Père Castor, raconte-moi tes parties

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
Avatar de l’utilisateur
Silerias
Pape
Messages : 694
Inscription : sam. janv. 29, 2011 12:58 am
Localisation : Dinan
Contact :

Re: Père Castor, raconte-moi tes parties

Message par Silerias »

Superbe retour, Steve J. Je suis doublement intéressé par ton travail:
- En tant que MJ à Undying
- En tant que bricoleur de systèmes en train de revoir mon propre hack d'Undying (le jeu que j'avais pondu pour le Gamechef: Les Familiers de Brocéliande où les rôles seraient: les familiers, la forêt, le mage et les lieux de pouvoir) à peu près de la même façon que toi (mais sans jamais avoir lu Polaris)
Apocalypse World Addict.
Image
Avatar de l’utilisateur
Nébal
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2122
Inscription : jeu. avr. 04, 2013 10:04 am
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: Père Castor, raconte-moi tes parties

Message par Nébal »

Hier, nouvelle partie d'Inflorenza... qui nous a laissé un goût un peu amer en bouche. D'où ce compte rendu détaillé, avec débriefing, histoire de ne pas renouveler certaines erreurs.

Cela dit, je me suis beaucoup amusé quand même, hein.

Hop, ça se trouve là : http://nebalestuncon.over-blog.com/arti ... 03030.html
Welcome to Nebalia : Crypt of Cthulhu, Vol. 1, No. 2
Random Academy Pilot : Renforts impériaux
Avatar de l’utilisateur
binoclard
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1686
Inscription : ven. nov. 30, 2012 4:07 pm
Localisation : Meyrin - Genève

Re: Père Castor, raconte-moi tes parties

Message par binoclard »

Merci Steve J. Ce partage des rôles à l'air vraiment super intéressant, et l'idée colle vraiment bien au thème.

Bon courage pour la suite. :yes:
Chaque fois que je viens sur ce forum, je peux ajouter un jeu à la liste des trucs qui me font envie… :?
Avatar de l’utilisateur
Steve J
Dieu en Quetchua
Messages : 2485
Inscription : dim. oct. 08, 2006 1:41 pm
Localisation : Lyon

Re: Père Castor, raconte-moi tes parties

Message par Steve J »

Merci à binoclard et à Silerias pour votre intérêt. J'ai créé un topic pour mon adaptation du jeu, Silérias n'hésite pas à nous parler de ton adaptation. J'avais survolé la version GameChef de ton jeu et je ne me souviens plus de cette logique de partage des rôles. Je suis passé à côté de quelque chose ou tu l'as rajouté par la suite ?
Fan des hacks d'Apocalypse World qui commencent par la lettre "W" : Worlds in Peril, World Wide Wrestling RPG
Avatar de l’utilisateur
Silerias
Pape
Messages : 694
Inscription : sam. janv. 29, 2011 12:58 am
Localisation : Dinan
Contact :

Re: Père Castor, raconte-moi tes parties

Message par Silerias »

Steve J a écrit :Merci à binoclard et à Silerias pour votre intérêt. J'ai créé un topic pour mon adaptation du jeu, Silérias n'hésite pas à nous parler de ton adaptation. J'avais survolé la version GameChef de ton jeu et je ne me souviens plus de cette logique de partage des rôles. Je suis passé à côté de quelque chose ou tu l'as rajouté par la suite ?
ça n'y était pas. Dans le cadre du concours, je ne voulais pas m'aventurer dans un truc que je ne pouvais pas assumer par manque de temps mais depuis ma lecture de Dream Askew, l'envie était là. J'ai l'espoir de ne pas rendre les choses rigides par contre, tout en respectant le principe de Paul Czege... De ne pas imposer des morceaux rôles de MJ qu'un joueur n'a pas envie d'assumer... à voir...
Apocalypse World Addict.
Image
Avatar de l’utilisateur
Steve J
Dieu en Quetchua
Messages : 2485
Inscription : dim. oct. 08, 2006 1:41 pm
Localisation : Lyon

Re: Père Castor, raconte-moi tes parties

Message par Steve J »

Je voulais tester depuis longtemps Hot Guys Making Out le jeu de romance homosexuelle de Ben Lehman. C'est fait depuis hier soir.

Le jeu propose un contexte, la guerre civile espagnole, et des prétirés que je n'aime pas beaucoup.
Les deux amants sont Gonsalvo, un très jeune homme timoré et émotif, et Honoré, un ami du père de Gonsalvo, résolu et passionné. Bref il y a explicitement un personnage passif et un personnage actif, les mécanismes de jeux incitant à ce que Gonsalvo exprime ses émotions pendant qu'Honoré agit physiquement.

Du coup j'ai adapté le contexte à l'univers de Donjon et Dragon, les deux amants étaient Marcas, un humain, le meilleur maître d'arme du royaume, un homme réservé mais fort et Arwan, son disciple, un elfe fougueux et passionné.
Cela me permettait de retourner un peu la logique actif/passif.
S'ajoutaient Elvena, une elfe promise en mariage à Arwan mais sentant bien que ce dernier lui échappait et Boron, un nain frère d'arme de Marcas.

Le jeu fonctionne avec un jeu de cartes (chaque joueur à une main de 5 cartes) et une logique de tour.
Après avoir cadré la scène, les joueurs peuvent jouer des cartes à tour de rôle. S'il ne peuvent pas joueur une carte de valeur plus élevée que la précédente ils doivent passer.
Chaque carte correspond à un type d'action :
*les cartes qui ne sont ni des cœur, ni des figures, permettent des actions normales. Une action normale de Marcas est par exemple d'exprimer ses sentiments (par exemple par le monologue) et une action normale d'Arwan d'agir de façon résolue sans exprimer ses sentiments.
*certaines cartes permettent des moments de passion permettant de faire avancer la relation physiquement ou émotionnellement (les amants doivent faire quelque chose qu'ils n'ont jamais fait).
*certaines cartes permettent des actions spéciales, par exemple Elvena peut utiliser les Reines pour donner des conseils et octroyer des bonus.
*les As font avancer la Menace, l'élément perturbateur qui s'oppose à la relation entre les deux amants.
Première scène
La partie commençait autour d'un repas, Arwan détaillait Marcas du regard rendant Elvena follement jalouse. Finalement, avant l'entrainement, arrive Darwen (1), le père d'Arwan venu voir comment se déroule l'entrainement.
Boron et Elvena l'amène visiter le jardin, pour qu'il laisse tranquille Arwan et Marcas. En lui faisant visiter le jardin, Elvena remarque qu'une goutte de sang coule du fourreaux de Darwen. Il sort alors l'arme, couverte de sang d'homme dragon. Il explique fièrement à Elvena qu'il s'agit du sang d'un visiteur du village elfique qui a voulu coucher avec une elfe, Darwen lui a planté sa lame dans le dos pendant qu'ils faisaient l'amour. En coulant, le sang de l'homme dragon flétrit les fleurs du jardin.

Deuxième scène
Arwan et Marcas s'entrainent, même si Arwan propose un combat au corps à corps l'érotisme de la scène reste caché dans les mots et les sous-entendu entre les personnages.
Elvena les observe de battre. Elle ne comprend pas ce qu'Arwan trouve à Marcas, qui combat avec efficacité mais sans grâce. Elle finit par comprendre en les regardant au contact. Réunis Marcas et Arwan semblent ne faire qu'un seul homme, un seul duel,
Darwen arrive et vitupère à propos d'un tournoi de gladiateur permettant à des elfes et des humains de s'affronter. Pour lui le combat en tournoi est comme un acte amoureux, un combat magnifique, laisser des espèces différentes s'affronter c'est comme leur permettre de faire l'amour ensemble, c'est une abjection.
Marcas, excédé, lui fait remarquer qu'il a déjà affronté des nains, c'est comme s'il avait fait l'amour avec eux. Darwen sort son épée sous l'affront, elle est couverte d'un sang différent de celui de l'homme dragon.

La suite de l'histoire se centre beaucoup sur le combat contre Darwen, qui massacre les amants interraciaux chaque nuit. Finalement, Marcas finit par le tuer, suivant le conseil d'Elvena. Il cache son corps mais son fantôme revient hanter son fils.
Arwan finit par pardonner à Marcas mais ce dernier est tué par le fantôme de Darwen.
Bon raconté comme ça l'histoire est tendue et tragique. En vrai c'était un peu décevant, le jeu est jonché de pièges à éviter pour une première partie :
*globalement l'histoire s'excentrait trop sur l'histoire du père, on était venu pour raconter une romance homosexuelle et on se retrouvait avec un scénario d'enquête : il me semble important de centrer toutes les scènes sur le couple, ce qui intéresse dans la Menace c'est ses effets sur l'histoire d'amour
*nos Scènes partaient dans tous les sens, il s'y passait beaucoup trop de chose et les interventions des joueurs étaient parfois longues. Là encore il faut vraiment centrer la narration. Ici chaque joueur amenait chaque scène dans des directions différentes plutôt que d'ajouter aux éléments des autres
*le joueur du personnage "actif" (ici Arwan) n'était pas assez actif. Il avait mal compris son personnage qui doit constamment séduire physiquement le personnage passif (Marcas). Il s'agit de faire monter la tension physique entre les deux personnages jusqu'à ce qu'une carte permette à Marcas de s'abandonner à la passion. Là on ne va pas se mentir ça restait hyper-chaste, jamais très érotique (on ne parle pas -forcement- de décrire des relations sexuelles, juste de décrire l'attraction physique entre deux êtres). On passait à côté du cœur du jeu.
*la rédaction des règles est un peu floue et il faut y réfléchir un peu avant la partie pour éviter les bugs.
*le personnage de Boron, calqué sur un personnage prétiré présent dans le PDF n'est vraiment pas passionnant. Ses interactions avec les autres PJs sont décevantes. A la limite on a presque envie de raconter deux histoires d'amour en commun, plutôt que de se centrer sur une relation et d'avoir deux joueurs qui tiennent la chandelle (même si Elvena est plus intéressante car jalouse de Marcas).

Bref essai suffisamment intéressant pour que l'ensemble des joueurs soient prêts à y rejouer mais ce n'était pas complètement concluant.

(1) Notre incapacité à inventer des noms elfes a quelque chose de comique non ? :mrgreen:
Fan des hacks d'Apocalypse World qui commencent par la lettre "W" : Worlds in Peril, World Wide Wrestling RPG
Avatar de l’utilisateur
chaviro
Dieu des raleurs pour rien
Messages : 4696
Inscription : jeu. févr. 01, 2007 7:29 am

Re: Père Castor, raconte-moi tes parties

Message par chaviro »

:o Je voudrais dire quelque chose, mais je ne sais pas quoi :?
:pri
L'OSR est le véganisme du JDR
«Les rôlistes ont bien raison de se défendre des machines à saucisses»(Romaric B.)
«Un TPK d'entrée, c'est bon»(Dude)
«Quand les joueurs en ont marre de voir leurs PJ sodomiser des poney morts, ils commencent à jouer»(Dr Dandy)
Avatar de l’utilisateur
Mat
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2805
Inscription : jeu. août 03, 2006 12:09 am
Localisation : Paris

Re: Père Castor, raconte-moi tes parties

Message par Mat »

J'ai toujours été dubitatif devant les jeux de romances (quelque soit leurs préférences sexuelles). Lorsque je lis le système j'ai l'impression que ça permet surtout de simuler le scénar d'une télé novellas. j'aime bien les cartes et les jeux narratifs, donc je reste curieux. Penses tu qu'il y a moyen de faire autre chose que de la romance avec ce système ?
"Débouler chez des inconnus, de préférence bien plus faibles que soi, les menacer, les tuer pour leur voler leurs biens... c'est vrai qu'à donj, ça n'irait choquer personne ; tout au plus on dirait qu'il y a un problème équilibrage dans l'opposition." Capitaine Caverne 11/12/16
Avatar de l’utilisateur
Steve J
Dieu en Quetchua
Messages : 2485
Inscription : dim. oct. 08, 2006 1:41 pm
Localisation : Lyon

Re: Père Castor, raconte-moi tes parties

Message par Steve J »

Bah l'ambition du jeu n'est pas de vivre une romance complexe et crédible. C'est justement de jouer la passion dévorante, le feu qui couve sous la glace, les cœurs prêts à s'embraser. Son objectif n'est pas la telenovala mais le yaoi, genre tout aussi excessif.

Je ne le pense pas très utile pour faire autre chose que de la romance. Je ne dis pas qu'on ne pourra pas s'inspirer de cette logique de jeu de carte pour faire autre chose mais en l'état je ne vois pas de hack évident.

Je suis moins critique des jeux de romance par contre. Le souci principal que je vois c'est que ces jeux fonctionnent souvent mieux à deux joueurs et que, du coup, c'est un peu intimidant. A moins d'y jouer en couple, il est difficile de se réunir seul avec un ami pour y jouer sans rougir un peu (vous me direz c'est assez immersif :mrgreen: ).
Fan des hacks d'Apocalypse World qui commencent par la lettre "W" : Worlds in Peril, World Wide Wrestling RPG
Avatar de l’utilisateur
pelon
Ascendant
Messages : 1508
Inscription : mer. sept. 26, 2012 9:41 am
Localisation : Palaiseau 91

Re: Père Castor, raconte-moi tes parties

Message par pelon »

lu comme ça,
pourquoi une romance homosexuelle, n'importe quel autre type d'amour interdit (entre race comme dans le scénar par exemple) fait l'affaire.
Avatar de l’utilisateur
Steve J
Dieu en Quetchua
Messages : 2485
Inscription : dim. oct. 08, 2006 1:41 pm
Localisation : Lyon

Re: Père Castor, raconte-moi tes parties

Message par Steve J »

pelon a écrit :lu comme ça,
pourquoi une romance homosexuelle, n'importe quel autre type d'amour interdit (entre race comme dans le scénar par exemple) fait l'affaire.
En fait le jeu émule le genre Yaoi qui est marqué par la dichotomie entre un amant qui exprime ses sentiments mais ne parvient pas à agir et un autre qui est passionné et actif mais ne parvient pas a exprimer ces sentiments.
Les mécanismes de jeu s'articulent autour de ça. C'est le seul invariant du jeu.

Ceci étant dit il est parfaitement possible d'en faire une histoire hétérosexuelle. Le jeu propose des personnages par défaut, qui sont homosexuels, mais il est très facile de créer les siens (cela ne m'a pas pris plus de 30 minutes je pense), le jeu le propose d'ailleurs (même si l'auteur a toujours joué dans son cadre initial).
Pour le coup tu peux même prendre le contexte de base et changer le sexe d'un des deux amants.

En fait on est même pas obligé de jouer un type d'amour interdit (notons d'ailleurs que dans notre cadre le problème de notre relation n'est pas l'homophobie mais le racisme). La Menace peut parfaitement être différente, par exemple on aurait pu décider que c'était la jalousie d'Elvena qui entravait la relation (ou même une attaque de zombies).
Fan des hacks d'Apocalypse World qui commencent par la lettre "W" : Worlds in Peril, World Wide Wrestling RPG
Avatar de l’utilisateur
killerklown
Dieu des intégristes contrariés
Messages : 7416
Inscription : mer. mai 31, 2006 4:52 pm
Localisation : Allemagne

Pulp pseudo Stormchasers

Message par killerklown »

Hier soir, j'ai fait jouer à une table "one shot" (un des joueurs étant absent jusque Octobre à partir d'aujourd'hui) le scénar "Die Glocken lauten" pour Chroniques oubliées contemporain.
Il s'agit d'un scénar qui commence très pulp pour glisser à partir de l'acte II dans l'horreur p(o)ulpique.
Mais on n'a pas joué plus loin que l'acte I, par manque de temps (4h de jeu pour l'acte I "rallongé")

Je l'ai motorisé avec une version modifiée des cheap tales sous couvert de Stormchaser.
J'ai du coup utilisé la superbe feuille de perso de Najael :bierre:

ATTENTION, PLEINS DE SPOILERS POUR TOUT JOUEUR POTENTIEL DE CE SCÉNAR
Spoiler:
Le scénar a plutot bien plu à mes joueurs, sauf la toute fin (ils ont trouvé illogique de survivre à la dernière scène :lol: Ces joueurs de Chtuluh, je vous jure :bravo: )

Comme proposé dans un encadré su scénar, j'ai fait commencer mes joueurs In Media Res à la poursuite de 4 ruffians venant de voler des papiers dans le QG de la société de transport par Zeppelin LLoyd & Brümach, l'employeur des mes stormchasers (que j'ai présentés comme des financiers de l'organisation qui avaient besoin d'un coup de main pour la sécurité du vol d'inauguration de leur nouveau Zeppelin ultra rapide, avec 8 super-turbines-de-la-méga-mort-qui-tue)
Donc poursuite sur le tarmac de l'aérodrome, défonçage de la clôture sur laquelle les ruffians étaient en train de grimper, combat et acrobaties, ils arrivent à bruler 2 des 3 feuillets volés grâce à un magnifique jet de lampe tempête, s'accrochent sur ou rattrapent le camion avec lequel les derniers ruffians s'échappent.
Combat à mains nues dans la cabine du camion fou (car sans conducteur... Il s'était pris une balle dans la tête) et élimination au shuriken des ruffians à thommygun situé dans la partie "pick-up" du camion.
Ma nouvelle joueuse à "fini" le dernier ruffian en lui éclatant la tête à multiples reprises sur le volant du camion qui s'était arrêté à moins d'un mètre d'un beau chêne, faisant sonner le klaxon à chaque martelage de la tête sur le volant.
Sur la poitrine des ruffians habillés comme des ouvriers des bas-fonds londoniens, nos stormchasers ont trouvé un tatouage en Cantonnais (un perso parlait le chinois, il a su reconnaitre que c'était l'idéogramme pour Dragon, mais modifié)
Quelques heures de sommeil plus tard, au matin du 16 Janvier 1936, voilà nos Joueurs prêts à superviser l'embarquement des passagers et du personnel.
Les choses s'annoncent mal:
  • le Capitaine du Zeppelin est un crétin fini, imbu de lui-même et considère les PJs comme ses larbins
  • L'intendant est en panique, un vol devant amener la moitié du personnel de service est ultra en retard. ils n'arriveront pas à temps pour le décollage. Une équipe de secours a cependant pu être trouvée (Mes joueurs les ont trouvés très suspects, à raison)
  • Ils ont trouvé une caisse marquée "FOOD" remplie d'armes près de l'avion de secours de réserve
  • Une personne recherchée par la Royal English Police s'est introduite à bord (L'espion cité dans le scénar) qu'ils ont remarqué sur un bon jet de perception alors qu'il était bien déguisé. Ils en étaient certains une fois avoir vérifié sur le tableau des avis de recherche dans le mess des officiers du zeppelin
Ils ont passé beaucoup de temps à fouiller le personnel engagé "sur le pouce" et n'ont trouvé que un couteau sur l'une des serveuses (leurs armes sont déjà à bord), à vérifier que le gars louche (L'espion) était bien celui de l'avis de recherche de la REP.
Finalement, ils ont campé près de l'avion avec lequel les malfrats voulaient s'envoler, une des joueuses a mangé avec le reste des passagers et s'est endormie sous le coup des somnifères mis dans la bouffe par les gens du Dragon. Le pilote du groupe a finit par se rendre compte que la trajectoire du Zeppelin était bizarre et a évité de se crasher sur une montagne... ... pour rentrer dans un nuage orageux. Un éclair catastrophique plus tard, le Zeppelin s’abîmait das ces alpages italiens...
les joueurs se réveillent quelques secondes, ils sont alongés dans une profonde couche de neige avec des débris les entourant de partout. Au loin ils semblent appercevoir un édifice religieux et une troupe de silhouettes avec torches semble se rapprocher.
Fin de l'acte I et Cliffhanger sur la suite...
Bref une partie très sympa, un cadre amusant, un scénar un peu dirigiste (pour le moment: la suite est bcp plus libre) mais aussi très pulp...
J'avais raté quelques détails à la première lecture (comme la destination du vol...), mais l'auteur très à l'écoute a su me diriger.
Bref, on verra la suite, je sens que ca va moins bien se passer pour mes joueurs :twisted:
Avatar de l’utilisateur
Steve J
Dieu en Quetchua
Messages : 2485
Inscription : dim. oct. 08, 2006 1:41 pm
Localisation : Lyon

Re: Père Castor, raconte-moi tes parties

Message par Steve J »

Hier soir nous avons testé WITNESS THE MURDER OF YOUR FATHER AND BE ASHAMED, YOUNG PRINCE à 5 joueurs. On voulait voir si le jeu au titre le plus classe du monde était aussi un bon jeu.

Il s'agit d'un nanojeu, autant pour la taille (8 pages) que par la durée de la partie : une heure de jeu.
On y incarne des princes (on s'est permit d'y ajouter une princesse) qui viennent d'assister à la mort de leur père. Ce dernier avait fait un pacte avec le démon corbeau pour s'assurer la prospérité du royaume. Ce pacte est aussi une malédiction : si les princes ne parviennent pas à se mettre d'accord dans l'heure pour désigner un coupable et déterminer un successeur pour le roi, alors le démon corbeau prendra possession du royaume.

Les règles tiennent en peu de pages mais sont en fait assez nombreuses et précises. Elles donnent à la fois une dimension jeu de société (on pense un peu aux Chevaliers de la Table Ronde) et un côté ritualisé au jeu (par l’usage de phrases clefs notamment).
Pour l'aspect jeu de société on note notamment la possibilité de tirer -plus ou moins au sort- un traître qui soutiendra en secret le démon corbeau et aura des objectifs différents des autres joueurs. Même s'il s'agit un jeu de récit, les possibilités de contredire les autres joueurs sont codifiées et limitées par un système de jetons (on peut par exemple contredire un joueur en lui tendant un jeton noir). Cela fait un peu penser au système du jeu du Baron de Munchausen mais en plus compliqué. C'est la composition des mains en jetons qui déterminera l'héritier du trône.
Pour l'aspect rituel, on commence par s’asseoir autour de la table dans l'ordre des âges. C'est l’aine qui gère la discussion mais le benjamin qui prend garde au temps qui passe. On introduit son personnage par des phrases du type "Moi, [nom du personnage], je suis le plus [adjectif] des enfants de mon père".
Après une discussion libre, chacun des frères raconte sa vision de la mort de son père, on commence par le plus jeune pour aller vers le plus agé et on introduit aussi sa description par une phrase rituelle (un truc du genre "Nous avons entendu [nom du prince précédent]. Maintenant voici ce que j'ai vu".

Au final c'est l'ambiance du jeu qui nous convainc le plus. Pendant l'heure que durait la partie on était vraiment à fond dans nos personnages, nous nous amusions à parler dans un langage chevaleresque et nous prenions pas mal de plaisir à raconter nos différentes versions du meurtre de notre père. L'aspect rituel et surtout les phrases clefs fonctionnaient à plein et permettait une immersion rapide. C'est tout bête une phrase clef mais c'est vraiment un élément de jeu très efficace pour poser une ambiance.
Par contre le côté tactique n'était pas terrible. Les divers mécanismes d’interruptions étaient trop nombreux et pas suffisamment intéressants pour nous convaincre. Le jeu ne parvient pas tellement à permettre la confrontation des points de vu, les échanges de jetons sont de plus peu fluide et viennent hacher la narration sans la soutenir.

On s'est quand même dit qu'on y rejouera, il n'est pas si facile de trouver des jeux qui se permettent de poser une ambiance en moins d'une heure de jeu. :wub:
Fan des hacks d'Apocalypse World qui commencent par la lettre "W" : Worlds in Peril, World Wide Wrestling RPG
Avatar de l’utilisateur
Nightfalls
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1746
Inscription : dim. août 20, 2006 8:18 am
Localisation : Marseille

Re: Père Castor, raconte-moi tes parties

Message par Nightfalls »

Ben voilà. Cet aprem, après plus de 100 séances (120 d'après le mj) réparties sur 6 années (avec une grosse pause au milieu), nous avons achevé la campagne de Qin.
Heureusement, le mj a changé beaucoup de choses à partir de la moitié de la campagne (je dis heureusement, parce qu'il nous a raconté ce qui aurait dû se passer s'il avait suivi la ligne officielle et ça nous a fait halluciner tellement c'était bancal... 8O ) et nous avons fini en semi retraite dans un village du Chu, peinards. D'un point de vue personnel, on a largement évité le pire (mon perso a sauvé l'amour de sa vie (sa concubine), son épouse et ses deux jeunes fils). Par contre, on a dû laisser le roi du Qin en place. C'était l'un ou l'autre, hélas.

Au final, comme je l'avais déjà dit, sur le fond, c'était bien, voire très bien :D
Dommage que le système ne soit pas à la hauteur des prétentions héroïques du jeu :grmbl:

a+
Avatar de l’utilisateur
Ange Gardien
Dieu du psychonautisme
Messages : 5693
Inscription : mer. juil. 30, 2003 4:45 am
Localisation : St Germain du Puy, Cher.
Contact :

Re: Père Castor, raconte-moi tes parties

Message par Ange Gardien »

Alors pour Qin, oui, j'ai eu le même souci, la fin de la campagne a des obligations que je qualifierais d'inadmissible dans presque toutes les tables, mais pour l'épique ou l'héroïque, pas de souci. En ne respectant pas les règles d'expérience (trop peu gratifiantes) et en finissant par filer un tao à 6, deux taos à 5, quatre taos à 4 et tous les autres à 3, la patate de sa mère...
Le seul bémol est le manque de points de Ki qui peut vite venir, mais les doubles aidant un peu et la possibilité de se dire que ça recharge entre les combats s'il y en a plusieurs dans la journée : plaf, sans problème.
J'ai, il est vrai, peu joué avec les styles de combats ou la magie.

Plus je lis les compte-rendus de Steve J, plus je découvre des jeux absolument pas faits pour moi (dans les règles), mais des scènes à placer dans des jeux classiques.
Mais dans le cadre aussi spécifique que celui de la romance, j'ai toujours un peu peur que les règles l'empêchent. Je préfère deux ou trois simples jets de charisme et séduction et placer des éléments qui feront que les pjs se décident.
Un jour, il faudra par curiosité que je lise un jdr (au sens où je l'entends, c'est à dire obligatoirement avec un seul mj, si le mj tourne ou n'existe pas, ça sort - pour moi - de la catégorie que j'apprécie en jeu de rôle) basé sur la Romance, parce que c'est effectivement un des thèmes que je préfère aborder.
Verrouillé