[Into The Odd] Le vent se lève...

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Mystique
Messages : 875
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

[Into The Odd] Le vent se lève...

Message par Carfax » jeu. janv. 04, 2018 2:33 pm

Ça y est !

Nous avons bouclé le scénario narré brillamment et ici même par le sieur @Ego'LE VENT QUI REND FOU .
Une partie maîtrisée avec Into The Odd (ItO) sur un vieux scénar de Casus, excellent au demeurant, initialement prévu pour le grand ancien. J'avais été tellement emballé par la narration de monsieur @Ego' que je l'avais maîtrisé tel quel, en un parfait copier/coller, voilà presque un an. Une réussite totale...
Et puis, bon an mal an en attendant la suite sur le fil dédié, Oltréé ! avait pris le pas sur nos occupations rôlistes. Mais peu avant les fêtes de fin d'année, l'envie d'en finir avec cette histoire a émergé, puis s'est faite pressante et a abouti in fine à une très belle séance de jdr. Je vais donc m'appliquer à la narrer ici.

Si ce n'est déjà fait, je vous engage très très fortement à vous précipiter et lire le résumé d’@Ego'  !

Toutes les images proviennent du jeu "Sunless Sea", du net ou de l'éditeur de jeu "Sans Détour".

Pour des raisons de simplicité, nous avons poursuivi avec le même moteur à savoir ItO - qui a bien fait le travail d'ailleurs - et avons joué dans l'univers "steampunk" du jeu.Lors de notre première séance, trois joueurs étaient présents et incarnaient :


Image
Lord Richard Hamilton
Richissime célibataire endurci de Bastion. Propriétaire du manoir Hamilton et négociant d'import/export. Détenteur d'un arcana de téléportation visuelle sous la forme d'un gant et d'une cane épée des plus élégantes. Bon tireur également.


Image
Thomas Deventon
Homme noir [je le précise dans l’intérêt du scénario] de stature athlétique, débrouillard et  touche à tout. Le pistolet est son arme en cas de danger.


Image
Lady Ashley Westlake
Jeune femme cultivée de la bonne société de Bastion ; intéressée aux savoirs et pratiques des arts occultes ; pas maladroite non plus avec une arme à feu dans les mains.


Notre aventure reprend alors que nos trois investigateurs ont été secoués par l'agression d'hommes masqués en quittant le domicile du "mage" Sy Boubakar subitement mort lors de sa transe .
Dernière modification par Carfax le jeu. janv. 11, 2018 7:02 pm, modifié 18 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO : Le vent se lève...
 

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Mystique
Messages : 875
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [INTO THE ODD] Le vent se lève...(suite et fin)

Message par Carfax » jeu. janv. 04, 2018 2:45 pm

Central district, croisement de Sir Chambers Avenue et de White Street
Fin d'après-midi printanière

Musique : ambiance rue victorienne (TableTop Audio : Victorian London).


Alors que nos trois complices s'en retourne en fiacre au manoir de Lord Hamilton et qu'ils profitent du trajet pour se remémorer les révélations inquiétantes livrées par le "mage" afridien dans son dernier souffle, Lady Ashley reste songeuse, le regard perdu au loin derrière la porte vitrée de la voiture. Subitement elle fait stopper le fiacre "Cochet, arrêtez-vous ! Stoooop !!!"
A peine la voiture a-t-elle ralenti qu'elle saute sur la chaussée et se précipite vers un attroupement de badauds réunis à bonne distance d'un grand feu alimenté en combustible par des agents de l'autorité impériale qui y jettent allègrement de nombreux livres.

[note : pour cette deuxième séance, la joueuse qui incarne le personnage de Lady Ashley ne pouvait être malheureusement des nôtres, il me fallait trouver une idée pour écarter son personnage tout en forçant habillement la main des autres joueurs à se précipiter en Afridi comme nous allons le voir]

Thomas, vif comme l’éclair se précipite et saute à sa suite alors que Sir Richard, flegmatique, préfère jauger la situation d’un regard panoramique depuis le marchepied du fiacre. Ce dernier voit tout près du foyer un couple de malheureux agenouillés et les  mains ligotées dans le dos ; l’homme est jeune et a le visage tuméfié d’un homme qui vient de subir un passage à tabac ; la femme toute recroquevillée pleurniche et porte une tenue quelque peu déchirée dont on a pris soin de replacer à la va vite sur ses épaules laissant présager du pire.

C’est justement vers ces deux malheureux que Lady Ashley se précipite mais, alors qu’elle n’est plus qu’à quelques mètres d’eux, un agent de la censure impériale l’intercepte vivement « Holà ma bonne dame, où vous précipitez-vous ainsi ? Ne voyez-vous pas que la censure fait son travail ! ». L’agent en question porte en effet  la casquette à visière caractéristique de la censure impériale. L'insigne qu'il arbore ne laisse aucun doute quant à leur tâche : une flamme embrasant un livre. Lady Ashley se débat contre la poigne qui l'a saisie tout en criant : « Mais qu’avez-vous fait à mes amis ? ». « Il s’agit de deux dépravés qui cachaient des livres séditieux. C'est pour leur bien madame, nous allons les enfermer dans les cachots de l'Actus Fidei : rééducation journalière, et évaluation semestrielle par les Juges Déontologues jusqu’à ce qu’ils soient aptes à réintégrer la bonne société ».

Image

Sur ce, Thomas , qui vient juste de rejoindre son amie, peste quelque peu essoufflé : « Lâchez donc cette dame ! Ne vous a-t-on pas inculqué les bonnes manières ? ». A la vue de la couleur de peau de Thomas, l’agent durcit le ton « Toi le négro, occupe-toi de tes poux ! ». Avant que la situation dégénère et connaissant l’impulsivité de son ami – notamment  lorsqu’il  est victime de la bêtise humaine -, Sir Richard, qui s’était également approché, interpelle « Hé bien monsieur l’agent qu’est-ce tout cela ? Lâchez cette dame voulez-vous ! ». « Euh… Sir, toutes mes excuses mais je ne fais que… ». Soudainement ils sont interrompus par un hurlement provenant des toits : " A mort la censure ! Vive la liberté ! ".

Une bombe à mèche courte rebondit sur les pavés de la rue pour finir sa course dans le brasier…Richard et Thomas d’un vif réflexe se jettent à terre ; leur amie n’a pas cette chance, de dos à la scène, elle reste figée tel un « i » et ce malgré la tentative désespéré de Thomas d'agripper son châle pour l’attirer à lui [cela ne s’invente pas, le joueur de Thomas fait un échec critique !] . C’est donc tout horrifié qu’il voit un pavé arraché du sol par l'explosion heurter violemment sa tête...Puis les explorateurs, tout comme les deux prisonniers et les agents, sont soufflés comme des fétus de paille.

La fumée recouvre la scène.

Fondu au noir.
 […me voilà seul « maître » à bord désormais…]
Dernière modification par Carfax le mar. janv. 09, 2018 4:26 pm, modifié 3 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO : Le vent se lève...
 

Avatar de l’utilisateur
Ego'
Dieu de la taverne
Messages : 5591
Inscription : ven. nov. 28, 2003 2:04 pm
Localisation : derrière le comptoir (à Metz)

Re: [INTO THE ODD] Le vent se lève...(suite et fin)

Message par Ego' » jeu. janv. 04, 2018 2:47 pm

:wub:

Je me cale confortablement dans mon fauteuil, un gros sachet de popcorn à la main, et attends patiemment la suite...  :charmeur
Dernière modification par Ego' le jeu. janv. 04, 2018 2:48 pm, modifié 1 fois.
☎️ Annuaire Casus NO ☎️

L'ego est un je d'enfant
Actuellement sur mon écran du « Dé à π faces »
[Crashtest ATM] Ténèbres sur la Forêt Noire & autres contes... (reprise le 27/10/2018)
• mashup Shadow of the Demon Lord / Eyes of the Stone Thief

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Mystique
Messages : 875
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [INTO THE ODD] Le vent se lève...(suite et fin)

Message par Carfax » jeu. janv. 04, 2018 2:48 pm

Merci l'ami. Ecriture en cours...j'arrive, j'arrive...
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO : Le vent se lève...
 

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Mystique
Messages : 875
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [INTO THE ODD] Le vent se lève...(suite et fin)

Message par Carfax » jeu. janv. 04, 2018 3:06 pm

Manoir de Lord Richard Hamilton
Même jour, en soirée

A ma question « Qui a pour médecin de famille le docteur Edmonton ? », le joueur interprétant Richard lève la main et je m'adresse à lui :

« Sous l’initiative de Georges, ton majordome, qui l’a fait mander au plus vite, le docteur Edmonton est rapidement venu au manoir vous ausculter et panser vos brûlures, heureusement superficielles pour Thomas et toi. C’est légèrement commotionnés que vous avez été tous deux rapatriés au manoir situé tout proche du lieu de l’attentat. Sous ton insistance, les autorités ont cédées et acceptées que Lady Ashley soit également médicalisée chez toi. En effet, cette dernière n’a pas eu votre chance et son coup reçu à la tête l’a rendue semi comateuse. Le docteur Edmonton, qui s’apprête désormais à partir, t’informe que la patiente se remettra sûrement de ce choc bien qu’il faille surveiller l’évolution de son trauma mais ce qui l’intrigue le plus c’est ces rougeurs qu’il a décelé sous ses aisselles et à la base de son coup…Intrigué, il ne s’explique pas encore cet étrange symptôme mais reviendra dès demain au chevet de la patiente pour juger des premières évolutions de son état de santé après une nuit de repos. Sur ce, il s’éclipse en exigeant aussi du repos pour tous ! ».

Cette dernière information affole quelque peu mes deux joueurs [et c’est voulu !] qui ne peuvent que songer à une contamination de leur amie par la fièvre jaune suite aux événements chez le mage. Inquiet, Sir Richard demande à Georges de mander au plus vite le recours de son amie le Dr Sarah Latimer, spécialiste des maladies exotiques, qu’ils ont visité la veille à l’hospice de Bastion dans le cadre de leur enquête [le docteur Sarah Latimer est une relation qu’a choisi le joueur de Sir Richard lors de la première partie de cette aventure, une relation plus qu’amicale puisque Sarah a été une conquête féminine pas si lointaine du Lord et toute proche d’aboutir à des fiançailles]

Image
Le Dr Sarah Latimer se plie bien volontiers à la requête du Lord. Sa visite au manoir, bien que quelque peu ironique et amusée, reste néanmoins très professionnelle et confirme une suspicion de contamination de la patiente. L’inquiétude des investigateurs monte d’un cran !

Image
Entre temps, avertie par Georges, Majunga [une relation obtenue par la joueuse lors de la première séance de jeu  et qui les avait aiguillée vers son neveu,  le « mage » Sy Boubakar], la domestique de Lady Ashley, a rejoint le manoir et assiste alarmée au compte rendu du médecin. Abattue et en larme à l’annonce du triste sort de sa maîtresse, elle supplie les deux compères de faire tout leur possible pour la sauver. Toujours sanglotante, la vielle afridienne interroge soudainement avec espoir les deux hommes : « Et mon neveu, a-t-il pu vous aider ? ».   Thomas ne peut refréner un élan de compassion pour ce bout de femme bien fragile et lui explique le drame qu’ils ont vécu le matin même.

Réconfortant comme ils peuvent Majunga, Thomas interroge « Majunga, ne seriez-vous pas où nous pourrions trouver un contact, une moindre information sur les hommes-léopard ici sur Bastion qui pourrait nous aider ?». Majunga rétorque que la légende des hommes-léopard narre que ceux-ci luttent à la racine du mal, à la source même du vent, là où se trouve la bouche de l’Armatan. Ici sur Bastion, elle ne connaît plus personne apte à les aider, seul son cousin resté au pays qui tient un "mange-tout-bon" (piteux débit de boisson) rue Bastion à Bingerville pourrait peut-être apporter un plus à leur recherche. Elle ajoute que, lors de la grande peste jaune qui frappa son pays, un sorcier léopard s’était dressé contre ce fléau et avait sauvé des vies. Elle conjure les personnages de retrouver cet homme afin qu’il leur délivre le remède pour sa maîtresse.

Lord Richard s'adresse alors à Sarah toujours présente : 
« - Quel est le temps d’incubation ma chère ? » «Variable selon les patients mais Lady Asley est jeune et robuste…hum…un bon mois tout au plus !» «Pourriez-vous occuper d’elle personnellement et retarder le pire ? Je vous en serai extrêmement reconnaissant. » Sarah esquisse un sourire : « Je ne puis rien vous refuser mon cher Richard, vous le savez bien. J’exigerai juste une mise en quarantaine de la patiente et de sa chambre ».

Sur ce, Lord Richard tourne son regard vers Majunga et annonce que sa décision est prise : ils embarqueront Thomas et lui-même sur le prochain navire pour Bingerville et tenteront de retrouver et détruire ce maudit masque mais surtout de sauver leur amie.

« Georges ! Préparez nous deux sacs de voyage, nous partons en Afridi ! »
Dernière modification par Carfax le mar. janv. 09, 2018 4:26 pm, modifié 12 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO : Le vent se lève...
 

Avatar de l’utilisateur
Ego'
Dieu de la taverne
Messages : 5591
Inscription : ven. nov. 28, 2003 2:04 pm
Localisation : derrière le comptoir (à Metz)

Re: [INTO THE ODD] Le vent se lève...(suite et fin)

Message par Ego' » jeu. janv. 04, 2018 3:16 pm

Tu me donnes envie d'y rejouer  :wub:
☎️ Annuaire Casus NO ☎️

L'ego est un je d'enfant
Actuellement sur mon écran du « Dé à π faces »
[Crashtest ATM] Ténèbres sur la Forêt Noire & autres contes... (reprise le 27/10/2018)
• mashup Shadow of the Demon Lord / Eyes of the Stone Thief

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Mystique
Messages : 875
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [INTO THE ODD] Le vent se lève...(suite et fin)

Message par Carfax » jeu. janv. 04, 2018 3:17 pm

ah ah !
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO : Le vent se lève...
 

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Mystique
Messages : 875
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [INTO THE ODD] Le vent se lève...(suite et fin)

Message par Carfax » jeu. janv. 04, 2018 3:21 pm

Voyage en Afridi
10 jours de mer

Musique : TableTop Audio => The Age of Sail

Fort de ses relations, Sir Richard obtient sans mal deux places sur le navire « La corne afridienne », celui-là même qui avait transporté le colis contenant le masque. La traversée s’effectue sans heurt, mer calme et aucune péripétie à déplorer. Dix jours plus tard, par une fin d’après-midi ensoleillée, les personnages voient naître à l’horizon une magnifique côte luxuriante aux couleurs vertes chatoyantes. La ville de Bingerville se déploie peu à peu sur un flanc de colline derrière lequel pointe une masse plus sombre, celle du volcan Daro Na Panga –l’œil sans larme en afridien -, éteint depuis des siècles…
Dernière modification par Carfax le mar. janv. 09, 2018 4:26 pm, modifié 2 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO : Le vent se lève...
 

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Mystique
Messages : 875
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [INTO THE ODD] Le vent se lève...(suite et fin)

Message par Carfax » jeu. janv. 04, 2018 3:34 pm

Douanes de Bingerville
Fin d’après-midi

Musique : TableTop Audio => dock

Après avoir salué le capitaine du navire, les personnages débarquent en terre afridienne.

Un léger vent du nord souffle sans apporter pour autant la moindre fraîcheur [l'idée ici est de mentionner dès leur arrivée la présence de ce vent qui ne les quittera plus]. Tout autour d’eux des noirs aux regards perdus et aux corps meurtris triment sur des tâches harassantes. Quelques colons blancs éructent des directives et des insultes. Sous cette ambiance lourde et asphyxiante, les personnages se dirigent vers le bureau des douanes de Bingerville. Il s’agit d’une grande bâtisse tout en longueur avec en son centre une tour carrée ornementée d’une immense horloge. Au pied de la tour, une large porte cochère au-dessus de laquelle trône une inscription gravée « Douanes de Bingerville ».
 
Image
 
Assailli par des myriades d’insectes et souffrant d’une chaleur écrasante et d’une humidité étouffante, c’est transpirant à grosse goutte que Thomas, toujours trop dynamique, se précipite à l’intérieur du bâtiment recherchant un peu de fraîcheur. Un grand hall à la décoration toute coloniale apparaît sous ses yeux. Non loin, un bureau derrière lequel s’affaire un homme blanc vêtu de l’uniforme du parfait colonialiste :

 « Holà le négro où vas-tu comme ça ! Sors d’ici, ce hall est réservé aux blancs !».

Les paroles du préposé aux douanes résonnent dans le hall.

« Je suis citoyen libre de Bastion » rétorque Thomas en plaçant ses papiers d’identité sous les yeux du préposé. Le ton monte mais Sir  Richard intervient « Cet homme est avec moi. Je suis Lord Richard Hamilton et… » « Je m’occupe personnellement de ces messieurs » coupe d’une voix bourru un grand homme à la carrure forte arrivé à l'improviste :

Image
« Je me présente, commissaire Jacobson. Bienvenue à Bingerville. Comme il est d’usage lorsque un lord voyage, le capitaine de votre navire m’a averti par câble de votre arrivée Sir. J’ai pris sur moi de vous réserver une chambre dans le meilleur hôtel de la ville, l’hôtel de l’Eléphant Blanc. Seul hôtel digne de votre rang à Bingerville, sir.» et patati et patata.  

L’homme soûle de paroles le Lord en prenant soin d’ignorer autant qu’il puisse la présence de Thomas. Il leur impose sa compagnie jusqu’à l’hôtel en distillant quelques informations dans ses propos au fil de sa discussion avec Sir Richard.

 Musique : youtube => une bande son d’un marché africain puis celui d’un vent soufflant légèrement

 «…ce n’est pas la meilleur période de l’année pour voyager en ces terres afridiennes, le vent local se lève et forci de jour en jour, rendant l’air irrespirable car il se charge de poussière qui s'infiltre partout. Pendant un bon mois, il y a toujours une recrudescence des suicides et beaucoup de gens perdent la raison. On appelle ce vent l'Armatan, “ le vent qui rend fou ” !...» [encore une petite couche sur cet histoire de vent qui se lève...hé hé !] 

 «…confus pour le décès d'Eugène Duvillier votre parent. On a retrouvé son corps dans le puit asséché d’un village de brousse…M.Duvillier avait disparu depuis plusieurs années, mais personne ici ne s'en était inquiété, l’homme n’avait pas toute sa tête…le vent je vous dis, ce terrible vent…»

« …un maquis « Mange-tout-bon » est un boui-boui des bas quartiers nègres de la ville. Un débit de boissons où vous n’avez pas votre place Sir ! Ces lieux sont dangereux, je vous déconseille vivement de vous y rendre… » [on introduit la suite des événements] 


Arrivé devant l’hôtel, ce dernier les abandonne en saluant bien bas Lord Richard et lui souhaitant un bon séjour et, surtout, de ne pas hésiter à le solliciter si besoin s’en fait. Il s'éclipse sans un mot pour Thomas.
Dernière modification par Carfax le mar. janv. 09, 2018 3:19 pm, modifié 5 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO : Le vent se lève...
 

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Mystique
Messages : 875
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [INTO THE ODD] Le vent se lève...(suite et fin)

Message par Carfax » jeu. janv. 04, 2018 5:21 pm

Hôtel de l’« Eléphant Blanc »
Début de soirée


Situé sur le promontoire de la colline sur laquelle est jonchée la ville, l’hôtel est une grande bâtisse en bois peinte en blanc qui domine la ville offrant une vue magnifique sur la baie.
 
 
Image
 
La bâtisse comporte un seul étage. Dans l’immense hall, un grand éléphant empaillé et également peinturluré de blanc trône dans une posture dominatrice ; deux escaliers majestueux situés derrière la réception desservent les chambres du premier étage. L’ensemble dégage indéniablement une certaine majesté qui tranche avec la misère des rues jouxtant les docks. 
 
 
Image
 
Alors que les personnages s’approche du réceptionniste, ce dernier aux cheveux grisonnants et parfaitement habillé s’affaire derrière son bureau tout en ordonnant des instructions à une employée noire toute proche de lui ; la fille est superbe, une beauté, une perle noire ! Thomas est subjugué lorsque la jeune femme lui rang son regard et cela semble réciproque. Sir Richard qui n’est pas dupe de cet échange s’en amuse et, tout en souriant, aperçoit subrepticement à l’étage une silhouette qui ne lui est pas inconnue, une silhouette de triste augure, croisée au dock et dans le ghetto afridien de Bastion [ici je fais apparaître très subrepticement Gabriel qui a persécuté les personnages lors de la première session de jeu. Cela m’offre l’opportunité de faire monter la pression et rendre suspicieux les joueurs pour les prochaines scènes. Et puis, cela me laisse l’opportunité de rebondir avec Gabriel dans une potentielle suite car le personnage n’apparaîtra plus dans la suite du scénario. Bref une simple piqûre de rappel]. Le sourire du Lord se fige mais le temps d’interpeller son ami, la silhouette s’est estompée.

Malheureusement, le réceptionniste ne déroge pas à la règle ambiante : racisme le plus primaire et ton mielleux avec les puissants «…nôtre meilleur chambre, soyez en assuré Sir…la vue sur la baie est incomparable… un rafraîchissement vous y attend sur sa magnifique terrasse… oui,  une petite dépendance jouxte votre chambre, votre euh ! « ami » pourra y loger pendant votre séjour… désirez-vous que l’on vous prépare un bain pour vous y relaxer… à quelle heure doit-on servir votre souper ?... ». Puis, sur une injonction brutale « Buria, pauvre idiote, prend les bagages de sa seigneurie et presse toi donc de lui montrer… ».

Image

La jeune femme noire s’empresse de saisir les bagages des deux hommes pour leur emboîter le pas vers l’étage. Lord Richard n’a pas le temps de réagir que Thomas refuse promptement de laisser Buria prendre les bagages stipulant qu’il s’en charge.  En saisissant les anses des sacs, leurs mains se frôlent…
Dernière modification par Carfax le mar. janv. 09, 2018 3:19 pm, modifié 2 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO : Le vent se lève...
 

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Mystique
Messages : 875
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [INTO THE ODD] Le vent se lève...(suite et fin)

Message par Carfax » ven. janv. 05, 2018 12:09 pm

Une chambre « vue sur mer »
Nuit

Musique : youtube => bande son d’une nuit africaine

Buria prend grand soin des deux visiteurs. Tout au long de sa présence elle joue un jeu de séduction discret et subtile avec Thomas. Richard de son côté ne manque pas de l’interroger sur le Mange-Tout-Bon évoqué par Mujanga. « Je peux vous y faire conduire dès demain matin si tel est votre souhait milord » propose Buria. Elle veille à ce qu’ils ne manquent de rien puis finira par s’éclipser.Les deux hommes fourbus par le voyage profitent du luxe de la chambre tout en examinant précautionneusement les lieux car ils n’oublient pas la présence furtive aperçue par Richard dans le hall lors de leur arrivée dans l’hôtel.
 
Image
 
La chambre est spacieuse et offre tout le confort exigé par un lord. Elle donne sur une terrasse orientée au sud. Le réceptionniste n’a pas menti, la vue plongeante sur la baie est tout simplement superbe. Un lit colonial à baldaquin protégé par une grande moustiquaire, sièges tressés, table basse et autres mobiliers peuplent la pièce. A l’est deux portes. La première ouvre sur une magnifique salle d’eau avec une baignoire en son centre ; la deuxième sur une toute petite dépendance où l’on trouve un simple lit d’appoint sans fioriture et une table basse mais aussi une deuxième issue qui permet d’accéder directement au couloir de l’hôtel qui dessert toutes les chambres. C’est dans cette dépendance que Thomas passera sa nuit.

Après une toilette bien agréable et s’être restauré d’un dîner exotique succulent, les deux amis se préparent pour la nuit. Le vent s’est renforcé [ne pas oublier de le leur rappeler systématiquement hé hé !] et les voiles couvrant les multiples passages ouverts sur  la terrasse prennent mouvement. Bien que située au premier étage,  Richard et Thomas sont inquiets car ses passages n’ont pas de fenêtres, impossible de rendre la pièce close. Il est convenu de dormir d’un sommeil léger et d’obstruer ces passages de quelques obstacles en espérant ralentir ou surprendre un éventuel visiteur nocturne.  Ils décident aussi de laisser leur porte de communication ouverte et de barricader d’une chaise celles donnant sur le couloir d’accès aux deux chambres.

Les deux compères se couchent et les premières heures de la nuit passent…

Soudain, Thomas perçoit ce qui semble être un léger grattement à sa porte. Se levant, il approche discrètement de celle-ci : « oui ? » « Ouvrez-moi, c’est Buria…».

Otant la chaise qui coinçait sa porte, Thomas fait glisser le loqué et jette un œil intrigué par l’entrebâillement.  C’est suffisant pour la jeune femme qui se précipiter sur lui et l’enlace fougueusement tout en l’embrassant. Surpris puis se reprenant, il chuchote « Allons Buria ! Je ne peux. Un gentleman se doit de faire sa cour en Bastion ! » « La passion afridienne ne peut se contenir » souffle Buria le couvrant de nombreux baisers. Thomas tente vainement de résister mais cède peu à peu au charme de la belle. Ils basculent tout deux sur le lit.

 [Je me suis amusé à faire réussir au joueur une série de jets de volonté désavantagés pour mesurer sa résistance au désir, nous avons bien ri en jouant cette scène. Pour être honnête,  l’idée du personnage de Buria m’est venue la veille de la partie. Comme nous le verrons plus tard, le sacrifice d’une jeune femme est prévu par le scénario dans son final. Je me suis bêtement dit qu’il serait plus intéressant que celle-ci ne soit pas une inconnue pour les personnages, les incitant peut-être à un acte héroïque salvateur. Bah, j’avoue que la ficelle est grosse et que l’idée n’est pas nouvelle mais les bonnes vieilles recettes sont parfois les meilleures. D’ailleurs cela a marché au-delà de mes espérances comme nous allons le voir par la suite. De plus la scène passionnelle du coup de foudre fut très sympa à jouer en RP. Pas mécontent de cette initiative in fine  :D  ]

Richard, qui ne dort que d’un œil, ne perd pas une miette de l’embarras controversé de son ami. Un sourire sur le visage, il cherche une position pudique qui lui permettra de laisser les deux amoureux en toute intimité. Mais en bougeant dans son lit, il perçoit dans l’obscurité de sa chambre un mouvement : un homme leste et agile tel un félin s’infiltre depuis la terrasse semblant faire fi des obstacles placés en travers de son chemin. Puis une autre ombre suit la première, une autre encore, et encore une autre, elles semblent innombrables...Toutes armées de lances et couvertes d’une peau de félin tachetés, elles s’approchent silencieusement de la couche de Richard dans un mouvement d’encerclement.

Richard n’a pas d’autres solutions que faire usage de son gant, son artefact. Prévoyant, il avait eu la sagesse de la garder enfilé pour la nuit [il s’agit d’un artefact puissant de téléportation à vue sur une réussite d’un jet de volonté. En posant son gant sur une surface et en se concentrant, Richard ouvre une porte sur celle-ci ; puis, il crée une porte pendante sur une autre surface qu’il peut voir. Un passage s’ouvre alors entre ces deux portes qu’il peut emprunter instantanément].

Devinez où le regard du lord s’est porté ?

Bien évidemment, sur la portion de mur de la dépendance de Thomas qu’il perçoit depuis son lit au-delà de la porte de séparation laissée préalablement ouverte.

Le cri de surprise de Buria ne se fait pas attendre. Son hurlement perce les oreilles de Thomas. Effrayée par l’apparition subite du Lord, elle se redresse vivement et se plaque au mur cachant sa nudité comme elle peut.

“Qu'est-ce que Toubab cherche ?” clame une voix gutturale et profonde ! 

Une ombre inquiétante d’un guerrier envahit l’encadrement de la porte, c’est celle d’un homme-léopard. Buria, tournant la tête, hurle de plus belle « Le guerrier justicier ! Le léopard vengeur ! Quel mal ai-je fait ?  Je ne suis coupable que d’amour ! ». Suivi de ses acolytes, le guerrier avance d’un pas dans la petite pièce et menace Richard de sa lance. 

“Qu'est-ce que Toubab cherche ?” réitère-t-il d’une voix qui se veut plus menaçante cette fois. 

Richard s’exécute et explique succinctement mais clairement la raison de leur venue en Afridi : le masque, la maladie qui frappe leur amie, leur lutte contre ce mal, etc. Le guerrier s’est figé. Il tire lentement son poignard porté à la ceinture et d’un mouvement rapide le lance aux pieds de Richard. Alors que la lame se plante vigoureusement dans le planché, il lâche «Prenez garde ! » puis s’enfuit avec ses compagnons. Les guerriers disparaissent de la chambre aussi rapidement qu’ils ont surgi…  

[Chers lecteurs, permettez-moi de jeter ici un voile pudique sur la fin de cette nuit dont les prémices furent bien mouvementées et laissez Richard mais surtout Thomas et Buria profiter d’un repos mérité]
Dernière modification par Carfax le mar. janv. 09, 2018 3:18 pm, modifié 5 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO : Le vent se lève...
 

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Mystique
Messages : 875
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [Into The Odd] Le vent se lève...(suite et fin)

Message par Carfax » ven. janv. 05, 2018 2:01 pm

Maquis Mange-tout-bon, rue Bastion, Bingerville
Matinée


Au petit matin, Buria s’est éclipsée à regret. Devant un petit déjeuner bienfaiteur, les deux aventuriers examinent la lame abandonnée par le guerrier. Son pommeau est de belle facture, une tête de léopard y est sculptée à son extrémité.

On frappe à la porte de la chambre. C’est un enfant noir qui se présente : « Allez Mange-tout-bon. Buria dit accompagner Toubab. Vous me suivre ». C’est sous un vent se renforçant que l’enfant, envoyé comme promis par Buria la veille, va guider les deux hommes jusqu’au maquis situé dans les faubourgs en lisière de Bingerville.
 
Image
 
Les faubourgs sont des quartiers noirs d'une grande pauvreté. Ici les rôles s’inversent, c’est Richard qui est observé d’un mauvais œil. Néanmoins, malgré ces regards peu amicaux, le trajet se fait sans rixe jusqu’au maquis ou l’enfant les abandonne.

Le maquis “ Mange-tout-bon ” est constitué par quatre poutres en bois plantées à même le sol, sur lesquelles repose un toit fait de bric et de broc. Des nattes en fibres de palme font office de murs. A  l’'intérieur, une demi-douzaine d'hommes noirs parlent bruyamment en buvant dans des noix de coco évidées. A l'entrée du toubab, un silence pesant s’installe. Thomas s’exprime « Nous cherchons le parent de Majumba ».

Au bout de ce qui leur semble une éternité, un grand noir s’extirpe du groupe et s'approche des personnages « N'est ce qu'elle qui vous envoie ? ». Thomas montre la lame cachée sous sa veste abandonnée par le guerrier dans la nuit. D’un « Suivez-moi ! » laconique, le noir sort du boui-boui et file vers le nord. Hésitant quelque seconde, Richard et Thomas lui emboîtent le pas. Durant cette longue marche qui les fera quitter la ville et s'aventurer dans la jungle luxuriante, leur guide restera muet et ne répondra à aucune question se contentant de dire que c'est le Léopard qui l’envoie.  

[je ne m’éternise pas sur ce passage du scénario. L’heure avance et j’ai pour but d’en finir avec sur cette seule session de jeu]
Dernière modification par Carfax le dim. janv. 14, 2018 11:11 pm, modifié 7 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO : Le vent se lève...
 

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Mystique
Messages : 875
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [Into The Odd] Le vent se lève...(suite et fin)

Message par Carfax » ven. janv. 05, 2018 3:52 pm

Une sagaie royale
Après-midi 

Musique : Youtube => bande son ambiance jungle Afrique noire

Au bout de trois heures de marche dans la jungle, les personnages, fourbus et assoiffés, s’arrêtent aux abords d’une vaste clairière que longe un ruisseau au vif cours d’eau. Des huttes parsèment celle-ci constituant ce qui semble être un village primitif.
 
Image
 
Alors que leur guide poursuit sa route et débute sa traversée du village, peu à peu un attroupement de guerriers léopards, silencieux mais l’air menaçant, enserre les trois marcheurs. Leur guide ne faisant cas trace son chemin pour stopper devant une hutte, puis tend son bras invitant les deux aventuriers à y pénétrer.  

La hutte est sommaire. Face à l’entrée, un vieil homme noir aux cheveux légèrement roux (ils sont teintés au henné, les cheveux blancs étant signe de faiblesse) patiente assis en tailleur derrière un feu. Il s’adresse avec un calme impressionnant et sans accent à ses deux invités

« Asseyez-vous étrangers ! »

Les deux hommes s’exécutent.

« Mes hommes m'ont rapporté ce que vous leur avez dit. Sachez que tout cela est d'une extrême importance. II existe, à trois jours de marche d'ici, une tribu sur le territoire de laquelle mes hommes-léopards n'ont aucune emprise. Elle bénéficie de l'aide d'Armatan, l'Esprit du Vent.Il y a une dizaine d'années, les hommes de cette tribu ont essayé de se servir d'Armatan pour acquérir un immense pouvoir. Grand Bassam a presque été détruite par le vent qui portait le “ Sang Gâté ” (la Fièvre Jaune). Pendant plus de huit années, leur sorcier a perdu son pouvoir. Mais je crains une terrible catastrophe pour ces prochains jours. Les dieux m’ont murmurés aux oreilles et vous ont désigné pour combattre Armatan. Vous partirez dès demain. Quelques uns de mes hommes vous guideront jusqu'aux terres maudites du « grand œil » !» 

A cet instant, un guerrier pénètre dans la hutte et dépose aux pieds des personnages une longue sagaie richement ornée puis se retire. Le vieil homme poursuit :

« Voici une arme imprégnée de l'Esprit de la Terre. Utilisez-la contre les Esprits du Vent, qu’ils se taisent à jamais ! » 

Nos deux comparses se regardent, hésitent, puis Thomas se saisit de la lance et acquiesce de la tête. Richard balbutie un remerciement et quémande l’aide du sorcier pour son amie contaminée. « Je préparerai cette potion ». L’entretien est terminé.
Dernière modification par Carfax le mer. janv. 10, 2018 8:55 am, modifié 6 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO : Le vent se lève...
 

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Mystique
Messages : 875
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [Into The Odd] Le vent se lève...(suite et fin)

Message par Carfax » ven. janv. 05, 2018 5:11 pm

Le grand œil
Plusieurs jours de marche


Musique : Youtube => idem poste précédant 

Jusqu’à leur départ du village, les deux élus sont surveillés mais pas importunés. Leur nuit est hantée de rêves étranges et au petit matin, après un repas frugale, ils quittent la clairière accompagnés de dix guerriers en direction du nord, le volcan en ligne de mire. Le vent souffle désormais avec une rare intensité depuis leur arrivée en terres afridiennes.
 
Image

[Cette transition vers la scène finale est une longue marche de trois jours dans un milieu naturel hostile pour des citadins et d’autant plus lorsque l’on est lord. J’ai décrit quelques scènes , une escarmouche des guerriers d’Armatan contre le groupe est prévue par le scénario, je ne l’ai pas jouée pensant qu’ils auraient fort à faire très bientôt. Je me suis plutôt concentré d’agrémenter mes descriptions par des jets de sauvegarde de Force mais aussi de Volonté. Chaque échec assurant une perte dans la caractéristique traduisant ainsi une certaine fatigue physique et morale. J’ai été plus exigeant avec le personnage de Richard en le considérant comme désavantagé sur ses jets de Force. J’ai aussi augmenté la fréquence de ces jets lors de l’ascension des pentes du volcan, soit le troisième jour de marche.]

Musique : Youtube => vent violent

Au troisième jour d’une marche harassante, le groupe atteint enfin les hauteurs de l’œil du volcan. Sur le promontoire offrant une vue imprenable sur le cratère envahi d’une jungle abondante, le vent est assourdissant. Le groupe ne s’attarde pas et entame rapidement sa descente dans le cratère qu’il doit traverser pour rejoindre la « bouche » d’Armatan, source de ce vent strident.

La scène finale se profile...
Dernière modification par Carfax le mar. janv. 09, 2018 4:27 pm, modifié 1 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO : Le vent se lève...
 

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Mystique
Messages : 875
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [Into The Odd] Le vent se lève...(suite et fin)

Message par Carfax » mar. janv. 09, 2018 2:39 pm

Flux et reflux
Au soir du troisième jour de marche

Musique : TableTop Audio => Dark Continent

La bouche est là, devant leurs yeux, plus qu’à quelques centaines de mètres. Ouverture béante au bas d’une falaise rocheuse vertigineuse, infime portion de l’immense arc nord de la cheminée volcanique.

Si près et pourtant si inaccessible.

Depuis un promontoire naturel atteint non sans mal, une vue panoramique s’offre aux deux investigateurs. Dans la nuit naissante, sous leurs yeux, un spectacle hypnotisant se dévoile. Plus d’une centaine de guerriers ondulent au rythme assourdissant des tam-tams en psalmodiant un chant lancinant. Disposés le long d'un grand arc de cercle matérialisé par de nombreux brasiers, ils suivent les incantations et gesticulations d’un sorcier masqué agenouillé devant eux. Tel un précipice, cette "ligne" de feu leur semble infranchissables, aucun guerrier ne la traverse
 
Image

Le sorcier fait face à la bouche venteuse et le vent violent qu’elle souffle. Juste derrière lui, dans l’espace laissé libre le séparant de ses guerriers, deux immenses et larges poteaux de bois richement ornés trônent plantés à même le sol. Soudain, le bourdonnement des tam-tams cessent. Dès lors, seul le sifflement strident du vent persiste. Le sorcier se relève et se tourne vers ses hommes. Son masque illumine la scène.
 
Image
 
« Est-ce le masque dérobé au manoir ? » s’exclame le joueur de Richard. « Nul doute que la ressemblance est frappante si tu fais confiance au souvenir que tu en gardes. » rétorque-je. Puis, je poursuis :

"Obéissant à ce qui semble être une injonction du sorcier, deux guerriers empoignant une femme s’extirpe de la foule. Tout d'abord hésitant à franchir la frontière imaginaire marquée par les brasiers, c'est luttant contre les bourrasques qu''ils traînent la captive vers les deux poteaux auxquels ils la lient solidement bras et jambes en croix. D’où vous êtes, vous percevez nettement ses cris désespérés portés par le vent.»

« Nonnnnn, tu n'as pas osé ? » souffle le joueur de Thomas. « Je reconnais Buria ? » poursuit-il un léger sourire aux lèvres, sourire de quelqu’un qui connait déjà la réponse à sa question. « Difficile de t’en convaincre d’où  tu es, mais ses formes pourraient le laisser croire j’en ai bien peur… ». J’enchaîne in media res « Une fois la captive ligotée et alors que les deux guerriers reculent lentement pour rejoindre les leurs restés en arrière. Le son des tam-tams reprend… ». 

[Curieusement, en cet instant, le joueur de Thomas n’a nullement interrogé sur le pourquoi ni le comment de la présence de Buria en ce lieu. Non, la présence de la captive a tout bêtement précipité l’action. Comme précisé dans un précédent post de ce fil, j’avais glissé ce personnage pour motiver les joueurs à intervenir sans trop de palabres préparatoires car, je le rappelle,  mon but était de terminer le scénario sur cette seule session. L’immédiateté de cet effet m’a estomaqué ; je m’attendais à une réflexion posée sur le « comment procéder maintenant pour sauver la captive et détruire la menace », les deux joueurs en deux temps trois mouvements ont basculé dans l’action].

« Avec mon gant, je matérialise et ouvre une porte entre ici et la falaise juste à côté de la bouche dans le dos du sorcier ! Thomas saute en premier avec sa lance, les guerriers suivent et je passe en dernier. Go ! » Thomas acquiesce et Richard, posant sa main gantée au sol, s’exécute en réussissant son jet de Volonté. Sans hésitation, Thomas s’engage le premier dans le tunnel magique devant des hommes léopards médusés et apeurés. Devant leur moue réticente, Richard s’emploie à les convaincre de suivre Thomas. Fort heureusement, le plus courageux d’entre eux tergiverse peu et saute le pas, suivi très vite par les autres et enfin Richard.
Dernière modification par Carfax le mer. janv. 10, 2018 8:56 am, modifié 21 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO : Le vent se lève...
 

Répondre