[CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Pratiquant
Messages : 246
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par AsgardOdin » mar. nov. 26, 2019 12:12 pm

Carfax a écrit :
mar. nov. 26, 2019 11:56 am
D’étranges instruments de musiques laissent échapper des mélopées jamais entendues par les quatre investigateurs, mélange subtil de souffles chantés et de sépulcraux cris de gorges.
Tu avais mis une musique particulière ou juste une description ?

Moi je dis qu'ils devraient se méfier. Une rencontre réparatrice comme ça, ça annonce pas du bon pour le futur..
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Banni
Messages : 1366
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Carfax » mar. nov. 26, 2019 1:34 pm

AsgardOdin a écrit :
mar. nov. 26, 2019 12:12 pm
Tu avais mis une musique particulière ou juste une description ?

Malheureusement non. Lors de nos premières séances, j'ai usé de musique uniquement  lors de la lecture de la fable d'introduction sur le Rançonneur de droit divin mais sinon j'emploie exclusivement des ambiances sonores. Pas autant que je le voudrais néanmoins. Par contre, je m’astreins à décrire avec bcp de volume, à changer ma voix - autant que je puisse (je suis pas terrible terrible mais avec les Reines Siamoises cela a bien marché) depuis que je visionne Role n Play (merci @kobbold) - et, dans le cas des saltmanques, je me suis amusé à me déplacer autour de la table en gesticulant pour m'approcher au plus près des visages des joueurs lorsque le maître des arts riait.

Du coup je profite de cet aparté pour donner quelques infos sur le déroulé de nos parties comme cette dernière. A chacune je me place derrière le paravent officiel du jeu sur lequel je dispose les images des intervenants PNJ/des lieux tenues par des épingles. C'est un réel plus. Pour les combats, c'est extrêmement descriptif. Un plan crayonné parfois pour représenter quelques positions ou améliorer la compréhension des lieux de tous. Par exemple dans la salle du palais des Reines car il y avait bcp d'intervenant, je l'ai crayonné en plaçant le mobilier d'intérêt comme les pnjs. J'ai également dessiné ensuite un quadrillage de 10 cases dessus pour leur dire tous les n rounds où tombé le dernier obus tirer. Croyez le ou non mais à la fin du combat, tous les PJs étaient au côté de la gardienne sur la case 1. Et j'ai fait 1 au d10 devant leurs yeux écarquillés. J'ai même eu droit à un "je le crois pas, non mais je le crois pas !" d'un de mes joueurs. Si je voulais les inciter à plonger dans l'empire des Ombres, j'aurai pas pu mieux faire. Le hasard fait bien les chose parfois  :D !
AsgardOdin a écrit :
mar. nov. 26, 2019 12:12 pm
Moi je dis qu'ils devraient se méfier

Mais pourquoi être toujours suspicieux. L'altruisme, cela existe  :mrgreen: ...bien qu'ils en ont payé le coût.    
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... et poursuis avec Les 5 supplices revisités 
 

Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Pratiquant
Messages : 246
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par AsgardOdin » mar. nov. 26, 2019 1:50 pm

ça devait donner bien ces sauts gesticulants !

On crie souvent sur la chance parce qu'elle est pas de notre côté, mais en fait parfois si !

Merci de ces précisions :bravo:
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Banni
Messages : 1366
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Carfax » mar. nov. 26, 2019 5:10 pm

Palais de Fong Lee
Quelque part en Mandchoudie


Le goût écœurant de la graisse persiste en bouche. Chacun s’éveille, retrouve ses esprits. Franchir ce fichu portail pour revenir dans le monde des hommes en prenant le risque de tomber dans les bras de son pire ennemi les firent tout de même hésiter. Agars et hébétés, les quatre aventuriers accompagnés de la jeune gardienne reprennent conscience. Le fond de l’air est frais. Tous frissonnent.

Leur guide les avait menés grand train vers un lieu bien étrange. Ils avaient marché avec la troupe sur quelques lieux tout au plus ; en ce monde les distances étaient moindres ou l’allure plus vive, ils n’auraient su dire… Le lieu était un petit renfoncement sur une colline. Là, une esplanade dallée de vielles pierres apparut sous leurs yeux. Sur son sol, des rainures creusées à même la pierre dessinaient un large pentacle. A l’extrémité de chacune de ses cinq branches, la statue d’un supplicié trônait. Une horrible figuration minérale du rituel des cinq supplices. Là, ils dirent au revoir au maître Guang Ying. Et lorsque le Lord lui quémanda son aide – n’avait-il pas un sortilège dont ils puissent profiter, une quelconque protection ésotérique ? -, il s’approcha de chacun et, tout en psalmodiant, leur offrit une bénédiction. Et ce fut tout. Enfin ils remercièrent leur précieux guide masqué et lui firent leurs adieux avant de se positionner au centre du pentacle et de s’évanouir de l’Empire des Ombres.

La salle est menue. Emplie de bric et de broc, on dirait une remise ou une antichambre bien encombrée. Personne. Ils y sont seuls. Mais non loin, juste derrière un epais rideau en tissu situé au fond de cette petite pièce, le son étouffé d’une incantation leur parvient. Prenant garde de ne rien bousculer pour n’alerter qui vive, Eliott progresse à pas de loup vers le rideau. Il en écarte un pan et risque un œil. Au moment même où ses compagnons le rejoignent dans son dos, il disparait subitement de leur vue.

Eliott court. Son arcanum dans la bouche, il joue son vatout. Une folie assurément mais l’opportunité ne se représentera pas. Il en est certain. Il court et prie pour que son invisibilité dure suffisamment.

Sous son poids, le pan du rideau se referme de lui-même. Mais les compagnons d’Eliott restés en retrait ont aperçu subrepticement le spectacle. Une large et grande salle. Celle d’apparat d’un palais ou bien celle d’un vaste temple. Au fond, de dos et torse nu, Fong Lee incante. Un lutrin supportant un grand livre devant lui. Sur sa gauche, le maître tatoueur prépare ses instruments prêt d’un petit autel. Sur sa droite, positionné à côté d'une grand vasque enflammée, Ran Gaar Kha, son fidèle second démoniaque, surveille la scène. Derrière le sorcier, face à lui, une immense tenture représente la peinture d’un lac bordé de montagnes devant laquelle une majestueux bouclier de bronze magnifiquement sculpté trône sur un réceptacle en bois noir.

Eliott court. Il court vers son objectif. Si loin, si proche.

Thomas, Ian, Richard et la gardienne tergiversent. Foncer ? Attendre ? Une aubaine ? Trop facile, trop simple. Tous écartent le rideau pour reconsidérer l’extravagante et inattendue situation.

La lame coupe net la trachée. Le sang gicle à bouillon lorsque le corps du vieux maître tatoueur s’affale au sol. Elliott court. Sa main droite, toute poisseuse, empoigne fermement son couteau. Il court vers ses alliés encore cachés dans l’arrière salle et, lorsqu’il réapparait à la vue de tous, il entend rire. Un rire sonore, profond. Un rire de confiance. Puis le sorcier cesse soudain ses rires et interpelle « Mais venez. Venez à moi. Profitez ! Venez assister à mon sacre ! ».

Non loin de lui, sortant d’une vaste ouverture qu’Eliott dans sa folle course n’avait même pas remarqué, une toute jeune femme asidienne apparaît. Frêle mais néanmoins fort mignonne, elle porte une magnifique tenue d’apparat propre à la gente féminine mandchoudienne. Ses cheveux, sombres, contrastent avec son teint très pâle. Marchant doucement, elle avance vers le sorcier et, posément, interroge « Mais, dites-moi, Père, pourquoi ces rires ? ».

Dans leur cache, Richard, Thomas et Ian restent tous trois bouche bée lorsqu’ils reconnaissent la toute jeune Liu Chen.  

Fin de notre 9ème séance

EDIT : reprise de la description de la salle d'incantation
Dernière modification par Carfax le mer. nov. 27, 2019 11:05 am, modifié 3 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... et poursuis avec Les 5 supplices revisités 
 

Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Pratiquant
Messages : 246
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par AsgardOdin » mar. nov. 26, 2019 6:36 pm

8)7 :runaway
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Banni
Messages : 1366
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Carfax » mer. nov. 27, 2019 9:12 am

Prochaine partie - et peut-être dernière de cette campagne ? - ce soir.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... et poursuis avec Les 5 supplices revisités 
 

Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Pratiquant
Messages : 246
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par AsgardOdin » mer. nov. 27, 2019 9:49 am

Carfax a écrit :
mer. nov. 27, 2019 9:12 am
et peut-être dernière de cette campagne ?
Je crois pas que les lecteurs de ce fred t'y ait autorisé :P
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Banni
Messages : 1366
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Carfax » mer. nov. 27, 2019 11:13 am

AsgardOdin a écrit :
mer. nov. 27, 2019 9:49 am
Je crois pas que les lecteurs de ce fred t'y ait autorisé :P
Merci encore pour ton suivi régulier et tes petits rebonds qui me font sourire. On verra bien si mes investigateurs arrivent au bout de l'imbroglio. Sinon nous enchaînerons sur la campagne de Mirkwood motorisée sous AiME avec quatre joueurs réguliers - dont je serais - et un cinquième en pointillé. La préparation de la campagne bat son plein et sache déjà que je serai rédacteur d'un CR de parties et narrerai l'histoire vue à travers les yeux de mon personnage. La première partie est prévue juste après la mi-décembre. L'imagerie des PJs est quasiment faite ; leur historique bien avancé. Je publierai tout cela en détail. Bref y a du taf  8)7 !
 
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... et poursuis avec Les 5 supplices revisités 
 

Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Pratiquant
Messages : 246
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par AsgardOdin » mer. nov. 27, 2019 11:30 am

Carfax a écrit :
mer. nov. 27, 2019 11:13 am
Merci encore pour ton suivi régulier et tes petits rebonds qui me font sourire.
Faire un CR avec illustrations c'est du taff, et je suis conscient que la motivation c'est fluctuant.
Lire un CR avec illustrations par contre c'est facile. Du coup c'est le moins du monde que de marquer son appréciation quand un CR nous plaît vraiment. C'est bon pour le rédacteur du Cr et c'est bon pour nous aussi qui en avons encore. Une pierre, deux coups. :)

Concernant Mirkwood, j'ai hâte de lire ça ! N'hésite pas à passer le lien quand tu aura commencé les CRs !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Banni
Messages : 1366
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Carfax » mer. déc. 04, 2019 3:25 pm

Palais de Fong Lee
Quelque part en Mandchoudie
 
Image
 
Sur le large rideau suspendu et étiré au fond de la vaste salle, un paysage finement brodé représente une estampe panoramique d’un lac de montagne bordé d’une jolie cascade. Au grès des courants d’air qui l’agitent délicatement, l’étendue d’eau ondule apparaissant comme réelle. Tout proche, la grande vasque enflammée projette dessus l’ombre menaçante du sorcier mandchoudien souillant ce panorama idyllique. Ce dernier dévisage scrupuleusement chaque intrus : à l’opposé, la jeune gardienne est restée en retrait derrière Thomas, Richard et Ian qui sont sortis de leur cache. Armes au poing, tous les quatre perçoivent désormais les deux seuls gardes postés proche de l’arrière salle et qui étaient restés invisibles à leurs yeux depuis leur précédente position ; devant eux, non loin, extatique, son couteau poisseux à la main, Eliott recule d’un pas et plaque son dos au mur situé juste derrière lui. Sa tête oscille tel un métronome entre ses alliés et ses ennemis. Un silence pesant s’installe que seul le crépitement des hautes flammes qui s’élèvent de la vasque perturbe. Celles-ci animent une kyrielle d’ombres menaçantes qui voilent et assombrissent murs, sol et plafond de la salle. Une tension guerrière électrise l’atmosphère. Deux camps se toisent. Suspendu, le temps s’arrête, les secondes cessent de s’écouler.

Puis, soudainement, troublant le silence, Liu Chen supplie « Père, ne faites nul mal à nos visiteurs. Ne les tuaient pas.  Ces derniers, du moins trois d’entre eux, méritent votre mansuétude. Ceux-ci m’ont libérée des supplices de l’Arcane en Bastion lorsque j’étais aux mains des Gardiens du Dernier Sacrilège. ». Fong Lee répond d’une voix sépulcrale « Ma fille, je ne sais s’ils méritent ma clémence mais, à tout le moins, mon admiration. Leur courage les honore. Parcourir mille lieux et affronter mille périples, survivre à mon séide démoniaque, traverser le plan des ombres, s’introduire en ce lieu, …, oui…, voilà des adversaires à ma mesure ». Liu Chen avance de quelques pas et, souriante, s’adresse à ses visiteurs « Approchez. Venez à moi, venez assister au sacre du Rançonneur de Droit Divin. N’ayez crainte, je vous dois beaucoup. ». Dans son dos, Fong Lee rit à gorge déployée. Et tout en riant, il se tourne et déchire violemment les pages du manuscrit déposé sur le lutrin placé devant lui. Une à une, il les arrache et les jette en pâture aux flammes de l’immense brasero. Seule la couverture en peau est épargnée.

Le lord est horrifié. Cet homme est fou et il faut le stopper. Il saisit alors d’un main son zip et, de l’autre, serre l’anse du heurtoir comme si celle-ci voulait se libérer de sa poigne. Les os de sa main craquent. Il interpelle Liu Chen « Comment, vous, si frêle, si douce, pouvez-vous cautionner ce simulacre ? Comment pouvez-vous accepter la réincarnation du Rançonneur en votre père ? Cet être dément, belliqueux et despotique ; Il mènera notre monde à sa perte. Souvenez-vous de sa visite de Bastion et du désastre de l'Aérogare Impérial qui s'en suivit. Non, Liu Chen, votre père n’apporterait que désolation et mort. Ce n’est pas à un sacre auquel vous nous demander d’assister mais à un avènement, celui de l’apocalypse ! ». Adroitement, tout en ouvrant d’un pouce le clapet du brûloir, il l’enflamme aussitôt et vise de son rayon destructeur le séide des enfers restait en retrait proche de son maître.

C’est l’hallali. Thomas se précipite et embroche de sa canne sagaie un des deux soldats surpris par sa hardiesse. A l’aide de son pistolet, Ian appuie son ami d’un tir soutenu. Alors qu’Eliott ne semble que faire, la Gardienne s’attaque au second garde. Richard maintient son faisceau lumineux sur sa cible. Celle-ci anime alors le tatouage de son bras et un dragon laiteux, tel un pâle halo, nimbe brusquement tout son être le protégeant du rayon destructeur. Alors que Liu Chen adjure à tous de cesser cette folie, son père agite ses mains dans des arabesques envoûtantes puis désigne ses cibles.

Richard exulte, le démon cède sous ses attaques. Enivré par cette victoire qui se dessine, il ne prend garde qu’elle ne soit fidèle à celles de Pyrrhus car une violente douleur frappe son bras. Terrible, insoutenable souffrance. Il ne peut retenir le brûloir que son bras tendu soutient et celui-ci chute au sol et s’éteint. Recroquevillé sur son avant-bras, reculant de quelques pas, le lord constate avec effroi ni blessure ni saignement sur celui-ci. Rien, sa veste n’est même pas déchirée. Désabusé, il lève la tête et comprend. De toute part, par une myriade d’ombres vengeresses assiègent la sienne. Rageuses, affamées, ces ombres assaillent tous ses amis et alliés comme l’atteste le rapide regard qu’il jette tout autour de lui. L’assaut est brutal, tous en souffrent.
 
Ombre vengeresse
Spoiler:
Image
 
Le lord reprend ses esprits. Le brûloir. Il lui faut le reprendre, le rallumer. Vite. Il avance mais une seconde attaque le surprend. Son dos. Une déchirure. Atroce douleur. Il se contorsionne. Le démon profite de ce répit. En deux enjambés, il fond sur Richard, ce misérable insecte qui ose brûler ses chairs. Mais avant qu’il ne l’atteigne, Thomas s’interpose. Ses yeux brasillent. En finir avec cette engeance des neuf enfers. Une lutte létale débute.

Sous les coups de la Gardienne, le deuxième garde plie. Assuré de la victoire de son alliée, le major l’abandonne à son combat et court précipitamment vers Liu Chen. « Lui faire entendre raison », telle est sa pensée.

Tout en avançant vers le sorcier, Eliott tire. Ses balles le frappent mais, protégé par une funeste sorcellerie, sont sans conséquence fatale sur son ennemi. Néanmoins, elles le déconcentrent. Maigre consolation de son inefficacité. Toutefois, le sorcier cesse soudainement ses gesticulations et claironne « Entrez, venez ! Enfin vous répondez à mes appels... » Surgissant de l’arrière salle embrumée, un homme vêtu seulement d'un simple bas de soie marche d’un bon pas. Il porte un large couvre-chef conique en paille et auquel une moustiquaire accrochée masque son visage. Comme figé, chaque belligérant cesse l’affrontement. La scène est irréelle. Fong Lee sort alors d’une de ses poches une pièce de Fortune qu’il tend vers l’apparition. « Le paiement pour vos dons d’exception, Écorcheur Céleste » entonne-t-il fielleusement. Faisant nul cas des autres combattants, l'inconnu, la démarche aérienne, se déplace vers Fong Lee, l’écarte, ignore sa pièce, s’empare de la couverture intacte du livre déchiré et replie d’une force herculéenne la large et lourde tenture figurative. Derrière, trois marches accèdent à un grand promontoire de forme pentagonale qui surplombe un paysage majestueux. Le panorama est point pour point identique à l’estampe de la tenture sitôt repliée : montagnes et lac, excepté la cascade qui paraît tarie, Aux extrémités des cinq angles, une statue figure l’un des cinq supplices tristement familiers aux yeux des investigateurs. Des ombres semblent en être les suppliciées.
 
Image
 
Poursuivant droit son chemin, le marchand ambulant, car il ne fait aucun doute qu’il s’agît bien de lui, descend les trois marches tout en jetant la couverture sur son dos tel un homme qui se vêtirait de sa cape avant de sortir affronter un froid mordant. Par sorcellerie, la peau de la couverture se lie à celle du dos de l’homme. Elles fusionnent littéralement laissant apparaître un magnifique et complexe tatouage. Nonchalamment, le marchand poursuit sa marche et plonge dans le vide du haut du promontoire. Alarmé, décontenancé, Fong Lee se précipite au bord du précipice. Un instant médusé, il se retourne enfin et avance lentement vers le centre du pentacle. Haineux, il souffle aux investigateurs « Soyez maudit ! » en tendant une main vers eux...
 
 
Le tatouage suprême

Image
à suivre...
Dernière modification par Carfax le jeu. déc. 05, 2019 10:32 am, modifié 5 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... et poursuis avec Les 5 supplices revisités 
 

Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Pratiquant
Messages : 246
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par AsgardOdin » mer. déc. 04, 2019 3:50 pm

:escrime :gné
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Banni
Messages : 1366
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Carfax » jeu. déc. 05, 2019 11:24 am

Palais de Fong Lee
Quelque part en Mandchoudie

 
Sa rage est vive. Fong Lee serre sa pièce de Fortune dans sa main, si puissamment que celle-ci blanchie. Gravissant lentement les marches une à une, il ordonne « Liu, ma fille. Le jeu cesse. Tue ! ». Liu Chen réagit promptement à cette injonction. Elle saisit immédiatement le cou du pauvre major qui s’était approchait d’elle pour parlementer, l’adjoindre à renier son père. Pour son malheur, sa stupéfaction face aux derniers événements avait amolli sa méfiance. La force de la jeune asidienne est démesurée et c’est sans peine qu’elle le soulève et le maintien fermement au-dessus du sol de son bras tendu.

L’aubaine. Ne dit-on pas qu’il faut savoir la saisir lorsqu’elle se présente ? Thomas ne se fait point prier pour profiter de l’inaction du démon face à ces instants de désarroi de son maître. La sagaie fuse. Sa trajectoire légèrement parabolique est parfaite. Le jet est limpide. L’arme se fige dans le thorax du sorcier et le transperce en plein cœur. Sur l’impact, le corps du vieil homme oscille faiblement, ses genoux plient doucement. Un rictus de douleur marque son visage émacié. Son regard se voile lorsque ses genoux heurtent enfin les marches en marbre. Ses deux mains empoignent la hampe de la sagaie, veine tentative pour l’extraire de son corps. Son buste penche peu à peu en arrière et lorsque son dos frappe le sol, son regard est vide de vie. Cling, cling, cling. Libérée de la poigne du mort, la pièce de Fortune tintinnabule lorsqu’elle roule et dévale les trois marches pour finir son escapade un peu plus loin au milieu de l’Arcane des cinq supplices gravé à même le sol du promontoire.

Liu Chen crie. Son visage comme son corps s’assombrit brusquement. Elle hurle. Ses yeux blanchissent jusqu’à devenir vitreux. Son courroux réclame vengeance. D’un pas leste, elle approche du corps de son père puis, négligemment mais puissamment, elle projette au loin celui du major vers le fond de la salle. Celui-ci cahute en soubresauts lorsqu'il frappe le sol puis glisse jusqu’à la jeune gardienne qui vient juste de défaire le dernier garde. Sonné, Ian reste à terre. Ses deux mains sur sa gorge endolorie, il happe de grandes bouffées d’air.

La déveine. Ne dit-on qu’il faut la fuir ? Thomas peste. Impossible de rappeler sa précieuse sagaie, à lui. Il s’épouvante malgré sa victoire. Trop simple, trop facile ? Et ce foutu arcanum qui ne réagit pas à sa foutue injonction.

Eliott contourne le corps du vieux maître tatouer qu’il a égorgé. Mais nul temps de se questionner sur son acte. Un militaire, à fortiori un agent secret n’a-t-il pas la licence d’assassiner pour la sauvegarde de Bastion ? Précipitamment, il saute les trois marches qui le séparent du grand pentacle du promontoire, hésite une fraction de seconde à y pénétrer, s’y résout tout aussi vite et saisit la pièce de Fortune abandonnée là.

Liu Chen retire avec force la canne sagaie du corps de son père. Elle tourne son regard vengeur vers Thomas. Et lorsque ses yeux blancs croisent ceux désespérés de l’investigateur, elle brise rageusement la canne. Abandonnant les morceaux au sol, elle tend alors un bras vers Eliott et, sans même le regarder, lui ordonne « Apporte-moi la pièce ! ».

Thomas est pantois, abattu. Son héritage, sa précieuse sagaie. Fracassée sous ses yeux. Le temps se fige jusqu’à ce violent coup. La gifle le heurte en plein visage et le fait choir. Son visage saigne abondement. Son nez est cassé. Le démon sourit et avance d’un pas avec l’assurance d’un prédateur qui tient enfin sa proie entre ses griffes. Sa prochaine attaque ne manquera pas d’être létale. Il s’en assurera. Mais son coup fatal est miraculeusement paré par Qian Lan. La farouche gardienne vient d’interposer sa hallebarde entre le démon et Thomas.

Richard est de nouveau agressé par les ombres vengeresses. Ses esprits affamés ont un appétit insatiable. Inlassablement, ils frappent, mordent. Mais le court répit offert par le trouble du sorcier a été suffisant pour qu’il puisse à nouveau saisir et enflammer son brûloir. A présent, il illumine les murs. Tel un phare, il terrasse les ténèbres mouvantes qui l’entourent. Une défense de tous les instants et salvatrice pour ses alliés.

Le démon attrape d’une main de fer la jeune gardienne. En sauvant Thomas, elle s’est mise en danger en négligeant volontairement sa défense. La terrible poigne presse sa gorge. L’air se fait rare, trop rare. Son souffle s’altère. Elle meurt dans un dernier râle, sa trachée broyée. Exultant sa victoire, la créature démoniaque hoquette un cri hargneux et jette au loin sa victime dont le corps inanimé se fracasse au sol.

Thomas se concentre. Il doit faire abstraction du désastre. Le sacrifice de Qian Lan ne peut être vain. Enfin. Enfin sa lame de sagaie bouge ! Inexorablement, il l’attire à lui. Il ressent toute sa puissance lorsqu’il la saisit dans sa main et qu’il la plonge violemment dans le bas ventre du démon. La créature titube. Sa blessure est béante mais il reste debout.

Eliott résiste. La douleur dans son crâne est pourtant vive, presque insoutenable. L’injonction raisonne infiniment mais il lui tient tête. Comme un défi ultime, il toise Liu Chen avec toute la prestance que lui autorise cette douleur crânienne. Il lève alors son bras et lance dans le vide la pièce de Fortune. Liu Chen exulte « Pauvre fou, tu vas mourir. Saute ! ». Eliott ne peut s’y résoudre mais la douleur est terrible. Il lui faut obéir. Sa tête va exploser. Il court désormais. Il court inexorablement vers le précipice.

ImageImage

à suivre...
Dernière modification par Carfax le jeu. déc. 05, 2019 4:23 pm, modifié 1 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... et poursuis avec Les 5 supplices revisités 
 

Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Pratiquant
Messages : 246
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par AsgardOdin » jeu. déc. 05, 2019 1:32 pm

:runaway
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Banni
Messages : 1366
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Carfax » jeu. déc. 05, 2019 2:02 pm

AsgardOdin a écrit :
jeu. déc. 05, 2019 1:32 pm
:runaway
Impatient :D ? La suite et le dénouement de l'aventure arrivent...
 
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... et poursuis avec Les 5 supplices revisités 
 

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Banni
Messages : 1366
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Carfax » jeu. déc. 05, 2019 2:33 pm

Lac du Rançonneur de Droit Divin
Quelque part en Mandchoudie


Eliott chute. Interminable chute. Tout autour ? Des montagnes. Sous lui ? Nulles eaux. Non, nul lac. Disparu. Nulle cascade. Asséchée par un barrage improvisé. Non, sous lui, couvert de vase et d’une multitude d’ossements, se découvre un vaste édifice constitué d’innombrables murs labyrinthiques dont les courbures s’entrelacent. Au cœur de cette étrange construction inhumaine et contre nature, monument s’érige tel un tombeau divin. Ainsi, la disposition de cette infinité de murs lovés autour cette sépulture forme comme les anneaux concentriques d’un serpent titanesque. Mais Eliott n’a cure de cette étrange panorama. Curieusement, il ne songe à rien. Il chute. Curieusement, sa vie ne défile pas devant ses yeux lorsque sa mort approche. Il ne songe à rien lorsque ses os et son crâne se brisent sur les roches au bas du précipice et qu'il expire son dernier souffle.

Image

à suivre...
Dernière modification par Carfax le jeu. déc. 05, 2019 4:36 pm, modifié 1 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... et poursuis avec Les 5 supplices revisités 
 

Répondre