Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
Avatar de l’utilisateur
Ego'
Dieu de la taverne
Messages : 5845
Inscription : ven. nov. 28, 2003 2:04 pm
Localisation : derrière le comptoir (à Metz)

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par Ego' » lun. juil. 30, 2018 4:51 pm

C'est vraiment dommage. Ca ne coûte rien de demander à placer ce type de fil en archives. Après tout on y stocke bien des listes de Noël...
☎️ Annuaire Casus NO ☎️

"Dans chaque vieux il y a un jeune qui se demande ce qui s'est passé." Terry Pratchett
Actuellement sur mon écran : [Crashtest ATM] Ténèbres sur la Forêt Noire & autres contes...

Avatar de l’utilisateur
Mahar
Banni
Messages : 1367
Inscription : jeu. sept. 02, 2010 12:27 pm
Localisation : Epinal (88)
Contact :

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par Mahar » lun. juil. 30, 2018 8:56 pm

Dans 52 pages il faudra y penser !

Avatar de l’utilisateur
Steve J
Dieu en Quetchua
Messages : 2448
Inscription : dim. oct. 08, 2006 1:41 pm
Localisation : Lyon

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par Steve J » lun. juil. 30, 2018 9:42 pm

1.) Quoi que c'est ?
Image
SIGMATA: This Signal kills fascists

2.) Vous en avez entendu parler où pour la première fois ? 

Peut-être ici mais je n'y ai fait attention qu'après avoir découvert Cryptomancer, le précédent jeu de Chad Walker.

3.) Achat compulsif, impulsif ou réfléchi ? 

Réfléchi parce que j'avais de bonnes raisons de l'attendre, compulsif parce que j'ai pris le PDF alors que j'attendais la version papier (qui m’amènera peut-être à repasser à la caisse)

4.) Vous pensiez trouver quoi ? 

J'avais des attentes très précises après avoir lu et testé Cryptomancer.
Ce dernier était un jeu qui introduisait, via des systèmes magiques, les problématiques de hacking, de cryptographie et de sécurisation des systèmes d'information dans un univers medfan. C'était aussi un jeu qui s'inspirait de l'affaire Snowden et qui avait une dimension politique qui, à mon sens, était intellectuellement convaincante (le jeu m'a amené à être plus curieux que je ne l'étais sur les problématiques de contrôle de l'information) mais un peu désincarné. La couleur medfan générique empêchant de prendre complètement au sérieux cet aspect (Cryptomancer reste un jeu ludiquement fascinant et très amusant à jouer).

Parce qu'il se situe dans un univers plus proche du nôtre, une uchronie 80's où les USA ont sombré dans le fascisme, SIGMATA me semblait émotionnellement plus engageant. Une interview de l'auteur sur un site anarchiste et antifasciste mi-chemin entre la discussion sur le game-design et la réflexion politique avait fait considérablement grimper mes attentes. L'auteur de jeu y parlait de stratégie de résistance politique avec une approche très analytique et un discours parfois rentre-dedans sur la nécessité d'être capable de construire des alliances de situations à contre-courant des exigences de pureté politique. C'était convaincant et donnait très envie de voir comment il allait ludifier cette réflexion riche sur les méthodes de résistance politique.

5.) Vous avez trouvé quoi ? 

C'est d'abord un jeu à l'univers et aux thématiques évocateurs et c'est aussi une réussite éditorial. SIGMATA est très bien écrit, c'est à la fois la conséquence d'un auteur qui sait où il va, qui s'est renseigné sur son sujet, qui a une vision forte et claire, et d'un très bon travail sur le style. C'est aussi un univers qui, malgré l'uchronie, les 30 ans d'écart temporel et le fantastique (on y incarne des super-héros dont le corps s'est transformé en machine), est proche de nous et se nourrit d'inquiétudes bien réelles (même si le jeu évite élégamment de citer le nom de "Trump").

On est donc dans une Amérique fasciste et le texte fait un gros travail de contextualisation pour permettre de comprendre comment on en est arrivé là, comment ce régime autoritaire fonctionne et qu'est-ce qu'il implique. C'est aussi, comme pouvait l'être l'univers de Cryptomancer, un univers passionnant par le gameplay qu'il implique. Deux éléments ressortent :

Élément 1 : La nécessité de transmettre le Signal, une onde qui permet de réveiller les pouvoirs des PJs et qui peut se transmettre par signal radio (on est amené à mettre en place des radios FM pirates), par modem et par téléphone ce qui impliquent des intrigues basées sur le hacking de hardware.

Élément 2 : La nécessité de transmettre le Signal, le message de la Résistance, auprès du peuple (en menant par exemple des manifestations, en rendant publiques les actions des PJs et en pensant à leur impact médiatique) et des diverses factions politiques s'opposant au Régime. Ces factions sont très opposées (des gun-nuts libertariens, des ultra-libéraux, des fondamentalistes chrétiens et des socialistes financés par l'URSS), ont chacune leurs grosses faiblesses internes (pour le dire gentillement) et il faut savoir gérer leurs radicalités et créer des alliances entre-elles.Ce dernier élément implique une réflexion sur les méthodes, notamment en évitant les crimes de guerre (même si le jeu ne prône pas une totale non-violence). C'est un point sur lequel on sent une grande réflexion de l'auteur qui dépasse le cas US (il cite régulièrement des mouvements de résistance moyen-orientaux par exemple). SIGMATA est issu d'un foulancement et dans les bonus se trouvaient des settings additionnels (non-US). Je ne sais pas s'ils seront rendus disponibles aux non-backers.

Le jeu propose aussi trois systèmes de résolution portant sur le combat, les scènes d'infiltration et un - plus général - pour les scènes "d'intrigue". Ces systèmes sont très carrés et gèrent les situations d'une façon abstraite mais tactiquement intéressante. Ils fonctionnent tous sur une logique de risques que la situation fait peser sur les PJs (à chaque tour le MJ doit ajouter des points de risque sur un ou plusieurs PJ) et que les PJs vont chercher à infliger à l'adversité. Arrivés à 10, les risques permettent de surpasser l'adversité ou de mettre hors-combat/tuer les PJs.Les PJs peuvent en gros choisir entre 4 actions qui changent de nom entre le type de scène mais on globalement toujours les mêmes effets (en étant chacune associée à une caractéristique différente) :​​​​​​​​​​​​​​
*Infliger un peu de risque à l'adversité
*Diminuer son score de risque
*Diminuer le score de risque d'un autre PJ
*Infliger beaucoup de risque à l'adversité mais en augmentant son propre niveau de risque

Ce système offre une grande liberté de description  (on peut penser à des jeux comme Wuhsu ou Abstract Dungeon) mais au prix d'une certaine abstraction : ce que les joueurs décrivent n'a finalement pas grande importance (seul le choix entre les 4 actions compte techniquement) et le fait que les mêmes mécaniques couvrent des actions très différentes peut sans doute être vécu comme trop abstrait par certains joueurs.

6.) Allez vous vous en servir ?

J'espère bien ! Le jeu est long, 330 pages, mais c'est lié à la richesse de son univers. Les enjeux ludiques de plein d'éléments potentiellement "actionnables" du cadre de jeu (donnant lieu à des situations de jeu intéressantes) sont décrits en quelques pages très didactiques (de courts mais lumineux développements sur l'organisation/les conséquences d'une manifestation, le hacking téléphonique à l'époque des standards d'appel, etc.). Tout assimiler est complexe mais on peut sans doute organiser une partie rapidement en isolant deux-trois éléments qui nous semblent intéressants (ou en demandant avant la partie aux joueurs quels aspects de la résistance politique et technologique leur parlent particulièrement).

7.) En conseilleriez vous l'achat ??

Sans trop d'hésitations (si ce n'est celles portant sur les systèmes abstraits de combat/infiltration/intrigue qui ne me parlent pas tant que ça). C'est assurément un des jeux les plus impressionnants de ces derniers mois.
Fan des hacks d'Apocalypse World qui commencent par la lettre "W" : Worlds in Peril, World Wide Wrestling RPG

Avatar de l’utilisateur
sherinford
Dieu de sa console
Messages : 5666
Inscription : jeu. oct. 07, 2004 8:36 am
Localisation : Un petit chateau en Belgique

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par sherinford » mer. août 01, 2018 8:28 am

Ego' a écrit :
lun. juil. 30, 2018 4:51 pm
C'est vraiment dommage. Ca ne coûte rien de demander à placer ce type de fil en archives. Après tout on y stocke bien des listes de Noël...

Je pense que ce ne serait pas plus mal de poster nos critiques sur le grog en plus de les mettre sur ce forum : ça leur assurerait une certaine permanence. J'essaie de le faire de mon côté, mais je n'y pense pas toujours.

Avatar de l’utilisateur
Qui Revient de Loin
Dieu qui a failli y rester
Messages : 5781
Inscription : sam. mars 02, 2013 1:20 pm
Localisation : Nothing Gulch
Contact :

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par Qui Revient de Loin » mer. août 01, 2018 9:38 am

Ho oui ! Ho oui !

C'est vraiment l'usage d'une telle encyclopédie, là où ce forum "n'est qu'un" espace d'échange.
Sinon, vous pouvez aussi ouvrir un blog pour vos critiques, mais la permanence et la centralisation sera toujours inférieure à celle du GroG.
Le blog de mes voyages imaginaires: http://qui.revient.de.loin.blog.free.fr/
Mes campagnes:
Mémoires de Mérovär (Star wars D6)
Anno 1633 - Chronique des Mousquetaires noirs
Le Dit d'Imagawa (L5R)

Contributeur au Grog

Avatar de l’utilisateur
Ego'
Dieu de la taverne
Messages : 5845
Inscription : ven. nov. 28, 2003 2:04 pm
Localisation : derrière le comptoir (à Metz)

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par Ego' » mer. août 01, 2018 11:07 am

Le Grog n'accepte pas toutes les critiques. Si leur politique n'a pas changé à ce niveau, nombre de celles de ce fil seront purement et simplement refusées.
☎️ Annuaire Casus NO ☎️

"Dans chaque vieux il y a un jeune qui se demande ce qui s'est passé." Terry Pratchett
Actuellement sur mon écran : [Crashtest ATM] Ténèbres sur la Forêt Noire & autres contes...

Avatar de l’utilisateur
Fil
Transcendé
Messages : 723
Inscription : jeu. sept. 11, 2008 3:27 pm
Localisation : Belgique
Contact :

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par Fil » mer. août 01, 2018 11:26 am

Oh ?!

Je ne lis pas toutes les critiques du fil, mais un bon nombre malgré tout et je ne vois pas en quoi elles seraient refusées par le Grog ? Sur quoi te bases-tu pour dire ça ?

(aucune controverse hein, c'est juste pour moi comprendre d'où ça peut venir)

 

Avatar de l’utilisateur
nessir
Cardinal
Messages : 559
Inscription : mar. juin 28, 2016 12:03 am
Localisation : Verfeil (31)

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par nessir » mer. août 01, 2018 12:29 pm

1.) Quoi que c'est ? 

Into the Dark de @Kobayashi

Image

2.) Vous en avez entendu parler où pour la première fois ? 

Probablement sur ce forum et je suis la production des livres de l'ours avec beaucoup d'intérêt.

3.) Achat compulsif, impulsif ou réfléchi ? 

Compulsif, car comme écrit plus haut, je lis toute la production de Kobayashi. Réfléchi, car je ne possède pas de jeu sur ce thème et je n'ai pas osé franchir le pas sur Eclipse Phase.

4.) Vous pensiez trouver quoi ? 

Un petit livre bien rédigé avec des règles simples pour émuler le genre transhumaniste futuriste.

5.) Vous avez trouvé quoi ? 

Tout d'abord sur la forme, le livret ne m'a guère surpris après avoir acheté Striscia par contre les illustrations sont vraiment superbes et tout à fait dans le ton. La mise en page est aérée, sobre et se lit avec facilité. 63 pages au total.

Le système est assez classique, on lance 2d6 contre une difficulté de 7, les attributs du personnage s'ajoutent aux dés. Quelques bonus peuvent survenir liés à l'origine ou la formation du personnage, mais surtout à son enveloppe. En effet, les protagonistes peuvent être amenés à changer de corps, le score de l'attribut éponyme et les améliorations dépendront de sa qualité. En plus d'une jauge de blessures, on en possède une autre pour le stress, vraiment une bonne idée, appréciée à la table, notamment la façon de récupérer des points (le personnage devant effectuer une action qui l'apaise). Pour résumer, les règles sont simples et fluides, laissant une grande part à la narration.

Cependant, on a remarqué lors de notre partie que les échecs étaient rares, peut-être trop. Il faudrait voir à plus long terme, les joueurs n'étant pas forcément sortis de la zone de compétence de leur personnage. Une question a été posée sur le niveau de difficulté unique ou l'absence de modificateurs pour ajuster, je n'y ai pas touché préférant jouer avec les règles pour avoir un rendu précis du jeu pour l'instant.

Au niveau des aides de jeu, les conseils pour lancer une campagne et sur le contexte sont courts mais permettent ainsi une grande liberté pour amener ses idées et envies. Néanmoins la plupart des thèmes touchant les évolutions de la société sont abordés. Trois grands principes sont répétés constituant la base de la proposition de jeu : on peut changer d'enveloppe corporelle, on voyage grâce à des portails extraterrestres et les traces de civilisations extraterrestres sont admises mais sans contact pour l'instant. Pour ma part, c'est suffisant et je me suis senti libre de broder à partir de ces informations pour lancer une première partie. En partie, la difficulté est venue plutôt de la prise en compte des conséquences liées à certaines technologies, cela donne toujours des discussions passionnantes !

6.) Allez vous vous en servir ?

C'est déjà fait, pour une bonne première partie. Il s'agissait d'une histoire de virus informatique touchant les sauvegardes de colons du système Tau-Ceti sur fond de manipulation politique et menace de guerre.

7.) En conseilleriez vous l'achat ??

Tout à fait, le jeu disponible sur Lulu est abordable, facile à lire et prendre en main. De plus, Kobayashi propose déjà plusieurs aides de jeu sur le site des livres de l'ours dont un scénario. Tout ce qu'il faut donc pour se lancer rapidement.
En ce moment : "Sur la route de la soie" et "Rêves de Gloire" avec Brigandyne.
Du matériel divers
Tableur Cartes Pavillon Noir

Avatar de l’utilisateur
sherinford
Dieu de sa console
Messages : 5666
Inscription : jeu. oct. 07, 2004 8:36 am
Localisation : Un petit chateau en Belgique

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par sherinford » mer. août 01, 2018 5:14 pm

Fil a écrit :
mer. août 01, 2018 11:26 am
Oh ?!

Je ne lis pas toutes les critiques du fil, mais un bon nombre malgré tout et je ne vois pas en quoi elles seraient refusées par le Grog ? Sur quoi te bases-tu pour dire ça ?

(aucune controverse hein, c'est juste pour moi comprendre d'où ça peut venir)

 

Peut-être parce qu'elles sont parfois trop longues ?

Avatar de l’utilisateur
aloisius
Zelateur
Messages : 59
Inscription : mer. juil. 11, 2012 6:08 pm

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par aloisius » mer. août 01, 2018 5:39 pm

Steve J a écrit :
lun. juil. 30, 2018 9:42 pm
 ImageSIGMATA: This Signal kills fascists
 

Merci pour ce pitch, je dois avouer que tu m'as rendu curieux, que ce soit sur Cryptomancer ou Sigmata. Sigmata est déjà dispo à la vente ? 

Avatar de l’utilisateur
Ego'
Dieu de la taverne
Messages : 5845
Inscription : ven. nov. 28, 2003 2:04 pm
Localisation : derrière le comptoir (à Metz)

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par Ego' » mer. août 01, 2018 6:13 pm

Fil a écrit :
mer. août 01, 2018 11:26 am
Oh ?!

Je ne lis pas toutes les critiques du fil, mais un bon nombre malgré tout et je ne vois pas en quoi elles seraient refusées par le Grog ? Sur quoi te bases-tu pour dire ça ?

(aucune controverse hein, c'est juste pour moi comprendre d'où ça peut venir)

Sur ma propre expérience où certaines de mes critiques ont été refusées (la longueur n'était pas en cause). Ou sur des critiques de Nébal publiées ici mais jugées trop longues par le Grog pour y être acceptées.

Notons clairement que j'ai beaucoup d'estime pour le Grog, que c'est un de mes outils de référence, que j'y ai participé (fiches ou critiques), et que j'aimerai beaucoup y trouver un maximum d'avis et de compte-rendus. Mais il faut bien admettre que les critiques ne sont pas validées systématiquement, et que ça peut couper l'envie de recommencer.
☎️ Annuaire Casus NO ☎️

"Dans chaque vieux il y a un jeune qui se demande ce qui s'est passé." Terry Pratchett
Actuellement sur mon écran : [Crashtest ATM] Ténèbres sur la Forêt Noire & autres contes...

Avatar de l’utilisateur
Steve J
Dieu en Quetchua
Messages : 2448
Inscription : dim. oct. 08, 2006 1:41 pm
Localisation : Lyon

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par Steve J » mer. août 01, 2018 8:19 pm

aloisius a écrit :
mer. août 01, 2018 5:39 pm
Merci pour ce pitch, je dois avouer que tu m'as rendu curieux, que ce soit sur Cryptomancer ou Sigmata. Sigmata est déjà dispo à la vente ?  

Oui mais seulement en PDF et à un prix assez élevé, surtout par rapport au PDF de Cryptomancer (au passage moi et d'autres parlons plus longuement de ce dernier ici, ici et ici).
L'auteur a annoncé une version physique pour fin août (après envoi de celles destinées aux participants au Kickstarter du jeu).
Fan des hacks d'Apocalypse World qui commencent par la lettre "W" : Worlds in Peril, World Wide Wrestling RPG

Avatar de l’utilisateur
Nébal
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 1887
Inscription : jeu. avr. 04, 2013 10:04 am
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par Nébal » mer. août 01, 2018 9:32 pm

On est sans doute HS, mais...

Ego' a écrit :
mer. août 01, 2018 6:13 pm
Ou sur des critiques de Nébal publiées ici mais jugées trop longues par le Grog pour y être acceptées.

Ça faisait partie du problème, mais c'était pas que ça. C'était surtout les éléments qui contribuaient à rallonger les chros.

Y avait, déjà, la question de la subjectivité affichée ou pas - je m'en suis peut-être trop fait une montagne, en même temps. Disons juste que, sur mon blog, je n'hésite pas à passer par mon expérience perso de manière très globale, notamment en intro, et clairement les "pourquoi j'ai lu ça", ce genre de trucs, très bloguesques (et que je crois potentiellement utiles dans ce contexte), n'ont pas leur place sur le GRoG ; on ne devrait pas écrire pas de la même manière pour un support à la base intime et pour un support extérieur (même si j'ai beaucoup moins de scrupules, dans d'autres domaines, sur des sites comme Babelio ou Sens Critique - coupable, votre honneur ; pour une raison très perso mais indécise, sur le GRoG, je me le sens vraiment pas, je le mets à part).

(Vous me direz, d'ailleurs, ce genre de fils sur Casus NO devrait être un "support extérieur" aussi, et c'est pas faux - d'ailleurs je taille souvent, même si pas toujours, dans le "perso" quand je partage ici -, mais il n'y a pas la même ambiguïté sur la source, et les échanges propres au forum, je crois, font aussi une différence.)

Il y a aussi que les chros que je publie ici (et à la base sur mon blog) ont souvent une base très descriptive, et exposer prend du temps - mais ça me paraît la base pour tout argumentaire, ensuite, et important pour l'articulation du propos. Or, sur le GRoG, comme je vois les choses en tout cas, les critiques s'inscrivent dans une base de données. La partie descriptive figure dans la notice du supplément, et elle est aussi neutre que possible - la critique est séparée, et la neutralité n'y est plus envisagée de la même manière.

Du coup, reporter une de mes chros "telle quelle", y avait du "moi je", trop, et de la redondance à fond les ballons (je veux dire : encore plus que sur mon blog ou ici, arf).

Fût un temps, j'avais essayé (dans la douleur) de refaire certaines chros pour coller davantage aux standards du GRoG - qui sont pertinents en tant que tels, hein, je critique pas cet aspect, tout sauf ça, même (et sa centralisation, c'est cool et j'y vois pas vraiment d'équivalent ailleurs). Mais fallait revoir en profondeur les articulations - et c'était du boulot. En plus. Et un boulot plus difficile en ce qui me concerne (SCOOP : j'ai tendance à m'étendre, retrancher m'épuise). Or je suis une feignasse.

D'où j'ai arrêté, mais par pure flemme. C'est un choix perso. On a pu me suggérer de couper ici ou là, ça oui, à peu près systématiquement d'ailleurs, mais pas plus. Jamais de fin de non-recevoir, pour autant que je m'en souvienne en tout cas.

(Mais j'ai une mémoire de poisson rouge et je peux être très premier degré.)

Avatar de l’utilisateur
Fil
Transcendé
Messages : 723
Inscription : jeu. sept. 11, 2008 3:27 pm
Localisation : Belgique
Contact :

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par Fil » mer. août 01, 2018 10:54 pm

Merci à tous pour vos précisions.

Avatar de l’utilisateur
Meuh
Ascendant
Messages : 1559
Inscription : mer. juil. 02, 2014 10:34 am

Re: Retour sur ce que j'ai lu ou survolé, jeune ou vieux

Message par Meuh » jeu. août 02, 2018 11:38 am

1.) Quoi que c'est ?

Image

2.) Vous en avez entendu parler où pour la première fois ?

Ici probablement.

3.) Achat compulsif, impulsif ou réfléchi ?

Un mélange. À ma table régulière on ponctue les périodes de campagne par des périodes de one-shots, et là on venait de mettre en pause une grosse campagne donc je cherchais des petits trucs à nous mettre sous la dent pour s'aérer l'esprit. Comme mes joueurs avaient gardé un bon souvenir d'Americana et que j'aime bien le travail d'Yno -malgré certains aspects qui me donnent toujours du mal- je me suis pris les deux premiers Channel Fear à cet effet (que j'ai en fait toujours pas lus). Puis dans la foulée, comme j'étais vachement curieux de Rushmore dont j'avais entendu parler ici, j'ai complété mon panier avec celui-ci ; à 5€ le PDF ça allait pas me ruiner.

4.) Vous pensiez trouver quoi ?

Un bac à sable super trash, avec une révélation derrière, et un système pour le faire tourner.

5.) Vous avez trouvé quoi ?

- Un bac à sable, certainement. Enfin non pardon, un "shooter" (j'ai un peu du mal avec ces termes marketing, burst, shooter, serial...), soit un bac à sable prêt à jouer : t'imprimes les personnages, tu expliques la situation de départ et en avant. Pour meubler ça, le MJ dispose essentiellement de la description des quelques lieux importants du coin, d'une galerie de PNJs (chacun étant assorti d'une mini accroche scénaristique), et d'une douzaine de post-it en guise de quêtes. Est-ce que c'est suffisant pour tourner ? J'avoue qu'à la simple lecture c'est difficile de savoir, et on imagine trop facilement que les PJs vont se contenter de brutaliser tout le monde sur leur passage afin de parvenir à leurs fins, qui ne sont d'ailleurs jamais bien complexes...

- Super trash... moui. Peut-être qu'après avoir trop entendu que c'était pas un jeu pour tous publics, qu'on y jouait d'affreuses ordures et cætera, je m'attendais à pire. Au final ça se range complètement au niveau d'un INS : on y fait des trucs cradingues dans une ambiance plutôt potache qui désamorce le potentiel glaçant de la chose. D'autant que cette description d'une communauté rurale des profondeurs du Texas laisse plus un goût de carton pâte que d'authenticité (un souci qui transpirait déjà dans Americana) - un peu comme quand les auteurs américains tentent d'écrire des jeux dans une ambiance européenne et qu'on sent toute de suite qu'ils n'y ont jamais mis les pieds.

- La révélation, sans trop en dire... ben c'est un peu pareil, j'ai du mal à croire. Trop gros, trop grossier. En fait c'est là qu'on réalise que si le jeu se présente comme "du contemporain bizarre, du fantastique à la lisière de la réalité", ce qui me vend plutôt quelque chose de subtil et mystérieux, l'ensemble respire en réalité terriblement la série Z. Et c'est là que tout ce côté carton pâte, cette ambiance foutraque et la révélation absurde prennent tout leur sens : on nage en pleine série Z.

- Et enfin les règles... pour faire simple, le Corpus Mechanica Plus, c'est tout sauf ma tasse de thé. En bac-à-sable, j'ai besoin d'un système inspirant, qui fasse rebondir la fiction : en simple mécanique de résolution binaire, le CM n'offrira rien de tel. Alors soit, dans ce cas je demande au système de se faire le plus discret possible afin de ne pas venir perturber la narration : décompte de réussites, relances, gestion continue d'une jauge, le CM est tout sauf invisible. Quant aux rares jonctions entre mécanique et ambiance, elles apparaissent sous la forme de bâtons/carottes spécifiques à chaque personnage qui respirent la fausse bonne idée. Ainsi dans la catégorie bâtons, l'un des personnages perd 1 point d'énergie (sur un maximum de 6) chaque qu'il prononce une phrase sans gros mot : s'il a le malheur d'enchaîner de telles phrases alors qu'il était déjà un peu fatigué, il s'évanouit ; voilà qui risque d'apporter un piment tout à fait palpitant au jeu... avant que le joueur apprenne à ponctuer toutes ses phrases d'un machinal "putain" tout aussi ennuyeux. Et comme il y une carotte et un bâton par joueur, c'est autant de gimmicks lourdingues qui fatigueront tout le monde au bout de deux séances.

6.) Allez vous vous en servir ?

Vais le proposer à ma table.
S'ils sont tentés, je le ferai tourner avec Apocalypse World - je bosserai un petit portage.
On verra bien si la sauce prend ou si ça devient trop rapidement chiant, j'avoue avoir cette crainte, mais c'est une expérience assez originale pour valoir le coup d'essayer.

7.) En conseilleriez vous l'achat ??

Si le délire rednecks amoraux et série Z vous tente, si vos joueurs à INS ont dépassé le stade d'enculer des poneys morts, si vous n'êtes pas allergiques aux systèmes de résolution binaire à base de pool de dés ou si vous êtes prêts à bosser un portage, si vous aimez jouer à partir d'un cadre ouvert sur lequel il va falloir pas mal broder, franchement au prix que ça coûte, ça serait bête de se priver !

Répondre