[CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Initié
Messages : 189
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par AsgardOdin » mar. mai 21, 2019 9:47 am

Carfax a écrit :
mar. mai 21, 2019 9:25 am
deux lampes torches.
Une arme qui pourrait sembler ridicule en d'autres circonstances mais qui prend une toute autre dimension dans le cas présent.. Intéressant ! 
En tout cas c'est bien relaté comme CR, c'est comme un bon livre  :bierre:
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Banni
Messages : 1252
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Carfax » mar. mai 21, 2019 10:19 am

AsgardOdin a écrit :
mar. mai 21, 2019 9:47 am
c'est comme un bon livre  :bierre:

Merci pour le compliment :oops: . ​​​​​​​
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO Le vent se lève... et poursuis avec Les 5 supplices revisités 
 

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Banni
Messages : 1252
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Carfax » mer. mai 22, 2019 10:08 am

Rodford Street - Haut quartier de Bastion
Soirée du premier jour d'été
 
« Ne vous arrêtez pas et poursuivez plus avant sur une cinquantaine de mètres ! » L’ordre de Richard au cocher est impérieux. Le cab poursuit sa course sur Rodford Street, rue résidentielle des beaux quartiers de Bastion, et stoppe un peu plus loin. « Très bien. Attendez mes instructions cocher. ». Dans la cabine du cab, les trois investigateurs et Miss Fang s’interrogent sur les décisions à prendre. Derrière eux, à travers la lunette arrière, ils perçoivent parfaitement les trois hommes postés devant l’entrée de la demeure du collectionneur fortuné. Si l’un deux est, à n’en pas douter, un sbire du sorcier mandchoudien, les deux autres sont deux occidentaux de bonnes tenues qui grillent une cigarette. Les trois individus patientent. Alignés devant eux, le long du trottoir pavé, deux voitures attelées stationnent.

« A votre avis Thomas, ces hommes pourraient-ils être de la pègre de Bastion ? Autrement dit des malandrins au service de votre oncle ? ». Thomas mûrit sa réponse en les scrutant du mieux qu’il puisse. « Je ne les reconnais pas, ils me sont inconnus. Mais, de tout évidence, ils ne sont pas des bas-fonds. Si ceux sont des hommes de main de mon oncle, ils sont de son cercle rapproché. ». Richard reprend « Et vous Miss Fang, avez-vous déjà vu ces individus chez votre employeur ? ». La jeune femme rétorque un non puis elle ajoute « S’il nous faut entrer, nous pourrions jouer les amoureux avec Ian et nous présenter bras dessus bras dessous en toute innocence ? ». Rosissant, elle poursuit « Bien que tel ne soit pas dans mes habitudes… ». Richard sourit. « Non, cette proposition me paraît bien trop risquée ma chère. Savez-vous si une issue derrière la demeure offrirait une possibilité d’intrusion ? ». Miss Fang n’a pas le temps de répondre que Ian prévient « Attention ! Il y a mouvement. ».

Des hommes sortent de la demeure pour rejoindre les trois sentinelles postées sur le perron. Précédé par deux de ses sbires, le second de Fong Lee soutient de son bras un vieil homme qui peine à marcher et qui ne peut-être que M Landsdales - ce que confirme Meï -. Celui-ci semble suivre le mouvement ni contraint ni forcé. Derrière eux, James Gueding et deux autres occidentaux franchissent également le seuil. L’agent impérial se retourne et ferme la porte à double tour puis remet les clés au vieillard. Chacun se répartit dans une des deux voitures stationnées. Le convoi s’ébranle et quitte tranquillement les lieux en remontant la rue.
 
Image
 
Dans le cab, le petit groupe est médusé. James Gueding ? Mais que fait-il là ? Trahison ? Double jeu ? Alors que les deux voitures attelées doublent nonchalamment leur cab, Richard hèle le cocher « Suivez ces deux véhicules ! ».

Image

à suivre…
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO Le vent se lève... et poursuis avec Les 5 supplices revisités 
 

Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Initié
Messages : 189
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par AsgardOdin » mer. mai 22, 2019 11:28 am

Carfax a écrit :
mer. mai 22, 2019 10:08 am
Trahison ? Double jeu ?
Ou simplement des pouvoirs maléfiques inconnus pour dominer les esprits.. Tant de questions auquel TU DEVRAS RÉPONDRE @Carfax  :grmbl:
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Banni
Messages : 1252
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Carfax » ven. mai 24, 2019 10:44 am

AsgardOdin a écrit :
mer. mai 22, 2019 11:28 am
Tant de questions auquel TU DEVRAS RÉPONDRE @Carfax 

:charmeur
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO Le vent se lève... et poursuis avec Les 5 supplices revisités 
 

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Banni
Messages : 1252
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Carfax » ven. mai 24, 2019 11:01 am

Grande aérogare de Bastion
Première nuit d'été

A l’approche des vingt-deux heures, sous une lune pleine et brillante d’une première nuit d’été, les deux voitures attelées rejoignent le quartier de la nouvelle aérogare. Elles contournent celle-ci et finissent leur course en face de l’immense porte de service du premier quai d’appontement, celui accueillant le vaisseau mandchoudien. Tandis que les deux véhicules déversent ses occupants, le cab des investigateurs les dépasse et poursuit sa route nonchalamment pour ne rien paraître. A l’intérieur, le petit groupe reste indécis sur la marche à suivre.

Soudain leur cocher crie « Hé ! Écarte toi le bridé ! » et stoppe brusquement son cab sous le hennissement plaintif de son canasson. Un asidien au visage crispé approche rapidement de la cabine du véhicule et interpelle ses occupants « Vite, suivez-moi, Guang Ying vous attend ! ». Richard paie la course et tous quittent précipitamment la voiture pour suivre le messager. En fond, le bruit sourd des rouages mécaniques ouvrant les gigantesques verrières du toit du quai résonne dans la nuit naissante. Le zeppelin mandchoudien se prépare à un départ hâtif.

Le sage est paisiblement assis sous l’arbre d’un petit bosquet attenant au premier quai planté ici à l’occasion de l’inauguration. Il est entouré de ses cinq gardiens mais aussi de son jeune disciple. Lorsque les comparses arrivent proche de lui, il s’inquiète « Liu Chen est là. Je ressens sa présence. Sûrement, enfermée dans la nef du sorcier. Avez-vous pu avertir le collectionneur du danger qui le menace ? ». La réponse négative qu’on lui donne le rend soucieux. « Alors il n’est plus temps. Inutile de s’atermoyer. ». Levant ses yeux vitreux, il adresse un imperceptible signe de tête à ses acolytes. Immédiatement, ces derniers ôtent leur veste et s’emparent des lames jusqu’alors cachées dans leur dos. Puis ils s’élancent, bondissant, à l’assaut des sbires de Fang Lee qui protègent l’exfiltration de Laslandes devant l’entrée de service du quai. Un combat mortel s’engage sous les yeux interdits des occidentaux présents.

Profitant de cette diversion opportune et comprenant l’urgence de la situation, Ian s’élance. Il fonce droit vers le long mur latéral du quai où il distingue une large grille d’aération. Une parfaite souricière pour accéder au quai. Comprenant son plan, Richard et Thomas s’empressent de le suivre laissant Miss Fang auprès du sage et de son disciple.

Alors que la major et le lord s’associent pour dégonder la grille en s’aidant respectivement de leur sabre et canne, Thomas, derrière eux, s’alarme. L’ombre menaçante d’une colossale créature plane au-dessus de leur tête. Après quelques ronds dans les cieux, elle plonge et fond sur ses proies. D’une main tremblante, Thomas sort précipitamment la lampe torche confiée par le vieil aveugle, frêle épée de lumière à ses yeux.

Crac ! Un gond cède enfin. Puis le second. La grille tombe au sol offrant une voie de traverse vers le quai. Les deux hommes s’y glissent prestement sous la protection héroïque de Thomas qui réussit miraculeusement à repousser le premier assaut de l’ombre affamée. Mais celle-ci s’élève de nouveau et vire pour entamer un deuxième piqué. Ne tentant point le diable, Thomas se presse à la suite de ses amis.

A l’intérieur, les trois hommes évaluent la situation. Le bruit est assourdissant. Les machines du zeppelin mandchoudien tournent à plein régime et ses hélices motrices s’orientent désormais pour une élévation verticale. Là-haut, le toit de verre est désormais entièrement rétracté laissant apparaître le ciel étoilé de la voûte céleste. Plus rien ne semble pouvoir empêcher l’envol du dirigeable. Au loin, sous l’immense porte de service restée grande ouverte, les gardiens du Dernier Sacrilège luttent âprement contre les sbires de Fong Lee qui leurs font barrage. Des hommes sont déjà à terre. De l’autre côté du quai, à leur opposé et progressant lentement, la garde du corps de Fong Lee, véritable géant, soutient fermement le vieux Lansdasles. Ils marchent vers la flèche d’appontement.

Spoiler:
Garde du corps de Fong Lee

Image​​​​​​​

Richard observe cette flèche. Oui, cette petite porte ferrée qu’il aperçoit à sa base pourrait être le local technique où se cache la commande enclenchant la fermeture de la toiture du quai. Il y fonce. Ian le suit son arme au poing. Mais son but est tout autre, s’opposer directement au géant mandchoudien et l’empêcher d’atteindre l’aéronef. Thomas s’élance aussi mais après quelques mètres une ombre le couvre soudainement lui glaçant le sang.

Depuis le hall de l’aérogare, un coup de sifflet retentit, puis deux et un autre encore. Une sirène d’alarme se déclenche. Son timbre strident et oppressant envahit le lieu et n’augure rien de bon. A présent, des cris percent. « Evacuez ! Ceci n’est pas un exercice, Evacuez, tout risque d’exploser ! ». Courant depuis le hall et répétant inlassablement ses instructions qu’il entrecoupe de sifflements, un employé de l’aérogare intercepte Richard dans sa course « Il ne faut pas rester ici monsieur ! Evacuez vite ! Nous avons une alerte à la bombe. ». Tout à son objectif, Richard obtempère machinalement pour se débarrasser au plus vite de l’importun. Cependant, il n’y avait prêté attention dans sa course effrénée mais à présent il sentait perceptiblement une odeur de gaz. Tournant sa tête vers Landasles, le lord pense à un subterfuge « Mon dieu, mais il faut porter assistance au vieil homme là-bas ! ». « Je m’en occupe. Partez maintenant ! » insiste l’employé qui s’éloigne alors vers le vieux collectionneur.

Ian contourne la base de la flèche et atteint son escalier. Mais celui-ci est gardé par deux sbires qui sortent chacun une lame à son approche. Son plan se complique. Il pointe de son arme « Partez où je fais feu ! ».

Thomas est dos au mur. Il lutte avec sa lampe contre l’ombre du dragon mandchoudien. « Maudit cerf-volant ! » grince-t-il des dents. Il perce son ennemi de flashs lumineux mais ce dernier ne relâche pas pour autant ses assauts. Thomas faiblit, proche du point de rupture. C’est alors, sortant de la souricière, qu’il voit avancer Guang Ying d’un pas serein et tranquille. Seul, il se dirige droit vers Landasles en passant sous la masse du zeppelin mandchoudien qui commence à s’élever. Thomas est stupéfié. Arrivé sous l’engin volant, le vieil aveugle s’agenouille. Tel un aimant attracteur, l’ombre dévie immédiatement sa trajectoire et plonge sur cette proie si vulnérable.

D’un dernier coup de pied bien ajusté, Richard ouvre la petite porte du local. Mince. Nulle commande pour agir sur la fermeture du toit. Seul l’interrupteur d’éclairage du quai s’y trouve. Un sourire marque le visage du lord, voilà qui pourrait les débarrasser de cette ombre affamée. Mais dans son dos, les cris d’alerte et les coups de sifflet cessent soudainement. Alarmé, pris d’un mauvais pressentiment, il tourne sa tête et voit le géant asidien retirer son immense sabre de la poitrine du pauvre employé qui s’effondre sans vie. « Non ! ». Le lord reste interdit, son initiative est un drame.

Sous les yeux de Thomas, l’ombre du dragon frappe avec voracité le vieux sage. Sur l’impact, un orbe protecteur scintille autour de Guang Ying. Poursuivant son élan, l’ombre remonte vers les cieux pour virer une nouvelle fois. Mais entre temps, et aussi incroyable que cela puisse l’être pour Thomas, l’ombre de Guang Ying s’extirpe lentement du corps du vieux maître pour flâner au-dessus de lui. Puis, soudainement fuyante, elle harponne le torse de Laslandes qui était resté prostré face au meurtre perpétré devant lui. Comme foudroyé, le vieux collectionneur s’avachie sur ses deux genoux ; hurlant toute sa douleur, le buste cabré, il arrache de ses mains sa chemise laissant apparaître un magnifique tatouage luminescent sur tout son torse. Non loin, le corps du maître marionnettiste est sans vie. 

Ian est incommodé. Sa respiration est gênée par une atmosphère viciée. Mais là n’est pas son inquiétude immédiate, deux hommes belliqueux lui font face. Il tire mais, quelque peu désorienté, sa balle ne fait qu’érafler l’épaule de l’un des deux asidiens n’entamant en rien leur détermination guerrière.

Se reprenant, Richard enclenche enfin l’interrupteur. Les deux bancs de lumière disposés de part et d’autre du quai et sur tout son long s’allument progressivement. Peu à peu une lumière vive baigne le lieu. Mais avant que celle-ci n’élimine l’ombre gargantuesque du cerf-volant mandchoudien, celle-ci est absorbée avec fulgurance par le tatouage de Landasles qui, pris de soubresauts, s’écroule mort. Nullement décontenancé par cette mort insolite, le géant manchoudien charge sur son épaule le corps du vieillard. Puis en quelques enjambés se retrouve aux pieds de l’escalier de la flèche d’appontement. Témoin de la scène, Thomas court à ses trousses sans plus réfléchir.

Au loin, venant de la porte de service, un James Gueding affolé court vers Richard qu’il hèle d’un ton effrayé « Sont-ils tous devenus fous ? Mais que se passe-t-il ici ? ». Le lord peste « Quel idiot vous faites ! Poursuivez et arrêtez ce mandchoudien, il vient d’assassiner ce pauvre bougre sous mes yeux ! ». Au-dessus d’eux, alors que la sirène d’alerte claironne sans fin, le zeppelin de Fong Lee poursuit son ascension faisant tanguer dangereusement la passerelle qui le maintient toujours à sa flèche d’appontement. Partout, l’air est altéré d’un gaz à l’odeur inquiétante.

Bang ! La deuxième balle de Ian fracasse le crane de l’un de ses assaillants éparpillant sa cervelle. Mais d’un bond, son acolyte est sur lui et assène un méchant coup de pied dans son ventre. Plier en deux et en danger, cherchant vainement de l’air, il n’a pas le temps de voir Thomas s’engouffrer dans l’escalier à la poursuite du géant mandchoudien.

Richard laisse l’agent impérial à ses devoirs et ne l’accompagne pas dans sa chasse. Non, une idée en tête, il attend patiemment que le géant surgisse sur la passerelle brinquebalante tout en haut de la flèche.

Les dernières marches. Le voilà à deux doigts de sa proie. Vif comme un léopard, Thomas plonge et crochète une jambe du géant mandchoudien qui chute en avant. Emporté par son élan celui-ci s’écroule sur la passerelle mais parvient à lancer devant lui le corps tatoué que des matelots asidiens s’empressent de réceptionner. Au bas, Richard n’attend que cela. Il applique sa main gantée au sol et ouvre un portail sous le géant et Thomas. Pris au piège, tous deux apparaissent devant le lord qui d’un fort coup de pied envoie le géant rouler bouler plus loin.

La lame n’est plus qu’à quelques centimètres de son visage. La lutte est acharnée. Une déflagration. L’asidien s’écroule. Reprenant sa respiration, Ian voit braqué face à lui le canon fumant du pistolet de James Gueding.

Le géant se relève et tire son gigantesque sabre. Son visage exprime une rage démoniaque. Au-dessus d’eux, des câbles métalliques cèdent. Le zeppelin prend son envol arrachant la passerelle de sa flèche qui chute dans le vide. Brusquement, provenant du hall et perçant les tympans de tous, une immense explosion rugit. Écraser ou brûler ? Richard n’hésite pas une seule seconde s’il veut échapper à une mort certaine. Il pause une nouvelle fois sa main gantée au sol et, le regard tourné vers l’immense porte de service visible à l’autre extrémité du quai, il génère un portail. Les deux hommes s’enfuient par cette issue à l’instant même où la passerelle s’écrase dessus.

Le major court à perdre haleine. La course de sa vie. Encore une dizaine de mètres. Franchir cette foutue porte de service. Le souffle lui manque. Si près. Trop bête. A ses côtés, l’agent Gueding partage la même épreuve. Derrière eux, une langue de feu dévore tout. Gigantesque, elle se propage tel un cheval au galop.

La chaleur est terrible. Les flammes dévoreuses lèchent déjà son dos. Elles le rattrapent. Non. La porte salvatrice est là. Il plonge évitant in extrémiste le souffle puissant de la vague enflammée. On le saisit, le tire plus avant, l’adosse à une roue d’un cab. Une bouteille d’eau. Il boit. Goulûment. Puis une voix. Douce. « Il reprend force. Mon dieu Ian, quelle frayeur ! ». D’une main, Meï caresse tendrement la joue de l’officier. « Et l’agent Gueding ? » s’inquiète-t-elle. Le lord répond d'une voix dure « Il se remet aussi. Quelques brûlures mais toutes sont aussi superficielles que celles de Ian. Mais des explications vont s'imposer. Cet homme nous doit la vérité. ». Richard expire profondément. Quel désastre ! Il ne peut croire ce qu'il voit. L'aérogare est dévastée. Le Colossus, fier fleuron de la flotte, majestueux vaisseau, unique aéronef, n'est plus que fumées et cendres. D'une voix morte, un regard pour ses compagnons, il ajoute « Empruntons ce véhicule abandonné par les sbires du sorcier et rentrons. » Puis levant un regard haineux vers les cieux, il murmure « Un long voyage en Mandchourie nous attends ! ».

A l'horizon, un zeppelin s'éloigne dans un ciel carmin.
 
Image
 
Fin de notre troisième partie concluant l'acte I
Dernière modification par Carfax le mar. juin 18, 2019 8:50 am, modifié 2 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO Le vent se lève... et poursuis avec Les 5 supplices revisités 
 

Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Initié
Messages : 189
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par AsgardOdin » ven. mai 24, 2019 2:01 pm

Carfax a écrit :
ven. mai 24, 2019 11:01 am
Puis levant un regard haineux vers les cieux, il murmure « Un long voyage en Mandchourie nous attends ! ».
Le changement d'environnement risque d'être douloureux pour nos aventuriers..
 
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Banni
Messages : 1252
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Carfax » mer. mai 29, 2019 4:45 pm

INTERLUDE - Le mea culpa d'un agent impérial
En direction de Boxton Avenue - Bastion
Début d'une première nuit estival

 
Les cahots de la voiture amplifient mes douleurs musculaires. Et pour ne rien arranger, ma peau meurtrie par les brûlures, certes superficielles, me tiraille à chaque soubresaut. J’ai cru mourir. Je ne me souviens pas avoir couru aussi vite de toute ma vie et je ne dois qu’à un cheveu de ne pas avoir grillé vivant. Tout autour de moi, on dévisage mes traits noircis de cendre. Les compagnons de l'officier Ian Fergusson - qui mène cette foutue « charrette » - attendent mes explications. Je les remercie pour leur aide avant tout.

Ma mission est un échec, un fiasco même. L’aérogare n’est plus que ruines incandescentes, le Colossus un tas de cendres et la délégation mandchoudienne s’est jouée de moi avec brio. C’est ce que je découvre lorsque le lord et ses acolytes, assis avec moi dans cette cabine chahuteuse, m’expliquent les événements qui se sont déroulés sur le quai. Je tente de lever leurs suspicions à mon égard quant à ma présence chez le vieux collectionneur juste avant. Certes j’ai failli sur le fond mais pas sur la forme. Nulle trahison de ma part. Mes ordres étaient clairs concernant la délégation asidienne « Agent Gueding, surveillez les mandchoudiens mais faites-en sorte d’abonder à chacune de leurs demandes ! Ne les contrariez pas ! ». C’est ce à quoi je me suis strictement conformé en me rendant chez Lansdales, juste satisfaire un énième desiderata de Fong Lee qui voulait vivement le rencontrer en personne. D’ailleurs, je reste persuadé que l'absence du vieillard lors de la visite du chef de la délégation mandchoudienne au pavillon a été la raison de son fort mécontentement à ce moment là.

L’ensemble de mes explications ont quelque peu calmé le courroux qui règne dans le véhicule. Je fais mon mea culpa. Ces derniers projettent de se rendre rapidement en Mandchourie pour y poursuivre Fong Lee. Une histoire de rapt, de vol d’objets - si j’ai bien compris celui du heurtoir semble lié – mais aussi d’un grand danger pour les intérêts impériaux. Je leur demande vingt-quatre heures pour me retourner et apporter mon aide à mon tour. Mais, évidemment, je dois d'abord rendre compte à mes supérieurs. Cependant, je me fais fort d’obtenir un aéronef du département pour nous y rendre car je ne doute pas que l'Empire restera ses bras ballants après les événements de cette nuit. La coïncidence entre le départ précipité des mandchoudiens et la destruction de la grande aérogare n’a à l'évidence rien de fortuite. L’empire a été agressé, il se doit de réagir.

Me voilà sur Boxton Avenue, près du bâtiment de la sécurité intérieure. Du haut de son banc, le major me salue puis celui-ci claque ses rênes et le véhicule reprend sa route dans la nuit. J’ai rendez-vous dès demain soir au manoir Hamilton. Vingt-quatre heures. Je traverse l’avenue déserte à cette heure tardive et me rend au bureau. J'ai du pain sur ma planche.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO Le vent se lève... et poursuis avec Les 5 supplices revisités 
 

Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Initié
Messages : 189
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par AsgardOdin » jeu. mai 30, 2019 5:48 am

C'est toujours très bien rédigé ! Et intéressant ! :yes:
Par contre, l'innocent forcé d'obéir aux ordres.. Je me crois coupable :escrime
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Banni
Messages : 1252
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Carfax » jeu. mai 30, 2019 9:47 am

Une nouvelle fois merci à mon lecteur assidu @AsgardOdin  :bierre: .
AsgardOdin a écrit :
jeu. mai 30, 2019 5:48 am
Je me crois coupable :escrime

Nullement ! Tu penses bien que les personnages de mes joueurs ont été impatients de poser quelques questions au sieur Gueding. Du coup, je me rend compte que cela fait quelques postes que je ne commente plus les faits de jeu mais simplement m'applique à narrer l'histoire. Donc quelques précisions scénaristiques :
Spoiler:
Le personnage de Gueding est un personnage de la campagne qui accompagne les PJs dans leur périple en Mandchourie ainsi que Meï Fang d'ailleurs. Mais revenons à l'agent. Celui-ci est bien défini en surveillance sur les lieux de la gare de l'Est et doit tout faire pour que l'inauguration se déroule au mieux. Il est également amener à contacter les PJs car il est de par le scénario témoin de leurs investigations dans le milieu asiatique de Paris. Je me suis dis que j'allais coller l'agent comme une connaissance d'un des PJs et le Major était tout trouvé. Il me permettait aussi au besoin d'introduire Ian dans l'aérogare au début de l'aventure si celui-ci ne récupérer pas l'invitation de Meï. Dans le scénario tel qu'il est c'est aussi l'agent qui fournit l'avion pour partir en Mandchourie car il est en mission pour occupé un poste dans l'ambassade française dans ce pays lointain. Les PJs l'accompagne.

Concernant la présence de Gueding chez Lansdales, c'est juste le fruit de mon imagination. Le scénar officiel prévoit bien la visite des investigateurs au domicile du collectionneur. Il y a plusieurs cas de figure possible : les séïdes et Fong Lee arrive après eux ou avant eux ou sont déjà partis avec Lansdales. Dans tous les cas, le vieux collectionneur accompagne le sorcier car celui-ci le convint qu'il peut récupérer son livre (objet clé de l'histoire). Pour Lansdales, ce livre c'est comme l'anneau pour Golum cad son précieux. Il est précisé dans le scénar que s'il y a du grabuge entre les PJs et Fong Lee chez le collectionneur, les agents des services secrets français peuvent intervenir pour donner raison au sorcier ; leur but est de ne pas contrarier les asiatiques. Et de toutes les façons Lansdales souhaite partir avec Fong Lee si on le lui demande.

Initialement, dans ma tête, les PJs devaient voler sur le Colossus pour se rendre en Mandchourie à la suite du sorcier Fong Lee. Mais en cours de partie, un de mes joueurs s'est inquiété de la possibilité d'un attentat et de l'explosion du zeppelin. Cela m'a fait changer d'avis sur l'aéronef en cours de partie. Je me suis dit que la scène finale serait plus grandiose telle quelle. Donc une fois sur le quai, j'ai déroulé l'action puis poser une dé 20 sur sa face 20. J'ai jeté un d12 derrière mon paravent et leur ai dit "A chaque round, je décrémente le d20. Arrivé à une certaine valeur, il se produira un événement majeur.". Cela à générer une belle pression à la table. Cette explosion est le fruit d'un attentat de Fong Lee pour couvrir ses arrières durant sa fuite.

Ian et Gueding s'en sortent de justesse de l'explosion de l'aérogare puis le groupe s'enfuit des lieux avec un des deux véhicules abandonnés par les mandchoudiens. Dans la voiture, l'agent est questionné comme je le relate. Il fait amende honorable et cherche a racheter son honneur bafoué par la méprise de de Fong Lee à son encontre. Il a également mission de partie là-bas. C'est lui que affrétera un zeppelin. Je recolle au scénar.
 
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO Le vent se lève... et poursuis avec Les 5 supplices revisités 
 

Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Initié
Messages : 189
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par AsgardOdin » jeu. mai 30, 2019 10:31 am

Évidemment, je voulais dire que je le croyais coupable, pas que je me croyais coupable.. 8|

Merci pour ces précisions scénaristiques qui permettent de voir l'arrière du décor, qui est aussi passionnant que l'avant ! N'empêche que, je serais joueur, l'agent des services secrets, il a intérêt à être en :pri d'excuses !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."

Kik
Profane
Messages : 8
Inscription : lun. mars 25, 2019 6:44 pm

Re: [Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Kik » mar. juin 04, 2019 3:24 pm

Salut ! Encore merci pour ton initiative et tes comptes rendus. Nous allons bientôt commencer la campagne Terreur sur l'Orient Express avec into the odd, et nous aimerions savoir si nous pouvons utiliser ta super feuille de perso, s'il te plaît ?

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Banni
Messages : 1252
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Carfax » mar. juin 04, 2019 4:54 pm

AsgardOdin a écrit :
jeu. mai 30, 2019 10:31 am
N'empêche que, je serais joueur, l'agent des services secrets, il a intérêt à être en :pri d'excuses !

Tu ne crois pas si bien dire :mrgreen: . Il a vécu un interrogatoire sévère. Pour info, la partie suivante est programmée pour vendredi soir prochaine voir ce we mais des aléas récents risquent malheureusement de la repousser à la semaine prochaine. 
Kik a écrit :
mar. juin 04, 2019 3:24 pm
Nous allons bientôt commencer la campagne Terreur sur l'Orient Express avec into the odd
Kik a écrit :
mar. juin 04, 2019 3:24 pm
nous utiliserons ta sufeuille de perso
Heureux de faire des émules. Et sans souci aucun pour la fdp bien sûr  :bierre: et si tu as besoin du fichier, mp moi !
Je serai également friand de tes retours sur ta campagne. Bon jeu.
 
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO Le vent se lève... et poursuis avec Les 5 supplices revisités 
 

Kik
Profane
Messages : 8
Inscription : lun. mars 25, 2019 6:44 pm

Re: [Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Kik » mar. juin 04, 2019 6:47 pm

Cool, merci. Hahaha, je suis très feignant sur les CR mais nous venons de finir le rejeton dazatoth et les joueurs ont speedrunné la campagne :-D
La structure de cette dernière laisse les joueurs choisir le scénario où poursuivre l'enquête, ce qui les a directement mené à l'avant dernier scénario. Bilan, en cinq séances c'était plié :-)
Pour Terreur, ils vont sûrement prendre l'avion :,-)

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Banni
Messages : 1252
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Carfax » ven. juin 14, 2019 1:27 pm

ACTE II - A l'est toute !
Voyage en Mandchoudie
 
Manoir HAMILTON - Bastion
Première nuit d'été

 
Il règne une certaine agitation au manoir Hamilton malgré l’heure tardive. De retour en sa demeure à l’approche de minuit en compagnie de ses amis, le lord ne peut que constater l’excellence de son majordome. Celui-ci a remis la demeure en bon ordre, du moins autant que l’on puisse en si peu de temps. Le lord félicite le vieil homme pour l’excellence de sa tâche mais le sollicite néanmoins pour quelques instructions complémentaires et l’avertit de préparer dès le lendemain un sac de voyage.

La journée fut éprouvante et traumatisante pour tous et pourtant chacun converse sur les tenants et aboutissants des événements. Dans cette agitation, Thomas s’aperçoit que le jeune Riu Ru, très abattu par la disparition tragique de son mentor, glisse quelques mots à l’oreille de Georges. Les deux hommes s’éclipsent dans les cuisines du manoir. Après quelques minutes, le majordome ressort des lieux. Intrigué, Thomas l’interpelle « Georges, que souhaitait Riu Ru ? Tout va bien ? ». « Quelques bougies pour prier et rendre hommage à son vieux maître. J’ai jugé bon d’accéder à sa demande en toute charité. Ai-je eu tort ? ». « Nullement Georges. » rétorque Thomas qui, cependant, se rend in media res dans les cuisines où il découvre un spectacle devenu bien trop habituel ces derniers temps. Assis en tailleur dans un coin de la pièce et ceint d’un cercle de bougies allumées, le jeune marionnettiste, les yeux révulsés et la tête penchée en arrière, psalmodie une prière. De son corps s’extirpe l’ombre trapue et rabougrie d’un vieillard. Alors que Thomas hèle ses amis, l’ombre s’exprime par la bouche de Riu Ru qui est pris de violents tremblements ; une voix qui ne laisse pas de doute sur son identité, celle du vieux ritualiste Guang Ying.

« Soyez remerciés de votre aide contre le sorcier Fong Lee. Même si nous avons échoué à sauver iu Chen, vous avez courageusement repoussé l’ombre de l’Esprit Affamé qui planait sur Bastion. Le sorcier mandchoudien a réussi à capturer ma filleule. Elle est la petite fille d’un maître tatoueur asidien appelé Agaï Chen, sur lequel il peut désormais exercer un infâme chantage. L’unique raison de ce chantage est le besoin de tatouer son propre dos. Sachez que le plus puissant des tatouages magiques doit être dessiné sur le dos de son porteur. C’est le Tatouage Suprême des Rançonneurs de Droit Divin, qui offre des pouvoirs inconcevables et permet de commander à leur monture infernale : le Messager des Tourmentes. Si Fong Lee devient un Rançonneur de Droit Divin, les hommes et femmes qui sont tatoués par le Sceau du Dragon deviendront ses serviteurs aveugles. Une nouvelle fois, j’appelle votre aide. Le sacrifice de mon disciple ce soir ne doit pas être vain et vous devez mesurer l'importance de mon message ce soir. Vous devez vous rendre en Mandchoudie, et trouver Agaï Chen avant Fong Lee ! Il saura comment obtenir l’aide des Gardiens du Dernier Sacrilège. Fong Lee manipule les forces de la région.  Mais il a un ennemi, qui n’est pas notre allié… N’approchez pas de l’Océan Noir… ».
 
Image
 
Une bourrasque soudaine tourbillonne autour du jeune marionnettiste soufflant sans mal les frêles flammes des bougies disposées autour de lui et chasse l’ombre du vieux ritualiste. D’abord chancelant, le corps du jeune asidien s’affaisse finalement sans vie au sol devant les regards médusés des témoins de la scène.   

Image

à suivre...
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO Le vent se lève... et poursuis avec Les 5 supplices revisités 
 

Répondre