Escape from dino Island : la chute tachyonique

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Mickey-bis
Evêque
Messages : 493
Inscription : mar. oct. 24, 2017 12:04 pm

Escape from dino Island : la chute tachyonique

Message par Mickey-bis »

Hier soir démarrage d'une table Escape from dino Island grâce à la trad de @Gulix .

Profitant du confinement et donc de l'essor du jeu à distance, j'ai convié 4 amis aux 4 coins de la france pour s'échouer sur une île mystérieuse remplie de dinos... et surtout s'en échapper!
N'étant pas encore assez mûr pour de la totale impro, même après 2 ans de maîtrise à The Sprawl (mais je me soigne, hein! :P ), j'avais préparé un mystère cohérent grâce aux (géniales!) propositions du jeu.

C'était la 1ère fois online & PbtA pour beaucoup, donc j'ai pris pas mal de temps à expliquer les bases et concepts de ces 2 particularités (Roll20 ; les livrets, manoeuvres et lectures du jet ; + les particularités du jeu lui-même).
Puis les PJs ont crées leurs persos (j'avais mit les PDF sur le cloud, ils les récupéraient, les éditaient online, puis les redéposaient, et moi je les basculais en image sur Roll20) et tiré leur rumeur :
  • Wilson, le Survivant : seul survivant d'une expédition échouée depuis suffisamment longtemps pour avoir perdu la notion du temps, il est en haillon, crade et pue la mort, en attendant des secours et caché pour échapper aux dinos.
  • Owen Locke, l'Ingénieur : quarantenaire ventripotent à la précision maniaco-dépressive, il s'occupe de toute la logistique et des travaux. Comme le reste de ses hommes, il ne sait rien de sa destination, mais aurait entendu que les araignées y sont aussi grosses que des noix de cocos!
  • Dr Raoult, Docteur donc : (ouais, un joueur a directement débarqué avec l'avatar du fameux messie marseillais :lol: ), cinquantenaire, cheveux blancs filasses et traits fatigués, cette rock-star autoproclamée de la recherche médicale est sûre d'être sur un gros coup après avoir été approché pour intégrer cette expédition secrète. Il le fait pour la science, bien sûr, mais la rumeur dit que le moindre troufion aurait un salaire à 7 chiffres, alors, il s'est vite décidé!
  • Gina, la Gosse : gamine de 11 ans, débraillée, curieuse et gouailleuse, qui a perdu ses parents et entendu son tuteur récent et oncle s'engagé sur une expédition. Sans nouvelles depuis trop longtemps, elle a mené sa petite enquête ne souhaitant pas rester dans les foyers sociaux. Elle a retrouvé l'organisation de l'expédition et, voyant qu'un second bateau allait partir, s'est glissé à bord. Douée pour le cache-cache, il a tout de même fallu sortir pour manger. Le capitaine l'aurait bien ramené à bon port (ou passé par dessus bord?) mais son patron ne supporte aucun retard, et le reste de l'équipage n'était pas fan à l'idée de sacrifier une gamine. Là, elle a entendu dire que parfois, sur l'île, le ciel prenait des teintes pourpres incroyable (et le sort est très bien fait : c'est une de mes manoeuvres d'alerte sur la 1ère Extinction!).

Ensuite, je lance la procédure d'Arrivée:
Le navire, ne pouvant s'approcher trop de la côte à cause des récifs, envoi des zodiaques chargés du corps d'expédition et des caisses de matos. La mer est forte, les restes anciens d'un catamaran brisé dans les pics effilés en atteste. Mais la mer est trop forte et des embarcations se retournent, alors que les premiers arrivés sur la plage constate que des baraquements les attendent... jusqu'à ce qu'un truc énorme sorte lentement de la jungle, mâchonnant une branche d'arbre, puis passe au travers des baraques les brisant comme des fétus de paille... un Diplodoccus! Owen est sidéré, ces conceptions métaphysiques étant mises à mal. Le doc jubile: il va faire l'article du siècle! Et Gina a les yeux qui brillent: ce diplo, elle le connait car elle rêve de lui (et le dessine) depuis toute petite!
De l'autre côté de la baie, sur les falaises, Wilson observe la venue du bateau, ces sauveurs! Mais pas le temps de se réjouir, un étrange sifflement attire son attention : serait-ce lui qui guide le diplo? Quelqu'un aurait-il réussi à dresser ces satanés monstres ?

Comme je suis un gland, et que je me suis embrouillé entre ce que j'avais préparé (problèmes & extinctions programmées + contexte liant tout ca) et ce qu'il restait à déterminer, j'ai oublié de poser des questions sur ce qui a mal tourné 8| (malgré l'aide de jeu sous les yeux!) et on a directement attaqué avec la situation initiale.
Les joueurs ont choisi d'être donc sur la plage, juste après le débarquement et le passage du diplo, alors que Wilson sort des fourrés et se présente. Il tire au sort un moyen de quitter l'île : un appel au secours de la station de radio et hésitent à la placer juste à côté... pour finalement la mettre sur la côte opposée :rock

Comme je suis un gland - bis -, j'ai oublié de faire tirer le mystère qui demandera à être résolu...

Bref, après 1h30 (j'ai aussi demandé aux joueurs une illustration pour faire en direct un p'tit token), la partie commence réellement.

A la vue de l'homme sortant des fourrés, Gina s'écrit : "TONTON!!!" et lui saute dans les bras. L'homme n'en croit pas ses yeux et hésite entre le soulagement d'avoir enfin des secours, et se rendre compte qu'il expose sa nièce à de tels dangers par sa faute.
Owen demande à ses hommes de sauver tout le matériel possible de la berge et pense déjà à établir un camp.
Le Doc lui, se demande bien ce qu'un type puant peut faire là.
Wilson raconte que l'île est dangereuse et qu'il s'y passe des choses incroyables, même le temps fait n'importe quoi (et là, le joueur ne sait pas de quoi il parle, puisque j'ai prévu justement de jouer sur les décalages temporels! :bravo: ). A ce titre, la brume étant épaisse (météo tirée au sort) et la nuit ne tardant pas à poindre, il propose d'établir le camp à côté de sa cabane, sur les falaises. De là ils pourront observer l'océan. (Manœuvre de Survivant "Mon chez moi" : 10+. Il guide l'expédition sans soucis).

En chemin, Wilson explique qu'en cas de gros temps, il a un refuge à flanc de falaise, une grotte. Oui, elle pourra accueillir tout le monde car elle est très profonde. Tellement qu'il n'a pas osé s'aventurer trop loin. Après, il faut passer par la corniche pour y aller, mais ca va, il ne pleut pas...
Evidemment, Gina veut voir ca. Touché par tant de contact humain, l'oncle n'arrive pas à refuser et guide la petite. (Manoeuvre de Survivant "Je connais le secteur" : 10+. Il place la grotte sur les falaises et connait parfaitement le chemin, à tel point qu'il gagne +1 pour y aller). Même s'il ne pleut pas, la brume rend la roche et le lichen très glissant... en tout cas pour une gamine qui vient à peine de débarquer. Alors que Wilson ouvre la marche, à quelques mètres de l'arrivée, elle glisse et tombe dans le précipice! Une centaine de mètre la sépare des éperons rocheux affleurant à la surface d'une mer déchaînée. Heureusement, son oncle rattrape sa main d'un geste vif et inespéré (Fais le à +1 du jet précédent : 10+). La gamine regarde son oncle avec les yeux qui brillent: quel héro!

Pendant ce temps, les ouvriers ont fini l'inventaire (je laisse la main au joueur) et constate qu'ils ont perdu la moitié des rations mais surtout toutes les batteries et panneaux solaires! Il ne leur reste plus que les petites dynamos pour s'éclairer. Owen est déjà en manque d'électron.

Le Doc lui, n'a cure des cris effrayés de la gamine, au loin, et s'interresse à la botanique... alors d'un côté, tout un bosquet croît, fleurit puis fane en quelques instants! (comme le perso s'est un peu isolé, je décide de jouer une Manoeuvre d'alerte de l'Extinction Anomalie temporelle). Il courre demandé si quelqu'un d'autre à vu ca... mais sans succès. Seul Wilson le prend au sérieux en disant qu'il avait prévenu. Les ouvriers se moquent de ces farfelus :runaway

L'oncle et la gamine arrivent dans la grotte, en effet, elle est immense. Gina adore, mais la luminosité est vraiment faible et il faut déjà rentrer. Owen guide le déploiement du camp, alors que la troupe commence à penser à la suite. Wilson sort son allume feu en bambou et montre à Gina, après plusieurs minutes d'efforts, comment allumer un feu même dans cette humidité. La petite est impressionnée, mais George, l'un des ouvriers se moque : "Tu sais, on est au 21ème siècle maintenant" raille-t-il en lui balançant un briquet. Le Survivant le prend comme un cadeau venu du ciel, ne comprenant pas le dédain.

Et c'est là où je me rend compte que j'ai oublié le Mystère : je le fais tirer à ce moment là, et le hasard va à nouveau très bien faire les choses puisque : une source d'un signal mystérieux écrase les communications ! Owen a beau tester toutes les fréquences, paramétrer au mieux ses appareils, ca ne passe pas, et il ne comprend même pas comment c'est possible! L'Ingénieur commence (enfin!) à s'inquiéter : leur seul moyen de communication pour programmer le retour vient de les lâcher dès l'arrivée!
D'où la nécessité de rejoindre la tour radio dont leur parle Wilson. Manque de pot, c'est à plusieurs jours de marche, à travers la jungle, avec une grosse rivière à traverser et des dangers partout! (proposition du joueur)

Gina s'ennui des discussions de grands, puis personne n'écoute ses propositions, aussi elle prend sa dynamo et va explorer les alentours, dans la nuit à la fraîcheur tombante. Un flash apparait tout au dessus de sa tête, immense, persistant : le ciel prend des teintes et volutes mauves, pourpres. Il pulse, se contorsionne, se dilate, s'effiloche, emplit la totalité de la voûte céleste. L'instant semble durer une éternité, puis s'évanoui, comme un souvenir. (A nouveau, comme le perso s'est un peu isolé, je décide de jouer une Manoeuvre d'alerte de l'Extinction Anomalie temporelle). Gina cours alerter les adultes... qui n'en ont cure : "laisse les grands travailler, s'il te plait".
Seul Wilson a un peu de considération pour sa nière : oui, il a déjà vu ca quelques fois. Puisqu'il vous dit que ca déconne sévère sur cette île!

Et... on clôt la partie sur ce passage, car il est l'heure. On a joué 1 petite heure, et les joueurs ont vraiment appréciés. L'oubli du mystère n'a pas été gênant, mais il ne fallait pas le laisser plus en suspens, car ils se demandaient ce qu'ils allaient bien faire dans cette galère. Là ca y est, un but est clairement défini (pour l'instant) : la station radio!
J'ai pas lancé de dinos vu l'heure, mais je compte bien commencer fort dès la reprise par une attaque de Ptésosaures sur le camp au petit matin (ils ont trop d'ouvriers et de matos ;)) !
Les joueurs m'ont confié avoir apprécié la liberté créatrice du PbtA (surtout que le Survivant peu créer des installations sur l'île à la volée) et constatent qu'ils n'hésitent pas à mettre leur persos en situation inconfortables, ce qui crée du potentiel de jeu. De plus, la carte de l'île, que j'avais mis en fond d'écran, et où je faisais apparaître les symboles des lieux cités dans la fiction que pouvaient déplacer les PJs à fait son petit effet (même si c'est tout con à mettre en oeuvre!).

Bref, tout le monde a apprécié et le jeu et la séance, et on a hâte de continuer la semaine prochaine!
Avatar de l’utilisateur
Cryoban
Dieu de la carbonite
Messages : 7425
Inscription : mar. mars 29, 2011 9:25 pm
Localisation : Angers

Re: Escape from dino Island : la chute tachyonique

Message par Cryoban »

Mickey-bis a écrit : mar. mai 05, 2020 10:08 am surtout que le Survivant peu créer des installations sur l'île à la volée

T'es sur qu'il peut faire ça dés le début? il me semblait que c'était seulement après une progression que ce pouvoir se débloquait?
Swooby-doo et mystères associés (un hack de Sweepers)
Vermine-Reboot hack motorisé par Le Grit
Cthulhu Invictus: Limes Obscurus. Certaines forêts sont plus sombres que d'autres
Dark Operators, un hack du BRP pour Delta Green. Du poulpe et des Forces Spéciales.
Avatar de l’utilisateur
Mickey-bis
Evêque
Messages : 493
Inscription : mar. oct. 24, 2017 12:04 pm

Re: Escape from dino Island : la chute tachyonique

Message par Mickey-bis »

Cryoban a écrit : mar. mai 05, 2020 11:22 am
Mickey-bis a écrit : mar. mai 05, 2020 10:08 am surtout que le Survivant peu créer des installations sur l'île à la volée

T'es sur qu'il peut faire ça dés le début? il me semblait que c'était seulement après une progression que ce pouvoir se débloquait?

Ben c'est écrit ("Je connais le secteur") : "quand quelqu'un mentionne pour la 1ère fois un lieu spécifique de l'île, lance +Astuce si tu y as déjà été"
Du coup, lorsqu'il a mentionné la grotte, j'ai considéré que ce move s'appliquait...
Avatar de l’utilisateur
Cryoban
Dieu de la carbonite
Messages : 7425
Inscription : mar. mars 29, 2011 9:25 pm
Localisation : Angers

Re: Escape from dino Island : la chute tachyonique

Message par Cryoban »

Mickey-bis a écrit : mar. mai 05, 2020 11:43 am

Ben c'est écrit ("Je connais le secteur") : "quand quelqu'un mentionne pour la 1ère fois un lieu spécifique de l'île, lance +Astuce si tu y as déjà été"


Ah ok, c'est parce que j'avais pas compris ce que tu voulais dire par "création d'une installation"
Swooby-doo et mystères associés (un hack de Sweepers)
Vermine-Reboot hack motorisé par Le Grit
Cthulhu Invictus: Limes Obscurus. Certaines forêts sont plus sombres que d'autres
Dark Operators, un hack du BRP pour Delta Green. Du poulpe et des Forces Spéciales.
Avatar de l’utilisateur
Vorghyrn
Dieu des gargarismes
Messages : 6507
Inscription : jeu. févr. 03, 2011 12:00 pm
Localisation : Le Cap (Afrique du Sud)
Contact :

Re: Escape from dino Island : la chute tachyonique

Message par Vorghyrn »

@Monsieur L'ourson pour Piko, ça pourra peut être l'intéresser ;)
Mon blog : De l'autre Côté de l'écran

Mon site d'écriture : Imaginaires lointains
 
Avatar de l’utilisateur
Mickey-bis
Evêque
Messages : 493
Inscription : mar. oct. 24, 2017 12:04 pm

Re: Escape from dino Island : la chute tachyonique

Message par Mickey-bis »

Séance 2
(Au préalable, en attendant l'arrivé d'un joueur, je fais tirer au hasard avec 3d3 le nombre d'ouvriers qui accompagne le groupe, et demande à chaque joueur de fournir des noms, afin de leur donner un peu de consistance. Ils seront donc 8, et certains seront mit en avant dès la scène suivante).


Les explorateurs se réveillent en sursaut, grâce à un mélange de cris bestiaux sur-aigus et d'hurlement de peurs. Leurs tentes tremblent de part en part comme au coeur d'une tempête ou bousculées par des géants. Wilson et Gina, sous les planches de fortune de la cabane de l'échoué, entendent les mêmes bruits stridents.
Wilson sort une tête, et aperçoit le Dr Raoult faire de même depuis sa tente. Depuis le ciel, 3 immenses créatures préhistoriques, de la taille d'une girafe mais aux ailes membraneuses planent et font des piqués sur les installations de fortune. L'une d'entre elle vient d'être littéralement happée dans un bec osseux grand comme un pick-up, d'où dépasse le tronc de Johanes, hurlant de terreur.
Image
Le manoeuvre des explorateurs n'a pas eu le temps de sortir de sa tente que la créature la coincé comme un vulgaire gougeons, et s'envole à nouveau en battant des ailes, déchaînant de violentes bourrasques faisant tremblant tentes et cabanes. Alors que 2 autres dinosaures volants vont des rondes au dessus du campement, sous une pluie drue, Wilson repousse sa nièce vers le fond la pièce et saisi une lance de bois aiguisée avec patience. Il la lance de toute ses forces vers la créature, pas tant pour l'embrocher que pour lui faire lâcher prise. Le Dr quant à lui garde son sang-froid et attend le bon moment pour filer sous les arbres à quelques centaines de mètres de là. Owen, quant à lui, sort de sa tente et hurle aux autres ouvriers de se mettre aussi à couvert. Tant pis pour le matériel.
Wilson vise tant bien que mal malgré la pluie et sa lance fuse contre le long coup musclé du monstre, qui sent toutefois la gene. ouvrant le bec, le reste de tente et de nourriture humaine en tombe. Johanes fait plusieurs mètres de chute libre au dessus de la jungle, alors qu'un autre monstre tente un piqué. Owen coure se cacher et évite la créature, qui ne repartira pas le ventre vide car il parvient à saisir au vol Kevin, qui assurait les arrière de son chef.
Wilson attrape Gina et se rue alors lui aussi vers la forêt, d'autant plus qu'il a une petite idée de la zone où l'ouvrier à pu choir. Avec un peu de chance, branches et lianes ont pu amortir sa chute...

Tout les survivants se dirigent donc vers une épaisse végétation luxuriante. Le ciel, déjà fort couvert, n'est guère visible et la végétation rend le tout très sombre. Mais au moins cela protège efficacement de l'averse. Des fougères hautes comme des hommes et des arbres couverts de lianes et autres branchages créaient un vrai labyrinthe de verdure. Au loin, les cris des créatures retentissent toujours.
Wilson tenant toujours fort sa nièce prés de lui, se rue dans cet enfer vert qu'il ne connait que trop bien et repère assez vite l'ouvrier, pendu par les pieds au-dessus du vite. Le jeu de lianes qui l'ont empêché une chute fatale lui cisaillent désormais la cuisse. Wilson grimpe à l'arbre et coupe le tout, libérant l'homme, trop heureux de son sort. Il en profite pour continuer son ascension au delà de la cime et observer les environs. De haut, il repère une coupure marron dans cet océan de vert : une rivière déchaînée par les torrents d'eaux qui tombent depuis des heures. D'ailleurs, au loin, un violent orage s'est formé et semble se diriger vers eux... Après quelques lacets, la rivière semble s’apaiser et des constructions de bétons et de taules apparaissent. (Wilson a étudié le terrain et obtenu un 7-9 : je tire au hasard "la rivière" comme lieu naturel et "l'avant poste de la rivière" comme lieu artificiel ; le hasard continu à vraiment bien faire les choses :)).
Le reste du groupe fini par retrouver la trace de Wilson, alors que Johanes fini de se remettre de ses émotions (et quelques contusions fort douloureuses), puis décide de rejoindre les bâtiments en amont de la rivière. Wilson guide la troupe et repère la rivière, en crue et ravinant plusieurs mètres de berge en emportant des arbres de plusieurs mètres de large, alors que l'orage les rattrape (j'ai fait tirer la météo pour la séance, elle passe de pluie torrentielle à orage). Suivre la rivière pose donc quelques problèmes parfois, et il faut s'en écarter pour rester en sécurité.
Mais ce faisant, le groupe arrive après plusieurs heures de marche laborieuse dans une zone que les pluies ont rendus marécageuse (comme ils changent de route et que la tension retombe, je tire au hasard un lieu naturel supplémentaire - le marais - et met sur leur chemin ses occupants). Les lentilles d'eau couvrent la surface d'un tapis liégeux, alors de longs cheveux verdasses pendent de toutes les branches. Progressant avec difficulté, de l'eau jusqu'aux cuisses, le groupe aperçoit au loin un troupeau de dinosaures gros comme des vaches en train de brouter les épaisses feuilles flottant à la surface de l'eau.
Image

Ne souhaitant pas les effrayer et être chargé, les explorateurs contournent le troupeau et s'enfoncent encore plus dans le marécage. Le chemin est laborieux, mais Wilson fini par entendre à nouveau la rivière torrentielle et apercevoir ses rapides aux rochers tranchant. La berge s'est effondrée sous la pluie et s'approcher plus est vraiment dangereux. C'est alors qu'un éclair foudroie un arbre énorme et le fend en 2. L'arbre d'effondre et se déracine sur prêt de 10m de diamètre, séparant Owen du reste du groupe, avec un monticule de terre d'un côté, et le ravin de l'autre (honnêtement, je ne sais plus ce qui a prévalu à cette situation ... certainement un rythme qui s'enlisait :??: :().
Wilson et le Doc entreprennent de faire le tour, mais après quelques pas, ils sont prit de violentes hallucinations visuelles et sensitives, voyant le monde partir à rebours et se condenser en un unique point, puis eux vieillir ou au contraire rajeunir de manière erratique et brusque... ils s'effondrent, essoufflés. Wilson n'en revient pas : le docteur face à lui n'est plus le même, et s'il lui ressemble, c'est avec bien 20 ans de moins. (là encore, ma mémoire me fait défaut, mais les joueurs ont du échouer à un "Fait le" pour éviter la chute d'arbre. J'ai tiré au sort ma manoeuvre et suis tombé sur "manœuvre d'alerte". Toujours dans l'effondrement temporel, je décide de faire rajeunir le plus vieux des 2 PJs. Le Dr change alors d'avatar de Raoult et ses cheveux filasses et nous sort celui... du Dr Mamour! :D ).
Du côté d'Owen, l'homme est tout sauf athlétique et il le sait. Il tente bien à son tour de contourner littéralement le problème, mais là encore, il devra faire de l'escalade ou le funambule. Il décide de se hisser tant bien que mal sur le tronc couché, mais glisse et chute lourdement tête la première du côté de ses collègues, hurlant de douleur (Il a fait un échec sur un jet de serrer les dents pour escalader et à prit sa 1ère blessure).
Le docteur l'ausculte et constate que son épaule est déboitée. La remettre est une chose, mais il lui faudrait de la glace pour empêcher que ca gonfle et nuise à la récupération. En attendant, Owen porte le bras en bandoulière dans on t-shirt boueux (là encore, je ne me souviens plus trop comment le Docteur s'est retrouvé en échec face à son soin).

Cependant, Gina constate que le groupe arrive à la lisière de la jungle. Au bord de la rivière, plus calme, un ponton en bois est à sa flottaison maximale. De là part une piste empierrée jusqu'à de gros entrepôts aux murs solides et au toit haut en taule. De la lumière pointe de quelques fenêtres.


Cette séance, plus courte car approchant des 2h, m'a laissé un peu sur ma faim car j'ai eu l'impression - certainement réelle - de forcer un peu la main aux joueurs et de les enfoncer à leur insu, sous prétexte de donner de la sueur à voyager sur l'île. J'avais prévu mon point de départ avec l'assaut des Ptésosaures, posant comme dilemme de fuir vers la jungle ou la grotte en abandonnant le matériel, ou essayer de résister. les joueurs n'ont pas hésité une seconde :) Evidemment, les jets loupés ont rendu cela plus rude encore.
Avatar de l’utilisateur
Monsieur L'ourson
Initié
Messages : 107
Inscription : mar. déc. 26, 2017 11:23 am
Localisation : Orvault
Contact :

Re: Escape from dino Island : la chute tachyonique

Message par Monsieur L'ourson »

Vorghyrn a écrit : mar. mai 05, 2020 1:00 pm @Monsieur L'ourson pour Piko, ça pourra peut être l'intéresser ;)
Cool merci, je lui ferai lire ce sujet :)
ImageImageImageImageImage

 
Avatar de l’utilisateur
Mickey-bis
Evêque
Messages : 493
Inscription : mar. oct. 24, 2017 12:04 pm

Re: Escape from dino Island : la chute tachyonique

Message par Mickey-bis »

Et j'ai 2 séances de retard... :(
Avatar de l’utilisateur
Mickey-bis
Evêque
Messages : 493
Inscription : mar. oct. 24, 2017 12:04 pm

Re: Escape from dino Island : la chute tachyonique

Message par Mickey-bis »

J'ai 3 CR de retard donc je vais faire très résumé, désolé.


Séance 3
Sous une pluie torrentielle, les naufragés hésitent à se faire connaitre des occupants de l'entrepôt, alors qu'un camion au look futuriste commence justement à en sortir, avec à l'arrière des moutons. Wilson se rue comme un diable pour alerter le chauffeur de sa présence.
Celui-ci s'arrête, un peu éberlué, et d'autres hommes en tenue à logo l'interrogent, méfiant : "êtes-vous un Natif?"
Wilson ne comprend pas le sens de la question mais répond par la négative, expliquant être un échoué avec sa nièce et d'autres.
Tout le monde se montre et la tension s’apaise.

Au sec, la discussion s'engage, permettant de comprendre que le bâtiment ont été construit par "L'institut Hallet" afin d'étudier les caractéristiques très particulière de l'île : les chutes tacchyoniques. Ce seraient elles qui expliqueraient la présence notamment de dinos sur l'île, mais aussi les éclairs pourpres déchirant parfois le ciel, ainsi que la venue de naufragés.
Les ouvriers, eux, entretiennent les dinos et les clôtures sur cette partie de l'île. D'ailleurs, derrière la porte entrebâillée de la salle de pause où tout le monde échange, une sorte de centre de contrôle aux écrans haptiques se dévoile. Clairement futuriste comme technologie. Owen demande : "Attendez. En quelle année sommes-nous?".
La réponse leur coupe le souffle: 40 ans dans leur futur!

Pendant ce temps, Gina papillonne. La salle de pause est un lieu de vie pour 4 personnes environs et donne sur les entrepôts d'où elle entend les bruits des animaux qui y vivent : chèvres, lapins, poules, etc. Elle voit aussi des enclos pouvant servir à isoler un dino malade. Au dehors, elle entends les moutons s'agiter, toujours dans le camion mit à l'arrêt un peu plus tôt par l'arrivée soudaine des naufragés, alors qu'une boule de feu flashe soudain au loin, à la cime de la jungle!
La détonation surprend tout le monde, alors que l'électricité se coupe soudainement dans toute la région.

Les ouvriers s'agitent: la coupure est générale. C'est probablement la Centrale qui a sauté. Un sale coup des Natifs, sans aucun doute!
L'équipe cherche à taton des lampes frontales, lorsque que la fillette remarque un manque : les moutons ne font plus aucun bruit! Les naufragés le redoutaient : les clôtures des dinos ne sont plus alimentées et les bébêtes se rapprochent dangereusement.

Un ankylosaure de fort beau gabarit se rue au loin sur l'entrepôt. De sa queue renforcée de plaque osseuse, il frappe la porte métallique avec une force terrifiante. L'équipe se terre à l'intérieur, mais pour une courte durée : la porte cède et de petit théropodes entrent à leur tour. Certains font leur course parmi les animaux de l'entrepôts, mais d'autres repèrent des proies plus intéressantes à l'arrière.
Les Naufragés veulent fuir, mais la porte de sortie refuse de se déverrouillée car elle n'est plus alimentée. Alors qu'Owen cherche des outils pour démonter le panneau et accéder aux fils, Wilson tente courageusement de faire diversion dans les couloirs, et le Dr se glisse dans les dortoirs où il a repérer une fenêtre. Il prend avec lui Gina, mais qui sait si c'est pour la protéger ou s'en servir de bouclier ?
Le survivant occupe les terribles créatures mais se faire mordre sérieusement au passage, laissant à l'Ingénieur le temps de connecter les fils et désactiver la gâche magnétique de la porte. Le Dr ouvre la fenêtre et s'y glisse, puis c'est le tour de Gina. Owen hurle de venir le rejoindre pour sortir, sauf qu'à l'arrière, l'ankylosaure l'attend! Owen a perdu trop de temps sur des détails bêtes et s'en veux. Par sa faute, les ouvriers restant, Wilson et lui vont y passer. Assumant ses erreurs, Owen se jette dans un corps à corps désespéré avec le monstre, provoquant une ouverture pour les autres. La créature lui happe le bras. l'ingénieur se sait fini, mais son sacrifice ne sera pas vain : si la bête veut le manger, elle en aura pour son argent! Il enfonce sa main encore plus profondément dans la gueule de l'ankylausore et arrache tout ce qu'il s'y trouve. La bête hurle, et claque encore plus vigoureusement des crocs, envoyant tout balader à droite et gauche. Owen est trimbalé comme un fétu de paille, se vidant de son sang sous les coup acharné de la créature, alors que les survivants réussissent à monter dans le camion et démarrer.
Le groupe pleure le sacrifice de leur ami.

Débriefing
Les Pjs ont été assez frileux avant de rencontrer les ouvriers, puis il y a eu une première phase d'explication. L'explosion de la Centrale est ma présentation de l'obstacle : il faut remettre le courant. Puis sur je ne sais quel 6-, les dinos ont attaqué. Wilson a été blessé, et Owen aussi. Mais pour lui, c'était la 2nd blessure, aussi il a choisi de se sacrifié dans une belle scène dont il a été le "metteur en scène".


Séance 4
Le groupe est avec le seul ouvrier survivant du massacre : Isu, un type sympa aux traits d'Amérique du sud. Il conduit le camion (qui se pilote avec une interface haptique holographique intriguant nos héros) jusqu'au Complexe, le QG de l'Institut, afin de les tenir au courant de la perte du centre de soin de l'ouest.
Le Complexe est au centre de l'île, mais difficile d'accès car la zone est dégagée et plusieurs troupeaux de grands herbivores y vivent. Eux-mêmes ne représentent pas un si grand danger hormis de se faire malencontreusement écraser, mais c'est plus les prédateurs qu'ils attirent qui peut être problématique.
Le bâtiment en lui même ne semble pas neuf, mais est bien entretenu, pour un centre de recherche. Le logo de l'Institut trône fièrement à l'entrée. Isu mène directement les explorateurs dans les locaux, véritable fourmilières de scientifiques, puis au bureau de sa Présidente : Natalie HONG. C'est une femme d'âge moyen, sans doute métis asiatique, aux traits doux mais déterminés. Son bureau est recouvert d'holoprojections de travail, de documents et seuls quelques photos papiers à l'arrière lui donnent un côté personnel.
La Présidente est plutôt cordiale, curieuse de l'origine de ses interlocuteurs, et pas avares en réponses. En résumé, elle leur apprend que l'île est une sorte de vortex temporel au coeur du quel chutes les tacchyons, expliquant l'apparition de choses issues de différentes époques. C'est sa propre mère qui découvrit l'île. Suite à une tragique disparition, elle n'eut de cesse de la rechercher pour y retourner l'étudier. Elle dédia sa vie à trouver des financements et des réponses et créa ainsi l'Institut, dont Natalie est aujourd'hui à la tête. Celui-ci étudie la physique particulière des lieues, bien entendu, mais aussi sa botanique et zoologie, notamment pour le compte de grands labos pharmaceutiques. Mais la Présidente est très inquiète, car une catastrophe sans précédent a été découverte : le vortex est en plein effondrement, entraînant avec lui le Temps lui-même! C'est la fin de la Création entière qui se joue ici selon ses dires.
Ceci explique aussi pourquoi les occupants n'ont pas de plans d'évacuation de l'île ou de sauvetage : ils doivent réussir coûte que coûte!
Toutefois, comme Wilson l'avait dit, la tour radio de la pointe sud pourrait émettre un SOS et faire venir une extraction. Seule cette tour émet une fréquence qui n'est pas brouillée par la chute tacchyonique. Problème, la destruction de la Centrale électrique par ces rebelles de Natifs vient de mettre hors ligne toutes les autres installations que le Complexe.
Hong répond aux questions sur les Natifs : il s'agit d'autochtones, ou en tout cas de Naufragés non recensés, qui se dressent contre l'Institut. Ils n'ont jamais été guère plus qu'une gène jusqu'à ce que le Cambera, le second de Natalie elle-même quitte récemment l'Institut avec perte et fracas et les rejoindre pour en prendre la tête. Depuis, leurs exactions sont construites et beaucoup plus dangereuses.

Sur ces entrefaits, un technicien requiert la présence de la Présidente, qui s'absente de son bureau.
Raoult en profite pour fureter du côté des holoprojections. Il remarque notamment un plan de l'île, nommée "Paradox Island", où de multiples points rouges clignotent et se déplacent lentement. Sans doute les dinos en liberté.
De plus, s'interressant aux photos personnelles de Natalie, l'une d'entre elle montre une jeune femme pouvant ressembler à Hong, tenir dans ses bras un nouveau né, avec à ses cotés un homme portant un masque chirurgical. Vue les tenues d'opérations de la femme, la photo semble avoir été prise juste après l'accouchement, expliquant sans doute les traits fatigués et méconnaissable de la femme. A ce titre, le Dr trouve un air de parenté entre celle-ci, la Présidente donc, et la petite Gina... Intriguant...

Le reste des naufragés discute du moyen de quitter l'île : l'effondrement ne semble pas les concerner. Ils décident de continuer leur plan d'aller passer le SOS depuis la tour radio du sud. Mais en plus de devoir y aller, il faudra l'alimenter. Se baladant dans le complexe, ils demandent à des techniciens comment ils comptent remettre le courant dans les zones coupées. "On a 3 générateurs qui viennent de partir pour les centres les plus urgents : le labo de génétique, le centre de contrôle des clotûres et le couvoir".
L'équipe décide donc de se rendre au labo de génétique, que Wilson avait déjà repéré, qui se trouve à mi-chemin vers la tour de radio, et d'y récupérer le générateur...

Mais avant cela, il leur faut un moyen de locomotion, et ces camions du futur leurs font de l'oeil. Il n'en reste plus qu'un sur le parking, où l'orage tonne de plus belle. Le Dr retourne voir la dernière membre de l'équipage originel qui a survécu, Gertrude, sachant qu'elle n'est pas insensible à sa nouvelle jeunesse. Il réussi a la convaincre de faire distraction auprès des gardes, afin de permettre de s'infiltrer dans un camion et de le voler.
Gertrude, des papillons dans le ventre alors que le Dr la remarque enfin, saisie au bond cette opportunité de briller et s'exécute. Les naufragés démarrent en trombe, pilotant tant bien que mal l'engin via une interface qu'ils n'ont jamais vu de leur vie!

Alors qu'ils ne sont plus en vu du Complexe, une lance frappe soudainement la carlingue et un type recouvert d'ossements se rue depuis les fourrés et frappe de toutes ses forces avec sa grosse épée d'obsidienne!
Le groupe reste quelques instants abasourdie. Wilson ouvre la fenêtre et interpelle le sauvage, pensant qu'il s'agit d'un Natif et trouvant pour le coup la menace bien pauvre... Mais non, c'est un naufragé récent venu tout droit de l'Empire Maya, se défendant contre ce monstre de métal!
Ce dernier ne comprend pas ce qu'il lui est arrivé, et qui sont ces gens aux tenues étranges. Ni même comment ils peuvent se comprendre alors qu'ils semblent si différents! Quoi qu'il en soit, ils disent vouloir aller "remettre les choses en ordre" et lui permettre de retourner chez lui, s'il veut bien laisser le camion tranquille... Xic, car tel est le nom du nouveau, rejoins donc l'expédition, mettant son courage et ses muscles à leur service.

Débriefing
C'était une séances avant tout "d'exposition", où ils ont rencontré quelqu'un ayant enfin des réponses... conduisant évidemment à plus de mystères. Ayant l'ambition d'une trame type "boucle temporelle", je n'ai pas toujours été à l'aise sur les réponses, notamment "mais qui votre mère a-t'elle perdue sur l'île?" (puisque pour moi, j'aimerai me saisir de la disparition d'un PJ proche de Gina - Wilson? Raoult? - pour créer ce traumatisme, puisque c'est Gina, la mère de Natalie).
Le joueur de feu-Owen avait décidé de créer un personnage Soldat. Hors jeu, je lui ai proposé la possibilité d'en faire un de l'époque/origine de son souhait, puisque maintenant ils savent que le temps n'est pas aussi linéaire que prévu. Ca l'a emballé et il a fait un Maya. Toute la séance il a attendu que le groupe sorte car il voulait à tout prit se présenter comme cela c'est passé : en "attaquant le monstre de métal".
Le reste des joueurs n'étant pas au courant et se pressant tout au long du jeu pour ne pas laisser l'un des leurs trop longtemps sur la touche, ont été des plus surpris par la scène, qui a été franchement fun!
En fin de séance, j'ai fait un petit point "technique" aux joueurs, leur expliquant la structure du jeu : vaincre l'Obstacle (= remettre le courant dans la tour radio) pour avoir une manoeuvre avancée, cela déclenchera l'Extinction, puis appeler les secours et réussir à fuir avant la fin des 3 étapes de l'Extinction.
Avatar de l’utilisateur
Mickey-bis
Evêque
Messages : 493
Inscription : mar. oct. 24, 2017 12:04 pm

Re: Escape from dino Island : la chute tachyonique

Message par Mickey-bis »

Séance 5
Le camion des Naufragés arrive en vue du labo de génétique. Le premier bâtiment à étage de leur connaissance. Les clôtures de champs de force qui les protègent des créatures de la jungles sont désactivées, comme partout sur l'île depuis l'explosion de la Centrale.
Un autre camion est gré devant les portes métalliques, auprès desquelles Wilson remarque un lecteur biométrique palmaire. Celui-ci doit être actif, puisque de la lumière perce depuis les fenêtres. La cellule énergétique est bien arrivée -certainement par le camion - et fonctionnelle.
Le Dr propose de se faire passer pour des membres de l'institut. Peut-être y a-t'il des uniformes dans les camions? Wilson et Xic inspectent celui-ci et le Survivant alors que le Dr et Gina vont à pas de loup dans celui près du bâtiment. Alors que Wilson trouve effectivement de quoi se faire passer pour des ouvriers de l'Institut, la fillette remarque des mouvements suspects dans les fourrés près d'eux. Elle appelle le Dr, qui décide de rester caché en sécurité.
Les autres naufragés, changés, sortent et se rapprochent. C'est alors que 5 types jaillissent de la jungles hurlant, armes dehors : 2 gars en tenues de centurions romains, 2 autres en jeans et chemises - détrempées - et un dernier, immense et noir comme la nuit, torse nu avec un sac à dos en toile de jute.
Alors que Xic s'élance à son tour à l'assaut, le Dr entend les hurlant "Mort à Hallet!" des assaillants. Il descend aussitôt du camion, s'exposant, et crie "On est avec vous! Mort à Hallet!"

Le black, calme ses sbires, alors que des échanges ont commencés entre les romains et le maya. Tout le monde se regarde avec suspicion mais le Dr en est persuadé : ce sont des Natifs et il peut s'en faire des alliés. Il commence donc à expliquer que ce sont des gens dangereux qui vont détruire l'île et qu'il faut les arrêter. Le black ne fait qu’acquiescer en leur montre des pains d'explosifs qu'il sort de son sac à dos. Il faut juste être très discret afin que les chercheurs n'envoient pas les fusées d'alarmes déclenchant la venue des renforts.
Les explorateurs sont moyennement partant : l'explosion pourrait détruire le générateur. Une négociation subtile se met en place pour pousser les Natifs, aux ordre de Cambera, à une certaine retenue. Un deal est trouvé : ils plastiquent le bâtiment mais font sauter d'abord une façade, afin de faire une brèche pour qu'un groupe s'infiltre et récupère le générateur, pendant que les autres se défendent. 5min après, le reste du bâtiment saute.
Ne voulant pas être les dindons de la farce, le black - du nom de Roberts - impose de mélanger les groupes. Le Dr partira donc avec un centurion en infiltration (les cellules font visiblement la taille d'une malle militaire et sont donc très encombrantes et lourdes), alors que Xic et Wilson se tiendront sur la ligne de front. Le survivant est moins enjoué que le maya, mais s'est le seul moyen de ne pas laisser Gina en danger.

Roberts déclenche donc la 1ère explosion, qui emporte tout un angle et une partie de l'étage. Alors que la poussière retombe, le Dr et son compagnon, tout 2 en uniforme de l'Institut, pénètre dans l'ouverture faisant mine d'être rescapé de justesse. Ils croisent des gardes armée de fusil à gros calibre - probablement pour éloigner les plus gros dinos - qui ouvrent le feu sur les assaillants en contre bas. Ces derniers se rapprochent pour couper la distance, n'ayant pas d'armes à feu. Mais la lance de Xic fait mouche et élimine un premier tireur.
Alors que la bataille fait rage, et la panique saisie tous les chercheurs du bâtiment, le Dr aperçoit des labos et du matériel, mais aussi un plan d'évacuation montrant le local technique d'alimentation du bâtiment. Il faut redescendre. un coup d'épaule ouvre le local et le Dr arrache tous les branchement puis saisie la cellule. Humpf. Effectivement, c'est lourd!
Sur le retour, ils font mine de sauver le générateur des mains des sauvages, mais les chercheurs sont plus occupés à rentrer dans le camion pour fuir la zone.
Un peu plus loin, les 2 Natifs en jean sont mortellement touchés qui par une balle, qui par un coup de poing terrible. Xic en prend une dans le bras aussi, et Wilson se fait rouer de coup, mais bon an mal an, les assaillants ont le dessus et réussissent à mettre en déroute les derniers opposants.
La cellule est extraite, et Roberts fait sauter le reste du labo de génétique. Le Dr se retourne, triste de voir partir en fumée le matériel médical dont il aurait bien besoin pour soigner ses confrères...

Xic est fier de lui, il a fait honneur à sa tribu et a gagné le respect des autres combattants. Pour célébrer ca, il arrache le coeur d'un de ses adversaires et le dédie au dieu du sang. Gina vomi, déjà traumatisée par la bataille.

Alors que les orages pourpres reprennent de plus beau, la troupe embarque dans leur camion avec la cellule. Roberts a bien tenté de les faire venir attaquer un autre bâtiment, mais ils expliquent avoir leur cible à eux pour mettre fin aux expériences dangereuses de l'Institut. Wilson réussi tout de même à faire dire à son nouveau frère d'arme où se terre Camberra : près des Vieilles Ruines. Le survivant connait ce lieu étrange, proche des falaises de l'ouest.
Le Dr regarde les blessures de ses compagnons, malheureusement, il manque de désinfectant, et avec cette pluie moite, c'est crucial. Tant pis, ils verront ca à la tour Radio. Le Dr prend donc le volant.
Gina fouille la boite à gant, croyant avoir aperçu une flasque d'alcool, mais aperçoit à la faveur d'un énième éclair une gueule de dino dans le rétroviseur! Alertant tout le monde, ils constatent qu'un troupeau de spinausores les a prit en chasse. La route est défoncée et glissante à cause des pluies torrentielles qui s'abattent depuis des jours. 2 dinos sont sur les pas du camions et frappent de leurs griffes acérées la porte arrière, qui vole en éclat. Gina se rappelle de la mélopée stridente qu'elle a entendu lors de son arrivée sur l'île et elle est persuadée que cela avait un effet sur les diplodocus. Elle se jette donc à l'arrière, au plus prés des immenses créatures et commence à siffler selon ses souvenirs pour reproduire le son étrange. Le camion tangue et Gina perd pieds, manquant de tomber sur la piste boueuse. Heureusement, son oncle la récupère au dernier moment et se tient fermement aux sangles latérales, comme Xic. Jusqu'à la tétanie.
Le Dr n'est pas serein : soit il accélère pour semer les monstres mais prend le risque d'un accident, soit il ralenti mais garde le contrôle du véhicule. N'ayant jamais été un risque-tout, il lève le pied (ou plutôt la main, avec ces commandes haptiques). Les dinos rattrapent l'engin et les crocs claquent à quelques centimètres de leurs occupants. Xic, déjà mal en point à cause de la balle dans son bras se jettent sur le dino le plus proche avec sa lame d'obsidienne au péril de sa vie. Il fracasse le crane de la bête, qui s'effondre au sol. Malheureusement, la lame est tellement enfoncée dans l'os que celle-ci échappe des mains du combattants et reste dans le dino. Ses confrères se jettent alors sur cette pitance si facilement disponible et abandonne la poursuite.

La troupe reprend la route et arrive en vue de la tour radio

Débriefing
5ème séance, 5ème jet de météo, et c'est toujours la même chose : pluies torrentielles / orage / pluies torrentielles / orage / etc... Ca en est devenu un running-gag!
Une petite séance bien sympa car rythmée. J'avais juste prévu l'assaut des Natifs afin de présenter cette faction aux joueurs (et de sortir de l'évidente oppositions aux dinos). Ils ont tout de suite voulu s'allier à eux, sans toutefois rejoindre complètement leur combat.
Question bataille, justement, j'ai géré ca avec un Viens te battre de Wilson & Xic où ils pouvaient soit mettre en déroute, soit ne pas être blessés (7-9 : ils ont choisis de mettre en déroute), et d'un Fais le pour l'infiltration du Dr. j'aurai pu relancer avec la mise ne danger de Gina, mais la description ne s'y prêtait pas, et je n'y ai simplement pas pensé :(
Mais la scène a été dynamique, tout en présentant des enjeux et j'étais assez content de moi.
Pour soigner les blessures, le Dr a fait un 7-9, d'où le manque de désinfectant. En en cherchant, Gina a fait un 6-, expliquant l'arrivée des spinausores. Les joueurs m'ont ressorti cette histoire de mélopée contrôlant les dionos issu des rumeurs de l'arrivée sur l'île, ca m'a prit de cours mais c'était très bien tenté. Malheureusement, là encore, un 6- a empéché l'action d'aboutir et obligé les 2 autres PJs à s'accrocher fermement pour ne pas être éjecté du camion. Un jet de Serre les dents de Wilson - le moins costaud des deux a donné un 7-9, et subissent donc un -1 continu à leurs prochains jets de Forme. Mais ils ont tenus, et Gina n'est pas partie aux pieds des spinosaures!
Ca a fait un beau final de séance, avec le Soldat qui utilise sa manoeuvre Tué ou être tué. Normalement, le Soldat possède des armes à feu et sa manoeuvre présente le risque d'être à cour de munition. Comme ca ne cadrait pas avec le désir d'un soldat Maya, j'ai proposé que la manoeuvre s'applique tout de même (c'est LE point fort du livret) et que tuer l'opposant élimine tout le groupe de dino (expliquant pourquoi ils se sont arrêter dévorer le cadavre). Comme le joueur a fait un 7-9, il a perdu son arme dans le combat.
Avatar de l’utilisateur
Mickey-bis
Evêque
Messages : 493
Inscription : mar. oct. 24, 2017 12:04 pm

Re: Escape from dino Island : la chute tachyonique

Message par Mickey-bis »

Séance 6
Alors que la péninsule s'affine peu à peu et la végétation devient de plus en plus rase et battues par les bourrasques de pluie, les Naufragés croisent sur le bas-côté un groupe d'isisaurus affalés au sol. Ceux-ci devaient probablement paître il y a peu à l'orée de la jungle et se sont aventurés un peu à l'extérieur. Gina, croyant ceux-ci endormi, ne résiste pas à l'envi d'aller les caresser de plus prés. C'est alors qu'elle remarque une flaque rouge sous le troupeau. Rouge sang. Et des trous parfaitement sphériques et identiques dans le thorax ou parfois les cuisses des créatures. Ces trous semblent avoir totalement transpercé et évider la zone ciblée, sans rien laisser dépasser.
La fillette sent les larmes lui monter aux yeux, alors que les autres explorateurs eux, sentent l'inquiétude face à une telle destruction.
Le groupe s'approche donc avec méfiance de la pointe de la péninsule et de sa tour radio, adossée à 3 baraquements de béton gris. Aucun véhicule ni traces récentes. Ils s'attendent même à des tirs provenant des hauteurs, mais... rien.
Le docteur repère le logo du local électrique. Lui qui a arraché dernièrement la batterie du labo de génétique, sait bien désormais comment la rebrancher. Il s'exécute, et le courant revient dans la tour et ses bâtiments annexes. Le second n'est d'ailleurs qu'un dortoir, où quelques ouvriers doivent pouvoir se reposer lors de missions longues. Le groupe y trouve des talkis, bien que ceux-ci soient aussi inutilisables à cause du mystérieux signal qui écrase toutes les communications. Le dernier baraquement, lui, intéresse beaucoup plus les Naufragés : il s'agit du centre de communication de la Radio!
Inspectant les écrans haptiques et leurs graphes sinusoïdaux plus ou moins réguliers, le docteur remarque que le signal écrasant les communications faiblit puis disparaît au bout de quelques instants. Mais un autre signal montrant des caractéristiques communes surgit alors. Un canal audio ouvert entre plusieurs sources, visiblement: "Alpha, prend sur le haut ; Beta, sur le bas ; Gamma part sur la zone C à droite, et moi la gauche. Rappelez-vous les ordre de Hong Jr : personne ne doit quitter l'île vivant!". 3 "Reçu 5 sur 5" concluent la déclaration précédente. Tout le monde se regarde, inquiet. Eux qui pensaient avoir enfin trouvé le moyen de quitter cette maudite île, font-ils face encore à une nouvelle menace alors qu’ils n’ont même pas encore eu le temps d’envoyer leur SOS ?
Ils montent à la tour radio afin d’apercevoir d’éventuels ennuis. Visiblement, celle-ci est ancienne, avec des poteaux en bois tenues par de lourdes cordes recouvertes de lichens. Une échelle de rondin permet de monter à la plateforme, qui créer une pièce d’environ 10m², aux murs de pierres. Une structure métallique beaucoup plus récente les renforces et monte en pointe, abritant des câbles de toute sorte, jusqu’à plusieurs antennes aux formes géométriques complexes et variées.
Wilson scrute l’horizon de la jungle, alors que les éclairs reprennent de plus belle. Tout est calme. Le groupe souffle. Mais c’est alors que Xic remarque des lueurs rose fluo dans le ciel, comme des disques mouvants, à plat, surmontés d’une masse sombre. Celles-ci se déplacent de manières erratiques mais rapide, et en direction de la péninsule. Puis le groupe de lueur se sépare, une vers la gauche et le centre de l’île, l’autre vers la droite et sa partie occidentale. Un troisième prend de l’altitude mais file tout droit, alors que le dernier suit le même cap mais plonge à quelques mètres du sol. Le maya voit désormais mieux ce qui se rapproche : des humanoïdes guidant une plateforme volante grâce à un guidon, filant pour les 2 derniers en ligne droite vers la tour radio.
Xic, sentant la menace, descend derechef de la tour pour aller se cacher dans la jungle à quelques centaines de mètre de là. Gina lui emboite le pas et se rend au centre de communication, pour envoyer le SOS. Wilson et Raoult la suivent, mais à la queue-leu-leu. Raoult ne semble pas se presser, se sentant plus à l’abri derrière un mur de pierre. Il guidera la fillette par talki, maintenant que ceux-ci remarchent.
Mais les plateformes volantes sont très rapides, et celle en hauteur repère le maya courant à découvert. Un module jaillit du bras du pilote et pivote jusqu’à s’aligner sur sa cible et tirer. Un rayon noir constellé d’éclats lumineux en sort et fuse sur le sol, où se tenait l’instant d’avant Xic. Un trou d’une dizaine de centimètre de diamètre et le double de long apparait à l’impact, la terre ayant été comme instantanément volatilisée. Le maya n’a pas le temps de s’éberluer qu’il est à nouveau prit pour cible. La confrontation semble inévitable.
De son côté, Gina repère un second ennemi zigzagant entre les baraquements, sans doute à la recherche des intrus. Elle tente tout de même de sprinter en direction de sa cible, mais le pilote la repère et dégaine à son tour la même arme. Elle hurle de peur dans son talki. Entendant sa détresse, le Doc a (enfin ?) un élan de courage et d’altruisme et saute au sol afin d’attirer l’attention sur lui. Le pilote tire par réflexe et le Doc saute derrière un mur au dernier moment, laissant Wilson qui est quelques mètres derrières en vue directement de l’assaillant. Gina pénètre dans le centre de communication et appui un peu partout au hasard jusqu’à trouver une icône acceptable et lance un SOS, comme une bouteille à la mer.
De son côté, Xic fait face à son adversaire. Saisissant une grosse pierre, il la jette sur le pilote, qui l’esquive d’un geste brusque mais perd le contrôle de sa plateforme volante. Le guerrier tribal cours alors vers lui et grimpe sur les poutres de la tour puis saute sur son adversaire, qui tentait de reprendre le contrôle du vol. La plateforme part en vrille alors qu’un pugilat se met en place à plusieurs mètres au-dessus du sol. Tout d’un coup, la plateforme pivote brutalement et les 2 hommes partent à la renverse. Heureusement, Xic réussi in extremis à repasser au-dessus de son adversaire, qui s’écrase durement sur le dos et lui amortit le choc.
Une voie grésillant répond enfin à la fillette, le Capitaine du Haddock, demandant des explications. Gina réponds « je suis arrivée sur Paradox island il y a quelques jours et depuis, des dinosaures ont voulu nous manger, des méchants ont se font la guerre et là mon oncle se bat avec des soldats volants. Sauvez-nous ! ».
Evidement, l’interlocuteur demande au plaisantin de libérer la fréquence. Mais Gina ne se décourage pas et insiste. Le Capitaine répond ne pas connaitre l’île, et demande des coordonnées. Le Doc se souvient alors de la carte holographique représentant l’île : des coordonnées étaient effectivement affichées. Si seulement il se souvenait des derniers chiffres… Le Capitaine, touchée par la détresse de l’enfant, accepte de faire un détour et ordonne à Gina de l’attendre sur la plage, à l’abri.
Pendant ce temps, Wilson et le pilote en sont venus aux mains. Ce dernier cherche avant tout à tirer sur la fillette, et le Survivant lutte de toutes ses forces pour empêcher cela. Dans le chaos, plusieurs tirs fusent, perçant des trous nets dans les murs d’écrans, qui s’éteignent petits à petits. La plateforme reprend de la hauteur et serpente aléatoirement sous les pieds de la tour, à grande vitesse. Jusqu’à forcer sur une poutre. Wilson se baisse au dernier moment, mais pas le pilote. Celui-ci est désarçonné par le violent choc et tombe au sol, immobile.
Wilson réussi à sauter de la plateforme, qui s’abime au bas des falaises quelques dizaines de mètres plus loin.
Xic se relève, grimaçant : son épaule s’est probablement déboitée dans la chute. Mais son adversaire ne bouge plus. La chute fut mortelle. Après s’être assuré qu’il n’y avait plus de menace, le maya dégaine son coutelât et commence à éplucher les diverses couches de tissus renforcés protégeant le thorax du pilote. Celui-ci semble humain, mais d’étrange fils métalliques courent sur la peau ou plus en profondeur, et parfois rejoignent des modules intégrés à son armures – comme pour arme terrifiante par exemple, ou des structures argentées renforçant ci et là le cœur qu’il prélève.
Le guerrier est terrifié par cette pratique. Dans sa culture, la mort est omniprésente, mais le corps est sacré. Aussi, personne ne se mutilerai ainsi volontairement. Les autres survivants, de leur côté, ne semblent pas tant perturbés par ces découvertes que par la pratique du maya…

Débriefing
Remettre le courant dans la tour constituait l'Obstacle, aussi une fois fait, ils ont pu choisir un avancement. Le Dr choisi, toujours aussi altruistement, de pouvoir se soigner lui-même :). Xic prit la capacité d'intimider ses adversaires. Wilson prit Collectionneur (il peut avoir un peu n'importe quoi, soit sur lui, soit dans sa cabane) et Gina déclenche l'héroïsme de ceux forcés à venir à son secours (ce qu'elle a utilisé lorsqu'elle a été en danger, obligeant le Dr à rappliquer).

Ensuite, je n'avais rien prévu hormis présenté la menace de l'Effondrement : "ils ont envoyés des nettoyeurs". Voulant à nouveau jouer sur les paradoxes temporels, je suis parti sur des soldats du futur. Et quoi de plus futuristes que des armures cybernétiques, un tir de désintégrateurs, et des plateformes volantes?
Après, je me suis un peu emballé :oops:
J'ai présenté la menace avant même la résolution de l'obstacle avec les dinos morts sur le bas côté. Puis j'ai fait entendre l'escouade pour avancer celle-ci et révéler l'origine de la menace (un Hong Junior), mais les joueurs ont directement cru à un assaut... et du coup je leur en ai donné un, alors que j'aurai pu (du?) faire monter la mayonnaise un peu plus subtilement.
Mais la scène d'action a été très cool, dynamique, avec un enjeu et des risques pour chacun d'entre eux. Même le Doc ou Gina ont été concernés. Et l'échange avec le capitaine du bateau était assez surréaliste (difficile à rendre dans un compte rendu).
Avatar de l’utilisateur
Mickey-bis
Evêque
Messages : 493
Inscription : mar. oct. 24, 2017 12:04 pm

Re: Escape from dino Island : la chute tachyonique

Message par Mickey-bis »

Séance 7
Le groupe reprend son souffle, alors que le Doc récupère le kit de premier soin récupéré il y a peu pour soigner les 2 blessés. Le guerrier tribal récupère de son côté des cordes et des câbles dans les baraquements pour attacher le pilote assommé par sa chute, non sans l’avoir au préalable débarrassé de son attirail.
Les Naufragés interrogent leur prisonnier : celui-ci dit venir du futur, environ un siècle plus tard, pour empêcher l’Institut de provoquer l’effondrement qui mettra fin au temps lui-même, mais aussi empêcher quiconque de repartir de l’île pour la même raison.
« Comment avez-vous prévu de repartir vous-même ? » tente de le piéger Raoult. « C’est une mission sans retour, nous le savons bien » répond le prisonnier.
Le Doc tente bien d’appliquer un raisonnement rationnel pour prouver que leur départ de l’île ne provoquera pas de catastrophe, mais le soldat du futur maintient l’inverse et argue qu’ils n’ont pas tous les éléments pour comprendre. Normal, pour des primitifs comme eux…
Par contre, lorsque Gina explique qu’ils sont arrivés il y a peu sur l’île et ne sont pas des Natifs, le soldat semble réaliser quelque chose d’ahurissant. « Vous venez d’arriver… Vous êtes donc Gina… Gina Hong ? ». Les Naufragés comprennent alors que la Présidente de l’Institut Hallet n’est autre que la future fille de Gina. « Vous êtes la cause de tout cela ! La Création elle-même est en jeu à cause de vous ! » s’écrit-il alors, furieux.
Xic, un peu perdu, décide de revenir à des problématiques plus terres à terres. « Où sont les autres de ton escouade ? » le secoue-t-il. Le soldat reste muet, mais ne peut s’empêcher de jeter un regard apeuré à son casque, quelques mètres plus loin.
Le Doc s’en saisit. A l’intérieur, un écran holographique diffuse des données, notamment 2 positions plus à l’ouest et au nord de l’île. Il enfile le casque et lui demande de contacter leur chef. Une voie robotique réponds « vous n’avez pas les droits d’accès ; veuillez rendre l’équipement à son propriétaire ». Le groupe clôt ainsi l’interrogatoire et laisse le maya rendre les derniers honneurs à son adversaire.
Wilson remonte à la tour radio. Il observe au loin la mer, à la recherche du Haddock. Mais sa première surprise est de découvrir que les lourds nuages noirs et orageux recouvrant l’île depuis plusieurs jours ont cédé la place à un magnifique soleil dans un ciel bleu azur. De son promontoire, il découvre dans la jungle ouest un monorail qui serpente à la cime de la jungle et s’y enfonce parfois. Puis, au large, après plusieurs minutes de scrutation, il parvient enfin à déceler le panache noir d’une cheminée de bateau faisant cas vers la côte est de l’île. Mais Wilson découvre alors une nouvelle menace : sur cette même côte, des individus vivants visiblement dans des cabanes faites de bric et de broc dans les arbres sont en train de mettre à l’eau un hors-bord rapiécé de toute part, en direction du bateau fumant. A l’arrière, un drapeau blanc arborant une tête de mort noire n’attend qu’à être dressée juste avant l’abordage.
Les Naufragés hésitent, car au fond d’eux, les mots du soldat du futur raisonnent encore : pour sauver la Création, personne ne doit quitter l’île. Gina aimerai en savoir plus sur son avenir, et qui de mieux placé que ce fameux Cambera – le nouveau leader des Natifs – qui a si bien connu Nathalie au sein de l’Institut ? Wilson, quant à lui, et très intrigué par ces traces de civilisations anciennes qu’il n’a jamais pu explorer…
Mais Xic les ramène à du concret : ils lui ont promis de le ramener chez lui, et pour cela, ils doivent quitter l’île ! Le groupe part donc pour la plage. Mais avant, ils souhaitent retourner à la cabane de Wilson, sur la falaise, pour observer les pirates voire prévenir le navire. Le survivant connait bien les pièges pour rentrer chez lui, et le retour se passe donc sans encombre.
Du haut de la falaise, ils ne peuvent que constater que le hors-bord va tenter une interception juste avant la baie donnant sur la plage, là ont les rochers forment un goulet naturel. Gina, qui a appris le morse chez les scouts, récupère le miroir de son oncle et tente de communiquer avec au bateau qui semble ne pas avoir vu la menace. Malheureusement, elle n’a pas le temps de finir son message qu’elle aperçoit, au-dessus de la jungle 2 plateformes volantes et leurs pilotes du futur. Elle préfère mettre fin à ses illuminations pour ne pas être repérée.
Le groupe se rue alors sur le camion pour aller au plus vite sur la plage, où les zodiacs qui les avaient débarqués quelques jours plus tôt les attendent encore.
Le doc conduit à toute berzingue mais pile net, lorsqu’il aperçoit, devant les bateaux gonflables une personne qu’il ne connait que trop bien : Gertrude ! Celle-ci se tient avec 3 gardes de l’Institut, armés, et hurle sur le malhonnête homme qui s’est joué de ses sentiments pour son seul intérêt. Le Dr Raoult tente tant bien que mal de retourner l’Histoire à son avantage, mais la jeune femme sort exemple après exemple sur la vilénie du monsieur et les blessures faites à son petit cœur sensible. Alors que les tourtereaux se chamaillent, les autres observent le navire de pèche arriver dans le goulet, poursuit par un hors-bord lancé à toute vitesse. Alors que le charme rajeuni du Dr commence à attendrir à nouveau la prétendante, Xic perd patience et surprend son monde en sortant son casse crâne et les cœurs de ses adversaires vaincus, menaçant les gardes de les ajouter à sa collection. Prit au dépourvu, ces derniers hésitent et le maya en profite pour arriver à portée. Devant la menace, ils lâchent tous leurs armes, récupérées par le maya, alors que Gertrude se débat tant bien que mal avec ses sentiments contradictoires.
Les Naufragés foncent alors mettre un zodiac à l’eau et démarrent, tambour battant, non sans que Gertrude ait réussi à suivre son nouvel amour qui lui conte mariage et fleurs bleues. Avec le beau temps, la mer s’est calmée. Mais la vitesse et les clapotis ne sont pas évident à gérer pour tout le monde, et Gina bascule à la mer sur une vague trop violente. Wilson s’en rend compte quelques instants plus tard et le navire fait demi-tour. Pendant ce temps, le hors-bord accoste le Haddock et des coups de fusil automatique se font entendre.
Raoult fonce sur la fillette, dont les mains et le visage plongent parfois subitement sous l’eau. Dans un virage en épingle, il frôle la petite, alors que Wilson plonge ses bras à la rescousse de sa nièce. Il réussi à la saisir et à la remonter, alors qu’une masse sombre et titanesque apparait sous leur embarcation.
Le haddock commence à faire demi-tour, alors que le zodiac est presque vide. Le Doc se place tout contre la coque, malgré les remous violents, alors que Wilson bricole grâce à des planches de sa besace et la corde de la bouée un grappin de fortune. Il envoi celui-ci qui se fixe au bastingage. Mais les planches ne sont pas bien solides, aussi il faut faire vide.
Gina passe, Wilson aussi, ainsi que Xic. Mais lorsque vint le tour de Raoult et Gertrude, celui-ci hésite à lui griller la politesse. La masse sombre sous-marine fait son retour et vient percuter depuis le fond l’embarcation, ridiculement petite en comparaison. Un poisson monstrueux venu des âges ténébreux, à la gueule couvertes de plaques osseuses et à la mâchoire percluse de dents acérées vient retourner le zodiac. Le Doc se rattrape in extremis à la corde… et à Gertrude. Celle-ci, en panique, s’agrippe à l’élu de son cœur, le suppliant de ne pas la lâcher.
Sur le pont arrière, les 3 Naufragés reprennent leur souffle à côté des malles de secours. Gina remarque d’ailleurs que derrière l’une d’elle, une flaque vermillon attend, ainsi qu’une main. Un type au costume digne de Jack Sparrow sort de la cabine, une pipe en bois au bec et une kalashnikov à la main. « Des marins d’eau douces sur mon nouveau rafiot ? Attrapez-moi ca ! » dit-il, alors que 2 autres gros bras, l’un caraïbéen et l’autre noir africain lui emboite le pas, armés de longues machettes.
Gina se rue derrière un coffre de secours, et découvre des corps de pécheurs, dont l’un avec l’insigne de capitaine. Xic se rue sur les 2 gros bras, et fait feu comme un sourd avec les pistolets récupérés sur les gardes d’Hallet auparavant. Dans un même souffle, Wilson se lance lui aussi à l’offensive et récupère une gaffe sur le bastingage et la lance droit sur le pirate, l’embrochant dans le larynx.
Quelques mètres plus bas, alors que le monstre revient à la charge, la vie du Docteur Raoult, l’homme de la lumière, qui a toujours su naviguer en eau trouble pour s’attirer la gloire et éviter les infortunes, tient aujourd’hui littéralement qu’à un fil – ou plutôt une corde, celle sur laquelle Gertrude l’empêche de se hisser au-dessus des flots et de la bête.
Dans un effort surhumain, l’égoïste, le suffisant Dr Raoult maintient fermement cette Gertrude contre lui et plaque ses pieds contre la coque pour remonter de quelques mètres, alors que les crocs claquent comme un tonnerre à quelques centimètres de leurs chairs. Aussitôt débarrassés de leurs assaillants, Xic et Wilson se ruent sur la corde et rapatrient leur ami et sa protégée.
Tout le monde souffle, alors que le bateau fait direction hors du goulet et s’éloigne petit à petit de cette île terrible. Les ptérosaures survolent les lieux mais n’attaquent pas, alors qu’au loin, de la cime des derniers arbres de la jungles, Gina voit apparaitre la tête d’un diplodoccus au regard triste. Regard qui, au plus profond d’elle-même, sait n’être qu’un aurevoir amical.
***FIN***

Scènes post-crédit
Xic regarde les cœurs dans sa besace, trophées de ses adversaires à sa gloire, qu’il va pouvoir offrir à son dieu. Seul celui du soldat du futur, avec ses implants métalliques le laisse profondément perplexe. Si l’avenir c’est traiter ainsi son corps sacré, vaut-il la peine ?
***
Un homme en costume trois pièce embrasse une femme en robe immaculée à traine devant un curé, une alliance au doigt de chacun. Gertrude se nomme désormais Mme Raoult, et sourit à la presse à scandale et à ses invités, parmi lesquels tous les Naufragés, émus. Gina, jeune adulte, est venue avec son nouveau petit ami, un charmant jeune homme aux traits asiatiques.
Un bref instant, le Doc pose un regard concupiscent sur les demoiselles d’honneur…
***
Une infirmière ajuste le cadre d’un appareil photo. Sur l’écran apparait dans une salle de maternité, Gina, en sueur après l’accouchement, tenant dans ses bras un petit ange. A ses côtés, un homme asiatique vient de voir sa vie chamboulée. Gina donne délicatement au nouveau née sa première peluche : un diplodocus.
***
Wilson est torse nu, face à l’océan, une jungle dans son dos brûlé par le soleil. Son regard se perd au loin, alors que des formes ailées s’agitent. Quelques touristes déambulent sur cette plages paradisiaques, cocktails à la main. Son téléphone vibre : une photo. Sa nièce lui envoi un fairepart de naissance. La petite Nathalie HONG vient de rejoindre la famille. Son sourire se fige…

Debriefing
Voici la 7ème et dernière séance de cette mini campagne d'Escape from dino Island. Une bonne 15ène d'heures de jeu au total (pour un jeu qui en annonce 3 à 6 8)7 ).
Cette dernière partie a été plus riches en roleplay entre persos, sans doute les joueurs commencaient-ils à se sentir totalement à leur aise.
Chose marrante, suite à l'interrogatoire du nettoyeur, ils ont vraiment hésité à partir sur la plage, pour explorer encore plus les mystères de l'île et déjouer l'effondrement, au point où j'ai du expliquer que s'ils laissaient partir le bateau, ce n'était pas un problème mais il faudrait redéfinir un obstacle à surmonter. L'heure tardive a sans doute précipité le choix.
Pour la ,première fois, la météo n'a pas été cyclique (pluie torrentielle -> orage -> pluie torrentielle -> orage -> etc), ce qui nous a bien fait sourire et a mine de rien changé l'ambiance en quelque chose de plus positif, moins crépusculaire.
Les 10+ ont été nombreux, permettant aussi aux persos de souffler un peu. l'un d'eux m'a même obligé à dévoiler des installations supplémentaires, d'où l'arrivée des pirates/contrebandiers dans l'histoire, qui se sont finalement révélés être la péripétie finale.

2 séries de 7-9 m'ont permis de poser des choix difficiles :
- lors de l'envoi du message en morse, ou il fallait choisir entre avertir le navire de l'assaut des pirates et ne pas attirer l'attention des nettoyeurs du futur
- lors du déplacement vers la plage où un joueur proposa l'apparition de Gertrude pour les attendre aux zodiac, ou d'être poursuivit par un dino (j'ai tout de même réussi à placer un dino pour la scène finale avec le dunkleoteus sur un 6- de Gina lorsqu'elle tombe à l'eau).

Gertrude, justement, fut un grand moment de ce final et teintera pour toujours les souvenirs du Dr Raoult, en une raclure égoïste mais faillible.

Les scènes post-génériques ont aussi été de beaux moments, chaque joueurs proposant la sienne, et raccordant, presque inconsciemment, les derniers éléments de la boucle temporelle que je voulais raconter.

Bref, c'était un très bon moment, où je me suis fait un peu peur parfois avec une ambition de boucle temporelle, mais qui a super bien fonctionné!
Répondre