[CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Ascendant
Messages : 1629
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnedan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Papyrolf a écrit :
mer. mars 25, 2020 2:53 pm
Vraiment encourageant et inspirant

Merci :bierre:
 
rogre a écrit :
mer. mars 25, 2020 4:45 pm
Faite maison, je suppose?
Sama64 a écrit :
mer. mars 25, 2020 5:01 pm
race et classe ne sont pas visibles par contre
La fiche est maison et est composée de plusieurs feuillets. Les informations par feuillet sont volontairement triées pour une utilisation plus aisée en jeu. Celle présentée ici et celle usitée lors des combats. J'en ai une autre pour les voyages et une aussi pour les traits, classe, culture, part d'ombres, etc...Si cela vous intéresse,  je peux les publier. 
 
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 

Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1252
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnedan en Terres Sauvages

Message par polki »

OUI !!!
.
:bierre:

Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1252
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnedan en Terres Sauvages

Message par polki »

ça nous permettra d attendre le prochain CR dans le calme et non pas la bave aux levres :)
.
:bierre:

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Ascendant
Messages : 1629
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnedan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Image

Image

Image
Dernière modification par Carfax le jeu. mars 26, 2020 8:44 am, modifié 1 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 

Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1252
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnedan en Terres Sauvages

Message par polki »

il frime Aigre Feuille, parce qu il est passé niveau 6 :mrgreen:
.
:bierre:

Avatar de l’utilisateur
Sama64
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 3261
Inscription : mer. janv. 21, 2015 10:58 am
Localisation : Issy les Moulineaux

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnedan en Terres Sauvages

Message par Sama64 »

@Carfax  alors là je dis OUI ! superbe fiche 
Traductions & relectures pour le DDD

Avatar de l’utilisateur
Papyrolf
Messie
Messages : 1198
Inscription : sam. sept. 15, 2012 3:01 pm
Localisation : Villeurbanne

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnedan en Terres Sauvages

Message par Papyrolf »

Excellentes !!!!
"What a day ! What a lovely day ! "

Terisonen
Pratiquant
Messages : 301
Inscription : mer. juin 20, 2018 2:26 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnedan en Terres Sauvages

Message par Terisonen »

Quelle est la fonte de caractères?
Bon, en fait: les jeux à niveau ça craint, les jeux à secret ça craint aussi.

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Ascendant
Messages : 1629
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnedan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

J’utilise trois font. Aniron, Ringbearer et Dumbledor. Toutes les trois sont free et téléchargeables.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 

Terisonen
Pratiquant
Messages : 301
Inscription : mer. juin 20, 2018 2:26 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnedan en Terres Sauvages

Message par Terisonen »

Merci.
Bon, en fait: les jeux à niveau ça craint, les jeux à secret ça craint aussi.

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Ascendant
Messages : 1629
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnedan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Sessions 6, 7 & 8
Par bois et marécage
Année 2950 T.A.
 
Il me souvint le conte de Dame Elenwë, mère de Beleg. Il me souvint de ses mots lors de ma dernière veillée dans le berceau des elfes sylvains. Il me souvint du réconfort de chacun d'eux, de ma sérénité. Il me furent précieux en ces temps sombres et là où me menèrent mes pas les jours qui suivirent. Je partis accompagné de Beleg et Vannedil vers le sud pour rejoindre Bourg-les-bois et les miens. Nous firent escale à l'Auberge de l'Est où nous retrouvâmes notre amie hobbit. Nous profitâmes de cette pause pour évoquer les rumeurs entendues alentours avant notre départ du royaume elfique. Nous savions la présence des araignées au delà de la Rivière Enchantée pour avoir lutter nous-même contre ces abominations mais nous apprîmes qu'elles descendaient des Monts Noirs et envahissaient peu à peu la forêt. Leur hardiesse a pénétrer le domaine des elfes nous fit frissonner et ne pouvait que témoigner de la recrudescence de l'Ombre sur Mirkwood. Une présence obscure qu'étayaient les hurlements de loup garou perçus au sud de ces même monts. Le roi Thranduil lui-même avait ressenti la présence pernicieuse de l'Ombre sur son peuple et c'est pour lui donner courage et entrain que la chasse au cerf blanc avait été lancée. Le roi avait également parlementé avec le nain Frarr, non pas en personne, pour la libération de Dame Ruthiel ; un accord fut trouvé. Entre temps, Thranduil avait reçu avec honneurs une délégation de béornides, signe d'une bonne entente entre ces deux peuples. Plus loin, nous apprîmes l'annonce des futures épousailles pour l'automne du roi Barde avec la princesse marchande dont il s'était épris.

Quelques jours plus tard après notre départ de l'auberge, nous traversâmes les terres de Béorn après le vieux gué. C'est là que nous fîmes une rencontre insolite avec quatre écureuils noirs. Chacun d'eux s'approcha de l'un de nous et nous délivra un message sibyllin du mage brun. Il nous demandait de le rejoindre pressement avant la journée des feux. Nous pressâmes nos pas et arrivâmes sur Bourg-les-Bois peu avant la date annoncée. Je pus ainsi embrasser le miens. Myhra visita notre plantation. Celle-ci prospérait sur une terre sombre et noire mais riche et merveilleusement exposée au soleil. Notre première production se promettait exceptionnelle aussi bien en quantité qu'en qualité. Nos rénovations et irrigations avaient fait merveille, Myrha était très satisfaite. Mais notre joie était ternie par le deuil du village. Les araignées avaient attrapé un des nôtres qui cabotait sur la rivière sombre. Le reste de l'équipage ne devait sa survie qu'à l'intervention des demoiselles de la rivière. L'un de ces survivants nous témoigna une vision d'horreur, l'une de ces monstruosités était énorme. Dix fois plus grosse que ses congénères, elles était restée tapi dans les sous-bois proche des eaux. S'agissait-il là d'une reine descendante de Ungoliant, la mangeuse des arbres de Valinor ? J'en frémis. Quoiqu'il en soit la malignité de ces engeances de l'Ombre croissait, l'eau ne semblait plus une barrière naturelle suffisante à leur contention.  

Le navire de l'Istar était bien étrange, du moins bien inhabituel de part sa forme. Sa proue surmontée d'une tête d'oiseau s'élevait vers les cieux et sa coque, évasée et plate, prenait sur ses flans la forme de deux grandes ailes. La mage était afférait à sa poupe lorsque nous arpentâmes l'embarcadère de Bourg-les-Bois. Son regard n'était plus le même, il portait une détermination foudroyante et il nous fut difficile de le soutenir. Les côtés loufoque et distrait du personnage l'avaient fuit. Il nous invita à bord et nous dévisagea un à un puis s'exprima pour nous demander notre soutien pour une mission dangereuse et périlleuse. S'en aller en sa compagnie rejoindre les berges du Tarn Noir puis s'avancer plus au sud car l'Ombre s'y agitait. Ses oreilles avaient eu vent d'informations qui toutes corroboraient en ce sens. Notre route nous porterait jusqu'à la forteresse de Dol Guldur.   

Le navire naviguait à vive allure, les branchages s'écartaient et les esquifs s'éclipsaient comme par enchantement sur son passage. Le deuxième jour de navigation nous aperçûmes une demoiselle de l'eau émerger pour saluer le mage. Le troisième jour nous arrivâmes déjà au Lac Noir et rejoignîmes sa rive sud en évitant le village du Tarn Noire. Radagast justifia se manque de politesse pour ne pas être retardé à un rendez-vous urgent. Très vite, l’esquif fusa sur le lac et s'échoua sur une grève sablonneuse. Là, Radagast nous y abandonna promptement pour s’éclipser en nous demandant préalablement de l'attendre. Il remonta la berge et sur l'horizon, en contre jour, il rencontra une humanoïde aux longs cheveux de jais. Nous apprîmes plus tard qu'il s'agissait d'"Eau Sombre", la plus sage des demoiselles. Celle-ci avait conforté le vieux mage dans son entreprise en lui révélant l'approche d'une menace venant de la forteresse sombre. Nous passâmes cette première veillée aux bords du lac dans un silence pesant.

Le lendemain, dès l'aube, nous partîmes plein sud. Je guidais le groupe à travers le Goulet de la Forêt Noire sur trois jours. Nous progressions vite. Nous vîmes alors à travers la frondaison des arbres s'élever une grande tour. Une fumée grisâtre s'échappait de son sommet. La colline du Tyran, autrefois nommée Amon Bauglir et désormais terre de Morgdred, nous dominait. 

Radagast nous suggéra de contourner l'édifice afin d'éviter les hommes de Morgdred. Une suggestion plus chronophage mais nous la suivîmes néanmoins. Un choix sage. Et plus nous progressâmes, plus la forêt s'assombrissait désormais. Elle s’imprégna d'une odeur de remugle agressive à nos narines. La forêt se refermait sur nous. Nous étions des intrus, ses ronces nous griffaient le visage, ses racines piégeaient chacun de nos pas. Une lassitude nous gagna rapidement après les deux premières heures dans ces sous bois oppressants. Rejoindre la forteresse de Dol Guldur soudainement me parut une épreuve insurmontable. Alors que j’avançais avec difficulté dans ce méandre boisé inextricable, un renard peu farouche s'approcha du magicien. Arrivé à ses pieds, il jappa puis s'en fut après une caresse du vieil homme. Ce dernier nous informa de l'arrivée prochaine d'une patrouille forestière de Morgdred. Elle venait dans notre direction, des hommes accompagnés de chiens. Il nous fallait redoubler de discrétion. Je me glissais avec agilité dans la forêt mais mes compagnons moins aisés laissaient des traces ou se heurtaient aux écueils entravant notre chemin. Très vite nous entendîmes des aboiements. La traque débutait, nous étions chassés. J'appliquais une oreille attentive à terre. Cinq hommes, cinq guerriers avec cinq chiens à cinq minutes de nous, dix tout au plus. L’affrontement semblait inévitable.  
 
Image
 
J'essuyais ma lame ensanglantée sur la mousse d'une haute roche. Je pestais. Nous encerclions deux hommes à terre dont un mourant. Leurs compagnons gisaient au sol tout comme leurs chiens. Le combat avait été bref mais furieux et nous avions vite pris le dessus. Je pestais pour autant car ces hommes étaient restés sourds à nos suppliques de paix. Nous ne souhaitions que passer. Nous avions même entrepris un détour pour éviter cela. Mes compagnons interrogèrent le plus vaillant des deux après leur avoir prodigué des premiers soins. Le blessé nous apprît que, dorénavant, les orques tenaient Pont de Tourbe. Ceux-ci montaient vers le nord. Nous laissâmes partir les deux hommes en espérant qu'ils rejoignent leur repère. C'était le moins que nous puissions car le temps nous pressait. La mage était sorti de sa torpeur à l'annonce de la prise du Pont par les orques. Cela corroborait avec les dires de Belan son éclaireur que nous avions secouru. Radagast s'interrogea. Quels étaient ces orques ? Ceux des montagnes ou, pire, ceux de Dol Guldur ? Nous devions plus que jamais redoubler de prudence. Lors de notre soirée après cet affrontement et pour nous redonner courage, Beleg nous narra une histoire des temps anciens sur la valeur des peuples libres.

à suivre...
Dernière modification par Carfax le mar. mai 26, 2020 10:17 am, modifié 8 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 

Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Prêtre
Messages : 355
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnedan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

Toujours aussi haletant !
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."

Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1252
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnedan en Terres Sauvages

Message par polki »

une question technique, désolé, l'épée roide a finesse, donc tu peux utiliser ton bonus de dex en attaque et en degat, pourquoi tu ne le fais pas ?
.
:bierre:

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Ascendant
Messages : 1629
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnedan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Au matin, une aube grisâtre se leva et nous reprîmes notre route vers le sud laissant la tour de la Colline du Tyran derrière nous. La forêt se transforma. Elle s'assombrit noircissant notre cœur et anéantissant notre volonté de poursuivre plus loin. Seul le murmure apaisant de Radagast nous teint d'une mélancolie tenace et dangereuse. L'odeur aussi changea. Des relents de chairs putrides se substitua à ceux de végétaux en décomposition. Ici, l'humus n'était plus brun mais noir. Tout est corrompu, tout est horreur et seule la présence de mes compagnons laissa ma raison garder. Il fut dur et pénible de trouver la moindre sentes. Nous progressions lentement, courbé et abattu dans des eaux saumâtres et croupissantes. Bourbiers et marécages absorbaient nos bottes et chacun de nos pas était éreintant. Et puis par magie, nous tombâmes sur un petit tas moussu s'accrochant à une souche sur lequel fleurissaient deux fleurs violettes. Radagast s'en approcha et caressa délicatement de ses doigts les fragiles pétales. D'une voix grave mais infiniment douce, il s'exprima. "L'espoir ne doit jamais disparaître de nos cœurs. La forêt lutte encore et toujours même ici. Pouvons-nous en faire autrement ? Luttons mes amis et tenons !". Une telle beauté en un tel lieu réchauffa notre allant.
 
Image
 
Trois jours après, le marécage s'étendit et les îlots de terres s'évanouirent peu à peu. Nous marchions sur un sol spongieux parfois même les pieds dans une eau croupie peu profonde. Nul doute que nous approchions du Pont de Tourbe. Un choix s'invita. Emprunter le pont offrirait un parcours plus aisé pour franchir ce marais mais serait aussi plus périlleux avec les patrouilles orques. Poursuivre dans le marais, s'y aventurer serait plus sûre quant aux mauvaises rencontres mais ô combien dangereux pour qui s'y perdrait. Le sage brun nous demanda de choisir et nous optâmes pour le pont. Radagast nous pria de prendre garde aux orques. Vêtus de métal, ces orques viendraient de Dol Guldur et ils nous fraudaient alors fuir sans même engager le combat. Nous regards s'assombrirent.  
 
Beleg prépara une pâte dont il a le secret. Nous nous en badigeonnâmes le visage et les mains pour nous dissimuler au mieux. Enfin nous repartîmes. Nous distinguâmes plus loin à travers les branches des arbres une structure suspendue constituée de rondins mal équarris. Elle dominait le sol de trois ou quatre mètres et s'appuyait d'arbre en arbre. Vieille et abîmée, la large passerelle n'inspirait pas confiance. Je soupirais lorsque je réalisais que ce pont nous mènerait à Dol Guldur. Attentif aux moindres bruits, une nouvelle fois j'apposais une oreille sur un tronc tuteur pour ressentir ses vibrations. La passerelle était empruntée. Du nord ou du sud, je n'aurai su le dire, une troupe s'y déplaçait. Nous décidâmes néanmoins d'y grimper et cela se révéla plus laborieux qu'espérer.
 
Image
 
Le pont s'élargissait sur trois mètres. Ses rondins sont humides et moussus. Certains sont brisés par endroit, d'autres en décomposition avancée. Mais il ne fit aucun doute que le pont servait car les branchages envahissant le passage étaient brisés ou même taillés à la hache et la mousse au sol envahissant les rondins était écrasée et foulée. Nous empruntâmes la passerelle vers le sud en progressant avec grande discrétion.Malheureusement, Vannedil posa un pied sur une poutrelle pourrie qui se brisa sous son poids et chuta au sol dans un bruit retentissant. Ce grand fracas se retentit comme un échos fuyant. Nous nous figèrent. J'espérais secrètement que s'il fut perçu par une oreille ennemie, il serait interprété comme le son d'une vielle branche craquant sous le poids des ans.   

Encore une heure. Nous marchons toujours avec prudence, Myhra nous éclairait quelques mètres devant. Soudainement, elle fit volte face et revint vers nous. Elle avait entendu des reniflements et des borborygmes couverts par des grognements intempestifs. Je les distinguais nettement à présent, tout comme Beleg qui nous affirma que l'on parlait orque. Des ordres tels "Avancez !" ou "Ne traînez pas !". Ni une ni deux nous grimpâmes dans les hautes branches deux deux arbres piliers et nous enveloppâmes dans nos capes. Des pas lourds approchèrent. Sous nos yeux une petite compagnie d'orques passa. Les deux premiers étaient chétifs mais vifs avec un arc dans le dos, derrière eux deux orques plus massif avançaient portant chacun une longue lance. Ils devançaient un autre plus imposant et ossu armé également d'une lance mais aussi d'un fouet. Il l'agitait pour en menacer ses congénères tout en éructant des ordres. Derrière le mastodonte, deux de corpulence plus fine suivaient. Leur peau était plus verte que celle des précédents. Aucun d'eux n'était armuré de fer. Finissant la marche, deux derniers orques tout aussi chétifs que les deux premiers. Passant sous nous, l'un deux s'arrêta et renifla l'air avec avidité. Mon dos se raidit. Il humait l'air tout en épiant mes alentours puis le marais sous la passerelle. Au devant, son acolyte pesta car assurément tous deux prenaient du retard et il craignait le courroux de leur chef. Lorsque je les vis s'éclipser au loin j'expirai un souffle d'air. 
 
Image
 
Nous quittâmes nos perchoirs avec appréhension. Mais Beleg brisa une branche. Un craquement net. Nous restons aux aguets. Par malheur, la branche est restée solidaire du tronc et pendait. Un indice malheureux de notre passage. La saisissant, je la brisais et laissais choir au bas de la passerelle. Elle provoqua des remous d'eaux. Entre temps, Beleg était parti au devant pour nous annoncer la fin brusque de la passerelle. Avec une déclivité peu abrupte, elle descendait vers le sol pour déboucher sur des poutrelles enjambant le marais d'îlots en îlots.Nous suivîmes les traces des orques mais soudain dans ce labyrinthe elles se divisèrent. Nous optâmes pour les moins marquées.
 
Image
 
Misère. Nous voilà au fond d'une profonde fosse. Piégés. Seule Myhra put l'éviter d'un bond salvateur. Vannedil me porta assistance pour m'extirper mais mes efforts ne firent que l'enfoncer un peu plus dans le fond boueux de la fosse. Nous pestions. Beleg n'eut guère plus de réussite dans son escalade. Les parois étaient lisses, la terre s'effritait sous nos prises. Piégés. Nous hélâmes Myhra pour qu'elle nous porte une poutrelle. Elle s'exécuta avec difficulté mais y arriva. Fort de cette échelle improvisée, nous arrivâmes après de longues minutes à nous extirper de ce mauvais pas. Nous étions épuisé. Radagast nous encouragea. Ces mots nous remobilisa et bien lui prit car Myhra aperçut un orque s'avancer dans le dédale des îlots asséchés. Il était concentré sur son environnement proche et avançait en fouinant le sol à la recherche de traces. Très vite un second le rejoignit. Non loin nous étions piégés sur notre îlot près de la fosse. Nous pressentions néanmoins que le temps nous offrait l'opportunité de nous enfuir. Nous optâmes pour deux solutions distinctes. Myhra et Vannedil s'enfoncèrent dans le bourbier pour filer au sud rejoindre la sente orque. Avec Beleg nous primes à l'ouest en sautant la zone marécageuse que surplombait précédemment le billot de bois abandonné dans la fosse. Mes bottes s'enfoncèrent profondément dans le sol spongieux et je m'affalais. Nous étions vus. Plus leste, Beleg bondit sans mal derrière moi. Il s'accroupit puis sortit une torche qu'il alluma en murmurant une litanie. La flamme pris et brilla. L'elfe d'un geste ample lança la torche vers les orques. Comme obnubilés, les deux plus chétifs plongèrent un regard hypnotisé sur la flamme. Malheureusement, les deux lanciers les avaient rejoins tous comme leur chef. Les trois nouveaux arrivants nous chargèrent. Beleg en première ligne lâcha ses premiers traits. Je me relevais avec une inquiétude vive, leur troupe n'était pas complète car nul doute qu'il s'agissait là de celle croisée.

Beleg faisait face à la charge. Je courus à son secours tirant au clair Nimgalgor. Ma lame pâle blanchit dans le crépuscule naissant. Je criais "Engeance de l'Ombre fuyez Nimgalgor ! Fuyez la lame blanche, fuyez son tranchant !" et leva haut l'épée elfique. Tout autour, terrorisées, les créatures s'enfuirent dont trois cachées dans les eaux croupissantes du marée. Seul leur chef se figea tout comme les deux premiers chétifs toujours obnubilés par la flamme elfique. Le gros orques éructa un grognement. D'un pas il s'approcha de la torche enflammée de Beleg et l'écrasa de son pied étouffant la flamme. Rageur, il se tourna vers nous et nous chargea. Beleg recula me laissant seul face à l'assaut. Mais des salves volèrent au dessus de ma tête et se fichèrent dans son poitrail sans pour autant le stopper. Ma précipitation à l'embrocher me joua un mauvais tour car mon épée ripa sur son armure de cuir. L'orque, immense, armait son geste pour m'embrocher. Par bonheur, une deuxième salve tirées par mes compagnons vint le cueillir et le monstre s'écroula à mes pieds. Nul temps de tergiverser, je posait un pied sur le corps inerte et bondit en avant sur les chétifs qui reculaient tout en encochant une flèche à leur arc. Dans mon dos, Vannedil recula pour trouver un meilleur angle de tir. Tout proche d'une profonde poche d''eau du marais, il échappa d'un réflexe inné à l'assaut d'un orque surgissant de celle-ci. Malheureusement, le jeune homme ne put éviter la lame ébréchée de l'orque. Son cri perça nos oreilles. La main pressant une mauvaise blessure au flanc, Vannedil tentait de se désengager. 

D'une première frappe, ma lame transperça l'orque. La deuxième lui trancha la tête qui voltigea. Au loin, les fuyards apeurés grimpaient sur le Pont de Tourbe. Mais je ne les poursuivis pas. Sur ma droite, Myhra s'était précipitée et avait engagé la lutte contre le deuxième orque. Je vins la soutenir et, très vite, l'orque s'écroula au sol dans son sang. Nous nous tournâmes. Aidé de Beleg, Vannedil avait éliminé son assaillant. Le silence s'imposa. Le silence après l'assaut. Non loin, Radagast nous héla. Il avait trouvé plus au sud la suite du Pont de Tourbe.

à suivre...
fin des sessions 6, 7 et 8
Dernière modification par Carfax le mar. mai 26, 2020 10:17 am, modifié 4 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 

Avatar de l’utilisateur
Carfax
Ascendant
Messages : 1629
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnedan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

polki a écrit :
sam. avr. 04, 2020 1:10 pm
une question technique, désolé, l'épée roide a finesse, donc tu peux utiliser ton bonus de dex en attaque et en degat, pourquoi tu ne le fais pas ?
Tout à fait, une roide devrait m'offrir ma DEX en ajustement de mes dégâts. Mais non ici car c'est une restriction de notre MJ qui trouve une puissance trop importante des PJs et nous demande d'appliquer l'ajustement de notre Force à la place. J'en profite pour dire en sus que la fiche comporte une autre erreur car Nimgalgor est aussi une épée roide soit +6 au toucher et non +4.  
 
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 

Répondre