et je l'ai trouvé pas mal (je m'attendais à une daube vu l'échec commerciale et les critiques). 
On a les séquences classiques de Star Wars, l'acteur qui joue Solo est plutôt bon, il joue bien la fripouille au grand coeur/ grande gueule. 
Y a pas mal d'ET finalement et de nouvelles "gueules de porte bonheur" dans le lot.  

je suis plus dubitatif sur Calrissian (ou plutôt sur ce qu'ils ont fait du personnage) et Emilia Clarke, hormis sa gentille frimousse, n'apporte pas grand chose. 

Finalement on en apprend plus sur Chewie que sur HAn dans ce film. Un peu déçu par la fin, j'aurais aimé savoir ce qui se passe...
Spoiler:
genre, Solo retrouve-t-il sa copine et se venge-t-il ?
 
Dernière modification par Sama64 le mer. janv. 02, 2019 5:23 pm, modifié 1 fois.
Traductions & relectures pour le DDD

"You cannot shake hands with a clenched fist."
Indira Gandhi

Avatar de l’utilisateur
Yusei
Dieu en cavale
Messages : 6440
Inscription : jeu. janv. 30, 2014 9:47 am
Localisation : Paris / Cachan
Contact :

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Yusei » mer. janv. 02, 2019 5:17 pm

Sama64 a écrit :
mer. janv. 02, 2019 5:14 pm
Un peu déçu par la fin, j'aurais aimé savoir ce qui se passe...
Il me semble que l'acteur avait signé pour plusieurs films, mais que, vu le flop au box office, on ait peu de chance de voir une suite.

C'est con parce que le film était pas mal, mais quelle idée de le sortir moins de 6 mois après l'épisode 8.

Avatar de l’utilisateur
Udo Femi
Dieu des langues de poulpes
Messages : 19257
Inscription : mer. juil. 12, 2006 4:41 pm
Localisation : Genève
Contact :

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Udo Femi » mer. janv. 02, 2019 6:39 pm

Léonard a écrit :
mer. janv. 02, 2019 5:00 pm
Cédric Ferrand a écrit :
mer. janv. 02, 2019 2:43 pm
Je sais, je suis à la bourre, mais j'ai fini par regarder Ridicule, de Patrice Leconte.
Bon, c'est la même histoire que dans 8 Mile avec Eminem, c'est essentiellement un battle de rap avec des perruques poudrées.
 
:bravo: Le prix de la Critique 2019 est d'ors et déjà attribué !
 
@Thomas B. approuve ce message...
Mon blog: http://www.udo-prod.com avec La Superclique gratuite et les Aventures Spears & Sandals d'Agôn !
Venez à l'UdoCon 2019

Avatar de l’utilisateur
Cédric Ferrand
Dieu des athées non-pratiquants
Messages : 6341
Inscription : mer. févr. 23, 2005 3:11 pm
Localisation : Montréal
Contact :

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Cédric Ferrand » jeu. janv. 03, 2019 4:22 pm

A Quiet Place
Netflix a fait beaucoup de tapage autour d'une de ses productions : Bird Box. On y suit Sandra Bullock dans un monde post-apocalyptique où les gens meurent s'ils voient des êtres surnaturels. On passe donc une bonne partie du film à regarder des gens qui s'aveuglent volontairement et errent à tâtons pour échapper à la mort. Ça devait être saisissant dans le livre originel, mais à l'écran, c'est parfaitement risible. C'est une lapalissade, mais le cinéma est un média qui montre les choses, alors filmer des gens qui ne voient rien, ça donne rarement un bon résultat. Qui plus est, le développement des personnages est mauvais et l'intrigue mal fagotée. C'est un mauvais film d'horreur.

Mais quelques jours après la sortie de ce navet, ne voilà-t-il pas que Netflix met également en ligne A Quiet Place. On y suit Emily Blunt dans un monde post-apocalyptique où les gens meurent s'ils font trop de bruit. On passe donc une bonne partie du film à regarder des gens prendre d'infinies précautions pour rester silencieux afin d'échapper à la mort. Et là, oui, là c'est saisissant, comme résultat. On est constamment sur le bord de son siège car les occasions de faire du bruit sont légions. Heureusement pour la famille que l'on suit, ils ont un avantage énorme pour assurer leur survie : ils pratiquent la langue des signes. Ce qui fait qu'en 1h30, vous n'entendrez qu'à peine 25 lignes de dialogue. Tout le reste est porté par des signes lourds de sens, même quand on ne connaît pas les subtilités de ce mode de communication. J'en dis volontairement peu sur le contexte du film car la découverte est un plaisir en soi, mais sachez que pour une fois, on n'a pas affaire à une brochette de survivants lambda qu'un MJ sadique va charcuter un par un comme dans une partie de Sombre. On a affaire à des survivants malins, prévoyants, qui ont un plan quand les choses partent en sucette. Et malgré cela, leur destinée vous choppe aux tripes. Au lieu d'assister au massacre des PJ un par un dans l'indifférence du type qui a trop vu de films du même, j'ai adopté sur l'instant cette famille qui ne peut pas se dire les choses. J'ai vraiment eux peur pour eux. Sans jump scare putassier. C'est brillant, bien raconté, accrocheur. Débarrassé du blabla habituel par la force des choses, l'intrigue est ramassée, percutante. C'est un modèle du genre. Sans doute aussi parce que l'actrice qui incarne une sourde est vraiment sourde et parce que les parents du film forment un véritable couple à la ville.

Rôlistiquement parlant, c'est transposable dans n'importe quel univers. Le danger pourrait être lovecraftien, ça resterait tout aussi fort. Réapprendre à avoir peur d'un monstre. Pas de trahison, Aucun conflit avec une autre communauté. Juste des problèmes de communication et cette certitude qu'un moindre bruit, la mort frappe sans répit. Imaginez une tour de Jenga et le bruit assourdissant qu'elle ferait en s'écroulant.

L'Échange des princesses
1712.
Suite à une série de décès, Louis XV devient héritier du trône de France alors qu'il n'est que le petit-fils de Louis XIV. Le régent (le duc d'Orléans), désireux d'assurer la paix avec l'Espagne, propose de marier sa propre fille à l'héritier espagnol et de caser Louis XV avec l'infante d'Espagne. Les deux princesses sont donc échangées. La princesse d'Orléans est une adolescente qui n'aime rien pour qui l'Espagne bigote est l'enfer sur Terre. L'Infante est une enfant qui veut bien faire mais qui ne grandit pas assez vite au goût de Versailles. Tout est en place pour un drame qui va effectivement avoir lieu.

Les décors sont somptueux, les habits magnifiques. Il y a un sens permanent du décorum et du protocole qui donne de belles séquences montrant le faste superfétatoire de toute chose. Le roi Louis est isolé et peine à se construire. L'héritier du trône d'Espagne est balourd, écrasé par des parents qui ne voient les choses que le prisme du devoir. Les deux princesses sont bringuebalées par la raison d'état. Elles ne sont que monnaie d'échange. Les princes sont des petits garçons à peine formés à qui l'on ment pour mieux les manipuler.

Bref, si les murmures d’alcôve et la consanguinité sont à votre goût, c'est un voyage en carrosse des plus délicieux. Ça chie à table. Ça se méfie (à raison) des médecins. Ça jette une fillette en pâture aux courtisans. Mais avec élégance...

Avatar de l’utilisateur
Fabfab
Dieu de la gratte
Messages : 7006
Inscription : mer. août 29, 2007 6:03 pm
Localisation : Au pied du Vercors

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Fabfab » jeu. janv. 03, 2019 5:40 pm

Cédric Ferrand a écrit :
jeu. janv. 03, 2019 4:22 pm
Netflix a fait beaucoup de tapage autour d'une de ses productions : Bird Box.

Comme tu l'as très bien résumé, c'est une bouse, qui se termine comme elle s'est déroulée : dans l'indifférence générale.

Par contre, tu as bien aiguisé mon appétit sur le deuxième film.
A distorted reality is now a necessity to be free

Avatar de l’utilisateur
Guts of Darkness
Banni
Messages : 1256
Inscription : jeu. janv. 19, 2017 12:47 am

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Guts of Darkness » ven. janv. 04, 2019 12:07 am

Même s'il n'a pas gagné le prix des Utopiales, Lifechanger faisait partie des films nominés, montrant un aperçu intéressant du mythe du Doppelgänger. Il a ceci d'original qu'il est tourné sous son point de vue, mais il manque ama de profondeur pour rester mémorable.
Sic gorgiamus allos subjectatos nunc
-----------
Dans un futur proche de type cyberpunk, même les armes seront sponsorisées par de riches particuliers ou des corpos et les missiles porteront le nom de leurs bienfaiteurs (cf. War Inc.)

Avatar de l’utilisateur
Cédric Ferrand
Dieu des athées non-pratiquants
Messages : 6341
Inscription : mer. févr. 23, 2005 3:11 pm
Localisation : Montréal
Contact :

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Cédric Ferrand » ven. janv. 04, 2019 12:39 pm

Venom
Je gardais de bons souvenirs de Venom quand il était en symbiose avec Peter Parker.
Mais alors là, c'est vraiment la cata, le film. Le scénario est imbécile au possible, le duo comique m'a horripilé.
Tom Hardy est vraiment à côté de la plaque, c'est une souffrance de chaque plan.

Vampires
J'avais le souvenir d'être allé voir ce Carpenter au ciné, avec ma table de JdR. On avait adoré.
20 ans plus tard, la redécouverte m'a été insupportable.
Le côté kitsch des vampires était marrant, mais la violence gratuite envers la prostituée m'a été insoutenable. Je sais que c'est paradoxal, les têtes arrachées et le gore à outrance ne m'ont pas dérangé, mais le fait que ces deux blaireaux de héros passent leur temps à gifler cette pauvre fille, ça ça m'a débecté. Leurs poses machistes ne m'ont pas paru parodiques, j'ai trouvé ça très complaisant.

Tristan
Panthéon
Messages : 6341
Inscription : mer. oct. 08, 2003 7:46 pm

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Tristan » ven. janv. 04, 2019 12:42 pm

Cédric Ferrand a écrit :
ven. janv. 04, 2019 12:39 pm
Vampires
J'avais le souvenir d'être allé voir ce Carpenter au ciné, avec ma table de JdR. On avait adoré.
20 ans plus tard, la redécouverte m'a été insupportable.
Le côté kitsch des vampires était marrant, mais la violence gratuite envers la prostituée m'a été insoutenable. Je sais que c'est paradoxal, les têtes arrachées et le gore à outrance ne m'ont pas dérangé, mais le fait que ces deux blaireaux de héros passent leur temps à gifler cette pauvre fille, ça ça m'a débecté. Leurs poses machistes ne m'ont pas paru parodiques, j'ai trouvé ça très complaisant.

Tiens, tu me donnes perversement envie de le revoir.

Avatar de l’utilisateur
Gridal
Banni
Messages : 1339
Inscription : jeu. août 17, 2006 8:13 pm

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Gridal » ven. janv. 04, 2019 1:11 pm

Cédric Ferrand a écrit :
ven. janv. 04, 2019 12:39 pm
Vampires

Pour l'avoir revu il y a peu de temps, je trouve effectivement qu'il a mal vieilli, ce qui est rare pour un film de Carpenter. À part la première scène de chasse aux vampires, il y a pas grand chose à sauver dans le film. Par contre pour la complaisance je ne suis pas d'accord. Pour moi Carpenter dépeint volontairement Crow et sa bande comme de vrais salopards aussi monstrueux, mais d'une manière différente, que les monstres qu'ils traquent. Il n'y a ni bons ni méchants, juste des êtres sauvages qui se battent, et le personnage joué par Sheryl Lee est une victime de ce combat.

Avatar de l’utilisateur
Udo Femi
Dieu des langues de poulpes
Messages : 19257
Inscription : mer. juil. 12, 2006 4:41 pm
Localisation : Genève
Contact :

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Udo Femi » ven. janv. 04, 2019 1:16 pm

@Cédric Ferrand
Pour que les 2 persos principaux ne te semblent pas caricaturaux dans leurs postures badass machistes (cons-cons et pas mieux/pas pire que les bestioles qu'ils traquent), c'est que ton Premier Degré-o-mètre devait être bloqué sur 0.1 tout du long, mon homme !!!
:lol:
Mon blog: http://www.udo-prod.com avec La Superclique gratuite et les Aventures Spears & Sandals d'Agôn !
Venez à l'UdoCon 2019

Avatar de l’utilisateur
Cédric Ferrand
Dieu des athées non-pratiquants
Messages : 6341
Inscription : mer. févr. 23, 2005 3:11 pm
Localisation : Montréal
Contact :

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Cédric Ferrand » ven. janv. 04, 2019 1:31 pm

Udo Femi a écrit :
ven. janv. 04, 2019 1:16 pm
@Cédric Ferrand
Pour que les 2 persos principaux ne te semblent pas caricaturaux dans leurs postures badass machistes (cons-cons et pas mieux/pas pire que les bestioles qu'ils traquent), c'est que ton Premier Degré-o-mètre devait être bloqué sur 0.1 tout du long, mon homme !!!
:lol:

J'avoue que je l'ai regardé au premier degré tout du long sans jamais arriver à déterminer si Carpenter se foutait de leur gueule ou pas.
Après ma crispation est symptomatique de notre époque, j'en conviens.

Avatar de l’utilisateur
Scap
Dieu des dons
Messages : 159
Inscription : ven. juin 04, 2004 1:52 pm
Localisation : Europa City

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Scap » ven. janv. 04, 2019 3:21 pm

Hello,
J'ai vu Fantastic Beasts 2 et au risque de froisser certains j'ai trouvé que c'était vraiment pas terrible.
* L'intrigue est mal ficelée,
* Les acteurs semblent hyper mal à l'aise soit parce qu'ils ont trop d'écran vert, soit à cause de l'intrigue qui ne les aide pas,
* Yates est encore à son sommet niveau cadrage (= ce n'est pas bon)

Je l'ai vu sans avoir vu le premier : mal m'en a pris! le film est truffé de références aux évènements passés, ce qui fait que j'ai eu la désagréable impression d'arriver en mode "party crasher". Je crois bien que pour la première fois de ma vie, je me sentais en mesure de dire à la fin du film : j'ai rien compris. Et pourtant ça m'arrive de prendre des séries en cours de route! Merci pour l'attention JK!
On pourrait croire que c'est la cause première de tout ce que j'y vois en mal, mais hélas je ne peux pas dire que c'est le cas, vu que ce n'est pas parce que c'est une suite que les acteurs jouent comme des huîtres, ni que le final ne ressemble à rien.

Des erreurs de montage aussi :
Spoiler:
L'apparition de Nicolas Flamel qui tombe à plat car on n'a pas vu comment les personnages sont entrés chez lui et se dire que la maison était juste une planque vide, ce qui aurait donné plus de sens à son apparition par la suite.
C'est un exemple mais on pourrait en trouver d'autres

Aussi le fait que bon OK on savait depuis HP qu'il y avait des sorciers... Mais là c'est quoi ça? On a l'impression que le wizarding world compte plus de mages que le Monde des Ténèbres, c'est dire! Pour le mystérieux on repassera!

Et c'est le plus gros reproche que je ferais : autant je pouvais acheter ce que la franchise faisait des sorciers et de la magie dans Harry Potter, parce que enfants, etc, autant là c'est clairement pour adultes, et donc on peut pas se contenter de ficelles de sorciers victoriens en carton-pâte, qui lancent leurs sorts comme on enverrait un like sur Facebook.

Le côté mystérieux/mystique est totalement absent; un écueil rarement vu, même dans des films a priori plus légers (mais est-ce possible).

Scap
Et bonne année à tous !

 
Vous qui aimez la gloire soignez votre tombeau; couchez-vous y bien; tâchez d'y faire bonne figure, car vous y resterez.

Avatar de l’utilisateur
Adj
Envoyé de la Source
Messages : 1416
Inscription : jeu. juil. 31, 2003 10:23 am
Localisation : Paris / Paris
Contact :

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Adj » ven. janv. 04, 2019 4:11 pm

Scap a écrit :
ven. janv. 04, 2019 3:21 pm
Je crois bien que pour la première fois de ma vie, je me sentais en mesure de dire à la fin du film : j'ai rien compris. 

Hum hum...

Adj, tu paieras pour me l'avoir infligé
Maurice
Le Zakhan Noir a écrit :Je suis super atroce

Avatar de l’utilisateur
Guts of Darkness
Banni
Messages : 1256
Inscription : jeu. janv. 19, 2017 12:47 am

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Guts of Darkness » ven. janv. 04, 2019 9:19 pm

Mon 1er slasher depuis... Oh j'ai oublié le nombre d'années mais ça remonte à au moins 10 ans, si ce n'est plus. Mais le pitch m'a attiré et au final, je ne regrette pas. Girlhouse est donc un bon slasher de 2014 mais avec tous les ingrédients des années 80, avec quelques références (un masque, ça vous dit quelque chose? pas Scream mais bien avant Hallo..., Vendre...) et bien sûr des boobies à l'air.
Le début du film: 3 gamins, la dizaine, 2 filles et un petit gros. L'une lui demande de baisser son froc et de montrer son engin et elle lui montrera son minou. Le petit gros s'exécute, mais les filles se moquent de lui.
Des années plus tard: pour payer ses frais de scolarité, une étudiante travaille dans une maison diffusant des contenus classés X sur internet (type webcam).
Le film est bien découpé (ah! ah!) avec une première partie qui s'installe tranquillement (on ne s'ennuie pas, les filles sont jolies) et les 45 dernière minutes très intenses.

Edit: 22 Miles de Peter Berg, avec Mark Wahlberg. Un film d'action qui pourrait s'inspirer des romans de Clancy qui commençait déjà à me barber dès le début (la CIA qui intervient aux USA contre des bases du FSB): les espions sont abattus de sang froid (les échanges ne sont plus d'usage?) et les Russes qui causent encore avec l'accent des années 60, comme si c’était toujours aussi difficile d'apprendre l'anglais depuis Moscou. Après on entre dans l'action avec des chorégraphies pas piquées des  hannetons (c'est le même qui faisait celles du Raid 1 et 2). Il y a aussi un beau twisted ending surprenant pour un film US. Mais après vérification, il s'agit du 1er film d'une trilogie.
Spoiler:
En tout cas, les clichés vont vite à Hollywood. Les Russes ont été promus hackeurs en chef et parviennent à pirater toute une équipe fantôme de la CIA.
Une critique cependant: si le gouvernement est impliqué, pourquoi laisserait-il atterrir et décoller un avion américain venu récupérer un agent les impliquant. Je veux dire, un avion qui fait une erreur de pilotage et provoque un accident, ça doit bien exister, surtout à ce niveau de corruption
Sic gorgiamus allos subjectatos nunc
-----------
Dans un futur proche de type cyberpunk, même les armes seront sponsorisées par de riches particuliers ou des corpos et les missiles porteront le nom de leurs bienfaiteurs (cf. War Inc.)

Avatar de l’utilisateur
chaosorcier
Dieu anti-Jamy
Messages : 3028
Inscription : mar. oct. 14, 2008 5:40 pm
Localisation : La Quatrième Dimension

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par chaosorcier » dim. janv. 06, 2019 12:00 pm

Pas le film de l'année, ni le meilleur film de super-héro de 2018 cependant Aquaman est un bon divertissement. Des idées et images visuelles intéressantes, le flare dans les abysses, la scène de combat dans le village italien, sans tenir compte des considération comme
sa place dans les sorties DC ou si Aquaman copie ou non le style MCU pour faire des vues. 

L'easter egg dans le phare m'a déjà séduit dès le début, lors de la rencontre des parents d'Arthur ,avec le livre d'HPL posé sur la table. Je me suis spoilé sur le blog de Peter David (Hulk, Aquaman) le première affrontement de Black Manta et Arthur Curry pourtant en quelques dialogues et juste quelques plans on a un orgin story fort pour le méchant.

J'avais un peu peur car les critiques sont assez diverses, on aime ou pas, même si c'est naturel de trouver des points communs entre Black Panther et celui-ci, en plus de la saturation du genre sur grand écran. Pourtant je n'ai pas eu l'impression de voir un sous Marvel ou un ersatz de Black Panther, Aquaman est peut-être un point moins marquants sur certains thèmes mais la bataille finale est mieux réalisée sous l'eau que dans la plaine du Wakanda.   

Vu le film en 3D et je n'ai pas regretté d'avoir choisi une séance qui le proposait au vue de la diversité des environnements montrés. 
Ninjak: "Why is it whenever i employ a stratagem, the idiot i use it against labels me a coward ?"

X-O Manowar 7# (2012)

Répondre