Séries : Bébé Yoda contre l'OPA

Ciné, télé, zik et bla bla persos (trolls, floodeurs et baskets interdits)
Rosco
Dieu d'après le panthéon
Messages : 3110
Inscription : dim. avr. 30, 2017 10:23 am

Re: Séries : Bébé Yoda contre l'OPA

Message par Rosco »

@vivien
On est d accord, en revanche je l a trouve meilleurs dans la serie que dans deadpool
Avatar de l’utilisateur
Kardwill
Dieu des strates galactiques
Messages : 8114
Inscription : mar. déc. 11, 2007 3:19 pm

Re: Séries : Bébé Yoda contre l'OPA

Message par Kardwill »

vivien a écrit : sam. mai 22, 2021 8:10 pm Comme il n'y a plus d'empire, pour moi tout ceux qui portent le costume de stormtrooper sont des ex impériaux. Ca me paraît étonnant qu'ils restent dans cet uniforme alors que ça les désigne directement comme des ennemis.
L'Empereur est mort et l'Empire est brisé en tant qu'entité politique, mais les forces impériales ont encore visiblement des vaisseaux, des repaires et des bases dans la bordure extérieure, loin des zones contrôlées par la NR, de nombreuses années après Endor. Je n'ai aucun mal à imaginer que ces joyeux bouchers génocidaires fanatisés aient eu du mal à revenir à la vie civile, et aient refusé de déposer les armes. Donc ils continuent à jouer aux petits soldats parce qu'ils ne savent rien faire d'autre, qu'ils n'ont nulle part où aller, et qu'ils cherchent la sécurité dans le nombre et en se taillant des territoires dans la bordure extérieure, où la NR n'a pas de prise. Comme les gros bras d'un dictateur déposé qui continuent à jouer les caïds en uniforme dans les villages de montagne en rêvant à leur "grand retour".
Pour eux, il y a encore un empire, ou du moins c'est ce qu'ils pensaient au début, quand ils ont refusé de capituler. Et après quelques années, quand il est devenu évident que l'Empire ne se relèverait pas, et que les plus gros seigneurs de guerre ont été nettoyés par la République ou par les luttes internes, il était trop tard pour faire machine arrière. Pour moi, ça explique le cynisme désabusé des premiers ST que l'on voit : Ils savent qu'ils se sont foirés et que leur glorieux Empire invincible n'est plus qu'une bande de maraudeurs glorifiés, mais ils ne peuvent rien faire d'autre.

Des armées gouvernementales vaincues qui deviennent des seigneurs de guerre rebelles et se taillent des bastions dans l'arrière pays en s'opposant au pouvoir en place, c'est des trucs qui se sont vus chez nous. Alors dans une Galaxie Très Lointaine...

L'Empire était une machine de guerre gigantesque, basant son pouvoir sur la terreur, et se reposant sur des satrapes locaux (gouverneurs tyranniques, Moffs ambitieux et amiraux impitoyables). Que tout l'Empire ait déposé les armes proprement après la bataille d'Endor semble improbable, surtout quand les dignitaires savaient qu'une reddition leur vaudrait un procès public pour leurs crimes variés, et qu'un Moff avec une poignée de destroyers pouvait soumettre quelques systèmes et devenir le roi de son propre mini-empire, légitimé par le fait qu'il "fait régner l'ordre légitime". La mort de l'Empire a du durer de longues années, avec des états successeurs et des flottes renégates à mater. Ce qui explique que les Républicains que l'on voit sont souvent blasés et fatigués.
 
vivien a écrit : sam. mai 22, 2021 8:10 pm Pour le fait de ne pas s'en remettre à la nouvelle république, autant je suis d'accord avec ton analyse sur mando, autant pour l'ex soldate, ça me paraît incohérent.

Pourquoi aurait-elle remis le gamin aux autorités? Ce n'est pas le sien (c'est Mando qui en est responsable), et elle n'a aucune raison de croire que la NR saurait mieux s'en occuper. Et en tant que commando, elle sait mieux que personne que la République peut commettre des saloperies au nom du bien commun, donc attirer son attention sur le gamin ne garantit pas que les républicains feront passer les intérêts du petit en priorité.
 
MJ actuellement sur : Dresden Files (Fate), Star Trek (Fate), Ravenloft (D&D)
Avatar de l’utilisateur
vivien
Messie
Messages : 1076
Inscription : mer. avr. 19, 2006 1:24 pm
Localisation : Alès

Re: Séries : Bébé Yoda contre l'OPA

Message par vivien »

C'est bon je me rends tu m'as convaincu :pri
ok on a rien a se dire, mais on a tout le temps de trouver!
Avatar de l’utilisateur
Humphrey B
Dieu des physiciens wargamers
Messages : 5111
Inscription : sam. avr. 03, 2010 7:35 pm
Localisation : Troyes
Contact :

Re: Séries : Bébé Yoda contre l'OPA

Message par Humphrey B »

Je viens de terminer le visionnage de la mini-série néo-zélandaise The Luminaries, une sorte de drame choral sur fond de ruée vers l'or dans la Nouvelle-Zélande des années 1860.

Version courte : ce n'est pas complètement satisfaisant, mais c'est tout à fait regardable. Le contexte est intéressant. Il y a de beaux costumes et de beaux paysages. Et Eva Green.

The Luminaries est l'adaptation télévisuelle du roman éponyme d'Eleanor Catton. Non traduit en français, cet ouvrage a reçu un prix littéraire prestigieux (le Booker prize) et c'est un gros volume de 800 pages, dont l'adaptation en 6h de film n'a pas dû être aisée. Dans la série, on suit en parallèle l'arrivée en Nouvelle-Zélande d'un jeune femme, Anna, et son destin un an plus tard alors qu'elle est devenue une prostituée et qu'elle est accusée d'un meurtre. Autour d'elle, il y a une bonne dizaine de personnages : Emery (un jeune homme avec qui Anne se lie sur le bateau), une femme manipulatrice, son mari et son amant, un maquereau, un enquêteur, un homme politique, un avocat et l'inévitable autochtone.

J'ai appris grâce à la série que la Nouvelle-Zélande des années 1860 était une sorte de far-west, la découverte d'or sur la côte ouest de l'île sud créant des villes champignons façon western. Ce contexte est vraiment intéressant et original, et la beauté des paysages néo-zélandais n'est pas pour rien dans le plaisir qu'on peut avoir à regarder la série. On n'échappera pas aux plans de femmes en robe longue sur des plages au sable sombre, façon La leçon de piano. La série a aussi une dimension fantastique assumée, mais pas complètement réussie à mon avis. L'intrigue est assez dense et repose sur la découverte de tous les liens entre les personnages. On devine que dans le roman, tous ces personnages ont droit à un traitement détaillé, mais malheureusement la série n'a pas le temps de s'attarder sur autant de personnages, alors elle se focalise sur le couple Anna et Emery avec en arrière plan le triangle amoureux autour du personnage d'Eva Green.

Tous ces personnages sont campés par une distribution très convaincante. Outre notre Eva Green nationale, et l'actrice irlandaise Ewe Hewson dans le rôle d'Anna, le reste du cast est 100% kiwi... On notera la présence de Marton Csokas (que j'ai trouvé très bon) et de Callan Mulvey, qui jouait les gros-pectoraux grecs dans 300.

Malgré ses qualités, à mon avis la série pèche à plusieurs niveaux. Tout d'abord, il y a la façon de raconter l'histoire sur deux temporalités différentes, ce qui brouille de façon artificielle l'intrigue et ajoute une inutile complexité. De ce que j'ai compris, le roman a une approche différente, choisissant de suivre un personnage découvrant l'histoire à la fin et cherchant à remonter les fils de l'intrigue (dans la série, ce personnage apparait finalement dans le dernier épisode). Cette approche aurait été, à mon avis, plus judicieuse, car elle aurait placé le spectateur dans la tête d'un personnage, là où le découpage en deux chronologies est complètement artificiel et relève du pur procédé narratif.

Ensuite, il y a un vrai problème dans l'intrigue elle-même. Dépouillée de son argent à son arrivée en Nouvelle-Zélande, Anna tombe dans les rets d'une certaine Lydia Wells. Ce personnage, incarné par une Eva Green rousse, tient un tripot doublé d'un salon de voyance. Lydia Wells est ainsi une sorte de mélange entre le patron du saloon dans la série Deadwood et la Vanessa Ives de Penny Dreadful. Et Eva Green a beau essayer de faire sa magie noire d'actrice pour rendre ce personnage crédible, en faisant ses regards mystérieux et en tenant sa cigarette de façon sophistiquée, ça ne marche pas très bien. La raison est qu'on ne comprend pas pourquoi Lydia Wells essaie de tromper Anna. On imagine une sorte de plan diabolique, mais non : le plan est conçu après. Arrivé au bout de la série, on ne comprend pas plus. D'ailleurs, le personnage d'Anna finit par poser directement la question à celui de Lydia : mais pourquoi avez-vous fait cela ? Lydia reste muette - pas facile d'expliquer de façon diégétique les incohérences de l'histoire. C'est dommage, car il y a dans la relation entre Lydia et son amour de toujours Francis quelque chose de très fort et de follement tragique - qui à mon avis est bien plus intéressant que l'amourette entre les deux jeunes premiers. Mais malheureusement, la réalisation n'accorde pas à Lydia l'attention que le personnage mérite, et les prestations d'Eva Green et de son partenaire Marton Csokas restent lettre morte.

J'ai aussi trouvé que le fantastique était un brin maladroit (pour ne pas dire un peu nunuche), même si l'intention est intéressante, et ai été un peu agacé par le personnage du Maori, qui forcément incarne une sorte de mysticisme éclairé face à la rapacité matérialiste des colons blancs. Mais ce ne sont pas de gros défauts.

Pour conclure, The Luminaries est une série originale, à la fois par son contexte et par l'histoire qu'elle raconte. Sa faiblesse, à mon avis, est de consacrer trop de temps dans la narration à essayer de brouiller les pistes narratives pour créer artificiellement du mystère, plutôt que de consacrer ce temps aux personnages. Et Eva Green est sous-utilisée. Mais si le contexte vous intrigue, ça vaut peut-être le coup d'y jeter un œil. La fin est assez belle, je trouve.
“Harry, I’m going to let you in on a little secret. Every day, once a day, give yourself a present. Don’t plan it. Don’t wait for it. Just let it happen. It could be a new shirt at the men’s store, a catnap in your office chair, or two cups of good, hot black coffee.” – Agent Dale Cooper
Avatar de l’utilisateur
chaosorcier
Dieu anti-Jamy
Messages : 3759
Inscription : mar. oct. 14, 2008 5:40 pm
Localisation : La Quatrième Dimension

Re: Séries : Bébé Yoda contre l'OPA

Message par chaosorcier »

Vu en désordre la seconde saison de Love, Death, +Robots et c'est pour moi une des séries qui me font apprécier d'avoir accès à Netflix même si je ne regarde que 10% des exclusivités de la plateforme.

Seconde saison hélas un peu courte, la première saison proposait une selection plus éclectique et un poil plus d'audace dans ses histoires à mon goût. Toute la sélection d'adaptations ou de créations n'était pas égale dans l'autre saison mais cela se contrebalançait. Pour cette saison, aucune
histoire ennuyeuse mais la première saison m'avait plus marquée sur certains épisodes qu'ici.

Cela reste très agréable et fait découvrir ou redécouvrir des auteurs et des nouvelles de fiction.
Ninjak: "Why is it whenever i employ a stratagem, the idiot i use it against labels me a coward ?"

X-O Manowar 7# (2012)
Avatar de l’utilisateur
Tosheros
Dieu parce pourquoi pas ?
Messages : 2116
Inscription : jeu. août 14, 2008 4:53 pm
Localisation : Brüsel

Re: Séries : Bébé Yoda contre l'OPA

Message par Tosheros »

Indeed, je me suis refait la saison précédente avant de voir les nouveaux courts métrages ici et clairement c'est en deça. Ils ne sont pas mauvais, mais juste que tu en as aucun qui ne fait l'effet des épisodes les plus forts de la saison 1. Ici tout est convenu et le plus original (le géant) est en fait assez plat... 😅
Dans le cyberespace, personne ne vous entend URLer
Avatar de l’utilisateur
Loludian
Dieu pour tous
Messages : 6528
Inscription : sam. oct. 21, 2006 11:05 pm
Localisation : Toulouse
Contact :

Re: Séries : Bébé Yoda contre l'OPA

Message par Loludian »

J'ai beaucoup aimé l'épisode du géant, j'ai trouvé qu'il y avait plusieurs niveaux de lecture et qu'il était terriblement tragique.
J'ai adoré celui de Noël aussi, que j'ai trouvé très réussi de bout en bout.
Les autres sont biens dans l'ensemble, mais pour certains on dirait plus un début de série, ou un premier épisode, qu'un court-métrage (celui avec le type qui se régénère, ou celui avec les flics).
Avatar de l’utilisateur
chaosorcier
Dieu anti-Jamy
Messages : 3759
Inscription : mar. oct. 14, 2008 5:40 pm
Localisation : La Quatrième Dimension

Re: Séries : Bébé Yoda contre l'OPA

Message par chaosorcier »

Celui avec l'immortel (Snow) est tiré d'une nouvelle de Neal Asher et d'après ce que j'ai pu lire, c'est l'une des premières qu'il inclus dans son univers SF Polity (Gridlinked, The Skinner). En regardant sur le site de l'auteur on apprend un peu sur sa rencontre avec Tim Miller mais aussi
qu'il aurait aimé que ce soit plus long pour développer certains aspects de la nouvelle mais il est très satisfait par la richesse de l'animation.

Aimé l'épisode sur la retraité et son roomba , c'est du John Scalzi ^^, mais je retiendrais en effet plus son histoire de la 1ère saison avec les
trois robots touristes et leur rencontre avec un chat.
Ninjak: "Why is it whenever i employ a stratagem, the idiot i use it against labels me a coward ?"

X-O Manowar 7# (2012)
Avatar de l’utilisateur
JoKeR
Initié
Messages : 192
Inscription : mer. sept. 05, 2012 4:49 pm

Re: Séries : Bébé Yoda contre l'OPA

Message par JoKeR »

Agréablement surpris par The English Game sur Netflix. Mini série anglaise historique sur les débuts du football pro. En fait ce n'est qu'un prétexte pour parler de l angleterre fin XIXeme avec un focus sur les rapports de classe. Sans etre révolutionnaire c'est abordé assez finement et c'est un sujet assez rare pour que je ne boude pas mon plaisir.

Il y a aussi beaucoup d'éléments sur la parentalité et
Spoiler:
la fausse couche
qui sont très chouette.

Coté technique c'est sans fioritures mais propre. Le jeu d'acteur est sympa, sans faiblesse ni coup d'éclat. Le premier épisode est un peu mou après ca va mieux. Les relations entre les personnages sont classiques mais leur traitement est plus original, notamment par la fréquence des rôles de médiations dans les conflits ce qui fait des discussions à 3 plus que des dialogues.

Je regrette les quelques passages caméras à l'épaule mais il n y en a pas beaucoup

Conclusion : pas la série de l'année mais un bon moment même quand le foot ne vous passionne pas (comme moi).
La danse, c'est la vie !

Dé à une face aussi !
ikaar
Dieu des mecs qui fondent
Messages : 2527
Inscription : mar. févr. 14, 2006 7:56 pm
Localisation : Dunkerquois
Contact :

Re: Séries : Bébé Yoda contre l'OPA

Message par ikaar »

J'ai commencé le DA star wars the bad batch sans grande conviction.
Et en fait, c'est pas si mal. Une sorte de A-team version clone.
Avec en plus des éléments expliquant le passage des clones kaminoens aux troupes régulières.

Je vais poursuivre je pense. J'avais bcp aimé Rebels.
Égarés sur Lulu
La page FB d’Égarés
blog : L'ALAMBIC
Mes ventes actuelles
"FU RPG, c'est du Fate sans compétences, sans stunts et sans dés bizarres.
Le reste, c'est de la littérature". C.Ferrand
Rosco
Dieu d'après le panthéon
Messages : 3110
Inscription : dim. avr. 30, 2017 10:23 am

Re: Séries : Bébé Yoda contre l'OPA

Message par Rosco »

J'ai regardé Modok, la nouvelle serie d'animation marvel/disney

Image
le fiche wiki
https://en.wikipedia.org/wiki/M.O.D.O.K._(TV_series)
on est sur de l'animation 18+, en mode déjanté et parodie
pour le moment seul le premier épisode est dispo sur Disney Star

MODOk essaye de gerer sa socièté et sa vie de famille tout en essayant de dominer le monde
Avatar de l’utilisateur
Tosheros
Dieu parce pourquoi pas ?
Messages : 2116
Inscription : jeu. août 14, 2008 4:53 pm
Localisation : Brüsel

Re: Séries : Bébé Yoda contre l'OPA

Message par Tosheros »

J'en avais vu plusieurs en parler aussi j'avais regardé Motherland : Fort Salem, le teen-movie teenager dystopien ah oups non, série sur les jeunes sorcières enrôlées dans l'armée américaine.

Je me rend compte que j'ai été gâté niveau séries à budget récemment, car le premier truc qui saute aux yeux, c'est que c'est terriblement cheap à bien des niveaux. Pas tant les effets spéciaux au fond, c'est surtout les choix de décors, le peu de figurants etc... On a été habitué ces derniers temps à des productions quasiment hollywoodiennes et les séries SF/fantasy gardaient certes un côté carton-pâte assez souvent mais pour des trucs contemporains j'avais plus l'habitude de voir ça. Ça fait très années 90 avec des contrées exotiques censées être représentées par des carrières désertes avec un filtre spécial. Beaucoup de trucs qui ne dépareraient pas dans un téléfilm de fin de soirée.

Y'a un côté série teenager assumé, ça se la joue Hunger Games par bien des côtés et on sait à quoi on s'engage au départ, mais j'ai été assez agréablement surpris par le côté beaucoup plus nuancé qu'on pourrait le croire de pas mal de personnages, malgré le côté cheap on voit que beaucoup d'actrices se sont pas mal investies dans leur rôle (pas la première, comme souvent, fort plate, ni sa rivale principale, mais les autres je leur trouve de beaux efforts). Clairement l'histoire peut aller en bien ou en mal selon qu'on leur laisse le temps de développer un peu, ici c'est plutôt bien posé mais y'a pas de vraie progression au niveau de l'histoire donc en fait on a beaucoup l'impression de faire du sur-place.

Petit détail sur une atypique, mais qui m'a surpris en bien : alors que la série est pas spécialement axée LGBT on nous présente un premier rôle lesbien dont la relation a une importance dans l'histoire et où ce n'est en fait pas sujet à une quelconque discussion ou représentation. C'est tout simplement une relation homo représentée comme n'importe quelle relation hétéro dans n'importe quelle autre série du genre, ce n'est pas envahissant mais ce n'est clairement pas du token gay, c'est cohérent avec le personnage et les particularités du setting.
Non pas que j'ai un problème avec des relations minoritaires représentées de manière plus militantes ou avec une plus grande représentation de l'intimité à l'écran, mais j'ai juste trouvé ça super rafraichissant de voir ce genre de relation représenté de manière si nonchalante et décomplexée.

Tiens, du coup on parlait du setting, c'est clairement ça qui m'interessait le plus au niveau de la série. Et justement y'a de très bonnes idées, avec j'imagine une idée de faire une réflexion sur l'idéal militaire américain et le sacrifice érigé en couronnement (même si la critique reste encore gentillette), ils ont bien développé l'idée d'une société où la force de frappe est tenue par des femmes depuis 300 ans et on est vraiment curieux de voir cette histoire alternative où la magie est sortie du placard, avec ses propres évenements, alterations de la géopolitique et guerres...
La magie elle-même par contre on nous en présente pour finir assez peu. Clairement y'a moyen que ça soit développé dans des saisons prochaines mais pour l'instant y'a surtout des cris qui projettent de manière random et des hints concernant des trucs météorologiques badass. En fait c'est plus sur tous les aspects où on nous laisse imaginer des sorts et toutes les mini-techniques à peines visibles que ce qu'on voit à l'écran qui parait magique. Again on est laissé un peu sur notre faim peut-être du fait du bas budget mais on sent des bonnes idées que les créateurs ont eu mais n'ont pas mis en scène...

Bref, que retenir? Bah t'as un terreau assez random, avec clairement des trucs ratés ou ennuyants/déjà vus mais aussi plein de petites idées sympa et prometteuses, mais qu'on est tellement pas sûr de voir germer qu'on sait pas si ça va être une catastrophe ou une belle plante. En attendant, regarder un pot de terre, c'est pas folichon... Je vais clairement suivre l'évolution de la série mais ne pas la recommander tant qu'on est pas sûrs de voir un suivi.
Dans le cyberespace, personne ne vous entend URLer
Avatar de l’utilisateur
Killing Joke
Prêtre
Messages : 358
Inscription : mar. mars 14, 2006 8:42 pm

Re: Séries : Bébé Yoda contre l'OPA

Message par Killing Joke »

J'ai (re-)commencé Future Man (j'avais vu il y a longtemps le début de la saison 1 mais laissé tomber en cours de route), saisons 1 & 2.

La première saison est vraiment sympa, un peu WTF par moment, clairement inspirée de beaucoups de séries sur le voyage dans le temps (Retour vers le futur, Terminator 2, ...), avec quelques références geek par ci par là.

Image

Le pitch : "un gamer, agent d'entretien dans la vraie vie, est probablement le seul à user ses manettes sur un FPS incroyablement difficile. Qu'il finit par terminer. Et qui était en fait un test de la résistance du futur pour trouver le meilleur guerrier possible dans le passé. Forcément, le héros en question est plus proche du looser que du guerrier ultime qui va sauver le futur. Mais çà tombe bien, il travaille dans le laboratoire dans lequel sera créé le virus qui va condamner le monde. S'ensuivront un certain nombre de tentatives, en remontant dans le passé, de contrer ces événements à la source." Tout n'est pas 100% parfait / 100% cohérent, mais çà se laisse regarder. 13 épisodes de 30 minutes.

La 2e saison est très différente, quasi essentiellement dans le futur, pour le moins plus "aride" (visuellement, géographiquement, et niveau déplacements temporels - sauf le festival vers la fin de la saison), et est clairement moins intéressante.

Scandale enfin, la saison 3 n'est pas visible sur Amazon Prime ...
Avatar de l’utilisateur
Olivier Fanton
Dieu des lapins qui bouquinent
Messages : 3154
Inscription : jeu. août 07, 2003 10:01 pm
Localisation : Rouen (ou pas loin)
Contact :

Re: Séries : Bébé Yoda contre l'OPA

Message par Olivier Fanton »

Et le personnage de Wolf est formidable. Clairement secondaire au début, il prend de plus en plus d'importance au fil de la série, jusqu'à avoir ses intrigues et ses épisodes. L'acteur y est pour beaucoup. (Je n'ai pas vu la saison 3.)
Hyeronimus
Evêque
Messages : 408
Inscription : dim. janv. 20, 2013 1:58 pm

Re: Séries : Bébé Yoda contre l'OPA

Message par Hyeronimus »

Merci pour les infos, je ne connais pas du tout, je croyais même que c'était une adaptation du voyageur du futur.
Répondre