[CR Maison] Les Mystères de Paris (MAJ 18/09/19)

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
Avatar de l’utilisateur
Ego'
Dieu de la taverne
Messages : 6368
Inscription : ven. nov. 28, 2003 2:04 pm
Localisation : derrière le comptoir (à Metz)

Re: [CR Maison] Les Rivières de Paris (MAJ 29/06/19)

Message par Ego' » lun. juil. 01, 2019 3:12 am

Je découvre, et les pages de ton CR défilent. C'est très plaisant et intrigant :yes:
Dommage pour les illustrations, les liens sont HS. Je pars reprendre ma lecture...

Merci pour le partage :bierre:

Avatar de l’utilisateur
Sammael99
Dieu des babines ruinées
Messages : 11096
Inscription : mer. sept. 15, 2004 11:43 pm
Localisation : Hong Kong, Chine

Re: [CR Maison] Les Rivières de Paris (MAJ 29/06/19)

Message par Sammael99 » lun. juil. 01, 2019 4:04 am

Ego' a écrit :
lun. juil. 01, 2019 3:12 am
Je découvre, et les pages de ton CR défilent. C'est très plaisant et intrigant :yes:
Dommage pour les illustrations, les liens sont HS. Je pars reprendre ma lecture...

Merci pour le partage :bierre:

Ce sont des photos de Paris, les illustrations. Mais je n'ai pas eu le temps de les refaire correctement. Ca va viendre.

Merci en tous cas, content de te savoir parmi les lecteurs !
Mozart n'a pas écrit que le Boléro de Ravel. Mais aussi plein d'autres trucs beaucoup moins connus (comme le canon de Pachelbel). - Le Grümph

Avatar de l’utilisateur
Herlkin
Prêtre
Messages : 311
Inscription : mer. avr. 27, 2016 3:17 pm
Localisation : Paris

Re: [CR Maison] Les Rivières de Paris (MAJ 29/06/19)

Message par Herlkin » lun. juil. 01, 2019 5:00 pm

Je trouve que l'irruption de l'Historique dans le monde moderne est particulièrement bien venu pour densifier cette histoire...j'avoue plus me sentir plus dans un roman que dans un CR de partie de JdR ;-)
Ce genre d'interruption fonctionne souvent...enfin j'ai le même goût que toi pour ce genre d'épisode.
"Lorsque vous avez éliminé l’impossible, ce qui reste, si improbable soit-il, est nécessairement la vérité."
Sherlock Holmes

Avatar de l’utilisateur
Sammael99
Dieu des babines ruinées
Messages : 11096
Inscription : mer. sept. 15, 2004 11:43 pm
Localisation : Hong Kong, Chine

Re: [CR Maison] Les Rivières de Paris (MAJ 29/06/19)

Message par Sammael99 » mer. juil. 03, 2019 5:22 am

Episode 7.2

Pendant les jours qui ont suivi, on a pas entendu parler d'Epervier. C'était pas inhabituel, mais on était quand même pas rassurés. Les choses étaient tendues à Paname. La préfecture avait déclaré son allégeance à De Gaulle, les panzer étaient postés à l'extérieur, et ça canardait sec. Des gamins qui voulaient rejoindre les FFI avaient été piégés par des collabos et executés par les nazis.

Bref, quand Dynamo nous a fait savoir à travers nos codes téléphoniques qu'on devait se retrouver au point de rendez-vous dans la nuit du 24 au 25 on se doutait que ça ne serait pas pour une partie de cartes. J'ai enfourché mon vélo, et j'ai tracé vers les Halles. Je me suis fait repérer par une patrouille de boches à vélo qui m'ont coursé jusqu'à St Germain l'Auxerrois. Je suis passé devant le point de rendez-vous avec deux nazis au cul. Heureusement, Dynamo a vite réagi. Je crois qu'elle a aimanté les deux vélos Allemands, et les patrouilleurs se sont écrasés au sol, enlacés comme leurs vélos.

On s'est retrouvé quelques minutes plus tard. Les nouvelles n'étaient pas bonnes.

- J'ai eu Epervier à la radio, a commencé Dynamo, visiblement remuée.
- Et alors ?
- L'urgence du moment c'est qu'il faut qu'on trouve le poste de commandement du sabotage de Paris sous l'Assemblée Nationale et qu'on les empêche de faire une connerie.
- Sabotage ?
- Les nazis ont truffé tous les ponts et les monuments d'explosifs. Ils allaient tout faire sauter avant l'arrivée de Leclerc, mais le consul de Suède a réussi à négocier une reddition pacifique. Mais Epervier m'a dit qu'ils ont peur que le SS en charge du poste de sabotage refuse de suivre les ordres. Il faut qu'on y aille au plus vite pour éviter le pire.
- Super, on y va alors.
- Oui, juste deux secondes. Je crois qu'Epervier est morte.
- Quoi ?
- Oui. A la fin de la conversation j'ai entendu des coups de feu, et puis une voix. Un type qui s'appelait Le Vautour. Visiblement un ancien collègue d'Epervier. Je vous dirais le détail plus tard, mais à la fin elle s'est mise à hurler, et je ne pense pas que ça soit bon signe.
- Epervier a cané? j'ai dit incrédule.
- J'en ai peur. Mais on a pas le temps de s'attarder dessus. En route!

Arrivés aux alentours de l'Assemblée Nationale, Langue-Pendue nous explique qu'il venait régulièrement s'entraîner à l'escrime avant-guerre avec un député de ses amis.

- Il y a une salle de gymnastique au sous-sol. Et une entrée latérale qui devrait être moins gardée que l'escalier principal.

On s'est glissé vers cette entrée de côté. La grille était en fer forgé, mais on a pu apercevoir au travers la silhouette d'un soldat posté devant la porte intérieure.

- Je m'en occupe, a dit Langue-Pendue.

Il a pris son air constipé, comme à chaque fois qu'il se concentre, et d'un seul coup le soldat a éclaté en sanglots et a dit quelque chose en schleu. Langue-Pendue nous a dit plus tard qu'il lui avait filé un bon coup de peur pour sa vie. Bref, il s'est carapaté.

Ensuite j'ai essayé de forcer la serrure avec les outils de Dynamo, mais j'ai perdu la main. Dynamo a dit qu'on ne pouvait pas attendre, et elle a mis la main sur la serrure. On a vu une poudre de rouille s'échapper par le trou, et elle a juste ouvert la porte. La serrure était détruite, complètement rouillée.

On est rentré dans les jardins, puis on a couru jusqu'à la porte d'entrée. On l'a forcée, et Langue-Pendue nous a guidé vers les sous-sols. Assez vite, on a entendu des voix, une altercation en Allemand.

- Il faut qu'on se dépêche a dit Langue-Pendue en courant.

Un peu plus loin, on a aperçu une pièce éclairée. Il y avait quatre soldats nazis et un officier SS. Sur la table devant eux, un amas de cables qui partaient vers différentes canalisations dans les murs de l'Assemblée. Au bout de la table il y avait un gros détonateur qui reliait tous les circuits de cables.

Le SS avait une main sur le détonateur et de l'autre il pointait son Lüger vers ses collègues. Les quatres soldats avaient aussi leurs pistolets au poing. L'un d'entre eux essayait de raisonner son collègue en noir. Langue-Pendue nous a raconté après ce qu'ils s'étaient dits.

- Tu as entendu les ordres du Gouverneur. On ne déclenche pas les explosifs, Günther!
- C'est un traitre! Le Führer a exigé que Paris brûle plutôt que d'être libéré. Paris brûle-t'il ?
- Ne sois pas fou, Günther! On a tous nos pistolets pointés sur toi. Si on tire, tu vas juste mourir en ayant désobéi aux ordres, ignominieusement. Et tu n'auras pas le temps de raser Paris de toute façon.

Il n'y avait pas une minute à perdre. J'ai manipulé les fluctuations de la chance pour que le mécanisme ait un défaut si jamais il était activé. Dynamo, quand à elle, a transmuté les fils de cuivre en fils de plomb. Mais au final, c'est encore une fois les manipulations mentales de Langue-Pendue qui nous ont sauvé du pire. Il a imposé un grand calme au SS qui allait appuyer sur le détonateur. Au bout d'un moment, il a descendu son pistolet, en parlant, très calmement, à ses collègues.

L'un d'entre eux a pris son pistolet, pendant qu'un autre sectionnait tous les branchements sur la table. Notre travail était accompli.

On est ressortis de l'Assemblée Nationale aussi discrètement qu'on y était rentré. Dehors, le jour se levait, un jour magnifique. On a marché vers la Tour Eiffel, et Dynamo a fini de nous raconter ce qu'elle avait entendu dans le poste de radio après qu'Epervier lui ait passé les ordres. Après les coups de feu, elle a entendu une voix d'homme, et elle en a déduit qu'il s'agissait du Vautour :

VAUTOUR : C'est la fin des haricots, ma cocotte !

EPERVIER : Vautour ! J'aurais du me douter que tu avais rejoint les salopards...

VAUTOUR : J'ai juste compris de quelle côté les tartines étaient beurrées !

EPERVIER : Sauf que Paris va être libéré ! Tes copains Drachen vont rentrer chez eux la queue entre les jambes !

VAUTOUR : Tu crois encore que c'est la politique qui m'intéresse ? Ha ! Avec ce que j'ai appris et acquis, la France ou l'Allemagne, je m'en tamponne ! C'est moi qui durerai mille ans, pas le Reich !

EPERVIER : Pourriture !

VAUTOUR : Assez palabré. Adieu, Epervier !

Là, elle a entendu les hurlements d'Epervier et elle a compris que c'était fini.

Dynamo avait la larme à l'oeil en terminant son histoire, et je dois dire que j'étais pas loin d'être de la même humeur.

FIN DE L'EPISODE 7
Mozart n'a pas écrit que le Boléro de Ravel. Mais aussi plein d'autres trucs beaucoup moins connus (comme le canon de Pachelbel). - Le Grümph

Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Pratiquant
Messages : 229
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR Maison] Les Rivières de Paris (MAJ 03/07/19)

Message par AsgardOdin » mer. juil. 03, 2019 2:01 pm

Sammael99 a écrit :
mer. juil. 03, 2019 5:22 am
Là, elle a entendu les hurlements d'Epervier et elle a compris que c'était fini.
C'est triste.. mais ils ont sauvé Paris ! :bierre:
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."

Avatar de l’utilisateur
Loris
Dieu des cataphiles argentiques
Messages : 16649
Inscription : mer. juil. 30, 2003 3:04 pm
Localisation : Singapore sling
Contact :

Re: [CR Maison] Les Rivières de Paris (MAJ 03/07/19)

Message par Loris » mer. juil. 03, 2019 3:04 pm

Très classe, ce chapitre. :)
"Over the centuries, mankind has tried many ways of combating the forces of evil... prayer, fasting, good works and so on. Up until 'DooM', no one seemed to have thought about the double-barrel shotgun. Eat leaden death, demon!"
~Terry Pratchett

Avatar de l’utilisateur
Sammael99
Dieu des babines ruinées
Messages : 11096
Inscription : mer. sept. 15, 2004 11:43 pm
Localisation : Hong Kong, Chine

Re: [CR Maison] Les Rivières de Paris (MAJ 03/07/19)

Message par Sammael99 » mer. juil. 03, 2019 6:23 pm

Content que ça vous plaise !

Suite et fin du premier arc demain !
Mozart n'a pas écrit que le Boléro de Ravel. Mais aussi plein d'autres trucs beaucoup moins connus (comme le canon de Pachelbel). - Le Grümph

Avatar de l’utilisateur
Sammael99
Dieu des babines ruinées
Messages : 11096
Inscription : mer. sept. 15, 2004 11:43 pm
Localisation : Hong Kong, Chine

Re: [CR Maison] Les Rivières de Paris (MAJ 03/07/19)

Message par Sammael99 » ven. juil. 26, 2019 9:09 am

Juste un petit mot pour vous dire que je n'ai pas encore attaqué l'épisode 8 mais ça ne saurait tarder.

J'ai également fait deux playtests en one-shot cet été, même si le jeu se prête assez mal à ce format. Ca m'a permis d'affiner certains aspects mécaniques.
Mozart n'a pas écrit que le Boléro de Ravel. Mais aussi plein d'autres trucs beaucoup moins connus (comme le canon de Pachelbel). - Le Grümph

Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Pratiquant
Messages : 229
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR Maison] Les Rivières de Paris (MAJ 03/07/19)

Message par AsgardOdin » ven. juil. 26, 2019 8:28 pm

Sammael99 a écrit :
ven. juil. 26, 2019 9:09 am
Ca m'a permis d'affiner certains aspects mécaniques.
Lesquels si ce n'est pas indiscret ?
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."

Avatar de l’utilisateur
Sammael99
Dieu des babines ruinées
Messages : 11096
Inscription : mer. sept. 15, 2004 11:43 pm
Localisation : Hong Kong, Chine

Re: [CR Maison] Les Rivières de Paris (MAJ 03/07/19)

Message par Sammael99 » lun. sept. 09, 2019 4:42 pm

Image

Episode 8

"Il fallait qu'on retrouve cette ordure de Vautour et qu'on lui fasse payer. Et puis il fallait aussi qu'on retrouve la caisse de livres, et ça ça voulait dire mettre la pogne sur L'Oreille. Mais c'était pas comme si on croulait sous les pistes, sans compter que Paris venait d'être libéré dans la nuit, c'était un bazar sans nom...

Langue-Pendue est allé au Meurice. Il se trouve que sa soeur travaillait comme secrétaire pour les nazis et passait des informations en douce à la résistance via son frangin. Quand il y est arrivé, elle avait été arrêtée, mais elle n'étais pas inquiète. Il a réussi à convaincre un officier de lui laisser parler avec elle brièvement, et il lui a expliqué qu'il y avait un traître au 13. Il lui a demandé si elle savait où il pourrait trouver une liste des employés du 13 : comme ils étaient officiers de police, il devait forcément y avoir une trace administrative. Elle lui a recommandé d'aller voir Louis Dumoulin à la préfecture.

Il a retrouvé le type en question, qui a accepté de lui parler sur recommandation d'un gradé des FFI qui connaissait Langue-Pendue. Il a réussi à mettre la main sur une liste des officiers du 13 qui datait de 40, juste avant la capitulation de Pétain. Voilà les noms qu'il a identifiés sur la liste, leur année d'embauche ou de mutation au 13 et leur âge à l'époque :

1940 Augustin Perrier, 27 ans
1937 Rodolphe Lemaignen, 33 ans
1934 Donatien Lepetit, 38 ans
1933 Quitterie de la Romure, 31 ans
1931 Edouard Thomassin, 53 ans
1929 Louis-Pierre Martignac de Bezons, 49 ans
1926 Isabelle Charpentier, 57 ans

Il a croisé la liste avec ce qu'il trouvais dans l'annuaire, et a rapidement identifié qu'il y avait bien un Louis-Pierre Martignac de Bezons qui habitait chez les rupins dans le 16ème.

Quand à nous, avec Dynamo, on a décidé de retourner au 13 en espérant y trouver des indications ou des papiers qui auraient échappé au Drachen quelques jours plus tôt. L'endroit était dévasté, mais ça c'était surtout grâce à Dynamo. On a rien trouvé dans la Bibliothèque, mais en examinant le bureau d'Epervier, Dynamo a eu l'idée d'utiliser sa magie pour voir s'il y avait une cache derrière les tiroirs ou quelques chose comme ça. Elle a identifié un pied qui semblait creux, et à l'intérieur il y avait un cahier d'écolier dont Epervier se servait de journal de bord.

Déjà, ça nous a permis de connaître les noms de codes des inspecteurs du 13 avant la guerre. Il y avait Hirondelle, Epervier, Vautour, Corneille, Corbeau, Faucon et Aigle. Il n'y avait que deux femmes dans la liste de Langue-Pendue. Une avait 57 ans en 26, donc genre 75 maintenant, et Epervier n'avait pas 75 ans. On savait donc qu'Epervier était Quitterie de la Romure et Hirondelle Isabelle Charpentier.

Hirondelle d'ailleurs, Epervier en parlait dans son journal. Apparemment c'était elle qui avait le plus travaillé avec Vautour. Quand l'occupation de Paris a commencé, elle avait aussi été chargée par Epervier de vérifier la position de diverses créatures du demi-monde. Le journal en citait deux, un certain 'Etienne Marcel' et un certain 'Brichemer'.

Langue-Pendue, ça l'a sacrément surpris qu'il y ait un type qui s'appelait Etienne Marcel dans le demi-monde. Moi je savais qu'il y avait une station de métro de ce nom là, j'avais pensé que le type avait pris le nom de la station, comme le receleur de Paulie qui se fait appeler Quatre-Septembre. Mais lui il m'a dit qu'Etienne Marcel c'était un vrai type qu'avait vécu au moyen âge à Paris. De là à penser que c'était le même... Enfin bon.

Langue-Pendue avait pensé en tous cas que les noms de code du journal d'Epervier avait peut-être été utilisée dans la résistance, vu que c'est ce qu'Epervier avait fait. Du coup il a demandé à un haut placé des FFI, mais a priori ça ne disait rien à personne.

En attendant, Dynamo m'a dit de venir avec elle pour rencontrer quelqu'un du demi-monde qu'elle connaissait un peu. Une fille qui s'appelait Bièvre. J'ai compris plus tard que c'était le Genius Loci de la rivière Bièvre qui passe sous paris. Encore un truc que je savais pas. Je me dis qu'il faudrait que je me trouve un livre sur l'histoire de Paris, quand même...

Enfin bref, Dynamo et Bièvre semblaient bien s'entendre. Elles étaient comme des soeurs en fait : la gouaille parisienne, le genre de poulettes que t'appelle pas poulette devant elles...

- Bièvre, on a besoin d'un renseignement. On cherche un praticien, enfin, un magicien quoi, comme nous.
- Ah, parce que ton copain il est... comme toi ?
- Oui, c'est Trompe la Mort.
- Joli p'tit sobriquet. J'aime bien.
- Tu peux être sérieuse deux secondes ? On cherche un type dont le nom de code chez nous était Vautour. Tu le connais ?
- Ca me dit rien, mais je pourrais éventuellement poser quelques questions...
- Eventuellement ? OK, je connais cette tête là. Qu'est-ce que tu veux en échange ?
- Oh, trois fois rien... Une nuit à tromper la mort, si tu vois ce que je veux dire !

Et là Dynamo me regarde, et moi je fais un sourire de niais en disant "tope là" à Bièvre. Je comprends pas pourquoi dynamo me faisait la gueule après. C'est pas comme si elle s'était intéressée à moi, non plus...

Pendant ce temps, Langue-Pendue a rendu visite au rupin du XVIè, Louis-Pierre, là. Je ne sais pas comment il a pu rentrer dans la résidence du type, mais de ce qu'il nous a dit c'était que de la glace et de la dorure. Bref, il a fini par rencontrer le gars. Il était alité, blessé à la tête et la jambe dans une attelle et des bandages. Visiblement, il était pâle comme la mort. Langue-Pendue lui a expliqué qui il était, et le type avait l'air d'être au courant. Il lui a aussi dit que Vautour avait tué Epervier et ça, le type, ça l'a sacrément remué. Il a décrit Vautour à Langue-Pendue : la cinquantaine, chauve, un peu rondelet. Toujours bien vêtu, costumes trois pièces. Il boite et porte la canne, et il a dès fois un monocle pour lire. Par contre le gars du 13 ne connaissait pas son nom civil. Et puis il a dit que si Vautour était de mèche avec les Drachen ça expliquait beaucoup de choses. Louis-Pierre a dit que Vautour et Hirondelle avait été envoyés à Strasbourg en 43 pour éliminer un nid de Drachen. Comme ils n'étaient pas revenus, ceux qui restaient avaient supposé qu'ils étaient morts, mais Vautour avait du être retourné, ou alors il était déjà traitre... "Les Drachen avaient toujours un coup d'avance sur nous depuis quelques temps..." aurait dit le rupin.

Langue-Pendue l'a laissé sur son lit de convalescent, espérant qu'il se remettrait. Quand il nous a raconté ça plus tard autour d'une chicorée de contrebande, on lui a demandé s'il avait identifié à quel nom de code correspondait Louis-Pierre Martignac de Bezons, et il nous a regardé d'un air ahuri et il a dit : "J'ai oublié de lui demander". Et dire que c'est lui le cerveau...

Entre temps, Dynamo avait fait des recherches sur le nom de Brichemer, et elle avait trouvé dans l'annuaire un certain Anselme Brichemer. On est allé faire un tour par chez lui, histoire de voir. Un bel hôtel particulier cossu dans le 7ème arrondissement... mais visiblement abandonné. On a réussi à attraper du courrier de la boîte aux lettres, et le plus ancien semblait dater de 6 mois, à peu près. Bref, chou blanc.

Finalement, après deux jours à parler à presque tout le monde, on était pas beaucoup plus avancés. Langue-Pendue nous a dit qu'il avait bien un contact dans le demi-monde, un universitaire qui s'appelait le Professeur Beaucent. Il ne voyait pas en quoi il pourrait l'aider, mais au point où on en était on lui a dit de passer le voir. Sa thurne était recouverte de bouquins anciens, du sol au plafond, qu'il nous a dit. Le truc bien poussiéreux quoi. Autour d'un verre de gnôle de bouilleur de cru, il lui a demandé s'il savait qui était vautour. Beaucent lui a dit qu'il ne l'avait jamais rencontré, mais qu'il avait une sale réputation. Le genre que les gens te fusillent de regard quand tu poses des questions. Il avait entendu dire qu'Etienne Marcel en particulier ne pouvait pas l'encadrer. Ou "lui vouait une haine tenace" comme il dit avec ses manières, là. Du coup, Langue-Pendue a demandé si Etienne Marcel c'était le vieux type du moyen-âge, et Beaucent lui a répondu que c'était son fantôme, mais qu'il ne l'avait jamais croisé. Il avait entendu dire que les nuits de pleine lune on pouvait l'apercevoir Place des Vosges.

Nous, ce soir là, on est retourné voir Bièvre avec Dynamo. Elle nous a invité à prendre un verre de rouge dans un troquet du 13ème. Elle nous a confirmé que Vautour avait une sale réputation, mais aucun de ses contacts ne l'a vu récemment. "Il parait qu'il est obsédé par la magie de la mort et des fantômes", qu'elle nous a dit. "Tous les revenants de la capitale le détestent." Après, sur le reste de la liste de noms de codes elle était convaincue d'en connaître un qui avait fait affaire avec sa famille, mais elle ne voulait pas nous dire qui tant qu'elle aurait pas vérifié avec les plus anciens qu'elle. J'ai pas eu l'occasion de demander à Dynamo qui c'est sa famille, vu qu'ensuite elle m'a emmené guincher dans un caveau en bord de seine. Il y avait un groupe de manouches terribles, deux guitares et une contrebasse, mais on aurait juré qu'ils étaient quinze tellement c'était frénétique. Bièvre et moi on a fêté la libération de Paris dans les bras l'un de l'autre, et on a fini dans un pieu ensemble. Autant vous dire que j'ai beaucoup bu, et pas beaucoup dormi. Si je vous dis ça, c'est que les choses se seraient peut-être passées autrement si j'avais su rester sobre...

Ce que je savais pas c'est que vers 5h du matin la radio de Dynamo avait craquelé. C'était l'Oreille qui tentait de reprendre contact. Il avait l'air terrorisé. Du coup, quand je suis rentré chez moi j'ai pas eu deux secondes pour dormir que Dynamo me demandait de les retrouver, elle et Langue-Pendue, rue du Cherche-Midi. C'était là que l'Oreille se planquait, qu'il lui avait dit.

Moi j'étais pas frais, ça c'est sûr. L'Oreille, je lui en aurais bien collé une, juste parce qu'Epevier était morte, et qu'il était là. Même si c'était pas sa faute, j'en crevais d'envie. Mais je pensais pas très clair. Alors d'abord on l'a cuisiné. On lui a fait raconter la confrontation avec Vautour. Il a chié dans son froc, évidemment, et il a fait le mort. Visiblement, Vautour n'avait pas compris qu'il était magicien, ou alors il s'en fichait, et il ne s'est même pas assuré qu'il avait vraiment cané.

On se méfiait, c'est sûr, mais bon, il avait l'air sincère. Et puis c'était le seul à savoir où étaient planqués les bouquins du 13. Si on devait bien une chose à Epervier c'était de les restituer dans la bibliothèque pour que les nouvelles recrues (et nous) on puisse apprendre dans des bonnes conditions.

C'est à ce moment là que j'ai remarqué que L'Oreille avait une petite croix autour du cou dont émanait de la magie. Ca c'était louche. Il ne savait pas faire de magie, ce petit. Quand je lui ai dit ça, les yeux dans les yeux, il m'a dit que Epervier lui avait enchanté pour que ça lui porte chance. Il pensait même que c'était pour ça que le Vautour n'avait pas remarqué qu'il était pas mort...

L'Oreille, il pétochait sec. Il voulait absolument nous montrer la caisse parce qu'il avait peur que le Vautour le rattrape, et comme il était le seul à savoir, on l'a suivi. Belle connerie qu'on a fait là. Il nous a emmené dans les catacombes, une salle secrète qu'il a dit. Moi, j'étais pas en forme, et je sais pas pourquoi j'étais convaincu qu'on était suivi. Du coup je suis resté à l'entrée, juste au pied de l'échelle qui menait à la plaque d'égoût rue du Cherche-Midi.

Après quelques minutes, j'ai entendu des coups de feu. Je me suis précipité vers là où ils étaient partis. Le bruit m'a permis de trouver le chemin, ça crépitait de partout. Quand je suis arrivé dans la petite salle souterraine, ils étaient tous à terre. Il y avait les trois Drachen, et puis Dynamo et Langue-Pendue. L'Oreille était mort aussi, il avait une mitraillette à la main encore, ça devait être lui qui avait buté les nazis. Je me suis rué sur Dynamo, en espérant qu'elle soit encore en vie. Ca a été mon erreur. Dans mon dos, l'Oreille s'est redressé, et le temps que je m'entende et que je me retourne, il avait appuyé sur la gachette. Une rafale m'a fauché. Mais alors que je me sentais partir, j'ai eu le réflexe d'utiliser ma magie de la mort, et je me suis maintenu sur place. J'espérais que ça me permettrait de rester en vie, mais ça marche pas comme ça. En fait je me suis moi-même transformé en fantôme.

Je ne pouvais rien faire à l'Oreille, mais quand il m'a vu me relever de mon corps, un spectre identique mais sanguinolent, il a poussé un hurlement et il s'est carapaté. Il a fermé la cave derrière lui, non pas que ça aurait changé quoi que ce soit, de toute façon je ne pouvais pas m'éloigner de mon corps.

J'ai eu du temps pour réfléchir depuis toutes ces années. Voilà ce que je pense qu'il s'est passé. L'Oreille avait vendu Epervier aux Drachen, et ils ont envoyé Vautour faire le sale boulot. Ensuite, il a utilisé les bouquins pour nous attirer dans un traquenard. Mais il les voulait pour lui, les bouquins. Il ne supportait pas l'idée que les Drachen les récupèrent. J'ai mis longtemps à comprendre comment il avait pu tuer des praticiens aussi balaises. Mais je crois qu'ils se sont piégés eux-mêmes. Le blond, il avait déjà manipulé les énergies magiques au 13, c'est comme ça qu'il avait fait tomber les défenses. Il a du annuler toute magie dans la cave. Ils espéraient que leurs armes à feu leur donneraient l'avantage. Mais du coup ils se sont rendus vulnérables aussi et le gamin en a profité. Un beau salaud, celui-là, mais futé. Ils ont buté Dynamo et Langue-Pendue, et lui a retourné sa mitraillette contre eux. Ils n'ont eu aucune chance. Et ensuite je suis tombé dans son piège moi aussi. Trop con.

Enfin voilà mon histoire. Je ne sais pas depuis combien d'années je suis ici à garder les bouquins. Personne n'est jamais venu, et je commençais à désespérer. Je suis heureux de voir que le 13 existe toujours, que vous allez enfin récupérer la caisse de livres qui nous aura coûté tant de vies. Pour moi, c'est fini pour de bon maintenant, et je n'ai qu'une envie, c'est de me reposer..."
Dernière modification par Sammael99 le jeu. sept. 12, 2019 9:39 am, modifié 1 fois.
Mozart n'a pas écrit que le Boléro de Ravel. Mais aussi plein d'autres trucs beaucoup moins connus (comme le canon de Pachelbel). - Le Grümph

Avatar de l’utilisateur
Sammael99
Dieu des babines ruinées
Messages : 11096
Inscription : mer. sept. 15, 2004 11:43 pm
Localisation : Hong Kong, Chine

Re: [CR Maison] Les Rivières de Paris (MAJ 03/07/19)

Message par Sammael99 » mar. sept. 10, 2019 8:42 am

AsgardOdin a écrit :
ven. juil. 26, 2019 8:28 pm
Sammael99 a écrit :
ven. juil. 26, 2019 9:09 am
Ca m'a permis d'affiner certains aspects mécaniques.
Lesquels si ce n'est pas indiscret ?

La réussite des actions normales ne se fait plus sur les figures, mais sur les couleurs (en rapport avec l'action). Les statistiques sont peu ou prou les mêmes (on tirera plus de cartes pour que ça s'équilibre) mais par contre ça permet d'introduire une mécanique de carte en main qui permet aux joueurs d'influencer certaines actions positivement. Ils piocheront une ou plusieurs cartes (ça dépendra du type de perso) en début de partie, avec un retirage à chaque scène (pour éviter qu'on utilise jamais sa carte en attendant le type d'action qui va bien).

Il faut également que je revoie le combat pour qu'il soit plus mortel. On a eu une scène de combat lors des playtests cet été, et ça a duré beaucoup trop longtemps à mon goût avait que quelque chose de sérieux n'advienne.

Après il y a d'autres choses que je vais sans doute réviser à cheval entre le background et la mécanique. Par exemple, je pense que la symbolique du jeu de carte aura été introduite par un philosophe magicien d'antan (Cagliostro ?), ce qui me fournit le chaînon manquant justifiant l'utilisation des cartes.
Mozart n'a pas écrit que le Boléro de Ravel. Mais aussi plein d'autres trucs beaucoup moins connus (comme le canon de Pachelbel). - Le Grümph

Avatar de l’utilisateur
Sammael99
Dieu des babines ruinées
Messages : 11096
Inscription : mer. sept. 15, 2004 11:43 pm
Localisation : Hong Kong, Chine

Re: [CR Maison] Les Rivières de Paris (MAJ 10/09/19)

Message par Sammael99 » mar. sept. 10, 2019 4:08 pm

Episode 8.1

Quand la silhouette évanescente de Trompe la Mort disparait, il y a un moment de silence dans la petite cave secrète, et puis une voix tremblante se fait entendre : "c'était quoi, ça ?"

C'est Mariam, recroquevillée dans un coin de la cave, pâle et tremblante, qui regarde en direction de la caisse de livres encore enterrée, là d'où le spectre a raconté son histoire.

"Un peu compliqué de t'expliquer tout ça maintenant", répond Jipé en l'aidant à se relever. Tu passeras au 13 et on pourra t'aider à digérer tout ça.

Les trois officiers extirpent la caisse tant bien que mal, puis utilisent les cordes apportées par Mariam pour la remonter à travers la bouche d'égouts. Ils glissent la caisse dans le coffre de la voiture de Philippe et la rapportent au 13.

Après une nuit passé à digérer le récit de Trompe la Mort et à faire l'inventaire des ouvrages inclus dans la caisse métallique, les trois officiers décident de sélectionner un ouvrage rare pour appâter Palvaast. Ils choisissent "Les Combinaisons Infinies du Jeu du Monde" d'Allesandro Cagliostro. Le livre semble dater de la fin du XVIIè siècle et est annoté à la plume. Damien prend des photos avec son téléphone portable, et crée un compte sur le même site de vente aux enchères où le jeune Leclément avait mis en vente 'Créatures d'En-Haut et d'En-Bas'. Ils utilisent dans l'annonce plusieurs mots-clés qui apparaissaient dans l'annonce de Leclément, et rajoutent pour bien faire des mentions 'authentiques', comme la dégradation thaumaturgique. Ils mettent l'annonce en ligne en mettant le prix de l'ouvrage à 4500 Euros.

Le lendemain, ils consacrent leur temps à étudier les ouvrages de la caisse. Philippe en particulier met la main sur une série de cahiers qui semblent être le journal d'un praticien du 13, Cormoran, avant et pendant la première guerre mondiale. Il commence à déchiffrer les pattes de mouche.

Tout à coup, Damien surgit dans la bibliothèque : "Ca y est, il a mordu à l'hameçon. Il a envoyé un message disant qu'il était intéressé par le bouquin, disposé à l'acheter directement. Il précise qu'il travaille en journée, et souhaiterait un rendez-vous sur Paris en soirée pour une remise en mains propres."

Les trois officiers passent en revue ce qu'ils savent du modus operandi de Palvaast : il arrive en scooter, il récupère le livre qu'il est venu chercher, il tue le vendeur d'une balle dans la tête puis il reconstruit son crâne par magie pour ne laisser aucune trace.

Puisque c'est Damien qui suit l'affaire depuis le début, Corbeau suggère que ce soit lui qui soit au contact avec Palvaast. "Gilet pare-balles, et prêt à tirer..."

Jean-Pierre demande à Corbeau s'il est possible de solliciter l'IGPN pour avoir un ou deux snipers couvrant la scène. Corbeau approuve la demande.

Rendez-vous est donné à l'acheteur, qu'ils supposent être Palvaast, un soir près du bassin de la Villette. Sans être trop exposé, l'endroit est tout de même suffisamment ouvert pour que les snipers puissent se placer. Jean-Pierre et Philippe se cachent à une trentaine de mètres du point de rendez-vous, arme au poing. Bien que la question n'ait pas explicitement été soulevée, il semble bien que Jean-Pierre n'ait pas de scrupules à ce que Palvaast y passe, alors que Damien voudrait le capturer.

Le soir venu, Damien se présente un petit quart d'heure en avance, alors que le reste du dispositif est en place depuis un bon moment. A l'heure dite, un homme en scooter s'approche et vient se garer près de Damien.

- Vous êtes Mad6744, demande-t'il en enlevant son casque ?

Damien est surpris : suite aux témoignages du second meurtre, il s'attend à voir un homme roux, mais celui-ci est presque chauve, et les quelques cheveux qu'il lui reste sont noirs. Il a un moment d'hésitation.

- Euh, oui. Flesh67, je suppose ?
- C'est moi. Vous avez le bouquin ?
- Il est là.

Damien sort le livre d'une sacoche. Il est enveloppé dans une pochette plastifiée. Il le tend à son interlocuteur. L'homme le pose sur le siège de son scooter et glisse sa main dans une poche intérieure de son blouson. Damien se tend et hésite à sortir son arme, mais l'homme se contente d'extirper des lunettes de vue qu'il enfile pour examiner le livre. Il y passe un bon moment, semblant chercher des traces de falsification. Finalement, il se retourne vers Damien en souriant:

- Il est admirablement conservé pour un livre aussi ancien. Vous l'avez trouvé où ?
- Dans la bibliothèque de mon grand-père. J'ai cherché un peu chez les bouquinistes, mais ils ne m'en proposaient pas un prix suffisant, c'est pour ça que je l'ai mis aux enchères.
- Vous avez bien fait. Et bien je vous le prends.

Il glisse de nouveau sa main dans son blouson. Cette fois-ci Damien est à deux doigts de sortir son propre flingue, mais de nouveau il hésite et... l'homme sort une enveloppe épaisse qu'il tend à Damien.

Machinalement, Damien prend l'enveloppe et l'ouvre. Il a juste le temps d'apercevoir des feuilles de papier journal découpé que l'homme pointe une arme vers lui. Il parvient à bouger son corps et au lieu de la tête, la balle vient percuter son épaule. Malgré le gilet pare-balles, la douleur est intense et il tombe au sol. C'est au même instant qu'il entend plusieurs coups de feu simultanés et que l'homme s'écroule à son tour. Il entend également la voix de Philippe qui hurle "Damien!" avant de perdre brièvement conscience.

Quand il revient à lui, Philippe et Jean-Pierre sont à ses côtés. Il regarde la scène, et l'homme qui est étendu à terre avec deux balles dans le buffet n'a plus le même visage : il est blond, les traits épais et la peau marquée.

- Il utilisait sa magie pour changer son apparence à chaque coup. Quel salopard, dit Jipé.
- Il est mort ? demande Damien.
- Oui. J'ai du mal à imaginer que ça aurait pu se terminer autrement. Pourquoi tu n'as pas sorti ton arme plus tôt ?
- Il fallait caractériser le flag, non ? Si ça avait quelqu'un d'autre ? Et des vrais billets ?
- On aurait été bien emmerdés, ça c'est sûr...

***

Quelques semaines ont passé. Damien s'est remis de ses contusions suite au coup de feu de Palvaast. Une perquisition au domicile du coupable a permis de mettre la main sur une (petite) collection d'ouvrages occultes dont le fameux Atlas qu'avait voulu vendre Constantin Leclément. Corbeau explique à l'équipe que dans ce cas particulier, les statuts du 13 permettent de récupérer ces livres, considérés comme susceptibles d'être dangereux.

Quelques soirs plus tard, alors que les trois officiers ont décidé de se faire un restaurant ensemble pour se remettre de leurs émotions, leurs téléphones tintent en même temps.

- Et merde... dit Jipé avant même d'avoir regardé.
- Scène de crime dans le sixième. C'est un meurtre, dit Damien.
- En route, dit Philippe.

Arrivés sur les lieux, les trois officiers aperçoivent un dispositif conséquent : police, ambulances, et les légistes qui sont déjà sur place. Ils montrent leurs cartes du 13 au planton en charge de bloquer l'accès aux passants.

- Ah putain, ils vous attendent de pied ferme là-haut...
- Pourquoi ?
- Je sais pas, j'ai pas vu la scène. Mais ça doit être coton, y en a déjà trois qui sont redescendus pour gerber...

En effet, sur l'escalier menant au palier de l'immeuble, un flic se tient la tête entre les mains, pâle et nauséeux.

Lorsqu'ils arrivent au quatrième étage, deux officiers du commissariat de Notre-Dame des Champs les attendent. Le capitaine Laurène Vairon se présente à eux, et les prévient que la scène est éprouvante.

- Pourquoi nous avez vous fait venir ?
- Vous allez voir par vous même, je ne suis pas sûr d'avoir besoin de vous en dire plus. Et je préfère ne pas teinter vos premières impressions...

On leur fait enfiler les chaussons d'hygiène, et on leur fait le laïus habituel sur le fait de ne pas déranger la scène.

Ils pénètrent dans un petit appartement cossu. Depuis l'entrée, on aperçoit la cuisine d'un côté, le salon de l'autre et un un couloir menant vers le reste de l'appartement. C'est visiblement au salon que se passent les choses : trois légistes sont en train de faire des relevés et de prendre des photos. Depuis l'entrée, l'odeur de sang est très nette, et on aperçoit sur les rayonnages de livres des trainées rouges qui laissent peu de doutes sur leur nature.

Alors qu'ils s'approchent, Damien, Jean-Pierre et Philippe aperçoivent un corps au sol, couvert de sang. C'est un homme, habillé d'un pantalon en velours côtelé qui n'aurait pas dépareillé dans les années 70. Un des légistes s'écarte, et les trois officiers du 13 comprennent instantanément pourquoi on les a appelés : le haut du corps est manquant. Depuis l'aisselle gauche jusqu'à l'épaule droite, ce n'est qu'une plaie béante, déchiquetée. Dans la flaque de sang, on distingue une trace bien nette qui ne ressemble à rien autant qu'à une gigantesque patte d'animal.

- Merde... laisse échapper Philippe.

Jean-Pierre se tourne vers le Capitaine Vairon et lui demande si on en sait plus sur la victime.

- Pas beaucoup pour le moment. Professeur de littérature à la Sorbonne. Ernest Beaucent.
- Beaucent ? Vous êtes sûre ?
- Oui, c'est bien ça. Pourquoi, vous le connaissez ?
- Pas tout à fait...
Mozart n'a pas écrit que le Boléro de Ravel. Mais aussi plein d'autres trucs beaucoup moins connus (comme le canon de Pachelbel). - Le Grümph

Avatar de l’utilisateur
Sammael99
Dieu des babines ruinées
Messages : 11096
Inscription : mer. sept. 15, 2004 11:43 pm
Localisation : Hong Kong, Chine

Re: [CR Maison] Les Rivières de Paris (MAJ 10/09/19)

Message par Sammael99 » mar. sept. 10, 2019 4:09 pm

Et voici qui clôt la première saison.

J'ai volontairement mis une sorte de cliffhanger à la fin. Les joueurs étaient encore frais de la partie en flashback, du coup ils ont tout de suite compris le lien.
Mozart n'a pas écrit que le Boléro de Ravel. Mais aussi plein d'autres trucs beaucoup moins connus (comme le canon de Pachelbel). - Le Grümph

Avatar de l’utilisateur
Herlkin
Prêtre
Messages : 311
Inscription : mer. avr. 27, 2016 3:17 pm
Localisation : Paris

Re: [CR Maison] Les Rivières de Paris (MAJ 10/09/19)

Message par Herlkin » mar. sept. 10, 2019 6:00 pm

Comme d'habitude, ça donne envie d'y jouer, excellent retour !
"Lorsque vous avez éliminé l’impossible, ce qui reste, si improbable soit-il, est nécessairement la vérité."
Sherlock Holmes

Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Pratiquant
Messages : 229
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR Maison] Les Rivières de Paris (MAJ 10/09/19)

Message par AsgardOdin » mar. sept. 10, 2019 10:58 pm

Bien d'accord, c'est bien raconté, motivant et inspirant :yes:
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."

Répondre