[CR][INS/MV] Fire & Ice - la campagne

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
Avatar de l’utilisateur
Altay
Prêtre
Messages : 391
Inscription : sam. mai 07, 2016 12:04 pm

Session 20 - Le Démon est un Animal Politique (suite et fin)

Message par Altay »

Session 20 - Le Démon est un Animal Politique (suite et fin)

Récompenses : Détection du Bien pour Félix, Fantôme pour Tristan, Talent : discussion pour Luc.

Hugo est incarné par son joueur pour cette session.

À l'aube, l'équipe d'intervention quitte le CdT avec Hugo et Âglagla qui leur collent aux semelles : chacun soupçonne le camp adverse de chercher à les influencer ou les éliminer. Les Démons se rendent donc tous chez Tristan et s'effondrent de fatigue, dormant toute la matinée.

À leur réveil, un vieillard se présente chez Tristan. Hugo lui ouvre avec suspicion mais ce n'est que le nouveau serviteur fantôme du Bifrons. Félix l'envoie à son cimetière pour qu'il lui ramène quelques vêtements. Surveillés par Hugo et Âglagla, les Démons se la coulent douce et passent leur après-midi à boire, fumer, manger des glaces et jouer à Mario Kart. Ils se couchent tôt, laissant leurs gardes du corps veiller sur l'appartement.

Au petit matin, les Démons s'entassent à cinq dans la voiture de Tristan et se rendent à l'hôtel Lutecia où la commission d'enquête est installée. Accueillis chaleureusement (café et croissant), les PJ s'installent dans une salle de conférence chic où un public tendu (mélange de pro-Crocell, de pro-Belial et de Démons parisiens curieux) est déjà entassé. Les quatres Démons nommés par la Cour pour la commission sont présents, assis à une grande table posée sur une estrade :
  • Salomon, grade 3 d'Andromalius,
  • Jézabel, grade 3 de Malphas,
  • Marie-Jolie, grade 3 de Baal,
  • Le Professeur, grade 3 de Kronos.

Image
(j'ai réutilisé les formidables illustrations de phil-cho)

Spoiler:
Chaque Premier-Né a son représentant à part Andrealphus (qui a d'autres chats à fouetter) et Bifrons (qui est un peu à la masse à cause de l'influence d'Hornet).

  • Salomon est plutôt pro-Belial (comme son Prince, il voit Crocell comme un petit rigolo). Néanmoins, il prend très au sérieux les entorses aux principes de forces du Mal et sera le plus susceptible de demander des sanctions exemplaires.
  • Jézabel n'a pas de préférence. Elle compte bien profiter de l'occasion pour attiser les tensions. Elle tentera aussi de camoufler la responsabilité de son Prince dans le conflit actuel, puisque c'est Malphas qui a permis à Belial d'infiltrer ses Démons dans les rangs de son frère.
  • Marie-Jolie est plutôt pro-Belial (il est plus discipliné que Crocell) mais estime que le moment est mal choisi pour se diviser. Elle fera de son mieux pour éviter que la situation ne dégénère, d'autant qu'elle sait pertinemment que Belial est loin d'être irréprochable.
  • Le Professeur respire la neutralité. Le conflit ne l'intéresse pas et son objectif est de maintenir coûte que coûte la paix au sein des forces du Mal.

Salomon rappelle que la gravité de la situation (Belial et Crocell se sont mutuellement accusés à la Cour) puis le Professeur récapitule l'affaire Raymond gèle les camions. Les PJ sont appelés pour livrer leur témoignage. Marie-Jolie souligne leurs brillants états de service. Luc raconte la mission dans le détail mais essaie manifestement de couvrir son patron. Le Crocell remet notamment en question le témoignage de Raymond, insinuant qu'il aurait très bien pu être manipulé ou mentir, en dépit des tortures auxquels il a été soumis. La commission n'est pas dupe et demande à l'équipe d'intervention de s'en tenir aux faits. À la mention d'Isaac Iceberg, Salomon indique que les services de Baalberith ont confirmé qu'il s'agit d'un grade 2 au service de Crocell. Protestations dans la salle, rapidement tues par le service d'ordre d'Andromalius.

Les PJ essaient d'évoquer l'affaire Julie et la vidéo mais la commission leur indique que ce sujet ne sera abordé que le lendemain. Le Professeur leur demande tout de même s'ils pensent que le cas Raymond Bourgoin est isolé et les PJ répondent globalement par la négative. Tristan signale qu'il a déjà eu affaire à des humains avec des pouvoirs dans une mission précédente pour le compte de Xavier Cagliero, un grade 2 (désormais grade 3) d'Andromalius. Crocell était impliqué mais il n'a pas été prouvé qu'il avait connaissance (ni qu'il était à l'origine) de cette distribution des pouvoirs. Les rapports de mission et Cagliero en personne confirment ses dires.

L'après-midi, plusieurs Démons viennent témoigner. Un Crocell affirme son intime conviction que Belial infiltre les rangs de Crocell pour saboter leurs missions mais n'a aucune preuve à part… un soi-disant aveu de Malphas. Le prince de la discorde aurait utilisé son influence pour maquiller les dossiers des serviteurs du prince du Feu avant de confesser la vérité à Crocell. Jézabel trouve cette « preuve » difficilement recevable et explique que, même si Malphas avait vraiment tenu ces propos, le prince de la Discorde est spécialiste du mensonge. La commission acquiesce et le sujet est écarté.

Un autre Crocell accuse Cagliero et les services d'Andromalius d'être partiaux et de mèche avec Belial. Il explique avoir eu connaissance au travers de rapports de missions de l'existence du Bookmania, un club de paris de pouvoirs, parfaitement illégal, organisé par deux Asmodées et un grade 3 d'Andromalius. Les services d'Andromalius auraient semble-t-il détruit le Bookmania quelques mois plus tôt mais la complicité de ses services n'a jamais été révélée. Une copie d'un rapport de mission prouve qu'un Démon au service de Belial (en fait, Hugo) avait découvert l'existence du Bookmania et donc que Belial était nécessairement au courant. Encore plus probant : les locaux du Bookmania ont été reconvertis en boîte de nuit et offerts en récompense par Belial à son serviteur.
La commission semble douter mais Salomon indique que ce n'est pas le sujet et que ces accusations sont infondées. Cagliero nie en bloc et le sujet en reste là. Dans l'audience, quelqu'un demande tout de même comment Cagliero est passé grade 3 et l'accuse d'avoir tué son patron renégat pour prendre sa place. Salomon exige le silence et la commission est ajournée.

À leur sortie de l'hôtel, Âglagla et Hugo calment respectivement certains de leurs collègues respectifs qui semblent vouloir la peau du groupe. La situation désamorcée, les Démons rentrent chez Tristan. Dans l'escalier, ils se font toutefois attaquer par un groupe de ninjas en tenues bigarrées lançant des cristaux de glaces et une grand-mère dissimulant une masse de démolition dans son cabas de poireaux. Le combat est bref mais sanglant, des jets de glace volent dans tous les sens envoyés aussi bien par les ninjas que par Âglagla et Luc. Tristan se prend un coup dans le bras, Luc assomme la vieille et Hugo broie vivant un ninja contre la rambarde projetant du sang un peu partout. Lorsque le bordel retombe, les corps ont disparu, la vieille est toujours assommée mais Âglagla a disparu.

Spoiler:
Hugo a profité de la confusion et d'un 666 pour éclater discrètement son rival.

Tristan lance Sommeil et Félix menotte la vieille. Hugo incendie la cage d'escalier pour couvrir les traces de sang qui recouvrent le palier et Tristan appelle les pompiers. Leur agresseuse s'enfuit en se téléportant au grand dam des PJ. Évacués de l'immeuble, les Démons crèchent donc dans le cimetière de Félix pour la nuit.

La commission d'enquête reprend le lendemain matin. Les curieux ont lâché l'affaire et il ne reste donc que les ultras les plus motivés dans le public. L'ambiance est électrique et la commission diffuse les faux aveux de Julie. Hurlements, protestations chez les pro-Belial, quelques jets de flammes traversent la salle et Salomon doit stopper la séance pendant une heure le temps que le monde se calme et de mettre dehors un Malphas qui lance des slogans injurieux.

La commission reprend et analyse les différents points de la vidéo. Salomon explique qu'en plus du DVD, un rapport anonyme et censuré lui est parvenu confirmant les liens de Julie avec la Terre Creuse. Par ailleurs, les services de Baalberith ont bien identifié Julie comme une Démone de Crocell. Jézabel s'interroge sur la véracité des aveux quand la garde carmine fait irruption dans la salle. Coincée et terrifiée derrière "Froutch" Bolubov qui affiche un sourire carnassier se trouve Julie. L'équipe d'intervention s'insurge mais celle-ci prétend ne pas les reconnaître et ne les avoir jamais vus. Bolubov dépose en sus une clé USB sur la table de la commission les encourageant à visionner et projeter les deux vidéos.

On fait revenir les PJ à la table d'audition de façon un peu moins polie que la veille. L'équipe d'intervention prétend que c'est impossible, qu'ils l'ont tuée. Marie-Jolie consulte le dossier de Julie et remarque qu'elle possède le pouvoir de Téléportation et que disparaître en faisant pop avec sa bouche est une astuce usée jusqu'à la corde. Julie quant à elle fait semblant de ne pas savoir pourquoi elle est là… jusqu'à que ses véritables aveux soient projetés. Les angles de caméra sont étranges et on ne voit pas les Démons dans la vidéo : visiblement la villa était truffée de micros et de caméras cachées. Julie craque et déballe tout devant la commission : les flocons de sang, le meurtre de son équipe qui menaçait de la dénoncer, ses liens avec la Terre Creuse. Salomon et Marie-Jolie demandent aux PJ de s'expliquer. Félix, Luc et Tristan bafouillent des explications mais la deuxième vidéo les enterre définitivement : on y voit Crocell en personne se matérialiser dans la villa et parler du plan impliquant des aveux polymorphés à une personne hors-champ. Les pro-Belial jubilent, les pro-Crocell les invectivent et la situation en vient aux mains, forçant le service d'ordre à intervenir violemment à coups de paralysie et de sommeil.

La séance est de nouveau suspendue. Les membres de la commission viennent sonder les PJ à coups de Détection du mensonge. Les PJ acceptent de parler mais seulement à huis clos, ce qui convient à tout le monde. Le groupe d'intervention déblatère donc toute l'affaire. Jézabel considère que ces manigances méritent une punition exemplaire mais le Professeur et Marie-Jolie estiment que, compte-tenu des états de service du PJ, de leur coopération actuelle et du fait qu'ils obéissaient à un Prince-Démon, il est envisageable de passer l'éponge. Le Professeur souligne également que, dans la situation actuelle, un groupe de Démons soudé et efficace est un atout dont les forces du Mal peuvent difficilement se passer. Ils doivent néanmoins considérer qu'il s'agit d'un avertissement sans frais et qu'il vaut mieux pour eux qu'il n'y ait pas de rechute.

Salomon est quant à lui perplexe puisqu'il leur apprend qu'aucune mission de la part des services d'Andromalius ne leur a été confiée. Tristan suspecte que leur « contact » était en réalité un Belial et que le Prince du Feu les a utilisés pour faire ses basses besognes. Jézabel se demande de son côté pourquoi Julie ferait semblant de ne pas reconnaître les Démons mais Marie-Jolie répond qu'elle ment peut-être pour essayer de leur épargner une sanction (puisqu'ils ont techniquement tué un démon d'Andromalius ensemble). Les PJ s'en sortent donc libres pour l'instant et la commission leur indique que si Crocell est assez clairement coupable (l'existence des Flocons de sang est indéniable), Belial semble loin d'être clean. Luc demande à pouvoir enquêter sur le faux Andromalius mais Marie-Jolie lui rétorque gentiment qu'ils en ont largement assez fait comme ça.

Finalement, la commission termine avec plusieurs témoignages qui tentent de renverser la vapeur à l'encontre de Belial. Plusieurs sources dans les services du Prince du Feu ont témoigné sous couvert de l'anonymat que Belial semble multiplier les promotions au grade 3 pour bourrer les effectifs de sa Garde Carmine. Cagliero d'Andromalius et Myriam de la Garde Carmine sont ensuite entendus dans le cadre de l'incendie de Notre-Dame de Nantes. Les deux Démons mentent à la commission et dissimulent l'existence du DVD d'endoctrinement et affirment qu'il s'agissait des actes d'un groupe de Belial renégats éliminés par la Garde Carmine. Hugo serre les dents face à ce mensonge. Un membre du public hurle au mensonge et rappelle que Belial tient Cagliero par les couilles à cause de l'affaire du Bookmania. Salomon demande le silence et passe au témoignage suivant, laissant un goût amer et un léger malaise dans le public.

La commission se retire donc pour délibérer après ces deux jours d'intenses auditions. Elle transmettra ses conclusions ainsi que celles des autres pays à la Cour qui en tirera les conséquences.

Le verdict tombe quelques jours plus tard. Dans une ambiance à couteaux tirés, la Cour a tranché : l'existence des flocons de sang et leur ampleur est avérée. En conséquence de quoi, Crocell est démis de ses fonctions et est déclaré renégat par la Cour. Ses serviteurs sont invités à se présenter aux services d'Andromalius pour interrogatoire puis réaffectation aux Princes-Démons qui souhaitent les accueillir (ceux qui refusent seront administrativement considérés comme renégats et constitueront donc du gibier pour certains Démons). Belial n'est pas tiré d'affaire pour autant puisque la Cour a annoncé les poursuites d'une investigation sur ses activités. Il a pour consigne de remettre la supervision de toutes ses opérations militaires en cours et futures à Baal et de cesser les promotions au sein de la Garde Carmine. Il est hors de question qu'il profite de la situation pour se lancer dans une croisade ouverte contre Crocell et la Cour précise même que les démons du Prince du Froid bénéficieront d'une période de grâce de plusieurs semaines pour se signaler à l'administration.

Par ailleurs, la décision de la Cour n'est pas définitive. Un Démon ne peut être déclaré renégat sans l'autorisation de son Prince (et le Prince de Crocell, c'est Satan). La décision est donc purement administrative tant que Lucifer ne revient pas de vacances pour la confirmer. Elle poura donc être révoquée si l'enquête confirme que Belial a manipulé l'investigation et falsifié les preuves, auquel cas le prince du froid retrouvera toutes ses prérogatives.

En attendant, Crocell a mis les bouts. Craignant les représailles de Belial, il a quitté les Enfers pour s'incarner sur Terre. Sur Terre, en dépit des directives de la Cour, on déplore déjà des incidents entre serviteurs de Belial et serviteurs de Crocell. Divers Prince-Démons ont annoncé leur ferme désaccord avec les décisions de la Cour, Furfur et Shaytan en tête. Il y a comme une odeur de guerre civile dans l'air.

Synthèse de la géopolitique infernale :
  • Abalam : officiellement pour la mise au placard de Belial comme de Crocell, il tape aléatoirement sur l'un ou sur l'autre à la Cour.
  • Andrealphus : absente de la Cour, pas d'avis.
  • Andromalius : plutôt pro-Belial. Andromalius n'est pas mécontent de voir écarté le prince du froid et sait que Belial est indispensable à la puissance de frappe des forces de Mal, même s'il aimerait tempérer ses ardeurs.
  • Asmodée : mitigé, le Prince du Jeu aimerait surtout calmer les esprits échauffés dans l'intérêt de l'Enfer.
  • Baal : initialement pro-Belial, le prince aimerait que tout se règle à l'amiable par une belle bataille rangée mais il ne sait que trop bien que Belial a une longueur d'avance sur Crocell. Il s'inquiète également des ambitions grandissantes de son ancien serviteur et se trouve donc à penser qu'il faudrait peut-être punir tout le monde.
  • Baalberith : pour un châtiment exemplaire appliqué à Belial et Crocell.
  • Beleth : observe la Cour à distance comme à son habitude d'un air moqueur.
  • Belial : anti-Crocell (sans blague).
  • Bifrons : le prince des morts s'en fout de tout et rate une réunion de la Cour sur deux…
  • Caym : le prince des animaux refuse de se positionner dans le conflit, considérant qu'il s'agit d'une bien belle connerie.
  • Crocell : anti-Belial (je vous jure).
  • Furfur : pro-Crocell, il vomit Belial encore plus depuis que son meilleur pote a été écarté des Enfers.
  • Gaziel : plutôt pro-Belial, Gaziel suit les décisions de la Cour et semble persuadé de la culpabilité du prince du froid.
  • Haagenti : pro-Crocell pour des raisons esthétiques et humoristiques.
  • Kobal : pro-Crocell, pour les mêmes raisons.
  • Kronos : à l'origine anti-Crocell, il semble être en passe de changer d'avis.
  • Malphas : pro-Belial, pro-Crocell, anti-Crocell et anti-Belial en même temps, le prince de la discorde est en train de chauffer sérieusement sa pile.
  • Malthus : ne se prononce pas et à vrai dire tout le monde se fout de son avis.
  • Mammon : pro-Belial par opportunisme : il a toujours estimé que la trop grande quantité de princes bourrins était dangereuse à l'équilibre des budgets infernaux.
  • Morax : aucun avis, il évite au maximum de vexer l'un des deux.
  • Nog : pour la première fois depuis son entrée à la Cour, Nog a émis un avis en moins de 24 heures. Il est pour la double éviction de Belial et de Crocell, estimant que les fouteurs de merde doivent êrte écartés au plus vite.
  • Nybbas : neutre, il se contente de prendre des notes, de recueillir des témoignages et de filmer les débats.
  • Ouikka : vénère pomme de terre, il a envie de tout casser depuis qu'il a appris l'éviction de Crocell, à commencer par le bureau d'Andromalius et la gueule de Belial.
  • Samigina : pro-Belial parce qu'il "vaut mieux être du côté de la gâchette que du canon".
  • Scox : il croit avoir tout compris de la relation Belial/Crocell. Sans se prononcer trop ouvertement, il apporte un soutien discret au prince du froid, victime selon lui du complexe de persécution dont souffre son aîné.
  • Shaytan : pro-Crocell, il n'a pas beaucoup aimé la façon dont le prince du froid a été écarté et l'a clamé haut et fort. Il sait qu'il est dans la ligne de mire du prince du feu et continue à l'énerver pour le pousser à l'erreur.
  • Uphir : pro-Belial pour faire plaisir aux justiciers des Enfers, le prince de la pollution est préoccupé en ce moment.
  • Valefor : neutre dans les débats, il n'a de cesse de proposer des solutions "expérimentales" qui n'intéressent personne.
  • Vapula : il se fout bien des petites querelles mesquines entre Belial et Crocell. Le climat de guerre ne l'empêche pas de travailler, bien au contraire.
  • Vephar : anti-Crocell sans être pour autant pro-Belial, même si personne ne comprend pourquoi.

En résumé :
Ceux qui soutiennent Belial contre Crocell :
Andromalius, Asmodée, Gaziel, Malphas, Mammon, Samigina, Uphir, Vephar.

Ceux qui soutiennent Crocell contre Belial :
Furfur, Haagenti, Kobal, Malphas, Ouikka, Scox, Shaytan.

Ceux qui doutent :
Baal, Kronos.

Ceux qui souhaitent la double éviction de Crocell et Belial :
Abalam, (Baal), Baalberith, Nog.

Ceux qui s'en foutent :
Andrealphus, Beleth, Bifrons, Caym, Malthus, Morax, Nybbas, Valefor, Vapula.
Avatar de l’utilisateur
Altay
Prêtre
Messages : 391
Inscription : sam. mai 07, 2016 12:04 pm

Re: [CR][INS/MV] Fire & Ice - la campagne

Message par Altay »

Événements inter-missions.

Mis au placard le temps que le soufflé autour de l'éviction de Crocell retombe un peu, les PJ ont environ un mois à tuer avant leur prochaine mission.

Félix
L'Asmodée profite de son temps libre pour finaliser son installation dans son cimetière. Avec l'aide de Luc, qui s'y connaît, il améliore l'installation électrique et réseau afin de raccorder les cryptes. Il monte quelques meubles et s'installe un véritable petit QG en sous-sol.

Il commence également un jeu de séduction avec Ignace, l'Ange d'Ange rencontré au Sierra Leone. Après quelques rendez-vous Chez Régis puis dans un resto chic de la capitale, les deux semblent prêts à s'inviter l'un chez l'autre. Mais qui fera le premier pas ?

Luc
Crocell étant renégat, il pointe désormais chez Malphas. Convoqués au Ikea d'Evry, Jézabel le forme ainsi qu'une dizaine d'autres nouvelles recrues à travailler pour le prince de la discorde. On les habille ensuite comme vendeurs avec pour mission de séparer le plus de couples sans faire baisser les ventes. Jézabel offre ensuite 1PP à Luc en échange de la promesse qu'il lui remettra toutes les informations qu'il découvrira. L'ancien Crocell lui fait part de ses inquiétudes vis à vis de M. Fabien (Jézabel en doute, c'est un très vieux Démon, miteux certes mais fiable) et de la prophétie (ce qui l'intéresse déjà un peu plus). Publiquement, il prétendra néanmoins être passé chez Abalam.

Luc a également pris le temps de confronter M. Fabien, vis à vis duquel le Crocell nourrissait quelques soupçons. Ce dernier a pris le temps de le rassurer et de l'apaiser. Luc soupçonnait notamment que M. Fabien les manipule d'une manière ou d'une autre. Il interprétait notamment la prophétie (Cauchemars guideront nostre main) comme signifiant que la main était l'équipe d'intervention et que Beleth les utilisait. M. Fabien a rappelé à Luc que la seule mission où le groupe s'est visiblement fait manipuler est celle où il n'était pas leur contact… Qui plus est, les prophéties peuvent être interprétées comme on veut. M. Fabien doute que l'équipe d'intervention représente la main du destin (« il ne faut pas être vaniteux ») mais en admettant que ce soit le cas, il rappelle que c'est Soren Amasto (de chez Beleth) qui avait découvert le braquage. Dans l'ensemble, le patron du CdT fait de son mieux pour rassurer Luc même si le Démon nourrit encore des suspicions vis à vis de son supérieur.

Le reste du temps, il traîne Chez Régis à répandre des rumeurs à qui veut bien l'écouter concernant les frasques de Belial.

Tristan
Le Bifrons, qui fabrique des produits réglementés revendus en sous-main par Morlaix depuis l'incident du CHU, s'est fait gauler ! La responsable du laboratoire a remarqué lors d'un contrôle qualité des erreurs dans les quantités de produits synthétisés et a confronté le nouveau PDG. Tristan est parvenu à la retourner, expliquant que ces « à côté » étaient nécessaires pour éviter au labo de couler. Anne-Charlotte est donc devenue responsable « bien-être et sécurité » : elle devra maintenant éviter que les salariés fassent des heures sup' (de sorte à laisser le champ libre à Tristan) et entrent dans le labo hors des horaires officiels. Elle touche bien sûr une petite prime pour cet investissement supplémentaire. Il fait également bosser Archibald, son nouveau serviteur fantôme, au nettoyage de nuit.

Il passe Chez Régis à l'occasion et en a profité pour faire fuiter à quelques Anges de Daniel la présence d'éléments de la Terre Creuse à Avignon. Il récupère au passage le numéro d'un certain Tête-Blanche au cas où demander un retour d'ascenseur puisse être utile.

Du côté de ses activités annexes, il démarre un plan d'action visant à attirer et piéger des sorciers pour le compte de Nabil. Animant un forum d'ésotérisme bien renseigné, il parvient à attirer une potentielle sorcière qui serait prête à échanger des Vrais Noms et à lui apprendre les ficelles de l'invocation.
Avatar de l’utilisateur
Altay
Prêtre
Messages : 391
Inscription : sam. mai 07, 2016 12:04 pm

Session 21 - Voir le Pôle et Courir (première partie)

Message par Altay »

Session 21 - Voir le Pôle et Courir (première partie)

Soren est incarnée par un invité pour cette session.
Cliff et le Sergent Dugland sont incarnés par un invité pour cette session.

Après un mois au placard, l'équipe d'intervention est sollicitée en urgence. Réveillés à l'aube par Aurélie, les Démons doivent se rendre à l'hôtel Ibis du parc de La Villette et y demander Marie-Claire suite à la découverte d'un cadavre suspect. C'est la gueule encore enfarinée qu'ils arrivent sur place où une ambulancière les attend en compagnie de Soren, la Démone de Beleth de l'affaire Raymond.

Marie-Claire explique qu'une femme de chambre a trouvé un corps inanimé. Après examen, elle suspecte fortement l'utilisation d'un pouvoir : le corps est bleu et les lacérations profondes montrent des traces de givre. Elle s'est arrangée avec un collègue de chez Bifrons à la morgue pour déclarer le décès comme une crise cardiaque. Les services de Beleth ont envoyé Soren pour faire le damage control: elle s'est déjà occupée de la femme de chambre et elle accompagnera l'équpe d'intervention pour vérifier qu'il n'y a pas d'autres témoins embarrassants.

Spoiler:
Compte-tenu des soupçons de Luc, Beleth s'est dit qu'il ne serait pas plus mal d'avoir quelqu'un pour surveiller les PJ d'un peu plus près, au cas où.

Dans la chambre, Félix, Luc et Soren découvrent les traces d'une soirée animée : bouteilles d'alcool vides, capotes usagées, traces de poudre blanche sur la table basse. Dans le sac de la victime, de la lingerie sexy, quelques centaines d'euros en liquide, un téléphone et une carte d'identité au nom de Marguerite Leblanc. Un slip kangourou bleu traîne sous le lit. D'après son téléphone, Marguerite semble louer ses services comme escort et a eu pour dernier client un certain Bjorn la veille au soir.

Félix hacke le système informatique de l'hôtel. Sur les caméras, il repère Marguerite arriver vers 23h, payer la chambre en espèces et son client, un quadra CSP+ à la dégaine de prof de fac la rejoint vers minuit avec un sac de voyage. Il quitte l'hôtel d'un pas vif vers 5h du matin avec ses affaires, passe un coup de fil depuis la réception et quitte les lieux en taxi.

Tristan descend à la réception et se fait passer pour un représentant de la direction du groupe Accor, envoyé faire le bilan de la situation. Le réceptionniste lui apprend que l'homme n'était pas client de l'hôtel (c'est Marguerite qui a loué la chambre) mais qu'il est parti tôt ce matin après avoir appelé Air France pour avancer l'horaire de son vol vers Le Cap, en Afrique du Sud. Il croit avoir entendu que son nom de famille était M. Olsen. Les Démons grimpent dans la voiture de Tristan et foncent vers l'aéroport, sans grand espoir car le décollage du vol de leur suspect principal est imminent.

Sur le chemin, Félix appelle M. Fabien pour le briefer. Celui-ci demande à Aurélie de prendre aux PJ des billets d'avion pour le prochain vol et leur demande de suivre Bjorn Olsen et de savoir où est-ce qu'il part se réfugier. Une petite recherche sur le Net leur apprend que Bjorn est un géologue norvégien spécialiste des climats froids. Aucune raison pour lui d'aller en Afrique du Sud donc… Les Démons embarquent donc quelques affaires en soute (gilets pare-balles, hache, masse) et volent vers Le Cap. Après une quinzaine d'heures à se tourner les pouces, à terroriser les passagers phobiques de l'avion et à dormir difficilement, l'équipe d'intervention atterit en Afrique du Sud. Ils y sont accueillis par Cliff, un baroudeur local au service de Baalberith contacté par M. Fabien pour leur fournir assistance de terrain, argent et matériel.

Cliff apprend aux Démons qu'il a fait suivre Bjorn Olsen jusqu'à un hôtel miteux sur le port. Les PJ veulent donc trouver une chambre dans un hôtel voisin pour garder un œil sur le géologue. La traduction de Cliff et quelques liasses de rands permettent de délier la langue du réceptionniste. Depuis son arrivée, M. Olsen a fait trois choses : il a commandé une prostituée, il s'est renseigné sur l'horaire du prochain départ du cargo L'Anjou et s'est rendu sur le port avec ses affaires. Cliff complète ces informations : L'Anjou est un bateau français qui ravitaille environ une fois par mois la base française Dumont d'Urville en Antarctique. Prochain départ : demain matin 8h. Les touristes peuvent acheter un billet pour une visite de trois jours en Terre Adélie pour la modique somme de 3000€ par tête de pipe.

Au milieu de la nuit, Cliff va se procurer de l'équipement polaire pour les Démons qui se pointent sur le port au lever du jour et souhaite bon vent à l'équipe d'intervention. Une fois la monnaie allongée, le sergent Dugland, responsable des civils en vacances, accueille les PJ sur le cargo. Celui-ci ne les quitte pas d'une semelle et regorge d'anecdotes et de détails fascinants sur l'histoire de l'exploration française de l'Antarctique ainsi que des merveilles du pôle Sud. Le trajet se déroule dans l'ensemble sans encombre, ponctué seulement par les petits désagréments de la vie en mer et les occasionnels vomis provoqués par la houle. Bjorn se fait discret et ne sort de sa cabine que pour les repas, où il se présente comme géologue et fait aux Démons des exposés passionnants sur la composition du socle géologique en Antarctique.

Il fait -10°C quand le groupe débarque en Terre Adélie. La base est aux mains du Lieutenant Tricard et comporte une douzaine de militaires (gardes, techniciens et opérateurs radio) et une demi-douzaine de scientifiques de tous poils. Le sergent Dugland leur fera visiter les environs (colonies de manchots, grottes de glace, etc.) pendant la journée et ils pourront profiter de la base le reste du temps. Seules conditions à leur présence : l'entrepôt est interdit d'accès (il contient de l'équipement délicat) et ne pas déranger les scientifiques pendant leurs expériences. Félix tente de glisser un traqueur GPS sur Bjorn mais celui-ci s'en aperçoit et s'éloigne bien vite du groupe, rejoignant les bâtiments scientifiques. Les PJ se retrouvent donc seuls avec le sergent Dugland qui les emmène en chenillettes faire un tour des environs.

C'est le soir que la véritable nature de la station commence à se révéler aux Démons. D'une part, ils sont suivis en permanence dans la station par Kinderpinguy, le pingouin lobotomisé qui fait office de mascotte. D'autre part, parmi le personnel civil, Luc reconnaît en Vanessa, la doctoresse de la base, la grade 3 de chez Crocell qu'il avait rencontré après l'affaire Raymond. Le directeur scientifique de la station, un grand blond affable, se présente sous le nom d'Isaac Lethon, ce qui fait tiquer Tristan et Luc qui le soupçonnent d'être en réalité le fameux Isaac Iceberg. Personne ne fait semblant de rien pendant le repas et, interpellée par Luc dans le couloir, Vanessa fait mine d'ignorer qui il est.

Spoiler:
Vanessa n'est pas sûre de ses intentions et surtout elle doute que Crocell soit ravi de revoir Luc après le fiasco de la commission d'enquête. Elle souhaite donc lui laisser l'opportunité de mettre les bouts avant qu'il ne soit trop tard…

Isaac propose tout de même aux Démons de l'accompagner le lendemain matin pour assister à une opération de forage d'une carotte polaire. Les PJ acceptent volontiers cette occasion de se débarasser de Dugland puis retrouvent leurs quartiers pour une nuit bien méritée. Celle-ci est écourtée quand Isaac les réveille à l'aube, avant que le reste de la base ne soit réveillé. Sans dire grand chose et se donnant des grands airs de mystère, il tire Soren, Félix, Luc, Tristan et son serviteur jusqu'à l'entrepôt interdit. Celui-ci est vide mais il ouvre une trappe où une échelle descend dans les entrailles de la Terre. Luc et Félix sont un peu réticents, flairant un piège mais Isaac leur rétorque qu'il aurait très bien pu demander aux militaires de les tuer dans leur sommeil. Qui plus, « on » les attend et « on » n'est pas très patient.

Les PJ descendent alors bon gré mal gré. Un ascenseur plonge sous l'Antarctique et les conduit finalement dans une gigantesque caverne sous la glace, large d'un kilomètre et haute de plus de cent mètres. Des pistes de ski côtoient des rampes de skate et des phoques et des manchots s'ébattent autour d'un lac artificiel. Le mercure affiche -50°C et à part Luc, qui est immunisé au froid, les PJ se les caillent grave. Isaac les conduit jusqu'à un petit châlet au sommet d'une colline où les attendent Vanessa, quatre soldats et, nu comme un ver, sirotant un Coca Cherry dans un fauteuil, le prince du froid himself. Il n'est pas ravi de la présence des Démons ici et semble d'humeur particulièrement massacrante. Il commence par vaporiser Soren d'un jet de glace, laissant sous-entendre que sa présence était téléguidée par quelqu'un de malveillant.

Spoiler:
Un petit coup de Lire les pensées lui a vite permis de jauger approximativement les loyautés des uns et des autres.

L'équipe d'intervention explique sa présence, indiquant qu'un nouveau Flocon de Sang a laissé des traces plutôt voyantes. Crocell sermonne Iceberg sur ses choix de recrutement plutôt déplorables et fait enfermer les PJ dans une cave tempérée le temps de réfléchir. Il finit par les faire ressortir une demi-heure plus tard, bien plus calme et leur offre une tournée de sodas exotiques. Crocell leur raconte que sa situation est merdique et qu'il ne leur en veut pas, il leur est au contraire reconnaissant d'avoir essayé. Il se plaint de devoir constamment agir en réaction aux aggressions de Belial qui durent depuis des millénaires. S'il a certes donné des pouvoirs à des humains, c'était en réponse à l'infiltration de Démons du prince du feu parmi ses propres rangs, dont il a reçu l'aveu de la bouche de Malphas en personne (qui a utilisé son influence pour maquiller les dossiers). Crocell est tour à tour colérique et mélancolique et il est clair pour les PJ que ce n'est pas un fin stratège mais plutôt qu'il improvise en ayant en permanence un coup de retard sur Belial.

Crocell semble persuadé que Belial a tout manigancé pour pouvoir l'attaquer frontalement et semble flippé d'être finalement en train de perdre ce conflit, d'autant plus qu'il ne s'agit selon ses propres mots que « d'une histoire de gonzesse ». Alors que les PJ s'accrochent à leur siège en espérant en apprendre plus, un des officiers de Crocell l'interrompt : la base est attaquée par les troupes de Belial. Le prince du froid et ses ouailles se précipitent en direction de l'ascenseur. L'équipe d'intervention pondère la situation pendant quelques instants et décident finalement de se joindre aux forces de Crocell…
Avatar de l’utilisateur
Antharius
Banni
Messages : 1424
Inscription : mar. janv. 15, 2013 3:23 pm
Localisation : Vendée

Re: [CR][INS/MV] Fire & Ice - la campagne

Message par Antharius »

Ce cliffangher de fou... ^^ 

Encore merci pour ces CR: c'est un régal à bouquiner!
Avatar de l’utilisateur
Altay
Prêtre
Messages : 391
Inscription : sam. mai 07, 2016 12:04 pm

Session 22 - Voir le Pôle et Courir (suite et fin)

Message par Altay »

Session 22 - Voir le Pôle et Courir (suite et fin)

Une session un peu raccourcie à cause de divers problèmes.

Lorsque le groupe émerge à la surface, la Division Napalm de Belial a bien pris pied dans la station. Une quinzaine de Démons en tenue de commandos (camouflage arctique et lance-flammes) carbonisent les malheureux soldats français pris au dépourvu. Un hélico de transport arrose la zone d'un jet de flammes soutenu. Vanessa, Vannier et Iceberg se jettent dans la mêlée, suivis par Crocell qui rabat sa capuche sur son visage pour éviter qu'on le reconnaisse.

L'équipe d'intervention se lance à leur suite pour repousser les commandos qui viennent de vitrifier les deux gardes de faction devant l'entrepôt. Luc joue du jet de glace, Félix de sa hache et Tristan du pouvoir de Sommeil, tandis qu'Archibald le fantôme utilise son sort de Peur pour maintenir les ennemis à distance. Le groupe parvient à consolider une position devant l'entrepôt mais est aspergé de flammes par l'hélicoptère, qui roussit le cuir de Félix et Luc, heureusement protégés par le Kevlar glissé sous leurs parkas.

Profitant du vol en rase-mottes de l'appareil, Félix attrape Luc et le balance en direction de l'hélico. Un jet de glace bien placé vient fracturer le réservoir de l'aéronef qui se met à pisser de l'essence un peu partout. Le pilote prend de l'altitude afin de s'éloigner des tirs de lance-flammes qui risqueraient de mettre feu au carburant. Ce répit permet aux Démons de rejoindre les forces de Crocell en fâcheuse position, non sans avoir menotté de façon artisanale un des Belial endormis. La plupart des flocons de sang (scientifiques et soldats) gisent au sol, brûlés vif par les troupes de Belial. Les survivants assistés par Crocell et ses sbires tentent de repousser les assaillants en surnombre.

À nouveau, Tristan, Félix et Luc use et abusent de leurs pouvoirs et de leurs talents de combats respectifs (couteaux de lancer, hache maudite et jets de glace) pour venir en aide aux forces de Crocell. Tristan achève un flocon de sang agonisant et le relève immédiatement comme zombie pour tenter de rééquilibrer les effectifs. La situation est compliquée par les tirs réguliers des lance-flammes qui frappent Félix et Luc de plein fouet à plusieurs reprises. L'Asmodée se fait brûler une bonne partie du dos et est tiré en sécurité par Tristan à l'intérieur du baraquement, où le Bifrons le rafistole comme il peut. Luc de son côté se liquéfie pour contourner les commandos et balance de la glace dans les réservoirs des lance-flammes pour les faire exploser. Archibald déphase et se planque dans un bâtiment pour éviter les flammes.

Tristan et Félix, remis sur pied bon an mal an, élaborent un plan : sortir du bâtiment et grimper dans une chenillette pour disperser et écraser les commandos. Les deux Démons se précipitent dehors mais sont interceptés par un Belial. Tristan lui lance un couteau dans l'épaule pour attirer son attention et Félix en profite pour grimper dans le véhicule et se lance en direction des assaillants. La bataille rangée sombre immédiatement dans le chaos tandis que la chenillette ouvre un passage au milieu des combattants.

Face à Tristan, le commando s'apprête à faire feu quand un rayon de lumière transperce les nuages et tombent pile sur lui et le Bifrons (111 !). Il appuie sur la gâchette et, pendant une fraction de seconde, rien ne se passe. Puis le réservoir explose subitement, projetant éclats, neige et terre sur Tristan. Le Bifrons est projeté contre le mur du baraquement. Le premier couteau (planté dans l'épaule du Belial) vient se loger dans sa main gauche et celui qu'il tenait se loge dans sa main droite. Le Démon se retrouve le visage tuméfié, le torse balafré et les mains écartés comme cloués sur le mur dans une position christique, inconscient.

Félix passe la tête par la fenêtre du chenillard et hurle au premier Belial venu qu'il n'est pas cap de porter secours à Tristan. Luc profite de la désorganisation pour balancer un jet de glace sur un autre commando et se précipite à son tour vers le Bifrons. Le commando décroche doucement le Démon et Luc en profite pour débrancher son lance-flammes discrètement puis lui éclate la tête.

Le chaos a permis de renverser la vapeur et les commandos sont en déroute. Vanessa, aidée par deux familiers ours polaires, parvient à capturer leur chef et Crocell élimine les deux derniers fuyards. Tandis que le calme retombe, Vannier et Iceberg font le tour de la station pour éliminer les éventuels survivants. Luc ramène Tristan enfin réveillé et Félix descend du chenillard pour rejoindre les Démons du froid.

Le prince retire la cagoule du chef des commandos et révèle ainsi le visage d'Igor « Froutch » Bolubov, de la Garde Carmine. Il fait disparaître le Belial d'un jet de glace à bout portant avant que celui-ci ne le reconnaisse (les PJ protestent avant de réaliser qu'il aurait pu invoquer Belial). La station sécurisée, le bilan est lourd : les flocons de sang présents ont été purement et simplement anéantis. Seuls ont survécu les PJ, Crocell, Vannier, Vanessa, Iceberg et Kinderpinguy la mascotte. Crocell planifie de quitter les lieux mais remercie avant cela chaleureusement l'équipe d'intervention pour leur aide qui a permis de changer le cours de la bataille. Théoriquement renégat, il rappelle que seul Satan peut lui retirer ses pouvoirs et il leur offre donc 1PP supplémentaire ainsi qu'un niveau dans un de ses pouvoirs privilégiés (Froid pour Luc, Immunité au froid pour Tristan et Félix).

Félix est outré de l'audace de Belial et l'équipe d'intervention compte de toute manière en rapporter à M. Fabien (dissimulant toutefois la présence des Démons de Crocell dans la station). Le trajet du retour, quoique long, se fait sans encombres et les PJ retrouvent la grisaille parisienne. M. Fabien ne commente pas leurs actions et se contente de leur conseiller de faire attention à leur santé. Une bataille a certes eu lieu mais la guerre continue… Ils peuvent toutefois profiter de deux semaines de congés avant de de nouveau pointer au CdT et de la satisfaction d'avoir fait leur travail.

Spoiler:
M. Fabien est tout de même bien embêté de la mort de Soren. Il se doute que la base Dumont d'Urville cachait quelque chose de plus et il fouillera les rêves des uns ou des autres pour compléter l'histoire…

Beleth commence à réaliser qu'il a eu la main un peu lourde sur cette affaire de crise aux Enfers. La You-You Power Force commence à bien profiter de la désorganisation des forces du Mal et le prince des Cauchemars attend avec impatience le retour de Lucifer. N'oublions pas que son objectif est d'éviter l'Apocalypse annoncée par la naissance de Damien et Beleth est persuadé que seul Satan a les épaules pour gérer la seconde crise qui s'annonce…
Avatar de l’utilisateur
Altay
Prêtre
Messages : 391
Inscription : sam. mai 07, 2016 12:04 pm

Session 23 - Elle est plus forte que toi, la crise (première partie)

Message par Altay »

Session 23 - Elle est plus forte que toi, la crise (première partie)

Intermission : Tristan poursuit ses efforts pour dénicher des sorciers. En l'échange d'une poignée de vrais noms, le Bifrons est parvenu à s'attirer les faveurs de Sabine, une sorcière qui a commencé à lui inculquer les rudiments théorique de l'invocation. Pour leur prochaine rencontre, Tristan doit se procurer des composantes d'invocation (sacs de farine, des pains de campagne, un repas pour 13 personnes et un semi-remorque de vivres) pour invoquer ce qu'il suppose être un Ange d'Alain. Il compte jouer le jeu jusqu'à être introduit aux autres sorciers du groupe de Sabine. Son objectif, rappelons-le, est de les capturer pour le compte de Nabil, un grade 2 de Bifrons.

C'est un mardi matin pluvieux quand l'équipe d'intervention retourne au Centre de Tri au terme des deux semaines de congés réglementaires. À leur arrivée, le bâtiment paraît fermé bien que de la lumière filtre par les fenêtres. Une femme métisse se lime rageusement les ongles dans une Mini Cooper garée sur le terrain vague qui fait office de parking. Les Démons l'ignorent et se rendent à l'entrée, découvrant un tract collé au scotch marron sur la porte : LA POSTE DU 92 EN GRÈVE ! Félix toque tout de même à la porte.

La conductrice de la Mini sort de sa voiture et se rend vers les trois larrons en prenant soin de ne pas salir ses escarpins dans la gadoue. Elle les interpelle et leur demande s'ils travaillent ici et s'ils connaissent le « responsable des chaudières ». Ils ont à peine le temps de répondre que Gilbert ouvre la porte. Le Morax est habillé en treillis, maquillage de combat sur le visage et tient un gros calibre dans le poing. Après un coup d'œil à gauche puis à droite, il fait rentrer le petit groupe avec un « GO ! GO ! GO ! » anxiogène.

À l'intérieur du CdT, l'ambiance joyeusement bordélique des transbos de Notre-Dame des PTT a laissé place à un QG de campagne : les fenêtres sont condamnées par des sacs de sable et une mitrailleuse sur trépied a été posée devant la porte d'entrée. Même Aurélie s'est mise à porter une casquette militaire ! L'invitée surprise des PJ est visiblement sous le choc et ce n'est pas les questions qui fusent des bouches de Tristan et de Félix qui la rassurent. M. Fabien et Aurélie, attirés par le brouhaha, descendent de la mezzanine et prennent la pauvre femme en charge.

De leur côté, les PJ apprennent de Gilbert que la situation s'est grandement dégradée ces dernières semaines. Les ordres de missions ne sont plus correctement distribués, des gradés ont disparu dans la nature, des contacts importants manquent à l'appel et des pans entiers de l'administration ont cessé de répondre. Lui, Aurélie et M. Fabien font les trois huit pour gérer la permanence téléphonique. Avec le chaos et l'état de semi-guerre civile au sein des forces du Mal (les Belial chassent les Crocell, les potes de Crocell les plus bourrins, Furfur en tête, en profitent pour régler leur compte, les troupes de Baal et d'Andromalius essaient de retrouver et de contenir les éléments les plus destructeurs…), le CdT est devenu une base avancée des Forces du Mal. M. Fabien craint des percées de la YouYou Power Force et la rumeur qui circule dit que Baal pourrait décréter la loi martiale d'un jour à l'autre (en admettant qu'Andromalius et la Cour le laisse faire…). Bref, c'est le bordel.

Une fois leur invitée installée devant une bonne soupe chaude, il est enfin possible de l'interroger. La jeune femme s'appelle Anne-Clémence et est hôtesse au club de striptease le Black Velvet. Elle a été envoyée ici par son patron, un certain Guillaume « Main Froide » Dugommier après une descente de flics assez musclée. Elle savait que Dugommier traînait avec des mafieux parisiens mais elle ne s'attendait pas à l'armement lourd installé dans le CdT. Quelques questions permettent de reconstituer l'incident : les condés sont descendus la veille au soir au club. Loin d'être un simple contrôle de routine, deux estafettes complètes sont arrivées et les uniformes étaient accompagnés par un paquet de flics en civil. Anne-Clémence était dans sa loge donc elle n'a pas vu le début de l'altercation mais elle soupçonne les poulets d'avoir ouvert les hostilités. Elle a eu le temps de voir un flic sortir une épée et faire disparaître Gégé le barman dans un éclat de lumière. Dugommier l'a attrapée par le bras et l'a tirée dehors, avant de lui dire que s'il ne passait pas la nuit, elle devrait aller au centre de tri et prévenir le responsable des chaudières et qu'il saura quoi faire. Quelques rues plus loin, elle, Dugommier et d'autres survivants se sont retrouvés coincés par un groupe de bikers. Elle s'est planquée derrière une poubelle et quand la baston a cessé, il ne restait plus rien dans la ruelle. Alors elle a pris sa voiture et elle est venue directement au milieu de la nuit au centre…

M. Fabien prend l'équipe d'intervention à l'écart. La Centrale des Renseignements Démoniaques confirme que « Main-Froide » Dugommier est (était ?) un grade 2 de Nybbas et que le Black Velvet est un point de chute réputé des démons parisiens. Une attaque frontale et à découvert de Ceux d'En Face est particulièrement inquiétante et il demande donc aux PJ d'aller sur les lieux voir ce qu'ils peuvent apprendre sur les assaillants. Félix s'enquiert du devenir d'Anne-Clémence mais M. Fabien lui indique qu'il s'en occupera et que la priorité va à l'enquête.

Luc, Tristan et Félix se rendent donc dans le quartier latin. Le club occupe un rez-de-chaussée et un sous-sol d'un vieil immeuble à quelques pas du boulevard Saint-Michel. L'entrée est scellée et un avis de fermeture judiciaire est placardé sur la porte. Luc crochette la porte de derrière et un soupirail leur permet d'accéder aux loges puis à la salle du sous-sol. Il y flotte une odeur de cochon grillée, des traces de suie sur les murs ainsi des flaques de sang, des bris de verre et des douilles sur la moquette. Le bureau du patron a été retourné et l'ordinateur désossé. Aucun corps, aucun survivant. Les PJ décident donc de mener une petite enquête de voisinage pour savoir ce que les voisins ont vu exactement.

La plupart du voisinage ne portait pas le club de striptease dans leur cœur mais les témoignages concordent : les flics sont descendus en masse. Une voisine âgée affirme avoir vu, en plus des policiers en uniforme, un groupe de quatre détectives en civil, habillés « comme dans les films en noir et blanc avec Lino Ventura ». Leur chef portait un chapeau de feutre beige et une gabardine de la même couleur. Tristan et Luc se rendent place d'Italie, chez Conrad, pour voir si le Kobal parano n'aurait pas un petit dossier sur ces gugusses. De son côté, Félix appelle Marwa, la contact aux services techniques de la police qu'il fait chanter. Sa solution est la plus rapide puisqu'une heure plus tard, celle-ci lui indique que le responsable de l'opération de la vieille au Black Velvet était, selon les rapports, l'inspecteur Eliott Morris.

L'équipe d'intervention fait donc son rapport au CdT en fin d'après-midi. M. Fabien et Félix effectuent quelque recherches dans la CRD mais ne trouvent aucune trace d'un Ange nommé Eliott. Cependant, M. Fabien tire quelques ficelles et, après un coup de fil à un certain Docteur Gérald, confie aux PJ une carte de lecteur de la bibliothèque de Massy-Palaiseau. « Carmen » devrait avoir l'info qu'ils cherchent. À la bibliothèque, la responsable des archives, une quadragénaire stéréotypique, les reçoit avec une efficacité froide. Elle les mène au sous-sol, dans les réserves. Les PJ sont curieux mais Carmen se contente de leur répondre qu'ils se trouvent dans les archives de l'APHTE, une organisation au service de Malphas. Le reste ne les concerne pas. L'archiviste dégotte toutefois une fiche bristol sur Eliott, un Ange de Laurent qui dirige une escouade de soldats de Dieu qui se fait appeler « les Incorruptibles » et que leur dernière planque connue est un garage en tôle dans la zone industrielle de Buc, dont elle note l'adresse sur un post-it. Les tentatives d'humour et de charme de Félix se font rembarrer et un vieux lecteur acariâtre en profite pour de se moquer du malheureux Asmodée.

L'équipe d'intervention se rend dans la zone industrielle, gilets pare-balles enfilés sous leur manteau. Le garage ne semble plus utilisé à des fins commerciales mais l'intérieur allumé, signe d'une présence humaine. Luc déclenche l'alarme d'une des vieilles bagnoles stationnées à l'extérieur et deux soldats de Dieu armés de mitrailleuses à silencieux sortent. Le Crocell court se cacher en faisant du bruit et l'un des deux soldats ouvre le feu instantanément (oui, ils ont la gâchette facile). Les hommes armés hurlent à la cantonnade de se dévoiler et de venir les mains en l'air. Luc décide de rester en retrait tandis que Tristan fait mine de se rendre et s'approche doucement. Félix se glisse comme une ombre en les voitures et fait apparaître sa hache maudite.

Les deux soldats de Dieu s'apprêtent à menotter Tristan quand celui-ci en endort un des hommes, tandis que Félix paralyse l'autre. Eliott et le troisième incorruptible ouvrent le feu sur Tristan, qui est sauvé par son Kevlar qui encaisse les balles de la mitrailleuse camembert de l'Ange. Luc se liquéfie pour se glisser parmi les voitures et contourne les Incorruptibles tandis que Félix se jette dans la bataille. Les soldats de Dieu sont rapidement sont contrôle, Luc et Tristan en tue deux et le Bifrons les relève comme zombies. L'Ange leur donne plus de fil à retordre grâce à son esquive acrobatique. Sa mitrailleuse bénie vient percer de trous Félix et Luc. L'Asmodée meurt d'ailleurs d'une rafale dans la tête, sauvé uniquement par le retour temporel de Tristan.

Mais l'Ange de Laurent finit par se trouver à court de PP et est assailli de toutes parts et Félix parvient à l'achever un coup de hache maudite. Les PJ attachent le dernier incorruptible (encore endormi) mais celui-ci est touché par la grâce divine : il se recouvre d'une armure dorée, arrache le radiateur et explose le mur en tôle avant de commencer à courir en direction de l'éditeur de jeu de société de l'autre côté de la rue. Félix parvient à le ramener par un Pari Stupide mais l'Incorruptible porte bien son nom et ne donne aucune info. Tristan l'achève alors tandis que Luc et Félix découvrent dans les documents un étrange ordre de mission en provenance de Notre-Dame :
Image

De retour au Centre de Tri, M. Fabien est perplexe et inquiet de cette nouvelle. Tristan suggère une évacuation du quartier latin mais cela reviendrait à perdre les 6ème et 7ème arrondissements, laissant le champ libre aux emplumés pour la reconquête de Paris. Après une quinzaine de coups de fil à la hiérarchie infernale, l'équipe d'intervention se rend à l'évidence : le CdT est seul sur le coup. L'opération commençant samedi 21h, ils ont un peu moins de 4 jours pour organiser la résistance. Il en va à long terme de la survie de tous les Démons parisiens…
Avatar de l’utilisateur
Altay
Prêtre
Messages : 391
Inscription : sam. mai 07, 2016 12:04 pm

Session 24 - Elle est plus forte que toi, la crise (deuxième partie)

Message par Altay »

Session 24 - Elle est plus forte que toi, la crise (deuxième partie)

Raymond et Hugo sont joués par des invités.

Mercredi matin, c'est le branle-bas de combat. Grâce au CRD, M. Fabien a réussi à lister les effectifs démoniaques du quartier latin :
  • Paulo (Nisroch) et Rotka (Belial) tiennent le trafic de drogue autour de la Sorbonne
  • Delikatessen (Haagenti) possède un immeuble sur le boulevard Saint-Michel
  • Nosferax (Samigina, assez vieux) possède deux points de vente de glace en pot sur les quais
  • Claude (Scox) et Claude (Mammon) tiennent une société d'escort boys/girls appelée Penthouse 69
  • et bien sûr « Main Froide » Dugommier tient le Black Velvet (mais il est mort)

Luc et Félix descendent dans le sous-sol parisien pour prévenir De Profundis de l'imminence d'une attaque pendant que Tristan épuise son carnet d'adresse à la recherche de Démons parisiens susceptibles d'aider.

Le Bifrons réussit à joindre trois anciens collègues :
  • Hugo, de chez Belial. Ce dernier possède une boîte de nuit en bordure de Paris indiquée comme cible potentielle pour les Incorruptibles.
  • Raymond, de chez Caym, un Démon austère mais sérieux avec qui lui et Hugo ont déjà bossé.
  • Corinne, une Vephar avec qui il a longtemps travaillé et qui pourra leur prêter main forte le samedi soir.

Hugo et Raymond rejoignent Tristan dans le sous-sol de son labo pour commencer à préparer un plan d'action. Ils contactent d'autres Démons qui déclinent poliment pour les uns (Jean-Daniel Poniatowski, d'autres ex-camarades de mission) ou acceptent de venir prêter main-forte le jour venu pour les autres (Hugo parvient via Myriam a obtenir un support de deux ou trois anciens de la Garde Carmine désormais dissoute). Une fois le rabattage fait, Hugo décide de planquer devant le garage des Incorruptibles, au cas où les emplumés viendraient s'enquérir de leur état de santé. Raymond de son côté commence à fouiner dans les dossiers de son employeur (une société agrochimique) s'il n'a pas des petits scandales à faire éclater sur la ménagerie du jardin des plantes. L'objectif : trouver de quoi attirer des manifestants défenseurs des animaux le samedi pour compliquer une intervention policière de masse. Il finit par trouver des détails sordides concernant des cadavres de bonobo utilisés pour tester des produits vétérinaires et commence à faire fuiter ces informations sur des forums altermondialistes et écolos.

En sous-sol, Luc et Félix retrouvent De Profundis après une longue descente. Le Gaziel est agréablement surpris de recevoir de la visite mais comprend vite que les nouvelles ne sont pas bonnes. Luc explique les troupes de Daniel vont tenter d'investir les tunnels du quartier latin. Le baron du monde souterrain semble plutôt confiant et remonté : maintenant qu'il est prévenu, il pourra déclencher des éboulements et des effondrements de terrain localisés pour piéger les Anges. Compte-tenu de la difficulté à communiquer avec De Profundis, Félix lui indique qu'il installera un sismographe dans le sous-sol du Black Velvet, relié à son téléphone, et qu'il pourra faire trembler le sol en morse pour, par exemple, envoyer un S.O.S. Avant de se quitter, les Démons demandent à leur collègue s'il ne connaît pas d'autres forces infernales qui pourraient filer un coup de patte. De Profundis réfléchit un peu et leur suggère d'aller voir sous les arènes de Lutèce : un vieux groupe de zombies y vit en autonomie depuis des siècles, peut-être que ça les intéressera de savoir ce qui se trame.

Guidés par Natasha, une des morts-vivants de De Profundis, dans les galeries profondes, Félix et Luc découvrent effectivement une communeauté autonome d'une trentaine de zombies installée sous les ruines des arènes. Ceux-ci ont très clairement pris leur liberté vis à vis des forces du Mal mais ils ne semblent pas particulièrement heureux à la perspective de voir les troupes de Daniel débouler chez eux (ils ont aménagé un micro-village souterrain). Luc parvient à les motiver à se battre et leur laisse son téléphone après avoir paramétré une alarme pour samedi 20h30, histoire qu'ils sachent quand les Anges vont débarquer. Ceci fait, les Démons se mettent en route pour remonter à la surface. Une fois le boulot effectué, Luc lâche Félix et se rend au Ikea tenu par Jézabel. L'ordre de mission suffit à convaincre la grade 3 du sérieux de l'affaire. Si la Malphas n'a pas de troupes au sol à déployer, il suffit que Luc lui envoie des incidents impliquants les troupes de Daniel, Michel ou Laurent pour qu'elle fasse « fuiter » l'info à Notre-Dame, semant la zizanie dans le fragile équilibre des puissances angéliques. Compte-tenu de la présence de la grande mosquée dans le quartier latin, elle va également faire circuler l'info d'une descente de police massive imminente dans les milieux musulmans.

De son côté, Hugo constate que la planque des Incorruptibles est déserte et personne n'y vient y rendre visite. Il décide donc de traîner plutôt dans le quartier latin. En fin de journée, les motards commencent à sortir faire vrombir leurs moteurs et le Belial, après un petit travail d'investigation, en répertorie au moins une dizaine. Ces derniers, après avoir bu quelques coups sur le boulevard Saint-Michel, se mettent d'ailleurs en route vers le périph'. Hugo les suit en bagnole avec difficulté (autant dire qu'ils ne respectent pas vraiment le code de la route) et signale à la police la présence d'un rodéo urbain. Une vingtaine de minutes plus tard, il tombe effectivement sur une interpellation musclée sur la voie d'arrêt d'urgence, la conduite virile des motards ayant provoqué un accident au niveau de la porte de Pantin. Une photo de l'incident est transmise à Jézabel qui fait suivre à Notre-Dame.

Dans la soirée, Tristan tente de contacter Nosferax et Paulo/Rotka, sans succès. Les vendeurs de shit de la Sorbonne comme le vendeur de glaces des quais font semblant de ne rien savoir. Le Bifrons, frustré, se contente de traîner dans les bars et essaie difficilement de répandre les rumeurs sur les expérimentations animales au jardin des plantes.

Le jeudi, les Démons essaient de faire le tour des Démons « locaux » tandis que Hugo ferme son club pour rénovation, le temps de préparer quelques barricades. Luc se rend Au temps givré, un glacier supposément tenu par Nosferax. L'ex-Crocell y va un peu franco, exigeant de rencontrer le propriétaire et tentant d'intimider les serveuses. Les deux familières vampires le prennent pour une menace et le charment. Luc se retrouve donc la tête en sang dans une ruelle mais décide de retourner dans le magasin, cette fois-ci en flashant. Le qui pro quo résolu, les vampires le présentent à Nosferax, une Sagimina à l'ancienne au look 100% gothique. Nosferax semble ne pas pleurer la mort de Dugommier mais la perspective d'une attaque sur le quartier latin ne la met pas non plus en joie. Elle aidera volontiers la résistance si on lui demande et peut d'ailleurs mettre à disposition deux de ses potes Groquick et Sabbath de chez Furfur, des gros bras un peu neuneus mais extrêmement bourrins.

Tristan se rend lui à Penthouse 69, une agence de top models servant de couverture à un réseau d'escorts. Dans les locaux au look 70s (fauteils œufs et moquette orange sur les murs), Claude et Claude, le couple androgyne à la tête de l'organisation, comprend assez vite le problème. Ils n'ont pas une énorme force de frappe mais peuvent mobiliser une dizaine de mafieux polonais de leur filière « ressources humaines ». Ils sont armés et ils savent à peu près se tenir face à la police.

Hugo se rend du côté de Jussieu à la recherche des dealers. Il parvient à se faire passer pour un acheteur de masse et un des petits revendeurs le redirige vers Rotka, une blonde à la dégaîne de punk à chien qui alterne entre une clope et un kebab. Celle-ci écoute Hugo sans rien dire, le laissant exposer son histoire. Elle est rejointe par Paulo, son collègue de chez Nisroch que Hugo prenait jusque là pour un SDF. Les deux trafiquants sont d'abord plutôt énervés contre Hugo. Ils ont visiblement pris pas mal de liberté avec la hiérarchie et les dernières nouvelles de la Cour les ont pas mal conforté dans cette idée. Cela dit, Hugo leur propose un plan qui peut éviter une descente de flics trop voyante tout en leur rapportant du pognon : organiser une grosse soirée étudiante dans les parcs du quartier latin. Hugo fournira l'alcool, eux fourniront la drogue. Plus il y aura de monde, mieux ce sera et plus il sera facile pour leur réseau de dealers de se fondre dans la foule. L'alternative, c'est qu'ils se démerdent seuls en attendant que les Laurent vienne les chercher. Paulo et Rotka acceptent à contrecœur.

Enfin, Tristan et Félix se rendent à l'immeuble de Delikatessen. Ce nom est visiblement un pseudonyme qui se transmet entre Démons d'Haagenti et le nouveau Delikatessen est un petit quinquagénaire aux cheveux blancs et au front moite se cachant derrière d'épaisses lunettes. Tristan plaisante à propos du film éponyme et demande s'il s'agit d'une organisation qui rend les humains cannibales. Delikatessen, sans sourciller, répond que oui. Il explique s'être incarné récemment en remplacement d'un prédécesseur qui a déserté et avoir repris l'institution. Il a sous sa coupe une dizaine de familles de gastronomes qui lui obéissent au doigt et à l'œil mais ne sont ni sacrifiables, ni capables de se battre. Bref, Delikatessen veut bien aider, mais il voudrait surtout que l'on lui envoie des gens pour assurer la protection des ses ouailles.

Pour terminer cette longue journée, Félix retrouve Ignace chez Régis. L'Asmodée et l'Ange ont entamé une relation amoureuse depuis plusieurs semaines mais avec une condition imposée par Ignace : on ne parle pas boulot. Félix compte bien enfreindre la règle et essayer de savoir ce qu'Ignace sait de l'opération Nuit Bleue. Il l'invite du coup à la Tour d'Argent (un restaurant dans le quartier latin) le samedi soir et Ignace accepte volontiers, adepte qu'il est des grands restaurants.
Avatar de l’utilisateur
Altay
Prêtre
Messages : 391
Inscription : sam. mai 07, 2016 12:04 pm

Re: [CR][INS/MV] Fire & Ice - la campagne

Message par Altay »

Interlude

La préparation de l'équipe d'intervention avant l'opération Nuit Bleue.

1. La manifestation antispéciste

Grâce aux informations de Raymond, les PJ organisent le samedi soir à 21h une marche blanche devant les grilles du jardin des plantes pour dénoncer les liens entre la ménagerie et des laboratoires pharmaceutiques.

2. La fête étudiante

Les contacts de Paulo et Rotka chez les étudiants parisiens sont mis à profit pour organiser en douce une rave dans les arènes de Lutèce. Alcool fourni les réserves du nightclub d'Hugo et drogues diffusées par le trafic des deux Démons.

3. Tour de passe-passe au Bilto

Ayant pris la place d'un des barman par Polymorphie, Luc colle des amphétamines dans les fûts de bière du Bilto, un bar où les bikers de Michel descendent le vendredi soir. Le résultat est décoiffant : le rade est ravagé, il n'y a plus une vitre intacte et plus un élément de mobilier qui soit encore utilisable. Une dizaine de blessés plus ou moins graves sont à déplorer suite à la bagarre, dont un en état critique.

Les infos sont transmises à Jézabel pour fuite vers Notre-Dame.

4. Le virage Boulogne

À nouveau déguisé, Luc se rend à un entraînement du PSG le samedi matin. Il échauffe sans difficulté les esprits et monte la tribune Auteuil contre la tribune Boulogne. La situation dégénère un peu mais l'incident ne marque pas vraiment les esprits.

5. « Je t'aime - Je sais »

Félix déclare sa flamme à Ignace et l'implore de l'aider à éviter le massacre prévu. L'Ange d'Ange lui propose sans grande conviction de faire défection. Il finit par craquer et accepte de fournir à Félix quelques infos sur l'opération : effectifs et lieux visés par les flics menés par les Laurent. Il supplie l'Asmodée de ne pas se faire tuer.

Effectifs : 9 Anges de Laurent, 13 soldats de Dieu, 55 flics « normaux ».
Responsables : Gros Charlie et P'tit Nico.

Lieux à sécuriser par les troupes de Monseigneur Laurent :

immeuble rue Monsieur Le Prince
la salle de concert du Molodoï
Au temps givré
Penthouse 69
Le cabaret Paradis
La brasserie Le Quat'Zarts
La salle de jeu illégale de la rue Saint-Jacques
Les dealers de la place Jussieu
L'hôtel Americana
Le Victoria 83
Monseigneur Michel abondera environ 20 Anges de ses services.
Monseigneur Daniel enverra 10 Anges assistés par 40 soldats de Dieu nettoyer les sous-sols.

6. Tout ! Le monde ! Déteste la police !

Tristan et Félix prennent le reste de leur temps pour concevoir, faire imprimer et placarder des affiches antiflics un peu partout dans le quartier latin. Elles prennent bien et sont rapidement rejointes de tags anarchistes et d'affichettes syndicalistes promptes à dénoncer les violences policières et le climat fasciste des dernières années.

7. Conrad Sèchepine, au rapport (poil aux pores).

Tristan passe voir Conrad. Le vieux Kobal est ravi de retrouver le service actif et les rejoint le samedi soir pour bouter l'envahisseur emplumé de Paris.

Luc contacte Crocell qui, bon gré mal gré, lui envoie Isaac Iceberg et deux flocons de sang. Ceux-ci sont très hésitants à travailler avec des Belial.

8. Plan de bataille

Luc a concoté un plan de bataille répartissant les forces infernales dans les différents points-clés du quartier :
Immeuble de Delikatessen : les mafieux polonais, Delikatessen, Conrad et Aurélie.
Le Penthouse 69 : Claude et Claude, Myriam et ses deux collègues de l'ex-Garde Carmine.
Point de vente glace 1 : Nosferax et ses quatre vampires, M. Fabien, Isaac Iceberg et les deux flocons de sang.
Point de vente glace 2 : non défendu.
Fête étudiante aux arènes de Lutèce : Paulo, Rotka, Hugo, Raymond.
Manif' antispéciste : Archibald le fantôme, Corine.
Sous-sols : De Profundis et ses zombies, les zombies des arènes, les zombies de Raymond.
Équipe mobile : l'équipe d'intervention, Groquick et Sabbath de chez Furfur
Avatar de l’utilisateur
Altay
Prêtre
Messages : 391
Inscription : sam. mai 07, 2016 12:04 pm

Session 25 - Elle est plus forte que toi, la crise (suite et fin)

Message par Altay »

Session 25 - Elle est plus forte que toi, la crise (suite et fin)

Corinne et Hugo sont joués par des invités.
Corinne est une Vephar, prof de natation et a déjà travaillé avec Tristan.

Samedi soir, tout le monde est en place dans le quartier latin. Peu de temps avant 21h, quatre voitures de police déboulent devant l'immeuble de Delikatessen et bouclent la rue. Conrad, posté sur le toit, alerte l'équipe d'intervention qui s'y rend sans attendre. 15 poulets en uniforme sont en train de baliser la rue et une dizaine de flics en civil (Anges et soldats de Dieu) s'apprêtent à ouvrir les portes de l'immeuble au bélier. Tristan parvient à rentrer dans la rue en prétextant être diabétique en manque d'insuline et il grimpe avec Luc et Félix dans un immeuble en face de la rue. Ils crochètent la première porte venue, rentrent dans la cuisine et allument le gaz. Un premier séisme violent secoue les bâtiments du quartier. Le propriétaire de l'appartement, casque VR sur le front et sopalin à la main sort en claudiquant de sa chambre et Tristan l'assomme d'un lancer d'assiette avant de lui briser la nuque. Les Démons descendent les escaliers quatre à quatre alors que des coups de feu se font entendre de l'autre côté de la rue.

De son côté, Hugo est installé dans sa boîte de nuit du Victoria 83 avec Sabbath et Groquick. Un panier à salades s'arrête devant mais une brève discussion montre que les flics ne font pas les fiers et attendent visiblement du renfort (le « lieutenant Eliott Morris » ayant subi un empêchement quelques jours plus tôt). Après un bref contrôle d'identité, la maison poulaga laisse le Belial et ses copains partir prêter main forte aux troupes parisiennes.

Félix distrait deux gardiens de la paix en jouant les témoins paniqués et quelques instants plus tard, l'appartement de la fuite de gaz explose, les vitres projetant du bris de verre un peu partout dans la rue. Les poulets appellent du renfort et se ruent à l'intérieur, laissant à Luc la possibilité de monter dans l'immeuble mitoyen à celui de Delikatessen. Conrad insiste : les mafieux polonais sont en train de se faire rouler dessus par les youyous et Delikatessen demande une extraction. Luc sort donc sa masse et commence à abattre une partie du mur mitoyen du cinquième étage.

Au rez-de-chaussée, Félix et Tristan interceptent quatre flics en uniforme qui font sortir des « gastronomes » menottés. Ils en libèrent une demi-douzaine après une courte baston dans le hall de l'immeuble mais les poulets ont eu le temps de prévenir leurs collègues et les Anges sont en train de dévaler les escaliers. Profitant de la diversion, Luc parvient à faire sortir Aurélie, Delikatessen et une poignée d'enfants des familles cannibales. Hugo, Groquick et Sabbath arrivent sur ces entrefaits, tandis que deux bagnoles de flics supplémentaires débarquent dans la rue suivie d'un camion de pompiers pour s'occuper de l'incendie qui s'est déclaré dans l'immeuble en face. Hugo déclenche un autre incendie dans le hall de l'immeuble de Délikatessen pour piéger les emplumés dans les étages et les Démons battent en retraite, abandonnant le bâtiment et les cannibales restants.

Par téléphone, M. Fabien les prévient qu'une demi-douzaine de motards viennent se de garer devant Le Temps Givré, un des glaciers appartenant à Nosferax. Les PJ y accourent secondés par Groquick et Sabbath. Sur le chemin, deux répliques sismiques se font sentir, signe d'une activité en sous-sol conséquente. Devant le glacier, les deux familières vampires qui tiennent les lieux barrent la route à six motards armés de chaînes et de démonte-pneu. Hugo s'interpose et le ton hausse vite. Très vite même, puisque la bagarre commence en pleine rue à 6 contre 6. Les Anges de Michel sont sauvages et extrêmements bourrins. Groquick et Sabbath parviennent à en balancer deux à travers la vitrine, Hugo parvient avec difficulté à faire jeu égal avec Poy-Poy, le leader de la troupe et Tristan, Luc et Félix se font rouer de coups. Les Démons sont quelque peu surpris par les membres blindés des Anges qui leur permettent de parer même les plus violents de coups de hache à mains nues.

Le combat migre à l'intérieur du glacier. Félix parvient à paralyser un des assaillants mais la situation devient carrémment dangereuse pour les Démons quand Poy-Poy fait apparaître un fléau d'armes béni qu'il abat violemment sur la tête de Hugo dans un bruit sourd. Heureusement, Nosferax et M. Fabien débarquent de l'arrière boutique pour leur prêter main-forte. Les vampires, qui s'étaient planquées depuis le début du combat, sortent aussi de leur cachette. En quelques instants, les pouvoirs de Charme et de Sommeil fusent dans tous les sens. Poy-Poy est pris à revers par deux de ses petits camarades tandis que les autres s'endorment gentiment. La surprise fait l'affaire et le vent change de direction. Les Michel étant maintenus endormis par M. Fabien, les bourrins (à commencer par Luc, Hugo, Groquick et Sabbath) s'en donnent à cœur joie et font popper les Anges l'un après l'autre. Tristan et Félix rentrent les motos dans le glacier et aident les vampires à installer des panneaux de bois pour condamner la vitrine cassée. Les PJ en piquent d'ailleurs certaines pour se déplacer plus rapidement.

De l'autre côté du quartier latin, Corinne s'est mêlée à une cinquantaine de manifestants antispécistes qui protestent pacifiquement devant les grilles du jardin de splantes. Elle parvient sans difficulté à convaincre les manifestants à faire une parade musicale pour mener la petite troupe en direction des arènes de Lutèce, où une rave party étudiante commence à dégénérer en nasse alors que les flics sont descendus faire des arrestations arbitraites. Paulo et Rotka ont d'ailleurs prévenu les PJ : plusieurs de leurs dealers ont été arrêtés et ils vont mettre les bouts (ils ne comptent bien ne pas rester là quand les Laurent décideront de charger dans le tas). Corinne confirme puisque son mini-cortège est bloqué aux abords des arènes par un cordon de sécurité mince, mais ferme. Les flics ont déjà arrêté une dizaine de maghrébins et ne laissent plus personne rentrer dans la fête. Blessés, fatigués mais pas démoralisés, les Démons en remettent une couche et Hugo, Félix, Tristan, Luc, Sabbath et Groquick rejoignent Corinne et Archibald à la fiesta.

Il en suffit de peu pour que la foule se mette à scander des slogans anarchistes et antiflics tandis que les flics en civil, par groupe de 4 ou 5, se fraient un chemin dans la masse à la recherche des dealers. Hugo et Tristan contournent le cordon de sécurité et piquent une poignée de lacrymogènes avant de les balancer sur les flics. Félix, pendant ce temps, active son réseau de bots pour rendre viral les vidéos et les photos de la façon dont la police tente d'étouffer la soirée. La nasse et la charge semblent imminentes. Paulo et Rotka s'étant faits la malle, les PJ estiment que ce n'est pas nécessaire de rester dans le coin, surtout que Conrad (qui s'est enfui de l'immeuble de Delikatessen et s'est téléporté Au Temps Givré) les prévient que les flics sont en train de faire une descendre au Quat'Zarts, une péniche-restaurant sur les quais et ont appelé des motards en renfort. Hugo décide de se séparer temporairement du groupe et descend l'avenue jusqu'à la grande mosquée de Paris avec l'intention d'y mettre le feu.

Ni une, ni deux, les Démons s'approchent de la péniche. Ils remarquent également qu'un panier à salades est stationné 200 mètres plus loin devant La crème des quais, l'autre point de vente de Nosferax qu'ils avaient décidé de ne pas défendre. Luc, Groquick et Sabbath s'y dirigent, laissant Tristan, Corinne et Félix gérer Le Quat'Zarts. Sur le bateau, une demi-douzaine de flics et quelques motards ont l'air d'avoir investi le restaurant. Corinne plonge dans la Seine et use de sa force surhumaine pour faire tanguer le bateau, décrochant le ponton et balançant à la flotte les deux poulets qui se tenaient dessus. Tristan balance dans le bateau son dernier lacrymo. Félix commence à détacher les amarres de la péniche quand les flics sortent. Après une tentative un peu désespérée de se faire passer pour de simples badauds, les flics ouvrent le feu sur les Démons qui battent en retraite. Corinne arrache le gouvernail du navire, créant une voie d'eau puis s'échappe en nageant.

Du côté du glacier, Luc réalise que les flics ont perquisitionné le local et ont semble-t-il embarqué deux vampires de Nosferax. Il tente le tout pour le tout et essaie de se faire passer pour un membre de l'opération, au service de Gros Charlie et P'tit Nico. Il exige la libération des suspects. Le flic semble ne pas le croire mais hésite tout de même et demande une confirmation radio. Un flic en civil déboule et flashe une aura bleue de grade 2. Luc ne pouvant pas retourner la faveur, le Laurent a un sourire carnassier et invite les Démons à se casser et profiter de leur avance. Luc, Groquick et Sabbath ne tentent pas leur chance et se replient, attendant que l'Ange soit seul pour frapper. Le panier à salades s'en va, embarquant les deux vampires. Alors que les Démons s'apprêtent à attaquer, Sabbath reçoit un coup de fil. Les flics ont fait une descente sur salle de concert préférée, à deux rues de là. Les trois bourrins s'y rendent donc. La salle a été évacuée et un groupe de badauds est attroupée dans l'entrée. Sabbath éclate contre la porte le crâne du flic en faction et sort les griffes avant de rentrer dans la salle, suivi par Groquick qui fait apparaître son piolet maudit. Luc utilise son pouvoir de Froid pour abaisser la température et disperser les curieux qui ont de toute façon préféré ne pas rester dans le coin après un tel acte de violence. Luc et les deux Furfur débarquent dans la salle principale où une dizaine de policiers s'apprêtent à embarquer à peu près autant de suspects suite à un contrôle d'identité musclé. Grave erreur : Groquick et Sabbath foncent dans le tas et Luc suit.

De l'autre côté du quartier, Hugo a sauté le mur de la mosquée et a mis au jardin et à une des portes avant de mettre les bouts, s'assurant que le groupe de personnes qui surveille l'entrée de la mosquée remarque bien son passage en moto. C'est au tour du Penthouse 69 d'appeler à l'aide puisque les flics semblent maintenant prêts à y faire leur ultime descente. Hugo, Corinne, Tristan et Félix se retrouvent au Penthouse avec Myriam et deux Belial armés de lance-flammes chromés. À vue de nez, cinq voitures de flics et une poignée de motards descendent l'avenue en leur direction tandis qu'un nouveau séisme frappe le quartier. À peine les bikers arrivés, Tristan sort de l'agence de top models par une sortie de service et se rue sur une des motos, qu'il vole à la barbe des Michel. Ceux-ci enfourchent immédiatement leur destrier pour se mettre à sa poursuite. Les tirs des youyous lui font perdre le contrôle de la bécane et il s'éclate sur les pavés tandis que les motards s'apprêtent à lui éclater la tronche. C'est le moment qu'ont choisi les Belial, Hugo et Corinne pour balancer tout ce qu'ils ont sur les assaillants. Des balcons du premier étage tombe une pluie de flammes, de grenades et de lacrymo. Les flics humains, pas préparés à ce genre de déluge de violence, se dispersent tandis que les Anges tentent de rallier les troupes pour organiser une retraite. Hugo fait exploser une bagnole au lance-grenades, projetant un des Laurent à travers la rue. Les emplumés décident de battre en retraite. Les motards s'éloignent, lançant la vie sauve à Tristan pour l'instant et les flics se dispersent dans les ruelles alentours.

Dans la salle de concert, le calme retombe alors que Luc et Sabbath baignent dans un tas de tripes et de sang. Les suspects menottés les regardent horrifiés. Sabbath, à genoux, sanglote en tenant avec maladresse dans ses griffes un morceau de veste en jean appartenant à Groquick. Luc tente de le réconforter et abat les prisonniers un par un à l'aide des armes de service des flics. Le carnage effectué, le Furfur et l'ex-Crocell mettent les voiles. Les forces infernales sont encore à cran une petite heure mais Conrad confirme : les flics sont rentrés au poulailler et les motards semblent regagner Notre-Dame. La You-You Power Force semble en avoir eu assez pour la nuit et sur les coups d'une heure du matin, les PJ peuvent enfin souffler un peu.

M. Fabien propose à celles et ceux qui le souhaitent de se replier sur le Centre de Tri pour débriefer et soigner les bobos. Les Démons du quartier latin restent au Temps Givré et au Penthouse tandis que les PJ, Hugo, Corinne et Conrad descendent jusqu'au CdT. Sur place, ils sont accueillis en héros par Gilbert qui leur a préparé en douce une petite after party : chips, Curly et bouteilles de roteuse. M. Fabien les remercie chaleureusement et les récompense (d'un niveau supplémentaire dans un pouvoir ou un talent) et avoue avoir demandé à Gilbert d'organiser cette petite sauterie, pensant qu'ils méritaient bien un peu de réconfort. Tout le monde écoute leurs histoires, Aurélie se remet de ses émotions et soigne les petits bobos les plus urgents, Conrad et M. Fabien regardent la nouvelle génération prendre la relève d'un œil larmoyant, bref ça sent la fin de scénario.

Sauf que non. Tous les téléphones se mettent à sonner, les ordinateurs des archives du CdT s'allument spontanément, le moniteur de vidéosurveillance se met à grésiller. Sur tous les écrans, un jeune homme séduisants, aux cheveux blonds coupés court, paire de lunettes noires sur le visage. Il observe un instant de silence avant de s'exprimer en démoniaque.

Bonsoir tout le monde. C'est Lucifer qui vous parle. Mais si, vous savez bien, l'ex-Samaël, le patron de la cité de Dis, l'ange déchu, le porteur de lumière…

J'espère que vous allez bien, tous autant que vous êtes. Parce que, pour tout vous dire, moi ça ne va pas fort. J'ai pas mal réfléchi ces derniers temps, à la vie, la mort, le Bien, le Mal, l'humanité aussi; Mes conclusions sont pas très positives, si vous voyez ce que je veux dire. Au début, j'avais l'intention de revenir aux Enfers pour vous faire part de mes réflexions, pour essayer de changer un peu les choses et redéfnir le Grand Jeu. Et puis, j'ai appris ce qui se passait, la guerre entre Belial et Crocell, les tensions à la Cour. Je me suis rendu compte que j'étais bien trop fatigué pour tout ça.

Vous voyez, moi, ça fait quelques millénaires que je bosse comme un naze pour faire tourner votre boîte. Croyez-moi, c'était pas facile tous les jours alors quand on est venu me voir pour me proposer des vacances pour réfléchir, j'ai dit oui. Bref…

Je suis arrivé au bout de mes réflexions et ma conclusion c'est que je vais pas revenir. J'en ai marre de toutes ces conneries. J'en ai marre des mensonges du Vieux et de ses petites magouilles à deux sous. J'en ai marre du Grand Jeu de mes deux. Voilà. Je me barre.

Je laisse les clés de la cité de Dis à celui ou celle qui voudra bien les prendre. Je sais très bien qu'il y a une chiée de princes qui ne rêvent que d'une chose : me remplacer. Alors, j'ai envie de vous dire : démerdez-vous. Organisez des élections, faites une course en sac ou un tournoi de barbichette, tiens. Je m'en fous. Je m'en lave les mains.

Inutile de chercher à me joindre, je ne serai pas disponible dans les temps à venir. Bonne chance à tous. Adieu.

S'ensuit la plus grande déflagration d'aura rouge que les Démons ont jamais vu de leur vie. Puis plus rien, le noir, le silence. Gilbert tombe assis sur sa chaise, les larmes aux yeux. Aurélie regarde tout le monde, le visage empli de panique. M. Fabien fixe le moniteur éteint d'un air vide. Le mousseux qui pétille dans les verres semble n'avoir plus aucun goût.

Satan vient de démissionner.

Spoiler:
M. Fabien/Beleth vient de se rendre compte que son plan n'a pas du tout fonctionné. Pas du tout. La crise en Enfer a dégoûté Satan de revenir. Le trône est vacant. Damien va bientôt naître. Les forces infernales étaient au bord du gouffre de l'Apocalypse et, grâce au prince des cauchemars, ils viennent de faire un grand pas en avant.

Oups.
Avatar de l’utilisateur
Altay
Prêtre
Messages : 391
Inscription : sam. mai 07, 2016 12:04 pm

Re: [CR][INS/MV] Fire & Ice - la campagne

Message par Altay »

Voilà, le CR précédent clôt le deuxième acte de la campagne et c'est également la fin de la partie FIRE de Fire & Ice. On fait une pause d'une semaine et on reprend début janvier pour la suite des aventures de Luc, Félix et Tristan. Bonnes fêtes ! :bierre:
One
Pratiquant
Messages : 237
Inscription : lun. avr. 05, 2010 5:24 pm

Re: [CR][INS/MV] Fire & Ice - la campagne

Message par One »

 C'est pas forcément la période où il y a le plus de réactions, mais ce petit CR le 24, ce fut un joli petit cadeau pour moi, merci  :bierre:

One, en passant.
Avatar de l’utilisateur
Altay
Prêtre
Messages : 391
Inscription : sam. mai 07, 2016 12:04 pm

Re: [CR][INS/MV] Fire & Ice - la campagne

Message par Altay »

Intermission

Les jours qui suivent l'opération Nuit Bleue, les Démons font un bilan de la situation dans le quartier latin. La situation n'est pas glorieuse mais les emplumés sont loin d'avoir gagné la bataille, au contraire.

Les pertes infernales
  • Groquick est mort sous les balles des flics dans la salle de concert du Molodoï.
  • Paulo n'a pas donné signe de vie. Il a fui la rave party en bagnole et s'est fait sûrement fait coincer par des Michel sur le périphérique.
  • Benito et Giulani, les deux vampires familiers de Nosferax qui tenaient le glacier sur les quais. Faits prisonniers par la maison poulaga, ils ont sûrement été interrogés puis tués à Notre-Dame.
  • Deux flocons de sang qui avaient été envoyés protéger le glacier ont également été arrêtés. Isaac Iceberg a réussi à s'enfuir de justesse grâce à Corps gazeux.
  • Natasha, une des zombies de De Profundis nous a quitté, au grand dam du baron du monde souterrain qui perd une de ses fidèles amies. Le Démon a organisé une cérémonie de funérailles en son honneur.
  • Les zombies autonomes des arènes de Lutèce semblent avoir perdu moins d'une dizaine de membres.

Les dégâts « matériels »
  • L'immeuble de Delikatessen a été vidé. Les flics sont en train de méthodiquement retourner la moindre pièce. Deux tiers des « gastronomes » ont été arrêtés et le préfet se félicite d'ores et déjà d'avoir mis un jour un groupe cannibale en plein cœur de Paris.
  • Delikatessen a fui avec une quinzaine de ses ouaïlles. Recherchés par la police, ils se planquent en banlieue pour l'instant en attendant que Haagenti leur trouve un plan B.
  • Les mafieux polonais de Claude & Claude ont été complètement nettoyés par les flics lors de la descente au Delikatessen. C'est un coup dur pour leur filière « ressources humaines » mais l'agence est intacte et leurs opérations n'ont pour ainsi dire pas été affectées. Au contraire, Aldo Romani, un mafieux de la N'Drangheta et leur concurrent direct sur Paris, a été arrêté par les poulets lors du coup de filet sur l'hôtel Americano.
  • La crème des quais a été perquisitionnée et retournée par les flics. Difficile de dire ce que l'enquête va donner mais les youyous n'ont pour l'instant pas donné suite.
  • La moitié des dealers de Paulo et Rotka se sont fait pincer par les flics autour des arènes. Parmi ceux-là, une moitié est relâchée 24h plus tard faute de preuves mais les autres sont inculpés pour trafic. Rotka et Tristan sont d'ores et déjà en discussions pour remonter une nouvelle filière.
  • Une base de la Terre Creuse dans les catacombes a été prise d'assaut et détruite par les Daniel, provoquant un mini-affaissement de terrain au nord-ouest du quartier latin. Un début d'inondation a frappé les voies du RER C. Les médias mettent l'incident sur le compte du tremblement de terre ayant eu lieu plus tôt dans la soirée.

Les « gains »
  • Une quinzaine d'Anges et de soldats de Dieu ont rejoint leur créateur, faisant payer très cher à la You-You Power Force cet assaut ouvert. Une douzaine de policiers et policières humaines ont péri mais les services d'En Haut comme d'En Bas se sont efforcés de balayer le massacre du Molodoï sous le tapis.
  • De Profundis a rencontré dans le sous-sol le U-Boat Crew, un groupe démoniaque au service de Vephar qui zone dans les égoûts et possèdent un anaconda géant (30 mètres tout de même) bleu pâle nommé Marguerite. Leur intervention a permis de coincer et d'isoler les troupes de Daniel. Il ignorait leur présence (De Profundis vit plus profond et le U-Boat Crew n'a qu'une dizaine d'années) mais il a maintenant des alliés à proximité de son territoire.
  • Tristan doit démultiplier sa production par 10 voire 100 s'il veut pouvoir arroser Rotka en métamphétamines, ectasy et cocaïne. Il embauche Félix et Luc respectivement à l'informatique et à la maintenance des machines de son laboratoire pharmaceutique pour automatiser la production.

Répercussions médiatiques
  • La presse se félicite du coup de filet des forces de l'ordre pour démanteler un vaste réseau criminel du quartier latin. La vérité se mêle à la désinformation, croisant aussi bien des réseaux mafieux liés à la prostitution et au jeu illégal que le trafic d'organes et le cannibalisme. Le Beau Lulu, un criminel notoire est libéré faute de preuves à son encontre deux jours plus tard et il annonce vouloir porter plainte contre l'État pour la destruction du Quat'Zarts, sa péniche-brasserie.
  • Est mentionnée également la rave party et les multiples arrestations de dealers. La marche blanche pour les bonobos maltraités par Bayer-Monsanto apparaît à peine dans les brèves de la presse locale.
  • Tous les médias évoquent le séisme qui a frappé Paris, heureusement sans dommages conséquents. Un début d'entrée d'eau a été signalée sur les voies du RER C dont le trafic sera interrompu jusqu'à la fin de la semaine pour permettre aux services de la RATP de colmater la brèche.
Avatar de l’utilisateur
Altay
Prêtre
Messages : 391
Inscription : sam. mai 07, 2016 12:04 pm

Session 26 - Une Horloge Cassée Donne L'Heure Juste Deux Fois Par Jour (première partie)

Message par Altay »

Session 26 - Une Horloge Cassée Donne L'Heure Juste Deux Fois Par Jour (première partie)



Spoiler:

Ce scénario et ceux qui suivent s'inscrivent dans l'arc « La Guerre en Enfer » de la campagne. Ce ne sont pas des scénarios qui font partie à proprement parler de la campagne mais qui servent à étoffer la trame narrative, développer les liens des personnages avec l'univers du jeu et créer un sentiment de chaos ambiant au sein des forces infernales.

Ce scénario précis est une pure invention de ma part mais s'articule autour d'un des scénarios futurs de la campagne.


Voilà dix jours que Lucifer a posé sa démission. La Cour infernale est en session quasi-continue depuis pour décider de la marche à suivre pour son remplacement. Pendant ce temps, la structure déjà bien ébranlée des forces du Mal est à deux doigts de s'écrouler : les missions officielles ne sont plus distribuées, de nombreux Démons ont profité de cette opportunité pour se volatiliser, ceux qui restent fidèles font profil bas en craignant d'un jour à l'autre une intervention de ceux d'En Haut, bref, le climat n'est pas au beau fixe.

L'équipe d'intervention traîne désœuvrée au centre de tri. Les employés sont (heureusement) toujours en grève. Aurélie et Gilbert les renseignent un peu sur les difficultés rencontrées par l'administration pour faire tourner la boutique et M. Fabien ne sort presque plus de son bureau. C'est à ce moment là que se présente Ghislain Demorand à l'entrée du centre. Le trentenaire propre sur lui, aux cheveux gominés et aux lunettes crocodiles, demande à voir Messieurs Hanathos, Lelong et Klein. L'homme se présente comme un serviteur infernal et remet à Félix une carte de visite au nom du Professeur, sur laquelle est griffonnée un lieu (le Café des ministres) et une heure (14h00), avant de s'éclipser.

L'équipe se rend au rendez-vous avec la bénédiction de M. Fabien et retrouvent Ghislain et le Professeur, le baron de Kronos rencontré lors de la commission, dans le café en face de l'Assemblée Nationale. Ce dernier explique qu'il a besoin d'une équipe discrète mais loyale aux forces du Mal et qui ont l'œil pour les manigances internes. En effet, une bonne amie à lui, la comtesse Erica Alexandra del Portenza, franco-italienne et également grade 3 de chez Kronos, a disparu alors qu'elle enquêtait sur la présence d'agents provocateurs au cœur même des forces infernales, qui pourraient être à l'origine d'une partie du chaos actuel. La contessa se doutait des risques qu'elle encourait et elle avait prévenu le Professeur de l'existence d'un coffre à la banque Wormser où elle conservait une copie de son journal d'investigation. Le Professeur demande à l'équipe de récupérer les informations. Retrouver Erica serait un plus mais il est pessimiste : soit elle a disparu de son plein gré (auquel cas elle aura bien dissimulé ses traces), soit un ennemi suffisamment puissante l'a faite disparaître (auquel cas mieux vaut éviter de s'attaquer à lui frontalement). Il mandate Ghislain, son serviteur, pour assister les Démons et leur fournir ce dont ils ont besoin.

Félix, Tristan et Luc se rendent donc dans la petite banque familiale où Erica loue son coffre, avec en poche 10 000€ en liquide fournis par Ghislain. Luc, polymorphé en homme d'affaires, se fait passer pour un client intéressé par la location d'un coffre. Un chargé de clientèle l'accueille dans les locaux haussmanniens de la banque. Après quelques négociations, Luc apprend qu'il est possible pour une somme conséquente (et une location d'au moins un an payée d'avance) de louer un coffre sans donner son identité. L'accès au coffre se fait alors soit par clé, soit par une combinaison d'un numéro de client et d'un numéro confidentiel de coffre. Une option de verrou biométrique par empreinte digitale est également proposée. On lui explique également le protocole d'accès au coffre (un seul client à la fois, mise à disposition d'une salle dédiée pour l'examen du contenu du coffre, etc.).

Forts de ces informations, les Démons décident de se faire passer pour la Comtesse par polymorphie et tenter le bluff. Après quelques heures à fouiller dans les archives du Professeur, Ghislain parvient à trouver un code qui pourrait être le numéro du coffre, mais aucune trace d'un quelconque numéro de client. Après avoir dépensé le pognon fourni par Ghislain en robe et accessoire Chanel, Félix, déguisé en la comtesse, se rend dans la banque. Il prétexte avoir oublié son numéro de client et son passeport à cause d'un bagage perdu à l'aéroport mais le guichetier et le vigile sont inflexibles : impossible d'accéder au coffre sans l'une de ces informations. L'Asmodée renonce mais profite de son passage pour examiner brièvement le réseau informatique et repère des prises réseaux facilement accessibles dans le salon réservé aux clients.

Tristan rentre donc dans la banque et utilise Sommeil sur un papy dans la file d'attente du guichet. Le personnel de la banque se précipite pour aider le vieillard tandis que Félix connecte discrètement un appareil de piratage sur le réseau local. Jouant de sa magie de hacker, il exfiltre la base de données des clients des coffres et laisse ses serveurs tourner toute la nuit pour casser le chiffrement.

Le lendemain matin, bingo : il possède le numéro de client associé au numéro de coffre indiqué par Ghislain. Munis de ces informations, il retourne à la banque, à nouveau polymorphé en Erica et se fait mener jusqu'au coffre. Enfin seul dans une salle à part, il en inspecte le contenu et est bien vite déçu : une enveloppe marron vide, sur laquelle un message a été écrit à la hâte : « Prof, je suis suivie. Le GJ est en péril. Je rejoins Jil. ». L'Asmodée conserve l'enveloppe et rend le coffre avant de quitter la banque.

L'équipe d'intervention est perplexe suite à cette déconvenue. Les Démons demandent à Ghislain d'arranger à rendez-vous avec le Professeur. Le serviteur refuse et exige de savoir ce qu'ils ont trouvé. Le ton monte, Félix tente de jouer la carte du grade mais le familier ne se laisse pas marcher sur les pieds. Finalement, un accord est trouvé : le message est destiné au professeur et les Démons refusent de le communiquer s'il n'est pas présent. L'équipe commence à nourrir des suspicions vis à vis de leur commanditaire, allant jusqu'à l'accuser à demi-mot d'être un étranger sous Polymorphie. Ghislain organise donc bon gré mal gré une entrevue dans une librairie d'occasion en face de la tour Saint-Jacques. Accusé de ne pas être qui il prétend, le Professeur répond que rien de ce qu'il ne fait pourra attester de son identité et que les Démons sont libres de partir s'ils le souhaitent. Tristan évoque la possibilité de vérifier dans la centrale des renseignements démoniaques l'identité de Ghislain et du Professeur et l'équipe cède et Félix confie l'enveloppe au baron du temps. D'après ce dernier, Jil est une figure légendaire : ni Ange, ni Démon, ni vraiment troisième force, on prétend qu'il (ou elle ?) est un renégat qui aurait rallié d'autres transfuges sous sa bannière pour des opérations mystérieuses. Il suspecte que Jil soit simplement un alias pour un groupe de personnes et demande à l'équipe de tenter d'en savoir plus pour pouvoir interroger Erica sur ses découvertes (qui doivent être explosives si elle se cache parmi les renégats).

Spoiler:
Les plus aware d'entre vous savent (les autres apprendront) que Jil est à la tête d'une organisation de renégats appelée la Maison. Ses membres y sont protégés en échange de filer un coup de main à Jil de temps en temps. L'objectif de Jil est assez simple : protéger les humains des débordements du Grand Jeu.

Qui est Jil ? Ni plus ni moins qu'Emmanuel, l'Archange du Double Jeu. Un peu déprimé par son boulot (la subtilité n'a plus vraiment pignon sur rue En Haut et ses serviteurs sont nombreux à passer de l'autre côté, désabusés par le côté répressif des forces du « Bien »), l'Archange a créé la Maison sur les conseils d'Yves (qui aime beaucoup les petites expériences qui poussent Anges et Démons à se côtoyer). Depuis que la Maison existe, Emmanuel se sent beaucoup mieux : l'Archange a retrouvé le goût des magouilles, des opérations secrètes et des faux semblants. Les renégats qui travaillent pour la Maison apprécient d'avoir les coudées franches, une immortalité retrouvée (et oui, merci Manu), une protection de leur ancienne hiérarchie et surtout un idéal vers lequel tendre (cohabiter paisiblement avec les humains).

Les PJ écument donc leur réseau de contacts borderline :

  • Luc interroge Iceberg et les Crocell : ils ne savent rien des renégats, se considérant eux-mêmes comme faisant encore partie des forces du Mal et parfaitement loyaux à Satan,

  • Tristan interroge Rotka, sa nouvelle pote dealeuse elle n'a jamais osé franchir le pas, elle est suffisamment contente d'échapper au regard de l'administration tout en conservant les avantages d'une affiliation officielle. En revanche, elle a entendu parler de Jil parmi les renégats : ce serait un groupe de renégats qui combattent aussi bien les Anges que les Démons, ce que Tristan résume en « un genre de Bureau chaotique ».

  • Félix traîne Chez Régis en interrogeant les habitués en laissant paraître un intérêt soudain pour les renégats. On finit par le pointer en direction d'une femme brune aux yeux verts avec des cicatrices au visage qui est là régulièrement. Il suffit de demander si Jil est dans l'arrière-salle au comptoir pour rencontrer une de ses recruteuses.


Après quelques soirs infructueux, Félix finit par décrocher une entrevue avec Jil. La femme est installée par Régis dans une salle à part qu'il n'avait jamais remarqué jusqu'à présent, devant laquelle un Ange et quelques Démons semblent faire la queue. L'Asmodée attend son tour et finit par rencontrer la recruteuse, qui lui offre un thé présenté par une serveuse affable ressemblant comme deux gouttes d'eau à Janis Joplin. "Jil" reçoit le Démon avec bienveillance. Les deux ne tournent pas très longtemps autour du pot : Félix comprend bien vite que "Jil" sait bien qui est la comtesse mais ne lâchera pas d'informations qui pourraient la mettre en danger. Félix insiste donc qu'il veut juste parler et qu'elle a des informations importantes sur le Grand Jeu. L'argument semble convaincre "Jil" et la recruteuse promet à Félix de faire suivre son numéro de téléphone et que c'est à Erica de décider si elle veut lui parler ou non. Elle rassure toutefois l'Asmodée, qui craint de rentrer broucouille et lui remet deux feuillets manuscrits, visiblement écrits de la main de la comtesse. Il s'agit de copies carbones de lettres envoyées à un tiers. Félix remercie "Jil" et quitte le bar avant de lire les lettres :

Lettre d'Erica a écrit :
Cher Docteur,

J'ai eu confirmation. Les gêoles sont vides. A. semble ne pas être au courant ou peut-être qu'il sait et qu'il le cache.

Le DM est dans la nature. Je suis certaine que B. est à leur tête et les utilise à ses propres fins. Seul un tel PD a pu les faire libérer.

J'enquête toujours sur K. Comprendre ce qui lui est arrivé (à lui ou elle ?) nous permettra peut-être de comprendre ce qui a rendu les DM fous lors de la Chute.

Soyez prudents.

E.


Deuxième lettre d'Erica a écrit :
Docteur,

Les indices convergent. Je suis désormais certaine que B = K, comme nous avions supposé.

Je suis suivie.

E.


Si les Démons ont des théories concernant les identités de A. (Andromalius ?), B. (Belial ?) et de K. (Kronos ?), le Docteur et le DM semblent plus mystérieux. L'équipe d'intervention décide de ne rien dire à qui que ce soit pour l'instant, espérant qu'Erica les recontacte pour éclaircir le mystère. Après une journée entière d'attente douloureuse, Félix finit par recevoir un SMS signé "E." avec l'adresse d'un salon de piercing et de tatouage dans le centre de Londres…
Avatar de l’utilisateur
Altay
Prêtre
Messages : 391
Inscription : sam. mai 07, 2016 12:04 pm

Session 27 - Une Horloge Cassée Donne L'Heure Juste Deux Fois Par Jour (suite et fin)

Message par Altay »

Session 27 - Une Horloge Cassée Donne L'Heure Juste Deux Fois Par Jour (suite et fin)

Les Démons se préparent à partir à Londres et demandent à Ghislain d'organiser leur départ pour le soir-même. Entre-temps, Félix reçoit un message d'Ignace qui lui propose de se voir à 20h Chez Régis car il a un service à lui demander. L'équipe d'intervention se met donc en route et une fois dans la capitale britannique, Tristan et Luc déballent leurs affaires à l'hôtel tandis que Félix se rend Chez Régis.

Spoiler:
Les Démons ont hésité à faire confiance à Ghislain et ont finalement tranché en sa faveur. Dommage, car leur instinct était bon : Ghislain travaille main dans la main avec les fameux ennemis de l'ombre sur lesquels Erica enquête…

Sur place, il retrouve son bien aimé qui a l'air souriant, quoique mélancolique. Ignace explique à Félix qu'il a entendu parler grâce à une de ses « contacts » d'un gros coup en préparation par les serviteurs d'Uphir, Prince de la Pollution. Ce dernier a frappé fort en octobre dernier avec la mousse verte du Kamchatka et s'apprêterait à recommencer. Bien sûr, Jordi et Novalis sont furieux et un tel coup de force risquerait de compromettre les tractations en cours pour un cessez-le-feu entre les deux camps, le tant que les Enfers organisent la succession de Lucifer. Heureusement, Ignace a un plan mais il n'est réalisable que par des Démons. Son amie chez Uphir, Marianne, sait que le Prince est à la recherche d'une équipe de Démons externes pour une opération spéciale. Il suffirait qu'elle fasse passer le dossier de Félix et de ses comparses pour qu'ils soient choisis. L'équipe d'intervention n'aurait plus qu'à saboter la mission pour éviter un incident. Au passage, Ignace fait comprendre à Félix que Marianne est une ex-amante et qu'il serait souhaitable de trouver un moyen de l'exfiltrer discrètement : ses investigations récentes ont attiré l'attention d'Uphir qui surveille tous ses faits et gestes et elle risque gros si le Prince découvre le pot-aux-roses. Félix est un peu jaloux mais accepte pour éviter aux Enfers de s'empêtrer dans un conflit perdu d'avance.

Une fois son rendez-vous au bar terminé, Félix rejoint Luc et Tristan devant le salon de piercing et de tatouage du nord de Londres, encore ouvert en dépit de l'heure tardive. Les trois Démons ont à peine le temps de pousser la porte du l'échoppe en briques rouge que la comtesse Erika, cheveux teints en vert, baggy et sweat-shirt, en sort, un sac à la main. Elle leur lance ses clés de voiture et leur demande, gentiment mais fermement, de monter avec elle. Tristan s'installe au volant (à droite) de la Clio jaune pipi de la comtesse et met le contact tandis qu'une Mini noire s'engage derrière eux dans la rue et commence à les suivre de très près.

Spoiler:
Prévenus par Ghislain, les antagonistes n'ont eu qu'à suivre l'équipe d'intervention depuis la gare pour arriver droit dans la planque de la comtesse. Problème : il est difficile de surprendre une Démone de Kronos avec Détection du futur proche et Détection du danger.

Le Bifrons n'est pas particulièrement à l'aise derrière le volant, d'autant que les rues londoniennes sont encore bien fréquentées à cette heure du soir. Leurs poursuivants gagnent rapidement du terrain mais la prescience surnaturelle de la comtesse leur permet d'anticiper les mouvements des voitures. Les poursuivants deviennent de plus en plus agressifs et finissent par ouvrir le feu à l'arme automatique sur la voiture des Démons. Luc démonte la banquette arrière et ouvre le coffre pour la balancer sur les véhicules qui les pourchassent, remettant ainsi un peu de distance entre les Démons et leurs ennemis. Après une course poursuite difficile dans les ruelles de Londres, Tristan finit par s'engager sur les rails de la voie ferrée régionales, toujours talonné par deux Mini noires. La comtesse profite de ce bref répit pour déballer quelques infos entre deux coups de feu : elle enquête sur un groupe qui se fait appeller le Daemonis Malificum (DM), qui serait une organisation extrémiste, limite renégats, constituée de Démons rendus fous par la Chute. Ses membres étaient tous prisonniers dans les geôles de la Cité de Dis mais se seraient évadés « récemment ». Elle leur indique qu'elle enquête en collaboration avec un jeune grade 3 d'Andromalius, un dentiste parisien du nom de Cagliero (que les PJ connaissent bien). Alors que Luc et Félix enfilent leur gilet pare-balles et que le pare-brise vole en éclat, la baronne du temps confie son sac à dos à Tristan. La voiture branle dans tous les sens sur les rails et, alors que Tristan voit deux phares allumés surgir en face, la comtesse indique aux Démons qu'il serait de bon ton de sauter du véhicule.

Luc proteste et Tristan tente de manœuvrer tandis qu'une silhouette surgie de la Mini en face d'eux tire au lance-roquettes sur leur véhicule. Un Déplacement temporel bien casé permet au Bifrons de prévenir ses petits camarades à temps et les quatre passagers du véhicule s'éjectent quelques instants avant l'impact. Contusionnés et écharpés par la combinaison du choc (ils viennent de sauter d'une voiture roulant à 80km/h) et les scharpnels créés par l'explosion de la Clio, les Démons dévalent l'accôtement de la voie ferrée. Tristan et Félix sont d'un côté, Luc et Erica de l'autre. Le Crocell se polymorphe en la comtesse et les deux se séparent dans des directions différentes. Tristan et Luc courent en direction du premier couvert venu mais leurs assaillants ne semblent avoir d'yeux que pour la comtesse et deux des Mini Cooper manœuvrent pour poursuivre Luc et Erica.

Luc tente de se glisser dans les ruelles mais finit par se faire coincer par deux silhouettes dans une contre-allée mal éclairée. Il parvient à s'échapper en se liquéfiant et en se glissant sous la porte de l'arrière-boutique d'une épicerie avant de filer par la ventilation. En piteux état, le trio se regroupe à leur hôtel, où Tristan prodigue les premiers soins à l'équipe. Félix tente d'appeler le numéro d'Erica. Quelqu'un décroche le téléphone mais reste silencieux, ce qui inquiète l'équipe et l'Asmodée préfère raccrocher. Il profite de ce moment de répit pour expliquer à ses camarades le service que leur demande Ignace. Tristan et Luc y réfléchissent mais les deux Démons concèdent qu'un cessez-le-feu ferait du bien aux forces du Mal et acceptent de saboter l'opération d'Uphir. Après une rude (et courte) nuit de sommeil pour récupérer, les Démons sont dans le premier Eurostar pour Paris. Ils bataillent avec Ghislain pour obtenir un rendez-vous avec le Professeur dans l'après-midi et se rendent en urgence chez Cagliero, le baron du jugement avec qui la comtesse disait travailler.

Le dentiste écoute les Démons patiemment. Tristan lui remet le sac à dos contenant les effets personnels de la comtesse, où se trouve notamment un journal contenant les notes de son investigation. Cagliero est sceptique. S'il est d'accord avec la comtesse que le Daemonis Malificum est un groupe de renégats puissants et ultra-violents, prêts à se rebeller contre Satan lui-même, il réfute le contenu de ses lettres. L'Andromalius affirme avoir beaucoup d'estime pour la comtesse mais sous-entend que cette dernière échafaude des théories du complot pour le moins fumeuses. Après sa première lettre, il indique s'être lui-même rendu dans la Cité de Dis pour examiner les geôles infernales et n'avoir trouvé aucun prisonnier manquant ou aucune trace d'évasion. Quant à l'idée que ces renégats collaborent avec un Prince-Démon, il n'y accorde aucun crédit. Les PJ suggèrent que B. pourrait être Beleth (en référence à la prophétie : Cauchemar guidera nostre main) mais le docteur ricane à cette idée et la balaie d'un revers de la main. Il refuse d'en dire plus car il ne veut pas empoisonner l'esprit des jeunes Démons avec des théories du complot douteuses à une époque où les forces du Mal ont grandement besoin d'unité. Il prend quelques minutes pour feuilleter le journal et leur confie pour qu'ils puissent le remettre au Professeur, comme demandé par ce dernier. Il leur déconseille toutefois de lire son contenu, pour la même raison que précédemment. Le dentiste promet toutefois de contacter le bureau londonien pour dépêcher une équipe au secours de la comtesse.

Spoiler:
Très gros niveau de gaslighting de la part du docteur Cagliero qui ment comme un arracheur de dents (ça tombe bien, c'est son métier). La comtesse a visé dans le mille mais son boulot à ce stade est de semer le doute et le discrédit sur ses théories qui, en apparence au moins, sont plutôt farfelues. Et ça marche !

Pourquoi mentir ? Pour couvrir son patron, pardi. La disparition des Démons les plus intégristes, les plus violents et les plus chaotiques qui soient des gêoles du prince du Jugement la fout vraiment très mal. Il enquête de son côté mais en attendant, il ne compte pas baver auprès de trois grade 1 un trop curieux sur l'incident majeur qui a eu lieu aux Enfers.

Bien sûr, les Démons sont des petits curieux et à peine sortis du cabinet de dentiste, ils regardent le contenu du journal d'investigation. Ils trouvent le déroulé de l'enquête de la comtesse, des mentions de sources anonymes dans l'administration qui l'ont tuyautée pour les geôles vides, sur les Démons devenus fous lors de la Chute. Tous les noms sont abrégés sauf un : Kiel. Ce dernier (ou cette dernière) serait un Ange qui aurait disparu, peut-être lors de la Chute (il ne serait ni En Haut, ni En Bas). Peu à peu, ses notes deviennent de plus en plus complotistes, suggérant que ce fameux Kiel est sûrement la même personne que celle qui dirige le Daemonis Malificum. Or, elle soupçonnait déjà un Prince-Démon (B.) d'être à la tête du groupe. Ce qui voudrait dire que Kiel est le véritable nom dudit Prince-Démon. Par élimination, les PJ soupçonnent Belial : Baal et Bifrons sont des Premiers-Nés donc il semble peu possible qu'ils aient réussi à dissimuler une identité secrète, Beleth et Baalberith sont des Démons anciens et princes depuis plus de 7500 ans ! Belial en revanche un est prince « jeune » (depuis 1666). Luc trouve cette théorie peu probable dans la mesure où il ne croit pas que le Prince du Feu soit capable de suffisamment de subtilité et de doigté pour manipuler le Daemonis Malificum.

Spoiler:
C'est plutôt vrai, d'ailleurs c'est plutôt le Daemonis Malificum qui exploite la mégalomanie de Belial pour mettre le bordel au sein des forces infernales. Cf. la fausse convocation lors de la mission à Orange…

Le débrief avec Le Professeur est plus expéditif. Celui-ci remercie chaleureusement les Démons de leur efficacité et les encourage à poursuivre sur cette voie. Il ne commente pas plus le contenu du carnet et, bien qu'il le regrette, indique qu'il n'y a probablement plus rien à faire pour sauver Erica à ce stade.

L'équipe d'intervention regagne donc le centre de tri, confus par toute cette histoire, et se prépare à rendre une visite au Prince de la Pollution…

Spoiler:
Pas d'ordre de mission officiel, pas de récompense. Comme dirait Malphas, trop bons, trop cons…
Avatar de l’utilisateur
Loris
Dieu des cataphiles argentiques
Messages : 17511
Inscription : mer. juil. 30, 2003 3:04 pm
Localisation : Singapore sling
Contact :

Re: [CR][INS/MV] Fire & Ice - la campagne

Message par Loris »

Ils sont chouettes, ces CR. Tes joueurses doivent bien s'éclater :)
"Over the centuries, mankind has tried many ways of combating the forces of evil... prayer, fasting, good works and so on. Up until 'DooM', no one seemed to have thought about the double-barrel shotgun. Eat leaden death, demon!"
~Terry Pratchett
Répondre