[CR] Magistrats & Manigances - parties test [SPOILER SANGYUAN]

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
Avatar de l’utilisateur
Macbesse
Dieu en cyrillique
Messages : 5665
Inscription : jeu. sept. 07, 2006 8:48 pm
Localisation : Paris-Tachkent

[CR] Magistrats & Manigances - parties test [SPOILER SANGYUAN]

Message par Macbesse »

Chose promise, chose due, je rends compte de mes parties Magistrats & Manigances sur Casus No. J'aurais bien voulu commencer par l'Alpha, la mère des parties, mais la deuxième est toute fraîche et je serai plus efficace.

C'est un dimanche après-midi, il fait un temps superbe, les rôlistes sont enfermés, tout est normal. Romain et moi avons un peu revu le système après l'Alpha, mais tant que ça. Le moteur s'était révélé efficace et nous n'avions qu'à faire quelques ajustements à la marge. Je suis donc assez confiant. J'imprime toutes les villes du Juge Ti car les outils de création de district ne sont pas encore tout à fait prêts et que j'ai besoin d'un cadre prêt à jouer, quitte à le modifier un peu et je décide de jouer en improvisation pure, contrairement à l'Alpha où j'avais facilement quatre lignes de scénario pour mon enquête principale. Là, non. Je veux voir si le système me permet de faire émerger mes trois affaires, la principale et les deux secondaires. Je ne prépare donc rien et je vais me faire un café.

Arrivent les joueurs. Deux sont des lecteurs assidus du Juge Ti, le troisième découvre. Ca parle bureaucratie, examens littéraires, codes de loi et médecine légale. Vingt minutes plus tard, je décide que tout le monde a assez d'informations pour créer le Magistrat et ses Assistants. Encore une fois, comme dans l'Alpha et contrairement à ce qui est écrit dans les règles, on commence par les Assistants. Faut dire que les archétypes traînent au milieu de la pièce, une pile pour les Statuts, une pile pour les Tempéraments, et trente-six combinaisons possibles. Les joueurs finissent par se décider pour un Repenti Protecteur, un Lettré Méticuleux et un Praticien Bon vivant, ce qui donne, comme distribution :

- Tsiao Tai : Ancien chevalier des vertes forêts, Tsiao Tai a beaucoup pratiqué le braconnage et, plus épisodiquement, le banditisme. Il redistribuait une partie de ses gains au village et buvait le reste. Tsiao Tai considère que la plupart des bandits le sont par nécessité et considère de son devoir de protéger les petits délinquants. Il a été à leur place, autrefois. Il apprécie le Magistrat car il trouve qu'il a bon coeur et ne sanctionne pas trop durement les délits mineurs. Le Magistrat sait qu'il continue à faire des choses illégales mais ferme les yeux car il sait qu'il ne fait rien de vraiment moralement répréhensible.

- Bao Ju : Disciple du Docteur Feng, Bao Ju vient de réussir brillamment les Examens littéraires. Il a l'intransigeance de la jeunesse. Personne ne doit échapper à la loi, et seul compte l'acte commis. Il est particulièrement doué pour l'étude des jurisprudences et voue un amour immodéré aux Archives, qui sont la clé de la vérité.

- Mi Yuk : Avec son nom guttural et ses vêtements en peau, Mi Yuk n'a pas l'air d'une Han, et pour cause, elle est issue d'une tribu du nord. Ancienne tenancière d'auberge, Mi Yuk faisait aussi rebouteuse et elle en connaît long sur les simples, au point que son mari, un homme détestable, a fini par boire le bouillon de onze heures. Le Magistrat lui évité la corde et l'a pris sous son aile. Ne pouvant décemment la nommer Contrôleur des Décès, il en a fait sa cuisinière. Par contre, il fait toujours en sorte qu'elle ne soit jamais loin quand il y a un cadavre à examiner. Mi Yuk a le sens de la fête et ne s'embarrasse pas trop de savoir avec qui elle la fait, ni avec qui elle passe la nuit, ce qui peut facilement poser de vrais problèmes.

Les joueurs ont l'air d'accord sur le fait que le Magistrat n'est pas un type cruel, sans quoi les Assistants ne travailleraient pas pour lui. C'est donc le moment de marteler que je ne demande que deux choses, qu'il soit intègre et perspicace. Le reste dépend d'eux.

Ils choisissent de le créer vieux. S'il est vieux, c'est qu'il n'espère plus faire carrière. Coexistent à un moment deux images du Magistrat, celle d'un petit fonctionnaire qui a occupé un poste subalterne jusqu'à rassembler assez d'argent pour prendre le temps de préparer le Deuxième Examen et celle d'une grande carrière brisée. C'est la grande carrière brisée qui l'emporte. Nous décidons que le Magistrat a été Secrétaire d'Etat du Ministre de la Justice de l'Impératrice Wu Zeitan. Après l'assassinat de l'Impératrice et la restauration patriarcale, le temps s'est couvert pour tous ses partisans et le Secrétaire d'Etat Peng est devenu juge de district sur une marge occidentale de l'Empire, lui qui toute sa vie avait occupé des postes à la capitale. Il a malgré tout réussi à faire en sorte que sa Première épouse reste à la capitale, mais on l'appelle sous nom de jeune fille. Sa deuxième, Oeil de Jade, n'a pas pu avoir cette chance : benjamine du Ministre, décapité, elle n'a pas eu d'autre choix que de suivre son mari. Elle est un peu aigrie par cette situation et compense en intriguant comme elle le faisait à la Cour - après tout, c'est pour cela que le Secrétaire Peng l'avait épousée. Les joueurs ont l'air passionnés par le sujet et créent une troisième épouse, Rose Blanche, qui est nettement plus jeune que les deux autres et n'est certainement pas de la même classe sociale. Veuve d'un condamné à mort, le Magistrat l'a épousée au terme de son deuil de trois ans et elle lui a donné une fille quelques mois plus tard. A propos d'enfants, le fils de la Première est officier de carrière et celui de la Seconde candidat aux Examens littéraires. Les relations ente la Deuxième et la Troisième sont bien sûr exécrables et le Magistrat est fréquemment sollicité pour arbitrer des querelles domestiques, ce dont il a une sainte horreur.

J'accélère un peu et leur parle du rôle central de l'aveu : sans aveu, pas condamnation. Il faut que le Magistrat obtienne publiquement l'aveu du criminel pour le condamner. Pour cela, il a d'abord la puissance de son raisonnement. Se sachant pris, le criminel avoue. Pour les cas où ça ne suffirait pas, il emploie d'autres méthodes : les promesses, la torture, par exemple. Ils doivent choisir deux méthodes dans lesquelles il est fort, deux dans lesquelles il est faibles.

Fort :
- Exercice de l'autorité
- Piégé par son orgueil
L'exercice de l'autorité va bien avec un ancien Secrétaire, et le piège par l'orgueil indique un Magistrat aimant ruser pour parvenir à ses fins.

Faible :
- Gentillesse extrême
- Peur de l'Au-delà
Le Magistrat a bon coeur mais n'est pas spécialement doué pour se montrer gentil. Au temps de l'Impératrice, il fallait se montrer dur. Il méprise les superstitions et ne voit donc pas pourquoi il y ferait appel.

Reste à choisir les événements qu'il sait bien, ou mal gérer :

Bien
- Disparition
- Meurtre en série
Le Magistrat a déjà eu à faire à des choses semblables dans le précédent district.

Mal
- Attaque de fauves
- Mauvaise récolte.
Le Magistrat est un homme des villes. Il n'a pas grand-chose à faire de ces problèmes paysans et les prend à la légère. Les joueurs ont l'air d'avoir très envie d'une attaque de tigres, un classique des romans chinois, y compris ceux qui ne sont pas taillés pour.

On choisit sa nouvelle affectation, pas très prestigieuse. Nous prenons le plan de Pou-Yang (la deuxième affectation du Juge Ti) et décidons qu'elle est située sur la côte, mais très au nord. C'est toujours mieux que le précédent. Je le saupoudre d'une pincée de piraterie japonaise et la ville originale est méconnaissable. Je tire au sort le devenir du précédent Magistrat et obtiens "Est devenu Préfet, le district est sous sa juridiction". Voilà qui est intéressant. Ce sera le Docteur Liu. Il vient de réussir le troisième concours. Le poste n'est pas très prestigieux pour un Docteur, et les joueurs commencent à se demander s'il ne va pas chercher à faire ses preuves au détriment du Magistrat Peng !

Image

Pendant que les joueurs définissent les relations des PJ entre eux, ils ont aussi l'air d'avoir très envie de vols de pomme. Le chevalier des vertes forêts craint que l'intransigeance du jeune lettré ne le pousse à sanctionner le moindre vol de pomme et se montre très circonspect.

Vol de pomme, le vol de pomme divise les personnages sur leur ligne de conduite... on doit pouvoir en faire quelque-chose... le gong du Tribunal est frappé et le Premier Scribe vient chercher le Magistrat. La partie commence.

La suite demain. :)
Dernière modification par Macbesse le mar. avr. 04, 2017 1:51 pm, modifié 2 fois.
Ravortel
Dieu d'après le panthéon
Messages : 4118
Inscription : lun. juin 02, 2014 5:52 pm
Localisation : Pas là.

Re: [CR] Magistrats & Manigances - parties test

Message par Ravortel »

Hmmm... Ca y est, abonné au fil :)
Dieu du Vrai, Ultime et Tant Envié Foie Gras Véritable
Avatar de l’utilisateur
Macbesse
Dieu en cyrillique
Messages : 5665
Inscription : jeu. sept. 07, 2006 8:48 pm
Localisation : Paris-Tachkent

Re: [CR] Magistrats & Manigances - parties test

Message par Macbesse »

On déballe les malles et se pose la question de savoir qui prend quelle chambre. La jeune épousée fait valoir qu'elle un enfant en bas-âge et qu'il faut de la lumière pour la petite. Oeil de Jade s'accroche à la préséance. Le Juge Peng commence à avoir mal crâne et accueille le Premier Scribe avec soulagement. Il se dit que ça va sûrement être un simple conflit de bornage.

Effectivement, deux paysans bien habillés se présentent devant le Tribunal. Ils accomplissent trois fois le ko-téou. L'un des joueurs se porte volontaire pour incarner le Magistrat et déclare l'audience ouverte. Tous les joueurs sont dans la tête du Magistrat et écoutent la déposition du plaignant. Tout le monde joue, fait des remarques et reste attentif, ce qui est l'un des objectifs du système. Bin Wu explique qu'en vertu de la rotation triennale des lots agricoles, il va recevoir le lot qu'a occupé Gao Chu. Il ajoute qu'il s'agit de lots d'abricotiers. Chu s'est très mal occupé de ses arbres et les a laissés dépérir, tandis que lui, Bin Wu, en a pris le plus grand soin. Pour que justice lui soit rendue, il faut suspendre la rotation des lots et laisser à chacun le fruit de son travail. Le Magistrat donne alors la parole à Chu. Chu répond simplement qu'il a pris soin de ses arbres mais que la terre est ingrate et exposée au nord, ce qui expose les arbres aux gelées tardives.
Le Magistrat tente de rassembler ses souvenirs des Examens littéraires sur les systèmes agraires et fulmine intérieurement d'avoir fait l'impasse sur le sujet. C'est la première affaire, il y a déjà du public dans la salle de tribunal du yamen, les gens viennent voir leur nouveau Magistrat et il ne s'agit pas de mettre trois semaines à vider un simple litige paysan. Il se demande ce que fait le Chef du village et caresse l'idée de le démettre de ses fonctions. Si Chu n'a pas pris soin de la propriété de l'Etat, le Chef du village en est aussi responsable car il aurait dû le rappeler à l'ordre. Il se demande si Chu ne cache pas une partie de ses gains au Contrôleur des taxes, ou s'il n'a pas délibérément gâté les arbres pour nuire à Wu, vu que le cycle de rotation est connu d'avance. Par contre, si c'est simplement la terre qui est mauvaise, c'est justement la fonction de la rotation des lots. Il va falloir vérifier sur place et prendre quelques renseignements aux Archives. Le Magistrat annonce qu'une enquête est ouverte, qu'il va effectue les vérifications nécessaires à l'exercice de la justice, clôt l'audience et se retire dans son bureau, derrière la tenture frappée d'une kirin, symbole de vigilance.

Il décide d'envoyer Mi Yuk faire la tournée des marchés pour voir ce qu'elle peut glaner comme informations. S'ils font de la vente directe, les paysans sont connus en ville. Bao Ju ira vérifier les rentrées dans le registre des taxes et d'éventuels litiges antérieurs. Quant à Tsiao Tai, il ira dans les bouges susceptibles d'être fréquentés par des paysans un plus peu aisés que la moyenne venus exceptionnellement se payer un peu de bon temps en ville. Je reprends la main sur le Magistrat et me contente de donner ces ordres à leurs Assistants.

Bao Ju s'installe aux Archives et a la satisfaction de constater qu'elles sont convenablement rangées, cherche les registres. En termes techniques, il joue une Procédure, jette ses dés yin-yang, obtient 3 yin. Je choisis donc tous les résultats. Je joue le premier pour qu'il obtienne un indice, car j'ai parfaitement le droit de décider d'issues positives à l'action. Je pourrais même ne choisir que du positif, mais je suis sûr qu'il serait déçu. Bao Ju découvre que l'écart entre les deux lots varie du simple au triple. Il y avait déjà une différence avant, mais elle s'est creusé ces trois dernières années, avec une croissance impressionnante sur le bon et une baisse de 30% sur le mauvais. Bao Ju trouve d'autres litiges émanant du village et de villages voisins sur le même sujet. Ils ont été portés devant le Tribunal sous le précédent Magistrat. Tous ont été déboutés de leur plainte. Il trouve que c'est une bonne décision. Ensuite, il comprend que la rotation des lots avait été suspendue sous les deux précédents Magistrats et découvre une récente directive émanant de la capitale donnant l'ordre de cesser les aménagements. Décidément, le Magistrat a bien jugé. C'est important, une instruction de la capitale. Avec stupeur, il constate cependant que la production était bien supérieure au moment de la suspension et peste contre les paysans qui ne veulent pas du beau système égalitaire conçu par les lettrés. Au moment d'aller vérifier les patentes - il s'agit de voir si certains paysans font de la vente directe et d'avoir les premiers éléments sur une éventuelle fraude - il constate que l'ouvrage est manquant ! Un ouvrage manquant aux Archives ! Et les patentes, en plus ! Il imagine déjà une affaire de corruption sordide impliquant le Directeur du Bureau des Taxes et une double comptabilité. En termes de règles, il s'agissait de mon deuxième yin, et je dépense le troisième pour que la quête de l'ouvrage devienne obsessionnelle. Sans plus attendre et sans prévenir personne, Bao Ju court interroger le garde de faction devant la porte.
Avatar de l’utilisateur
Macbesse
Dieu en cyrillique
Messages : 5665
Inscription : jeu. sept. 07, 2006 8:48 pm
Localisation : Paris-Tachkent

Re: [CR] Magistrats & Manigances - parties test

Message par Macbesse »

Pendant ce temps, Mi Yuk fait ses emplettes et achète des fruits à Madame Lin. L'air de rien, elle glisse qu'on lui a recommandé les abricots du village de la colline ronde, d'où viennent les deux paysans. Madame Lin a l'air surprise et a l'air de dire que c'est une drôle d'idée. Seraient-ils mauvais ? Non, mais il y a de drôles d'histoires. des gens disparaissent, dans ce coin-là. Sur son "Battre le Pavé", le joueur fait deux yang, un yin. et veut d'abord que cette rumeur devienne une piste. Mi Yuk demande des précisions. Madame Lin lui répond qu'un ouvrier agricole qui venait souvent en ville, Ah Kouan, travaillait régulièrement là-bas. Cela fait un an et demi qu'on ne l'a pas vu. Voilà un élément concret sur lequel enquêter ! La marchande se montre aussi très diserte sur la fraude à la patente, se plaint que les paysans viennent souvent s'installer en bord des rues après le contrôle et qu'ils mettent leurs produits sur de grands tissus qu'ils replient à l'arrivée des sbires. Techniquement, je prends mon yin pour glisser des informations fiables sur la ville. Je le fais suffisamment subtilement pour ne pas avoir à l'annoncer, mais le joueur comprend que son interlocutrice est bien renseignée, au point qu'il trouve qu'elle a le nez qui frétille - peut-être pratique-t-elle elle-même la fraude et veut attirer l'attention ailleurs. Elle conclue par un "J'espère que le nouveau Magistrat va mettre de l'ordre dans tout ça" - le Magistrat est à peine arrivé qu'on se plaint de l'inaction du Tribunal..Mi y. comme d'habitude, se dit Mi Yuk. Elle prévoit d'en parler à Tsiao Tai pour faire un coup de filet et se demande s'il sera d'accord. Le joueur veut une deuxième rumeur. L'une des capacités spéciales de son Tempérament de "Bon vivant" l'y autorise. Elle interroge la marchande sur la fraîcheur de ses produits, sur oeufs, qui viennent de la ferme de son mari, sur ses fruits, qui viennent d'un grossiste, Monsieur Kou. Le joueur dépense un point de Ren pour avoir un peu plus de matière. Monsieur Kou fait des "prix vraiment très intéressants". Mi Yuk se demande s'il n'est pas en cheville avec des paysans qui fraudent le fisc comme l'est peut-être Chu. Elle prend congé de Madame Lin et s'arrête à l'étal d'une pharmacienne ambulante. Madame Fong a des simples et un joli choix de minéraux... Mi Yuk se présente comme la cuisinière du Magistrat, évoque un repas sur le Yin pour calmer les tensions, et Madame Fong se montre très professionnelle dans ses suggestions. Mi Yuk finit par passer une bonne heure devant l'étal à parler simples et décide de déclarer Madame Fong comme un Contact, ce qui constitue son ultime yang. Les autres joueurs en profitent pour persifler sur les empoisonneuses...
Avatar de l’utilisateur
Macbesse
Dieu en cyrillique
Messages : 5665
Inscription : jeu. sept. 07, 2006 8:48 pm
Localisation : Paris-Tachkent

Re: [CR] Magistrats & Manigances - parties test

Message par Macbesse »

Je reviens à Bao Ju. Il interroge le garde de faction, obtient deux Yin un Yang sur son Interroger. Il veut que le garde soit "en mesure d'éclairer l'indice". Il aura forcément de la matière mais ne pourra percevoir d'éventuels mensonges, sauf si je le décide. Il lui présente une plume, qu'il prétend avoir trouvée sur une table, et en prend prétexte pour poser des questions sur les allées et venues. Ping, le garde, dit avoir vu passer le Premier Scribe et le Chef du Bureau des Taxes dans l'après-midi, mais non, ils n'avaient pas de dossiers avec eux. Par contre, il a entendu du bruit dans les Archives en fin de matinée. Il est entré, n'a vu personne, et a repris son poste. Bao Ju se met à chercher une entrée secrète, tente de faire coulisser des panneaux, calcule les dimensions de la pièce. Techniquement, il fait un Inspecter, et obtient 3 Yin, me laissant une nouvelle fois tout pouvoir sur l'issue de la situation. En plus de ses calculs, Bao Ju vérifie chaque étagère pour voir s'il n'y aurait pas le livre manquant, au cas où (je joue un Yin pour faire entrer sa Condition en jeu). Cela lui prend du temps et il en oublie le reste. Par contre, il découvre effectivement le registre des patentes, à cinq mètres de son rayonnage habituel. Il se précipite à son bureau pour l'étudier et vérifie chaque page. Au bout d'un moment, il se sent somnolent, le travail sans doute. Il se pince, se donne quelques gifles, et se lève pour vérifier le niveau d'huile, histoire de voir combien de temps s'est écoulé. Ce geste lui est fatal. Il s'écroule au sol et sombre dans la torpeur...

En termes techniques, le MJ, vil et vicieux, avait joué son 3e Yin lors de l'Interrogatoire pour "l'interrogatoire met le coupable en alerte", ce dont il s'était bien gardé d'informer le joueur, et il vient de dépenser son 3e yin sur le jet d'Inspecter pour "l'inspection met l'Assistant en danger".

A suivre !
Dernière modification par Macbesse le mar. mars 15, 2016 9:56 am, modifié 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
Romain d'Huissier
Dieu en cours de canonisation
Messages : 5212
Inscription : lun. août 01, 2011 9:19 pm

Re: [CR] Magistrats & Manigances - parties test

Message par Romain d'Huissier »

Prometteur tout ça, j'ai hâte que ça sorte pour avoir des retours. :)
Avatar de l’utilisateur
Macbesse
Dieu en cyrillique
Messages : 5665
Inscription : jeu. sept. 07, 2006 8:48 pm
Localisation : Paris-Tachkent

Re: [CR] Magistrats & Manigances - parties test

Message par Macbesse »

C'était le bon moment pour couper la scène. Il me reste à traiter Tsiao Tai. Il fait une virée dans les mauvais lieux et s'arrête aux Feux d'artifice en plein jour (non, ce n'est même pas vulgaire), un gros établissement qui fait dans la boisson, le jeu et la prostitution avec des entraîneuses et des serveuses montantes. Tsiao Tai se joint à la partie de dés. Des filles qui ne sont pas de service, peut-être d'un autre établissement, observent mollement la scène. D'autres se mettent sur les genoux des joueurs et se font payer à boire une boisson parfumée à l'alcool. Un petit groupe joue plus sérieusement. Tsiao Tai demande s'il n'y a pas un travail honnête, avec de gros clins d'oeil. Un type chauve, une grande baraque torse nu, lui répond qu'il y a du boulot régulier près du canal. Il faut allumer de grands feux. Il lui donne rendez-vous devant la ferme de Lin. Il devra dire qu'il vient de la part de Kouen. Tsiao Tai se dit aussitôt... feu, canal... signaux de contrebande. Un homme petit râblé se rembrunit et dévisage Tsiao Tai. Il attend pour le filer, mais l'homme ne part pas, et doit attendre aussi. De guerre lasse, il va discuter avec la tenancière. Madame Ma, que tout le monde appelle Madame, a une belle prestance et sait raconter de belles histoires. Tsiao Tai décide de se livrer un peu, et parle d'une aventure qui lui était arrivé lorsqu'il était chevalier des vertes forêts, d'une fuite éperdue. Il avait molesté des sbires qui brutalisaient des paysans et l'armée était à ses trousses ! Le récit a l'air de plaire à Madame Ma, qui l'appelle "Frère né après moi", quoique la différence d'âge ne saute vraiment pas aux yeux. Enfin Tsiao Tai se renseigne sur l'homme qui s'est rembruni. La patronne répond avec désinvolture : "C'est Pao, le bras droit droit de Kouen. Enfin, c'est ce qu'il dit". Il est temps de rentrer au Tribunal et de remettre le bonnet d'Assistant. Tsiao Tai a un peu oublié sa mission mais a une belle piste sur une affaire de contrebande et a pu déclarer un Contact.

Mi Yuk est la première rentrée. Elle se dirige vers la cuisine et sent une odeur de brûlé, la suit, arrive à la porte des Archives, tambourine, crie. Son cri sort Bao Ju de sa torpeur. Il voit orange et il fait chaud. Un cri de femme, pense-t-il, je dois lui porter secours. Il parvient à se secouer et se lever et marche d'un pas lourd vers la porte. Fermée. Il tambourine. Mi Yuk crie au feu, et Bao Ju prend enfin conscience de ce qui se passe. Des documents brûlent. Les Archives vont brûler ! Il hurle et cherche un moyen de les éteindre. Il trouve un gros sceau de sable et le jette sur les étagères mais cela ne suffit pas, et bientôt, il fait barrage de son corps pour circonscrire le feu. Mi Yuk, de son côté, court chercher la clé des Archives dans le bureau du Premier Scribe. Elle crie au feu sur son passage. Le Premier Scribe dort, affalé sur son bureau, la clé devant lui. Il sent les narcotiques [Le joueur vient de faire un Triple Yang et a déjà demandé un deuxième indice]. Mi Yuk trouve la clé posée bien en évidence sur le bureau, presque trop en évidence [indice facile à interpréter], et fonce ouvrir les Archives. Tsiao Tai organise une chaîne et ramène de l'eau. Mi Yuk rentre, suffoque, découvre Bao Ju collé aux Archives. Ses vêtements sont en feu, il a les cheveux roussis. Elle le couvre de son manteau en peau de bête et tente de le faire sortir, mais il résiste ! Elle dit que Tsiao Tai va amener de l'eau. Il se débat. Non pas de l'eau ! Surtout pas ! Du sable ! Il en reste assez pour éteindre le feu et Tsiao Tai prend les choses en main avec les sbires qu'il a rassemblés. Bao Ju accepte enfin de sortir. Mi Yuk l'installe à côté du premier scribe et l'ausculte. Elle conclue à l'usage d'un neurotoxique, par inhalation. Ensuite, elle examine le contenu de la théière et le Premier Scribe. C'est une surdose d'une herbe destinée à calmer les palpitations [Mi Yuk utilise sa capacité spéciale de Médecine légale pour produire un nouvel indice et son rapport aura valeur de preuve]. Il est possible que le Premier Scribe en ait pris régulièrement. C'est pour cela qu'il ne s'est pas méfié... à moins qu'il se soit endormi lui-même pour détourner les soupçons ? Et pourquoi la clé était-elle en évidence sur son bureau ? D'ailleurs, cette clé, est-ce bien la sienne ? Mi Yuk découvre que non. Son trousseau est complet. Mi Yuk sent une présence dans la pièce. C'est le Magistrat. Il est calme, mais pas forcément très content, et demande des explications à tout ce désordre. C'est qu'il y a des traîtres dans le Tribunal, et qu'il va falloir les découvrir au plus vite.

Fin de la première séance. A suivre !

En debriefing, les joueurs ont bien essayé de pinailler pour contribuer, mais ce qu'il en ressort, c'est qu'ils se sont bien amusés et que ça marche. Ils n'ont pas été désarçonnés par le passage de la tête du Magistrat aux Assistants (un peu plus quand j'en ai interpelé un en disant "dites moi, Votre Excellence"), un peu surpris par l'absence de Caracs et de Compétences avant de finalement s'habituer, et ils ont bien aimé le principe du tirage yi-king et du partage. Enfin, ils ont trouvé l'ensemble fidèle au matériau. Ouf !
Romain d'Huissier a écrit :Prometteur tout ça, j'ai hâte que ça sorte pour avoir des retours. :)
Carrément. J'ai été surpris que ça tourne sans accroc dès la 2e partie. En plus, elle est vraiment très différente de la première et le jeu a l'air d'ouvrir un sacré champ des possibles.
Ravortel a écrit :Hmmm... Ca y est, abonné au fil :)
Je voulais le faire plus tôt, mais je te remercie de ton intérêt. ;)
Avatar de l’utilisateur
bheng
Mystique
Messages : 889
Inscription : lun. avr. 13, 2015 7:17 pm

Re: [CR] Magistrats & Manigances - parties test

Message par bheng »

C'est un régal à lire :bravo:
Trois petits jdr maisons vous attendent sur mon blog. N'hésitez pas à me faire part de vos critiques!
http://mk-fe.blogspot.fr/
Avatar de l’utilisateur
Sammael99
Dieu des babines ruinées
Messages : 12117
Inscription : mer. sept. 15, 2004 11:43 pm
Localisation : Hong Kong, Chine

Re: [CR] Magistrats & Manigances - parties test

Message par Sammael99 »

Je suis très content de ce CR, d'une part parce qu'on a pas compris grand chose à comment il fallait jouer sur la base des docs envoyés par Macbesse et ensuite parce que j'adore le Juge Ti. J'avoue que j'ai un peu de mal avec le "je raconte / tu racontes", il va falloir que je teste ça autour d'une table.
Mozart n'a pas écrit que le Boléro de Ravel. Mais aussi plein d'autres trucs beaucoup moins connus (comme le canon de Pachelbel). - Le Grümph
Avatar de l’utilisateur
Graou
Pape
Messages : 629
Inscription : mer. févr. 19, 2014 1:30 pm

Re: [CR] Magistrats & Manigances - parties test

Message par Graou »

Oui, c'est vraiment très chouette à lire, et notamment, ça rappelle vraiment l'ambiance des livres. Je ne comprends évidemment pas tout à la mécanique, mais ça me semble se rapprocher de Blood and Honor, non? Si l'enquête n'est pas prévue d'avance et que l'on alterne "qui raconte", comment évitez-vous les apories narratives? Et est-ce que cela peut fonctionner quand les joueurs n'ont pas eux aussi une bonne connaissance du monde, pour rester dans le ton, justement?
Avatar de l’utilisateur
Romain d'Huissier
Dieu en cours de canonisation
Messages : 5212
Inscription : lun. août 01, 2011 9:19 pm

Re: [CR] Magistrats & Manigances - parties test

Message par Romain d'Huissier »

Ce n'est pas vraiment du "qui raconte".

En gros, les PJ ont accès à des Procédures, qui sont de grosses compétences genre Inspecter, Interroger, Battre le pavé... Et chaque Procédure a 6 issues possibles - qui sont définies assez largement, certains positives et d'autres négatives. Genre pour Inspecter, on peut trouver : l'Assistant trouve un nouvel indice, l'inspection met quelqu'un en alerte, l'indice trouvé est relié à une autre affaire... Le jet permet de déterminer 3 issues à choisir : le MJ en choisit autant que le jet a donné de Yin et le joueur en choisit autant que le jet a donné de Yang.
Mais le MJ reste le narrateur, c'est tout de même lui qui choisit l'interprétation des issues choisies par le joueur. Genre là, si le joueur choisit de trouver un nouvel indice : c'est le MJ qui le détermine (ou qui l'avait déjà préparé si son scénario était écrit) et pas le joueur.

Sinon, les enquêtes peuvent être écrites à l'avance sans souci mais ce système permet d'improviser facilement (notamment pour rajouter de l'intrigue secondaire).
Et pour rester dans le ton, il y a tout de même une partie background qui décrit la Chine des Tang du point de vue social, juridique, religieux, etc.
Avatar de l’utilisateur
Sammael99
Dieu des babines ruinées
Messages : 12117
Inscription : mer. sept. 15, 2004 11:43 pm
Localisation : Hong Kong, Chine

Re: [CR] Magistrats & Manigances - parties test

Message par Sammael99 »

Romain d'Huissier a écrit :Ce n'est pas vraiment du "qui raconte".

En gros, les PJ ont accès à des Procédures, qui sont de grosses compétences genre Inspecter, Interroger, Battre le pavé... Et chaque Procédure a 6 issues possibles - qui sont définies assez largement, certains positives et d'autres négatives. Genre pour Inspecter, on peut trouver : l'Assistant trouve un nouvel indice, l'inspection met quelqu'un en alerte, l'indice trouvé est relié à une autre affaire... Le jet permet de déterminer 3 issues à choisir : le MJ en choisit autant que le jet a donné de Yin et le joueur en choisit autant que le jet a donné de Yang.
Mais le MJ reste le narrateur, c'est tout de même lui qui choisit l'interprétation des issues choisies par le joueur. Genre là, si le joueur choisit de trouver un nouvel indice : c'est le MJ qui le détermine (ou qui l'avait déjà préparé si son scénario était écrit) et pas le joueur.
OK, ça me permet de mieux comprendre la narration de Macbesse. Je ne comprenais pas pourquoi les Yin contribuaient positivement à l'enquête. C'est parce que les "moves" sont scriptés pour le MJ aussi donc.
Sinon, les enquêtes peuvent être écrites à l'avance sans souci mais ce système permet d'improviser facilement (notamment pour rajouter de l'intrigue secondaire). Et pour rester dans le ton, il y a tout de même une partie background qui décrit la Chine des Tang du point de vue social, juridique, religieux, etc.
OK, je vais pouvoir relire ce que vous m'avez envoyé avec un peu plus de bagage pour comprendre ;-)
Mozart n'a pas écrit que le Boléro de Ravel. Mais aussi plein d'autres trucs beaucoup moins connus (comme le canon de Pachelbel). - Le Grümph
Avatar de l’utilisateur
Graou
Pape
Messages : 629
Inscription : mer. févr. 19, 2014 1:30 pm

Re: [CR] Magistrats & Manigances - parties test

Message par Graou »

Ca a l'air superbe !! N'hésitez pas si vous avez besoin de relecteur! Bravo encore!
Avatar de l’utilisateur
Macbesse
Dieu en cyrillique
Messages : 5665
Inscription : jeu. sept. 07, 2006 8:48 pm
Localisation : Paris-Tachkent

Re: [CR] Magistrats & Manigances - parties test

Message par Macbesse »

bheng a écrit :C'est un régal à lire :bravo:
Merci. :)
Sammael99 a écrit :Je suis très content de ce CR, d'une part parce qu'on a pas compris grand chose à comment il fallait jouer sur la base des docs envoyés par Macbesse et ensuite parce que j'adore le Juge Ti. J'avoue que j'ai un peu de mal avec le "je raconte / tu racontes", il va falloir que je teste ça autour d'une table.
Oh, même avec tous les exemples qu'on a mis ? On a longtemps balancé sur l'inclusion d'un sténogramme de partie au corps du texte et on s'est finalement dit que ce ne serait pas nécessaire vu qu'il y a douze exemples d'applications des procédures et un chapitre "Mener le jeu" à venir dans la 3e livraison. Ce sera peut-être aussi plus simple avec le cadre urbain, mais je suis très preneur d'un retour de lecture plus complet (plutôt par mail).

Quand on a commencé à rédiger le système, j'ai rédigé un exemple qui nous a servi de guide à partir de Trafic d'or sous les Tang. Nous l'avons retiré, le voilà :

Alors qu’il battait le pavé, Tsiao Taï a rencontré la prostituée coréenne Yu-Sou et il a passé un très agréable moment. Il pense même qu’il en est tombé amoureux. De son côté, Yu-Sou s’est montré très coopérative et lui a donné un document qu’elle tenait du précédent Magistrat, aussi a-t-il pris l’option « L’Assistant passe du bon temps et peut déclarer un contact ». Il veut désormais retourner au quartier coréen pour éclaircir l’affaire du trafic d’armes.

Tsiao Taï (Xavier) : Je le sens mal, ce trafic d’armes, mais Yu-Sou en saura peut-être plus. Un malfrat a peut-être commis une indiscrétion sur sa couche. Je peux jouer un Solliciter un contact ?
MJ : Bien sûr, mais il va falloir me dire comment tu t’y prends. Je te rappelle que le quartier est fermé aux gens du Tribunal.
Tsiao Taï (Xavier) : Hum... on va y aller incognito. Je vais demander à Kim Sang de nous faire passer, il avait le projet de passer du bon temps sur les jonques ce soir avec Po Kai.
Ma Jong (Paul) : Oh non ! on ne va pas encore se fader le sac à vin !
Tsiao Taï (Xavier) : Après tout, pourquoi pas, et il a l’air de bien connaître le quartier lui aussi. Ouvre l’œil, mon frère. J’ai l’impression qu’il nous cache des choses.
MJ : Vous les trouvez facilement, déjà attablés, et visiblement pas à leur premier verre. Po Kai fait tout un cirque mais finit par venir avec vous.
Tsiao Taï (Xavier) : A la bonne heure. A nous deux, Yu Sou !
MJ : Tu peux faire ton jet.
Tsiao Taï (Xavier) : Deux yang, un yin. Je prends « La rencontre permet à l'Assistant d'expliciter l'indice » et je décide que ma chère Yu-Sou est mouillée dans l’affaire. C’est « Votre contact est impliqué ».
Ma Jong (Paul) : Ah mon frère, il faut toujours que tes amours finissent mal...
MJ : Tu n’es pas obligé de tout définir tout de suite. Sûr ?
Tsiao Taï (Xavier) : Sûr. Ca pimentera le jeu. On arrive en vue de la jonque ?
MJ : Après quelques poèmes chantés d’une voix égrillarde par Po Kai, oui. Vous êtes attendus. Yu Sou est là, comme promis. Elle porte un magnifique kimono coréen, tout blanc, et un très grand nœud noir met en valeur sa poitrine.
Ma Jong (Paul) : Blanc, couleur de deuil… ça finira mal
Tsiao Taï (Xavier) : Bon, je vais aller l’interroger sur ce trafic d’armes.
MJ : Elle n’a pas du tout la tête à ça et fait semblant d’être vexée.
Ma Jong (Paul) : Tu n’as pas demandé « information tout de suite » mon frère… et tu as d’autres devoirs envers ta maîtresse.
Tsiao Taï (Xavier) : Je ne vais pas trop me faire prier.
MJ : On s’est bien compris. Elle t’attire à l’intérieur, te serre contre elle, t’embrasse, et te jette sur le lit.
Tsiao Taï (Xavier) : Que de passion ! Elle n’était pas comme ça lors de la première étreinte.
MJ : Non, elle faisait son travail. Aujourd’hui, c’est différent. Elle est fougueuse, ardente même.
Tsiao Taï (Xavier) : Et moi, je suis l’ardeur même. Amant et amante, unis dans une vie antérieure et unis à jamais.
MJ : Alors que l’étreinte est à son apogée, un rai de lumière passe dans la pièce. Elle te serre la nuque et te bloque avec ses jambes. Elle est forte, et tu es encore affaibli par le plaisir. « Pardonne-moi mon amour, mon pays a besoin de ces armes ». Elle pleure, mais elle combat avec toute la force de son âme.
Tsiao Taï (Xavier) : Oh... Yu-Sou, traîtresse ! Ton cœur est noble, mais qu’as-tu fait ! Bon. Si j’ai bien compris, ce n’est pas elle le danger immédiat, c’est le type qui vient de rentrer.
MJ : Oui, monsieur le capitaine. Que fais-tu ?
Tsiao Taï (Xavier) : Je vais tenter de la basculer sur le côté, histoire de dégager un bras. De là, j’atteins mon épée et je plante le type. Je suis bloqué, je ne veux pas prendre de risque.
MJ : Fais ton jet !
Tsiao Taï (Xavier) : Yang, Yang, et Yin. Cette fois, je joue la sécurité. J’atteins mon objectif : me libérer de son étreinte. Mon deuxième Yang, je le prends pour me débarrasser de mon adversaire. Je choisis sa condition : mort.
MJ : Ce qui me laisse un yin…
Tsiao Taï (Xavier) : J’en ai peur…
MJ : Tu es un bon lutteur. Malgré la peine et le plaisir, tu parviens à la faire basculer. Une lame brille. Le coup aurait pu te tuer mais…
Tsiao Taï (Xavier) : En-foi-ré, j’ai compris.
MJ : …mais elle le prend à ta place [le MJ a pris : “un tiers reçoit une condition”]. Son bon corps blanc est ouvert et tu sens le sang s’écouler. Tu reconnais alors l’agresseur. C’est Kim Chang. Il balbutie : “La pauvre petite, elle nous a crus, et la voilà…” Et tu en profites pour porter ton coup.
Tsiao Taï (Xavier) : Net et sec, au thorax. Crève, assassin.
MJ : Il n’y survivra pas.
Tsiao Taï (Xavier) : Mais je n’ai pas eu tout mon indice...
MJ : Tu n’as pas choisi l’option « tout de suite », mais ça ne veut pas dire que tu n’auras pas ton indice. Yu Sou est sûrement morte, mais la scène n’est pas finie. Quant à Kim Sang, il agonise, mais il est encore conscient.
Tsiao Taï (Xavier) : Assassin ! C’est quoi, cette histoire de trafic d’armes !
Kim Chang (MJ) : C’est un mensonge qu’on a fait avaler à la petite pour vous piéger !
Tsiao Taï (Xavier) : Salauds ! Et vous transportiez quoi alors dans ces bateaux ?
Kim Chang (MJ) : De l’or…
MJ: Il ne parvient pas à aller plus loin. Après un dernier spasme, la vie le quitte.
Tsiao Taï (Xavier) : Qu’il reste comme ça. Moi, je vais aller couvrir Yu Sou. De son kimono blanc, couleur du deuil… Farouche Yu-Sou, tu aimais tant ta patrie, et je ne connais pas de sentiment plus noble.
MJ : Alors que tu regardes une dernière fois le visage de l’aimée, tu entends du bruit dehors... au fait, tu peux prendre 4 points de Ren pour m’avoir tendu une si belle perche avec ton Rite Amours tragiques.
Tsiao Taï (Xavier) : Je ne l’ai pas cochée à la création, c’est apparu en jeu.
MJ : Oh. Je croyais. Ca commence à bien te correspondre. Si tu veux changer de Rite et le prendre, tu pourras le faire en fin de partie. Si vous survivez, bien sûr. A ce propos... Ma Jong ?
Graou a écrit :Oui, c'est vraiment très chouette à lire, et notamment, ça rappelle vraiment l'ambiance des livres. Je ne comprends évidemment pas tout à la mécanique, mais ça me semble se rapprocher de Blood and Honor, non? Si l'enquête n'est pas prévue d'avance et que l'on alterne "qui raconte", comment évitez-vous les apories narratives ? Et est-ce que cela peut fonctionner quand les joueurs n'ont pas eux aussi une bonne connaissance du monde, pour rester dans le ton, justement?
A mon sens, on est plus dans du "je décide / tu décides" que dans du "je raconte / tu racontes". Entre jdr et storygame, on est clairement du côté jdr de la frontière. C'est un partage de l'autorité un peu différent, puisque régulé par le système, plutôt qu'une alternance dans la narration (je pense qu'on le voit dans l'exemple ci-dessus).

De même, improviser les enquêtes n'est pas obligatoire. On peut très bien écrire une affaire et se servir du système pour lui donner des ramifications supplémentaires et / ou tresser autour des intrigues secondaires. Par contre, comme le système permet d'obtenir quelque-chose de très carré en mécanisant le triptyque Rumeur / Piste / Indice et en articulant les Procédures (voir post de Romain), il permet aussi d'envisager de se lancer en improvisation pure sans risquer de se perdre, ce que je voulais tester à la partie précédente et ce qui finalement se révèle être un succès. D'expérience, en effet, en enquête improvisée, le risque est moins l'aporie narrative que l'éloignement permanent de la résolution de l'enquête par l'ajout répété de niveaux de complexité, ou l'oubli en route d'une partie de ce qu a été joué.
Ici, dans la perspective d'une impro, les passages dans la tête du Magistrat permettent de faire le point, ce qui est utile pour les PJ mais aussi pour le MJ. Il a fait ses hypothèses, mais les PJ en font d'autres, qui sont peut-être complémentaires, peut-être contradictoires avec les siennes. Parfois, elles sont franchement meilleures et éliminent les faiblesses de la reconstitution des faits pensées par le MJ, ce qui lui permet de réajuster l'affaire. D'ailleurs, j'ai tendance à penser que l'enquête écrite mène beaucoup plus facilement à des apories que l'enquête improvisée : il arrive que le déroulé des faits tel qu'il a été écrit paraisse crédible sur le papier et qu'elle ne le soit pas en cours de jeu. Alors, les PJ n'avancent pas, faute d'y croire, ce qui ne m'est pas arrivé qu'une seule fois. Là, les joueurs ne sont jamais bloqués, et le champ des possibles se restreint progressivement, assez naturellement en définitive. Ils font des hypothèses, vont les vérifier, obtiennent une réponse, ferment une possibilité, jusqu'à ce que leur hypothèse leur paraisse suffisamment étayée, qu'ils arrêtent un suspect et le fassent passer aux aveux.
Et est-ce que cela peut fonctionner quand les joueurs n'ont pas eux aussi une bonne connaissance du monde, pour rester dans le ton, justement ?
Ca, c'est une question à laquelle je n'ai pas de réponse fondée sur l'expérience, ayant eu, sur les quatre joueurs qui sont passés à ma table, trois lecteurs assidus du Juge Ti. J'aimerais bien tester. Je suppose pour l'instant que les non-lecteurs du Juge Ti ont lu des romans policiers et vu des films sur la Chine, il ne doit pas être trop compliqué de les former progressivement. Après tout, on apprend un background dans la plupart des jeux, non ? Là, je n'en avais qu'un seul, et il s'est appuyé sur Dragon Inn pour créer son personnage. Je me suis contenté de recadrer un peu, très aidé par ses petits camarades.

Edit : grillé par Romain ; c'est vrai qu'on n'a pas écrit un chapitre sur le cadre de jeu pour rien et qu'il y a longuement décrit les procédures judiciaires et l'organisation du Tribunal.
Sammael99 a écrit :]OK, ça me permet de mieux comprendre la narration de Macbesse. Je ne comprenais pas pourquoi les Yin contribuaient positivement à l'enquête. C'est parce que les "moves" sont scriptés pour le MJ aussi donc.
Dans la présentation des yin et des yang, on a mis que le MJ pouvait très bien utiliser ses yin pour faire avancer l'enquête plutôt que de s'en servir pour compliquer la vie des PJ, en fonction des circonstances. ;)
Dernière modification par Macbesse le mar. mars 15, 2016 9:22 am, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Graou
Pape
Messages : 629
Inscription : mer. févr. 19, 2014 1:30 pm

Re: [CR] Magistrats & Manigances - parties test

Message par Graou »

Merci pour la longue réponse, j'attends avec impatience ! Juste je ne comprends pas comment un récit pré-construit peut amener à une aporie ; qu'il génère plus facilement de la frustration, effectivement, c'est indéniable. Mais si le truc est bien construit comment peut-il se bloquer par contradiction interne ? Mais bon, c'est pas le sujet direct. Vivement qu'on ait M&M entre les mains!
Répondre