Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Ciné, télé, zik et bla bla persos (trolls, floodeurs et baskets interdits)
Sam Spade
Initié
Messages : 176
Inscription : ven. mai 05, 2017 4:17 pm

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Sam Spade »

J'ai fini par voir Parasite.
J'aurai sans doute plus apprécié le film s'il n'avait pas eu tous ces prix, tout cet engouement. Je m'attendais à un truc hors norme, une oeuvre qui allait me laisser sur le cul.
Ça n'a pas été le cas.
Ce qui me surprend un peu c'est que j'ai retrouvé une certaine "lourdeur" propre à des comédies françaises qui se font défoncer quand elles osent partir dans ce genre d'excès. Étrange.
En résumé : Sympa mais pas chef d'oeuvre.

Avatar de l’utilisateur
Guts of Darkness
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 2184
Inscription : jeu. janv. 19, 2017 12:47 am

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Guts of Darkness »

À couteaux tirés (traduction littérale et pour une fois parfaite de Knives out, le titre original) est un film de type unité en bois avec une distribution de ouf: Daniel Craig, Chris Evans, Ana de Armas, Jamie Lee Curtis,  Don Johnson, Christopher Plummer. Ce film m'a fait penser aux scénarios L'homme creux et L'explorateur assassiné de @Tristan qui affectionne les affaires de famille.
Le pitch: un célèbre auteur de polars est retrouvé mort dans sa propriété, le lendemain de l'anniversaire de ses 85 ans. Un détective est engagé par un commanditaire anonyme afin d'élucider l'affaire. Mais entre la famille qui s'entre-déchire et son personnel qui lui reste dévoué, il plonge dans les méandres d'une enquête mouvementée, mêlant mensonges et fausses pistes.
Et ceux qui n'aiment pas pourront toujours se faire plaisir avec la musique des Stones en générique de fin.
Quand le con pointe du doigt près de quelqu’un, espère-t-il montrer la lune et penser dénicher un fou ou veut-il faire sentir son doigt qu’il s’est récemment mis dans le cul, parce qu’il a lu que cela permettait de deviner la direction du vent ?

Avatar de l’utilisateur
Mugen
Dieu des bottes de cuir
Messages : 9398
Inscription : mer. mai 17, 2006 11:34 am

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Mugen »

Pascalahad a écrit :
jeu. févr. 13, 2020 9:32 am
Rassure-toi, Sir Patrick McNee avait encore quelques chefs-d'oeuvre à suivre dans sa carrière, comme la série Thunder in Paradise avec Hulk Hogan.

Il apparaît même dans le film Avengers (celui sur la série dont je tire mon titre de dieu, pas celui où officie un dieu qui me ressemble... dans son 4e opus...), même si il est difficilement reconnaissable...
Mais c'est pas vraiment un chef d'oeuvre...
Sois satisfait des fruit, des fleurs et même des feuilles,
Si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles.
Ne pas monter bien haut peut-être, mais tout seul.

Avatar de l’utilisateur
rogre
RDieu
Messages : 3925
Inscription : jeu. déc. 06, 2007 12:53 pm
Localisation : Lyon 6è

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par rogre »

Mugen a écrit :
ven. févr. 14, 2020 9:11 am
Pascalahad a écrit :
jeu. févr. 13, 2020 9:32 am
Rassure-toi, Sir Patrick McNee avait encore quelques chefs-d'oeuvre à suivre dans sa carrière, comme la série Thunder in Paradise avec Hulk Hogan.

Il apparaît même dans le film Avengers (celui sur la série dont je tire mon titre de dieu, pas celui où officie un dieu qui me ressemble... dans son 4e opus...), même si il est difficilement reconnaissable...
Mais c'est pas vraiment un chef d'oeuvre...

Et dans "Hurlements", le film de loups-garous de Joe Dante (1981).
"La description d'un Casusien moyen: un expert en tout, une incapacité à communiquer, la légèreté d'un tractopelle et l'empathie d'une brique." :P (glamourous.sam)

Avatar de l’utilisateur
Mugen
Dieu des bottes de cuir
Messages : 9398
Inscription : mer. mai 17, 2006 11:34 am

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Mugen »

J'ai vu La Fille au Bracelet, un film d'intrigue judiciaire présentant le procès d'une jeune fille accusée d'avoir poignardée une camarade.
Bien que de facture assez classique, il est porté par de très bons acteurs et ménage son suspense jusqu'au bout
Spoiler:
il se contente d'ailleurs comme "vérité" d'un plan final que le spectateur devra interpréter.
Le cadre parlera à @nonolimitus, le film se passant entre Nantes et la Bernerie-en-Retz.
Sois satisfait des fruit, des fleurs et même des feuilles,
Si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles.
Ne pas monter bien haut peut-être, mais tout seul.

Avatar de l’utilisateur
Humphrey B
Dieu des physiciens wargamers
Messages : 4919
Inscription : sam. avr. 03, 2010 7:35 pm
Localisation : Troyes
Contact :

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Humphrey B »

rogre a écrit :
dim. févr. 09, 2020 9:43 pm
Vu Le Lac aux Oies Sauvages, film chinois de Diao Yinan.
C'est une merveille! On pouvait craindre que ce réalisateur, très cultivé en matière de ciné européen/occidental, se contente d'empiler les références, avec un vague prétexte de film de gangsters. Les références sont bien là : films noirs américains + Nouvelle Vague + Antonioni + De Palma +… Mais là, c'est magique !: l'alchimie prend, le total est largement égal voire supérieur à la somme des influences. Pourquoi? Mais parce que c'est archi-chinois, c'est comme si on y était, dans les bas-quartiers, avec les odeurs, les couleurs, les goûts, les textures, et des milliers de chinois populo plus vrais que vrais! La Chine, dans cette "petite" ville balnéaire en chantier, c'est aussi l'Italie des années 50-60 : scooters, petits gangs hargneux de voyous tatoués, prostituées de plage, zoo pouilleux, pâtes et riz, détritus, scopitones… Les héros, eux, tranchent: ils appartiennent à la grande tradition chinoise du monde interlope du "Bord de l'Eau": malfrat ombrageux et d'une beauté aveuglante, pute au grand cœur, marqués par le destin et en fin de course, mais prêts à une dernière échappée, ultime, manquée. Les flics sont partout (et les cameras de surveillance!) - eux-mêmes également héroïques, ridicules et touchants comme de bons serviteurs de l'Empire, pas dupes. Tout le monde a ses raisons. Le film est une immense métaphore de "la Chine" sous tous ses aspects - mais attention, celle de "2012" (le film prétend nous montrer un monde mafieux qui déjà n'existerait plus - voire!). Presque tous les plans, hypertravaillés, magnifiques de lumières dans la nuit, inventent quelque chose!
Le film est moins humain et profond que Les Eternels de Zhang Zimhou - mais il se hausse à mon avis au rang de L'Impasse de De Palma. Surtout, me disais-je avec mon épouse, il ridiculise par sa semi-perfection 90% de ce qui est actuellement essayé et produit au ciné ou dans les séries en Occident. Tiens, c'est à croire qu'il se passe quelque chose en Chine? Mais quoi? Quasi-tous les beaux films de ces derniers temps sont chinois, qu'est-ce à dire?

Vu aussi ce week-end, et je partage l'enthousiasme de rogre. C'est un polar ultra-classique, mais que le contexte chinois rend original. C'est subliment filmé : Le Lac aux Oies Sauvages fait partie de ces films où, dès le premier plan ou presque, on sait rien qu'à la composition du cadre qu'on a affaire à un grand cinéaste.
Si le film est d'une grande noirceur, il est aussi complètement burlesque par moments : en témoigne une scène où des flics en couverture, après avoir dansé sur Raspoutine de Boney M dans une sorte de bal nocturne en plein air, se mettent à poursuivre un suspect chaussés de baskets lumineuses et clignotantes.

Du même cinéaste, Black Coal - sorte d'Assurance sur la Mort dans les mines chinoises - était également une grande réussite.
“Harry, I’m going to let you in on a little secret. Every day, once a day, give yourself a present. Don’t plan it. Don’t wait for it. Just let it happen. It could be a new shirt at the men’s store, a catnap in your office chair, or two cups of good, hot black coffee.” – Agent Dale Cooper

Avatar de l’utilisateur
Tybalt (le retour)
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 4477
Inscription : mer. août 22, 2012 7:33 pm
Contact :

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Tybalt (le retour) »

Image

J'ai vu sur Netflix Modest Heroes, les courts-métrages d'animation japonais du studio Ponoc (fondé par des anciens de Ghibli). Il y a trois courts d'un quart d'heure chacun environ. Tous sont intéressants à un titre ou à un autre :
- Kanini & Kanino, de Hiromasa Yonebayashi (Arrietty), se distingue surtout par le soin mis dans l'animation et les décors sous-marins.
- La vie ne perdra pas, de Yoshiyuki Momose (animateur-clé sur plusieurs Ghibli, réalisateur du film adapté des jeux vidéo Ni no kuni) se distingue par son scénario réaliste sur un petit garçon mortellement allergique aux oeufs.
- Invisible, d’Akihiko Yamashita (concepteur de personnages sur plusieurs Ghibli), se distingue par son concept bizarre et son ambiance.
Les trois films ont un thème commun bien intéressant en termes narratifs : des personnages principaux en position de faiblesse pour une raison ou pour une autre.
Plus de détails sur mon blog si ça vous intéresse.
Mes sites : Kosmos (un jdra sur la mythologie grecque qui a vraiment lu les auteurs antiques pour vous) ; blog de lectures ; site d'écriture.

Répondre