Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Ciné, télé, zik et bla bla persos (trolls, floodeurs et baskets interdits)
Avatar de l’utilisateur
Guts of Darkness
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 2266
Inscription : jeu. janv. 19, 2017 12:47 am

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Guts of Darkness »

Ganelon a écrit :
dim. févr. 23, 2020 10:04 pm
J'avais lu la nouvelle de Gogol, "Viy", qui est terrifiante.
Je me demande si ce conte n'a pas inspiré Bram Stoker.
Un autre film russe paru en 2014, intitulé la Légende de Viy, est plus proche que la trilogie que je regarde actuellement. Aucun des films ne peut être qualifié d'horreur, c'est plutôt du niveau du Labyrinthe de Pan. Mais les décors et l'ambiance sont toujours très soignés.
CasusNo: pour réinventer l'eau chaude en s'échauffant les esprits dont pas grand monde ne présente le moindre trait et où les charognards peuvent s'exercer librement. Un peu comme les dégénérés de l'opale qui se complaisent à comparer le poids de leurs étrons.

Avatar de l’utilisateur
Cédric Ferrand
Dieu des athées non-pratiquants
Messages : 7995
Inscription : mer. févr. 23, 2005 3:11 pm
Localisation : Montréal
Contact :

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Cédric Ferrand »

Image

Mafia Inc
C'est un film québécois inspiré par un livre que j'avais chroniqué sur Hu-Mu. Le livre racontait l'histoire de la mafia québécoise d'un point de vue journalistique, mais évidemment le film en fait une fiction. Pour éviter de nommer directement le clan Rizzuto, le récit invente une famille Paternò, dont on suit les hauts et les bas pendant les années 90 tandis que le parrain de Montréal essaye de légaliser ses affaires en investissant massivement dans la construction d'un pont reliant la Sicile au continent. Mais on suit en parallèle Vince Gamache, le fils d'un tailleur qui grimpe les échelons mafieux.
C'est une grande fresque mafieuse à la Scorcese, mais avec un budget québécois. Ici, quand on fait un flashback, on ne rajeunit pas numériquement l'acteur, on lui teint les cheveux et on évite de faire des gros plans pour ne pas montrer ses rides.
C'est cru, c'est réaliste, ce sont des histoires avérées. On est pas dans le fantasme, c'est le réel montréalais.
Le réalisateur (Podz) a fait un boulot de dingue pour rendre le film magnifique. Il a pris des acteurs de grands talents (Marc-André Grondin, mais surtout Sergio Castellitto pour incarner le parrain) pour raconter cette histoire, c'est vraiment du bel ouvrage à tout point de vue.

L'autre truc, c'est que les dialogues zappent souvent du québécois, à l'italien puis à l'anglais. Ça ancre vraiment le récit dans le quotidien linguistique de Montréal, mais j'espère que cette spécificité ne va pas empêcher le film de voyager jusqu'en France car c'est un grand film.

Avatar de l’utilisateur
Silenttimo
Dieu bavard du muet
Messages : 8070
Inscription : mar. févr. 13, 2007 3:39 pm
Localisation : Hauts-de-Seine sud (92)

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Silenttimo »

 
Sammael99 a écrit :
mar. févr. 25, 2020 7:31 am
Silenttimo a écrit :
lun. févr. 24, 2020 9:30 pm

Une thématique quadruple, d'une certaine manière :
- la place des afro-américains ;
- la place des femmes en sciences, et en général ;
- le contexte de guerre froide ;
- la course à l'espace dans ce contexte spécifique.

Les scénaristes ont un peu arrangé la chronologie et la relation entre les trois principales protagonistes pour qu'elles se connaissent et entreprennent leurs principales actions sur un laps de temps à peu près identique, mais l'essentiel y est, et la vérité n'en sort pas altérée au point d'y voir là une hagiographie ronflante.
Et c'est vraiment enthousiasmant, avec de l'humour, une reconstitution plutôt soignée, et un excellent casting.
Bref, ma femme m'y avait traîné, j'ai adoré.
Nous l'avons revu (en VF, malheureusement, pour que ma fille le voit aussi ; elle avait environ 8 ans 1/2 à ce moment là) en famille, et hors le fait qu'il faut expliquer un peu le contexte, c'est un super film aussi dès 8-9 ans.

J'ai adoré ce film, mais je ne te rejoins pas à 100% sur la réécriture. Il y a une scène qui a été ajoutée et qui me choque profondément.

Spoiler:
C'est la scène ou le boss (blanc) fait un scandale parce que les mathématiciennes (noires) n'ont pas accès aux toilettes et doivent traverser le campus à chaque fois qu'elles ont besoin d'aller aux toilettes. Voir ici : https://www.vice.com/en_ca/article/d3xm ... have-to-be

Bref, les scénaristes n'ont pas résisté à l'idée d'ajouter un chevalier blanc (à tous les sens du terme) là où la véritable histoire est encore plus poignante.

Je comprends ton point de vue, le lien est éclairant sur "l'adoucissement" de la réalité qui passe par un whitewashing de bon aloi.

Mais s'agissant de réécriture, je pensais surtout à certains points sur lesquels la narration s'appuie, notamment la forte amitié entre les 3 femmes, alors qu'en réalité, elles se connaissaient certainement sans que la relation soit aussi forte.

Je pensais également à :
Spoiler:
la séquence au tribunal au cours de laquelle la future ingénieure se voie accorder la possibilité d'étudier en cours du soir à l'université.
Il semble qu'en réalité, elle avait déjà décroché son diplôme à la date à laquelle la narration du film est censée se dérouler.
(de mémoire, elle est diplômée en 1958 ou 1959)
"Les Balkany font plus de caméos dans les scandales financiers que Stan Lee dans les films Marvel" (Blackjack)

Fan de ciné muet et US :
- Lubitsch : "Je fais appel à l'intelligence du spectateur !"
- Avatar : "l'homme qui rit" de P. Leni (1928)

Avatar de l’utilisateur
Sammael99
Dieu des babines ruinées
Messages : 11424
Inscription : mer. sept. 15, 2004 11:43 pm
Localisation : Hong Kong, Chine

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Sammael99 »

Cédric Ferrand a écrit :
lun. févr. 24, 2020 2:51 pm
Image

Mafia Inc
C'est un film québécois inspiré par un livre que j'avais chroniqué sur Hu-Mu. Le livre racontait l'histoire de la mafia québécoise d'un point de vue journalistique, mais évidemment le film en fait une fiction. Pour éviter de nommer directement le clan Rizzuto, le récit invente une famille Paternò, dont on suit les hauts et les bas pendant les années 90 tandis que le parrain de Montréal essaye de légaliser ses affaires en investissant massivement dans la construction d'un pont reliant la Sicile au continent. Mais on suit en parallèle Vince Gamache, le fils d'un tailleur qui grimpe les échelons mafieux.
C'est une grande fresque mafieuse à la Scorcese, mais avec un budget québécois. Ici, quand on fait un flashback, on ne rajeunit pas numériquement l'acteur, on lui teint les cheveux et on évite de faire des gros plans pour ne pas montrer ses rides.
C'est cru, c'est réaliste, ce sont des histoires avérées. On est pas dans le fantasme, c'est le réel montréalais.
Le réalisateur (Podz) a fait un boulot de dingue pour rendre le film magnifique. Il a pris des acteurs de grands talents (Marc-André Grondin, mais surtout Sergio Castellitto pour incarner le parrain) pour raconter cette histoire, c'est vraiment du bel ouvrage à tout point de vue.

L'autre truc, c'est que les dialogues zappent souvent du québécois, à l'italien puis à l'anglais. Ça ancre vraiment le récit dans le quotidien linguistique de Montréal, mais j'espère que cette spécificité ne va pas empêcher le film de voyager jusqu'en France car c'est un grand film.
C'est de ce film que vient le fameux extrait sur le "crisser" ?
 
Mozart n'a pas écrit que le Boléro de Ravel. Mais aussi plein d'autres trucs beaucoup moins connus (comme le canon de Pachelbel). - Le Grümph

Avatar de l’utilisateur
Cédric Ferrand
Dieu des athées non-pratiquants
Messages : 7995
Inscription : mer. févr. 23, 2005 3:11 pm
Localisation : Montréal
Contact :

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Cédric Ferrand »

Sammael99 a écrit :
mar. févr. 25, 2020 12:46 pm
C'est de ce film que vient le fameux extrait sur le "crisser" ?

Non, ça c'est Bon cop, bad cop, un buddy cop movie.
Dans Mafia Inc, il y a 2 ou 3 scènes qui font sourire, mais tu te sens un peu merdeux de rire à cette horreur.

Avatar de l’utilisateur
rogre
RDieu
Messages : 4030
Inscription : jeu. déc. 06, 2007 12:53 pm
Localisation : Lyon 6è

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par rogre »

Je suis heureux, parce que je sais que j'ai encore des films de Jean Rollin à (re)découvrir.
je viens de voir "Les Démoniaques" (1974) - en fait de revoir, car je l'avais vu il y a 30 ans. Mais  j'avais longtemps été dissuadé de le revoir, parce que j'en avais un mauvais souvenir, et que le titre est pourri. J'ai eu l'occasion de le revisionner: c'est merveilleux. Si on aime les films de Jean Rollin, qui impliquent toujours (ceux qui me connaissent savent que je suis exigeant sur tous ces points): des ruines, des femmes nues, des cimetières, du gore, des clowns - mais cette fois, point de vampires, pour une fois, juste Satan et des pirates. De plus: découverte quasi-alchimiste, cela a été filmé, par pure coïncidence (?!), sur les lieux mêmes où j'ai passé mes vacances d'été!
"La description d'un Casusien moyen: un expert en tout, une incapacité à communiquer, la légèreté d'un tractopelle et l'empathie d'une brique." :P (glamourous.sam)

Avatar de l’utilisateur
Kardwill
Dieu des strates galactiques
Messages : 6868
Inscription : mar. déc. 11, 2007 3:19 pm

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Kardwill »

Mugen a écrit :
dim. févr. 23, 2020 10:43 am
@Cédric Ferrand Mais c'est toujours mieux que "Hallam Foe", traduit en VF par "My name is Hallam Foe". Oo

Ou "Hangover" (gueule de bois) traduit magiquement en "Very Bad Trip" (Ce qui n'est pas du tout une façon d'essayer de faire croire à une suite de "Very Bad Things" alors que les films n'ont rien à voir à part le pitch "un enterrement de vie de garçon qui tourne mal". Ne soyez pas mauvaise langue!)
MJ actuellement sur : Dresden Files (Fate), Star Trek (Fate), Ravenloft (D&D)

Avatar de l’utilisateur
Dannemoge
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 1879
Inscription : jeu. juil. 25, 2013 2:36 pm
Localisation : Rennes
Contact :

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Dannemoge »

Sur le fil Super-Héros j'avais posé des questions sur Birds of Prey et je tenais à remercier Krieghund.

Dannemoge a écrit :
mer. févr. 26, 2020 10:14 am
Krieghund a écrit :
mer. févr. 26, 2020 10:07 am
Perso, j'ai bien aimé. Et je serai bien retourné le voir une deuxieme fois, car j'ai vraiment passé un bon moment. Margot Robbie est une excellente Harley Quinn. On peut aller le voir sans avoir vu Suicide Squad, ou les films DC, car il n'y a aucune référence réelle. Suffit juste de savoir que Harley est la copine du Joker, c'est tout. Après, il y a bien des références au personnage du comics, mais c'est pas grave de les louper (je pense à Bernie la marmotte empaillée)

Ok, merci :yes:

Krieghund a écrit :
mer. févr. 26, 2020 10:07 am
Film violent et sanglant, vraiment j'ai eu mal pour certains personnages à certains moments.
Film avec un humour décalé à la Deadpool, et pas un humour gentil a la Marvel
Film parfois un peu glauque dans certaines scène.

Elle a bien aimé Deadpool 1 et 2, alors sur un malentendu... Mais merci pour l'avertissement, je n'avais pas vu que c'était interdit aux -12 ans.

Mme Dannemoge et moi avons vu Birds of Prey et c'était fun :yes:

Ensuite on s'est regardés Joker, que je n'avais pas encore vu et qui est très bien. Heureusement qu'on l'a vu dans cet ordre. Parce que Margot Robbie elle est mignonne mais en terme d'interprétation de la folie elle n'a pas joué dans la même cour que Joaquin Phoenix. Elle m'a semblé surjouer par moments. Et puis les personnages n'ont pas la même profondeur dans les 2 films...

Spoiler:
Harley Quinn est une gentille héroïne un peu fofolle, qui ne tue aucun innocent, là où l'autre est réellement fou et criminel.

Avatar de l’utilisateur
Khentar
Dieu des charrettes divines
Messages : 3990
Inscription : mar. oct. 28, 2008 5:31 pm
Localisation : Paris XV

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Khentar »

Je sors de Dark Waters avec Mark Ruffalo. L'histoire (vraie) d'un avocat qui va intenter un procès contre une Mégacorpo dont les relations publiques sont à l'inverse de ses pratiques réelles.

Baaah, c'est flippant. Horrible.

A part ça, c'est bien joué, bien tourné et les derniers commentaires mettent bien froid dans le dos. Il y a des lenteurs mais ça participe pleinement à l'ambiance du film. Perso, je recommande.

K.

Avatar de l’utilisateur
Guts of Darkness
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 2266
Inscription : jeu. janv. 19, 2017 12:47 am

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Guts of Darkness »

The Sonata est l'un des derniers film qu'a tourné Rutger Hauer (il y a aussi Simon Abkarian). Le genre est occulte et en bon amateur de Lovecraft que je suis m'a fait penser à la musique d'Erich Zann.
Le pitch: un compositeur de génie mais raté lègue à sa fille violoniste qu'il a abandonnée une sonate pour violon.
Un film d'ambiance et de mystère, mais à la fin décevante.
CasusNo: pour réinventer l'eau chaude en s'échauffant les esprits dont pas grand monde ne présente le moindre trait et où les charognards peuvent s'exercer librement. Un peu comme les dégénérés de l'opale qui se complaisent à comparer le poids de leurs étrons.

Avatar de l’utilisateur
Cédric Ferrand
Dieu des athées non-pratiquants
Messages : 7995
Inscription : mer. févr. 23, 2005 3:11 pm
Localisation : Montréal
Contact :

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Cédric Ferrand »

J'avais entendu des horreurs sur la dernière mouture de Charlie's Angels, mais je l'ai trouvé très correct.
Bon, l'intrigue d'espionnage est coconne comme bien souvent dans ce genre de production, avec un McGuffin, des fausses pistes, des twists et tout le tralala, mais le sous-texte féministe est vraiment agréable.
Les Anges sont cools, c'est du chouette empowerment hollywoodien. Y'a pas plus rôliste que cette agence angélique où l'on botte le cul de méchants capitalistes ou de gros mecs tatoués hyper mascu.

Avatar de l’utilisateur
Gridal
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 1998
Inscription : jeu. août 17, 2006 8:13 pm

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Gridal »

Cédric Ferrand a écrit :
dim. mars 01, 2020 3:12 pm
la dernière mouture de Charlie's Angels

Il y a des liens et des références aux deux films de McG, ou bien c'est un "reboot" de la franchise ?

Avatar de l’utilisateur
Cédric Ferrand
Dieu des athées non-pratiquants
Messages : 7995
Inscription : mer. févr. 23, 2005 3:11 pm
Localisation : Montréal
Contact :

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Cédric Ferrand »

Gridal a écrit :
dim. mars 01, 2020 4:18 pm
Il y a des liens et des références aux deux films de McG, ou bien c'est un "reboot" de la franchise ?

Il y a de multiples clins d'oeil à la série et aux films, mais pas besoin de connaître l'ensemble pour apprécier le film.
Mais c'est vraiment une suite, même si on repart bien évidemment sur une nouvelle génération d'anges.
Enfin, on repartait, car le film s'est fait descendre (alors qu'il vaut bien un Fast & Furious).

Avatar de l’utilisateur
Gridal
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 1998
Inscription : jeu. août 17, 2006 8:13 pm

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Gridal »

Merci pour ta réponse. J'aime beaucoup le premier film de 2000, c'est un très bon film d'action post Matrix, bien shooté, drôle et carrément original. Et une vraie partie de jeu de rôle d'action en live, du Feng Shui aux États-unis dans la jonction contemporaine. le second est moins bien, un peu trop bordélique, même s'il lance quelques idées bien trouvées, comme les différentes générations d'Anges.
Il faudra que je jette un œil sur la version 2019 à l'occasion.

Avatar de l’utilisateur
Guts of Darkness
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 2266
Inscription : jeu. janv. 19, 2017 12:47 am

Re: Film : Les Blockbusters qui (dé)tonnent

Message par Guts of Darkness »

Leaving Afghanistan est un film de guerre russe inspiré de faits réels.
Alors que la guerre touche à sa fin et que les troupes russes doivent quitter l'Afghanistan, un pilote est abattu dans les montagnes (par un Stinger). C'est le fils du général commandant la 108ème division mécanisé. Le retrait de la division est donc retardé et le colonel local du KGB a pour mission de le récupérer sain et sauf. S'ensuivent des négociations avec les diverses factions locales adverses (pachtounes et tadjik) qui cherchent toutes à récupérer des bénéfices, y compris celle qui le détient prisonnier et compte bien le rançonner. 

C'est globalement un très bon film pas tellement à la gloire de l'armée rouge, mais assez réaliste (pas différent de ce que font généralement les troupes d'occupation face à des paysans désemparés) et fidèlement reproduit (villages, décors, matériel, émissaire politique afghan auprès de la division qui est plutôt pour la solution brutale, unités spetsnaz qui se servent chez les troufions, etc.).
CasusNo: pour réinventer l'eau chaude en s'échauffant les esprits dont pas grand monde ne présente le moindre trait et où les charognards peuvent s'exercer librement. Un peu comme les dégénérés de l'opale qui se complaisent à comparer le poids de leurs étrons.

Répondre