[CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
Avatar de l’utilisateur
dreamofrlyeh
Initié
Messages : 159
Inscription : mar. août 29, 2017 10:20 am
Localisation : Lyon 7
Contact :

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par dreamofrlyeh »

Je suis curieux : qu'est-ce qui a décidé (hors fiction) de la disparition de Beranhild ? Un coup de dé malchanceux, ou bien tu (ou le MJ) as décidé que ce serait intéressant pour l'histoire ?
Retrouvez-moi aussi sur https://dreamofrlyeh.itch.io/
J'ai aussi un blog par là : https://icisontdesdragons.blogspot.com/
Et sur Twitter : https://twitter.com/icidesdragons
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1906
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

dreamofrlyeh a écrit : mar. févr. 16, 2021 8:21 pm Je suis curieux : qu'est-ce qui a décidé (hors fiction) de la disparition de Beranhild ? Un coup de dé malchanceux, ou bien tu (ou le MJ) as décidé que ce serait intéressant pour l'histoire ?
une curiosité bien naturelle 😉. Ni dé malheureux ni décision du MJ, juste l’envie narrative de décrire un moment de vie triste pour Aigre-Feuille mais aussi préparer peut-être une futur passation avec sa jeune fille. L’idée m’est venu en rédigeant la dernier phase de communauté que je trouvais creuse. Je voulais apporter de l’émotion au récit. La mort n’est pas que brutale ou le fait de l’Ombre en Terres Sauvages.

je crois même que mon MJ a versé une petite larme à la lecture du CR 😇
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
dreamofrlyeh
Initié
Messages : 159
Inscription : mar. août 29, 2017 10:20 am
Localisation : Lyon 7
Contact :

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par dreamofrlyeh »

Curiosité satisfaite ! C'est très cool, en tout cas. Un peu de drama, ça fait toujours son effet 😢
Retrouvez-moi aussi sur https://dreamofrlyeh.itch.io/
J'ai aussi un blog par là : https://icisontdesdragons.blogspot.com/
Et sur Twitter : https://twitter.com/icidesdragons
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1906
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Le temps s’écoula. Les premiers jours passèrent. Le recueillement tint. Le tertre fleurit. Nombreux furent mes visiteurs, Beranhild était très estimée. Parmi ceux-ci, mes amis vinrent aussi. Ils étaient accompagnés d’Athala. Beleg me questionna du regard et je lui signifiais laconiquement la mort apaisée de ma bien aimée. D’un geste attentionné, l’elfe me témoigna sa compassion. J’étais chagriné mais revoir mes amis soulagea ma mélancolie. Vannedil m’exprima ses sincères condoléances et la jeune guerrière s’agenouilla silencieusement devant le tertre. Elle savait pertinemment le chagrin de perdre un être cher.

La peine noyait mes sentiments et je n’avais guère le cœur aux palabres. J’invitais néanmoins mes visiteurs à entrer dans ma chaumière. En son sein, assis en cercle, nous nous recueillîmes. J’offris à chacun le partage de quelques bouffées d’une savoureuse herbe à pipe. En cet instant, j’eus une pensée émue pour Myrha car elle me manquait affreusement. Un silence profond s’installa, chacun restait absorbé dans ses pensées. Un feu rougeoyait dans l’âtre et son souffle crépita lorsque ma fille entra dans notre demeure. Elle avait bien grandi et était désormais une adolescente presque mûre. Elle vint nous rejoindre dans le cercle et salua chacun d’un signe discret après s’être assise. Puis, rompant le silence, elle dit : « L’elfe, toi qui conte de belles histoires, pourrais-tu en narrer une qui réchaufferait mon cœur attristé ? ». Beleg regarda ma jeune fille et lui sourit tendrement. Lentement, il s’empara de sa lyre et entonna un chant, celui d’une légende ancienne. Sa voix douce s’éleva et narra la vaillance de ceux partant vers les cieux, leur chemin cessait ici mais se poursuivait en l’au-delà, vers un ailleurs encore plus majestueux. Puis, l’elfe se tut. Je tirais alors une longue bouffée sur ma pipe et expirais une fumée blanche de ma bouche. Un bien-être m’enveloppa, celui de l’amitié. J’appréciais pleinement la présence de mes amis à mes côtés en ces jours tristes. Curieusement, je posais mon regard sur Athala et dis : « Alors jeune femme, avez-vous toujours l’ivresse de votre vengeance ? ». Elle me répondit : « Maître Aigre-Feuille, je comprends la tristesse qui vous habite. Oui croyez-le ! Mais qu’en serait-il si votre bien aimée eut été emportée par le geste d’un homme dont le simple plaisir fut d’occire ? La sagesse, telle est la force qui devrait me guider. Mais je patiente depuis vingt longues années. Vingt longues années d’un cauchemar quotidien. Vingt longues années à fomenter et ressasser ces meurtres qui me hantent. Oui, hantée je suis. Et je ne connais qu’un seul remède pour tarir cette source maléfique. Maintenant cela suffit, je retrouverai cet assassin et il mourra par mon épée. ». Lorsqu’elle cessa ses mots, Vannedil poursuivit : « Athala, nous connaissons des informations précieuses à vos yeux. Nous soupçonnons un homme mais ce dernier appartient à un dessein bien plus grand que votre vengeance personnelle. Nombreux sont les vivants qui mériteraient la mort et tout aussi nombreux les morts qui mériteraient la vie. Pouvez-vous leur rendre ? Non. Alors ne soyez pas trop prompte à dispenser mort et jugement ! ». Athala déglutit puis, calmement, posa sa voix : « Je comprends vos mots. Ils sont sages. Mais j’en appelle à votre confiance. Il me faut savoir ce que vous me cachez. ». Vannedil acquiesça puis, après un regard appuyé à chacun de nous, confia à Athala notre secret. L’homme recherché était nommé Morgdred Il était le fils d’Ingomer, sage parmi les sages des Hommes des Bois, et dirigeait les hommes de la Colline au Tyran. Depuis le dernier conseil des anciens, Morgdred et les siens avaient été rejetés des communautés des Hommes des Bois. Il avait quitté cette assemblée jurant son courroux et ceux du Tarn Noir pouvaient témoigner depuis lors de ses intentions belliqueuses. Mais son toupet effronté était sans mesure puisque, auprès du récent conseil du Nord et malgré tout, il avait convaincu de son aide pour reconstruire la vieille route naine de la Forêt Noire. Vannedil poursuivit ses révélations : tous trois, ici, nous étions convaincus de ses manigances fourbes et persuadés, bientôt, de leurs mises au grand jour. Cet homme, assurément, œuvrait pour l’Ennemi et le déjouer nous importait, le confondre sans pour autant l’éliminer. Athala se raidit. Saurait-elle résister à ses pulsions vengeresses maintenant que son cauchemar portait un nom ? Beleg renchérit : « Tuer cet homme à présent serait un meurtre. Par ce geste meurtrier, la mémoire des vôtres ne serait nullement lavée. Démasquer Morgdred est notre priorité et la patience doit être la vôtre. Si cet être est au service de l’Ennemi alors votre défi serait salvateur. ». La jeune guerrière acquiesça, elle patienterait.

Vannedil accompagna Athala au Tarn Noir. Il souhaitait que notre protégée s’entretint avec Amaléoda pour mieux appréhender sa future et inévitable rencontre avec Morgdred. Beleg, avec toute sa discrétion et le retrait nécessaire, resta auprès de ma fille et moi-même. Nous partageâmes des instants de calme et de recueillement. Son amitié était précieuse. Et lorsqu’il nous quitta et repartit vers le Berceau, nous promîmes de lui rendre visite en ce bois merveilleux.
 
Image
Aigre-Feuille et Beleg, une amitié forgée par l'aventure
 
Fin des sessions 40 et 41
Phase de communauté
Dernière modification par Carfax le mer. févr. 24, 2021 9:15 am, modifié 5 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1906
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

13ème phase de Communauté- Acquérir une vertu : force de volonté
Fin d'année 2959 du Tiers Âge
 
Image
 
Dans les profondeurs du tertre ténébreux, le spectre me domina de toute sa noirceur. Sa capuche défraichie et élimée masquait son visage. Je perçus ses seuls yeux rougeoyants au-dessus de la masse imposante de sa maille sombre. Son bras armé s’éleva et s’apprêta à donner sa sentence mortelle à la victime que j’étais. Un effroi irrépressible m’envahit. La mort. Ici. Dans ce trou obscur. Elle frappait. Inévitablement. Elle ôterait mon chef de mes épaules.

Derrière moi, j’entendis les cris de terreur de Beleg lorsque son arc se brisa. Il ne put refreiner un élan de recul. La noirceur de l’entité envahit son cœur. Prostré et tremblotant, Vannedil était recroquevillé à ses pieds. Il avait abandonné au sol sa lame et attendait ainsi son jugement. Il pleurnichait. Abattu, des larmes s’écoulaient de ses yeux.

Le bras du Nazgûl s’abaissa. Sa lame siffla vers mon cou. Ma vue se troubla mais ma volonté brisa ma paralysie. D’un sursaut inespéré, j’opposais Nimgalgûr, ma lame pâle. Son fil miroita la faible lumière ambiante et mira sa fougue. Une lueur blanchâtre émana et fit reculer le spectre. Juste assez. Ma lame dévia le tranchant de son arme effilée. Je rugis d’espoir. Je vivais encore. Mon cri revigora l’elfe et tarit les larmes de Vannedil. Chacun reprenait force et courage, rejetant sa terreur. Fort de cet allant, je hurlais une nouvelle fois ma haine vengeresse à la face de cette maudite créature.

Le cri m’éveilla en sursaut lorsque je redressais vigoureusement mon buste. Ainsi assis sur ma couche, je pris mon visage épouvanté dans mes mains tremblantes. Mon dos ruisselait de sueur, mes tempes tambourinaient violemment. Ce maudit cauchemar. Toujours et encore. Depuis toutes ces années, il hantait et enténébrait mes nuits. Mais cette fois, ma tête resta sur mes épaules. J’avais opposé au coup létal une volonté toute nouvelle. Salutaire.

Les funérailles d'Ingomer
Dernière modification par Carfax le mer. févr. 24, 2021 11:53 am, modifié 8 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1436
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

reuler pour mieux sauter :)
« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » — Thomas Sankara
.
:bierre:
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Evêque
Messages : 494
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

Superbe :wub:
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1906
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Année 2960 T.A.
Les funérailles d'Ingomer
Sessions 41 à ...
 
Durant mon deuil, lorsque Beleg fut encore parmi nous, nous apprîmes plusieurs nouvelles. Elles virent à nos oreilles tels des murmures comme le vent agite les feuillages. Au Nord, le conflit entre les Viglundings et les Béornides s’enflamma. Les sauvages harcelèrent leurs ennemis le long de l’Anduin. Ces escarmouches détruisirent des villages béornides et les fauteurs capturèrent de nombreux villageois pour en faire leurs esclaves. A contre cœur, Béorn expédia un message à Thranduil évoquant cette guerre et demandant son aide. En réponse, le roi elfe envoya une troupe patrouiller en lisière ouest du royaume sylvestre pour prêter main forte aux béornides. Certains à la cour elfique chuchotèrent leur mécontentement, l’imprudence même du roi, car les affaires des hommes n’étaient point celles des elfes. Plus au sud, à l’Ouest même de la forteresse Dol Guldur, des combats seraient aussi à déplorer. Là, des villages peuplés d’hommes auraient été saccagés et nombreux prétendaient que les agresseurs portaient la marque des Hommes de la Colline au Tyran. Une complainte vint aussi de Vigenère. Dans sa missive, il évoquait d’importants mouvements orques au Mont Gundabad.
 
Image
Mont Gundabad
 
Malheureusement, ces mauvaises nouvelles ne virent pas seules, une autre, bien triste, nous tourmenta : Ingomer, brise hache, s’était éteint, peu de temps après le départ de ma douce Beranhild. Ce grand guerrier, cet estimable vétéran, n’était pas mort au combat ni même paisiblement dans son lit. Non, il était parti lors d’un festin. Subitement, il avait chu de sa chaise en renversant sa corne de vin. Son cœur avait lâché. Un messager venu de Fort-Bois avait colporté la terrible nouvelle. Les nôtres furent rassemblés dans la Grand Salle du village où l’annonce de ce malheur fut faite. Cette disparition arrivait au pire moment pour nos communautés. Ce grand homme, qui avait su assagir les passions belliqueuses et fédérer chacun de nous, n’était plus. Cette absence laissait un vide béant face à l’inexorable recrudescence de l’Ombre. Une délégation s’apprêtait pour les proches funérailles à Fort-Bois. Elle témoignerait son hommage aux obsèques. Dans la Grand Salle les lumières furent tamisées. Dans l’ombre, attristé, je me souvins du dernier grand conseil des Hommes des Bois où ce sage disparu était présent. Sa prestance, son autorité, son charisme m’avaient frappé et j’avais apprécié ses justes paroles. J’irais. Oui, j’irais me recueillir sur sa dépouille. 

à suivre...
Dernière modification par Carfax le sam. févr. 27, 2021 10:17 pm, modifié 4 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Evêque
Messages : 494
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

ça serre le coeur tout ça.. 
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."
Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1436
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

parce que tu es sensible asgard   :twisted:
« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » — Thomas Sankara
.
:bierre:
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Evêque
Messages : 494
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

Et parce que c'est superbement narré !
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1906
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

AsgardOdin a écrit : mer. févr. 24, 2021 2:57 pm Et parce que c'est superbement narré !

:pri
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1906
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

@polki je me demandais si le déroulé de notre campagne était proche de celle que tu as faite joué ou bien très éloigné ? On s’approche des 15 premières années soit la moitié de la campagne. Il y’a du coup sûrement assez de contenu pour jouer à ce petit jeu des comparaisons non ? Je suis curieux je sais je sais 😏 !
Sinon le prochain CR est prêt et je devrais le publier sous peu. Hâte d’avoir ton retour.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1436
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

en fait il faudrait demander à mes joueurs surtout :)
car tu donnes ta vision de joueur

mais oui, ça se rapproche au niveau du déroulé, ils ont vécu tout ce que tu as decris,
bien entendu les relations avec les pnj sont differents, certains choix etaient differents  et cest là que réside la magie de cette campagne, on pourrait la rejouer sans cesse, les decisions des joueurs ont un impact sur les wilderlands.

par exemple, un joueur s est marie avec amaéloda et a eut 2 enfants, dont la fille qu il a pris en tant que pj principal ;) pour finir la campagne,
ils avaient aussi construit un nouveau village qui est devenu le 5eme le plus important des hommes des bois

ta capacité à décrire rend vraiment hommage à cette histoire, bravo encore une fois :yes:

si je l a fait rejouer, il y a des arcs narratifs qui vont sauter, clairement ils arrivent maintenant, il y en a beaucoup et je pense qu il faut prendre que ceux qui enrichissent l histoire et les choix des pjs.

 
« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » — Thomas Sankara
.
:bierre:
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1906
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Ingomer n’était plus. Cet homme estimé et aimé de tous, chef de guerre des Hommes des Bois, celui-là même qui aurait pu être le roi de nos communautés, s’était subitement éteint en ce printemps. Des funérailles s’organisaient à Fort-Bois et je partis avec la délégation de Bourg-les-Bois pour m’y rendre. Je pris sur moi l’une de mes plus belles pipes à fumer pour la déposer devant le tertre du défunt comme les us le requéraient. Il était d’usage d’abandonner un de ses objets intimes sur la tombe du mort.

Nous marchâmes trois jours pour rejoindre Fort-Bois. Le silence du recueillement accompagna chacun de nos pas. Certains le rompaient pour évoquer ses souvenirs vécus avec le défunt et j’appris ainsi plus sur lui. Cet homme avait eu la stature d’un héro pour son peuple. D’autres s’interrogeaient sur le futur des Hommes des Bois sans lui. Sa sagesse avait apporté le consensus entre les villages comme sa présence avait apaisé les tensions communautaires.

Fort-Bois grouillait d’un monde innombrable et inhabituel. Tous convergeaient vers la Grand Salle nichée au plus haut du village. J’y grimpais aussi et croisais de nombreuses délégations venues de toutes les proches contrées. Les personnalités étaient là : Harfast de Castel-Pic, Ceawyn-le-généreux de la Porte-du-Soleil, Cereberug-l’ancien de Rhosgobel et, bien sûr, Ebérulf-le-sage et Fridwald-le-messager de mon village. Je vis aussi Amaléoda du Tarn-Noir. Le jeune combattante Athala l’accompagnait. Je lui adressais un salut d’un hochement de tête discret. Radagast-le-brun était ici aussi. L’istar, comme chacun, conversait dans de petits attroupements aux abords des portes majestueuses de la grande bâtisse. Leurs paroles étaient des murmures et bourdonnaient sans esclaffe.

A l’intérieur de la vaste demeure, la lumière était tamisée et les tentures, habituellement rouges, avaient été substituées par des noires. Un calme absolu régnait. Au centre de la pièce ovale, le cercueil d’Ingomer était posé sur une table en bois au lourd plateau. La dépouille était visible ; nombreux se recueillaient devant elle. Deux guerriers, placés de part et d’autre du corps, gardaient la sérénité du lieu. Certains trompaient le calme et entonnaient un chant funéraire ou bien fredonnaient une ode religieuse. D’autres ne pouvaient contenir larmes et sanglots.

Même mort, Ingomer imposait le respect et la déférence. Son corps de forte stature reposait allongé, vêtu de beaux atouts. Ses deux mains tenaient le manche orné de sa hache de guerre fétiche. Ses traits reposés et ses yeux fermés donnaient la sensation d’un homme profondément endormi. Une grande tristesse m’envahit car un homme de bien était éteint mais je songeais également, en cet instant, à Beranhid, partie elle aussi depuis peu. Face à la dépouille, j’inclinais ma tête et fermais mes paupières quelques minutes. Je fis le vide en moi puis, silencieux, je reculais et m’éclipsais.

Le lendemain, la cérémonie débuta. Le corps fut préparé pour son ultime voyage mais, avant même qu’il fût transporté vers son dernier lit, un événement agita l’assemblée. Morgdred se présenta à l’entrée du village de Fort-Bois. Avec six de ses hommes, il remonta imperturbablement l’allée vers la Grand Salle. La foule s’écarta devant lui. Lorsqu’il passa près de moi, je le scrutais avec attention. Ses traits avaient vieilli et ses cheveux, comme sa fine barbe, grisonnaient à présent. Il portait un tabar sombre et sa longue épée núménorienne noire battait toujours sa hanche gauche. Indéniablement, une forte autorité émanait de cet homme vigoureux de grande taille. La ressemblance avec son défunt père était troublante de vérité. Dans la foule, face à moi, je cherchais Athala. Je la vis écarquiller ses yeux et retenir un cri vengeur. Indubitablement, elle avait reconnu son bourreau.

Morgdred se dirigea directement vers les anciens et s’inclina devant eux. D’une voix posée, il leur demanda l’autorisation de se recueillir devant la dépouille mortuaire de son père avant que ne se poursuive la cérémonie. Autour de lui, les gens s’interrogeaient et restaient stupéfiés de la ressemblance manifeste entre le père et le fils. Beaucoup, comme Cereberug et Fridwald, semblaient subjugués par la prestance naturelle de cet homme mûr.

Son recueillement terminé et comme de tradition, Morgdred offrit de magnifiques présents funéraires aux sages et braves rassemblés en mémoire de son père. Dès lors, les anciens se réunirent autour du mort et chacun d’eux témoigna son estime et sa peine en des mots élogieux. Enfin, Ingomer fut acheminé jusqu’au tertre dédié à son repos éternel, suivi par une foule dense et émue. Les larmes coulaient et inondaient beaucoup de visages. Celles-ci étaient une dernière offrande au grand homme disparu. En ces circonstances, pleurer son chagrin n’était pas honteux mais honorable. Je vis les yeux d’Eberulf embués de larmes lorsque les chants funéraires des femmes du cortège s’élevèrent.
 
Image
 
La lourde pierre tombale roula et scella le tertre. Le corps reposait désormais en son sein. Alors, le défilé solennel, celui du dernier au revoir, débuta. Chacun déposa harmonieusement son présent, simple ou fastueux. Je fis de même et apposais ma pipe sur le sol juste devant la tombe. Ainsi débuta quatre jours de deuil. Durant ce temps, j’échangeais avec Harfast – l’invasion gobeline persistait, épaulée même par de nouveaux gobelins venus du Nord –, témoignais toute ma compassion à Ebérulf – celui-ci avait reçu une magnifique dague naine des mains de Morgdred – et conversais enfin avec Ceawyn – il était fort préoccupé et s’inquiétait du remplaçant d’Ingomer comme chef de guerre –. Pour leur part, Vannedil et Beleg convainquirent Athala de ne pas défier Morgdred car, pour elle, il ne subsistait aucun doute quant à l’identité de cet homme : il était l’assassin des siens.

La fin du deuil approcha. Chacun savait que tous se réuniraient à son terme pour désigner un nouveau chef de guerre. Ainsi voulait la tradition. Morgdred avait impressionné les jeunes guerriers parmi les Hommes des Bois mais aussi beaucoup de vétérans. Sa chance était forte si tel était son souhait. N’était-il pas le fils ainé d’Ingomer ? N’était-il pas robuste et digne de respect à présent ? Ceawyn revint vers moi et me souffla une nouvelle fois son inquiétude. Il irait si besoin mais me susurra néanmoins que ma candidature ferait sens. J’avais un renom chez les Hommes des Bois. Beleg, présent, s’interrogea pour le choix d’Amaléoda. N’avait-elle pas combattu et défendu avec vaillance le Tarn Noir ?  Assurément et cette proposition me plut. Nous avions là une opposante à Morgdred mais j’hésitais. Oui, j’hésitais. Etait-ce préférable de m’engager personnellement plutôt que me cacher derrière une fière guerrière ? Je me donnais un temps de réflexion mais celui-ci s’égrenait bien vite, le deuil prenait fin.         

à suivre...
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Répondre