[CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Ascendant
Messages : 1623
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnedan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Un pas. Puis un autre. Et encore un. Inlassablement. Au loin, les hurlements perçaient la noirceur de cette nuit mourante. La fatigue nous gagnait et garder nos yeux ouverts était un effort de chaque instant. Étions nous traqués, la bête sur nos talons ? Les nouveaux hurlements dans les bois alentours me glacèrent le sang, notre petite troupe ne résisterait pas à une nouvelle attaque du monstre. Les premières lueurs s’immisçaient à travers la frondaison des arbres, l'aube se levait. Enfin. Nous prenions vers le nord et espérions rejoindre le palais de Thranduil au plus vite. Peu à peu les bois se clairsemèrent et notre allure s'accéléra. Néanmoins les porteurs des civières, sur lesquelles les blessés gémissaient, peinaient et les hurlements persistants alourdissaient leurs pas comme les miens. Je blêmissais un peu plus à chacun des ces cris. Beleg encouragea notre équipée et ses propos apporta un regain. Au petit matin nous franchîmes enfin la rivière enchantée. Mais celle-ci n'était plus un gage de sécurité, son enchantement ne semblait point entraver les élans belliqueux du loup car nous ouïssions toujours ses hurlements dans les profondeurs des bois. Je fis halte et me laissais distancer. J’apposais alors une oreille sur une large roche mousseuse recouverte pour partie de vielles racines noueuses. La pierre apporta des réponses à mes interrogations angoissées. Ses vibrations presque imperceptibles me soufflèrent les visions d'un loup en chasse. Le monstre n'était plus qu'à quelques lieux de nous mais sa course était erratique car il empruntait les sentes les plus ombragées. Toutefois sa vitesse de course était telle qu'il ne semblait plus souffrir des blessures que nous lui avions infligé avec mes compagnons. A mois que celui-ci soit une autre de ces créatures ? J'en tremblais.  
 
Image
 
Je rejoignis rapidement le groupe. Beleg et Vannedil étaient resté en arrière. Notre vive allure marqua Vannedil, son souffle hoquetait et ses tempes battaient la chamade. Je dus l'épauler avec Finn pour l'aider dans son effort. Par bonheur, nous perçûmes au détour du chemin le pont elfique enjambant la rivière courante. Comme si cela était encore possible, notre groupe accéléra son allure. Vannedil haletait, ses poumons étaient un feu ardent lorsque nous franchîmes le pont. Face à nous, les portes du Palais sylvain s'ouvrirent. Les hurlements de la bête se firent alors plus fort. A peine avions nous franchi le seuil des portes et, alors que les gardes en faction refermaient les deux hauts battants, je risquais un œil en arrière. Le loup dans toute sa noirceur se précipitait vers nous. Fusant comme un vent tempétueux, il vint s'échouer sur les portes du palais les lacérant de ses griffes rageuses. Ses hurlements vifs et perçants vrillèrent nos tympans. Comment était-ce même possible qu'une telle créature de l'Ombre puisse ainsi approcher le Palais de Thranduil ?
 
Image
 
Le hall du palais nous couvrait de toute sa grandeur. Nos râles et halètements troublèrent son calme. Soudain un chant elfique s'éleva et berça d'une langueur mélancolique nos âmes. Progressant en procession, une colonne d'elfes vint vers nous. Certains se dispersèrent et accompagnèrent les blessés, d'autres emportèrent leurs morts. Puis nous fûmes aiguillés vers les lieux de vie et de repos. Au loin les échos des chants funéraires s'estompèrent peu à peu. L'intendant du palais nous accueillit et nous témoigna de la reconnaissance du peuple sylvain. Il nous apporta des nouvelles du chevalier Orophal. Désormais sauf, ses blessures mettraient du temps à s'effacer. Il nous invita au repos afin de profiter de la quiétude des lieux et perdre notre lassitude. Avant de prendre congé, il nous informa de la réunion du haut conseil royal, des décisions seraient prises à la nuit et, dès le jour prochain, le temps d'agir viendrait. Ce soir là, la fatigue nous berça bien vite.

Au matin, nous nous enquîmes auprès des guérisseurs de la santé du chevalier. Celle-ci était préoccupante, Orophal était encore faible mais nous fûmes autorisés à le rencontrer. Des odeurs d'herbes et d'onguents embaumaient sa chambre finement ornée. L'elfe portait sur ses bras et son cou des bandages. A notre arrivée, il entrouvrit ses yeux. Beleg nous présenta et nous le saluâmes en silence mais avec dignité. D'une voix fragile, il nous remercia pour nos actes courageux et nous avoua des souvenirs confus de cette nuit de fuite comme de l'assaut du monstre qui la précéda. Sa voix trembla lorsqu'il s'inquiéta de la résurgence de la bête car il pouvait nous assurer de l'avoir lui-même terrassé malgré les faits récents. Pourtant, à son grand désespoir, une autre vivait toujours dans les bois ou alors ce monstre était immortel. Sa chasse était périlleuse. La bête était un loup et, comme tel, elle agissait, affaiblissant ses chasseurs devenus ses proies. Elle appliquait une stratégie létale : frapper, retraiter, frapper à nouveau. Beaucoup des ses hommes étaient tombés sous ses morsures et ses coups de griffes. Mais il était parvenu à le pister et l'acculer dans sa tanière. Celle-ci se trouvait dans les contre-forts des Monts Noirs infestés d'araignées et de gobelins. Mais nous abusions de notre temps dévolu auprès du blessé et laissâmes donc le chevalier à son repos. Nous nous éclipsâmes après de sincères remerciements.    

Dans les couloirs du Palais, nous rencontrâmes Saeros. Le frère de Beleg nous cherchait pour nous informer de l'appel du roi. Des expéditions se montaient. Le roi souhaitait le pistage du loup, la localisation de sa tanière et la compréhension de sa hardiesse. Les elfes sylvains ne pouvaient rester ignorant face à cette menace. Saeros demanda à Beleg de l'accompagner, de prendre part à une de ces expéditions. Beleg accepta car il était persuadé de la nécessité de plonger au cœur des ténèbres pour lutter contre sa noirceur. Mais pour cela, il souhaitait des compagnons sûrs et nous invita à partir avec lui. Tout comme Vannedil, j'acceptais et regardais ma lame Nimgargôl heureux de sa présence pour affronter cette nouvelle quête.
 
Image
 
Thranduil reçut deux jours plus tard les volontaires en audience. La salle du trône était majestueuse. D'une beauté épurée et ceinte de colonnes ouvragées, elle resplendissait de simplicité. En son milieu, le trône, large siège finement sculpté, était monté d'immenses bois de cerf. Devant ce dernier, début, Thranduil était vêtu d'une tenue d'apparat du plus bel effet et une couronne de fleurs était posée sur son chef. Son regard était déterminé, empreint même de sévérité. Sa voix ferme s'éleva et porta. "La menace sur notre royaume est réelle et terrible. De nombreux elfes, jeunes pour la plupart, ont perdu leur vie. Agir est ma volonté. Le chevalier Orophal a porté un premier coup à la bête en la tuant. J'affirme ici que sa parole ne peut être mise en doute mais une autre créature rôde. Jusqu'à nos portes même. Qu'est-elle ? Que veut-elle ? Que piste-t-elle ? Nous nous devons de le savoir. Votre mission n'est pas de la vaincre. Non, celle-ci est de trouver sa tanière et de comprendre ce qui s'y cache. Ce n'est pas une troupe que nous lançons sur elle mais de rapides groupes d'éclaireurs. Je ne veux pas d'héroïsme mais des faits. La peau de cette bête m'est inutile. Non, je veux savoir ce qu'elle est, ce qui lui permet de défier notre magie protectrice. Vous n'aurez peut-être pas toutes les réponses mais chacune récoltée sera précieuse. Ma bénédiction vous accompagne comme celle de tous les êtres sylvains.". Avec grâce il se détourna et retourna s’asseoir sur son trône pour discuter avec ses proches conseillers. Nous quittâmes la salle.   

Avant de partir, nous retrouvâmes Orophal. Il nous confia le lieu de la tanière - une caverne qu'il n'explora pas - et nous traça une carte succincte pour le retrouver. Il nous confia des derniers conseils, la créature était agressive et son musc gagnait en puissance dans ces instants. Elle favorisait la nuit pour attaquer, il nous faudrait profiter de clairière ou de zones dégagées pour nos pauses nocturnes. Son odorat était son atout, tout comme son vice. Finalement, il nous souhaita bonne chance et nous prîmes la route. Une ambiance lugubre pesait sur nous dès les premiers instants. Nous ne pouvions nous empêcher de nous remémorer le combat périlleux vécu face au loup, sa hargne et ses yeux de braise.

Trois jours de marche à travers la forêt vers les Monts Noirs. Nous avions pris la direction du col qui ouvrait vers la vielle route naine. La sombritude des bois croissait lorsque nous vîmes les monts s'élever au loin. Sur notre route, nous rencontrâmes fortuitement une patrouille elfe. Plusieurs étaient blessés et nombreux très affaiblis. Ils s'en retournaient au palais en remontant vers le nord. Nous proposâmes notre aide et Beleg apporta ses soins. Après avoir cherché vainement des plantes médicinales pour mon ami elfe, je me rapprochais du chef de la troupe pour lui livrer des conseils sur sa route à suivre. Devant la méfiance de mon interlocuteur face à un dúnedan, Vannedil intervint et glissa "Dites à votre retour au Palais que vous avez suivi les conseils d'Aigre-Feuille qui porta aide au chevalier Orophal !". Ces propos firent consensus et l'elfe opina de son chef alors que Beleg terminait la pose de ses atèles et cataplasmes. Avant de nous quitter, ils nous mirent en garde sur la présence plus au sud de nombreuses araignées. Celles-ci infestaient la région.

Deux jours de plus. Nous nous enfoncions plus profondément dans les bois sombres. Les monts s'approchaient. Je prenais garde de suivre scrupuleusement les indications d'Orophal. Celles-ci nous menèrent comme indiqué sur sa carte vers les ruines d'une vielles tours délabrées. Certains de ses murs s'élevaient encore sur quelques mètres de haut alors que d'autres pans étaient entièrement écroulés au sol. Orophal et ses elfes avaient campé ici mais à présent, pour notre malheur, de nombreuses toiles envahissaient le lieu. Il nous fallu traverser la ruine car les instructions du chevalier nous menaient au-delà. Les engeances velues de l'Ombre ne tardèrent pas à nous entourer lorsque nous fûmes au milieu de l'enceinte de pierres. Nous luttâmes avec acharnement, hachant et fléchant. Les araignées mordirent et piquèrent mais nous eûmes le dessus, les éliminant une à une. Saeros avait combattu avec rage. Très vite, six corps de ces monstruosités gisaient. Nous pensâmes nos blessures et poursuivîmes notre chemin. Les monts nous dominaient.

à suivre...
Dernière modification par Carfax le lun. juin 08, 2020 11:56 am, modifié 1 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 

Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1240
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnedan en Terres Sauvages

Message par polki »

héhé, la tannière approche
.
:bierre:

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Ascendant
Messages : 1623
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Un de mes plus actifs lecteurs, @polki vient de finir la maîtrise de cette longue campagne. Il joue avec Terre des Héros du sieur @Olivier Legrand. En conversant avec lui - et quel plaisir - je me suis amusé à retranscrire le personnage d'Aigre-Feuille pour cette mécanique. De là à ce que cela donne des idées à mon MJ pour quitter lui aussi AiME  :D ...

Image 
Prochaine session sinon prévue ce vendredi soir...
Dernière modification par Carfax le mar. juin 02, 2020 2:03 pm, modifié 2 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 

Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1240
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

je sens l'odeur de l'herbe à pipe, assis prés du feu à écouter la chanson de tes compagnons
.
:bierre:

Ravortel
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 3571
Inscription : lun. juin 02, 2014 5:52 pm
Localisation : Pas là.

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Ravortel »

Carfax a écrit :
mar. juin 02, 2020 11:37 am
Un de mes plus actifs lecteurs, @polki vient de finir la maîtrise de cette longue campagne. Il joue avec Terre des Héros du sieur @Olivier Legrand. En conversant avec lui - et quel plaisir - je me suis amusé à retranscrire le personnage d'Aigre-Feuille pour cette mécanique. De là à ce que cela donne des idées à mon MJ pour quitter lui aussi AiME  :D ...

Image 
Prochaine session sinon prévue ce vendredi soir...
Hmmm, le bon prétexte pour faire sauter les points d'ombre :D

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Ascendant
Messages : 1623
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Ravortel a écrit :
mar. juin 02, 2020 6:01 pm
Hmmm, le bon prétexte pour faire sauter les points d'ombre :D

En toute honnêteté je ne savais pas quoi mettre comme score...mais...chut...@polki n'a rien vu... :charmeur
Du coup cela me fait penser que j'en ai accumulé un de plus lors de ma dernière session et que ma fiche AiME n'est pas à jour...allez zou, j'y vais de ce pas. 
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 

Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1240
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

si si j ai vu ;)

il ne faut ps confondre les point d ombre permanent d'AiME qui peuvent etre ceux de terres des legendes, et là aigre feuille n en a pas

et point d ombre du moment, le perso de Carfax en a 3 et reconnait lui meme etre passé au travers grace à sa sagesse élévée, pour le coup de trouve que son courage et sa volonté retransmette bien  cette situation

aprés il y a moins de jet dans terres des héros pour l ombre que dans AiME, je ne sais pas si c est mieux ou pas, mais des fois je suis partisans comme dans RiTW de donner directement 1 point d ombre sur une situation exceptionnellement impactante.
.
:bierre:

Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Prêtre
Messages : 350
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

Je trouve les bois de plus en plus opressants.. Tout cela ne me dit rien qui vaille. Et encore je ne suis pas dans l'histoire :D
Je suis curieux de voir ce qu'ils vont trouver dans la caverne ! Et je constate que les petites araignées ne présente aucune difficulté maintenant le combat de fin est évacué en deux lignes :P
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Ascendant
Messages : 1623
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

A chaque mètre, à chaque pas plus avant, la forêt s'épaississait et s'assombrissait. Sa canopée nous couvrait le ciel et seules de rares fois nous pouvions entrevoir à travers elle quelques vues furtives des Monts Noirs. Rapidement notre progression s'avérait de plus en plus difficile car nulle sente, il nous fallait se courbait, tailler et crapahuter pour avancer. Puis la nature du terrain changea, des roches parsemèrent le paysage, plus nombreuses au fil des heures. La pente forcit aussi, signe des contre-forts des Monts Noirs. A la nuit tombée, nous montions notre camp sans feu pour ne pas alerter les bêtes rôdeuses. Nous nous permettions une seule lueur dans le noir profond de nos nuits, celle de la lanterne elfique de Beleg. Nous guettions avec elle, attentif au moindre danger. Et pourtant, lors de l'une de nos veilles nocturnes, nous fûmes surpris pas l'assaut de créatures gobelines. Elles déferlèrent sur nous en grand nombre et ce flux ne se tarissait point malgré leurs pertes sous nos flèches et coups d'épées. Rapidement nous fûmes cernés et, dans cette noirceur environnante, il nous était impossible d'estimer si nous prenions le dessus. Peu à peu nous cédions du terrain et, dos à dos, nous nous serrâmes autour de la lanterne de Beleg. Les coups pleuvaient mais pour une créature à terre, deux autres se jetaient sur nous. Elles grouillaient. Devant cette situation désespérée, je levais haut ma lame après avoir transpercé d'un coup puissant un gobelin. J'implorais la pâle lueur de Nimgalgôr. Ma lame se mit à briller et s'enveloppa d'une lumière blanche. Les créatures autour de nous crièrent d'effroi et s'enfuirent, nous offrant une brèche dans leur rang. Nous profitâmes de cette opportunité et, sans demander notre reste, nous nous enfuîmes. Par chance, l'ardeur de nos poursuivant s'épuisa bien vite. Nous fîmes halte quelques lieues plus loin. Au dessus de nos têtes, l'aube se levait car la luminosité ambiante s'éclaircissait. Contusionnés et blessés nous cherchâmes un abris. Une anfractuosité rocheuse nous accueillit. Épuises, nous nous y glissâmes et y restâmes quelques heures tels des êtres traqués car, au loin, les hurlements du loup retentirent à nouveau à nos oreilles.  

Puis nous reprîmes notre route. Nous étions harassés mais, grâce aux indications confiées par le chevalier Orophal, nous trouvâmes la piste du repère de la bête. Nous fîmes une pause pour laisser Beleg préparer une mixture d'Ombrépine dont il a le secret. Nous nous en enduisîmes le corps espérant ainsi troubler l'odorat du loup. Et, après une dernière demie journée de marche, nous nous retrouvâmes face à une caverne dont la sombre entrée n'engageait rien de bon. Une forte odeur de musc s'échappait de cette bouche béante, laissant peu de doute quant à son occupant. Au loin nous entendîmes une énième fois les hurlements de la bête. J'engageais mes compagnons à y pénétrer rapidement afin de profiter de son absence en ce lieu. Il nous fallait faire vite et ne pas tergiverser. La lanterne de Beleg à bout de bras, je m’immisçais dans l'ouverture. Vannedil emboîta mes pas tous comme les deux elfes à sa suite. 

L'obscurité nous englobait et je me focalisais sur le faisceau de ma lanterne pour suivre le corridor caverneux au sol irrégulier et caillouteux. Ce dernier se resserrait peu à peu et obliquait légèrement vers la gauche. Il régnait dans le lieu une odeur bestiale insoutenable. Enfin, le boyau s'élargit et nous tombâmes sur une large salle voûtée. Des ossements desséchés étaient éparpillés et jonchaient le sol de la tanière. Je fouillais la zone de mon faisceau lumineux lorsque cela provoqua un reflet métallique. Vannedil s'y précipita et découvrit une vielle lampe cabossée mais aussi griffée et mordue comme si la bête s'était acharnée dessus. Nous appelâmes Beleg qui fouillait la caverne un peu plus loin. Il fut subjugué par notre découverte, à peine eut-il la force de me dire qu'eux aussi en avait fait une autre. La maltraitance de l'objet assombrit son regard. Ici, l'Ombre luttait contre la lumière et meurtrissait ses symboles. Je m'éloignais et laissais Beleg à ses songes pour retrouver Saeros. Ce dernier était resté figé devant des inscriptions en langue Noire gravées à même la roche. Celles-ci constituaient un cercle d'environ deux mètres de diamètre. J'eus un mouvement de recul à cette vue et frissonna. Mais si nous étions ici c'était pour comprendre les méfaits qui y sévissaient. Fort de mes rudiments dans cette langue maudite, j'entrepris de déchiffrer le texte inscrit. L'horreur m'assaillit telle un spectre maléfique. Néanmoins je tins et compris que ces mots avaient été gravés par un esprit du mal, une puissance très ancienne qui a le pouvoir de s'incarner dans des animaux sans pour autant en être lié jusqu'à leur mort. Dans un effort et d'une main tremblante, je retranscris ces runes sur du vélin pour les rapporter au roi Thranduil. Cet effort se révéla être un traumatisme pour mon âme. Et lorsque j'écrivis le nom de cet esprit maléfique, je me refusais de le prononcer dans mon esprit.  

Lorsque j'eus terminé, Beleg s'était approché de moi. Il ne me questionna pas car mon visage devait sûrement l'en dissuader mais plutôt m'informa sur notre précédente découverte. Il la qualifia de miraculeuse. La lanterne cabossée était elfique et n'était autre qu'une des deux ouvragées par les mains même de Celebrimbor(1) et perdues depuis la nuit des temps. Ces lampes étaient celles d'Amon Lanc contenant chacune un cristal en hommage à la lumière des deux arbres de Valinor qui brillaient dans les premiers jours du monde. 
 
Image
 
Nous ne traînâmes pas plus et ressortîmes de la grotte. Les hurlements raisonnaient toujours dans les bois. Ils s'approchaient parfois ou bien s'éloignaient. Cela ajoutait à notre confusion. Nous fîmes donc retraite vers le palais du roi des elfes et pressâmes le pas autant que possible. Une nuit nous entendîmes dans les profondeurs des bois une lutte acharnée. Le tumulte de la bataille nous parvint couvert des hurlements rageurs du loup. Nous tremblâmes à l'idée du massacre d'une compagnie comme la nôtre par le monstre. Était-ce la chance ou bien la pommade d'Ombrépine de Beleg ou même les deux mais nous ne croisâmes pas la bête ? Nous pûmes retrouver la sécurité du palais de Thranduil après plusieurs jours de marche forcée.   

Nous fûmes reçu par l'intendant. Ce dernier nous dit que d'autres étaient rentrés éreintés mais bredouilles. Notre camp déplorait des blessures et des pertes. Son soulagement fut donc grand lorsque nous lui confiâmes la trouvaille de la tanière et son exploration mais surtout la découverte d'indices. Nous confiâmes le message que j'avais retranscrit aux sages du palais pour qu'ils puissent le traduire pleinement et la lampe à l'elfe Ormal, maître orfèvre et fabricant des lampes du palais. Sage et bourru, cet elfe était d'un âge mille fois séculaires. Il coula de chaudes larmes à la vue de la lampe. Caressant celle-ci avec une grande et délicate attention, l'émotion l'avait envahie. Après de longue minutes, il nous remercia de lui avoir remis une telle merveille fruit de sa création(2).

Fin des sessions 15, 16 & 17
Phase de communauté

(1) Celebrimbor est le petit fils de Fëanor, créateur des anneaux elfiques. 
(2) Ormal a conçu les deux lampes, une d'or, l'autre d'argent, avec Celebrimbor.
Dernière modification par Carfax le lun. juin 15, 2020 10:58 am, modifié 4 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 

Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Prêtre
Messages : 350
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

ça c'est une super pause dans l'histoire : Des indices, une lampe devenue un mythe et un retour sain et sauf. Finalement tout est bien qui finit bien.
Pour autant, je sens qu'Aigre-Feuille est de plus en plus perturbé ces derniers temps.. Tant d'horreurs !
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."

Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1240
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

✨
.
:bierre:

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Ascendant
Messages : 1623
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

@AsgardOdin , @polki  :bierre:

---

Pour une lecture plus aisée du CR, j'ai ajouté un sommaire au début du fil mais aussi un lien sur chaque "à suivre" qui renvoie au résumé suivant sauf pour le dernier en cours forcément. Bonne lecture.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 

Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1240
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

parfait
 
.
:bierre:

184201739
Pratiquant
Messages : 243
Inscription : ven. sept. 07, 2018 7:31 pm
Localisation : Fontainebleau, Aix en Provence, Avignon

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par 184201739 »

Carfax a écrit :
mar. juin 02, 2020 11:37 am
Un de mes plus actifs lecteurs, @polki vient de finir la maîtrise de cette longue campagne. Il joue avec Terre des Héros du sieur @Olivier Legrand. En conversant avec lui - et quel plaisir - je me suis amusé à retranscrire le personnage d'Aigre-Feuille pour cette mécanique. De là à ce que cela donne des idées à mon MJ pour quitter lui aussi AiME  :D ...

Image 
Prochaine session sinon prévue ce vendredi soir...
Je ne connais pas la mécanique, mais ... ça fait beaucoup de croix noires !
 

Ravortel
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 3571
Inscription : lun. juin 02, 2014 5:52 pm
Localisation : Pas là.

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Ravortel »

Tiens, vous avez remarqué ? Ce soir, le Seigneur des Anneaux T1 sur TF1.

Du coup, grand silence sur le forum... :D

Répondre