[CR] Curse of Stradh, Journal de Bran

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Antharius
Messie
Messages : 1106
Inscription : mar. janv. 15, 2013 3:23 pm
Localisation : Vendée

[CR] Curse of Stradh, Journal de Bran

Message par Antharius » dim. avr. 14, 2019 10:11 am

J'ai enfin la chance d'être joueur sur une campagne DD5 et du coup, bonne résolution oblige, je rédige les aventures de mon personnage Bran Soleil Gri , guerrier.

Voici donc le scénario d'introduction ^^


 Journal de campagne DD5 Curse of Stradh, 1 : la première mort de Bran

Je suis mort sur le champs de bataille des mains d'une créature mort-vivante.

Enfin ça aurait été tellement plus simple de rejoindre mes compagnons d'armes dans la tombe, massacré par cette chose immortelle...

Maintenant je suis perdu dans cette forêt, un déserteur sans honneur: je survie de mon mieux en me rappelant les vieux conseils de mon paysan de père et, parfois, en allant chaparder des œufs dans une ferme isolée.

Je perds un peu la notion du temps qui passe, je ne fais que chercher un peu d'eau, un peu de nourriture, un peu de repos et ça recommence.

Mais depuis un moment, je sais que quelqu'un me suit, un chasseur qui me traque, moi le déserteur.

Je ne vais pas continuer à courir comme un enfant apeuré et je décide de l'affronter en choisissant une clairière, de me reposer et vendre chèrement ma pauvre vie!

Image

Il arrive avec son "chien"

Image

Image


Il est hors de question que je me laisse emmener au gibet sans combattre! Il est impossible que tout se termine comme ça...

Je lui porte un violent coup de ma hache d'arme et mon bouclier écarte son épée. hélas il est bien plus rapide que moi et profite de l'ouverture sur mon flanc pour me planter la pointe de sa dague, blessure mineure mais rapidement je tombe dans les vapes... Empoisonnée... fumier...



Quelques jours plus tard, je me réveille sur le sol froid d'une cellule. J'ai le souvenir d'être passé devant une cour seigneuriale et d'avoir été reconnu coupable de désertion et condamné à mort!

Il ne me reste plus qu'à attendre qu'on vienne me chercher pour être pendu!

Image


Perdu dans mes cauchemars, je revois mes anciens camarades qui viennent me hanter et me demander pourquoi j'ai survécu si c'est pour finir comme ça.

Je connais pas bien les Dieux et les religions, j'ai fait mon éducation en plantant des navets puis en prenant des coups pendants mes classes mais, cette nuit-là, je promet à qui m'entends que mon bras doit servir le Bien! 

Le lendemain, les gardes m’emmènent pour le gibet. Sortant du château, j'apprends que je suis dans la "belle" ville de Daggerford... Les rues sont pleine de vie et je me rends compte que nous commençons à sortir de la ville même.

Image

Puis les gardes me font m'arrêter devant une ferme isolée où vit un vieil homme, m'indique que je dois faire tous les travaux demandés par le fermier!

J'ai la vie sauve pour aujourd'hui et le retour à la terre me fait du bien. Je fais donc mon travail et, pensant mourir demain, je ne m'économise pas!

Cette nuit-là, je sent une présence bienveillante, je n'ai aucune idée de qui sait mais cela me réconforte.

Le lendemain, même chose... retour à la ferme.

Puis encore un autre jour à travailler pour un menuisier...

Puis pour un maçon...

Puis... Chaque jour je part donc travailler, aider les gens et je me sens bien, serein. Si je dois mourir demain au moins j'aurais aidé avant. Mon crime reste mais son poids sur mes épaules et dans le regard des gens devient supportable.

Un jour, je dois nettoyer un ancien entrepôt abandonné et faire le tri entre déchets et objets de "valeurs". Je tombe alors sur une magnifique épée, abandonnée et inutile ici. C'est idiot mais je me sens "proche" de cette épée: nous sommes tous les deux au rebut alors même que nous pourrions faire encore tant de chose...

Image

Mais ce moment passe...

Les mois passent...

Un matin j'entends des cris de rage et de cavalcades, les gardes passent devant ma cellule sans répondre à mes questions. L'un d'entre eux, enfin, vient me chercher, me redonne mon armure et me laisse prendre un peu soin de moi avant de m'emmener dans le hall du château.

Là, "mon" chasseur, Herman, essaye de calmer/discuter avec une volcanique Dame qui bouillonne de colère: Dame Morven.

Image

Je comprends que la fille de Dame Morven s'est enfuie avec un douteux jeune homme, suspecté de pratiquer la nécromancie.

Herman reçoit pour ordre de la ramener! Mercenaire, il négocie sa prime et ajoute une condition: ma libération!

La Dame accepte et je pars donc avec Herman et Moloch, son molosse retrouver cette jeune femme. Avant de partir, il me donne l'épée abandonnée dans cet entrepôt. je le regarde sans comprendre et il me dit juste qu'il n'aime pas les trucs abandonnés.


Dans la forêt, c'est dans cette même satanée forêt que nous retournons. mais, cette fois-ci, je suis du côté des justes. Rapidement Herman retrouve la trace des fuyards et me confie la mission simple suivante: avance droit sur l'entrée de la caverne et c'est tout. Un bel appât quoi.

Mais je suis ses ordres, c'est ma chance de me rendre utile et de sauver une innocente.

Je tombe rapidement sur "l'atelier" du nécromant. Ce dernier est en train de décrire à la jeune femme attachée par de cruelles menottes à la paroi de la grotte ses projets pour le monde!

Image

Je le laisse m'entendre approcher et me place rapidement entre lui et la jeune fille. Il prends le temps de me regarder de haut, moi je ne prends pas le temps et mon épée vient le ramener de façon sanglante à la réalité.

Il siffle alors dans une sorte d'os et je vois sortir de terre une abomination constituée des corps, non c'est impossible... des corps de mes anciens compagnons d'armes.

Image

Herman, lui, s'occupe d'une autre créature monstrueuse.

Le combat est violent et je dois puiser dans mes dernières forces pour enfin porter le coup fatal au nécromancien et à sa chose.

La jeune fille est sauve et nous pouvons retourner au château.

Comme promis Dame Morven accepte ma libération mais exige qu'une lame comme la mienne reste à son service pendant encore trois ans pour protéger sa fille et la vie des habitants de sa ville.

Je rentre donc dans la garde de ma Dame.

La seule condition est de changer de nom car après tout je suis déjà mort.

C'est donc avec la nouvelle aube que je commence une nouvelle vie en tant que Bran Soleilgris!

Image

Avatar de l’utilisateur
Antharius
Messie
Messages : 1106
Inscription : mar. janv. 15, 2013 3:23 pm
Localisation : Vendée

Re: [CR] Curse of Stradh, Journal de Bran

Message par Antharius » mar. mai 07, 2019 4:50 pm

La suite des aventures de Bran avec un voyage en des terres maudites ^^: Journal de Bran, chapitre 2

Avatar de l’utilisateur
Antharius
Messie
Messages : 1106
Inscription : mar. janv. 15, 2013 3:23 pm
Localisation : Vendée

Journal de campagne DD5 Curse of Stradh, 3 : De crocs et de morts

Message par Antharius » lun. août 12, 2019 4:05 pm

Mise à jour un peu à la bourre (la partie remonte un peu maintenant)

Journal de campagne DD5 Curse of Stradh, 3 : De crocs et de morts
 
Image
 La routeAprès de très longs débats sur quoi faire ou juste où aller, nous décidons de partir au nord de la Barovie.

La journée se passe sans encombre. c'est à la tombée de la nuit, et de cette mystérieuse brume, que nous rencontrons enfin "quelqu'un": des chevaux immenses, noirs, aux yeux rouges démoniaques tirant une calèche noire.
 
Image
 
J'ai l'impression d'apercevoir un noble qui nous salue au passage de cette attelage des enfers. Sûrement le Comte Stradh...
 
Après une telle rencontre, le groupe de trappeurs qui nous bloquent le chemin d'un air patibulaire ne nous perturbe en rien. Ils nous laissent passer en plaisantant sur le fait que "ce diable de Stradh aura votre peau de toute façon, étrangers!" Charmant.
 
La nuit étant déjà bien entamée nous montons le camps et je prends le premier tour de garde. C'est à ce moment, quand je me retrouve vraiment seul que je ressens cette présence lointaine qui me transperce de son regard. Je tourne la tête et je ne suis qu'à peine étonné de voir l'ombre du château de Stardh et une silhouette qui semble me saluer. Mon sang se glace un court instant.
 
Je passe mon tour de guerre au Père Aldemar et essaye de trouver le sommeil.
 
J'ai l'impression de dormir depuis un instant quand j'entends les croassements d'un corbeau qui semble nous prévenir d'un danger: nous sommes attaqués par des loups monstrueux:
 
Image
 
Le combat est rude, mon bouclier bloque les griffes de ces monstres et mon épée taille les chairs maudites mais je fatigue.
 
Mes compagnons ne sont pas en reste et la demie-portion fait preuve d'un vraie talent pour les feux d'artifices et repousse à lui seul plusieurs loups.
 
Mais mon attention se porte sur mon Père qui trébuche, je porte mon bras en avant pour bloquer les mâchoires de la bête avec mon bouclier... Aldemar n'a rien mais je suis violemment mordu au bras. La masse du prêtre fracasse le crâne de la bête.
 
Bête qui, sous nos yeux, rapetisse, se transforme et devient le corps inerte d'un humain... 
 
La morsure de mon bras prend une signification bien plus dramatique. Pour Iskeos également. Nous verrons bien si la malédiction nous frappe à la prochaine pleine lune.
 
 Le matin encore jeune, nous poursuivons notre chemin en obliquant vers l'ouest: la route n'est même plus pavé et nous franchissons à nouveau des grilles qui s'ouvrent en grinçant à notre passage. Elles se renferment dans notre dos avec un clac sinistre.
 
C'est sur cette route que nous croisons une bien étrange apparition: 
 
Image
 
Un chevalier, ou plutôt son âme vengeresse, qui se dirige droit vers le château de Stradh pour lui faire payer la mort de son ordre "Le Dragon d'Argent". Ce vengeur ne semble même pas se rendre compte qu'il est mort et poursuit sa route sans tarder.
 
Cette contrée est une vraie abomination quand même l'honneur devient une farce mort-vivante.
 
De drôles de pâtisseries
Pour le moment, sur la question du chemin à suivre, nous n’avons pas beaucoup discuté mais lors qu’arrive l'embranchement suivant, Dimble et Syrielle refusent catégoriquement que nous fassions un détour par le moulin entraperçu entre les arbres.
 
Image
 
 
Ces citadins n'ont aucune conscience de l'importance d'un moulin, de sa présence ici et des informations que nous pouvons obtenir près du meunier.
 
Je m'avance donc vers le moulin et je suis agréablement surpris de voir qu'Iskéos est de mon avis. Il y a peut-être du bon en lui en fin de compte ^^
 
Arrivé à coté de la palissade en bois entourant le moulin, revoilà notre "ami" corvidé qui semble vouloir nous interdire d'entrer: interdire d'entrer dans une ruine ? Nous nous passons de son avertissement.
 
La suite hélas lui donnera raison et j'ai peur de ne pas finir d'entendre Dimble radoter sur "oui le corbeau a raison ..."
 
Le moulin est une ruine et l'intérieur est presque pire avec une odeur nauséabonde dès le rez-de-chaussée: une mixture répugnante macère dans un vieux tonneau au milieu de la pièce.
 
Nous montons à l'étage et nos doutes, au Père et moi-même, sont confirmés: c'est l'antre d'une sorcière!
 
Image
 
Le combat s'engage immédiatement, au grand drame de Dimble et Syrielle qui voulaient opter pour un recul stratégique.
 
Surtout que deux choses rejoignent la sorcière en passant à travers le plafond: ses filles monstrueuses.
 
Image
 
Les coups, les sortilèges, les griffes, les blessures, des amis qui tombent au combat... Nous sommes pas loin de la fin quand une forme jaillit par la fenêtre, une ombre de fumée noire qui abat la dernière sorcière debout.
 
Je peut juste entrapercevoir une silhouette presque humaine dans cette fumée avant de m'effondrer.
 
Les blessures soignées, nous retrouvons deux enfants, prisonniers des sorcières, vendus par leurs parents pour se payer les tourtes oniriques de la mégère. Ce monstre droguait ses tourtes avec une mixture rendant dépendant et poussant aux dernières extrémités ses victimes...
 
Avec Iskéos, malgré ce terrible combat, nous pouvons donc être fier d'avoir imposer cette halte à nos compagnons et mis fin à cet horrible commerce!
 
N'en déplaise à Dimble ^^
 

NB du joueur: sur la rencontre avec les guenaudes, nous sommes pas passé loin de la catastrophe avec trois personnages au sol: c'est là une des difficultés de cette campagne, les rencontres sont disposées à certains endroits avec leur "niveau" et donc si on s'intéresse de près à la "mauvaise" rencontre au mauvais moment ("pas le niveau"), ça peut vite finir en TPK... ^^

Répondre