[CR] JdR en Psychiatrie ?

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
supertimor91
Initié
Messages : 193
Inscription : ven. nov. 10, 2017 3:10 pm
Localisation : Blois (41)

Re: [CR] JdR en Psychiatrie ?

Message par supertimor91 » ven. juin 21, 2019 5:34 pm

Le retour de l'atelier après mes petits congés !

http://d1000etd100.com/jdrpsychiatrie-s ... episode-8/
Infirmier dans une Clinique de Psychothérapie Institutionnelle, j'utilise le jeu de rôle dans le cadre d'un atelier thérapeutique : Ludi'Rôle.

Pour suivre l'aventure #jdrpsychiatrie, c'est ici : http://d1000etd100.com/category/jdr-psychiatrie/

Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Pratiquant
Messages : 209
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR] JdR en Psychiatrie ?

Message par AsgardOdin » lun. juin 24, 2019 4:30 pm

:yes:
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."

supertimor91
Initié
Messages : 193
Inscription : ven. nov. 10, 2017 3:10 pm
Localisation : Blois (41)

Re: [CR] JdR en Psychiatrie ?

Message par supertimor91 » mer. juil. 24, 2019 9:29 pm

Et hop, on profite des vacances pour rattraper le retard !

http://d1000etd100.com/jdrpsychiatrie-s ... episode-9/
Infirmier dans une Clinique de Psychothérapie Institutionnelle, j'utilise le jeu de rôle dans le cadre d'un atelier thérapeutique : Ludi'Rôle.

Pour suivre l'aventure #jdrpsychiatrie, c'est ici : http://d1000etd100.com/category/jdr-psychiatrie/

Avatar de l’utilisateur
Orlov
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 3030
Inscription : jeu. févr. 20, 2014 10:57 am

Re: [CR] JdR en Psychiatrie ?

Message par Orlov » mer. juil. 24, 2019 10:53 pm

Beau récit de partie. Super initiative 👍
Johan Scipion a écrit :
lun. janv. 23, 2017 3:52 pm
Ça va être fun, ça va être jeune, et vous allez tous mourir.
Projet JDRA: Grandes Terreurs: Cthulhu chez les Soviets et son C/R
campagne de D&D 5: D&D dans le Dodé

supertimor91
Initié
Messages : 193
Inscription : ven. nov. 10, 2017 3:10 pm
Localisation : Blois (41)

Re: [CR] JdR en Psychiatrie ?

Message par supertimor91 » jeu. juil. 25, 2019 7:36 am

Orlov a écrit :
mer. juil. 24, 2019 10:53 pm
Beau récit de partie. Super initiative 👍

Merci !
Infirmier dans une Clinique de Psychothérapie Institutionnelle, j'utilise le jeu de rôle dans le cadre d'un atelier thérapeutique : Ludi'Rôle.

Pour suivre l'aventure #jdrpsychiatrie, c'est ici : http://d1000etd100.com/category/jdr-psychiatrie/

supertimor91
Initié
Messages : 193
Inscription : ven. nov. 10, 2017 3:10 pm
Localisation : Blois (41)

Re: [CR] JdR en Psychiatrie ?

Message par supertimor91 » jeu. août 01, 2019 1:17 pm

Infirmier dans une Clinique de Psychothérapie Institutionnelle, j'utilise le jeu de rôle dans le cadre d'un atelier thérapeutique : Ludi'Rôle.

Pour suivre l'aventure #jdrpsychiatrie, c'est ici : http://d1000etd100.com/category/jdr-psychiatrie/

Avatar de l’utilisateur
GCM
Evêque
Messages : 475
Inscription : ven. nov. 24, 2017 6:44 am
Localisation : Averoigne
Contact :

Re: [CR] JdR en Psychiatrie ?

Message par GCM » sam. août 03, 2019 8:23 am

Je travaille en IME (Institut Médico-Educatif) avec des jeunes psychotiques, de 10 à 24 ans. Je fais faire du JdR à certains. Avec l'accord des cadres thérapeutiques.
Les parties sont très courtes, genre 15 à 20 minutes. Je me sers d'une version improvisée / simplifiée de Chroniques Oubliées Fantasy. Oui, c'est du médiéval-fantastique, un imaginaire qui, sans être commun, est assez fédérateur et accessible.
Mon blog à moi entièrement consacré à mon plus mauvais Jeu de Rôle de la galaxie préféré: Mon RIFTS à moi.

ImageImageImageImage

 

Avatar de l’utilisateur
Wenlock
Dieu volubile
Messages : 2265
Inscription : lun. sept. 05, 2005 3:50 pm
Localisation : Lille

Re: [CR] JdR en Psychiatrie ?

Message par Wenlock » sam. août 03, 2019 9:55 am

Aux MJ en psychiatrie, une question peut-être complètement débile : ça vous arrive de profiter du médium pour aborder justement des questions psychologiques ? Pas vraiment comme une thérapeutique, mais comme une illustration et une base de discussion, une manière de mettre des mots, des mécanismes de jeu ou des intrigues sur des émotions, comme on le fait dans un paquet de média connexes...
Sébastien Delfino, partisan des vrais blases sur Internet.

► Théories rôlistes en méthodo presque claires dans les CARNETS LUDOGRAPHIQUES, podcasts du blog Memento Ludi !
cinÉtic, système générique, discussions & CR de campagneS (index p1)

supertimor91
Initié
Messages : 193
Inscription : ven. nov. 10, 2017 3:10 pm
Localisation : Blois (41)

Re: [CR] JdR en Psychiatrie ?

Message par supertimor91 » sam. août 03, 2019 12:39 pm

Wenlock a écrit :
sam. août 03, 2019 9:55 am
Aux MJ en psychiatrie, une question peut-être complètement débile : ça vous arrive de profiter du médium pour aborder justement des questions psychologiques ? Pas vraiment comme une thérapeutique, mais comme une illustration et une base de discussion, une manière de mettre des mots, des mécanismes de jeu ou des intrigues sur des émotions, comme on le fait dans un paquet de média connexes...

Hello !

Il m'est arrivé de travailler indirectement cette question, notamment via des jeux qui ont dans leurs mécaniques l'utilisation de la folie. Je pense à Cthulhu Hack et à Monster of The Week. 

Pour ce dernier, un jeune atteint de Schizophrénie, en plein travail sur la question du diagnostic, a choisi d'incarner "l'épouvantail". Il a imaginé une petite fille qui utilise des pouvoirs para psychiques, ces derniers étant personnifiés par l'apparition d'un double maléfique lorsque ça foirait. Il l'a lui même défini avec les mots clefs suivant : Paranoïa, Hallucination et Secret. (Double dans le miroir, ombres,...)
Il n'a eu de cesse d'essayer d’interagir avec se double tout au long des parties, et cela prenait suffisamment de place pour devenir le méta-plot de la mini campagne. 

Concernant Cthulhu Hack, c'était assez amusant de les voir décrire les folies qu'ils subissaient. Certains exagéraient un maximum afin de dédramatiser alors que d'autre essayaient de partir de leurs ressentis / vécus pour décrire les situations. En un mot, très intéressant ! J'ai dans l'idée de proposer à l'avenir d'autre sessions autour de ces questions, afin de sortir un peu du carcan médiéval fantastique. J'ai pour projet de repartir sur une campagne de D&D à la rentrée, mais rien n'est encore fixé ! 

Si tu souhaites plus de détails, n'hésite pas ! 

Jérémy


 
Infirmier dans une Clinique de Psychothérapie Institutionnelle, j'utilise le jeu de rôle dans le cadre d'un atelier thérapeutique : Ludi'Rôle.

Pour suivre l'aventure #jdrpsychiatrie, c'est ici : http://d1000etd100.com/category/jdr-psychiatrie/

supertimor91
Initié
Messages : 193
Inscription : ven. nov. 10, 2017 3:10 pm
Localisation : Blois (41)

Re: [CR] JdR en Psychiatrie ?

Message par supertimor91 » sam. août 03, 2019 12:40 pm

GCM a écrit :
sam. août 03, 2019 8:23 am
Je travaille en IME (Institut Médico-Educatif) avec des jeunes psychotiques, de 10 à 24 ans. Je fais faire du JdR à certains. Avec l'accord des cadres thérapeutiques.
Les parties sont très courtes, genre 15 à 20 minutes. Je me sers d'une version improvisée / simplifiée de Chroniques Oubliées Fantasy. Oui, c'est du médiéval-fantastique, un imaginaire qui, sans être commun, est assez fédérateur et accessible.

C'est top ça ! C'est un sacré challenge de faire des mini situations comme ça !
Infirmier dans une Clinique de Psychothérapie Institutionnelle, j'utilise le jeu de rôle dans le cadre d'un atelier thérapeutique : Ludi'Rôle.

Pour suivre l'aventure #jdrpsychiatrie, c'est ici : http://d1000etd100.com/category/jdr-psychiatrie/

Avatar de l’utilisateur
GCM
Evêque
Messages : 475
Inscription : ven. nov. 24, 2017 6:44 am
Localisation : Averoigne
Contact :

Re: [CR] JdR en Psychiatrie ?

Message par GCM » sam. août 03, 2019 2:01 pm

Mini ? Pour le format très court ? Nécessité fait loi: les jeunes que j'accompagne seraient mis en difficulté par des parties plus longues. En général, j'arrête sur un cliffhanger.
Mon blog à moi entièrement consacré à mon plus mauvais Jeu de Rôle de la galaxie préféré: Mon RIFTS à moi.

ImageImageImageImage

 

supertimor91
Initié
Messages : 193
Inscription : ven. nov. 10, 2017 3:10 pm
Localisation : Blois (41)

Re: [CR] JdR en Psychiatrie ?

Message par supertimor91 » sam. août 03, 2019 2:42 pm

GCM a écrit :
sam. août 03, 2019 2:01 pm
Mini ? Pour le format très court ? Nécessité fait loi: les jeunes que j'accompagne seraient mis en difficulté par des parties plus longues. En général, j'arrête sur un cliffhanger.

Je n'ai jamais essayé ce format une scène avec cliffhanger à la fin... Il faudrait tient ! :D Merci pour le partage d'expérience / idée.
Infirmier dans une Clinique de Psychothérapie Institutionnelle, j'utilise le jeu de rôle dans le cadre d'un atelier thérapeutique : Ludi'Rôle.

Pour suivre l'aventure #jdrpsychiatrie, c'est ici : http://d1000etd100.com/category/jdr-psychiatrie/

Avatar de l’utilisateur
Wenlock
Dieu volubile
Messages : 2265
Inscription : lun. sept. 05, 2005 3:50 pm
Localisation : Lille

Re: [CR] JdR en Psychiatrie ?

Message par Wenlock » sam. août 03, 2019 3:04 pm

supertimor91 a écrit :
sam. août 03, 2019 12:39 pm

Hello !

Il m'est arrivé de travailler indirectement cette question, notamment via des jeux qui ont dans leurs mécaniques l'utilisation de la folie. Je pense à Cthulhu Hack et à Monster of The Week. 

Pour ce dernier, un jeune atteint de Schizophrénie, en plein travail sur la question du diagnostic, a choisi d'incarner "l'épouvantail". Il a imaginé une petite fille qui utilise des pouvoirs para psychiques, ces derniers étant personnifiés par l'apparition d'un double maléfique lorsque ça foirait. Il l'a lui même défini avec les mots clefs suivant : Paranoïa, Hallucination et Secret. (Double dans le miroir, ombres,...)
Il n'a eu de cesse d'essayer d’interagir avec se double tout au long des parties, et cela prenait suffisamment de place pour devenir le méta-plot de la mini campagne. 

Concernant Cthulhu Hack, c'était assez amusant de les voir décrire les folies qu'ils subissaient. Certains exagéraient un maximum afin de dédramatiser alors que d'autre essayaient de partir de leurs ressentis / vécus pour décrire les situations. En un mot, très intéressant ! J'ai dans l'idée de proposer à l'avenir d'autre sessions autour de ces questions, afin de sortir un peu du carcan médiéval fantastique. J'ai pour projet de repartir sur une campagne de D&D à la rentrée, mais rien n'est encore fixé ! 

Si tu souhaites plus de détails, n'hésite pas ! 

Jérémy
Hello,
je ne sais plus si on se connaît ? (C'est un peu le problème des pseudos...)
Je posais la question parce que je m'intéresse d'ordinaire à la psycho en JdR et que j'ai toujours l'espoir d'organiser du JdR en milieu hospitalier mais, à l'inverse, je ne me suis jamais trop penché sur le JdR en psycho...

Pour ma part, je viens du storyboard (donc de la narration par l'image) via notamment le graphisme autant que la comm', et je me reconvertis peu à peu vers le game design. Et, de mon expérience, nommer ou illustrer les sentiments pour les comprendre est une des fonctions les plus zutiles des média en général. (Et probablement de "l'Art", quoique je n'emploie guère cette notion parce qu'elle manque un peu de sens.)
Si j'ai toujours autant d'intérêt pour les autres média que j'ai pu pratiquer, il me semble que l'interactivité, en particulier via les jeux, nous offre d'expérimenter toutes sortes de ressentis dans un environnement à la fois distancié et simulé donc (relativement) sûr, mais surtout actif. Et l'action est un médium très spécifique aux jeux, apparemment très puissant quoique encore mal connu.

On commence en tous cas à savoir qu'en plus d'être instructif par eux-mêmes, l'exercice de la décision et de l'agentivité, la participation et jusqu'à une forme de complicité dans la narration peuvent non seulement susciter des émotions très profondes, mais l'expérience toute particulière de les manipuler, au sens noble et premier du terme : les toucher du doigt et même les tripoter, les secouer un peu, potentiellement les modifier...
Ça implique évidemment quelques risques et donc autant de précautions, mais je m'en sers déjà dans pas mal de jeux avec des résultats variables quoique plutôt intéressants. Et même quand cette expérimentation n'est pas le propos premier du médium, l'agentivité émotionnelle enrichit considérablement les jeux en général et ceux de narration en particulier.

De fait, tous les JdR que je conçois ont une composante psychologique et des enjeux ludiques autour de la conscience ou de l'inconscience de soi, de la perte de contrôle, de la sensibilité, de la canalisation/sublimation des sentiments, etc.
Je me demandais donc d'abord si s'étaient des choses que toi ou les autres MJ-psy pratiquiez en JdR et si ça vous intéresseraient d'en causer plus avant (quoique pas forcément ici). Et, ensuite, j'étais assez curieux de vos opinions "professionnelles" sur l'agentivité émotionnelle, quoiqu'il faudra peut-être que je commence par mieux expliquer cette notion...
 
Dernière modification par Wenlock le sam. août 03, 2019 3:14 pm, modifié 1 fois.
Sébastien Delfino, partisan des vrais blases sur Internet.

► Théories rôlistes en méthodo presque claires dans les CARNETS LUDOGRAPHIQUES, podcasts du blog Memento Ludi !
cinÉtic, système générique, discussions & CR de campagneS (index p1)

Avatar de l’utilisateur
GCM
Evêque
Messages : 475
Inscription : ven. nov. 24, 2017 6:44 am
Localisation : Averoigne
Contact :

Re: [CR] JdR en Psychiatrie ?

Message par GCM » sam. août 03, 2019 3:05 pm

Vraiment de rien. C'est un retour d'expérience aussi court que les parties concernées 😐
Mon blog à moi entièrement consacré à mon plus mauvais Jeu de Rôle de la galaxie préféré: Mon RIFTS à moi.

ImageImageImageImage

 

supertimor91
Initié
Messages : 193
Inscription : ven. nov. 10, 2017 3:10 pm
Localisation : Blois (41)

Re: [CR] JdR en Psychiatrie ?

Message par supertimor91 » sam. août 03, 2019 8:37 pm

Wenlock a écrit :
sam. août 03, 2019 3:04 pm
supertimor91 a écrit :
sam. août 03, 2019 12:39 pm

Hello !

Il m'est arrivé de travailler indirectement cette question, notamment via des jeux qui ont dans leurs mécaniques l'utilisation de la folie. Je pense à Cthulhu Hack et à Monster of The Week. 

Pour ce dernier, un jeune atteint de Schizophrénie, en plein travail sur la question du diagnostic, a choisi d'incarner "l'épouvantail". Il a imaginé une petite fille qui utilise des pouvoirs para psychiques, ces derniers étant personnifiés par l'apparition d'un double maléfique lorsque ça foirait. Il l'a lui même défini avec les mots clefs suivant : Paranoïa, Hallucination et Secret. (Double dans le miroir, ombres,...)
Il n'a eu de cesse d'essayer d’interagir avec se double tout au long des parties, et cela prenait suffisamment de place pour devenir le méta-plot de la mini campagne. 

Concernant Cthulhu Hack, c'était assez amusant de les voir décrire les folies qu'ils subissaient. Certains exagéraient un maximum afin de dédramatiser alors que d'autre essayaient de partir de leurs ressentis / vécus pour décrire les situations. En un mot, très intéressant ! J'ai dans l'idée de proposer à l'avenir d'autre sessions autour de ces questions, afin de sortir un peu du carcan médiéval fantastique. J'ai pour projet de repartir sur une campagne de D&D à la rentrée, mais rien n'est encore fixé ! 

Si tu souhaites plus de détails, n'hésite pas ! 

Jérémy
Hello,
je ne sais plus si on se connaît ? (C'est un peu le problème des pseudos...)
Je posais la question parce que je m'intéresse d'ordinaire à la psycho en JdR et que j'ai toujours l'espoir d'organiser du JdR en milieu hospitalier mais, à l'inverse, je ne me suis jamais trop penché sur le JdR en psycho...

Pour ma part, je viens du storyboard (donc de la narration par l'image) via notamment le graphisme autant que la comm', et je me reconvertis peu à peu vers le game design. Et, de mon expérience, nommer ou illustrer les sentiments pour les comprendre est une des fonctions les plus zutiles des média en général. (Et probablement de "l'Art", quoique je n'emploie guère cette notion parce qu'elle manque un peu de sens.)
Si j'ai toujours autant d'intérêt pour les autres média que j'ai pu pratiquer, il me semble que l'interactivité, en particulier via les jeux, nous offre d'expérimenter toutes sortes de ressentis dans un environnement à la fois distancié et simulé donc (relativement) sûr, mais surtout actif. Et l'action est un médium très spécifique aux jeux, apparemment très puissant quoique encore mal connu.

On commence en tous cas à savoir qu'en plus d'être instructif par eux-mêmes, l'exercice de la décision et de l'agentivité, la participation et jusqu'à une forme de complicité dans la narration peuvent non seulement susciter des émotions très profondes, mais l'expérience toute particulière de les manipuler, au sens noble et premier du terme : les toucher du doigt et même les tripoter, les secouer un peu, potentiellement les modifier...
Ça implique évidemment quelques risques et donc autant de précautions, mais je m'en sers déjà dans pas mal de jeux avec des résultats variables quoique plutôt intéressants. Et même quand cette expérimentation n'est pas le propos premier du médium, l'agentivité émotionnelle enrichit considérablement les jeux en général et ceux de narration en particulier.

De fait, tous les JdR que je conçois ont une composante psychologique et des enjeux ludiques autour de la conscience ou de l'inconscience de soi, de la perte de contrôle, de la sensibilité, de la canalisation/sublimation des sentiments, etc.
Je me demandais donc d'abord si s'étaient des choses que toi ou les autres MJ-psy pratiquiez en JdR et si ça vous intéresseraient d'en causer plus avant (quoique pas forcément ici). Et, ensuite, j'étais assez curieux de vos opinions "professionnelles" sur l'agentivité émotionnelle, quoiqu'il faudra peut-être que je commence par mieux expliquer cette notion...


Ma seule sortie publique fut aux Utopiales de Nantes 2018... Autrement peut être par Facebook, sous mon nom : Jérémy GUILBON.

Très intéressant les liens entre ton expérience professionnel et ce que tu souhaites initier via les jeux.

Je te rejoins totalement sur la richesse de l'intéractivité et du potentiel de l'agentivité émotiennelle dans des parties de JDR.

Néanmoins, pour cette dernière, c'est quelque chose que j'ai très peu utilisé pour plusieurs raisons.
Tout d'abord, j'ai une assez faible expérience et je ne me sens pas encore suffisament à l'aise pour beaucoup jouer avec les émotions. Dans mon cadre professionnel, le fait de faire majoritairement des One-Shot et de ne jamais avoir de joueurs fixes semblent également être des freins. De plus, comme tu l'as souligné, c'est parfois très délicat dans mon domaine d'expertise. Comment la table peut accueillir un moment très intense d'un point de vu émotionnel ? Jusqu'à maintenant, l'ensemble de ma pratique c'est fait dans un esprit assez parodique et très bon enfant. Est-ce quelque chose que j'induis, étant moi même assez peu à l'aise avec le sujet ?
Par contre, l'appropriation / compréhension des émotions est parfois problématique dans certaines pathologies et très certainement que l'usage du JDR pourrait aider dans cet apprentissage. (A l'image de l'apprentissage des codes sociaux via ce média pour les personnes autistes d'asperger)

Si tu souhaites poursuivre la discussion, je pense que c'est un bon endroit pour le faire !
 
Infirmier dans une Clinique de Psychothérapie Institutionnelle, j'utilise le jeu de rôle dans le cadre d'un atelier thérapeutique : Ludi'Rôle.

Pour suivre l'aventure #jdrpsychiatrie, c'est ici : http://d1000etd100.com/category/jdr-psychiatrie/

Répondre