[CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
Avatar de l’utilisateur
Irwin
Profane
Messages : 16
Inscription : mer. sept. 07, 2011 10:04 pm
Localisation : Région parisienne

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Irwin »

Bravo pour ces beaux CR Nefal, et un grand merci de partager tout ça ! :pri

J’avoue que, si j’avais trouvé certaines choses intéressantes en lisant cette campagne à sa sortie, je n’avais pas non plus été émerveillé par son potentiel. La lecture des analyses d’Ego et de tes CR me fait un peu regretter de ne pas avoir creusé davantage ces modules. :(

J’ai beaucoup aimé le background développé pour expliquer les raisons de la venue du perso au Rhovanion, s’appuyant parfaitement sur des éléments des modules pour l’insérer de façon très forte dans l’intrigue (et te permettant de jouer le Dúnadan que tu voulais !). Je trouve très intéressant le fait qu’il soit marié, que son épouse soit en vie ET qu'il ait un enfant très jeune : je n’ai jamais vu une telle combo dans mes tables de jeu, où les héros sont plutôt sans attache ni famille afin d’expliquer facilement leur « départ à l’aventure ».

J’apprécie vraiment beaucoup la narration au passé, très agréable à lire. Je suis impressionné par le détail de plusieurs combats (presque au tour par tour) : je trouve que c’est intéressant parce que ce ne sont quand même pas les scènes les plus attractives à transcrire depuis une partie de JdR et tu arrives pourtant à les rendre vivantes ! Tu te souviens toujours parfaitement du déroulement de l’action ou bien tu te permets de broder ?


Je m’interroge d'ailleurs sur la prise de notes que tu t’accordes pendant la séance : notes-tu beaucoup de détails ? Des mots-clés ? (je pense notamment à une ou deux tirades de certains PJs/PnJs qui sont très détaillées dans tes texte) Peut-être les séances sont-elles suffisamment courtes pour avoir peu de choses à coucher sur le papier à postériori ? Une session de jeu dure en moyenne combien de temps ?

J’espère que tu as aussi une version Word en parallèle et que tu t’imprimeras un beau bouquin quand la campagne sera finie :bravo: .
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1705
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

@Irwin
Eh bien voilà un retour qui me fait bien plaisir et m’encourage à poursuivre cette narration. Merci. Grand merci.

Cette campagne est vraiment particulière et c’est également le fil de @Ego' qui m’avait mis l’eau à la bouche. Je l’avais proposé à ma tablée pour la maîtriser mais l’un de nous a aimé si atteler et c’est tant mieux car sa maîtrise est un régal.

C’est vrai aussi que j’ai cherché une raison pour mon personnage de franchir les monts brumeux et la lecture des à côtés du monde de Tolkien m’a donné l’idée de ce chaînon perdu. Et puis je voulais que mon personnage est un ancrage fort pour qu’il reste en Rhovanion. Une épouse et une descendance pour prendre sa suite qui sait ? D’ailleurs je vais me pencher sur cela en donnant plus de vie à ces deux pnj.

Pour le choix d’écrire au passé, cela m’est venu tout naturellement car j’ai aimé le style et la nostalgie qu’il apporte au récit. Quant à la prise de notes, la crise sanitaire l’a grandement améliorée car nous jouons depuis lors à distance. Je suis donc devant mon ordi et saisis un maximum de mots et de phrases en live notamment pour les dialogues que je trouve pechus que je retranscris tel quel. j’essaye d’être au plus juste car la tablée s’évertue à jouer dans le style Tolkien. Cela est néanmoins contraignant car il est plus difficile d’être dans la partie en étant concentré sur cette saisie. On envisage d’enregistrer d’ailleurs pour libérer quelques peu. J’essaye aussi de laisser un minimum de temps entre la partie et la rédaction pour garder franchement en mémoire les événements. Pour les combats je veux qu’ils soient brefs et cinglants et surtout qu’ils n’envahissent pas le récit.

Encore merci à toi pour ces commentaires sympathiques. Ton idée d’un texte final n’est pas pour le déplaire surtout qu’en parallèle les autres joueurs font de même avec leur vision à eux des événements.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
AgentK
Profane
Messages : 10
Inscription : jeu. sept. 10, 2015 6:27 pm
Contact :

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AgentK »

Bravo pour ce boulot considérable, Carfax. Je ne passe que très rarement dans le coin, et je suis ravi de voir qu'un autre a décidé de s'atteler à la tâche d'écrire le récit de cette campagne. Je n'ai fait que survoler, mais j'ai vu passer des choses qui me rappellent de bons souvenirs. 

Je me permets d'intervenir sur ce fil car notre groupe en a terminé de Ténèbres sur la Forêt Noire après cinq belles années de jeu, denses et exclusives, en ce sens que je n'ai maîtrisé que cette campagne. Comme vous, j'avais décidé de me lancer dans la tenue d'un blog où serait consignées, sous forme de contes, les aventures de mes PJs. Je ne sais pas si c'est campagne a le don, par son ampleur et sa poésie, de susciter l'envie d'écrire, mais je sais désormais que d'autres l'ont fait, et cela me conforte dans mon choix. 

Bonne continuation et beaucoup de plaisir et d'émotions à vous. 

Pour les curieux : https://contesdelaterredumilieu.wordpress.com/
Chroniques de la Frontière / Contes de la Terre du Milieu (récits d'une campagne l'Anneau Unique)  / Memories of Red (récits d'une campagne Eclipse Phase) /

 
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1705
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

AgentK a écrit : mer. août 26, 2020 12:32 pm Bravo pour ce boulot considérable

Merci.
AgentK a écrit : mer. août 26, 2020 12:32 pm Pour les curieux : https://contesdelaterredumilieu.wordpress.com/

Magnifique site ! Mais j'ai peu lu et juste parcouru pour ne pas me gâcher le plaisir en jeu de la découverte des événements scénaristiques.
Sinon dernière partie hier soir où l'on a fini l'année 2955 T.A., à ma plume désormais... 
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Prêtre
Messages : 393
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

Oui, hop hop hop, à ta plume ! :escrime
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1705
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

 
L'eau s'écoulait lentement sur les innombrables débris éparpillés de la barque restés coincés parmi les roches de la grève. De part et d’autre, des caisses et ballots étaient à moitié engloutis ou flottaient tant bien que mal. Désormais, la rivière retrouvait son calme. Au-dessus de nos têtes, le soleil débutait son lent déclin. Avant la nuit et aidé de Baldac, notre batelier, je rassemblais sur la berge où nous avions échoués les marchandises qui pouvaient encore être sauvées. La plupart des vivres étaient perdus. Elles avaient été entrainées par les flots ou y baignaient abîmées et irrécupérables. Au contraire des outils, des armes et même des étoffes pour lesquels nous nous évertuions avec énergie à sauver le plus grand nombre. Entretemps, le jeune Anrulf montait la garde son arc dans les mains. Il scrutait la noirceur de la forêt car, sur cette rive, nous étions en danger, livrés à ses affres. Beleg finissait de panser nos deux compagnons Vannedil et Finn, tous deux avaient été durement molestés lors de notre échouage. Et quand nous eûmes fini nos tâches et repris quelques forces, nous envisageâmes notre futur proche. Pour Baldac, il ne faisait aucun doute que nous étions en aval de Rhosgobel et il estimait le village du Tarn Noir à une semaine de marche en suivant la rive à pied. Avant d'atteindre le Lac Noir, la rivière traçait de multiples lacets augmentant de fait la distance à parcourir. La marche serait assurément plus courte en prenant droit à travers les bois mais certainement plus périlleuse. Nous hésitions car nous désirions avertir au plus vite la communauté des Hommes des bois - mais aussi le mage brun dont nous avions eu écho de son retour en sa demeure -  de l'humeur espiègle des Dames du Lac. Beleg s'interrogeait encore à ce sujet : il émit l'idée simple qu'Eau-Sombre, la plus âgée des trois, souhaitait nous entraîner rapidement en un lieu de son choix et que seul l'initiative malheureuse de Vannedil avec son filet avait entraîné la catastrophe. Pour ma part, je ne démordais pas et songeais à la malignité - que j'espérais passagère - de la Dame sous l'effet corrupteur des dernières pluies noires déversées par l'Ombre l’année dernière. Étions-nous les premiers à subir sa démence ? Je ne savais mais il nous fallait en témoigner aux nôtres. Pour cette raison, Beleg se montra insistant pour couper à travers bois mais nous restâmes inflexibles. Avec Vannedil, nous espérions croiser une autre embarcation et ainsi profiter de son aide, à tout le moins pour traverser et atteindre la rive opposée bien plus sûre.

Nous prîmes le long de la berge en abandonnant derrière nous, cachées sous des branchages morts, les marchandises sauvées des eaux. Il nous faudrait revenir ici les récupérer après avoir atteint le Tarn Noir. Je guidais mes compagnons sur des sentes dégagées et sèches autant que possible. Je prenais garde à ouïr constamment le son des flots tumultueux de la rivière m'assurant ainsi de ne jamais trop m'en éloigner de peur de me perdre. A la fin de notre première journée de marche, nous fîmes halte près d'une large souche isolée. Nous nous sustentâmes de maigres pitances et nous couchâmes le ventre gargouillant. Le lendemain fut éprouvant. Ni sentiers ni passages aisés. La rive était inondée compliquant notre progression et embourbant chacun de nos pas. Rapidement la fatigue pesa sur nos corps et nous tirâmes la langue jusqu'au bivouac du soir près d'une concrétion rocheuse. Nous fîmes un petit feu pour sécher nos chausses. Par bonheur, nos chasseurs, Beleg et Anrulf, trouvèrent des petits gibiers s'abreuvant depuis une grève non loin : ce frêle repas emplit néanmoins nos estomacs. Mais mon ami elfe était d'humeur maussade, maugréant à qui voulait l'entendre sa préférence pour couper à travers bois au lieu de s'embourber ici. Je ne disais mots et le laissais pester. A la nuit tombante, nous organisâmes un tour de garde et éteignîmes notre feu de camp afin de masquer notre présence. Beleg débuta le sien en premier.

Des secousses. Répétées. J'ouvrais mes yeux endormis et saisissais par réflexe le pommeau de ma dague mais une main ferme me retint le bras, une autre s'appuya sur ma bouche. « Chut, on vient ! » me souffla Beleg. Un silence pesant baignait la forêt d’une noirceur profonde. Ni étoiles, ni lune, seule l'obscurité oppressante des sous-bois. Tout proche, je perçus un mouvement. C'était le jeune Anrulf. Il réveillait avec précaution Vannedil qui, sortant de son sommeil avec précipitation, s'empressa de tirer sa lame au clair. Le son strident du fer de son épée raclant l'étui de cuir de son fourreau figea chacun de nous. Vannedil serra ses dents et pesta à mi-voix. A ses côtés le batelier tenait déjà fermement sa hache. Devant moi, j'entrapercevais la silhouette de l'elfe qui scrutait les futaies. Soudainement, il banda son arc et son trait lumineux jaillit dans la nuit. Il fit mouche.  Un son spongieux se manifesta suivi d’un râle plaintif. Les buissons devant lui furent secoués de tremblements. Quelle qu'elle était, la créature meurtrie s'enfuyait. Mais Beleg ne relâcha pas son attention et, tout en encochant une nouvelle flèche avec une rapidité incroyable, il nous cria « Trois éclaireuses ! Là, là et là ! ». Puis son trait partit et fila s'enfoncer profondément dans sa cible perdue dans la noirceur environnante. Comprenant notre impuissance à agir faute de ne rien voir, Beleg s'empara de sa lampe elfique, l'alluma et la posa au sol devant lui. Un halo lumineux éblouit l'obscurité qui refoula son noir manteau sur plusieurs coudées. Je distinguais à présent les corps horribles de trois araignées éclaireuses. Elles fuyaient la lumière vive de la lampe agitant frénétiquement leurs minces pattes velues. L'une d'elles se mouvait avec peine, deux traits plantés dans son abdomen. Nous fléchâmes avidement les arachnides et les crucifiâmes de nos flèches. Une dernière créature s'agitait encore lorsque la hache de Baldac projetée avec une grande force vint se ficher violemment dans sa gueule la tuant sur le coup. La furie de notre assaut fut courte. Nos oreilles restaient toutes ouïes et nous scrutions les environs soucieux de la présence de congénères mais la menace était écartée. Nous en fûmes soulagés.

Au matin, nous repartîmes en abandonnant derrière nous les cadavres des trois araignées et reprîmes notre marche. Je rechignais toujours à m'éloigner de la rivière et essayais de suivre sa rive autant que je pouvais. Cette fois, nous parcourûmes des chemins asséchées nous évitant de patauger à nouveau dans la gadoue. Anrulf nous réjouit car il parvint à chasser un jeune faon qui nous rassasiât plus que nécessaire. Nous nous accommodâmes de ce repas agrémenté de belles baies trouvées sur un mûrier vivace. Puis les berges s'éclaircirent pour laisser la place à un marais disgracieux signe de la proximité du lac. Au fil des heures passées dans ce bourbier nauséabond, je me perdis et nous errâmes au milieu de mares putrides assaillis par des nuées d'insectes voraces. Puis nous ressentîmes une présence, nous étions épiés. Des créatures humanoïdes aux longs bras et à la peau verdâtre nous cernaient mais gardaient bonne distance. Elles disparaissaient sitôt que nous nous en approchions. Des orques ? Non. Beleg les identifia comme des charognards des marais. Malgré leur présence, nous ne cherchâmes pas le conflit et poursuivîmes plus avant, tentant vainement de retrouver la direction du Tarn Noir. A mi-journée, couvrant le clapotis de nos pas dans les mares stagnantes, un rire moqueur s'éleva suivi d'un bruit d'éclaboussures. Sortant la tête de l'eau, Eau-Sombre nous regarda un sourire aux lèvres. Sa longue chevelure brune détrempée couvrait le haut de ses épaules. Elle portait une robe aux reflets argentés. Vannedil leva une main en guise de salut. Elle imita sa gestuelle tout en lâchant un nouveau rire mesquin. Puis d'un signe de sa main, elle nous engagea à la suivre et sans un mot se dirigea bon train vers le sud. Intrigués, nous lui emboîtâmes le pas. Néanmoins je distançais avec Vannedil le reste de nos compagnons qui tardaient pour marquer la piste empruntée. Tout le long d'un court trajet, la Dame ne cessa de rire puis stoppa devant l'entrée d'un vieux tumulus couvert d'une abondante végétation. Elle nous en désigna l'entrée. Celle-ci avait été récemment dégagée. A peine avais-je eu le temps de m'intéresser à cette tombe qu’Eaux-Sombre, dans un dernier rire, nous faussa compagnie. Elle disparut dans l'eau profonde du marécage alentour. Dubitatif, je m'avançais et allumais une torche. Renforcée de pierres taillées de mains d’hommes, l'entrée descendait en pente douce. Des traces de pas s'étaient figées sur son sol boueux. J’approchais voulant comprendre la motivation de la Dame à nous indiquer ce lieu. La lumière tremblotante de ma torche éclairait un couloir rocheux étroit. « Mais que faites-vous ? », Beleg éleva sa voix au moment même où je m'apprêtais à aller de l'avant. « Surveille les environs mon ami, je vais voir ce qui se cache ici. » répondis-je. Mais sarcastique, l'elfe rétorqua « Un peu de patience, Aigre-Feuille, tu n'es pas si prompt habituellement. Ne devrions-nous pas nous assurer des alentours, d'autant que ces créatures aux longs bras rôdent toujours ? ». Je restais coi mais pénétrais à l'intérieur d'un pas décidé. J'eus le sentiment de ne rien risquer.
 
Image
 
La salle souterraine était vaste, aussi large que longue. Son plafond exhibait une voûte constellée d’une myriade de petites pierres rondes assemblées les unes sur les autres. Le lieu inspirait la solennité et le recueillement. Les reflets lumineux de ma torche éclairaient une quinzaine de grands et massifs sarcophages en pierre posés sur le sol inégal et humidifié par les infiltrations d'eau. Ils étaient répartis harmonieusement sur l’espace disponible et les couvercles de trois d'entre eux étaient décelés et renversés à terre. Je m’approchais de l’un d’eux et plongeais mon regard à l’intérieur. La lumière tremblotante de ma torche fit scintiller une petite pièce en or. Je la saisie et constatais son ancienneté. Elle datait des temps jadis, ceux des Hommes du Nord. Elle était à l’évidence l’unique témoignage du trésor des sépultures qui avaient été profanées ici par des pillards peu scrupuleux. Et comme confirmation de mes pensées, Vannedil trouva sous le couvercle un collier orné de breloques dont les hommes des bois aimaient s’enticher. Ces colliers leur étaient précieux car ils retraçaient les événements forts de leur vie. Au nombre de bibelots accrochés, il devait appartenir soit à un vieil homme des bois, soit à un homme reconnu des siens. Sa fine lanière de cuir avait été arrachée, brisée. L’objet était récent et, assurément, nos pillards étaient des hommes des bois dont les pas avaient laissé les traces boueuses constatées à l’entrée de la sépulture. Je subodorais même que la présence des charognards des marais s’expliquait par la mort éventuelle de quelques-uns d’entre eux par des araignées après leurs méfaits. Vannedil m'interrogea sur le contenu des autres cercueils. Les ouvrir troublerait le repos des morts qui gisaient ici. Je m’y opposais. Il examina alors les dalles pour trouver des écritures ou des symboles gravés mais sans succès. Nous quittâmes le tumulus pour laisser en paix ce lieu qui n’aurait jamais dû être troublé.

A l’extérieur, nous retrouvâmes nos compagnons. Ils avaient poursuivi les traces boueuses des pillards sur une lieue. Elles filaient vers le nord et les pierres jumelles. Entre-temps, Baldac était monté sur un promontoire rocheux et nous montrait une étendue d’eau aux couleurs sombres. Le lac miroitait non loin. Derrière lui, la « dent », haut rocher caractéristique proche du village du Tarn Noir s’élevait. Grâce à ses repères, nous n’eûmes guère de difficulté à retrouver notre chemin. La Dame nous avait aiguillés une nouvelle fois dans les méandres marécageux mais aussi dévoilé les méfaits de certains des nôtres. Pourquoi ? Silencieuse, quel message nous transmettait-elle ? Et pourquoi cette folie sur les eaux ? Autant de questions sans réponse.

Au bout d’une journée, nous arrivâmes au Tarn Noir. Le lac était plus sombre que jamais et ses berges imprégnées de boues. Les hommes vivant ici avaient effacé les traces noires des pluies passées et renforçaient les fortifications du village. Nous fûmes accueillis avec bienveillance. Le sentier des elfes restauré avait apporté un lien fort avec la Porte-du-Soleil et un mieux-vivre se ressentait. Amaléoda nous offrit le couvert. Vannedil lui exposa le hasard de notre venue, nos péripéties et nos ennuis, le comportement étrange d’Eau-Sombre, la pièce et le collier. Elle reconnut sans mal ce dernier qui appartenait à Unald, un chasseur réputé de Bourg-les-Bois. Il passait souvent au Tarn Noir et cherchait, comme nombre de jeunes ici, des trésors anciens dans la forêt. Ces rumeurs de richesse courraient trop à son goût car elles désertifiaient les communautés des bras les plus valides. Et ces chercheurs d’or ne revenaient jamais de leur quête : ils se perdaient dans les bois pour quelques pièces d’or en souillant les sépultures. L’Ombre agissait et tiraillait chacun de nous de bien des façons. Amaléoda s’inquiétait aussi du comportement de la Dame du Lac. Elle était devenue moins loquace, puis plus discrète, jusqu’à disparaître du lac depuis les pluies noires. Ce dernier s’étouffait, s’asphyxiait, la vie le fuyait. Sans compter le harcèlement incessant de Morgdred et de ses hommes, mais aussi les raids sporadiques des orques sur le Tarn Noir. Amaléoda figea ses traits, l’Ombre recouvrait inexorablement ses terres de son noir manteau.

ImageImage

Fin des sessions 22 & 23.
Passage au niveau 8.
Phase de communauté
Dernière modification par Carfax le jeu. sept. 03, 2020 11:34 am, modifié 9 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Prêtre
Messages : 393
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

Au fur et à mesure, la compagnie se resserre.. Un petit noyau d'experts centrés sur eux-même, aptes à lutter contre la corruption extérieure.. Mais qui la protège, elle ?
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."
184201739
Pratiquant
Messages : 289
Inscription : ven. sept. 07, 2018 7:31 pm
Localisation : Fontainebleau, Aix en Provence, Avignon

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par 184201739 »

AsgardOdin a écrit : lun. août 31, 2020 11:54 am Au fur et à mesure, la compagnie se resserre.. Un petit noyau d'experts centrés sur eux-même, aptes à lutter contre la corruption extérieure.. Mais qui la protège, elle ?
Iluvatar ? ;)
 
Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1322
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

on s etait dit rdv dans 10 ans !!
« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » — Thomas Sankara
.
:bierre:
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1705
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Aigre-Feuille vieillit. Presque 10 ans qu'il parcoure les Terres Sauvages. Ses traits changent et prennent de l'âge.

Image

La dernière aventure a abouti au passage de niveau. Le voilà 8ème. J'ai opté pour une augmentation de 2 de sa FORCE qui passe de 12 à 14. Cela harmonise mes scores de carac et me donne un peu plus de poids au combat car j'y joue souvent le rôle de tank. Il gagne aussi Résistance au Poison. Je reviendrai dans mon prochain billet sur la phase de communauté. En attendant, sa fiche de personnage mise à jour.

Image
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1705
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

9ème phase de Communauté
Susciter un soutien

Fin d'année 2955 du Tiers Âge
 
Image
 
Beranhild m'enlaça puis me regarda fixement. Je lus dans ses yeux une fierté non dissimulée et j'en fus ému. Le temps s'était écoulé depuis notre première rencontre et notre amour comme notre complicité s'en était épanouis. Elle m'ôta mon lourd manteau dont elle épousseta la neige accumulée sur les épaules. Dehors la nuit avait envahi les cieux depuis fort longtemps et le froid gelait tout de sa morsure. Je retirais mes gants de laine et m'approchais du feu crépitant dans l'âtre. Je frottais mes mains glacées au-dessus des flammes. La maisonnée était endormie, ma fille sommeillait sous ses couvertures. Elle avait bien grandi et je m'enorgueillissais déjà de son adresse avec un arc. Je souris brièvement de cette fierté toute paternelle. Beranhild revint et caressa tendrement mon épaule puis s'assit face à moi sans mot dire. Mon regard plongé dans les flammes dansantes, je lui dis « Eberulf et tous les sages m'ont fait bon accueil. Je les ai remerciés de m'admettre en leur sein ce soir, une faveur du conseil dont j'espère être digne. Les hommes du village me témoignent une grande estime mais aussi une pleine confiance. Dúnedan je reste mais Homme des Bois je suis désormais. » Mes mains se réchauffaient, je pouvais sentir le sang affluer à nouveau au bout de mes doigts. « J'ai beaucoup écouté, peu parlé. Une missive est arrivée à Bourg-les-Bois. Un second conseil du Nord se tiendra l'été prochain à Esgaroth, la ville du Lac. Il est appelé par le roi Bard. A nouveau, l'Ombre s'élève indéniablement et les peuples libres s'en inquiètent. Ce sera un événement lorsqu'on songe que le dernier s'est déroulé après la Bataille des Cinq Armées. Il regroupera des personnes influentes et de hauts rangs. Le conseil de Bourg-les-Bois ce soir m'a fait l'honneur de me demander de l'y représenter, d'être de sa délégation. ». Je fis silence. Une bien lourde responsabilité. Je levais mes yeux sur ma compagne et vis sur son visage que j'avais toute sa confiance. Cela me réchauffa le cœur.

Serment et sacrifice
Dernière modification par Carfax le mar. sept. 08, 2020 2:08 pm, modifié 5 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1322
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

ya 10 ans, le conseil des clans, l année prochaine, le conseil du Nord

aigre feuille et ses compagnons gagnent en stature
« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » — Thomas Sankara
.
:bierre:
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Prêtre
Messages : 393
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

Très émouvant tout ça :wub:
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."
Avatar de l’utilisateur
Irwin
Profane
Messages : 16
Inscription : mer. sept. 07, 2011 10:04 pm
Localisation : Région parisienne

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Irwin »

Très chouette récit :runaway

C'est intéressant de voir vieillir le personnage : il gagne des responsabilités dans sa communauté mais après de nombreuses années ça paraît très plausible (en tout cas par rapport à des campagne où les PJs multiplient les hauts faits en quelques mois :D). Je me demande si la fille d'Aigre-Feuille (bientôt ado ?) va être utilisée dans le récit par le MJ. :yes:
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1705
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Et le merci à vous tous.
Ce jeudi soir, on débute l'année 2956. Hâte !
 
Irwin a écrit : jeu. sept. 03, 2020 10:02 am Je me demande si la fille d'Aigre-Feuille (bientôt ado ?) va être utilisée dans le récit par le MJ. :yes:

Nous partîmes à 5 joueurs et joueuses. Deux nous ont malheureusement quitté en cours de partie. Du coup quelques PNJ joués en partage par les PJs nous accompagnent. C'est le cas du frère de Belg, Saeros, mais aussi de son protégé, Anrulf, devenu jeune adulte. J'ai créé une feuille de personnage pour Beran, le "beau-fils" d'Aigre-Feuille du même âge que Anrulf, mais il n'est pas encore intervenu. Quant à la fille d'Aigre-Feuille, elle grandit doucement mais risque de prendre plus d'importance et pourquoi pas la suite de son père dans cette campagne de trente années. Nous verrons :??: bien lorsqu'elle atteindra sa majorité :D .
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Répondre