Critiques

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
Avatar de l’utilisateur
Dany40
Prophète
Messages : 917
Inscription : ven. avr. 28, 2017 2:04 pm

Re: Critiques

Message par Dany40 »

scalped71 a écrit :
dim. janv. 19, 2020 8:28 pm
ça sort bientôt en VF ? chez un éditeur qui a fait Allemand LV2 ?

L’annonce est aujourd’hui officielle... les divers produits de la gamme seront disponibles dans le mois qui vient y compris en boutique ;)
« Les hommes doués intellectuellement savent qu’il n’y a pas de différence nette entre le réel et l’irréel, que les choses ne nous apparaissent qu’à travers la délicate synthèse physique et mentale qui s’opère subjectivement en chacun de nous. » HP Lovecraft

Avatar de l’utilisateur
Avangion
Transcendé
Messages : 739
Inscription : mer. juin 22, 2016 10:25 pm
Localisation : Paris

Re: Critiques

Message par Avangion »

Voici ma critique des Serments du Riddermark pour l'Anneau unique. Je ferai une version plus courte pour le Grog.

Critique des Serments du Riddermark

Pour donner plus relief et matière à jouer à ses suppléments régionaux, la gamme de L'Anneau Unique associe chacun de ces-dits suppléments à une recueil de scénarios se tenant dans la région en question. Les Serments du Riddermark est tout simplement le recueil de scénarios pour Les cavaliers du Rohan : il joue à peu près le même rôle que par exemple Les Vestiges du Nord pour Fondcombe. Toutefois, si certains scénarios des Vestiges du Nord ou des Contes et Légendes des Terres sauvages pouvaient être reliés pour constituer une petite campagne, Les Serments du Riddermark constituent en fait explicitement une vraie campagne s'étalant sur six scénarios. Dans le premier, « Du sang sur la neige », les personnages commencent à asseoir leur réputation chez les Rohirrim et à devenir des hommes de confiance du roi Thengel, et dans le dernier, « Les Malheurs de l'Hiver », ils en viennent à sauver le Rohan et son royaume d'un assaut menaçant venu des Montagnes blanches. Parcourant les six scénarios, il y a un fil directeur à savoir la réconciliation des maréchaux de la Marche du Rohan, Éogar et Cenric, en froid pour une sombre histoire de meurtre et de wergeld (« prix de l'homme ») non payé. Voilà un point de départ stimulant qui a en plus le mérite d'ancrer la société des Rohirrims dans ses modèles germaniques et anglosaxons, dans leurs faides et vendettas. Il s'agissait des sociétés où on ne se proposait pas de rendre la justice au sens moderne du terme mais plutôt de laver l'affront fait à un clan ou à une famille.

D'ailleurs Les Serments du Riddermark usera aussi beaucoup de ses références tirées de l'histoire réelle : rixe orale codifiée (flyting), pillages entre peuples et clans rivaux, coutumes d'épousailles folkloriques… il y a une saveur historique qui me plait personnellement beaucoup dans tout cela. Au-delà des réserves qu'on peut avoir envers le reste de l'ouvrage, il y a matière à de très bons moments de jeu de rôle, si notamment on a à sa table des joueurs sensibles à cette atmosphère et les capacités d'en retranscrire la place de l'oralité exubérante. Le seul bémol toutefois : les PJ sont quasiment toujours amenés à jouer le rôle de temporisateurs face aux différents clans de Rohirrim et de Dunlendings. D'une certain manière ce sera un carcan qui pourra peser. Ils n'auront pas tant le verbe haut qu'apaisant.
Et l'on peut arriver au premier gros reproche à faire aux Serments du Riddermark : une linéarité extrême. Malgré l'existence de seconds choix secondaires, les grands axes sont imposés franchement. Et de la manière la plus grossière qui soit : le roi ou un des maréchaux de la Marche confie aux PJ telle ou telle mission. Les personnages non joueurs les accompagnant auront grosso modo très peu de rôle à jouer. Certes, lors des scénarios les auteurs propostent telle ou telle option pour casser le dirigisme global, mais à vrai dire, à les scruter de près, on réalise que beaucoup sont tellement peu vraisemblables qu'il y a bien peu de chance que les joueurs ne sortent des rails.

Deuxième reproche à faire : si l'amorce semble intéressante et que cette reconciliation entre Éogar et Cenric apparait comme un bon ressort narratif, elle souffre de deux défauts. Le premier est qu'elle fait apparaitre le roi Thengel comme extrêmement faible : il semble incapable de pouvoir imposer sa justice, la sanction du coupable et le paiement du wergeld, soit la fonction justicière cardinale dans les royautés. Cela semble bizarre : il est un souverain légitime et non un simple régent.
Pour réconcilier ses maréchaux, il doit en venir à imaginer un subterfuge : imposer le mariage de Mildryd, une cavalière de la suite d'Éogar, et Esmund, le neveu de Cenric et un de ses capitaines. Le mariage réconcilierait ainsi les deux maréchaux et le royaume consolidé. Mais on se demande bien pourquoi : les rancœurs personnelles ne devraient pas disparaitre pour autant et ce d'autant plus qu'il est bien expliqué que les deux maréchaux ne sont pas dupes des désirs du roi. Par ailleurs, Cenric n'apprécie pas Esmund et on l'on voit mal pourquoi le mariage de ce dernier l'engagerait tant que ça. Quant à Mildryd elle n'a pas de lien de parenté avec Éogar, même si ce dernier l'apprécie manifestement beaucoup (mais c'est dit très rapidement et ces liens d'affection ne sont pas du tout travaillés). Si au moins, les deux promis étaient les enfants directs des deux maréchaux, ils seraient nécessairement engagés par le mariage ayant cours mais là ce n'est pas le cas. Tout ceci semblera assez invraisemblable aux joueurs.

Mais le pire est sans doute le traitement de ces deux figures contraintes à un mariage politique. Mildryd et Esmund ont perdu leurs conjoints de manière précoce ce qui a dû les bouleverser. Et ils semblent avoir eu jadis un sentiment amoureux l'un envers l'autre, dans leur jeunesse, avant de faire des mariages de raison. Voici un contexte intéressant, permettant de dépeindre des personnages hauts en couleur, traversés de puissants sentiments sans doute contradictoires. Finalement il n'en sera rien : Esmund et Mildryd sont insignifiants et traversent l'histoire (qui devrait être leur histoire) comme des ombres.
À défaut d'une grande histoire, tissant politique et passion, sentiments et intérêts, on aurait au moins pu avoir de solides scénarios, plaisant à jouer. En fait, entre le premier scénario et le dernier, les personnages vont se contenter de résoudre des quêtes aux enjeux peu engageants : faire arrêter un bande de voleurs de chevaux, traquer des pillards orcs, éliminer un troll des neiges… À vrai dire, il n'y a peut-être que le dernier scénario qui voit le mariage organisé (car quoique fassent les joueurs avant, il le sera évidemment) qui prenne une dimension épique, même si c'est de manière extrêmement artificielle à travers l'apparition d'une horde d'ennemis orcs à la puissance quand même bien surprenante.
La platitude de ces scénarios très linéaires et dénués de figure inspirante est sans doute aggravée par l'étroitesse géographique : on ne quitte pas le Rohan, la Marche de l'Ouest et les Montagnes blanches. Les personnages ne verront rien de l'Isengard, de Fangorn ou des Saillies de Dun. C'est bien dommage car entr'apercevoir Saruman ou la couleur d'un Ent aurait sans doute pu donner plus de relief à ces aventures. En fait, seule une partie réduite du supplément Les Cavaliers du Rohan est utilisée et c'est à déplorer eu égard au résultat.
Pour sauver de ce naufrage Les Serments du Riddermark, il n'y a bien que la présentation, toujours agréable, la traduction de Justine Niogret qui est de qualité, et des cartes commodes pour suivre les itinéraires très balisés. Ces quelques points positifs de côté, on n'a un recueil de scénarios qui est sans le gros faux pas de la gamme par ailleurs très réussie de l'Anneau unique.
Dernière modification par Avangion le mer. avr. 01, 2020 6:12 pm, modifié 1 fois.

Alban
Messie
Messages : 1045
Inscription : mar. mars 04, 2014 5:27 pm

Re: Critiques

Message par Alban »

Avangion a écrit :
mer. avr. 01, 2020 5:32 pm
Voici ma critique des Serments du Riddermark pour l'Anneau unique. Je ferai une version plus courte pour le Grog.

... aie, bien peu engageant! Tu recommandes de ne pas l'acheter? Car dans mon souvenir, dans les Comtes des Terres Sauvages, il y avait aussi la description de quelques villages absent du livre de contexte (peut-être que je me trompe). Il n'y a rien à reprendre dans ces scénarios?

Avatar de l’utilisateur
Avangion
Transcendé
Messages : 739
Inscription : mer. juin 22, 2016 10:25 pm
Localisation : Paris

Re: Critiques

Message par Avangion »

Alban a écrit :
mer. avr. 01, 2020 6:01 pm
... aie, bien peu engageant! Tu recommandes de ne pas l'acheter? Car dans mon souvenir, dans les Comtes des Terres Sauvages, il y avait aussi la description de quelques villages absent du livre de contexte (peut-être que je me trompe). Il n'y a rien à reprendre dans ces scénarios?

Pff… il y a quelques scènes potentiellement sympathiques. Sinon on peut peut-être extraire tel ou tel scénario de la campagne pour en faire un petit scénario sans grand ambition mais ces scénarios ont quand même comme point de départ que les PJ sont des gens importants au sein de l'élite du Rohan (antrustion ou conseillers royaux…). Donc il faudrait quasiment en créer ad hoc. C'est d'ailleurs un point que je n'ai pas évoqué car ce n'est pas tant une critique qu'une donnée : pour jouer Les Serments du Riddermark, il faut au moins deux à trois Rohirrim dans l'équipe. Voire peut-être un dunlending dont il faudrait justifier la présence (un esclave affranchi, un enfant capturé tôt et élevé en Rohan).

Le dernier scénario, en partie retravaillé, pourrait donner de belle choses même si c'est totalement invraisemblable que Thengel n'arrive pas à mobiliser autour de lui ses deux maréchaux et que ces derniers puissent vouloir partir au front tout seul (une possibilité) ou déguerpir vers l'est (une autre possibilité).
Par contre l'ensemble se lit assez bien. Je vais d'ailleurs dire du bien de la traduction.

Magnyr
Profane
Messages : 22
Inscription : lun. janv. 20, 2020 3:14 pm
Localisation : derrière mon PC...

Re: Critiques

Message par Magnyr »

Alors les Serments du Riddermark n'est certainement pas le meilleur des suppléments de la gamme, mais c'est une perle à côté du Rire du Dragon...  :runaway

Avatar de l’utilisateur
Sykes
Dieu normand
Messages : 4585
Inscription : mer. oct. 26, 2011 12:32 am
Localisation : Quimper (29)

Re: Critiques

Message par Sykes »

Elle fait sourire celle là :)

Avatar de l’utilisateur
Avangion
Transcendé
Messages : 739
Inscription : mer. juin 22, 2016 10:25 pm
Localisation : Paris

Re: Critiques

Message par Avangion »

Magnyr a écrit :
jeu. avr. 02, 2020 11:05 am
Alors les Serments du Riddermark n'est certainement pas le meilleur des suppléments de la gamme, mais c'est une perle à côté du Rire du Dragon...  :runaway

C'est ma prochaine lecture.

Répondre