[CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
Avatar de l’utilisateur
polki
Ascendant
Messages : 1623
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

c est bien que votre mj s’approprie la campagne comme il veut, certains puristes crieraient au blaspheme avec la notion de wargames

plaisir different, plaisir garanti

un peu cours le CR pour 3 seances  :twisted:
" il est beaucoup plus facile à être contre quelque chose que pour" - Cédric Herrou

« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » - Thomas Sankara


:bierre:
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Cardinal
Messages : 570
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

Ouais, on en veut plus !
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."
Avatar de l’utilisateur
polki
Ascendant
Messages : 1623
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

il est en roue libre le père aigre feuille !!!

vivement la fille :P
" il est beaucoup plus facile à être contre quelque chose que pour" - Cédric Herrou

« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » - Thomas Sankara


:bierre:
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1980
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Mars

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Messieurs la gourmandise est un vilain défaut :charmeur

Oui j’ai fait court. Mais j’avais peur d’être rébarbatif en tirant en longueur la description des combats. J’ai donc centré le récit sur le fait d’arme d’Aigre Feuille face au troll. Frarr ne s’est pas assis sur le trône aussi simplement il y a eu qq grabuges avec les mercenaires mais in fine il s’y est assis. La suite jeudi prochain pour une nouvelle année…
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

JEDIS VAILLANTS, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
polki
Ascendant
Messages : 1623
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

:yes:
" il est beaucoup plus facile à être contre quelque chose que pour" - Cédric Herrou

« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » - Thomas Sankara


:bierre:
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1980
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Mars

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Fin d'année 2964 du Tiers Âge
18ème phase de Communauté- Se soigner de la corruption...et échouer

Pièce couchée

 
 Image
 
Sans concentration ni implication autre que l’ennui d’une veillée hivernale, je poussais la pièce en bois sculptée d’un doigt nonchalant sur le damier poncé. J’avais accepté la partie proposée par Nelladel qui me savait emplis d’une profonde mélancolie mais ma réflexion restait entravée par mes pensées obscures. Depuis notre retour des monts septentrionaux, j’entendais encore et toujours raisonner en mon âme les cris des guerriers mortellement touchés par les engeances de l’Ombre dans les profondes caves des Mines Grises. Et même si le feu grondait doucement dans l’âtre et réchauffait mon corps, une sensation de froid persistante glaçait mes veines. Je levais mon regard du jeu et je vis mon reflet sur les carreaux de la fenêtre ouvrant sur l’obscurité de la nuit. J’y vis un homme vieilli aux traits marqués et las d’une lutte sans fin contre les horreurs de ce monde. Je fuis cette vision en détourant les yeux et ceux-ci se perdirent sur la corne du maître de guerre accrochée à la large poutre maitresse de ma maisonnée. Majestueux, ses ornements dorés miroitaient sous les lumières dorées de l’âtre enflammé. En étais-je digne ? Y souffler à plein poumon avait certes ragaillardi mes troupes mais point sauvé nombre de mes hommes ! M’élancer avec empressement dans cette bataille sous les montagnes grises était-elle une décision judicieuse ? Concernait-elle les Hommes des Bois ? Les évidences d’avant me coûtaient à présent. Je doutais et le ressassais comme une sempiternelle ritournelle désagréable.

« Père ? ». La voix de Nelladel m’extirpa brusquement de mes pensées. Je me penchais sur le jeu. Mon coup avait été idiot et m’assurait la perte imminente de la partie. D’une chiquenaude, je fis choir la pièce précédemment bougée, signifiant mon abandon. Je me levais alors, ruminant mes sombres pensées. Ma fille sut, pour ce soir-là, l’inutilité des paroles lorsque je m’empressais d’allumer ma pipe bourrée d’herbe séchée et me perdis dans la contemplation des flammèches bleutées consumant les bûches du foyer. Dehors, le vent nocturne souffla une complainte stridente.
 
Dernière modification par Carfax le jeu. juin 24, 2021 6:00 pm, modifié 1 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

JEDIS VAILLANTS, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Cardinal
Messages : 570
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

C'est beau  :wub:
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."
Avatar de l’utilisateur
polki
Ascendant
Messages : 1623
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

une couverture ?
" il est beaucoup plus facile à être contre quelque chose que pour" - Cédric Herrou

« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » - Thomas Sankara


:bierre:
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1980
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Mars

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Pourquoi pas :P !
L’année 2965 a été jouée en une seule session samedi dernier. A ma plume. Sinon d’après notre MJ adoré nous avons fait les 2/3 de la campagne soit une dizaine d’années encore à vivre avant le dénouement final. Joie !
Dernière modification par Carfax le mar. juin 22, 2021 8:53 am, modifié 1 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

JEDIS VAILLANTS, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
polki
Ascendant
Messages : 1623
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

:yes:
" il est beaucoup plus facile à être contre quelque chose que pour" - Cédric Herrou

« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » - Thomas Sankara


:bierre:
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1980
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Mars

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Année 2965 T.A.
Un larcin inattendu
Session 52 et 53
 
L’Ombre marquait de bien des façons son empreinte fétide sur la nature. Depuis peu, une mauvaise herbe envahissait les sous-bois environnant le village de Bourg-Les-Bois. Celle-ci, épineuse et aux reflets violacés, poussait sous les futaies à l’ombre des bosquets. Très appréciées des élevages de cochons, elles rendaient néanmoins leur viande toxique pour qui s’en nourrissait. Malheureusement, ce végétal était très vivace et s’épandait à présent sur les terres cultivées et dans les vergers. En ce début d’été, cette triste expansion contraria fortement la joie des préparatifs des festivités annuelles de Yule. Ce festival estival, consacré à la lumière bienfaitrice du Soleil, était aussi synonyme d’engagement pour les amoureux qui unissaient leur vie à cette occasion. Et cette année était toute particulière puisqu’une délégation elfique était aussi présente à Bourg-Les-Bois. A la demande de son roi et accompagné de quelques-uns des siens, Ormal, le maître ouvrier des lampes du Royaume Sylvain, était venu étudier celle de Balthi conservée dans la grand-salle du village. Pour ce faire et ne point déranger outrecuidance la vie des locaux, la délégation elfique s’était installée dans les bois environnants.
 
Image
 
Comme un fait établi depuis l’étude de la lampe par les mains expertes d’Ormal, celle-ci brilla plus intensément qu’auparavant. Ce constat réjouit nombre d’Hommes-des-Bois, les réconfortant dans leurs labeurs quotidiens, car ce nouveau rayonnement soutenu repoussa drastiquement la propagation végétale invasive. La présence de nos alliés elfes pour la fête de Yule fut donc remarquable et remarquée.

J’avais convié aux réjouissances à venir Vannedil et Beleg. Mais mon ami elfe ne fut pas le seul des siens à rejoindre la délégation déjà présente. Trois jeunes elfes arrivèrent à Bourg-Les-Bois peu après mes deux amis : le premier était Duvainiel, une très jolie elfe aux longs cheveux roux dont l’intérêt pour la Lampe de Balthi fut très vite manifeste ; le second se nommait Oldir, frère de la première et très élancé avec un teint très pâle ; le troisième et dernier, une très jeune elfe tout aussi brune que Oldir, répondait au nom de Tinuhel et son tempérament, lunatique et peu aimable, perturbait pour beaucoup ses interlocuteurs humains. Immédiatement, ces jeunes elfes, fringants et insouciants, me rappelèrent ceux qui festoyèrent à la table du Chevalier Orophal après sa victoire trompeuse sur le Grang-Loup de la Forêt Noire. Néanmoins, chassant ces sombres souvenirs, je dus avouer que la venue de ces jeunes sylvains égayèrent la troupe elfique présente lors des festivités de Yule.


Comme à son habitude, la fête prit ses aises plusieurs jours durant. Les banquets fleurirent et les rires joyeux fusèrent dans les nuits chaudes et étincelantes de l’été. Puis la grande veillée arriva, événement culminant des festivités. Exceptée la petite troupe elfique du fait de la spécificité de cette soirée, toutes et tous se réunirent à cette occasion dans la Grand-Salle de Bourg-les-Bois auprès des anciens et des sages pour commémorer et conter les hauts faits des Hommes-des-Bois. Dans la vaste salle comble, la musique envahit le lieu et des danses joyeuses s’animèrent. Vins et bières coulèrent dans les gorges asséchées par les rires soutenus et heureux. Puis conteuses et conteurs déclamèrent les légendes sous les yeux ébahis des enfants présents et rappelèrent à nos souvenirs nos héros tombés au champ d’honneur. Ces instants de partage et d’échange sous l’illumination bienfaitrice de la Lampe de Balthi m’émurent grandement. Ce fut un réel réconfort de voir les sourires s’épanouirent sur les visages de chacun après les visions guerrières violentes et impitoyables des combats dans les profondeurs des Mines Grises. Mais soudainement, alors que mon cœur se réchauffait à ces pensées, la lampe irradia violemment sa lumière blanche et aveugla chacun de nous. Puis, tout aussi promptement, elle s’éteignît et plongea la salle dans une épaisse pénombre. Comme frappée par un puissant sortilège, toute l’assemblée s’effondra alors subitement dans un sommeil profond. Cependant, lorsque mes lourdes paupières ensommeillées se fermèrent, j’eus le temps d’ouïr le rire cristallin et léger d’une elfe gouailleuse.

à suivre...
Dernière modification par Carfax le ven. juil. 09, 2021 3:25 pm, modifié 6 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

JEDIS VAILLANTS, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
polki
Ascendant
Messages : 1623
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

ah les elfes !!!
" il est beaucoup plus facile à être contre quelque chose que pour" - Cédric Herrou

« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » - Thomas Sankara


:bierre:
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Cardinal
Messages : 570
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

:bravo:
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1980
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Mars

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Aux premières lueurs de l’aube, je m’éveillais. Une frénésie s’était emparé des premiers lucides. Cris et lamentations se mélangeaient aux complaintes. Très vite, je compris. Mon regard se fixa sur la chaîne déroulée qui maintenait habituellement haut perchée la gangue en bois contenant la Lampe magique. L’écrin reposait à présent à même le sol au milieu d’un attroupement agité. Son couvercle était grand ouvert et, à l’évidence, la lampe en son sein avait disparu.

Très vite des exhortations s’élevèrent et résonnèrent dans la vaste salle : « Trahison ! Trahison !  Voleurs ! Les elfes ont dérobé la Lampe ! Maudits soient-ils ! ». Un chaos indescriptible imprégna le lieu de courses et bousculades. Puis, les miens m’encerclèrent et me prirent à partie : « Maître de guerre, il faut attraper ces elfes ! La lampe doit être retrouvée ! Agissons au plus vite avant qu’ils ne rapportent celle-ci en leur Royaume ! ». J’incitais chacun au calme et à raison gardée mais les esprits s’échauffaient. Ormal fut mis en cause mais je ne pouvais me résoudre à ce fait. Néanmoins, dans l’espoir de le maîtriser et éviter un malheur, je suivis l’élan général et accompagna la foule vers le camp elfique aux abords du village. Dans l’empressement, Nelladel m’attrapa le bras : « Père, le délit est grave. Il nous faut retrouver la Lampe au plus vite où un désastre meurtrier va se produire ! ». J’acquiesçais en hochant la tête et nous accélérâmes le pas pour tenter de devancer la foule en colère.

Encerclé et sous les imprécations vociférantes d’hommes et de femmes colériques, le campement elfique se recroquevilla tel un escargot dans sa coquille. Au milieu de tous, Ormal montrait un visage inquiet mais surtout interrogatif face à une telle irritation de cette foule oppressante. Lorsqu’il saisit la raison de la contrariété de tous, l’elfe clama son innocence. Mais très vite, la disparition subite de trois d’entre eux sauta aux yeux de leur communauté. Les trois jeunes elfes arrivés voilà peu manquaient. Ormal s’exprima : « Il faut absolument retrouver la Lampe d’Or. Sa perte est hors de question. Avant toute chose, c’est aussi un trésor incommensurable pour les elfes. ». Très vite, plusieurs témoignages affluèrent et nous comprimes que le trio avait fui vers l’embarcadère du village. Pour apaiser la tension ambiante, j’évoquais une poursuite rapide des fuyards. Un petit nombre suffirait car il serait plus à même d’organiser rapidement et efficacement la chasse. J’imposais mon choix en désignant mes deux amis pour m’accompagner. Nelladel s’offusqua de ma décision car elle voulait m’escorter. Je la convainquis, non sans mal, de rester au village pour rasséréner les esprits échaudés. J’avais besoin ici de son soutien.

Ainsi, mes deux compagnons et moi-même, nous nous précipitâmes sur le plus long ponton de l’embarcadère où nous empruntâmes une embarcation de pêcheur qui y était amarrée. Rapidement, le courant nous entraîna en aval lorsque nous déliâmes les amarres. Etait-ce l’air frais de la rivière qui remémora les souvenirs de Vennedil ? Quoi qu’il en fût, ce dernier se souvint subitement de l’elfe Oldir car ses traits lui rappelèrent ceux d’un bateleur régulier entre Esgaroth et le Royaume Sylvestre. Ce souvenir raffermit nos sentiments quant à la justesse de notre poursuite : nous pistions assurément les fomenteurs du vol organisé de la Lampe.

Penché sur le bastingage de notre étroite barque, Beleg entreprit d’héler Eau-Sombre. Par bonheur, le rire de la Dame du Lac retentit rapidement à nos oreilles et nous la vîmes glisser le long de long près de notre embarcation. Nous lui quémandâmes son aide après une explication succinctes des faits récents. Oui, elle avait vu trois jeunes elfes naviguant sur les flots la nuit passée. Leur frêle navire attira son attention car elle perçut à son bord une aura magique étrange. S’approchant discrètement de ces trois bateleurs de fortune, elle entendit évoquer l’Arbre du Pont-du-Ciel ou Eilan en Sindarin. C’était là un vieux chêne majestueux perclus au cœur des bois de Mirkwood. Un conte ancien narrait l’existence d’un chemin y conduisant depuis Dol Guldur et se prolongeant au nord jusqu’au Royaume Sylvestre. Cet arbre était immense et dominait noblement la forêt des ses branches allongées. Véritable sanctuaire, il était adulé par beaucoup. Dans toute sa splendeur, ce chêne ancestral n’avait pas cédé aux assauts de l’Ombre. Beleg lut alors les raisons du forfait des trois elfes car ils pensaient certainement accrocher la Lampe d’Or à l’arbre afin de communier leurs effets bienfaiteurs et en irradier le cœur de la Forêt Noire pour en chasser les ombres. Mais une elfe aussi douée que Duvainiel pouvait-elle être capable d’une telle prouesse ? Nous doutâmes malheureusement d’une telle sagesse en elle.

Dans sa bonté, Eau-Sombre nous y guida tout en accélérant notre navigation sur les flots languissants de la Rivière Noire. Peu d’heures après, nous accostâmes sur une grève de galets gris sur la rive orientale, face à l’épaisse et sombre forêt. Sur cette plage caillouteuse, une barque semblable à la nôtre était déjà échouée. Notre piste se réchauffait et elle s’enfonçait à présent vers les profondeurs du l’immense bois. Nous la suivîmes avec empressement après avoir remercié la Dame pour son aide précieuse.

Après quelques pas, la forêt nous engloba entièrement mais sa présence nous fut moins hostile comme si celle-ci montrait plus d’apaisement. Je m’interrogeais sur les raisons d’un tel virement – la présence de la Lampe avait-elle une influence si immédiate ? – mais mon attention fut, rapidement et pleinement, accaparée par le pistage des traces des fugitifs. Dans le clair obscur des innombrables arbres aux branches entremêlés, je m’attachais à percevoir le moindre indice mais, indubitablement, ces derniers ne prêtaient guère attention à leurs arrières. Leur piste était aisée à suivre car ils filaient bon train vers le grand chêne majestueux. Je pressais donc mes pas dans l’espoir de les rattraper au plus vite. Cependant et très vite, je m’aperçus avec effroi que nous n’étions pas seuls à poursuivre les trois elfes. Des loups. Nombreux et sauvages. Ils couraient aussi à leur rencontre. J’accélérais d’autant mon élan et engageais mes deux compagnons à me suivre hâtivement juste avant de découvrir d’autres traces. Griffues également. Profondes et largement espacées. Une grande créature sans aucun doute. La meute avait-elle un chef ? Je ne pus alors réprimer un terrible frisson : le lycanthrope chassait aussi, la Lampe d’Or courrait un grand danger. Et comme des prémices horrifiques, les hurlements du Grand-Loup de Mirkwood percèrent le silence des bois. Ses crocs devaient approcher de ses proies. « Plus vite ! » criais-je à mes amis.

Enfin, éreintés par une folle course à travers bois, nous débouchâmes à la lisière d’une grande clairière. En son centre, cerclé de quelques roches à moitié enfouies témoins d’un ancien sanctuaire, un grand chêne esseulé trônait. A l’évidence, il était l’Arbre du Pont-du-Ciel. Mais je n’eus pas le temps de m'appesantir sur sa splendeur car un triste spectacle m’alarma car de grands loups enragés rôdaient de toute part. Parmi eux, l’immonde Loup-garou grattait avec frénésie sous les racines extirpées de l’arbre majestueux. Cette engeance s’était donc réincarnée. Etait-elle immortelle ? Mais pour notre malheur, je vis plus loin deux des fuyards, le frère et la sœur, acculés par les loups contre un rocher prédominant. Ils défendaient leur vie face à la meute. Dans l’urgence, je ne vis point la troisième comparse. Mais nul temps de chercher. Sans hésiter, je fis vibrer ma lame elfique hors de son fourreau et me précipita vers le lycanthrope envahi d’une haine inexpugnable. Dans ma course, un trait tiré par Beleg siffla au dessus de ma tête et vint se ficher dans le dos du monstre. La créature se tourna prestement avant que je ne puisse la pourfendre. D’un puissant coup de pattes, ses griffes me labourèrent le torse. Je reculais chancelant et une terrible morsure à l’épaule gauche m’arracha un râle douloureux.

Pour ma chance, deux flèches se figèrent dans le poitrail du loup me laissant reprendre l’initiative. Dans mon dos, j’entendis les encouragements de Vannedil. Puis une lumière bleutée et éclatante vint foudroyer la créature velue et ses yeux rouges se révulsèrent. Beleg avait éclairé sa lampe magique. Il ne m’en fut pas tant pour profiter de cette aubaine et assener deux coups d’épée puissants au monstre. Celui-ci recula d’un bond et ce fut là que je vis l’elfe Tinuhel. Elle m’avait été masquée par la forte corpulence du lycanthrope et ce tenait près du tronc, sous les premières branches du chêne. Je la vis hésitante et sortir tremblotante de sa besace la Lampe d’Or. Comme par magie, celle-ci s’illumina soudainement, repoussant les ombres de la forêt. Les loups se mirent à hurler à la mort, violentés qu’ils étaient tous par la lumière dorée. Quel prodige se manifestait sous mon regard étonné ? Je ne sus mais j’amplifiais mes attaques sur mon ennemi. Ma lame le meurtrit à deux reprises et ses crocs mordirent une fois de plus mes chairs. Je faillis perdre mon arme sous la violence de la douleur. J’avais perdu tout sens des priorités car j’étais accaparé par l’éclat de la Lampe d’Or. Beleg fut plus prompt et je l’aperçus se précipiter aux côtés de Tinuhel pour lui reprendre son bien.

L’hurlement du monstrueux loup m’alerta et, d’un pas de côté salvateur, j’évitais une nouvelle bourrade griffue. Ma rage monta et mon épée gifla la joue de la créature, lui arrachant une oreille. J’exultais un cri de victoire lorsque mon coup suivant perfora son poitrail de part en part. La bête s’écroula au sol.

Vannedil fouraillait ardemment contre plusieurs loups. Acculée contre la roche, la fratrie elfique pliait sous les assauts des crocs pointus. Beleg se disputait la lampe avec l’effrontée. Ma tête tourna, j’étais épuisé.

Le cri suraigu siffla. Insoutenable son. Insupportable. Inhumain. Il perça mes tympans avec violence et, lâchant mon arme, je ne pus réprimer le réflexe d’apposer les paumes de mes mains sur mes oreilles. Sortant de l’orée, accoutré d’une armure d’une noirceur infinie, le Nazgûl avança hâtivement vers la porteuse de la Lampe d’Or. Terrorisée, celle-ci lâcha l’objet qui chut à ses pieds et s’éteignit. Tout redevint sombre et, comme une rengaine insoutenable, le cri strident du Nazgûl se répercuta à nouveau dans les frondaisons alentours.

Tétanisé par l’horreur approchante, je fis quelques pas de recul. Je vis alors une nouvelle atrocité. Le corps inerte d’un loup mort non loin de moi se mit à convulser. Ce dernier s’agrandit pour débuter une effrayante métamorphose. Apeuré, je m’écriais : « Fuyons ! ». Beleg se saisit alors de la lampe abandonnée au sol. Encombré de son fardeau, il intima Tinuhel à fuir.
 
Image
 
Curieusement, partout, les loups étaient désorientés. La fratrie put profiter de se relâchement pour s’extirper de leur position défensive et décamper. Effrayé, comme paralysée par tant d’épouvante, je vis le loup mort convulser et finir sa métamorphose sous mes yeux. Vannedil me rejoint et me tira de ma rêverie en me secouant énergiquement. Tous les deux nous prîmes nos jambes à notre cou lorsque le Nazgûl dirigea une main fripée vers notre groupe. Une vague de froid intense vint frapper la malheureuse Tinuhel qui s’effondra de tout son poids. Je compris avec frayeur sa perte lorsque nous l’abandonnâmes à cette créature maléfique dans notre fuite. Tel fut le prix de notre survie pour nos âmes. Tel fut le prix pour reprendre à trois insensés la lampe dérobée.

Fin des sessions 52 & 53
Phase de communauté
Dernière modification par Carfax le ven. juil. 09, 2021 3:25 pm, modifié 4 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

JEDIS VAILLANTS, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
polki
Ascendant
Messages : 1623
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

quand je dis que c est la faute des elfes :twisted:
" il est beaucoup plus facile à être contre quelque chose que pour" - Cédric Herrou

« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » - Thomas Sankara


:bierre:
Répondre