Moi,moi,moi, Sol invinctus contre la laine de verre

Ciné, télé, zik et bla bla persos (trolls, floodeurs et baskets interdits)
Avatar de l’utilisateur
Elijah Shingern
Dieu de la poésie centriste
Messages : 3262
Inscription : jeu. juil. 08, 2004 10:55 am
Localisation : Paris

Re: Moi,moi,moi, Sol invinctus contre la laine de verre

Message par Elijah Shingern » mer. mars 13, 2019 4:37 pm

Vorghyrn a écrit :
mer. mars 13, 2019 4:14 pm
non, c'était très agréable à Paris et crois bien que je vous regrette beaucoup :wub: .

Reviens quand tu veux :wub:
Vous nous voyez parmi les nations
Nous battrons-nous toujours pour la terre charnelle
Ne déposerons-nous sur la table éternelle
Que des cœurs pleins de guerre et de séditions

Avatar de l’utilisateur
Go@t
Dieu du rabin zombi cracheur de flamme
Messages : 6092
Inscription : mar. déc. 07, 2004 11:46 am
Localisation : Somewhere between Haven Creek and Scum City
Contact :

Re: Moi,moi,moi, Sol invinctus contre la laine de verre

Message par Go@t » mer. mars 13, 2019 4:55 pm

Elijah Shingern a écrit :
mer. mars 13, 2019 2:56 pm
Sinon, moi, moi, moi, je perds des quantités invraisemblables de peau noircie à l'encre - bref, je cicatrise. 
Tiens moi j'ai décidé : Manche complète en Novembre. Deux tatoueurs a priori. Je sais déjà celui que je veux pour l'avant-bras. Pour bras + épaule, je ne sais pas encore. Ce sera du gros lettrage en aplats de noir.  :P
"Jouer avec Go@t, c'est à chaque fois mythique." (Zeben)
ZombieFanBoy Team, Maskagaz Zav Team et membre du studio Gobz'Ink, où les auteurs de JDR ont le poil soyeux :
Image

Avatar de l’utilisateur
Erwan G
Envoyé de la Source
Messages : 12355
Inscription : lun. oct. 25, 2004 6:51 pm
Localisation : Grenoble

Re: Moi,moi,moi, Sol invinctus contre la laine de verre

Message par Erwan G » mer. mars 13, 2019 4:59 pm

Loris a écrit :
mer. mars 13, 2019 4:21 pm
killerklown a écrit :
mer. mars 13, 2019 1:52 pm
(putain, cette fixation sur le pognon et les apparences...)

Une grande partie des expats que j'ai pu rencontrer. Qui conchie la France (la sécu c'est trop cher, les impôts c'est mal) mais revient se faire soigner dès que y'a un pet de travers... Mode bling bling m'as-tu-vu... Les nouveaux riches, vulgaires et souvent faf/racistes (parce que médiatiquement nourri par Facebook, vu que c'est leur première source de contact social).

On ne mesurera bien le mal que Facebook a fait à l'humanité que dans un certain temps...

Facebook n'est qu'un outil qui permet aux gens de se retrouver entre eux. La plus grosse difficulté est que les expats ont des mentalités coloniales le plus souvent : ils ont des trains de vie sans rapport avec celui des locaux et en profitent à mort. Et ils finissent par s'entretenir dans ce truc, même si certains se disent progressistes en ne faisant pas dormir la bonne philippine sur place.

Il doit falloir avoir une sacré bonne dose d'humanisme pour ne pas finir dans ces cercles.

(je ne dis pas que ça n'existe pas, je dis juste que j'ai rencontré des "humanistes" qui semblaient faire les choses bien en surpayant les gens par rapport au niveau de vie locale mais qui profitaient à mort de tout)
Spoiler:
Image

Avatar de l’utilisateur
Erwan G
Envoyé de la Source
Messages : 12355
Inscription : lun. oct. 25, 2004 6:51 pm
Localisation : Grenoble

Re: Moi,moi,moi, Sol invinctus contre la laine de verre

Message par Erwan G » mer. mars 13, 2019 5:00 pm

Go@t a écrit :
mer. mars 13, 2019 4:55 pm
Elijah Shingern a écrit :
mer. mars 13, 2019 2:56 pm
Sinon, moi, moi, moi, je perds des quantités invraisemblables de peau noircie à l'encre - bref, je cicatrise. 
Tiens moi j'ai décidé : Manche complète en Novembre. Deux tatoueurs a priori. Je sais déjà celui que je veux pour l'avant-bras. Pour bras + épaule, je ne sais pas encore. Ce sera du gros lettrage en aplats de noir.  :P

Don't Touch My Beer/ Parsley Is Evil ?
Spoiler:
Image

Avatar de l’utilisateur
Go@t
Dieu du rabin zombi cracheur de flamme
Messages : 6092
Inscription : mar. déc. 07, 2004 11:46 am
Localisation : Somewhere between Haven Creek and Scum City
Contact :

Re: Moi,moi,moi, Sol invinctus contre la laine de verre

Message par Go@t » mer. mars 13, 2019 5:03 pm

Erwan G a écrit :
mer. mars 13, 2019 5:00 pm
Go@t a écrit :
mer. mars 13, 2019 4:55 pm
Elijah Shingern a écrit :
mer. mars 13, 2019 2:56 pm
Sinon, moi, moi, moi, je perds des quantités invraisemblables de peau noircie à l'encre - bref, je cicatrise. 
Tiens moi j'ai décidé : Manche complète en Novembre. Deux tatoueurs a priori. Je sais déjà celui que je veux pour l'avant-bras. Pour bras + épaule, je ne sais pas encore. Ce sera du gros lettrage en aplats de noir.  :P 

Don't Touch My Beer/ Parsley Is Evil ? 
Nope, les messages subliminaux de "They Live !"
"Jouer avec Go@t, c'est à chaque fois mythique." (Zeben)
ZombieFanBoy Team, Maskagaz Zav Team et membre du studio Gobz'Ink, où les auteurs de JDR ont le poil soyeux :
Image

Avatar de l’utilisateur
Léonard
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 2570
Inscription : lun. oct. 09, 2006 9:25 pm
Localisation : Aix-en-Provence

Re: Moi,moi,moi, Sol invinctus contre la laine de verre

Message par Léonard » mer. mars 13, 2019 5:21 pm

Elijah Shingern a écrit :
mer. mars 13, 2019 3:39 pm
Tu vas rire, mais j'ai assisté un client en garde-à-vue lundi (de 10 heures du matin à minuit) et mardi (de 9h jusqu'à 20h). Heureusement que j'avais de la crème avec moi... Mais se tartiner le haut du dos dans les toilettes du commissariat, c'est quand même assez étrange :D

Alors, comment dire... Lu rapidement et sorti du contexte, on a vite fait de confondre le haut et le bas dans ta phrase...
:oops:

Avatar de l’utilisateur
Elijah Shingern
Dieu de la poésie centriste
Messages : 3262
Inscription : jeu. juil. 08, 2004 10:55 am
Localisation : Paris

Re: Moi,moi,moi, Sol invinctus contre la laine de verre

Message par Elijah Shingern » mer. mars 13, 2019 5:51 pm

Go@t a écrit :
mer. mars 13, 2019 4:55 pm
Tiens moi j'ai décidé : Manche complète en Novembre. Deux tatoueurs a priori. Je sais déjà celui que je veux pour l'avant-bras. Pour bras + épaule, je ne sais pas encore. Ce sera du gros lettrage en aplats de noir.  :P

Du géométrique pour l'avant-bras, et quelqu'un du genre Pierre Oked pour le reste ?

Léonard a écrit :
mer. mars 13, 2019 5:21 pm
Alors, comment dire... Lu rapidement et sorti du contexte, on a vite fait de confondre le haut et le bas dans ta phrase...
:oops:

Le tatouage et le pénal, c'est toujours sale :mrgreen:
Vous nous voyez parmi les nations
Nous battrons-nous toujours pour la terre charnelle
Ne déposerons-nous sur la table éternelle
Que des cœurs pleins de guerre et de séditions

Avatar de l’utilisateur
Vorghyrn
Dieu des gargarismes
Messages : 4947
Inscription : jeu. févr. 03, 2011 12:00 pm
Localisation : Le Cap (Afrique du Sud)
Contact :

Re: Moi,moi,moi, Sol invinctus contre la laine de verre

Message par Vorghyrn » mer. mars 13, 2019 9:16 pm

Erwan G a écrit :
mer. mars 13, 2019 4:59 pm
 La plus grosse difficulté est que les expats ont des mentalités coloniales le plus souvent : ils ont des trains de vie sans rapport avec celui des locaux et en profitent à mort.
pas tout à fait d'accord
comme je le disais plus haut, tu as trois catégories, dont la répartition est variable selon les postes
  • l'expat de passage, venant pour une boite/une administration. Il est souvent bien payé mais pas toujours (un attaché technique culturel va avoir en gros un salaire français de fonctionnaire avec une petite indemnité de résidence, au Burundi, c'est super confortable, au Cap ça va, à New York, tu es limite un SDF)
  • l'expat installé qui peut être aisé parce qu'il a monté un business profitable (d'autant plus facile que tu es dans un pays en développement, encore une fois c’est plus facile de le faire en Inde qu'à NY)
  • l'expat installé mais qui vit comme un local moyen/moyen+ . Lui il a épousé, un(e) local(e), est venu par goût de l'aventure et s'est plu ici, a quitté la France parce qu'il ne s'y sentait pas bien (sans jugement de valeur de ma part)... bref, il est très loin de l'archétype que tu décris au dessus
  • le jeune venu faire un stage de fin d'étude/Volontaire International
Pour info, au Cap, je dirais que c'est en gros 30/20/30/30

moi, je suis dans la 1er catégorie (désolé) même si j'essaie de garder les pieds sur terre. J'ai en effet un niveau de vie très différent des locaux, mais quand je rentre en France, je redeviens un citoyen "normal" (enfin, rôliste :mrgreen: ) et ça me fait du bien.
Erwan G a écrit :
mer. mars 13, 2019 4:59 pm
Et ils finissent par s'entretenir dans ce truc, même si certains se disent progressistes en ne faisant pas dormir la bonne philippine sur place.

Il doit falloir avoir une sacré bonne dose d'humanisme pour ne pas finir dans ces cercles.
Tu sais, ces "cercles" ils peuvent être plus intéressants. Tu peux profiter d'un niveau de vie élevé sans forcément tomber dans des excès négatifs

Il y a aussi le fait que ces trains de vie élevés couvrent des contraintes que tu ne vois pas de l'extérieur.
Je te donne mon exemple (vu que je ne pense pas être tomber dans des excès, mais peut être que je ne m'en rend pas compte...): je loue une belle maison pour un loyer assez élevé. Oui, c'est agréable, mais c'est aussi pour des questions de sécurités. Ici c'est fortement conseillé, au Burundi c'était juste obligatoire (pour avoir de l'eau et de l'électricité accessoirement).
Oui, nous avons une femme de ménage. Dispensable, j'en conviens (quand je suis revenu en France, je me suis remis aux tâches ménagères et je n'en suis pas mort), mais très pratique, ne serait-ce que pour avoir quelqu'un à la maison en journée, ce qui limite les risques de cambriolage (toujours la sécurité). Au Burundi, c'était aussi indispensable d'avoir au moins deux personne à plein temps, une le jour et une la nuit.
Après, et je ne dis pas que je le fais que pour ça, mais il y a aussi une dimension sociale. Au Burundi, on avait 3 employés qu'on payait bien (largement plus que les burundais qui ont des employés...). On faisait vivre 3 familles soit 18 personnes. On a eut le droit à tous les travers habituels: emprunt d'argent jamais rendu, trafiques dans notre dos, vol à la maison. On ne les a jamais viré, parce que c'était limite les condamner à la misère. Et on les a placé chez d'autres gens à notre départ. Et autour de nous, nos collègues faisaient tous pareil. Encore une fois je ne dis pas que c'est pour le social, mais c'est un élément de l'équation.

D'une manière générale, il y a des contraintes lié au pays et qui font que peu de gens s'expatrieront dans des pays en développement sans la possibilité d'assurer leur sécurité/commodité/santé/confort et dans ces pays-là, ça a un coût. Je ne dis pas que c'est trop horrible, qu'on a juste ce qu'il faut pour vivre décemment etc... je dis juste que si je pars en Inde, ce n'est pas pour vivre comme un indien. Et je ne sais pas si il y a beaucoup de gens qui prendraient un poste à responsabilités en Inde pour vivre comme un indien de niveau équivalent. A choisir, ils resteront plutôt en France pour avoir l'école gratuite, une couverture santé, une criminalité acceptable, de l'eau et de l'électricité, un internet qui marche pas de risque de coup d'état/guerre avec le pays voisin, voire simplement, à niveau égale, rester auprès des siens et dans son pays (pourquoi tu partirai, sauf goût pour l'aventure, si c'est pour la même chose que chez toi, avec des efforts supplémentaires à faire pour t'adapter à une autre culture et une autre langue, d'être loin de ta famille et tes amis etc... ?)

Note bien: je n'essaie pas du tout de me faire passer pour un pauvre malheureux qui a une vie trop dur. J'ai conscience que ce choix de vie, qui n'est d'ailleurs pas le mien, apporte un certain confort. C'est un choix et personne ne nous a forcé. Il ne faut juste pas sous-estimer certains éléments qu'on oublie un peu vite parce qu'en France ces éléments marchent bien. D'ailleurs aller voir ailleurs permet de relativiser ce genre de chose ;)
 
Mes CR solos en cours :



Listes des programmes pour les élections européennes (fil actu)

Avatar de l’utilisateur
Zoltan83
Banni
Messages : 1427
Inscription : dim. févr. 28, 2016 8:02 pm

Re: Moi,moi,moi, Sol invinctus contre la laine de verre

Message par Zoltan83 » mer. mars 13, 2019 10:06 pm

J'ai été plusieurs fois à l'étranger pour des périodes de plusieurs mois et j'ai toujours eu du mal avec les catégories de gens décrits par @Vorghyrn.

Je comprends parfaitement que, si on vit dans un pays au niveau de vie moins élevé, on profite de certains avantages (comme une belle maison ou femme de ménage),... Mais je ne supporte pas ceux qui restent entre expat' et qui non seulement critique leurs pays mais aussi celui où ils sont en train de vivre.

Quand je me suis trouvé à l'étranger pour les études ou le travail, j'ai passé beaucoup plus de temps avec des locaux qu'avec les expats. Et j'ai chaque fois passé de très bon moments et pu découvrir mieux le pays et me faire des amis. Enfin de manière générale, lors de mes voyages même de courtes durées, je me suis souvent fait des amis "locaux".

Et j'ai du me rendre en Inde plusieurs fois pour le travail. Pour des courtes durées (deux semaines). Et la dernière fois, j'ai passé tout un weekend et une partie de mes soirées avec la famille d'une de mes ex-collègues indiennes. Je dis ex car la dernière fois que j'y suis retourné, elle ne travaillait plus pour cette société et avait déménagé aux États-Unis. Mais j'étais resté en contact avec elle et ainsi que sa soeur. Et c'est avec elle que j'ai passé une bonne partie de mon temps libre. Du coup, en dehors du travail, je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer et j'ai été à des endroits où tu ne trouves pas beaucoup de touristes.

Avatar de l’utilisateur
Erwan G
Envoyé de la Source
Messages : 12355
Inscription : lun. oct. 25, 2004 6:51 pm
Localisation : Grenoble

Re: Moi,moi,moi, Sol invinctus contre la laine de verre

Message par Erwan G » jeu. mars 14, 2019 12:22 am

Vorghyrn a écrit :
mer. mars 13, 2019 9:16 pm
Erwan G a écrit :
mer. mars 13, 2019 4:59 pm
 La plus grosse difficulté est que les expats ont des mentalités coloniales le plus souvent : ils ont des trains de vie sans rapport avec celui des locaux et en profitent à mort.
pas tout à fait d'accord
comme je le disais plus haut, tu as trois catégories, dont la répartition est variable selon les postes
  • l'expat de passage, venant pour une boite/une administration. Il est souvent bien payé mais pas toujours (un attaché technique culturel va avoir en gros un salaire français de fonctionnaire avec une petite indemnité de résidence, au Burundi, c'est super confortable, au Cap ça va, à New York, tu es limite un SDF)
  • l'expat installé qui peut être aisé parce qu'il a monté un business profitable (d'autant plus facile que tu es dans un pays en développement, encore une fois c’est plus facile de le faire en Inde qu'à NY)
  • l'expat installé mais qui vit comme un local moyen/moyen+ . Lui il a épousé, un(e) local(e), est venu par goût de l'aventure et s'est plu ici, a quitté la France parce qu'il ne s'y sentait pas bien (sans jugement de valeur de ma part)... bref, il est très loin de l'archétype que tu décris au dessus
  • le jeune venu faire un stage de fin d'étude/Volontaire International
Pour info, au Cap, je dirais que c'est en gros 30/20/30/30

moi, je suis dans la 1er catégorie (désolé) même si j'essaie de garder les pieds sur terre. J'ai en effet un niveau de vie très différent des locaux, mais quand je rentre en France, je redeviens un citoyen "normal" (enfin, rôliste :mrgreen: ) et ça me fait du bien.
Erwan G a écrit :
mer. mars 13, 2019 4:59 pm
Et ils finissent par s'entretenir dans ce truc, même si certains se disent progressistes en ne faisant pas dormir la bonne philippine sur place.

Il doit falloir avoir une sacré bonne dose d'humanisme pour ne pas finir dans ces cercles.
Tu sais, ces "cercles" ils peuvent être plus intéressants. Tu peux profiter d'un niveau de vie élevé sans forcément tomber dans des excès négatifs

Il y a aussi le fait que ces trains de vie élevés couvrent des contraintes que tu ne vois pas de l'extérieur.
Je te donne mon exemple (vu que je ne pense pas être tomber dans des excès, mais peut être que je ne m'en rend pas compte...): je loue une belle maison pour un loyer assez élevé. Oui, c'est agréable, mais c'est aussi pour des questions de sécurités. Ici c'est fortement conseillé, au Burundi c'était juste obligatoire (pour avoir de l'eau et de l'électricité accessoirement).
Oui, nous avons une femme de ménage. Dispensable, j'en conviens (quand je suis revenu en France, je me suis remis aux tâches ménagères et je n'en suis pas mort), mais très pratique, ne serait-ce que pour avoir quelqu'un à la maison en journée, ce qui limite les risques de cambriolage (toujours la sécurité). Au Burundi, c'était aussi indispensable d'avoir au moins deux personne à plein temps, une le jour et une la nuit.
Après, et je ne dis pas que je le fais que pour ça, mais il y a aussi une dimension sociale. Au Burundi, on avait 3 employés qu'on payait bien (largement plus que les burundais qui ont des employés...). On faisait vivre 3 familles soit 18 personnes. On a eut le droit à tous les travers habituels: emprunt d'argent jamais rendu, trafiques dans notre dos, vol à la maison. On ne les a jamais viré, parce que c'était limite les condamner à la misère. Et on les a placé chez d'autres gens à notre départ. Et autour de nous, nos collègues faisaient tous pareil. Encore une fois je ne dis pas que c'est pour le social, mais c'est un élément de l'équation.

D'une manière générale, il y a des contraintes lié au pays et qui font que peu de gens s'expatrieront dans des pays en développement sans la possibilité d'assurer leur sécurité/commodité/santé/confort et dans ces pays-là, ça a un coût. Je ne dis pas que c'est trop horrible, qu'on a juste ce qu'il faut pour vivre décemment etc... je dis juste que si je pars en Inde, ce n'est pas pour vivre comme un indien. Et je ne sais pas si il y a beaucoup de gens qui prendraient un poste à responsabilités en Inde pour vivre comme un indien de niveau équivalent. A choisir, ils resteront plutôt en France pour avoir l'école gratuite, une couverture santé, une criminalité acceptable, de l'eau et de l'électricité, un internet qui marche pas de risque de coup d'état/guerre avec le pays voisin, voire simplement, à niveau égale, rester auprès des siens et dans son pays (pourquoi tu partirai, sauf goût pour l'aventure, si c'est pour la même chose que chez toi, avec des efforts supplémentaires à faire pour t'adapter à une autre culture et une autre langue, d'être loin de ta famille et tes amis etc... ?)

Note bien: je n'essaie pas du tout de me faire passer pour un pauvre malheureux qui a une vie trop dur. J'ai conscience que ce choix de vie, qui n'est d'ailleurs pas le mien, apporte un certain confort. C'est un choix et personne ne nous a forcé. Il ne faut juste pas sous-estimer certains éléments qu'on oublie un peu vite parce qu'en France ces éléments marchent bien. D'ailleurs aller voir ailleurs permet de relativiser ce genre de chose ;)
 

J'ai dit "le plus souvent" et j'aurais dû préciser dans les pays pauvres. Après, comme tu le dis, ce n'est pas une fatalité. Mais globalement, je ne serais devenu ami avec personne après mon court passage aux Philippines. Tout le monde, même mon pote qui m'avait invité là bas avait une mentalité qui me dérangeait : le pays était un immense terrain de jeu et tout le monde avait une explication sur le pourquoi de l'insuffisance des indigènes. Mais globalement, c'était en raison de leurs choix pourris. Même ceux qui vivaient parmi eux et profitaient de la générosité des touristes pour améliorer leur ordinaire ou simplement l'obtenir.

Je les ai vu aussi avoir des rapports condescendante avec leurs salariés tout en étant hyper paternalistes, ce qui, pour moi, évoqué une relation de pouvoir malsaine. J'ai une femme de ménage en France et j'ai une relation très différente avec elle que celles que j'ai pu voir.

Après, partout où je suis tombé sur des colonies françaises, même dans des pays proches, ou tout les gens que je fréquente qui ont été expat, m'ont montré une mentalité dérangeante. Le pire étant ceux qui ont trouvé une femme au pays et qui la ramènent en France. Les divorces sont souvent épiques et commencent dès qu'elles sortent librement de la maison. Tant que c'est à la demande de leur mari ou pour les enfants, ça va. Si c'est pour autre chose...

Mais je comprends ce que tu dis et tu as plus d'expérience que moi en la matière. Ma vision est nécessairement caricaturale car empirique sur un échantillon trop petit.

:bière:
Spoiler:
Image

Avatar de l’utilisateur
philippe_j
Dieu des salariens musicaux
Messages : 4403
Inscription : ven. janv. 27, 2006 8:44 pm
Localisation : Stancity, Lorrainistan

Re: Moi,moi,moi, Sol invinctus contre la laine de verre

Message par philippe_j » jeu. mars 14, 2019 10:49 am

J'avais pu discuter un peu avec la dame qui s'occupait de nos démarches quand j'étais en Chine au consulat français, et je peux te dire qu'elle avait une sacrée opinion des "gaulois" du village français. Ouh, mes aïeux! C'était pour la plupart des cat 1 avec salaires de ministres, donc ridiculement riches pour le niveau local (genre, en France on dirait qu'ils ont un gros salaire).

Y'a toujours une petite part de moi qui se dit que ça serait quand même sympa de faire un peu de réseautage avec ces gens, histoire d'avoir des nouvelles du pays, mais les bons réflexes de l'Irlande reviennent au galop et je me dis que non, j'aime bien mon approche de l'expatriation : vivre avec des gens locaux si tu partages ton lieu de vie, travailler avec eux, parler la langue, fréquenter les lieux de socialisation (pub en Irlande, en Chine j'ai pas vraiment pu trouver), etc. C'est comme ça qu'on crée de vrais liens locaux, comme ça qu'on découvre vraiment la culture (et pas le truc à touristes), comme ça qu'on améliore son niveau de langue. Pour moi l'alternative c'est d'être un touriste long-terme et j'arrive pas à comprendre la logique de faire ça. Mais tout ça, ça demander vraiment beaucoup d'efforts personnels!
Alors que vivre dans la bulle des expats, bah on s'y fait bien rapidement. On prendre ses petites habitudes, on a finalement pas besoin de grand chose pour survivre sans avoir de contact avec les gens locaux, et on a toujours quelqu'un avec qui parler dans sa langue, c'est facile. Au bout d'un moment on est tellement bien qu'on se demande pourquoi y'a tous ces gens, là, qui nous empêche de vivre tranquillement dans ce beau pays.

J'en ai rencontré plein, des gens vivants à l'étranger avec cette espèce de mentalité d'assiégé. On a les même en France, d'ailleurs! Les immigrés qui veulent pas s'intégrer on sait pas trop pourquoi, ça marche dans les deux sens. Ce sont ces gens là, je pense, qui génère les réactions xénophobes et créent la mauvaise image auprès des autochtones. J'aimerais croire que quelques uns arrivent à ouvrir les yeux et peut-être à comprendre leur erreur, mais mon expérience personnelle me montre que non, au contraire, ils s'enferment encore plus profondément dans leur attitude :neutral:

Je me demande si ces gens qui n'arrivent pas à vivre "autrement" sont les mêmes qui déménagent à la campagne pour leur retraite et font bétonner la mare des voisins parce que les grenouilles, ça fait trop de bruit.

Mais donc ouais, @Erwan G, ton problème c'est pas que t'as eu une vision caricaturale, c'est juste que les gens qui t'aurais offert une vision plus large de ce que sont les expats, bah ils s'intéressent pas du tout à "la communauté expat'", en gros. Donc tu as autant de chance de les trouver que de trouver n'importe quelle autre personne parmi les habitants du pays où tu te trouves. Tu peux augmenter tes chances de divers manières, mais c'est juste pour dire : c'est complètement normal, on est la majorité silencieuse :)
- Philippe -
Poe's Law : without a winking smiley or other blatant display of humor, it is impossible to create a parody of Fundamentalism that SOMEONE won't mistake for the real thing.

Avatar de l’utilisateur
Calisto
Dieu des audacieux
Messages : 4046
Inscription : mer. août 13, 2003 7:26 pm
Localisation : Houdan (78)

Re: Moi,moi,moi, Sol invinctus contre la laine de verre

Message par Calisto » jeu. mars 14, 2019 11:05 am

philippe_j a écrit :
jeu. mars 14, 2019 10:49 am
J'en ai rencontré plein, des gens vivants à l'étranger avec cette espèce de mentalité d'assiégé. On a les même en France, d'ailleurs! Les immigrés qui veulent pas s'intégrer on sait pas trop pourquoi, ça marche dans les deux sens. Ce sont ces gens là, je pense, qui génère les réactions xénophobes et créent la mauvaise image auprès des autochtones. J'aimerais croire que quelques uns arrivent à ouvrir les yeux et peut-être à comprendre leur erreur, mais mon expérience personnelle me montre que non, au contraire, ils s'enferment encore plus profondément dans leur attitude :neutral:

 

J'ai connu des Français au Québec qui vivaient là depuis 20 ans et qui ne fréquentaient que des Français, presque pas de connaissances de locaux, souvent juste les collègues de travail... pourtant on ne peut pas vraiment parler de barrière de la langue ni de différences culturelles fondamentales... comme quoi.
“Omnes stulti, et deliberatione non utentes, omnia tentant”

lepropre
Dieu de l'hygiène
Messages : 5696
Inscription : mer. janv. 27, 2010 11:41 am

Re: Moi,moi,moi, Sol invinctus contre la laine de verre

Message par lepropre » jeu. mars 14, 2019 11:44 am

Enfin le Quebec y'a la barrière de l'accent.
Et puis culturellement les gars mangent de la poutine alors pour un gars venant de Nice comparé à la ratatouille ça peut piquer.

Avatar de l’utilisateur
Vorghyrn
Dieu des gargarismes
Messages : 4947
Inscription : jeu. févr. 03, 2011 12:00 pm
Localisation : Le Cap (Afrique du Sud)
Contact :

Re: Moi,moi,moi, Sol invinctus contre la laine de verre

Message par Vorghyrn » jeu. mars 14, 2019 2:09 pm

philippe_j a écrit :
jeu. mars 14, 2019 10:49 am
J'avais pu discuter un peu avec la dame qui s'occupait de nos démarches quand j'étais en Chine au consulat français, et je peux te dire qu'elle avait une sacrée opinion des "gaulois" du village français. Ouh, mes aïeux! C'était pour la plupart des cat 1 avec salaires de ministres, donc ridiculement riches pour le niveau local (genre, en France on dirait qu'ils ont un gros salaire).
on dit catégorie A et, normalement, dans un consulat, il y a quelques A, un ou deux cat B et une majorité de Cat C. On est passé par Wuhan il y a 10 ans (voir des amis-collègue qui y étaient en poste) et, à l'époque, c'était comme ça. A moins que Wuhan ait réduit de taille (ce qui m'étonnerait vu que le MAE redéploie vers l'Asie et particulièrement la Chine), ça n'a pas dû trop changé...

Par contre la rivalité entre le recruté local (qui peut être local, français ou autre) et l'expat', c'est un grand classique, le premier reprochant au second d'avoir un trop beau salaire pour faire en gros la même chose que lui. sauf que
1) l'expat a réussi un concours, concours qui est ouvert à tous, soit dit en passant (donc si vous trouvez que les diplomates ont la vie trop belle, pas de problème, passez le concours du MAE. C'est pas une secte, il suffit de le réussir et vous aussi vous pourrez aller vous dorer la pilule et gagner un pognon dingue en fouettant des locaux :charmeur )
2) Le mot-clé c'est "en gros" parce que la différence c'est en général la responsabilité. entre la personne qui vérifie un dossier visa et la personne qui prend la décision d'accorder un visa, la première met peut être un peu plus de temps, mais la deuxième à une certaine responsabilité sur les épaule
philippe_j a écrit :
jeu. mars 14, 2019 10:49 am
Y'a toujours une petite part de moi qui se dit que ça serait quand même sympa de faire un peu de réseautage avec ces gens, histoire d'avoir des nouvelles du pays, mais les bons réflexes de l'Irlande reviennent au galop et je me dis que non, j'aime bien mon approche de l'expatriation : vivre avec des gens locaux si tu partages ton lieu de vie, travailler avec eux, parler la langue, fréquenter les lieux de socialisation (pub en Irlande, en Chine j'ai pas vraiment pu trouver), etc. C'est comme ça qu'on crée de vrais liens locaux, comme ça qu'on découvre vraiment la culture (et pas le truc à touristes), comme ça qu'on améliore son niveau de langue. Pour moi l'alternative c'est d'être un touriste long-terme et j'arrive pas à comprendre la logique de faire ça. Mais tout ça, ça demander vraiment beaucoup d'efforts personnels!
Alors que vivre dans la bulle des expats, bah on s'y fait bien rapidement. On prendre ses petites habitudes, on a finalement pas besoin de grand chose pour survivre sans avoir de contact avec les gens locaux, et on a toujours quelqu'un avec qui parler dans sa langue, c'est facile. Au bout d'un moment on est tellement bien qu'on se demande pourquoi y'a tous ces gens, là, qui nous empêche de vivre tranquillement dans ce beau pays.

J'en ai rencontré plein, des gens vivants à l'étranger avec cette espèce de mentalité d'assiégé. On a les même en France, d'ailleurs! Les immigrés qui veulent pas s'intégrer on sait pas trop pourquoi, ça marche dans les deux sens. Ce sont ces gens là, je pense, qui génère les réactions xénophobes et créent la mauvaise image auprès des autochtones. J'aimerais croire que quelques uns arrivent à ouvrir les yeux et peut-être à comprendre leur erreur, mais mon expérience personnelle me montre que non, au contraire, ils s'enferment encore plus profondément dans leur attitude :neutral:

Je me demande si ces gens qui n'arrivent pas à vivre "autrement" sont les mêmes qui déménagent à la campagne pour leur retraite et font bétonner la mare des voisins parce que les grenouilles, ça fait trop de bruit.
Je ne vais pas argumenter ici et te donner mon point de vue de "touriste" sur certains expat' "intégrés localement" que j'ai pu croiser. Je pense qu'on trouve de tout, dans tout les groupes mais qu'on a plus d'affinité pour une certaine approche de l'expatriation que pour une autre.
J'ai connu des aventuriers qui ne peuvent pas tenir en place plus de 2-3 ans et qui ne rêvent que de visiter des endroits "reculés" sac au dos. J'ai connu des gens qui s'expatriaient juste pour l'argent, j'ai connu des gens qui trouvaient la France invivable et qui ont trouvé leur coin de paradis ailleurs, que ce soit dans un autres pays de développement égale où dans des pays plus "difficiles", j'ai connu des gens venu pour un temps court et qui se sont tellement plus qu'ils sont resté, ont fondé une famille et sont contents de leur vie et j'ai connu des multi-classé (c'est un peu le cas de Vorghyrnette, qui a beaucoup bougeote et qui apprécie aussi un certains confort de vie).
Qui sommes-nous pour juger ce qu'est une vraie expatriation ?

Personnellement, je sais juste, qu'en ce qui me concerne, bouger tous les 3 ans me demande un effort mais que c'est supportable, que j'ai envie d'avoir de l'électricité, de l'eau, internet, de trouver du boulot, que je dois préparer une retraite où je n'aurai jamais cotisé en France, que j'ai envie d'aller au ciné et que ce soit dans une langue que je comprend, de pouvoir aller courir en gardant une vigilance normale et éventuellement, de temps en temps, faire des trucs de français comme bouffer, parler ma langue et avoir des références culturelle commune. Si en plus il y a du JDR...
bref la vie d'un indien, d'un chinois ou d'un burundais ne m'attire pas, même si je suis curieux de savoir comment ça marche chez eux. Donc, ok, je suis un "touriste". Désolé. Mais au moins, je fais du JDR, ça me redonne des points non ? :bierre:
Mes CR solos en cours :



Listes des programmes pour les élections européennes (fil actu)

Avatar de l’utilisateur
nonolimitus
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 1667
Inscription : mer. oct. 25, 2006 9:20 pm
Localisation : la Côte de Jade
Contact :

Re: Moi,moi,moi, Sol invinctus contre la laine de verre

Message par nonolimitus » jeu. mars 14, 2019 2:35 pm

En cherchant des adresses de livraison pour mes camions, je suis tombé sur 2 rivières avec des noms sympas :La Hideuse dans le 08 et La Gueule dans le 64...

Déjà que je connais un bled qui s'appelle Angoisse...

​​​​​​​
Nonolimitus
le MJ avec du gobelin dedans !!!
"Fort heureusement, un peu de séchage et une carotte lui ont remis les idées en place." Poulpivre

Verrouillé