Page 21 sur 85

Re: Moi, moi, moi, l'âme des enfants des autres

Publié : mar. juin 11, 2019 7:27 pm
par Cléanthe
Harfang a écrit :
mar. juin 11, 2019 7:06 pm
Moi, moi, moi;

Je reprends le boulot demain après 15 jours d'arrêt suite à un accident de travail.
Je le sens très moyen.
Mais alors très.

Il va falloir réussir a faire le taf sans 90% des outils, sans camion, sans matière d’œuvres, avec des adolescents inadaptés a notre structure et en évitant de se prendre des sanctions alors que je suis dans l'axe de contraintes paradoxales... Ni de péter un plomb et de finir par frapper quelqu'un.
Ça va être compliqué.

C'est moche, mon médecin me fait rire je n'arrive pas à faire autre chose que de la dérision en sa présence, alors qu'en fait, non, ça ne me fait pas rire.

Tu es artisan Harfang ?

Re: Moi, moi, moi, l'âme des enfants des autres

Publié : mar. juin 11, 2019 8:50 pm
par Harfang
Cléanthe a écrit :
mar. juin 11, 2019 7:27 pm

Tu es artisan Harfang ?

Pas à mon compte.
Oui, je suis métallier avec quelques accessits en menuiserie.

Re: Moi, moi, moi, l'âme des enfants des autres

Publié : mer. juin 12, 2019 7:04 am
par Kyorou
Bon courage à toi.

Au pire, on crève tous dans 30 ans à cause des polluants divers...

Re: Moi, moi, moi, l'âme des enfants des autres

Publié : mer. juin 12, 2019 8:21 am
par Cléanthe
Harfang a écrit :
mar. juin 11, 2019 8:50 pm

Pas à mon compte.
Oui, je suis métallier avec quelques accessits en menuiserie.

Et tu bosses pour une grosse boîte ? Parce qu'à première vue, tes conditions de travail ont pas l'air folichonnes ...

Re: Moi, moi, moi, l'âme des enfants des autres

Publié : mer. juin 12, 2019 9:19 am
par nonolimitus
Harfang a écrit :
mar. juin 11, 2019 7:06 pm
Moi, moi, moi;

Je reprends le boulot demain après 15 jours d'arrêt suite à un accident de travail.
Je le sens très moyen.
Mais alors très.

Il va falloir réussir a faire le taf sans 90% des outils, sans camion, sans matière d’œuvres, avec des adolescents inadaptés a notre structure et en évitant de se prendre des sanctions alors que je suis dans l'axe de contraintes paradoxales... Ni de péter un plomb et de finir par frapper quelqu'un.
Ça va être compliqué.

C'est moche, mon médecin me fait rire je n'arrive pas à faire autre chose que de la dérision en sa présence, alors qu'en fait, non, ça ne me fait pas rire.

Courage à toi Harfang !

Pour les camions, je sais pas de quoi tu as besoin, mais étant dans le transport, je peux peut être aider...  ;)

Re: Moi, moi, moi, l'âme des enfants des autres

Publié : mer. juin 12, 2019 11:23 am
par madame ridulle
bon l'Armada une fois dans la vie suffit... je dis pas que c'est nul, mais trop, vraiment trop de monde. Cela dit j'ai récupéré un bouquin sur la marine ancienne chinoise qui ne sortira qu'en septembre!

Re: Moi, moi, moi, l'âme des enfants des autres

Publié : mer. juin 12, 2019 12:22 pm
par Cédric Ferrand
Moi, c'était concert de Francis Cabrel hier soir à la maison symphonique de Montréal.
Juste lui et 4 musicos, à la fraîche.
Les gens était là pour les tubes comme L'encre de tes yeux ou Je l'aime à mourir, mais ce ne sont pas mes préférées.
Je voulais entendre La Fabrique, tout l'album Fragile (et tout Quelqu'un de l'intérieur, tiens) et d'autre vieilleries, mais c'est une tournée best-of, c'est pas moi qui choisis les titres.

J'ai pris mon pied, hein, Cabrel sait y faire, même s'il ne parle pas beaucoup sur scène. J'ai chanté les paroles de chaque chanson, comme à la messe. Même le passage en espagnole de La Corrida.
Mais ce qui a vraiment foutu le feu à la scène, c'était les arrangements blues. Son guitariste bluesman et son pianiste/accordéoniste ont vraiment mis une de ces ambiances. Parce que Tourner les hélicos ou La Dame de Haute-Savoie à la sauce louisianaise, c'est quelque chose.

On était quand même dans les plus jeunes, niveau public.

Dernier regret : il n'a pas chanté sa reprise de Richard Desjardins de Quand j'aime une fois j'aime pour toujours. Ni du Zachary Richard.

Mais c'était un chouette show, elle balance toujours autant la grand-mère à moustache.

Re: Moi, moi, moi, l'âme des enfants des autres

Publié : mer. juin 12, 2019 12:49 pm
par Udo Femi
Cédric Ferrand a écrit :
mer. juin 12, 2019 12:22 pm
Moi, c'était concert de Francis Cabrel hier soir à la maison symphonique de Montréal.
Juste lui et 4 musicos, à la fraîche.
Les gens était là pour les tubes comme L'encre de tes yeux ou Je l'aime à mourir, mais ce ne sont pas mes préférées.
Je voulais entendre La Fabrique, tout l'album Fragile (et tout Quelqu'un de l'intérieur, tiens) et d'autre vieilleries, mais c'est une tournée best-of, c'est pas moi qui choisis les titres.

J'ai pris mon pied, hein, Cabrel sait y faire, même s'il ne parle pas beaucoup sur scène. J'ai chanté les paroles de chaque chanson, comme à la messe. Même le passage en espagnole de La Corrida.
Mais ce qui a vraiment foutu le feu à la scène, c'était les arrangements blues. Son guitariste bluesman et son pianiste/accordéoniste ont vraiment mis une de ces ambiances. Parce que Tourner les hélicos ou La Dame de Haute-Savoie à la sauce louisianaise, c'est quelque chose.

On était quand même dans les plus jeunes, niveau public.

Dernier regret : il n'a pas chanté sa reprise de Richard Desjardins de Quand j'aime une fois j'aime pour toujours. Ni du Zachary Richard.

Mais c'était un chouette show, elle balance toujours autant la grand-mère à moustache.

Son célébrissime album Live "D'une ombre à l'autre" (1990 ? 91 ?) envoyait déjà du lourd au niveau arrangements et revisite de son "son" studio. J'ai hâte d'écouter ce que tu nous décris là.

J'ai pour ma part un excellent souvenir d'un concert de Serge Lama (OK, les gars arrêtez de ricaner) auquel j'avais assisté avec ma mère et ma grand-mère (Trois générations, qui dit mieux ?) où j'avais été bluffé par la direction artistique qu'il avait prise: il était entouré de jeunes musicos, certaines chansons tiraient sur le Trip Hop (!!!) et il avait éjecté ses rengaines ultra-éculées ("Femmes, Femmes, Femmes", "Les p'tites femmes de Pigalle") dans une sorte de karaoké géant parodique, histoire de dire "OK les gars, ça c'est fait, on passe à autre chose".

Bon, j'avoue que le classique "Je suis malade" terminé a capella, micro coupé, à plein poumons, qui te remplit soniquement Bercy, ça te pose un mec aussi. Quel souvenir.

Re: Moi, moi, moi, l'âme des enfants des autres

Publié : mer. juin 12, 2019 1:14 pm
par Cédric Ferrand
Udo Femi a écrit :
mer. juin 12, 2019 12:49 pm
J'ai pour ma part un excellent souvenir d'un concert de Serge Lama (OK, les gars arrêtez de ricaner)

Ah non, Serge c'est un grand.
Une île, son hymne napoléonien, est sublime.

Re: Moi, moi, moi, l'âme des enfants des autres

Publié : mer. juin 12, 2019 1:40 pm
par Sammael99
Cédric Ferrand a écrit :
mer. juin 12, 2019 12:22 pm

Dernier regret : il n'a pas chanté sa reprise de Richard Desjardins de Quand j'aime une fois j'aime pour toujours. Ni du Zachary Richard.

Tu connais celle là : https://www.youtube.com/watch?v=QlpA3Zn9R8Y

L'arrangement là est un peu pauvre, mais la version sur Lumière dans le Noir est vraiment magnifique.

Re: Moi, moi, moi, l'âme des enfants des autres

Publié : mer. juin 12, 2019 2:21 pm
par Cédric Ferrand
Sammael99 a écrit :
mer. juin 12, 2019 1:40 pm
Tu connais celle là : https://www.youtube.com/watch?v=QlpA3Zn9R8Y

Ah non, tiens. Merci pour la découverte. 

Re: Moi, moi, moi, l'âme des enfants des autres

Publié : mer. juin 12, 2019 3:39 pm
par Erwan G
C'est la journée des grand-mères à moustaches ?

:P

Re: Moi, moi, moi, l'âme des enfants des autres

Publié : mer. juin 12, 2019 5:45 pm
par Mric
Il en faut bien pour tous le monde.
Dans 2 semaine c'est Hellfest / GrasPop MM :twisted: :rock

Re: Moi, moi, moi, l'âme des enfants des autres

Publié : mer. juin 12, 2019 7:19 pm
par Harfang
Moi, moi, moi...

du coup j'écoute du Cabrel.

Bon, jour de reprise, dès le milieu de matinée mon chef et quelques acolytes en train de prendre des photos des machines pour les vendre. Je n'étais pas prévenu de la visite, évidemment et j'étais en prise en charge aussi.

Si on est viré pour faute après avoir cassé la gueule de son directeur, par exemple, est ce qu'on touche, quand même les allocations chômage?
Nan, parce-que, quitte a partir j'aimerais me faire plaisir, avant et montrer que le pouvoir c'est une question de contexte.

Re: Moi, moi, moi, l'âme des enfants des autres

Publié : mer. juin 12, 2019 8:45 pm
par Mickey-bis
Ben au cas où, je répond en mode 1er degré:
- la violence au travail est évidemment une faute lourde
- se retrouver sans emploi ouvre droit aux alloc' chomage
- mais des poursuites pour coups & blessures risquent de te coûter bien plus que les allocs ;)