[CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1880
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

AsgardOdin a écrit : ven. déc. 04, 2020 8:32 pm Question mécanique, vous avez géré ça comme ça ?

Difficile de te répondre. Il faudrait que je pose la question au MJ. Pour ma part j'ai combattu bcp d'ennemis en mêlée. Nos réussites ou échecs devaient assurément influencer sur la bataille. J'ai d'ailleurs sauté de brèches en brèches sur les murailles pour les colmater.
184201739 a écrit : sam. déc. 05, 2020 12:07 am Obligé, vous m'avez eu !

Heureux que cela t'incite à la relecture. Merci de ton retour.
polki a écrit : ven. déc. 04, 2020 4:30 pm mieux vaut abandonner :mrgreen:

Jamais ! :D  
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1880
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

AsgardOdin a écrit : ven. déc. 04, 2020 8:32 pm Question mécanique, vous avez géré ça comme ça ?

Je reviens vers toi @AsgardOdin car j'ai posé la question au MJ. Voici sa réponse :
Le scénar indiquait que, dès que chaque PJ avait tué 2 gobelins, l'attaque devait cesser. Ce n'était pas satisfaisant. Je voulais que vos choix, votre dynamisme et votre réactivité influencent la bataille.

J'ai donc choisi de ne pas utiliser le système de round et d'initiative mais d'agir de manière asynchrone : je passais rapidement et séquentiellement à chacun de vous en vous demandant ce que vous faisiez, en vous laissant peu de temps pour réagir et en vous faisant faire les jets pendant que je gérais le suivant puis je revenais donner le résultat et demander l'action suivante. J'espère que le résultat a été dynamique et prenant.

Vos choix ont aussi influencé les possibilités des gobelins : par exemple, tu t'es pas mal occupé des remparts sud-ouest, ce qui a empêché la prise de position des gobelins à cet endroit, Vannedil a choisi de gérer la partie Sud-Est tandis que Beleg prenait la partie Ouest. Quand un groupe de gobelins a pris d'assaut la porte Sud, vos choix précédents ont fait que ni Vannedil ni toi n'étaient en position pour les stopper. Comme les hommes des bois et les gobelins avaient des statistiques de combat similaires, les gobelins ont été filtrés par eux (tirs de flèches) uniquement pour un ratio de 1 pour 1 laissant un groupe de 4 passer. Beleg a choisi de les pourchasser (choix judicieux car ils auraient fait du dégât en mettant le feu sinon) mais il a laissé le rempart Ouest moins protégé, impliquant une prise de position des gobelins, avancée que tu as du gérer ensuite.

Pour finir, la retraite des gobelins était conditionnée à votre réaction face aux deux orques "spéciaux". Là, ce fut net : Vannedil, suivant ton avertissement et délaissant sa propre sécurité (il l'a payé par la suite par une belle blessure d'un gobelin qui a pu prendre position) a réussi un magnifique tir critique sur le premier, le séchant net, ce qui a rapidement fait reculer le suivant, qui se trouvait ciblé (infructueusement) par Amaléoda. Au final, la débandade a pris le dessus.

Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1403
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

rendez vous !!
vous etes cernées !!
« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » — Thomas Sankara
.
:bierre:
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Evêque
Messages : 471
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

Super, merci de la précision !
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1880
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

 
Après la furie d’Eau-Sombre, Amaléoda nous enjoignit de la suivre jusqu’au grand hall du Tarn Noir. Malgré l’heure avancée de la matinée, la vaste salle baignait encore dans l’obscurité mais un brouhaha constant l’emplissait. Çà et là des hommes et des femmes s’attelaient aux soins des blessés de la nuit. Certains gémissaient leur douleur, d’autres sommeillés. Un grand feu brûlait au centre du hall où cuisaient les préparations culinaires du déjeuner. Nous nous mîmes en retrait de toute cette activité dans l’ombre d’une alcôve. La cheffe du Tarn Noir nous scruta d’un regard intense et soucieux : « Nous allons devoir prendre une décision d’importance. Je vous sais être des alliés sans faille de notre communauté et vous avez su me montrer la folie d’Eau-Sombre. Vous avez ma pleine confiance. Si nos ennemis gobelins continuent leurs assauts nocturnes avec la même intensité, nous ne tiendrons que quelques nuits mais je ne vois nulle victoire au bout de cette lutte. Or il est impensable que je sacrifie les miens dans la chute du Tarn Noir. Ce matin deux de mes plus vaillants éclaireurs sont revenus de l’Ouest et de l’Est. Je les avais envoyés juger des opportunités de fuite pour mon peuple dans ces deux directions car celle via le lac est désormais perdue. » Vannedil s’inquiéta d’une désertion du village par les terres, lui-même avait échoué la veille lors de sa brève tentative vers l’Ouest le long des berges du lac. Néanmoins, nous savions l’aversion des gobelins pour les araignées. Celles-ci pullulaient à l’Est et nous pouvions espérer, de ce fait, une présence gobeline moins importante qui offrirait l’opportunité d’une fuite massive en contournant l’étendue d’eau dans cette direction. Cette option me parut cependant bien fragile. A l’Est, les charognards pullulaient et nous en avions fait l’amère expérience. De plus, l’éclaireur parti dans cette direction, nous avez témoigné de sa frayeur à l’approche du tertre abandonné. Apeuré, il avait rebroussé chemin face à une terrible noirceur présente en ce lieu. Cette information nous troubla grandement. Non, nulle fuite. Il nous fallait obtenir de l’aide et tenir. Tenir car cela serait une grande victoire pour le Tarn Noir mais aussi un symbole fort de la résistance des peuples libres face à l’avancée de l’Ombre. Beleg penchait aussi pour cette voie : envoyer des hommes quérir du secours à Rhosgobel et résister jusque-là. Certes, Rhosgobel comportait peu de combattants en son sein mais nous savions la présence de deux istari dans le village. L’Ouest nous offrait cette possibilité. Au jour levé, l’éclaireur d’Amaléoda avait noté un desserrement de l’étau des gobelins. Leur armée s’était retirée dans la forêt à l’abris des rayons vifs du Soleil. Un petit groupe pourrait s’insinuer dans leurs lignes ainsi distendues pour alerter les Hommes des Bois de Rhosgobel. Nous suggérâmes cette idée à Amaléoda. Celle-ci l’acta d’un hochement de tête et nous demanda alors d’accomplir cette mission. A ses yeux, nous étions les plus à même de la réussir mais surtout de convaincre les deux sages, comme ceux de Rhosgobel, de la situation désespérée du Tarn Noir. Devant nos moues dubitatives et hésitantes, elle nous assura que notre départ ne serait pas un abandon mais le seul espoir de survie, certes infime et modique, pour le Tarn Noir.

Nous partîmes dans la foulée et nous avançâmes vers l’Ouest sous le couvert des premiers bosquets. Nous portions un message d’Amaléoda destiné aux sages de Rhosgobel. Sous une brume épaisse, nous progressâmes avec précaution. Nous nous faufilâmes dans les bois, incertains de la présence des gobelins. Plus d’une fois nous nous cachâmes de la vue d’une escouade ou d’un petit groupe de maraudeurs. Plus d’une fois nous jouâmes de chance et nous pûmes ainsi traverser les lignes ennemies. Ces quelques heures d’arrêts incessants et de « qui vive » furent éreintantes mais, enfin, le chemin de Rhosgobel s’ouvrit à nos pas. Nous accélérâmes notre allure, brutalisant nos jambes et nos pieds. Deux jours plus tard, épuisés et fourbus, nous vîmes enfin la ceinture d’épines de Rhosgobel se dessiner à l’horizon. Mais nous ne cessâmes jamais de nous interroger sur la survie du Tarn Noir après ces deux longues nuits de marche forcée.

L’aube nous accueillit mais nous ne perdîmes pas de temps. L’urgence de notre mission prima sur notre repos. Nous franchîmes la porte du village avec les premières lueurs du petit matin. Vannedil et moi laissâmes Beleg s’enfoncer immédiatement dans le bosquet de Radagast pour nous approcher des anciens du village. Nous n’eûmes guère de mal à trouver la demeure de l’un d’entre eux et y fûmes reçu avec surprise mais bienveillance. Nous nous excusâmes de cette arrivée impromptue et quelque peu cavalière. Néanmoins, notre hôte écouta attentivement le récit de notre hâte. Il balbutia ses mots sous l’effet de son étonnement. Une armée gobeline ? Impensable, impossible ! Le Tarn Noir subsistait- il ? Nous lui décrivîmes la situation aussi précisément que nous pûmes. L’homme se sentit démuni face à l’ampleur de la néfaste nouvelle. Ici, tout au plus une vingtaine de guerriers pourrait être réunis. L’aide de Bourg-les-Bois était indispensable. Il la fit quérir par un messager qui partit sur l’instant. Nous le laissâmes s’organiser et, sous ses conseils, nous dirigeâmes vers la maison de hôtes rencontrer l’homme de main de Sarouman pour lui expliquer la tragique situation.

Sur notre chemin, nous ne fûmes pas surpris de retrouver le sage Radagast accompagné de Beleg. Tous les deux progressaient à vive allure. L’istar, le visage fermé et résolu, s’appuyait sur son bâton biscornu et devançait notre ami elfe. De larges gestes, il écartait tout homme des bois qui obstruait son passage. « Place ! Place ! » soufflait-il entre ses dents dans sa barbe. En silence, nous emboîtâmes ses pas et ceux de notre ami.

L’homme que nous avions vu intervenir au nom de Sarouman devant le conseil du Nord se tenait sous la porte d’une belle bâtisse en bois. A son approche, Radagast l’interpella pour lui demander d’avertir Sarouman de sa visite. Une urgence. Réticent devant tant d’ardeur, il s’effaça néanmoins face à la détermination du mage brun et nous pénétrâmes dans la maison.
 
Image
 
Sarouman trônait sur un large fauteuil. Sa tenue blanche immaculée resplendissait de puissance. De sa main droite, il tenait un long bâton tout aussi blanc et finement ouvragé. Ses yeux perçaient la pénombre ambiante. Sa présence et son aura nous intimidèrent immédiatement. D’un ton autoritaire, il interrogea son acolyte « Qu’est-ce cela Radagast ? Pourquoi interrompre si urgemment mes méditations ? ». Quelque peu hésitant, le mage brun répondit en nous désignant de son index : « Ces trois courageux compagnons reviennent du Tarn Noir. Le village est attaqué, assailli par des gobelins. Une multitude. ». Puis ce tournant vers nous trois, il poursuivit : « Témoignez à Sarouman ce que vous vîtes deux jours de cela. Dites-lui et n’omettez rien ! ». Beleg, la voix chevrotante, s’exécuta : « Une armée de gobelins attaque le village. Jamais, je n’en avais vu autant et jamais aussi près d’une communauté humaine. Par ailleurs, Eau-Sombre, la demoiselle du Lac a été corrompue par l’Ombre. Nous pensons que l’une des reines araignées la détient en son pouvoir. Et ce n’est pas tout, à l’est du village, près d’un tertre, une ombre noire et terrible s’éveille regroupant les charognards et autres vils créatures autour d’elle. Notre aide au Tarn Noir est cruciale, vitale, seigneur Sarouman. Nous sommes venus ici quérir cette aide. » L’elfe se tut et le mage marmonna : « Une armée de gobelins ? Des gobelins des forêts ? Telle est la menace ? Les gobelins des forêts ne savent pas s’organiser en armée ! ». Abandonnant ma retenue, je renchéris les propos de Beleg « Maître Sarouman, ces gobelins sont aux mains d’orques plus vils. Ces orques, si j’en crois mes souvenirs, viennent de Barad Dur, la Tour Sombre. Des créatures bien plus imposantes que ces simples gobelins, casquées et en armure, sachant invectiver et diriger des troupes. Des messagers de Lugburz. Tel est ce que je crois. ». Sarouman garda le silence puis, songeur, du bout des lèvres lâcha : « La marque de Sauron… sa main s’étend. Ici, Rhosgobel dispose insuffisamment d’hommes en arme pour prêter secours au Tarn Noir. La présence de ces messagers complique grandement la survie de cette communauté. Mais, dites-m’en plus sur cette ombre naissante… ». Beleg resta muet et perdit son regard sur le mage puis le détourna vers Radagast. Ce dernier l’encouragea : « Parlez Beleg, parlez sans crainte. ». L’elfe poursuivit : « Tapis dans le tertre, une entité obscure règne. Nous l’avons déjà croisée au cœur de la Forêt Noire, ou plutôt devrais-je dire, nous avons déjà fui devant elle…Cette ombre n’est pas ordinaire. En communion avec la forêt, j’ai pu entrevoir toute son insondable noirceur. Je suppute là un Nazgûl, l’un des neuf. ». Sarouman demanda « Mais vous-même, tous trois, n’êtes point allés dans ce tertre ? Vous postulez là sur la présence d’un Nazgûl sans confirmation. ». L'elfe respira puis repris : « Non, nous n’avons pas vu cette créature. Mais voilà une année, nous avons fouillé ce tertre et trouver les traces du passage d’un chasseur, un Homme des Bois. Nous l’avons retrouvé à Esgaroth, lors du Conseil du Nord et, pour le grand malheur des bardides, c’est lui qui s’est attaqué à leurs roi et reine. Cet homme, j’ai pu l’approcher et je peux affirmer ici qu’il a été corrompu par cette entité maléfique. ». Sarouman m’interrogea alors : « Vous, vous êtes un rôdeur de l’Ouest, que pensez-vous de cela ? ». Je répondis calmement : « Moi-même je n’avais mis aucun nom sur cette noirceur dont nous avions fui l’avancée au fond des bois, apeurés que nous étions. Mais si telle est sa nature, alors il nous faut lutter contre elle. Le Tarn Noir est peut-être perdu, mais si une once d’espoir reste, alors il nous faut la saisir et agir. ». Radagast reprit : « Sarouman, nous ne pouvons rester ici les bras croisés. Nous ne pouvons abandonner ces gens. Nous sommes… » Sarouman leva une main autoritaire et interrompit le mage brun dans sa supplique : « Il suffit. Il nous faut voir au-delà des apparences. Avez-vous imaginé un instant qu’il s’agisse là d’un piège ? ». Beleg réagit : « Mais Maitre Sarouman, sauver le Tarn Noir redonnerait un immense espoir, nous apporterait un regain face à l’avancée de l’Ombre. ». Le mage blanc trancha sèchement d’une voix profonde et grave : « Je dois réfléchir. Retirez-vous ! ». Nous quittâmes la pièce où seul Radagast resta en compagnie de Sarouman. Nous attendîmes dehors sous un soleil d’été radieux et chaleureux, comme un contraste aux froids tourments qui nous assaillaient.

à suivre...
Dernière modification par Carfax le mar. déc. 22, 2020 11:35 am, modifié 6 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1403
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

ça commence à sentir le sapin :)
« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » — Thomas Sankara
.
:bierre:
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Evêque
Messages : 471
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

Sarouman..
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."
Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1403
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

l homme sarou
 
« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » — Thomas Sankara
.
:bierre:
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1880
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Sarouman le blanc sortit seul de la maison des hôtes. Sa puissance rayonnait. D’une main, il nous désigna : « Vous trois, suivez-moi ! ». Sans même attendre une réaction de notre part, le mage descendit prestement vers la porte de Rhosgobel. Nous le suivîmes à la hâte et, lorsque nous franchîmes la haute haie d’épine ceinturant le village, l’air devint cotonneux, laiteux. Ma vision se troubla, seul le mage blanc restait distinct à ma vue, tout autour n’était que flou. J’en eus un haut le cœur que je réprimais à grand peine. Cette sensation persista néanmoins et, bien vite, l’étrangeté de cette situation s’imposa. Je ne reconnus rien des abords de Rhosgobel, nulle forêt, nul arbre, nul rocher, nul ciel. Tout était vaporeux et je suivais Sarouman tel un navire dérivant vers un phare irradiant sa lumière blanche.

Puis, soudainement, le voile cotonneux se déchira. La forêt émergea tel un flash verdoyant et je dus me masquer les yeux de mes mains. Le mage était devant moi, sa silhouette blanche se dessina devant le tertre du Tarn Noir. La confusion était impossible et j’en fus subjugué. Ainsi nous avions, par sa magie, voyagé à la vitesse du vent jusqu’aux abords du Lac Noir. Rapidement, le trouble de ma vision s’estompa et je perçus les innombrables charognards qui erraient autour du tertre. Face à eux, Sarouman se dressa dans toute sa puissance et brilla d’une lueur blanche. Les créatures s’hébétèrent et refluèrent lorsque celui-ci s’avança vers l’entrée du tertre et, avant de s’y engouffrer, sa voix résonna puissamment dans ma tête et celle de mes amis : « Battez-vous maintenant ! Battez-vous dignes compagnons et priez pour que nous ne soyons pas arrivés trop tard pour affronter cette Ombre. Celle-ci est venue et dépasse la force de vos esprits et de vos corps. Combattez ses sbires ! ». Puis, il disparut dans un éclair blanc. D’abord affolés, les charognards reculèrent mais très vite, avides de nos chairs, ils nous chargèrent en masse.

Je tranchais, coupais, taillais sans relâche dans la mêlée. J’étais galvanisé par le verbe de Sarouman. Les traits de mes compagnons sifflaient à mes oreilles et fauchaient d’innombrables charognards. Mais leur nombre semblait infini. Vannedil cria dans la furie du combat : « Vous avez entendu l’istar mes amis, nous n’avons rien à craindre ! ». Cela me redonna un regain de force et je pus m’extirper de l’étau de deux créatures. Néanmoins, je sentais mes forces s’amoindrir : une première estafilade déchira mon bras droit et un réflexe inattendu me sauva d’une terrible décapitation. Mon sang perla mais mon bras ne trembla point. Ma lame hacha et perfora dans un ultime sursaut lorsque le sol se mit à vibrer. Je faillis perdre l’équilibre sous la violence des secousses. Emanant du tertre, une voix gutturale et profonde parvint à mes oreilles. Des incantations elfiques ! Puis celle sombre et sourde d’un phrasé noir s’y opposa. Le ton des imprécations s’amplifia et les ondes sismiques s’intensifièrent. Autour de moi, la mêlée cessa comme suspendue. Le sol s’ébroua avec violence et je mis un genou à terre en perdant l’équilibre. Un éclair éblouissant jaillit du tertre telle une explosion. Son souffle me projeta au sol et je chus en arrière. Terres et pierres voltigèrent dans les airs lapidant mon corps. Un cratère béant remplaça le tertre. Hébété, je me redressais sur mon céans pour voir, en son centre, resplendir Sarouman le blanc. D’un pas calme et assuré, il s’avança vers moi et sa voix résonna à nouveau : « Tel est fait ! Rejoignez le village du Tarn Noir maintenant… ».

Aidé de Beleg, je me relevais, épuisé et blessé. Nos regards se croisèrent et nous nous comprimes sans un mot. La noirceur qui emplissait le tertre s’était dissipée et les charognards avaient fui. Seule la puissance du mage blanc rayonnait désormais. Troublés, nous nous dirigeâmes tous les trois vers le village.

Lorsqu’il se montra sur les rives du lac, le village apparut à moitié effondré et détruit. Des panaches de fumées sombres s’échappaient de quelques bâtisses. Ses palissades autrefois bravaches étaient mutilées et calcinées. Mon cœur cessa de battre, j’appréhendais le pire. Ces deux nuits passées étaient-elles les dernières du Tarn Noir ? Les gobelins avaient-ils tout saccagé, tout détruit ? Le village nous apparut déserté et abandonné. Des corps de gobelins mais aussi d’hommes et de femmes des bois jonchaient le sol près des palissades effondrées. Mais, contre toute attente, une silhouette émergea des ruines du village. Amaléoda. Meurtrie, elle dressa son cor et souffla puissamment. Le son se répercuta dans les frondaisons des bois et fit onduler les eaux du lac. Puis, dans un geste rageur, elle leva haut son épée. Des hommes des bois vinrent autour d’elle et crièrent leur victoire. Car au loin, les gobelins refluaient et fuyaient en désordre, s’enfonçant dans la forêt, abandonnant le combat. Le Tarn Noir avait subsisté et sa cheffe survécu. Nous avions tenu notre promesse.
 
Image
 
Fin des sessions 31 à 33
Phase de communauté
Dernière modification par Carfax le mar. déc. 22, 2020 2:04 pm, modifié 5 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1403
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

de quoi passer les fetes au chaud :)
« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » — Thomas Sankara
.
:bierre:
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1880
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

11ème phase de Communauté
Développer sa propriété

Fin d'année 2957 du Tiers Âge
 
 Image
 
Ne brille pas forcément l'or
Ne sont pas perdus tous les errants ;
Ne dépérit pas le vieux fort,
Ne gèlent pas les racines creusant.
Des cendres, un feu sera attisé,
Des ombres, une lumière s'élèvera ;
Reforgée sera l'épée qui fut brisée,
Le sans-couronne roi redeviendra.(1)

Telle fut ma fierté lorsque ma douce fille, du haut de ses jeunes printemps, me récita sans heurt ni bafouille ce poème des Hommes de l’Ouest, mes ancêtres. Telle fut ma fierté de l’entendre claironner ce poème de sa bouche juvénile au coin de l’âtre. L’hiver, pour une fois, fut plus doux que les précédents et son aube moins mordante.   

(1) Poème "Strider". Original J.R.R. Tolkien, traduit par J.Mansencal.

La demoiselle envoûtée

Dernière modification par Carfax le mar. janv. 05, 2021 3:45 pm, modifié 1 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1880
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Le fil approche des 50000 vues. Incroyable 8)7 . Merci aux lecteurs et une très bonne année. La suite arrive très vite dès la semaine prochaine avec le début du récit de l’année 2958. Cette campagne est un bijou.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1403
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

:yes:
« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » — Thomas Sankara
.
:bierre:
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Evêque
Messages : 471
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

Merci à toi !
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."
Tugdual
Profane
Messages : 4
Inscription : ven. déc. 02, 2016 11:08 am

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Tugdual »

Oui, merci et bravo, c'est passionnant. Et cela donne vraiment envie de faire jouer la campagne ! 👍
Répondre