Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Ciné, télé, zik et bla bla persos (trolls, floodeurs et baskets interdits)
Avatar de l’utilisateur
Udo Femi
Dieu des langues de poulpes
Messages : 20842
Inscription : mer. juil. 12, 2006 4:41 pm
Localisation : Genève
Contact :

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Udo Femi »

Cédric Ferrand a écrit :
mar. janv. 07, 2020 2:04 pm
Les bandes-annonces n'engagent que ceux qui les regardent.
Oui mais on a eu un 1er Wonder Woman très réussi, et pour le 2 on a la même équipe devant et derrière la caméra (actrice, réalisatrice, producteur...)
Du coup j'espère que...
Mon blog: http://www.udo-prod.com avec La Superclique gratuite et les Aventures Spears & Sandals d'Agôn !

Avatar de l’utilisateur
Guts of Darkness
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 2266
Inscription : jeu. janv. 19, 2017 12:47 am

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Guts of Darkness »

J'ai vu pas mal de films en 2019 et j'avoue que j'aurais bien du mal à faire un classement.
Je retiens Suspiria, un film remake que j'attendais depuis longtemps, et qui m'a pris à contre-pieds car il n'a rien du film d'horreur de Dario Argento, ce qui fait qu'il est impossible de le comparer avec l'original. Il m'a marqué comme Joker a pu marquer certains d'entre vous, en ce sens qu'il s'agit avant tout d'un drame associé à un mal sournois propre aux scénarios d'enquête dans les jdr, c.à.d. qu'il faut gratter profondément la couche de vernis pour éventuellement lever une partie du mystère.
Un film qui m'a fait penser à Angel Heart à bien des égards, mais ici dans un contexte féministe (le mythe de la mère).
Je l'ai vu 3 fois, en vo - il y a beaucoup de dialogues en allemand également - et en vf et je me demande encore si je dois le compter parmi les chefs d'oeuvre.
Un film assurément féministe qui montre que le pouvoir de domination de la femme n'a rien à envier à celui du sexe "fort".
CasusNo: pour réinventer l'eau chaude en s'échauffant les esprits dont pas grand monde ne présente le moindre trait et où les charognards peuvent s'exercer librement. Un peu comme les dégénérés de l'opale qui se complaisent à comparer le poids de leurs étrons.

Avatar de l’utilisateur
Cédric Ferrand
Dieu des athées non-pratiquants
Messages : 8549
Inscription : mer. févr. 23, 2005 3:11 pm
Localisation : Montréal
Contact :

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Cédric Ferrand »

Udo Femi a écrit :
mar. janv. 07, 2020 2:31 pm
Du coup j'espère que...

Je suis animé des mêmes espoirs que toi pour ce film, mais j'essaye de me démoubourrer car avec de grandes attentes viennent de grandes déceptions.

Avatar de l’utilisateur
Meuh
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 1785
Inscription : mer. juil. 02, 2014 10:34 am

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Meuh »

Fingolfin a écrit :
mar. janv. 07, 2020 1:29 am
(moi, c'est de voir Sam Lowry devenir pape qui m'a fait bizarre !)

Omagad, je viens seulement de réaliser que le Grand Moineau et Sam Lowry sont la même personne :o

Avatar de l’utilisateur
Guts of Darkness
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 2266
Inscription : jeu. janv. 19, 2017 12:47 am

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Guts of Darkness »

Running with the devil est un film avec Nicolas Cage et Laurence Fishburne. Une histoire de chaîne d'approvisionnement de drogue de la Colombie (fabrication artisanale à base de feuille de coca) jusqu'au Canada qui est interrompue; le big boss envoie 2 hommes enquêter qui ont pour mission de la remettre en service. La DEA enquête en parallèle sur une drogue coupée qui génère plusieurs décès par overdose.
Ce n'est pas vraiment un film d'action, mais le film se fait "documentaire" en montrant le prix du kilo à chaque étape (ça commence à 1400 pour finir à 34.000 dollars). Toutefois, quelques incohérences en grèvent la qualité globale.
Des idées pour COPS, voire Cyberpunk en tout cas.
CasusNo: pour réinventer l'eau chaude en s'échauffant les esprits dont pas grand monde ne présente le moindre trait et où les charognards peuvent s'exercer librement. Un peu comme les dégénérés de l'opale qui se complaisent à comparer le poids de leurs étrons.

Avatar de l’utilisateur
Vorghyrn
Dieu des gargarismes
Messages : 6179
Inscription : jeu. févr. 03, 2011 12:00 pm
Localisation : Le Cap (Afrique du Sud)
Contact :

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Vorghyrn »

vu Gone Girl. Ouaip... :neutral:

Globalement le film est passable. L'intrigue aurait pu être très intéressante mais il y a trois éléments qui ont refroidi mon intérêt

1/ des longueurs, pas grave mais ça atténus le suspens
Spoiler:
les scènes où Amy habite un mobile home en Louisiane. Tout ça pour qu'elle se fasse piquer son argent

2/ beaucoup plus grave: des incohérences. C'est sencé être un triller bordel ! l'intrigue aurait dû être parfaite. Ou alors tellement haletante (cf 1/) qu'on passe sur les incohérences. Entre autre
Spoiler:
La deuxième manipulation d'Amy avec son riche ex. Autant je veux bien croire qu'elle avait tout prévu pour la première, autant là c'est improvisé et grossier. Elle a tué quelqu'un ! c'est impensable qu'il n'y ait pas une enquête à minima, d'autant que l'inspectrice du Missouri a la puce à l'oreille. Entre autre l'ex avait probablement un emplois du temps le jour où il est sencé avoir kidnappé Amy, ça serait quand même incroyable que ce même jour il ait été seul et sans témoins pendant tout le temps nécessaire à faire la Lousianne-le Missouri (2h de route d'après le film), kidnapé Amy et revenir. Et pareil pour les caméra dans la maison, avant qu'Amy arrive dans la maison, soit quelque chose comme 10 jours après son supposé enlèvement

3/ la montagne accouche d'une sourie. Sérieusement, la fin ? tout ça pour ça ?

bonus : j'entend bien qu'il faut racoller les gens, mais je trouve toutes ces scènes de sexe bien inutile... Certaines servent éventuellement un peu l'histoire, mais la plupart sont juste là pour rendre la bande annonce aguicheuse, non ?
Mes CR solos en cours :

Avatar de l’utilisateur
Mugen
Dieu des bottes de cuir
Messages : 10049
Inscription : mer. mai 17, 2006 11:34 am

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Mugen »

Vorghyrn a écrit :
ven. janv. 10, 2020 7:42 am
vu Gone Girl. Ouaip... :neutral:

J'avoue avoir été très étonné des retours très positifs qu'avait connu le film à sa sortie.
Sois satisfait des fruit, des fleurs et même des feuilles,
Si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles.
Ne pas monter bien haut peut-être, mais tout seul.

Avatar de l’utilisateur
Mugen
Dieu des bottes de cuir
Messages : 10049
Inscription : mer. mai 17, 2006 11:34 am

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Mugen »

Vu les Enfants du Temps, Séjour dans les monts Fuchun et 1917.

Le premier est aussi beau plastiquement que l'on peu s'attendre d'un Makoto Shinkai. Le scénario est gentillet...
Sinon, "Temps" ici est à prendre au sens "météo" du titre, et c'est une traduction littérale du titre nippon. À ceci près que l'on ne voit dans le film qu'un seul "enfant du temps"...

Le second est la chronique d'une famille chinoise, entre la grand-mère dont la santé se dégrade, ses 4 fils aux parcours très différents, et la fille de l'un d'eux.
C'est aussi de façon assez évidente le récit de la Chine en plein changement, vu du point de vue d'une petite ville de campagne.
C'est aussi le nom d'une oeuvre du 14e siècle, que l'on voit d'ailleurs dans le film et je ne le sais que parce que j'ai googlisé le titre du film.

Le dernier est un film choc, composé en longs plans-séquence. Car, non, il n'y en a pas qu'un seul.
J'ai souvent été pris aux tripes par le film.
Sois satisfait des fruit, des fleurs et même des feuilles,
Si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles.
Ne pas monter bien haut peut-être, mais tout seul.

Avatar de l’utilisateur
rogre
RDieu
Messages : 4179
Inscription : jeu. déc. 06, 2007 12:53 pm
Localisation : Lyon 6è

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par rogre »

Vu The Lighthouse, classé (par Wikipedia) comme "film d'horreur" américano-canadien réalisé par Robert Eggers (et son frère Max) - celui qui avait fait The Witch.

C'est le second film de phare que je vois en quelques mois, avec les mêmes ingrédients: au temps jadis (fin XIXè-1914), un ilôt, deux types (un jeune, un vieux), un phare dont ils sont les gardiens, le temps qui dégénère, pas mal d'eau-de-vie, des mouettes irritantes, une présence étrange, des hallucinations (ou pas!), un final apocalyptique, au total une ambiance un peu Lovecraft délibérément, et pas mal Melville/Edgar Poe pour le second.

Cold Skin de Xavier Gens (2017) était déjà pas mal, un peu long, plutôt série B, avec un assez bon sens de l'espace.

The LIgthouse est arty, en noir et blanc super-léché, format carré (le début, surtout, pastiche le style des films muets - la suite du film évolue plus vers le huis-clos style années 50), excellente bande-son à base de bruits de vagues et de cornes de brume. Deux acteurs que normalement je n'aime pas trop, mais que je voulais voir ensemble, et il faut reconnaître que l'effet de casting est réussi, leurs deux énormes cabotinages se cumulant de manière finalement agréable (et ils donnent bien de leur personne): Willem Defoe et Robert Pattinson. Le film est plein d'ambiance, cracra (avec un grand soin dans le sale, l'abject, le mouillé, etc…), intriguant, finalement plutôt "confortable" (au sens qu'on finit par s'y trouver bien, avec ces deux dingos dans leur phare: et dans ma salle, ils avaient mis de la clim en janvier, et il y faisait froid et humide! Parfait!) - ce n'est pas tout à fait du Kubrick ou du Lynch, mais c'est réussi, et cohérent. La petite surprise de tonalité étant que c'est aussi…
Spoiler:
…comique, au sens grotesque, humour noir et potache comme parfois chez Poe, ou crétin à la Beckett - et que le film retourne contre son spectateur ses propres attentes
 
"La description d'un Casusien moyen: un expert en tout, une incapacité à communiquer, la légèreté d'un tractopelle et l'empathie d'une brique." :P (glamourous.sam)

Avatar de l’utilisateur
Vorghyrn
Dieu des gargarismes
Messages : 6179
Inscription : jeu. févr. 03, 2011 12:00 pm
Localisation : Le Cap (Afrique du Sud)
Contact :

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Vorghyrn »

Body of lies : un bon film d'espionnage avec Léonardo di Caprio. On n'est pas dans Jason Bourne, plutôt un truc proche de Homeland. J'ai globalement bien aimé l'histoire et le cadre, par contre, je suis un peu sceptique sur la fin
Spoiler:
l'agent de la CIA qui tourne dans le milieu depuis longtemps, même si on voit qu'il n'est pas aussi cynique que son "boss", j'ai du mal à imaginer qu'il va se faire "échanger" contre une femme qu'il a commencé à courtiser il y a un mois. En tout cas, à se livrer sans que ça ne rapporte rien à la CIA, vu qu'il sait ce qui l'attend

Le Caire confidentiel. Je ne sais pas pourquoi, j'attendais un film d'espionnage "réaliste" et en fait c'est plutôt un polar noir égyptien. Une histoire de flics corrompu qui se retrouve embarqué dans une enquête vraiment pas claire. Avec un peu de technologie, ça aurait pu être du cyberpunk.

J'avoue que mes impressions sur le film ont pas mal évolué au cours du visionnage. J'avais beaucoup d'attentes, à cause des critiques que j'ai lu à sa sortie, j'ai commencé par être déçu, puis je me suis mis à apprécié le cadre (surtout en mettant le film en arabe sous-titré français, ne le regardez surtout pas en français, c'est atroce !), mais tout en restant un peu déçu.
Bref, ce n'est pas un mauvais film mais je trouve qu'il lui manque quelque chose pour un faire un bon film.
Mes CR solos en cours :

Avatar de l’utilisateur
Cédric Ferrand
Dieu des athées non-pratiquants
Messages : 8549
Inscription : mer. févr. 23, 2005 3:11 pm
Localisation : Montréal
Contact :

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Cédric Ferrand »

On voulait tout casser

Image

J'aime bien les films de copains, alors un film de potes avec Kad, Magimel, Berling et Moscato, c'était alléchant.
Mais le festival des clichés, tout est hyper téléphoné.
Le temps qui passe est assassin. La nostalgie fait mal. La maladie est une chienne. Les copains c'est pour la vie. Un petit coup de violon par ci, une blague par là.
Bon, après, c'est un genre hyper balisé, mais là c'est vraiment une recette éculée et mal exécutée.

Avatar de l’utilisateur
Paiji
Dieu du liberal réalisme
Messages : 8141
Inscription : mer. janv. 19, 2005 5:20 pm
Localisation : Nantes

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Paiji »

En accompagnant mes ados voir le dernier Star Wars, j'ai vu la bande annonce de 1917 !
https://www.youtube.com/watch?v=AzWSHM9rYCo
Ça a l'air drôlement bien ... pourquoi ne sommes nous pas capable de faire ce genre de films en France, plutôt que des pseudos comédies sur des quarantenaires qui se regardent le nombril ?
King Kirby Zavatta Team

Avatar de l’utilisateur
nonolimitus
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 2136
Inscription : mer. oct. 25, 2006 9:20 pm
Localisation : la Côte de Jade
Contact :

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par nonolimitus »

Paiji a écrit :
lun. janv. 13, 2020 3:30 pm
En accompagnant mes ados voir le dernier Star Wars, j'ai vu la bande annonce de 1917 !
https://www.youtube.com/watch?v=AzWSHM9rYCo
Ça a l'air drôlement bien ... pourquoi ne sommes nous pas capable de faire ce genre de films en France, plutôt que des pseudos comédies sur des quarantenaires qui se regardent le nombril ?

Pas d'effets spéciaux, pas de grosses scènes de batailles, pas de figurants... Juste quelques acteurs qui cabotinnent dans un décor minimaliste et quelques répliques rigolottes, et hop !!!
Nonolimitus
le MJ avec du gobelin dedans !!!
"Fort heureusement, un peu de séchage et une carotte lui ont remis les idées en place." Poulpivre

Avatar de l’utilisateur
Mugen
Dieu des bottes de cuir
Messages : 10049
Inscription : mer. mai 17, 2006 11:34 am

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Mugen »

Paiji a écrit :
lun. janv. 13, 2020 3:30 pm
En accompagnant mes ados voir le dernier Star Wars, j'ai vu la bande annonce de 1917 !
https://www.youtube.com/watch?v=AzWSHM9rYCo
Ça a l'air drôlement bien ... pourquoi ne sommes nous pas capable de faire ce genre de films en France, plutôt que des pseudos comédies sur des quarantenaires qui se regardent le nombril ?

Bah, il y a quand même eu Au Revoir Là Haut il n'y a pas si longtemps.
Sois satisfait des fruit, des fleurs et même des feuilles,
Si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles.
Ne pas monter bien haut peut-être, mais tout seul.

Avatar de l’utilisateur
Guts of Darkness
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 2266
Inscription : jeu. janv. 19, 2017 12:47 am

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Guts of Darkness »

nonolimitus a écrit :
lun. janv. 13, 2020 4:17 pm
Paiji a écrit :
lun. janv. 13, 2020 3:30 pm
En accompagnant mes ados voir le dernier Star Wars, j'ai vu la bande annonce de 1917 !
https://www.youtube.com/watch?v=AzWSHM9rYCo
Ça a l'air drôlement bien ... pourquoi ne sommes nous pas capable de faire ce genre de films en France, plutôt que des pseudos comédies sur des quarantenaires qui se regardent le nombril ?
Pas d'effets spéciaux, pas de grosses scènes de batailles, pas de figurants... Juste quelques acteurs qui cabotinnent dans un décor minimaliste et quelques répliques rigolottes, et hop !!!
Peut-être que les budgets ne sont pas les mêmes et que les distributeurs sont plus frileux.
Même s'il y a eu quelques films de guerre et d'action/guerre (Algérie, Afghanistan), le dernier grand film de guerre français est Dien Bien Phu de Schoendoerffer mais il remonte déjà à l'avant-millénaire. Il avait d'ailleurs tourné au Vietnam et les figurants ennemis était l'armée du Vietnam elle-même qui a sans doute moins demandé que Tom Hanks.
CasusNo: pour réinventer l'eau chaude en s'échauffant les esprits dont pas grand monde ne présente le moindre trait et où les charognards peuvent s'exercer librement. Un peu comme les dégénérés de l'opale qui se complaisent à comparer le poids de leurs étrons.

Répondre