Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Pour stocker les vieilleries.
Avatar de l’utilisateur
Kandjar
Envoyé de la Source
Messages : 7029
Inscription : sam. févr. 05, 2005 9:32 pm
Localisation : Petit mouroir tout gris entre l'Allemagne et la vie

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par Kandjar » mer. août 30, 2017 7:59 pm

Ouvrez un fred si vous voulez creuser le sujet, merci.
ImageImageImageImageImageImage

Avatar de l’utilisateur
Mugen
Dieu des bottes de cuir
Messages : 9154
Inscription : mer. mai 17, 2006 11:34 am

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par Mugen » sam. sept. 02, 2017 1:39 pm

1.) Quoi que c'est ? 

Le QuickStart de Blood & Bone
http://www.drivethrurpg.com/product/215 ... _purchased

2.) Vous en avez entendu parler où pour la première fois ? 

Rpg.net

3.) Achat compulsif, impulsif ou réfléchi ?

Réfléchi, je suis toujours à la recherche d'un système qui me plaise à 100%.

4.) Vous pensiez trouver quoi ? 

Un jeu avec un système léger, à base de d20.

5.) Vous avez trouvé quoi ? 

Ben en fait, B&B, c'est D&D5, mais sans classes, niveaux et points de vie. Et peu de magie.
Le personnage a 4 caracs, notées de 0 à 5 (même si aucun pré-tire n'avait de score superieur à 2) et des compétences notées de 0 à 5.
A ceci s'ajoutent des Traits, qui sont essentiellement des feats.

Le niveau d'une compétence se traduit par un dé à ajouter au d20.
Ainsi, un personnage avec une carac de 2 et une compétence de 3 jettera 1d20+1d8+2.

Le d20, et l'avantage, restent plus importants que les aptitudes du personnage, comme dans D&D, mais au moins un personnage moyennement expérimenté pourra exceller dans son domaine.

Seul l'un des personnages était "magicien", mais il ne tirait de sa magie que des sorts de soins, placés parmi ses traits.
Détail amusant : la magie de B&B étant liée au sang (Blood avec une majuscule), le dit personnage regagne des points de pouvoir lorsqu'un personnage meurt près de lui.

Un personnage peut subir un nombre de blessures dépendant de ses caractéristiques avant de mourir (de 3 à 8, en gros).
Sur un jet d'attaque suffisamment haut, il pourra infliger plusieurs blessures en un coup. Les feats permettent aussi d'infliger plusieurs blessures d'un coup.

L'univers est à peine esquissé dans ce quickstart.

Un scénario est proposé, assez linéaire, avec un gros problème : les PNJ ont tous des traits, qui ne sont expliqués nulle part.
Et quand il s'agit des sorts d'un magicien, c'est assez fâcheux...

La présentation fait très amateur, même si les rares illustrations sont plutôt réussies.
Mais au moins, c'est lisible.

6.) Allez vous vous en servir ?

Non.
La part du hasard reste trop importante par rapport aux capacités des personnages.

7.) En conseilleriez vous l'achat ?

Il s'agit du QuickStart, donc oui.
Et le jeu complet n'est pas cher.
Sois satisfait des fruit, des fleurs et même des feuilles,
Si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles.
Ne pas monter bien haut peut-être, mais tout seul.

Le Mink
Pape
Messages : 692
Inscription : lun. févr. 18, 2008 1:31 pm
Localisation : Près de Liechhh ( Belgique )

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par Le Mink » sam. sept. 02, 2017 4:23 pm

1) Quoi que c'est?

Image
Index card RPG

2) Vous en avez entendu parler où pour la première fois?

Probablement ici sans m'y attacher spécialement puis sur le site des livres de l'ours.

3) Achat compulsif, impulsif ou réfléchi?
Impulsif. J'ai déjà X trucs pour faire la même chose mais autrement.

4) Vous pensiez trouver quoi?
En lisant son nom pour la première fois: Un jdr avec des cartes qui permettent de customiser le personnage.

En ayant lu l'une ou l'autre critique: Un truc qui permet de gérer l'ouverture de coffre comme on gère un combat. Quelque chose que j'avais déjà voulu faire avec le dK (c'est dire si ça date). En gros, un système qui met à égalité sur la table le fait de savoir frapper avec son épée et le fait de savoir lancer un sort ou ouvrir une porte discrètement. Tout en ne rendant pas le jeu lourd et injouable. C'est ce que j'avais trouvé dans Abstract Dungeon mais que je voulais voir dans une mécanique plus classique.

5) Vous avez trouvé quoi?
Un livre qui donne envie de jouer. Déjà.

Un perso, c'est 6 carac, 3 efforts/compétences ( un peu de tout, les combats et la magie), une valeur de protection et de l'équipement. Bref, un PJ tient sur une petite feuille et il n'y a pas pleins de calculs à faire. Montre en main, je crois que 5 minutes pour créer un perso, c'est beaucoup.

Ensuite, et c'est ce que je cherchais, un jeu qui permet de faire aisément une scène de combat au cours de laquelle il faut arriver à désamorcer un piège au plus vite sous peine de voir tout le monde y rester. Je ne doute pas que certain(e)s arrivent à jouer cela avec leur système favori mais ici, ça coule de source. C'est une mécanique homogène pour toutes les actions (ce qui me plaît beaucoup). J'y vois un bon moyen de faire varier les combats sans que cela ne soit que les combattants qui se mettent en avant.

Pour info, cela donne +/- ceci. Pour certaines tâches (pas toutes, uniquement celle qui rencontrent une certaine résistance comme se battre, lire un livre, ouvrir un coffre, créer un objet magique...) Jet de d20 + Bonus VS Difficulté. En cas de succès, un jet d'effort (1d4, 1d6 ou 1d8 selon le type d'action entreprise) pour diminuer les "PV" de l'opposition. Lorsque ceux-ci sont à 0, l'action est finalisée.

L'autre mécanique à mettre en parallèle est la gestion de tours. Suivant la scène, un tour est équivalent à quelques secondes (un combat), quelques heures (un déplacement) ou quelques jours (glandouille dans la cité). Tout est toujours géré en tours. Un joueur fait une action par tour. Puis c'est le meneur. Et rebelote. C'est là que cela prend de l'intérêt de gérer le désamorçage de piège au même niveau que le coup d'épée. Si le temps manque, l'histoire avance.

Un autre intérêt du livre est que c'est absolument pas prise de tête. Par exemple: un personnage évolue par son matériel (ses prises de butins). On est loin de la feuille de tableur pour déterminer la prise d'expérience. Pour moi, si on retrouve le cadavre de son précédent personnage (avant qu'il ne soit dépouillé par des voleurs), on se retrouve de nouveau avec un personnage d'un niveau équivalent puisque l'on peut récupérer son matos. Autre exemple: les armes, sort, objets magiques, sont rédigés sur une seule ligne. Pas de grande description mais des éléments suffisamment clairs par rapport au système pour dire que c'est jouable rapidement.

Dans les points négatifs, je dirais que je n'aime pas l'idée de mettre une difficulté fixe pour tout ce qui se passe dans un même endroit. De même, ce n'est pas clair pour moi la raison d'une différence de type de dé en fonction de l'effort utilisé (combat à 1d6 et magie à 1d8? Pourquoi ne pas tout mettre à 1d4 ou 1d6? ). Enfin, pourquoi que trois types d'efforts? Bref, des points de game design pas clairs pour moi mais qui n'enlèvent rien à l'intérêt profond du livre.

6) Allez-vous vous en servir?
On est sur Casus No donc je ne vais évidemment pas le jouer tel quel. Faut changer le système, l'univers et le scénario ;) En fait, il existerait une VF du jeu, je pense que je tenterais l'expérience by-the-book. Je crois que c'est un système nickel pour ma table. Après, en VO, j'ai des joueurs qui vont avoir besoin que je traduise beaucoup trop de choses pour que je me lance là-dedans. Du coup, c'est plus simple pour moi de prendre les bonnes idées et de les adapter à notre système usuel.    

7) En conseilleriez vous l'achat?
Oui. Si vous voulez un système simple mais qui apporte son lot de bonnes idées.
Anciennement appelé "Muad'Dib" ici.
Mon univers de jdr à moi que j'ai : Sooro-Boru

Avatar de l’utilisateur
ypikaye
Pratiquant
Messages : 250
Inscription : lun. déc. 29, 2014 5:32 pm
Contact :

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par ypikaye » sam. sept. 02, 2017 11:50 pm

Merci le Mink pour cet avis que je rejoins.

Index Card Game : vu sur Livres de l'ours. Achat impulsif.
Très agréable à lire, des idées-force vraiment très intéressantes. Cependant, je ne perçois pas complément l'intérêt des tours rythmés par l'effort à l'échelle des trois tempos (je pense qu'il faut le jouer ce mécanisme pour mieux l'appréhender). A l'inverse pour ma part, j'aime bien la différenciation des dés selon la nature des activités. J'ai l'impression que c'est plus une notion d'impact corrélé au temps qui est recherchée : ouvrir une serrure en la crochetant sera un peu moins rapide que la briser d'un bon coup de masse, tandis que la magie sera  encore plus rapide que la masse...Mais l'on peut imaginer bien entendu qu'un maître crocheteur, expert de haut vol, change de dés de part l'excellence de son niveau ou ajoute un dé en s'aidant de crochets magiques. Le système est assez souple pour imaginer pas mal de combinaisons.

Présentation très chouette avec une unité graphique sympa. Facile à lire et un fort potentiel ludique pour un système simple et malin avec des passages entiers qui déclenchent l'envie de jouer. Très tentant à utiliser, faut juste trouver un setting sympa (tient : le trône de fer, la compagnie noire, Star Trek, Battlestar Galactica ...).
Y A UN TRUC A FAIRE AVEC CE SYSTEME !
Addenda : cerise sur le gâteau, le pdf est régulièrement mis à jour !

Note : à ce propos, depuis quelques temps, je simplifie ma JdRthèque avec des systèmes  légers et pourtant à fort potentiel. En ce moment s'imposent donc Dungeon World, Into the Odd, Index Card Game, DK2, Fate accéléré/Fate, Abstract Dungeon, Dungeon Slayer/Aventures Fantastiques, Chroniques Oubliées, DCCRPG, Beyond The Wall, Epique6, SaWo, et certainement d'autres à venir...
 
Dernière modification par ypikaye le dim. sept. 03, 2017 2:53 pm, modifié 1 fois.
... tous ces moments se perdront dans l'oubli comme les larmes dans la pluie ...(Blade Runner)

Le Mink
Pape
Messages : 692
Inscription : lun. févr. 18, 2008 1:31 pm
Localisation : Près de Liechhh ( Belgique )

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par Le Mink » dim. sept. 03, 2017 2:34 pm

Cependant, je ne perçois pas complément l'intérêt des tours rythmés par l'effort à l'échelle des trois tempos (je pense qu'il faut le jouer ce mécanisme pour mieux l'appréhender). A l'inverse pour ma part, j'aime bien la différenciation des dés selon la nature des activités. J'ai l'impression que c'est plus une notion d'impact corrélé au temps qui est recherchée : ouvrir une serrure en la crochetant sera un peu moins rapide que la briser d'un bon coup de masse, tandis que la magie sera  encore plus rapide que la masse...Mais l'on peut imaginer bien entendu qu'un maître crocheteur, expert de haut vol, change de dés de part l'excellence de son niveau ou ajoute un dé en s'aidant de crochets magiques. Le système est assez souple pour imaginer pas mal de combinaisons.
Les tours me semblent effectivement à tester. Ca me semble collé au fait que chacun parle à son tour. On est dans le déroulement classique d'un jeu de société (tour d'aiguille d'une montre) et donc le fait de baliser le passage du temps est possible. Moi, je l'ai lu comme une manière de donner la même place à tout le monde et de pouvoir jouer, en tant que meneur, sur la gestion du temps pour introduire des rebondissements.

Pour le type de dé selon l'effort, ça a été aussi ma lecture. Juste l'impression au feeling que du coup, ouvrir un coffre à la masse ou à la magie sera préféré par les joueurs. Plus rapide, tout simplement.  Du coup, ils ne chercheront pas à collecter des butins qui favorisent cet effort. Mais bon, ce sont mes sentiments à la lecture, ça ne vaut pas l'effet d'une table. 

 
Anciennement appelé "Muad'Dib" ici.
Mon univers de jdr à moi que j'ai : Sooro-Boru

Avatar de l’utilisateur
theudbald
Zelateur
Messages : 81
Inscription : mar. avr. 04, 2017 7:31 pm

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par theudbald » lun. sept. 04, 2017 11:43 pm

Sykes a écrit :
jeu. avr. 06, 2017 10:50 pm
Tiens, je très serai intéressé par ton retour sur ce système STP :charmeur

Je l'ai depuis longtemps dans ma jdrthèque mais il ne m'a jamais vraiment titiller, surtout à cause des dégâts fixes.

Je suis sûr pourtant qu'il a un gros potentiel, mais ce système n'est pas souvent cité dans les retours il me semble.

Image
Voici donc la présentation d'un système générique de création française. On va y voir les qualités mais aussi les défauts.

Je vais parler de la version 2.0. Il y a eu une version 1 que je n’ai pas connus et que l’on peut encore trouver dans le Tome 1 d’Arkeos dans sa version « non ré-édité » (la ré-édition se base sur la V2.0 et nécessite d’ailleurs de posséder le livre de règles)

Avant toute chose, il faut savoir que le corps de règle est disponible gratuitement et qu’il n’y a que deux différences vis à vis de la version Deluxe (la version imprimé), cette dernière dispose d’un module supplémentaire qui détail les armes et armures (mais surtout les armes) et d’un module qui parle des stéréotypes. La version numérique dispose d’une mise en page au format paysage pour rendre la lecture plus agréable sur PC contre un format portrait pour la version papier.

Il n’est plus possible de trouver le jeu en neuf puisque l’entreprise à fermé, mais il est régulièrement disponible d’occasion et à des prix normaux (c’est a dire qui ne dépasse pas le prix du livre neuf). Et pour ceux qui aiment les écrans, celui-ci est vendu avec (il est indispensable puisque les tableaux de l’écran ne sont pas disponibles dans le livre imprimé ; mais ils sont intégrés dans le livre PDF). Bon, l’écran est fin, s’il y a du vent, il peut tomber et il est pas forcément super sexy, mais il reste pratique.

Maintenant voyons voir le contenu en lui même :

------------------------------------------
1/ La création de personnage
------------------------------------------

Un personnage est représenté par sa race, son archétype, ses caractéristiques, ses traits, ses aptitudes et ses spécialités (c’est le nom des compétences).

La création de personnage est entièrement contrôlé par le joueur puisqu’elle s’effectue par la dépense de points et le nombre de points dépend directement du niveau de jeu choisi par le MJ (survie, héroïque ou épique). Il y a un groupe de points pour les caractéristiques, un groupe de points pour toute le reste (race, spécialités, traits, aptitudes) et un nombre de spécialités libres (on reviendra la dessus après)

1.1/ La races : ici pas de grand chose de nouveau. Si on joue un humain, on saute l’étape, si on joue une autre race, il faut la payer en points et son coût et propositionnel aux avantages qu’elle apporte. Par défaut, on trouve 4 races (elfes, nains, orque et troll) et on trouve en fin d’ouvrage – dans « préparer sa campagne » - une explication en 2 paragraphes sur comment créer une nouvelle ethnie.

Il était disponible en exclusivité PDF (donc jamais imprimé), un petit livre avec 8 races présentés, 1 par page. Il y avait un texte de présentation de la race (2/3 de la page), les modifications de caractéristiques, les traits innés, son coût en points et pour certaines des explications sur les particularités. Les races sont : Elfes, Nains, Trolls, Gobelins, Orques, Ogres, Mages, Petit Gens. A vrai dire, ce n’est pas un PDF que je trouve des plus indispensable.

1.2/ Les archétypes : L’archétype est obligatoire, il correspond a l’identité de votre personnage, mais il ne faut pas confondre ça avec une classe de personnage de type D&D. L’archétype représente un peut la façon dont vous avez grandi / dont vous avez été éduqué et non pas ce que vous êtes devenu ou ce que vous allez devenir. Ainsi dans l’absolue, vous pouvez prendre un archétype de type magicien et finir avec un personnage brutal, toujours en première ligne, qui utilise une énorme épée à deux main, et qui ne dispose comme pouvoir que d’une flammèche pour faire du feu la nuit.

Plus concrètement, l’archétype va définir le coût des domaines de compétence (de connaissance, de combat, d’habilité et de sociabilité), il offre une compétence gratuite ainsi que la possibilité d’acheter 2 aptitudes (parfois 3). Ces dernières sont exclusif à l’archétype et il y a en règles général, une aptitude pour acheter une compétence à moitié prix et une aptitude de type « super capacité utilisable 1 fois par scénario ». Pour les joueurs les plus débutants ou les moins inspirés, il y a aussi une liste de compétences typiques, mais cela reste une suggestion, ce n’est ni restrictif, ni obligatoire.

On peut trouver dans le livre 6 archétypes : Les 4 par défauts, Baroudeur, Investigateur, Médecin et Mercenaire. Ainsi que le Guerrier et le Paladin présentés dans la partie « préparer sa campagne » ou l’on explique comment faire des nouveaux archétypes.

j’ai toujours trouvé que c’était pas assez et qu’ils étaient trop … comment dire … tourné vers le combat : 4 offensifs ½ (le baroudeur), 1 soigneur et 1 enquêteur, c’est pas vraiment la fête. Si on veut plus d’archétypes, il y a 2 solutions : faire soit même (la procédure et indiqué), ou prendre les univers de la gamme EW-System, ou l’on peut trouver :

- Arkeos Tome 1 : Archéologue, Baroudeur, Chasseur de Fauve, Dandy, Investigateur, Journaliste, Médecin, Vétéran.

- Arkeos Tome 2 : G-Man, Espion.

- Arkeos Tome 3 : Magicienne, Guerrier Mystique.

- Arkeos Tome 4 : Savant Fou, Butler.

- Archetypes Pulp Icons (exclusivité PDF) : Anarchiste Romantique, As des As, Bourlingueur Infatigable, Contrebandier, Détective Castagneur, Étudiant Émérite, Explorateur, Femme Fatale, Fille à Papa, Gangster, Garde du Corps Taciturne, Gosse des Rues, Guide Indigène, Héros Désabusé, Homme de Main, Homme Sauvage, Mercenaire, Parapsychologue Illuminé, Pilleur de Tombe, Playboy Millionnaire, Pirate au Grand Coeur, Reporter Fouille Merde, Super Héros, Vengeur Masqué.

- Cirkus ; Archétypes Moderne espion/assassin : Acrobate, Clown (déguissement), Dompteur (dresseur), Jongleur, Magicienne (prestidigitation), Trapéziste (voltigeur), Jazzman (social), Classique (arme), Electro (informaticien), Geisha (cac et poison), Mariachi (explosif), Rocker (c&c et résistance).

- Archétypes Fantasy (exclusivité PDF) : Soldat de Fortune, Légionnaire, Chasseuse de Trésors, Saltimbanque, Chevalier errant, Éclaireur, Courtisane, Prêcheur.

- Sovok ; Archétypes cyperpunk (exclusivité PDF) : Pilote, Mécanicien, Médecin, Infirmier, Psychologue, Soldat, Aumonier, Caméraman.

Personnellement, pour du médiéval fantastique, j’aime bien utiliser les archétypes du Tome 3 d’Arkeos (pour les deux archétypes de magicien), je prends beaucoup d’archétype du supplément PDF Archetypes Pulp Icons et ceux du Archétypes Fantasy sauf prêcheur, de plus ces derniers ayant 3 aptitudes et non 2, j’en supprime une pour égaliser.

Par contre pour du Space Opera, j’utilise principalement des archétypes amateur (Pilote, Mercenaire, Mécanicien, Docteur, Officier, Soldat, Diplomate, Aventurier, Homme de Loi, Professeur, Chasseur de prime, Homme de foi) et encore des archétypes du PDF Archetypes Pulp Icons (oui, j'aime bien ce supplément).

1.3/ Les caractéristiques : il y a 4 caractéristiques (physique, mental, perception, présence), et des scores secondaires (vie, encaissement, impact, défense, initiative, volonté) qui dépend directement de la valeur des caractéristiques. On est donc dans un schémas plutôt classique.

1.4/ Les traits : Se sont les avantages et les défauts du personnages, les premiers coûtent des points car ils apportent un avantage au personnage, les seconds donnent des points car ils infligent une contrainte au personnage. Et je dois dire que c’est une section plutôt décevante, il a très peut d’exemple et même si la section « préparer sa campagne » explique comment en faire des nouveaux, c’est pas suffisant pour moi.

1.5/ Les aptitudes : J’ai expliqué ça en même temps que les archétypes, mais pour les distraits, chaque archétypes en a 2 (parfois 3), le premier permet l’achat d’une compétence a moindre coût, quand au second, il offre une puissante capacité utilisable 1 fois par scénario ou en dépensant 1 point d’éclat (on reviendra sur les points d’éclat plus-tard), ça dépend de l'aptitude (généralement c'est celle qui sont un peut moins puissante qui fonctionne aux points d'éclats). Elles sont spécifiques à l’archétype et en rapport avec ce dernier.

1.6/ spécialités : Alias, les compétences. Elles sont regroupés en 4 familles: connaissance, combat, habileté, social. Chaque famille à un coût qui dépend de l’archétype, dans la majorité des cas, on trouve une famille dont le coût est multiplié par 1, deux familles dont le coût est multiplié par 2, et 1 famille dont le coût est multiplié par 3. Les archétypes évoluent donc plus rapidement dans certains domaines que dans d’autres et à la création certains personnages peuvent avoir plus de compétences que d’autres. Si l’on reprend notre magicien, gros barbare, il aura probablement plusieurs compétences de combat dont le coût d’achat est multiplié par 3, ce serra donc un guerrier (qui peut être très bon en fonction de ses carac), mais comparativement à un « vrai » archétype guerrier (famille de combat à x1), il serra moins « polyvalent » (car il aura moins de compétence, il a sacrifié beaucoup de points pour prendre des compétences de combat à un haut niveau, voir aussi des maitrises).

Toute fois, il existe à la création, ce que l’on nomme des spécialités libres. Chaque joueurs (et peut importe le niveau de jeu) en a 8. Cela permet de prendre 8 nouvelles spécialités (donc des spécialités dans lesquelles on a aucun poins) dans n’importe quelle famille au niveau le plus bas : +1. C’est très pratique quand on est intéressé par des spécialités situés dans des familles un peut trop onéreuse (surtout celle à x3), on peut quand même les choisir sans pour autant perdre une grosse partie de son capital point.

Enfin, chaque spécialités peut être ajointe d’une (et d’une seule) maîtrise. C’est LE domaine de la spécialité dans lequel votre personnage se démarque. A chaque fois que la maîtrise peut s’appliquer au jet, le joueur reçoit un bonus.

------------------------------------------
2/ Le système
------------------------------------------

Je dois bien avouer qu’à la première lecture, j’ai eu un peut de mal à bien tout comprendre, mais au final, il s’avère que le système est extrêmement simple à prendre en mains. Je l’ai utilisé dans des OS avec des joueurs néophytes en JDR, je présente le système en action et ça c’est toujours très bien passé, tout le monde comprend du premier coup.

On effectue les jets avec un D20 (mais rien a voir avec le D20 système / D&D), l’objectif étant de faire autant ou MOINS que le seuil de difficulté. Pour connaître ce seuil on utilise un tableau de résolution unique, ce tableau comme son nom l’indique est utilisé pour tout résoudre : les actions contre une difficulté, les actions en opposition contre un PJ ou un PNJ et même pour connaître les dégâts que vous recevez.

La lecture du tableau et aisé :

A l’horizontal, c’est le personnage actif (on regarde son NA, c’est a dire sont Niveau d’Action, ce dernier correspond l’addition d’une caractéristique et d’une Spécialité, il est a noté que si chaque famille est plus ou moins associé à une caractéristique, elle n’est pas exclusive, le choix de la caractéristique qui serra ajouté à la compétence dépend uniquement de la situation et de la logique) ou la puissance de l’arme (on regarde alors son FD, c’est a dire le Facteur de Dégâts de l’arme + l’impact dans le cas des armes de corps à corps)

A la vertical, c’est la difficulté (on regarde le ND, le niveau de difficulté, ce dernier et choisi par le MJ en fonction de la situation), le NA d’un PNJ, ou la défense (qui pour un personnage correspond à sa défense + son armure).

Il faut ensuite croiser les deux résultats pour obtenir la difficulté. Ex : Si le joueur à un NA de 6 et qu’il est opposé à un ND de 7, le seuil serra de 9. Il devra donc faire 9 ou moins sur le D20.

Il est possible de se passer du tableau si ce dernier vous dérange. Il suffit pour cela d’augmenter sur la fiche de personnage toutes les valeurs de 10 points et de soustraire la valeur de l’adversaire ou de la difficulté. Dans l’exemple ci-dessus, le joueur à un NA de 16 (6+10), on soustrait ensuite le ND 16 - 7 = 9. Le joueur doit donc faire 9 ou moins sur le D20.

Personnellement comme j'ai l'écran, j'aime bien utiliser le tableau, je trouve la lecture plus rapide qu'une soustraction.

------------------------------------------
3/ Qui lance les dés
------------------------------------------

Dans les règles, il est indiqué que se sont toujours les joueurs qui lancent les dés, cela afin de libérer le MJ de cette « contrainte » et lui permettre de se concentrer sur le scénario. Ainsi dans un combat, quand c’est au PNJ d’attaquer, ce dernier et considéré comme passif (vertical dans le tableau), et la parade / esquive du joueur comme actif (horizontal dans le tableau), le joueur lance le D20 et s’il fait moins que le seuil, il résiste à l’attaque.

Et je dois dire que ça ma toujours fait bien chié car j’aime lancer les dés. c’est pourquoi j’avais relégué l’EW-System au fin fond de ma bibliothèque. Pour moi, lancer les dés fait parti du plaisir, donc ce genre de système unilatéral n’a strictement aucun intérêt pour moi (comme les systèmes qui utilisent des brouettes de dés)

Et puis un jour d’ennuis, j’ai eu une révélation. Si je place l’attaque du PNJ en actif et la défense du joueur en Passif, j’obtiens les mêmes probabilités de réussite à la différence que j’ai le plaisir de lancer moi même les attaques de mes personnages. Depuis j’utilise le système et mes PNJs ont le plaisir d’attaquer « activement ».

Donc en fonction de vos préférences, vous pouvez laisser les joueurs lancer TOUT les jets, ou vous réserver des lancer comme avec les systèmes « classiques ».

------------------------------------------
4/ Le combat
------------------------------------------

Il n’y a rien de bien extraordinaire dans le combat, le joueur qui attaque est opposé à la valeur de la parade ou de l’esquive de l’adversaire (caractéristique + esquive / caractéristique + spécialité de l’arme utilisé), s’il fait moins ou égal, il touche, s’il fait plus, c’est un échec.

Mais la ou ça change, c’est que les dégâts sont « fixe ». on croise dans le tableau le FD de l’arme (+ impact le cas échéant), à la défense de l’adversaire (+ armure le cas échéant) et la valeur indique le nombre de points de vie ou d’encaissement perdu. Il est bien sur possible de moduler le FD pour infliger plus de dégâts (par exemple en s’infligeant un malus à l’attaque de -2 -4 ou -6, on gagne un bonus équivalent au FD, ou grâce une rafale d’une arme à feu).

Certains aiment, d’autres pas, moi je trouve ça pas si mal. Les dégâts aléatoires, c’est rigolo mais si on a pas de chance, l’adversaire peut survivre 1 ou plusieurs tours supplémentaires. Et comme beaucoup de système n’inflige pas de malus à la santé, cela peut tourner en défaveur du groupe. Avec des dégâts fixes, il est plus facile pour le groupe d’évaluer la situation, il ne compte plus sur un coup de chance aux dégâts pour vaincre le boss, il évalue la situation plus clairement et prend le cas échéant plus de risque pour achever un adversaire, ou au contraire, il estime que la fuite et préférable avec moins de regret (mais si j’avais 8+ sur mon 1D10 de dégâts, il serrais mort, on aurait put tester pour voir).

Et puisque j’en ai parlé, il faut noter que l’EW-System utilise une pénalité à la santé. Autrement dit, moins vous avez de point de vie (ou d’encaissement) et plus vous avez de difficulté à agir . Il y a 4 paliers qui dépendent des points de vie max : Indemne (pas de malus), Blessé/Étourdit (-2), Gravement blessé/sonné (-4), mort/inconscient.

La vie peut se récupérer au point par point (comme dans les systèmes classiques) ou au niveau de santé (on récupère automatiquement un nombre de PV qui permet de se retrouver au palier supérieur, qu'il nous manque 1 ou 10 PV pour atteindre ce palier ne change rien), cela dépend du type de soins, de l’univers mais surtout du MJ. On peut quand même noter que la guérison naturelle et par défaut au point par point.

------------------------------------------
5/ Les adversaires
------------------------------------------

Un petit passage rapide sur les PNJs. Déjà, le bestiaire et très famélique (quelques animaux courant présenté dans un tableau), mais c’est pas très surprenant, car, que ce soit les traits ou les archétypes, le livre est - je trouve - un peut avare en exemple.

Par contre, il y a toute une section consacré à la création de PNJs. On retiendra la création détaillé qui suit la procédure des joueurs mais avec un nombre de points limités en fonction de la puissance du PNJ (cible, petite frappe, quidam, lieutenant, boss, big boss), des niveaux de santés différents (seul les rôles principaux on autant de PV que les PJs) et le classique morale.

Et la création instantané de PNJ. j’utilise beaucoup cette dernière, encore une fois les PNJs sont classé par puissance et il y a 6 blocs de stats prédéfinis et génériques (cible, petite frappe, quidam, lieutenant, boss, big boss). Je pioche dedans en fonction des adversaires et de la difficulté qu’ils représentent. C’est simple, rapide et efficace, je ne garde la création détaillé que pour les PNJs récurant (peut importe « le niveau », qu’il soit simple indic ayant une importance ou grand méchant de l’histoire) et pour les mercenaires que recrute les PJs (ce qui est plutôt rare).

Je n’ai jamais utilisé, mais il existe aussi une partie sur la gestion des PNJs en groupe (le groupe gérer comme une entité, une nuée, une meute).

------------------------------------------
6/ Les points d’éclat
------------------------------------------

Le nombre dépend du niveau de jeu choisi par le MJ (de 3 à 7). C'est un peut la même chose que les points de chance, d’héroïsme, … dans les autres jeux. Ils se régénèrent à chaque début de SCENARIO, mais un MJ généreux peut potentiellement en donner pendant le scénario (mais faut vraiment que les joueurs le mérite, dans la majorité des cas, on donne rien).

Ils permettent aux joueurs d’influencer le jeu :

- Agir en premier dans un combat
- Ne pas lancer le dé et choisir si on réussi ou échoue
- Augmenter le résultat du jet d’un cran (échec critique→ échec → réussite → réussite critique)
- Pour 1 ou 2 point recevoir un « coup de pouce » (une porte et ouverte, un garde s’endort, …). Ce coup de pouce doit toute fois être réaliste (le garde qui vient de dormir 8H ne risque pas de s’endormir pendant sa garde)
- Et pour 3 points, on peut tromper la mort (si cela est logiquement possible, on ne peut pas tromper la mort quand on est réduit à l‘état d’atome).
- Utiliser une aptitude pour certains archétypes (mais cela ne concerne que quelques archétypes)

C'est pratique, surtout si on a un MJ sans pitié :twisted: :twisted:

------------------------------------------
7/ Le matériel et les armes
------------------------------------------

Ce livre de règle ne propose aucun équipement. Zero. Nada. Si vous voulez du matos, faut le faire soit même ou prendre l'un des univers de la gamme.

Quand aux armes, elles sont on ne plus générique, nous avons par exemple les armes de poing, "légère", "moyenne" et "lourde". Ou encore les armes blanche, "de poing", "longue" et "à deux mains". Et je dois bien avouer qu’au vue des autres productions qui ont de plus ou moins longue listes d’armes, ce ne doit pas être suffisant pour tout le monde et même pour moi, c'est quand même un peut limite.

Il faut donc se rabattre sur la version Deluxe pour plus de détails (grâce à l'un des deux modules supplémentaires), et pour le coup, ça développe très bien. Un mini-lexique, les accessoires pour les armes à feu suivit d’une page de listing des armes à feu (ça va du mousquet au famas), 1 page sur les munitions et leurs effets. Des armes lourdes, exotiques, de self-défense, de mêlée, les armes à distance (du bolas jusqu’au fusil à harpon), toute une liste d’arme improvisé (de l'antenne de voiture au sac à main en passant par la chaise) et 6 armes futuristes. Bref, il y a de quoi faire.

On peut noter qu’il y a une page sur les protections (ancienne, contemporaine et futuriste), qui sont dans le corps de règle tout aussi générique que les armes. C’est moins poussé que les armes, mais ça a le mérite d’exister.

------------------------------------------
8/ La magie
------------------------------------------

Et la on tombe sur LE gros point noir de ce livre : la magie.

Soyons franc, le MedFan reste une référence (au détriment des autres … comme le space opera, l’un des grands oubliés dans la majorité des systèmes génériques) et dans le MedFan, il y a de la magie.

A première vue, on peut être soulagé de voir un module « Pouvoir Mystique » mais c’est rien de plus qu’une ébauche et encore, uniquement si on veut jouer des super héros, car c’est pas vraiment fait pour des magiciens qui maitrisent des 10ène de pouvoirs.

Alors, on nous parle de l’énergie vital (alias, la mana), on explique comment acheter un pouvoir et comment le rendre plus facile à lancer (en augmentant la compétence du pouvoir). Puis on a 3 exemples de type « pouvoir de super héros » sur la page suivante.

Et c’est tout !!! Alors, oui, on peut faire soit même une liste de pouvoir. Mais soyons franc, ça risque de pas être très équilibré car il n’y a aucune règles - que le bon sens - pour la création des pouvoirs. Et quand c’est la fête du slip on peut avoir de tout et de rien, le premier joueur va faire un pouvoir « boule de feu » et le second, qui arrive mieux à manipuler le MJ va faire « tornade de feu avec projection de boule de feu ». Le coût d'obtention de cette compétence magique et son augmentation seront exactement les mêmes, vous la ressentez l’injustice ?!

Si on veut de la magie, il y a 1 solution ½.

La demi-solution, c’est le combo supplément race + archétype MedFan (qui été vendu uniquement en PDF), mais c’est pas une vrai solution. Ici on a le combo « magicien » + « prêcheur » qui a ses points d’éclats de boosté, qui peut les réinitialiser une fois par scénario et qui peut en gagner quand il survit à un combat alors qu’il est dans le seuil de santé -4. Et ses points d’éclats peuvent être utilisés pour obtenir des effets magiques. c’est l’option « coup de pouce » à la différence qu’on a plus forcément besoin d’être réaliste. Reprenons notre garde qu’on ne peut pas endormir avec « coup de pouce » car il vient de pioncer pendant 8 heures, et bien le magicien peut utiliser ses points d’éclats « magique » pour l’endormir.

Alors cette solution est pratique dans un OS, voir dans une petite campagne, mais je trouve qu’elle est limité et bien trop ouverte (nous avons ici un mage plus que polyvalent car capable de tout faire « a petite échelle »)

Si on veut un VRAI système de magie, il n’y a pas de choix, il faut se rabattre sur la ré-édition du Tome 1 d’Arkéos (toujours en vente sur ludikbazar). Vous y trouverez toutes les explications pour une magie freeform (comme dans le DK² système). Il y a un exemple démonstratif et quelques sorts de proposés. Mais plus le sort que vous voulez est puissant, plus il serra coûteux en point de création, il faudra donc choisir entre quelques sorts puissants ou plusieurs peut puissant.

j'aime bien les systèmes de magie freeform même si c'est moins ... rapide qu'un banal grimoire, mais au moins, on a le sort qu'on veut, paramétré de la façon qu'on veut.

------------------------------------------
9/ Les règles optionnelles
------------------------------------------

Si les règles de base sont relativement simple, on trouve tout le long du livre, des règles optionnelles pour simplifier certains concepts, ou au contraire, pour augmenter la complexité. Nous avons par exemple les actions rapides, les résultats nuancés (on peut réussir ou échouer plus ou moins bien une action), le tir multiple, …

Ces règles optionnelles sont peut nombreuses, mais je trouve qu’elles sont pertinentes, elles ne sont pas là pour faire du remplissage.

------------------------------------------
10/ Le mot de la fin
------------------------------------------

L’EW-System est agréable à utiliser, il est simple à maîtriser et que l’on soit amateur ou professionnel, on est pas limité ou perdu dans la création du personnage (les premiers suivrons les conseils de l’archétype, les seconds ferrons un perso au petit oignons).

Le système en lui même est basé sur 1D20, mais ce n’est pas du D&D (ce dernier n’à pas l’exclusivité du D20). Certains regretterons peut être l’aléatoire d’un unique dé, personnellement, ça ne me dérange pas.

Le système est effectivement générique, j’ai joué du MedFan, du Contenporain et du Space Opera avec. Mais sur certains points, il est incomplet. Comme indiqué, la section sur la magie et plutôt ridicule et comme dans beaucoup de système non dédié, si on trouve un chapitre sur les véhicules, il n’y a rien sur les vaisseaux spatiaux.

On peut regretter aussi le manque d’exemple : peut de trait, quelques archétype seulement, … ce qui demande au MJ un peut de travail en amont (une fois fait, c’est fait, mais faut le faire) voir de se rattraper sur d’autres supplément de la gamme (surtout pour les archétypes). Mais il n’y a en soit rien d’insurmontable car (en dehors de la magie) on trouve un chapitre dédier à « comment faire des traits, des archétypes ou des spécialités ».

Je n’ai pas parlé du module supplémentaire de l’édition deluxe « les Stéréotypes » (qui au passage était un PDF gratuit), car si c’est plutôt intéressant, dans les faits je ne l’ai jamais utilisé. En gros, en plus de SES personnages, le joueur disposes d’une fiche acteur, il peut dépenser ses points d’expérience dans SON personnage ou dans son acteur (avec un cout augmenté). Par la suite, les compétences et capacités de l’acteur peuvent être utilisés par tous les personnages présent et à venir du joueur. Mais il n’y a d’intérêt que si l’on joue dans plusieurs univers en même temps ou si l’on ne fait que de courte campagne, le stéréotype permet ainsi de ne pas repartir à chaque fois à 0. Il et même possible de faire des scénarios centrés sur les stéréotypes des joueurs (style : un joueur est absent, on ne peut pas jouer la suite de l'aventure. Pas grave, on va dire que son stéréotype est complément pété au fin fond d'un squatte, pour éviter le scandale, c'est aux autres stéréotypes de le retrouver et de le ramener car si les médias sont au courant, la série "inclure ici le nom de la campagne" risque d'être annulé :D ).
Dernière modification par theudbald le mer. sept. 06, 2017 1:50 pm, modifié 3 fois.

Avatar de l’utilisateur
Sykes
Dieu normand
Messages : 4465
Inscription : mer. oct. 26, 2011 12:32 am
Localisation : Quimper (29)

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par Sykes » mar. sept. 05, 2017 12:19 am

Alors là bravo, plusieurs mois après le message initial, là je dis chapeau et un grand merci pour ce retour qui restera dans les annales pour moi  :pri

PS : Y'a moyen d'avoir accès aux divers PDFs dont tu parles  :charmeur

Avatar de l’utilisateur
theudbald
Zelateur
Messages : 81
Inscription : mar. avr. 04, 2017 7:31 pm

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par theudbald » mar. sept. 05, 2017 1:46 am

Sykes a écrit :
mar. sept. 05, 2017 12:19 am
PS : Y'a moyen d'avoir accès aux divers PDFs dont tu parles  :charmeur

Toutes les sources de ventes des PDF se sont taris depuis longtemps. Le dernier propriétaire, c'était Cassendre Experiment (je crois que c'est lui qui a fait la ré-édition d'Arkeos) et comme les autres, ils est fermé depuis belle lurette.

Et illégalement ... je pense que c'est dur à obtenir car c'est pas vraiment une gamme populaire.

Avatar de l’utilisateur
Sykes
Dieu normand
Messages : 4465
Inscription : mer. oct. 26, 2011 12:32 am
Localisation : Quimper (29)

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par Sykes » mar. sept. 05, 2017 9:22 am

Merci encore theudbald ;)

PS : En cherchant un peu sur le net et en s'aidant du SDEN et du GROG, y'a moyen de trouver quelques trucs :roll:

Avatar de l’utilisateur
Gulix
Ascendant
Messages : 1517
Inscription : mer. déc. 02, 2009 10:12 am
Localisation : Nantes (Vallet, dans le Vignoble)
Contact :

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par Gulix » mar. sept. 05, 2017 2:01 pm

La version longue sur mon blog

Et donc, la version courte ...

1.) Quoi que c'est ? 

Swords without Master, un JDR narratif (un de plus !) pour un Maître de jeu et quelques joueurs, par Epidiah Ravachol et traduit via la Caravelle.

2.) Vous en avez entendu parler où pour la première fois ? 

Sûrement par ici.

3.) Achat compulsif, impulsif ou réfléchi ?

Gratuit et jeu narratif ? Je dirais téléchargement impulsif.

4.) Vous pensiez trouver quoi ? 

Un jeu un peu trop indé et perché pour moi. Mes souvenirs de lecture n’étaient pas en sa faveur. Une histoire de tonalité qui m'avait fait lâcher le document. Mais un jeu important au niveau du game design.

5.) Vous avez trouvé quoi ? 

Une petite claque. C'est intelligent, pleins de petites idées super intéressantes (la réincorporation des trames, les tons, ...), et surtout c'est plutôt bien cadré dans la gestion de la prise de parole. Qui plus est, la traduction est bonne et la mise en plage super propre.

6.) Allez vous vous en servir ?

Oh oui ! Je vais essayer de me caler une partie prochainement, et c'est passé en tête de liste de ce que je vais proposer aux Utopiales.

7.) En conseilleriez vous l'achat ?

C'est gratuit ! Mais j'en conseille fortement le téléchargement !
Mon blog (figurines, JDR, développement)
Joueur dans le sud de Nantes
Face au Titan est sur Kickstarter !

Avatar de l’utilisateur
Erwan G
Envoyé de la Source
Messages : 12965
Inscription : lun. oct. 25, 2004 6:51 pm
Localisation : Grenoble

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par Erwan G » mer. sept. 06, 2017 12:58 pm

  1. Quoi que c'est ?

    Pits & Perils, la dernière traduction de Le Grümph

  2. Vous en avez entendu parler où pour la première fois ?

    Ici, quand LG a dit qu'il venait de le mettre en vente.

  3. Achat compulsif, impulsif ou réfléchi ?

    Réfléchi. J'ai peu de temps pour jouer et pas le temps pour de nouveaux systèmes ou des systèmes compliqués. Je joue avec un groupe une fois par trimestre, il faut des scénarios simples et un système à son service.

  4. Vous pensiez trouver quoi ?

    Un jeu mal branlé, la promesse de la simplicité et du sous D&D aussi inutilement complexe, un truc hype qui n'allait pas m'aller.

  5. Vous avez trouvé quoi ?

    Un jeu simple et clair, malgré quelques imprécisions/contradiction et une organisation interne peu optimisée.

    En bref, une action lambda a 50% de chance de réussir, sauf si le personnage est doué dans l'une des 6 caractéristiques de base de l'ancêtre, dans quel cas elle est automatiquement réussie. Il y a quelques bonus, très rares, et un moyen de rendre les actions plus difficiles. Globalement, obtenir un +2 sur une action est rare, sauf magie. En matière de combats, une table très simple permet de déterminer les dégâts (globalement, 2D6-8 de dommages) avec peu de modificateur pour les dommages. Les petites créatures ont peu de points de vie, les armures sont un bonus aux points de vie. Les classes donnent des bonus et sont équilibrées comme dans D&D : le guerrier est puissant au niveau 1 avant de devenir un mur au niveau 5 pour que le mago puisse tout cramer.

    Tout est simple et fonctionnel.

    La création de personnage prend 3 minutes si l'on a déjà lu le jeu et je pense qu'en groupe, il faut environ 10 minutes pour faire les personnages, peut être 15 s'il y a un lanceur de sorts qui ne connait pas les sorts, suffisamment nombreux et intéressants même si pas toujours équilibrés (il vaut mieux prendre le sort de Glace que celui de Feu, parce qu'il permet de faire autre chose que 1D6+(1 par niveau multiple de 3).

    Dans les incohérences/difficultés, il y a la parade (on en parle mais sans préciser exactement ce que c'est et comment ça se fait), le résultat de 7-8 sur l'attaque (un fois c'est +1 pour son attaque suivante, l'autre, c'est +1 à l'attaque d'un compagnon)

  6. Allez vous vous en servir ?

    Oui, clairement oui. C'est prévu pour le 22 septembre. Sur un scénario de LG.

  7. En conseilleriez vous l'achat ??

    Clairement, oui. Je pense que ce jeu a des défauts, c'est certain, mais je pense que ces défauts sont les conséquences de ses qualités et que le tout semble bien s'équilibrer. Si je devais le qualifier, ça serait comme le BoL de D&D.

    Juste une chose : il faut passer la couverture qui, amtha, est la moins réussi du Grümph. J'aime beaucoup ses couvertures minimalistes (comme DdP² ou les Contes du dragon), mais là, c'est moins joli. Comme ça n'empêche pas de jouer et que le reste du document est tout à fait clair, lisible et agréable, c'est un défaut minuscule.
Personne n'est plus arrogant envers les femmes, plus agressif ou méprisant, qu'un homme inquiet pour sa virilité.
Simone de Beauvoir

Spoiler:
Image

Avatar de l’utilisateur
bashar29
Banni
Messages : 1488
Inscription : dim. août 26, 2012 9:52 pm
Localisation : BZH - Rennes

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par bashar29 » mer. sept. 06, 2017 2:06 pm

Erwan G a écrit :
mer. sept. 06, 2017 12:58 pm
  1. Quoi que c'est ?

    Pits & Perils, la dernière traduction de Le Grümph


Une question : à ton avis cela peut être mis entre les mains d'un jeune MJ débutant (11/12 ans) comme premier JDR (il a déjà été joueur) ?
Je cherche toujours un JDR à offrir a mon grand qui soit abordable (dans tous les sens du terme).

Merci

Avatar de l’utilisateur
Erwan G
Envoyé de la Source
Messages : 12965
Inscription : lun. oct. 25, 2004 6:51 pm
Localisation : Grenoble

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par Erwan G » mer. sept. 06, 2017 2:08 pm

Je ne sais pas. Je n'ai aucune idée sur le fait de savoir si un enfant a besoin de beaucoup de règles ou pas pour se sentir en sécurité. Mais une chose est sûre, le système est très très simple. Un vrai truc simple qui reste un système. En tout cas, il n'aura aucun problème pour y jouer, c'est certain.
Personne n'est plus arrogant envers les femmes, plus agressif ou méprisant, qu'un homme inquiet pour sa virilité.
Simone de Beauvoir

Spoiler:
Image

Avatar de l’utilisateur
bashar29
Banni
Messages : 1488
Inscription : dim. août 26, 2012 9:52 pm
Localisation : BZH - Rennes

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par bashar29 » mer. sept. 06, 2017 6:39 pm

Ok merci.

Avatar de l’utilisateur
Le Grümph
Dieu du foisonnement créatif
Messages : 9670
Inscription : mar. avr. 05, 2005 1:44 am
Localisation : Nord-Mayenne
Contact :

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par Le Grümph » mer. sept. 06, 2017 9:18 pm

Un retour hyper rapide sur Troika.

http://www.drivethrurpg.com/product/199 ... ss-Edition
Image

Troika, c'est un retroclone de Fighting Fantasy. C'est très court (56 pages) et simplifié par rapport à FF de base (ou sa trad en VF). Je ne suis pas un spécialiste de FF - je l'ai lu plein de fois (j'ai la VF et la réédition des trois bouquins anglais), mais sans que ça ne soit jamais arrivé à m'intéresser assez.
Là, je ne sais pas. C'est plus simple et surtout, l'univers en finigrane n'est pas celui de Titan, mais un autre truc foutraque et gonzo assez fun.
Le jeu propose, pour créer son perso, de tirer au hasard un archétype - ça va du prêtre du dieu qui pisse dans les mares au roi qui a perdu son royaume et ne sait plus trop où il est, en passant par des nains très étranges ou encore des mathématiciens fous. C'est donc hyper rapide.
Présentées comme elles le sont, les règles éveillent vraiment mon intérêt et mon envie. C'est dommage que l'univers ne soit pas plus dessiné. On a l'impression que c'est plus un exercice de style (pour les archétypes) qu'autre chose, mais l'auteur donne des pistes pour créer ses propres archétypes.
Du coup, je verrai bien une sorte de Gamma World zarb (pourquoi pas le Gathox Vertical Slum) avec ce système-là. 
Bref, la version non illustrée est gratuite et ne fait que 56 pages aérées. C'est rapide à lire et c'est bien fun. Je ne sais pas ce que ça vaut par rapport au FF complet, mais ça me semble beaucoup plus simple et jouable et rapide.

 
Petit Marteau - Mon site - Mes images - Le catalogue Chibi - Patreon
Chibi : des jeux pour faire des trucs dedans
JOUER ET LAISSER JOUER
system matters, players matter more
Jeu de rôle. n.m. On jette des dés et on dit des conneries.

Verrouillé