[CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1879
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Tugdual a écrit : ven. janv. 01, 2021 8:58 pm merci et bravo
:bierre:
 
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1879
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Année 2958 T.A.
La demoiselle envoûtée
Sessions 34 & 35

 
Ouï-dire et rumeurs fleurissaient au printemps telles les fleurs sauvages dans les prés herbeux des rives de l’Anduin. Et le printemps de cette année n’y dérogea pas. Vint à mes oreilles le passage de Galdalf le Gris à Rhosgobel, puis son départ hâtif vers le sud, en compagnie de Sarouman. A ce jour, ni l’un ni l’autre n’était réapparu. Je ne sus si ce départ corrobora avec les dires relatant les hurlements du Loup-Garou aux abords du village de la Porte-du-Soleil, même si le monstre resta invisible aux yeux de tous. Plus à l’ouest, Castel-Pic s’inquiéta de l’importante recrudescence des gobelins dans ses montagnes. Au sud, le Tarn Noir pansa ses récentes meurtrissures alors, qu’au nord, les liens entre elfes et bardides se tendirent à leur frontière en la lisière de la forêt : un esquif transportant des barils de vin du Dorwinion, une boisson fort appréciée par le roi elfe, fut embusqué et son équipage capturé. Un elfe mourut lors du guet-apens et les brigands bardides jetèrent les barils dans les flots. Ces événements courroucèrent grandement le roi Thranduil et la garde elfique fut renforcée à cette frontière du royaume. Puis, peu de temps après, trois enfants bardides disparurent. Ils furent pris et emportés, disait-on, par de beaux elfes pour festoyer en forêt. Comme toujours, ces propos mélangeaient réalités et chimères.

Quelques semaines après des deux istari de Rhosgobel, mon étonnement fut grand de recevoir une missive du troisième, le mage brun, me conviant à le rejoindre en sa demeure au début de l’été. Je le savais fort occupé ces derniers temps et cette invitation m’inquiéta. C 'était donc l’esprit soucieux que je m’y rendis pour y retrouver également mes deux fidèles amis, Beleg et Vannedil. Si leur présence me réconforta, elle ne dissipa en rien mes craintes quant à la raison de notre venue chez le sorcier.

Nous pénétrâmes ensemble dans son étrange bosquet et rapidement, parmi les animaux qui s’égaillaient un peu partout, nous retrouvâmes le chemin menant à sa cabane. Sa porte d’entrée était grande ouverte et, non loin, il était assis sur une souche mousseuse et patientait calmement. Assis à ses pieds, il caressait avec désinvolture la tête d’un lapin au pelage blanc comme neige. Celui-ci s’enfuit se cacher en deux bonds lorsque nous approchâmes du vieil homme. Celui-ci nous salua d’une main et dit sans ambages : « Mes amis, il nous faut parler avec gravité. Mais avant tout, j’ai des questions auxquelles j’attends des réponses honnêtes et précises. Contez-moi vos dernières rencontres avec Eau-Sombre ! ». Nous nous appliquâmes et, avec justesse, nous remémorâmes les mesquineries et les rires de la demoiselle aux abords du tertre maudit – celui où Sarouman fit fuir le Nazgûl –, ses épreuves bravées sur la rivière déchainée et sa folie furieuse sur l’embarcadère du Tarn Noir. Lors de cette dernière rencontre, la robe noire d’Eau-Sombre était tissée de fils fins argentés. J’avais perçu là le tissage perfide de la reine araignée Tyulquin, tel celui de ses chrysalides emmaillotant mes compagnons lors d’un précédent et périlleux voyage en forêt. Assurément, à mes yeux, Eau-Sombre était envoutée. Le mage laissa un silence s’installer puis il souffla : « Si tel est le mal qui frappe Eau-Sombre, il nous faut l’en libérer. La demoiselle me fuyant, je ne pus que discerner ce mal mais vos dires confortent à présent mes conclusions. J’ai anticipé cette mauvaise nouvelle et envoyé mes espions quêter des informations jusqu’au cœur de la Forêt Noire. Désormais, je sais proche le grand conseil des araignées, qu’elles nomment entre elles le « parlement sinistre ». Y assister nous offrirait des éclaircissements sur la localisation du repère de Tyulquin. Mais celle-ci est l’une des plus dangereuse reine araignée et, nous infiltrer dans son nid, serait un grand risque encouru pour nos vies. Car briser le sortilège jeté sur Eau-Sombre nous impose de nous rendre là où il a été tissé. Je vous demande donc de me suivre au cœur de Mirkwood, dans une des zones les plus sombres de la forêt, pour assister au grand conseil des araignées. Je pèse mes mots car je sais le périple que représente cette demande. Sur place, il nous faudra louvoyer avec les arachnides, jouer de malice et les convaincre, par le verbe et non l’épée, de nous révéler la cache de Tyulquin, l’une de leurs reines. Celles-ci se jalousent et rivalisent de couardises entre elles, là est notre atout. Mais il aura un prix : abandonner une friandise aux araignées, la lumière contenue dans un joyau. Et pour que ce présent suffise à épargner nos vies, il nous faudra sacrifier une pierre majestueuse, une pierre rare. ». Nous restâmes cois. Chacun songea aux terribles périls de cette mission et se remémora la délectation de l’hideuse reine arachnide dévorant les pierres précieuses du Nain Boffri lors de notre quête pour retrouver le bâton du gardien de l’ancienne route naine. D’une voix sourde, le mage poursuivit  comme s’il se parlait à lui-même : « Des joyaux de qualités, nous pouvons en obtenir auprès des elfes sylvains, leur roi apprécie ouvertement les belles gemmes blanches ; mais aussi en Erebor, chez les nains, au sein du trésor du grand ver Smaug ; ou encore à Dale qui détient quelques belles parures – toutefois, nous savons la mélancolie qui enserre le roi ces derniers mois depuis son attentat et obtenir son aval sera assurément une tâche difficile – ; peut-être aussi à Castel-Pic où deux pierres précieuses aurait été découvertes dans les profondeurs de ses mines. Ou même solliciter la générosité des autres communautés des Hommes des Bois car Eau-Sombre fut leur alliée même si leurs moyens restent limités. ». Le mage toussota puis repris : « Je vous demande d’intercéder vous-mêmes auprès des seigneurs de ces terres et d’agir avec diplomatie. Je pourrais intervenir mais, hélas, mes relations sont actuellement tendues avec ces seigneurs et le départ récent de Sarouman le Blanc, qui s’était engagé à rester ici pour trois années, n’arrange en rien le regard de tous sur les istari. Non, mes amis, obtenir un bel et beau joyau à sacrifier ne sera pas tâche aisée. Cependant, si je peux vous aider, tel sera. Mais, avant toute chose, le premier pas à franchir est de répondre à cette première question : acceptez-vous cette mission ? Je vous demande de prendre le temps de la réflexion et n’accepterai pas vos réponses aujourd’hui car je tiens que chacun ici pèse les tenants et les aboutissants de cette dangereuse aventure. Je vous accompagnerai mais je ne pourrais vous protéger que partiellement de la noirceur des bois et les expériences que nous vivrons en leurs seins pourraient vous marquer profondément. Votre vie, elle-même, sera en danger. Les araignées seront nombreuses et nous ne les espionnerons pas mais converserons avec elles. Notre présence leur sera connue. ». Le sorcier cessa ses paroles et un silence s’installa. Beleg le rompit bien vite : « Je n’ai besoin d’aucune réflexion car voilà longtemps que je songe aux dangers que j’encoure en luttant contre l’Ombre. Eau-Sombre est une alliée précieuse pour tous ceux qui vivent dans et aux abords des bois. Je ne peux me résigner à l’abandonner au sort terrible qui la frappe. J’irai. ». Je croisais le regard de Vannedil, il était hésitant mais non fuyant, tout comme le mien. Je pensais à ma fille, à ma compagne, à mon exploitation, à mes amis, à ma quête, à mes origines, à ma vie. Tout cela tourbillonnait et se mélangeait. Je me convainquis de suivre le conseil avisé de Radagast et de mûrir ma décision.   
 
Image
 
Dernière modification par Carfax le mer. janv. 13, 2021 2:06 pm, modifié 7 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1400
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

vous avez dit non j'espère !!!
« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » — Thomas Sankara
.
:bierre:
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Evêque
Messages : 470
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

Quel acte noble et courageux (et insensé) de dire oui..
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1879
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

EDGE annonce la traduction de la campagne.
Une bonne nouvelle.
Image
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1879
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Ma nuit fut courte et mon sommeil agité. A l’aube, je retrouvais mes compagnons aux abords du bosquet de l’istar. Ma décision était mienne et définitive. Nous nous tûmes jusqu’à parvenir devant la porte fermée de la demeure du mage. Nous y toquâmes. Radagast, hirsute, nous ouvrit et nous invita à entrer. La salle, toujours autant encombrée de bric et de broc, était étrangement calme, désertée par les innombrables petits animaux habituellement présents. Soucieux, le mage fronça ses sourcils broussailleux et s’assit sur un tabouret branlant. Il  nous enjoignit alors à la parole d’un geste de la main. Sans surprise, Beleg s’exprima en premier et réitéra son engagement de la veille au vieil homme. Celui-ci croisa ensuite mon regard. Je déglutis aussi discrètement que possible, ma bouche s’assécha mais ma voix ne trembla pas. J’étais déterminé et je dis : « J’ai longtemps réfléchis aux miens, à ma quête, à mon existence, à mes devoirs d’homme libre. Entreprendre cette mission est à mes yeux une juste tâche : celle de l’éternelle lutte contre l’Ombre mais aussi celle d’une aide salvatrice pour Eau-Sombre. Libérer la demoiselle de son néfaste sortilège, c’est aider les peuples libres en délivrant l’une de ses si rares alliés. L’engagement de Beleg me réchauffe le cœur et je suis fier de l’accompagner dans cette nouvelle quête. ». Le sorcier brun acquiesça et se tourna vers Vannedil. Bien qu’il se refusait d’endurer à nouveau une horrible rencontre avec une reine araignée – quelle qu’elle soit d’ailleurs – et désirait ardemment décliner l’offre du vieux mage, il souhaitait encore moins – et de toute son âme – qu’un autre que lui ne vive cette terrible expérience à sa place. Par ailleurs, il ne voulait pas abandonner ses deux compagnons dans cette aventure. Le destin le poussait et il irait. Tel un remerciement sincère, mais comme preuve de notre entière confiance, nous lui posâmes, chacun et affectueusement, une main sur son épaule. Vannedil ne put cacher un tremblement émotif.

Radagast parla enfin et nous remercia pour notre engagement. Il semblait satisfait, pour ne pas dire heureux, et je remarquais comme un soulagement sur ses traits. Mais avant de partir, il nous rappela la dangerosité de cette mission mais aussi l’impérieuse nécessité d’obtenir une gemme précieuse pour marchander nos vies lors du « parlement sinistre ». Le vieil homme nous abandonna ensuite à nos préparatifs sachant que nous ne partirions tous ensemble qu’au début de l’automne.

En quittant le bosquet du mage, tous trois, nous nous questionnâmes sur nos options pour gagner cette gemme. Partir visiter les elfes ? Trouver des fonds pour l’acquérir en Erébor ? Visiter d’abord Castel-pic ou bien débuter par questionner les chefs de Bourg-les-bois ? Au fil des ans, nous avions acquis une certaine renommée auprès de cette communauté et je suggérai à mes deux amis de profiter de celle-ci pour interroger Ebérulf-le-Sage. Il m’importait de lui demander comment convaincre Castel-Pic de nous céder une pierre. La demoiselle du Lac n’était-elle pas une proche alliée de Hommes des bois ? Assurément, son triste sort ne les laisserait pas indifférent. Peut-être même Bourg-les-bois apporterait-il son obole à notre effort. J’en étais persuadé même si je savais cet effort être un réel sacrifice pour ma communauté.

Je convainquis mes deux compagnons et nous mîmes en route vers Bourg-les-Bois demander audience à Ebérulf. Lors de notre court voyage, à la veillée, Vannedil nous déclama un poème joliment inspiré de la bataille du Tarn Noir. Accompagné de son luth, il chantonna :
 
Entourés de brume
Et d'algues infâmes
Résonnent les tambours
Des hordes de gobelins

Isolés de tous
Seuls face à leur malheur
Nous ferons face dit
Le guerrier du Tarn Noir

Promesses malicieuses
Et menaces rageuses
D'une alliée précieuse
Ayant perdu ses valeurs

Vinrent semer le doute
Dans le cœur des hommes
Suivez ma voix dit
Le guerrier du Tarn Noir

Trois nuits assaillies
Ils luttèrent sans repos
Du haut des remparts
Repoussant leur destin

Quelques âmes humaines
Qui lentement s'égrainent
Nous ne fuirons pas dit
Le guerrier du Tarn Noir

Quand revint l'azur
Et le chant des oiseaux
La joie dans le cœur
Des gens de son hameau

Son esprit jamais
Ne s'était assombri
L'espoir est notre arme dit
Le guerrier du Tarn Noir
 
Nous l’écoutâmes sagement et ses vers réchauffèrent nos âmes mélancoliques. J’appréciais le chant mélodieux de mon ami, un réconfort dans les ténèbres approchantes.

A Bourg-les-Bois, Ebérulf nous reçut aimablement. Je le remerciais de nous prêter si aisément son oreille et lui narra la raison de notre venue : le sortilège frappant Eau-Sombre, notre souhait de l’en délivrer et le besoin d’une gemme d’exception comme composant du rituel exorcisant. J’évoquais celles possédées par la communauté de Castel-Pic et lui demandais conseil pour solliciter la générosité et la dévotion de son chef, Hartfast. Le visage de l’homme s’assombrit à l’écoute de mes propos. Une certaine gravité marqua ses traits et, nerveusement, il ne cessa de caresser sa longue barbe d’une main hésitante. Je percevais dans ses pupilles une crainte, celle d’un sacrifice bien trop important demandé à trois courageux compagnons mais démunis face à la dangerosité de leur mission. Notre volonté, cette détermination à repousser les griffes de l’Ombre l’impressionna. Ebérulf posa sa voix et nous conseilla d’appréhender Hartfast avec franchise et opiniâtreté mais aussi avec un respect sincère. Son village souffrait actuellement d’invasions de gobelins – toujours plus nombreuses – et requérait la présence d’hommes en arme pour sa défense et chasser ces nuisibles engeances de ses mines. Proposer toute aide serait un plus et la nôtre inespérée, sachant notre renommée depuis la bataille du Tarn Noir. J’acquiesçais d’un hochement de tête, j’avais un argument pour visiter Castel-Pic. Sur ce, Ebérulf s’excusa et s’absenta quelques minutes pour revenir les mains chargées d’un don. Il me tendit un magnifique torque enveloppé dans un tissu soyeux, sûrement un bijou très ancien et familial. Je savais le sacrifice de ce don pour cet homme mais je savais encore plus que refuser ce présent serait lui faire un trop grand affront. Je le remerciais dignement.

Castel-Pic était le principal village des Hommes des Bois sur la rive ouest du grand fleuve Anduin. Il était caché à l’est des Monts Brumeux dans une vallée escarpée couverte de pins. Un ruisseau tumultueux caracolait en nombreuses cascades de ses parois abruptes et se métamorphosait en une pétillante rivière avant de se jeter dans le fleuve au bas de la vallée. Le long de ce cours d’eau, on accédait au village en longeant un chemin de terre capricieux et pierreux. Sur le versant opposé, on distinguait les gorges d’entrée des mines creusées dans les montagnes environnantes. Là, dans les profonds recoins des excavations, les mineurs cherchaient des métaux prisés, tels le cuivre, l’étain et le fer. C’était un commerce fort dangereux car de nombreuses créatures, telles les gobelins, se tapissaient dans les profondeurs guettant les imprudents.
 
Image
 
Arrivés au village, nous montâmes une volée d’escaliers. Elle menait au centre du bourg où trônait une tour de pierre, vestige ancien des Hommes du Nord. A son faîte, une grande corne donnait l’alerte contre toute intrusion et menace. C’était dans cette haute et vielle tour que nous rencontrâmes Hartfast, fils de Hartmut. Il nous reçut assis sur un simple trône en bois adossé au mur d’une vaste salle circulaire. L’homme était d’un âge mûr pour ne pas dire avancé. Sa face ridée marquait le temps passé sur cette terre rocailleuse. Chacun de nous savions l’homme fier et obstiné mais aussi son temps précieux. Sa réticence à nous prêter audience était manifeste et le trépignement de ses pieds témoignait de son impatience. Un frisson parcourut mon échine car je sus que mes mots seraient comptés. Après une révérence polie, Beleg et Vannedil derrière moi, c’était la voix d’abord hésitante que je m’adressais à lui : « Hartfast, fils de Hartmut, merci de nous prêter écoute. Nous sommes venus jusqu’ici car l’heure est grave. Nous avons besoin de l’aide des peuples libres des Terres Sauvages. Cette aide nous la requérons pour sauver la demoiselle du Lac, Eau-Sombre, d’une terrible malédiction. Sauver Eau-Sombre, c’est sauver un allié puissant qui a agi et qui agira contre l’Ombre. Je pèse mes mots car l’aide de chacun dans cette lutte est précieuse. Pour briser le sortilège qui frappe Eau-Sombre, nous allons devoir nous enfoncer au cœur de la Forêt Noire avec en nos mains une gemme de très grande qualité. Celle-ci est le puissant composant qui libèrera Eau-Sombre de son malheur. Comme Homme des Bois, nous savons que vous ne serait pas insensible à notre quête. ». Je me tus, Hartfast répondit : « Vous m’annoncez là un événement bien grave. Eau-Sombre maudite ? Voilà un grand malheur qui s’abat sur mes frères de la lisière. Cette malédiction, d’où vient-elle ? ». Je m’exécutais : « Oui. Elle est le méfait des araignées. ». Hartfast renchérit : « Vous allez vous enfoncer dans les bois. Qui viendra avec vous ? ». Je ne pus le cacher : « Radagast, l’istar brun. Si nous ne pouvons obtenir de votre générosité le don d’une gemme, nous espérons, auprès de chaque communauté, recevoir un soutien digne contre l’Ombre. ». Le vieil homme approuva : « Malheureusement, les temps sont extrêmement problématiques pour Castel-Pic. Des gobelins engaillardis harcèlent les veines de nos mines et nuisent à nos ressources humaines et matérielles. Bien évidemment, je ne remets pas en cause le bien-fondé de votre mission mais la menace gobeline est pressante et difficile à contenir. Chaque jour est un jour de lutte désormais. Mais je vous sais dans le besoin et je ne vous abandonnerai point. Lutter contre l’Ombre est coûteux, je ne le sais que trop bien et ce prix est trop souvent celui du sang. ». J’opinais du chef : « Ce prix, nos chairs l’ont déjà souffert dans ce combat. La force des Hommes des Bois est et reste la solidarité. Certes, la mission avec le mage brun nous accapare mais sachez qu’une fois libérés de son poids – et si nous sommes toujours en ce monde – notre aide à tous trois vous est acquise. ». Hartfast posa sa voix : « Cela vous honore. J’entends. Ma décision vous sera portée demain, au matin. ». Ainsi s’acheva notre entrevue avec Hartfast, fils de Hartmut.
 
Image
 
Aux lueurs de l’aube, nous vîmes Hartfast revenir vers nous. Il tenait dans ses mains un petit coffret métallique qu’il me remit. Je le saluais et le remerciais pour son aide. Une nouvelle fois, comme l’exigé les us et coutumes, je n’ouvris pas le coffret en sa présence. Il souhaita le retour d’Eau-Sombre parmi les Hommes des bois, la brisure de sa malédiction et nous encouragea à la plus grande des prudences.

Lorsque nous quittâmes Castel-Pic sous les rayons du soleil levant, nous ouvrîmes enfin le présent du seigneur Hartfast. Logée dans son écrin, une magnifique émeraude scintilla de mille reflets.

Vigenère
Dernière modification par Carfax le mer. janv. 13, 2021 2:05 pm, modifié 3 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1400
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

ah mince, vous avez dit oui :mrgreen:
 
« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » — Thomas Sankara
.
:bierre:
Avatar de l’utilisateur
kriss2211
Pratiquant
Messages : 301
Inscription : mar. nov. 03, 2015 1:35 pm
Localisation : CLAMART

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par kriss2211 »

Les fous !!!

@ Carfax : j'attends toujours avec impatience la suite de ton journal. C'est top de chez top ! Merci beaucoup.
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Evêque
Messages : 470
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

Entre folie et audace, la barrière est bien mince !
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1879
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Comme toujours, j'apprécie grandement vos petits retours qui sont un réel plaisir d'encouragement à poursuivre cette narration :lol: . D'ailleurs voici la suite...
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1879
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Vigenère
  
De retour à Bourg-les-bois, une bien énigmatique lettre me vint. La missive était un rouleau de papier craquelé serti d’un sceau en cire sein d’un « V ». Elle contenait un texte crypté. Sans sa clé, il m’était impossible de le lire. Mais son auteur n’était pas dépourvu d’astuce car il avait communiqué celle-ci à l’un de mes deux acolytes et, à l’autre, la matrice de transcription. Dans notre précipitation à rejoindre Radagast, nous avions omis de nous concerter à ce sujet. Mais à présent, nous pûmes nous y attarder et comprendre la teneur du message reçu :

« Mes chers collègues,
je me nomme Vigenère, Vigenère de Dale. Mon Roi, le sage Bard, par la voix de ses conseillers m’a demandé de participer à vos cotes au conseil des affidés. Vous serez surpris certainement de recevoir ce courrier par des voies aussi peu conventionnelles. Je pense cependant que nos échanges sur les graves sujets qui nous occupent doivent se faire dans la plus grande prudence. De plus en plus d’éléments me laissent à penser que des espions sont introduits dans les divers peuples des Terres Sauvages et il serait désastreux qu’ils puissent connaitre la teneur de nos propos.
Nous ne nous connaissons pas encore mais on m’a parlé de vos exploits. Je ne suis pas comme vous un homme de terrain. Peut-être que l'astuce que j’utilise pour vous écrire vous parlera plus de mes qualités d’érudit des voies mystérieuses et je pense que ce sont ces qualités qui m’ont fait être choisi.
Je vous écris aujourd’hui pour vous tenir informés des dernières nouvelles des royaumes que j’ai pu collecter et de mes soupçons. Le Roi Bard a dépêché comme promis des hommes pour enquêter que la situation au nord des terres de Beorn. La lutte avec les hommes de Viglund est toujours importante et nous soupçonnons que ces hommes sont aiguillonnés par autre chose que par leur chef.
Comme je vous le disais, nous pressentons la présence d'espions de l’ennemi dans les rangs de divers peuples. Ces espions pourraient être notamment places à des postes importants, ce qui les rend d’autant plus dangereux. Nous avons aussi note une forte agitation dans le nord, vers Gundabad. Pour le moment, les orques n’en sont pas sortis mais les choses s’agitent là-bas aussi.
L’affaire des enfants bardides enlevés s'enveniment. Certains pensent que ces rapts sont le fait d’elfes délurés, mais je devine plus que cela. Les accords sur la coupe du bois passés lors du Conseil du Nord, ont aidé à détendre l’atmosphère mais une nouvelle méfiance est en train de s’installer et elle sert particulièrement notre ennemi en ce moment.
Les travaux de l’ancienne route naine ont débuté. Pour le moment, les hommes de Morgdred jouent leurs rôles. Mais je sais que vous vous méfiez de lui et je suis d’accord avec vous : j’étais présent au conseil et j’ai perçu chez cet homme une ambiguïté des plus complexes. J’essaierai d’en savoir plus sur lui mais le sujet reste délicat.
Pour finir, je ne saurais trop vous recommander de chercher parmi les hommes des bois qui pourrait avoir été corrompu par l’ennemi. Je pense qu’il ne s’agit pas forcement de nouveaux venus mais plutôt de personnes qui auraient pu être influencées, tel ce pauvre hère qui a assassiné notre Reine.
Je vous ferai parvenir d’autres messages.
N’hésitez pas à faire de même en utilisant ma méthode d’encryptage. ».


Bien évidemment, nous fûmes intrigués par cette lecture. Le don de Castel-Pic nous avez fait gagner un précieux temps dans notre quête, un temps que nous mîmes à profit pour rendre visite à ce mystérieux Vigenère. Nous annonçâmes notre venue par une courte réponse :

« Cher conseillé Vigenère,
L'encryptage de votre missive est en effet des plus surprenants mais certainement des plus prudents pour garder au secret son contenu. Nous avons sourcillé plus d'une fois pour le décoder. Vos dires sont forts inquiétants et il serait judicieux de nous réunir au plus vite, en un lieu à votre convenance, pour en discuter de vive voix. Dans l'attente de cette rencontre, croyez, cher conseiller, en notre impatience.
Trois affidés »
 
Image
 
Dale était une magnifique cité de pierre. Située au nord du Rhovanion elle s’épanouissait à l’ombre de la Montagne Solitaire. Elle était réputée pour ses cloches grandioses et échangeait principalement des denrées avec l’artisanat nain d’Erebor. Ses hautes murailles se haussaient vers les cieux et imposaient le respect aux visiteurs. Nous nous sentîmes bien frêles lorsque nous franchîmes la porte principale de la ville. Vigenère nous avait simplement convié en cette place où il officiait comme bibliothécaire royal. Nous n’eûmes guère de mal à trouver la bibliothèque de la cité dans le méandre des magnifiques bâtisses qui s’y élevaient.

De petite taille, jeune et glabre mais avec un bel embonpoint, Vigenère nous fit bon accueil. Il rayonnait d’une intelligence fine. Nous conversâmes sur les agissements insidieux de l’Ombre. Sa fourberie était partout, même le plus fidèle ami pouvait succomber à sa corruption. Nul doute que les émissaires de l’Ennemi recrutaient. Les vers rongeaient le fruit. Pour le plus grand malheur de Dale, l’assassinat récent de la reine bardide l’attestait. Nous évoquâmes aussi les soubresauts belliqueux des hommes et des orques de Gundabad. Qui influençait leurs velléités guerrières ? Il ne savait pas mais inévitablement l’Ombre agissait et aider Beorn dans cette bataille serait très vite une nécessité. Nous lui confiâmes aussi notre quête actuelle ; comme affidés, nous nous devions mutuellement confiance. Il s’engagea à nous aider si tel il pouvait. Nous nous séparâmes satisfait de compter un nouveau conseiller affûté et perspicace parmi les affidés.

Le parlement sinistre
Dernière modification par Carfax le sam. janv. 16, 2021 2:35 pm, modifié 4 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1400
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

à suivre : le parlement sinistre :rock
« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » — Thomas Sankara
.
:bierre:
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Evêque
Messages : 470
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

Vigenère :D
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."
Avatar de l’utilisateur
dreamofrlyeh
Initié
Messages : 144
Inscription : mar. août 29, 2017 10:20 am
Localisation : Lyon 7
Contact :

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par dreamofrlyeh »

Je suis ce fil d'un oeil de moins en moins distrait, et merci Carfax pour ce feuilleton captivant. J'espère faire jouer la campagne une fois la pandémie finie, et j'espère que nos aventures auront le souffle épique de la vôtre!
Retrouvez-moi aussi sur https://dreamofrlyeh.itch.io/ - page vide pour l'instant.
J'ai aussi un blog par là : https://icisontdesdragons.blogspot.com/
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1879
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

dreamofrlyeh a écrit : mer. janv. 13, 2021 3:02 pm merci Carfax pour ce feuilleton captivant

Merci à toi de me lire.
dreamofrlyeh a écrit : mer. janv. 13, 2021 3:02 pm J'espère faire jouer la campagne une fois la pandémie finie

C'est ce que je te souhaite. Une merveille cette campagne et quel plaisir de se plonger dans les Terres Sauvages.

----

@AsgardOdin @polki la suite ce soir. Hâte de vivre les péripéties à venir. CR dans la semaine   :geek
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Répondre