[CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Initié
Messages : 189
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par AsgardOdin » mer. juin 19, 2019 3:57 pm

Je m'auto-cite du coup :
AsgardOdin a écrit :
mar. juin 18, 2019 12:31 pm
Le travail sur les illustrations est Image
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Banni
Messages : 1252
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Carfax » mer. juin 19, 2019 4:34 pm

AsgardOdin a écrit :
mer. juin 19, 2019 3:57 pm
Je m'auto-cite du coup :
AsgardOdin a écrit :
mar. juin 18, 2019 12:31 pm
Le travail sur les illustrations est Image
Merci :yes:.
Je prépare la prochaine partie. Elle devrait couvrir les deux escales si mes joueurs ne tergiversent pas trop...ce que je ne crois guère  :D les connaissant.  

EDIT : Un mot à présent sur cette dernière partie :
Spoiler:
Plutôt réussie dans son rythme et ses surprises. La présentation de l'échange des arcanums en deux passes a fait son petit effet : les PJs apprennent l'existence d'un échange puis que c'est eux qui sont directement concernés par celui-ci. L'idée de l'échange m'est venue d'une réflexion du joueur interprétant Thomas qui m'a menacé de représailles physiques si jamais je lui reprenais sa canne-sagaie. L'organisation de son oncle a bien dérobé initialement le heurtoir sachant par son réseau que des mandchoudiens fraîchement débarqués le recherchaient activement. Sachant Fong Lee enfuit et ayant aussi eu vent, d'une part, de l'intérêt des PJs pour ce heurtoir et, d'autre part et tjs par son réseau, que son neveu a hérité d'une sagaie afridien redoutable, il souhaite faire coup double : se débarrasser du heurtoir dont il se moque désormais - il sait perdu le gain pécuniaire avec le départ de Fong Lee, du moins il le croit - et obtenir l'artefact de Thomas. La deuxième surprise est la réapparition sous forme d'une ombre démoniaque du garde du corps de Fong Lee. Énorme effet !
La présence déguisée du Major qui ne trompe personne a également été appréciée et fait sourire les joueurs. Il n'y a que dans Les mystères de l'Ouest que Gordon n'est jamais reconnu par ses ennemis  :mrgreen:  ! Quant au tire incongru de son jeune acolyte lorsque la bande de malandrins les encercle sur le quai, j'ai testé la maîtrise de ses nerfs ; un échec critique (face 20 obtenue)  fut un régal. Je me souviens encore de la tête défaite du joueur de Ian après le tir incontrôlé de son allié  :D ... 
Concernant la disparition de Riu Ru...et bien elle est de mon fait pour divulguer aux joueurs des infos importantes qu'il m'était impossible avec la disparition du corps de Guang Ying dans le brasier de l'aérogare. Dans le scénar officiel, après avoir perdu son ombre dans le portail pectoral du collectionneur, le vieux maître souffle pas mal d'infos aux PJs avant de succomber dans un dernier râle. Je me suis dit que je pourrai passer par son disciple pour ce faire et, pour donner plus de drama à la scène, de le faire mourir. C'était pas mal en fait car cela donne un caractère sévère au Guang que les joueurs acceptent comme allié mais avec une méfiance encore accrue.
 
Dernière modification par Carfax le mer. juin 19, 2019 5:30 pm, modifié 4 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO Le vent se lève... et poursuis avec Les 5 supplices revisités 
 

Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Initié
Messages : 189
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par AsgardOdin » mer. juin 19, 2019 5:10 pm

Carfax a écrit :
mer. juin 19, 2019 4:34 pm
si mes joueurs ne tergiversent pas trop
Je n'ai jamais connu des joueurs comme ça.. Ce sont des légendes urbaines, les joueurs qui ne tergiversent pas !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Banni
Messages : 1252
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Carfax » mer. juin 19, 2019 5:24 pm

AsgardOdin a écrit :
mer. juin 19, 2019 5:10 pm
les joueurs qui ne tergiversent pas !

Pas faux mais je peux encore rêver...même à mon âge  :mrgreen:...
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO Le vent se lève... et poursuis avec Les 5 supplices revisités 
 

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Banni
Messages : 1252
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Carfax » mer. juil. 03, 2019 12:16 pm

Vieille église de Rabban - Bagdadi
 
Les yeux bleus azurs du vieil érudit arabidien scrutent les trois investigateurs occidentaux. Assis en tailleurs face à lui, ceux-ci ont fait un long voyage pour le rencontrer en sa demeure. Dans le clair-obscur et la fraicheur de l’antique antichambre sous les vielles ruines de l’église de Rabban, un silence règne. L’érudit cherche ses mots car les révélations rapportées à l’instant par ses trois visiteurs confirment ses craintes : le livre des ombres n’a point été détruit et, pire, celui-ci a disparu. Une menace pèse sur le monde.

D’un geste lent, tout à ses réflexions, l’homme masse sa barbe grisonnante. D’une voix calme mais pesante, il leur dévoile ce qu’il sait de ce livre. « Voilà des siècles avant notre ère, un érudit perse rédigea un livre intitulé Al Azifi “le Livre des Ombres”. Certains rapportent qu’il l’écrivit sous la dictée d’entités invisibles, d’autres qu’il le rédigea en rêvant. Plus tard, comme pour les anciens écrits perdus, l’ouvrage fut traduit en langue antique par les premiers religieux de l’Église de Bagdadi - ici même - qui le nommèrent Noctambula. Puis, un moine venu d’Asidi se présenta à Bagdadi sur recommandation du Saint Père et emporta le livre pour affronter les ombres. Cette histoire était consignée ici, dans les archives de l’église de Rabban que j’ai découvertes. ».

Sa voix se pose puis il reprend. « Il y a plusieurs mois ou même plusieurs années, un homme est venu me voir. Il avait en sa possession un ancien livre à la reliure de cuir. Il m’a dit que le livre l’avait conduit jusqu’ici. Quand j’ai vu l’ouvrage, j’ai deviné que c’était peut-être vrai. L’ouvrage avait retrouvé le chemin de Bagdadi depuis l’Asidi lointaine. J’ai gardé le livre durant trente jours avant de le renvoyer vers Bastion en lui recommandant de le faire disparaître. Mais votre présence ici et vos dires signifient tout le contraire. Vous suivez désormais sa piste afin de le retrouver ou retrouver ceux qui s’en sont emparés avant vous. ». Ses yeux dévisagent les trois hommes. « Il y a quelques jours, un imam de Bagdadi m’a rapporté que trois personnages aux yeux étrangement plissés ont tenté de s’introduire dans une ancienne basilique reconvertie en mosquée. D’après ses dires, ils recherchaient des informations sur le pèlerinage d’un moine venu d’Asidi. Mais ils n’ont pas eu l’opportunité de venir jusqu’à moi. ».

Les trois investigateurs écoutent avec attention. Ces dernières révélations font levés un sourcil à chacun d’eux. L’un deux au port altier et à la main gantée questionne « Que signifie la phrase « Iä ! Iä ! Cthulhu fhtagn ! » ? » L’érudit s’emporte et d’une grosse voix s’écrie « Ne prononcez jamais ces mots à haute voix. Ils portent jusque dans les rêves de celui qui gît sous les flots et ne doit pas être réveillé. ». Puis, soudainement apaisé, poursuit « Il me faut vous en dire plus sur la danse des ombres. Après avoir rendu le livre, j’ai procédé à des recherches. J’ai découvert que les pages de cet ouvrage sont rédigées avec des encres qui réagissent à la clarté de la Lune ou certaines lueurs provenant de chandelles rarissimes. Je vais vous montrer… ». De la manche de son ample vêtement, il extrait un étui de cuivre cylindrique qu’il décapuchonne. Puis, de ses doigts osseux, il en retire ce qui semble être un morceau de parchemin mais aussi une toute petite chandelle presque entièrement consumée. A la vue de celle-ci, l’investigateur à la peau noire s’emporte « Cessez ! Nulle besoin d’une démonstration ! Vous nous mettez en danger ! » et alors qu’il s’apprête à se redresser une main gantée le retient « Thomas, du calme ! Laissons poursuivre le vieil homme mais restons vigilants. ».

L’érudit déroule devant lui le parchemin sur le sol sablonneux et allume la chandelle. Celle-ci dégage immédiatement une odeur nauséabonde qui remémore de bien mauvais souvenirs aux trois visiteurs.  Ces derniers s’agitent sur leur céans. Tout en saisissant une poignée de sable, le vieil arabidien entame d’une voix monocorde une litanie lancinante « Ininia imperium spiritus esuriens tenebrae Shubnigurarcanum nil sine nimini antica, Ininia imperium spiritus esuriens tenebrae Shubnigurarcanum nil sine nimini antica, Ininia imperium spiritus esuriens tenebrae Shubnigurarcanum nil sine nimini antica, … ».

Peu à peu, les écritures cunéiformes couchées sur le vélin s’animent puis grandissent. Elles s’entremêlent, se mélangent. Une forme semble se dessiner et prendre vie. Une tête de chien, non de loup ? Celle-ci grossit encore. Mais, ni chien, ni loup, la gueule d’un dragon monstrueux se matérialise et brusquement se précipite sur les trois occidentaux qui se jettent en arrière. Mais avant qu’une morsure fatale ne meurtrit l’un deux, l’érudit recouvre le parchemin de sa poignée de sable et souffle la flamme de la chandelle. Le prénommé Thomas exulte et menace son hôte d’un doigt pointé « Nom de dieu, je vous avais averti de cette folie ! ».

Calmement, le vieillard pose une nouvelle fois sa voix grave. « Une créature de l’ombre vous traque. Je peux peut-être vous aider à lui échapper en vous livrant quelques lignes relevées dans le livre. À nos yeux, elles ne font qu’évoquer les ténèbres. Mais à ceux qui savent les lire, ces lignes sont le composant d’un sortilège permettant d’influencer les ombres. C’est pour elles que le moine Rabban était venu en occident. Ce parchemin, vous vous en doutez, est une page que j’ai déchiré du livre et je fais pénitence chaque jour que m’offre dieu pour cet acte. La phrase lisible signifie « Empire des Ombres esprit affamé ténèbres Shubniguarcane rien volonté dieux anciens ». Sa connaissance pourrait sauver vos vies face aux démons des ombres. Je vous lègue cette page ainsi que cette chandelle – que m’avez remise M Lansdales lors de sa visite pour mon étude de l’ouvrage – car toutes deux vous seront utiles dans votre quête. J’en ai la certitude, Dieu me le souffle. ».

Image

Extrait du Noctambula cédé aux personnages

Spoiler:
Image

à suivre ...
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO Le vent se lève... et poursuis avec Les 5 supplices revisités 
 

Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Initié
Messages : 189
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par AsgardOdin » mer. juil. 03, 2019 1:56 pm

Toujours aussi bien..  :yes:
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Banni
Messages : 1252
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Carfax » mer. juil. 03, 2019 3:38 pm

AsgardOdin a écrit :
mer. juil. 03, 2019 1:56 pm
Toujours aussi bien..  :yes:
Merci. Bien occupé en ce moment, j’ai pris du retard sur mes CR....je vais faire au mieux. :bierre:
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO Le vent se lève... et poursuis avec Les 5 supplices revisités 
 

Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Initié
Messages : 189
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par AsgardOdin » mer. juil. 03, 2019 3:56 pm

Carfax a écrit :
mer. juil. 03, 2019 3:38 pm
j’ai pris du retard sur mes CR
Ah, mais ma position va changer alors.. Allez hop hop hop @Carfax, au boulot pour le reste des Crs !  :escrime  (Sauf si tu as besoin de repos, c'est important le repos. Pour faire de meilleurs CR encore après  :ange: )
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Banni
Messages : 1252
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Carfax » lun. juil. 08, 2019 10:55 am

Aérogare coloniale - Bagdadi
Soirée suffocante de chaleur
 
Image
Eglise de Rabban
 
Les trois hommes marchent d’un bon pas dans les étroites ruelles de Bagdadi. Le soleil du désert tire sa révérence en ce début de soirée et pourtant la chaleur reste suffocante. Les odeurs n’ont rien d’exotique, les berges vaseuses du Tigre qui s’écoule lentement à quelques pâtés de maison dégagent des effluves nauséabonds. Le doux espoir d’humer de douces flagrances épicées a fui depuis belle lurette l’esprit du Lord. Lui et ses deux acolytes avancent dans un silence pesant. Tous trois songent aux révélations du vieil érudit mais aussi à ses présents. Ceux-ci ont fait l’objet de vives discordes entre eux quant à les accepter ou non. Finalement, ils sont repartis de l’église avec mais Thomas n’en démord pas et les considère comme des cadeaux « empoisonnés ».
 
Image
 
L’animation urbaine de la journée s’est éclipsée en cette heure tardive. Le souk comme les rues et ruelles qu’ils ont parcouru à l’aller se sont assagis offrant un retour rapide à l’aérogare coloniale de la ville. Trouver cette vielle église dans les méandres de Bagdadi n’avait pas était une sinécure et retrouver le confort même spartiate de l’aéronef n’est pas pour déplaire aux trois hommes.

Sur place, l’agent James Gueding les attend impatiemment. Ce dernier est empreint d’une certaine excitation car il est porteur de nouvelles susceptibles d’intérêt. Un asidien, équipier d’un aéronef mandchoudien en transit sur Bagdadi, est retenu depuis peu dans les geôles de l’aérogare suite à une altercation violente l’avant veille au soir. L’aéronef asidien est déjà reparti en abandonnant l’homme à son sort et, chose curieuse, le vaisseau fait route vers Bastion. Il en a eu confirmation auprès des autorités de l’aérogare mais aussi, du fait de son statut, obtenu la possibilité d’interroger le gredin. L’occasion faisant le larron, le groupe décide de profiter in media res de cette opportunité et rend visite au prisonnier accompagné de Miss Fang comme interprète.

La geôle est des plus sommaire. Petite, une minuscule lucarne pour aération, une simple paillasse est étendue à même le sol en terre battue, une écuelle contenant une poignée de pois chiches ainsi qu’une cruche d’eau sont posées juste à côté. Le détenu est emprunté et souffre visiblement de la chaleur. Il est vêtu d’une veste et d’un pantalon de soie de couleur noire ; une tenue somme toute identique à celles portées par les séides du sorcier mandchoudien à Bastion.

L’interrogatoire est vigoureux et aboutit à des confirmations mais aussi à des révélations. L’asidien concède que leur carnet de route les amène bien en Bastion mais il ne sait dans quel but n’étant pas le chef d’équipage. Sur lui, deux objets suscitent l’attention des investigateurs. Le premier est une publicité vantant les compétences d’un restaurateur de tapisseries et boiseries orientales, le deuxième est un petit bout de chandelle consumée. De par sa découpe caractéristique, Miss Fang la reconnait instantanément. Avant son départ de Shanghaidi pour son retour en Bastion, son employeur, Mr Lansdales, avait brisé en deux morceaux une frêle chandelle - à laquelle il semblait tenir énormément et dont elle détestait l'odeur lorsqu'il en usait – abandonnant l’un des deux morceaux dans le tiroir du scriban de son bureau en sa demeure Shangaïdienne et glissant le deuxième dans une de ses poches. Elle se souvient encore des mots qu’il avait soufflé ce faisant « Une frêle lueur dans les ténèbres dansantes ». Quant au papier publicitaire, les asidiens se devaient de retrouver une relique très ancienne restaurée en Bagdadi : une porte en bois exotique richement ornée.

En tarabiscotant le prisonnier, celui-ci avoue être un homme de main du sorcier. Cet aveu sonne sa mort à ses yeux et il implore les investigateurs de l’emmener en Mandchourie avec eux. Jouant sur cette corde, ces derniers apprennent en sus que les forces nippondienne viennent d’envahir le pays et que cela à fortement contrarier son maître qui a perdu son prisonnier retenu dans sa cache de Dairen, première ville portuaire de Mandchoudie.

Mais lorsque la porte de la geôle se referme à double tour, les cris d’abandon et les suppliques du prisonnier raisonnent aux oreilles du petit groupe qui ne s’encombrera pas d’un détenu pour la suite de leur voyage en Asidi.   

Image

Publicité fournie aux Pjs

Spoiler:
Image

à suivre...
Dernière modification par Carfax le lun. juil. 08, 2019 3:13 pm, modifié 2 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO Le vent se lève... et poursuis avec Les 5 supplices revisités 
 

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Banni
Messages : 1252
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Carfax » lun. juil. 08, 2019 11:14 am

NOTA BENE 

J'ai omis  :pri un détail important lors de la rédaction des précédents CR relatant l'affrontement des PJs avec le démon au Phare des Baleines. Lors de ce combat, Thomas a récupéré au doigt de son oncle un anneau. En position de faiblesse face à son neveu, celui-ci dans le feu de l'action tenta d'actionner un anneau qu'il portait à l'un de ses doigts mais, vigilant, Thomas s'en aperçu avant et l'en démuni immédiatement. Une fois la tempête passée, Thomas confia l'anneau à Ian pour qu'il puisse investiguer à son sujet quant à sa nature arcanique ou non. Il s'avéra que celui-ci est bel et bien un arcanum et Thomas le donna à Ian. Le pouvoir de cet anneau est conséquent car il permet de remonter le temps mais, pour le moment, Ian ne sait trop comment en faire usage. Sa première tentative fut un saut très bref de quelques secondes au cours d'un simple test devant ses deux amis. Nous verrons par la suite qu'un premier usage critique va s'imposer...

Spoiler:
Comme MJ, cet anneau m'offre la possibilité de donner une arcana à mon troisième joueur qui en été démuni. L'équipe est désormais bien munie pour pousuivre l'aventure.
 
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO Le vent se lève... et poursuis avec Les 5 supplices revisités 
 

Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Initié
Messages : 189
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par AsgardOdin » lun. juil. 08, 2019 11:31 am

:yes: Vraiment intéressant cet épisode !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Banni
Messages : 1252
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Carfax » lun. juil. 08, 2019 2:51 pm

AsgardOdin a écrit :
lun. juil. 08, 2019 11:31 am
:yes: Vraiment intéressant cet épisode !
La suite du coup ;)
 
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO Le vent se lève... et poursuis avec Les 5 supplices revisités 
 

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Banni
Messages : 1252
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Carfax » lun. juil. 08, 2019 2:59 pm

Enseigne Morrisson - Souk de Bagdadi
Chaude matinée

 
L’antiquaire Morisson a pignon sur rue et trouver son officine est fort aisé. Celle-ci s’étale avec fierté le long de trois numéros d’habitations en plein souk de Bagdadi. Le magasin est imposant mais, étrangement pour un commerce dont l’annonce vante son ouverture tous les jours de l’année, il est toujours porte-close lorsque les investigateurs arrivent devant le lieu en cette fin de matinée.
 
Image
 
James Gueding, perplexe, frappe aux carreaux vitrés de la porte d’entrée tout en se penchant pour y risquer un œil. « N’y a-t-il âme qui vive ? » interroge le lord posté dans le dos de l’agent. Au travers la vitre ensablée et poussiéreuse de l’un deux, Gueding entrevoit des hommes qui en molestent un autre. Son sang ne faisant qu’un tour et sans consulter qui que ce soit, il sort son arme de service et tire dans la serrure bloquée puis, d’un coup d’épaule, ouvre violemment la porte et s’y engouffre.

La pièce est vaste et profonde. Sur ses côtés, des étagères emplies de breloques font office de murs séparateurs ; en son fond, un comptoir d’accueil de la clientèle derrière lequel quatre gredins secouent durement un marchand apeuré. A la vue des intrus et alors qu’un agresseur s’abaisse immédiatement derrière le comptoir avec sa victime, les autres malfrats sortent chacun une arme de poing et font feu.

Richard peste devant tant de promptitude mais s’engouffre à la suite de l’agent impérial, tout comme Thomas qui tire au clair sa canne-sagaie. Une première détonation, mais Gueding dans sa précipitation manque sa cible. Au-dessus de sa tête, le sifflement de la canne-sagaie perce ses oreilles. D’un maître tire, celle-ci embroche en plein cœur un belligérant qui s’éparpille en poussière. Mais pourtant Thomas peste, sa canne est rétive et ne revient pas dans sa main malgré son injonction. Entre-temps, Richard use du pouvoir de son gant pour apparaître accroupi au pied du comptoir et taper d’un vif coup de canne la main armée d’un des malfrats qui s’y était appuyé pour mieux ajuster son tir.

Resté quelque peu en retrait de la fusillade pour protéger Miss Fang qui accompagne le groupe, Ian tente néanmoins d’abattre un assaillant. Il fait feu mais loupe son tir qui se perd avec fracas dans la vitre de la porte de service située derrière la banque d’accueil. Mais alors qu’il s’apprête à récidiver son tir, il entend retentir dans son dos un gong. Puis tout va très vite. Tournant sa tête, il comprend que Meï vient de le sauver d’un traitre coup de poignard. Son agresseur, jusque-là resté invisible, vient de surgir du côté assombri de la pièce où il s’était tapi. Miraculeusement, d’une parade inopinée à l’aide d’une grande assiette en bronze saisie précipitamment sur une des étagères à proximité, Meï vient de dévier un coup fatal portée aux reins du major. Malheureusement, l’agresseur n’est pas en reste et de son autre main, également armée d’une large lame, surine la jeune femme en plein ventre. Meï suffoque. Les yeux vaguent, chancelante, elle hoquète un « Ian » désespéré. Lentement, luttant contre sa stupéfaction, le major monte son bras tendu jusqu’à hauteur de tête de l’assassin qu’il éclate d’une balle tirée entre ses deux yeux.

Seul un malandrin a pu s’échapper par la porte de sortie, tous ses acolytes sont à terre, morts. Le combat fut prompt. En un éclair, les canailles ont été terrassées. Alors que Thomas file à la poursuite de l’évadé pour rapidement revenir bredouille et que Gueding relève le pauvre Morisson encore terrorisé par son agression, Richard se précipite porter secours à Meï. Vainement, en désespoir de cause, il tente de stopper la terrible hémorragie de sa blessure. Au-dessus de lui, hébété, toisant la scène tel un pantin inanimé, Ian reste figé face à la mort certaine de sa promise. « Secoue-toi donc…Ian…ton anneau…vite… ». Les mots de Richard carillonnent dans la tête du major jusqu’à produire un déclic. Enfin. D’un mouvement brusque, il saisit entre son pouce et son index son anneau enfiché sur son annulaire droit et, songeant à sa première rencontre avec la jeune femme, lui applique un quart de tour.

Sa vision se trouble. Une puissante nausée l’envahie puis des tremblements le font tressauter. Soudain, tout s’anime. Gong. La lame déviée dans son dos. Sa volte-face. Le bras armé du malandrin s’apprêtant à frapper mortellement sa dulcinée. Une deuxième chance ?

De tout son poids, Ian percute l’assassin déviant in extremis la lame mortelle de sa cible. Puis, raffermissant sa poigne sur son revolver, il plaque le canon encore brûlant de son précédent tir sur le ventre de son ennemi et actionne la gâchette. La masse inerte de la crapule choit à ses pieds renversant quelques étagères au sol dans sa chute. Arrivée dans son dos, Richard s’inquiète d’un « Tout va bien ? ». Regardant le visage soulagé de Meï, Ian rétorque un laconique « Oui... », tout encore à sa stupéfaction quant à la puissance de son arcanum.

à suivre...
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO Le vent se lève... et poursuis avec Les 5 supplices revisités 
 

Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Initié
Messages : 189
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par AsgardOdin » lun. juil. 08, 2019 4:09 pm

Du coup j'ai plein de questions : 
-> C'était prévu cet évènement ou c'était fortuit et tu en as profité ? 
-> Quel est le coût pour celui qui utilise cet arcanum ?
-> A quel fréquence peut-il l'utiliser ?
:D
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Banni
Messages : 1252
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][Into The Odd] Les 5 supplices revisités

Message par Carfax » lun. juil. 08, 2019 5:32 pm

AsgardOdin a écrit :
lun. juil. 08, 2019 4:09 pm
C'était prévu cet évènement ou c'était fortuit et tu en as profité ? 
Totalement fortuit. Dans le feu de l'action, je me suis dit que l'agresseur du major pourrait menacer sa dame et démontrer ainsi la puissance de son arcanum. Mais sur le choc, le joueur est resté complètement pantois avec une décision vengeresse en bête conséquence. Incroyable. Les deux autres joueurs n'y croyait pas et c'est celui interprétant le lord qui s'est précipité comme narré pour lui souffler la solution  :??: !
AsgardOdin a écrit :
lun. juil. 08, 2019 4:09 pm
Quel est le coût pour celui qui utilise cet arcanum ?
-1d6 esprit avantagé ou désavantagé selon la pensée du PJ pour déclencher l'effet. Puis jet de sauvegarde d'Esprit. Si échec, pas d'effet. 
Ici, le joueur m'a spécifié qu'il songeait à sa première rencontre avec la PNJ. J'ai trouvé cela pertinent et lui ai avantagé son dé de perte d'Esprit. Inutile de te dire qu'il a tremblé au moment du jet de sa sauvegarde.
AsgardOdin a écrit :
lun. juil. 08, 2019 4:09 pm
A quel fréquence peut-il l'utiliser ?
1/jour

 
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Une envie pressante de courir en Terre du Milieu ?
J'ai narré sur CNO Le vent se lève... et poursuis avec Les 5 supplices revisités 
 

Répondre