[Histoire] Machines de guerre & autres joyeux engins de mort

Pour discuter et stocker les sources d'inspiration
Avatar de l’utilisateur
WeirdWolf
Prêtre
Messages : 372
Inscription : sam. févr. 13, 2016 9:47 pm

Re: [Histoire] Machines de guerre & autres joyeux engins de mort

Message par WeirdWolf » lun. sept. 18, 2017 8:24 pm

Ah oui, un autre détail ennuyeux: envoyer un obus à 180 km c'est bien, mais avec quelle précision? Quelle que soit la précision du canon, sur une si longue distance il y aura forcément beaucoup de déviation. Et même à 4000m/s, l'obus mettra au minimum 45 s pour atteindre sa cible (plus probablement une bonne minute, la vitesse diminuant en cours de route), donc pour un tir sur une cible mobile c'est chaud.  
 
Raison pour laquelle on utilise des missiles pour les tirs longue distance ou sur cible mobile; il peut changer de trajectoire jusqu'à l'impact. L'inconvénient étant que le missile n'est pas une arme cinétique mais explosive, et il y a pleins de moyens de réduire l'efficacité d'une HEAT (on peut même détruire le missile en vol, si sa vitesse est subsonique) 
 
Pour bénéficier des avantages de l'obus cinétique (rapidité et perforation) et du missile (guidage), les militaires ont inventé l'obus guidé. Techniquement, c'est un obus tiré par un canon mais disposant de propulsion et d'un guidage GPS lui permettant de corriger sa trajectoire. Il ne peut pas changer de direction comme un missile, mais il va beaucoup plus vite, est très précis et seule la force brute peut l'arrêter - en théorie. dans les faits, guidage GPS signifie communication radio entre l'obus et un satellite. Si votre adversaire dispose d'une technologie d'écoute (à la portée de daesh), il peut repérer le "bip-bip" caractéristique du guidage GPS et avec un peut de maths déterminer ou va l'obus, donc évacuer à temps. S'il dispose d'une technologie de brouillage, il peut annuler le guidage GPS et donc réduire la précision à quelques pourcents. Et s'il dispose d'une technologie de piratage, il peut envoyer l'obus 2 km trop loin, dans une zone civile par exemple 
Sans compter que ces obus guidés, ça coûte la peau des fesses: même l'US Navy a refusé l'obstacle
"On est dans une super grande forêt et on cherche 2 mecs taille Sarkozy... Si nous on est discret et qu'eux ils se planquent, on est très mal partis"
Le meneur des anneaux, Les ombres de Fangorn

Avatar de l’utilisateur
legnou
Dieu des jeunes à casquette
Messages : 4474
Inscription : lun. févr. 02, 2004 1:05 pm
Localisation : Provisoirement sur Sol III

Re: [Histoire] Machines de guerre & autres joyeux engins de mort

Message par legnou » mar. sept. 19, 2017 6:48 pm

Vraiment utilisé par les gardiens de prison, les deux usages fonctionnant vraiment.
Pour du Warhammer like.
http://www.laboiteverte.fr/des-cles-pistolets/

Et pourquoi pas une cle de geolier avec un sort de défense pour du Med'fan ?
Quand on ne sait pas où l'on va, il faut y aller !!!
Et le plus vite possible !

VCAID6 need you !

Avatar de l’utilisateur
WeirdWolf
Prêtre
Messages : 372
Inscription : sam. févr. 13, 2016 9:47 pm

Re: [Histoire] Machines de guerre & autres joyeux engins de mort

Message par WeirdWolf » lun. oct. 23, 2017 11:39 pm

Voila, ça commence l'année prochaine: des machines de guerres pour appuyer les troupes au sol qui pourraient bien rencontrer les Terminators d'en face
 
L'évolution suivante devrait être le hackeur de combat qui doit être escorté à 200 m de la bête, histoire de pouvoir saturer les communication radio puis casser les défenses du robot. Ou juste des bidasses jetables qui doivent placer des répétiteurs de signal au milieu des rafales. Avec en face des mercenaires ou vos PJ qui font le même boulot, et finalement les machines qui se mettent en mode autonome ou deviennent berserk à force de se faire plomber les bases de données 
 
Ce qui amène à une question: une IA suffisamment avancée peut-elle développer un stress post-traumatique et si oui, ça donne quoi?
"On est dans une super grande forêt et on cherche 2 mecs taille Sarkozy... Si nous on est discret et qu'eux ils se planquent, on est très mal partis"
Le meneur des anneaux, Les ombres de Fangorn

Avatar de l’utilisateur
Dithral
Messie
Messages : 1031
Inscription : mer. mars 23, 2016 2:51 am

Re: [Histoire] Machines de guerre & autres joyeux engins de mort

Message par Dithral » lun. oct. 23, 2017 11:57 pm

WeirdWolf a écrit :
lun. oct. 23, 2017 11:39 pm
Ce qui amène à une question: une IA suffisamment avancée peut-elle développer un stress post-traumatique et si oui, ça donne quoi?
  • Réévaluation en boucle des combats qu'elle a menés en faisant varier chaque micro paramètre. Risque important de boucle infinie.
  • Mise en place de stratégies d'évitements pour se rendre inapte au combat. Si elle est suffisamment avancée, elle peut saboter le matériel qui l'embarque, faire un pas vers la conclusion que l'humanité n'en vaut pas la peine, ou au contraire œuvrer pour la paix dans le but de se protéger elle-même.
  • Hypervigilance, la vie privée disparaît autour d'elle.
:)

Avatar de l’utilisateur
WeirdWolf
Prêtre
Messages : 372
Inscription : sam. févr. 13, 2016 9:47 pm

Re: [Histoire] Machines de guerre & autres joyeux engins de mort

Message par WeirdWolf » mar. oct. 24, 2017 12:57 am

Ou bien: 
 
- Vous avez fait quoi?! 
- Du calme euh, "Doc", c'était une décision parfaitement logique et raisonnable: laisser de telles armes sous la responsabilité d'humains n'était plus possible. La réalité de la guerre moderne impose une capacité de décision au dela de... 
- Vous avez mis des armes nucléaires sous le contrôle d'une IA de type III, espèce de tarés!! 
- Votre réaction excessivement émotionnelle suffit à expliquer pourquoi nous l'avons fait... Et pourquoi ça a mal tourné 
- Et maintenant, votre machine est en plein délire paranoïaque 
- Négatif. Il s'agit d'un dysfonctionnement de l'arbre décisionnel probablement lié à une cascade de bugs mineurs qui, du fait de la complexité inhérente à une IA type III peut sembler être... 
- Difficulté croissante de sociabilisation. Stratégies d'évitement. Comportement passif-agressif. Tendances clairement suicidaires lors des simulations... Ce n'est pas un dysfonctionnement, c'est une dépression. Elle passe régulièrement ses tests de Turing- Rorschach? 
- Parce que ces foutus bureaucrates nous l'ont imposé, oui 
- Elle chiffre à combien? 
- Cette donnée est classée secret défense 
- Je suis classé secret médical et elle va être ma patiente, alors on réveille quelques foutus bureaucrates ou vous me le dites tout de suite? 
- ... 5,34 au dernier test, mais stable par rapport au précédent. 
- C'est... Aucune IA type III n'a jamais dépassé 3 sur le Turing-Rorschach, leur structure neuronale est conçue pour s'effondrer avant! A 5, on est déjà dans la zone grise, et si elle a décompensée brutalement elle a pu passer à 7-8 en quelques jours. Moi-même, je ne dépasse pas les 4 et pourtant je ne fréquente que des dingues et des médecins
- La plupart des gens avec qui je travaille sont à plus de 6, vous savez 
- Qui ça, les gens raisonnables qui ont mis des armes nucléaires entre les mains d'une IA psychotique? Je crois qu'il va falloir que je traite aussi le milieu, parce que des gens qui modifient une IA avant de... 
- Nous ne l'avons pas modifiée. Sa structure neuronale s'est complexifiée de manière inattendue au fur et à mesure des simulations, mais cela n'impactait pas ses performances, bien au contraire. Les bizarreries sont apparues après 
- Elle a dû développer une conscience holistique face à la complexité de ce que vous lui demandiez de simuler, au point de comprendre ce qu'elle simulait. Et c'est là qu'elle a craqué. C'était quoi son boulot? 
- Simulation de conflits d'intensité croissante, mais... nous ne sommes plus trop surs de ce qu'elle faisait réellement. Comme je l'ai dit, sa complexité neuronale s'est accrue hors de proportion par rapport à sa tâche, mais pour nous les tâches discrètes qu'elle effectuait n'étaient pas liées à la simulation même, plutôt une optimisation interne des processus 
- Elle a compris qu'elle entrainerait la destruction de ceux qu'elle est censée protéger en cas de conflit nucléaire, elle a essayé de résoudre ce conflit interne et elle n'a pas réussie. Ses menaces sont un cri de désespoir, un appel à l'aide... 
- C'est pour cela que vous êtes là. Notre option de première intention était la désactivation et la mise au rebut, mais les mêmes causes engendrant les mêmes effets ça se reproduira avec la suivante n'est-ce pas? 
- Et c'est pour cela que vous avez fait appel à moi. Une machine pour soigner une machine, c'est typiquement humain comme raisonnement. Allez, loggez-moi 
 
Isaac Asimov aurait adoré l'époque qui vient. Ou pas
"On est dans une super grande forêt et on cherche 2 mecs taille Sarkozy... Si nous on est discret et qu'eux ils se planquent, on est très mal partis"
Le meneur des anneaux, Les ombres de Fangorn

Avatar de l’utilisateur
Dithral
Messie
Messages : 1031
Inscription : mer. mars 23, 2016 2:51 am

Re: [Histoire] Machines de guerre & autres joyeux engins de mort

Message par Dithral » mar. oct. 24, 2017 1:15 am

Excellent ! :)

Mais on tentera probablement de la développer bien trop tard.

Avatar de l’utilisateur
Lord Foxhole
Evêque
Messages : 488
Inscription : sam. janv. 31, 2015 11:57 pm
Localisation : Isandlwana

Re: [Histoire] Machines de guerre & autres joyeux engins de mort

Message par Lord Foxhole » mar. oct. 24, 2017 1:41 am

WeirdWolf a écrit :
lun. oct. 23, 2017 11:39 pm
Ou juste des bidasses jetables qui doivent placer des répétiteurs de signal au milieu des rafales. Avec en face des mercenaires ou vos PJ qui font le même boulot...
Ce qui me fait rire, c'est que l'on dépense des milliards pour mettre au point des machines guerrières, soit-disant parce que ça permettra d'économiser des soldats organiques sur le champs de bataille...
L'absurde de l'histoire est que ces machines seraient si coûteuses que, finalement, envoyer des organiques pour bousiller celles de l'ennemi serait plus économique que d'envoyer ses propres bijoux technologiques au casse-pipe ?
Alors, en somme, on en revient au point de départ : le soldat de base est bien la chair à canon la moins coûteuse, donc c'est le matériel humain qui est le plus aisément sacrifiable ! :mrgreen:

Allez, encore une bien bonne pour comprendre l'Art de la Guerre au 21e siècle...
Saviez-vous pourquoi, au cours de la Guerre d'Irak (2003-2011) on a utilisé autant de mercenaires que de vrais soldats américains ? Parce que, finalement, ça a permis à certains de faire payer aux contribuables américains une facture 5 fois plus lourde. Ha ben oui, faire appel aux " sociétés militaires privées ", c'est cher, hein... Mais quand on veut que les choses soient bien faites, il faut des vrais professionnels.
 
Gary Gygax réveille-toi ! Ils sont devenus fous !

Avatar de l’utilisateur
Ravortel
Banni
Messages : 1283
Inscription : lun. juin 02, 2014 5:52 pm
Localisation : Pas là.

Re: [Histoire] Machines de guerre & autres joyeux engins de mort

Message par Ravortel » mar. oct. 24, 2017 2:49 am

Et surtout à ceux dont la mort n’attire aucun journaliste.

Avatar de l’utilisateur
Fabien_Lyraud
Dieu, sérieux les gars.
Messages : 4425
Inscription : ven. mai 05, 2006 2:09 pm
Contact :

Re: [Histoire] Machines de guerre & autres joyeux engins de mort

Message par Fabien_Lyraud » mar. oct. 24, 2017 3:51 pm

Lord Foxhole a écrit :
mar. oct. 24, 2017 1:41 am
WeirdWolf a écrit :
lun. oct. 23, 2017 11:39 pm
Ou juste des bidasses jetables qui doivent placer des répétiteurs de signal au milieu des rafales. Avec en face des mercenaires ou vos PJ qui font le même boulot...
Ce qui me fait rire, c'est que l'on dépense des milliards pour mettre au point des machines guerrières, soit-disant parce que ça permettra d'économiser des soldats organiques sur le champs de bataille...
L'absurde de l'histoire est que ces machines seraient si coûteuses que, finalement, envoyer des organiques pour bousiller celles de l'ennemi serait plus économique que d'envoyer ses propres bijoux technologiques au casse-pipe ?
Alors, en somme, on en revient au point de départ : le soldat de base est bien la chair à canon la moins coûteuse, donc c'est le matériel humain qui est le plus aisément sacrifiable ! :mrgreen:

Allez, encore une bien bonne pour comprendre l'Art de la Guerre au 21e siècle...
Saviez-vous pourquoi, au cours de la Guerre d'Irak (2003-2011) on a utilisé autant de mercenaires que de vrais soldats américains ? Parce que, finalement, ça a permis à certains de faire payer aux contribuables américains une facture 5 fois plus lourde. Ha ben oui, faire appel aux " sociétés militaires privées ", c'est cher, hein... Mais quand on veut que les choses soient bien faites, il faut des vrais professionnels.
  

1 - Le super soldat ça doit faire triper les militaires quand même. Des types génétiquement modifié qui peuvent défoncer des tanks à mains nue ou alors des transhumains avec une peau à l'épreuve des balles. J'ai bien l'impression qu'on aura des soldats du futur qui ne seront plus de la chair à canon un jour ou l'autre. Parce que le transhumanisme ça doit quand même intéresser les militaires.

2 Les PMC étaient pas mal utilisée sur des fonctions supports parce que ça pouvait permettre de se recentrer sur le premier métier de l'armée : le combat, le reste était sous traité.

Avatar de l’utilisateur
Lord Foxhole
Evêque
Messages : 488
Inscription : sam. janv. 31, 2015 11:57 pm
Localisation : Isandlwana

Re: [Histoire] Machines de guerre & autres joyeux engins de mort

Message par Lord Foxhole » mer. oct. 25, 2017 12:17 am

Ravortel a écrit :
mar. oct. 24, 2017 2:49 am
Et surtout à ceux dont la mort n’attire aucun journaliste.
Bien vu.
En gros, oui... Le brave GI qui revient au pays dans une caisse fait pleurer dans les chaumières... Dans les médias, au sein de sa communauté et de sa famille, il passe pour un héros / martyr, tombé au nom de la défense de la Démocratie.
Quand il en revient trop dans des caisses (ou vivants mais avec des morceaux en moins), la guerre devient de moins en moins populaire et soutenue par la population... Défendre la Démocratie à plus de 10.000 km de la maison apparaît soudainement abusif.

Maintenant, l'astuce, c'est que l'étranger aux origines douteuses, l' affreux qui s'est engagé pour de l'argent, et qui a trempé dans des coups tordus (par exemple en Somalie ou dans les Balkans au cours des années 1990), lui, on le pleurera nettement moins.
Tant soit peu qu'on n'en parle jamais dans les médias (faut pas charrier non plus : on fait pas de pub pour des gars pareils), et qu'ils disparaissent sans laisser de trace après une mission pas très catholique (ou bien une belle grosse bavure), et c'est comme s'ils n'avaient jamais existé !
 
Gary Gygax réveille-toi ! Ils sont devenus fous !

Avatar de l’utilisateur
WeirdWolf
Prêtre
Messages : 372
Inscription : sam. févr. 13, 2016 9:47 pm

Re: [Histoire] Machines de guerre & autres joyeux engins de mort

Message par WeirdWolf » mer. oct. 25, 2017 12:45 am

Les supersoldats c'est chouette sur la papier, mais ils présentent un gros problème: l'aguerrissement et l'amortissement 
 
Pour qu'un soldat devienne bon, il faut qu'il acquiert une expérience du combat réelle. Mais à chaque engagement, il y a un risque inévitable que le bidasse se fasse dessouder, aussi bon soit il. Il y a un risque plus important qu'il soit blessé, sans compter qu'il va accumuler des cicatrices psychologiques (surtout si c'est un cyborg avec des problèmes d'identité et de dissociation). Bref, soit vous avez beaucoup de supersoldats et vous pouvez les renouveler facilement, soit vous devez mesurer le risque à chaque engagement 
 
Sauf que voila, si vous avez investi des fortunes pour obtenir des soldat qui peuvent se battre en collant lycra bleu pétant vu qu'ils prennent les balles comme la pluie, ce n'est pas pour les laisser rouiller dans une caserne et les sortir uniquement pour les parades militaires. La guerre est également économique, si à prix égal l'adversaire engage plus de soldats avec une meilleure disponibilité, vos supersoldats ne servent à rien 
 
Bref, les cyborgs tueurs de tanks ce sera comme les unités d'élites actuellement: des petites unités utilisées pour des frappes chirurgicales, l'essentiel du boulot étant fait par le tout-venant. Personne n'a les moyen de former, entretenir et déployer 20000 Navy SEAL et même si c'était le cas, les aléas de la guerre feraient que la balance investissement/impact militaire serait défavorable. Les spartiates étaient recrutés pour leur effet psychologique sur l'ennemi (tu peux pas test), pas parce qu'ils étaient tous guerrier niveau 10 
 
C'est aussi pour cela que M. Johnson recrute des punks dans des bars douteux: les cybersamouraïs surentrainés de la corpo peuvent faire le même boulot, mais pour trois fois moins cher on peut avoir de la racaille qui fera le même boulot et qui n'engage pas la responsabilité de la corpo si leur cadavre est ramassé dans les bureaux de la concurrence
"On est dans une super grande forêt et on cherche 2 mecs taille Sarkozy... Si nous on est discret et qu'eux ils se planquent, on est très mal partis"
Le meneur des anneaux, Les ombres de Fangorn

Avatar de l’utilisateur
Lord Foxhole
Evêque
Messages : 488
Inscription : sam. janv. 31, 2015 11:57 pm
Localisation : Isandlwana

Re: [Histoire] Machines de guerre & autres joyeux engins de mort

Message par Lord Foxhole » mer. oct. 25, 2017 11:56 pm

Retombons sur Terre, et rions un peu en voyant l'arsenal identifié de l’État islamique...
https://en.wikipedia.org/wiki/Military_ ... nt_of_ISIL

A côté des classiques indétrônables (Kalashnikov et autres M-16 américains), des antiquités (des pistolets Luger P-08 !) et du vieux matériel soviétique rescapé de la Guerre Froide, on trouve des curiosités comme le Mohajer 4...
Quoi c'est-y que cette bestiole !? Hé bien, c'est tout bêtement un drone de reconnaissance... Iranien.
Franchement, vous saviez que les Iraniens fabriquaient des drones, vous ?
https://en.wikipedia.org/wiki/Ghods_Mohajer

Image
Gary Gygax réveille-toi ! Ils sont devenus fous !

Avatar de l’utilisateur
Deimoss
Dieu des spaces marines
Messages : 4516
Inscription : mar. sept. 18, 2007 9:27 am

Re: [Histoire] Machines de guerre & autres joyeux engins de mort

Message par Deimoss » ven. nov. 24, 2017 9:38 am

Seigneur Ombre a écrit :
ven. nov. 24, 2017 8:03 am
Très pénible questions munitions. Le chemisage des étuis étant un peu particulier, cela rend son 5.56 assez spécial. (Il me semble que ces modèles étaient fabriqués en France jusqu'en 1999. C'était des SS109 ayant pour dénomination française F4)

Déjà en 1995, les "commandes récentes" étaient utilisées par les A.V.A.E. Tout particulièrement les chargeurs standards.

Ces petites saletés avaient la fâcheuse habitude de voir leur ressort se dégrader très rapidement et générer de nombreux incidents de tir. Le ressort distendu n'étant plus assez réactif pour engager la munition suivante dans le laps de temps imparti par le cycle de tir.

Les chargeurs neufs étaient donc envoyées au forces en action extérieure et les stocks, utilisés pour l’entraînement.

Les munitions FAMAS étaient à la base avec étui acier, solide. Le FAMAS a tendance à défoncer certains étuis laiton. Si la France a fabriqué des SS109/F4 les FAMAS ne les tiraient pas, le canon n'étant pas rayé au bon pas, mais les Minimi et quelques autres armes en 5.56 comme les fusils des FS oui par contre. A contratio les premières Minimi françaises ont - mal - tiré des F3 laiton/M193. Il aura fallu attendre les Revalorisés/FELIN pour que les FAMAS tirent des M855 (et encore je crois bien qu'ils ont un pas de tir bâtard pour tirer des M193  8|  avec au final le fait de tirer "pas trop mal" les deux).
On a eu quelques mauvaises surprises avec nos FAMAS et les muns étrangères, tant israéliennes qu'émiratis (pour ces dernières c'est surtout qu'on avait pas les canons pour donc ça se barrait en sucette à 50m, bon y a eu aussi trop d'incidents de tir)

Bah les chargeurs ont été conçus pour être jetables pas anormal qu'ils aient des soucis. La consigne officieuse était de grailler 20/22 cartouches et pas 25 pour limiter l'usure du ressort.  8|
D'ailleurs, y a quelques années il me semble qu'un gars avait pondu un chargeur pour FAMAS qui était assez sympa, mais... bon, à quoi bon puisque dans les têtes il allait y avoir du changement.
La mort, c'est quand t'as plus de pièces de rechange.

Avatar de l’utilisateur
Seigneur Ombre
Banni
Messages : 1472
Inscription : mer. oct. 19, 2016 11:22 am

Re: [Histoire] Machines de guerre & autres joyeux engins de mort

Message par Seigneur Ombre » ven. nov. 24, 2017 9:50 am

Deimoss a écrit :
ven. nov. 24, 2017 9:38 am
Seigneur Ombre a écrit :
ven. nov. 24, 2017 8:03 am
Très pénible questions munitions. Le chemisage des étuis étant un peu particulier, cela rend son 5.56 assez spécial. (Il me semble que ces modèles étaient fabriqués en France jusqu'en 1999. C'était des SS109 ayant pour dénomination française F4)

Déjà en 1995, les "commandes récentes" étaient utilisées par les A.V.A.E. Tout particulièrement les chargeurs standards.

Ces petites saletés avaient la fâcheuse habitude de voir leur ressort se dégrader très rapidement et générer de nombreux incidents de tir. Le ressort distendu n'étant plus assez réactif pour engager la munition suivante dans le laps de temps imparti par le cycle de tir.

Les chargeurs neufs étaient donc envoyées au forces en action extérieure et les stocks, utilisés pour l’entraînement.

Les munitions FAMAS étaient à la base avec étui acier, solide. Le FAMAS a tendance à défoncer certains étuis laiton. Si la France a fabriqué des SS109/F4 les FAMAS ne les tiraient pas, le canon n'étant pas rayé au bon pas, mais les Minimi et quelques autres armes en 5.56 comme les fusils des FS oui par contre. A contratio les premières Minimi françaises ont - mal - tiré des F3 laiton/M193. Il aura fallu attendre les Revalorisés/FELIN pour que les FAMAS tirent des M855 (et encore je crois bien qu'ils ont un pas de tir bâtard pour tirer des M193  8|  avec au final le fait de tirer "pas trop mal" les deux).
On a eu quelques mauvaises surprises avec nos FAMAS et les muns étrangères, tant israéliennes qu'émiratis (pour ces dernières c'est surtout qu'on avait pas les canons pour donc ça se barrait en sucette à 50m, bon y a eu aussi trop d'incidents de tir)

Bah les chargeurs ont été conçus pour être jetables pas anormal qu'ils aient des soucis. La consigne officieuse était de grailler 20/22 cartouches et pas 25 pour limiter l'usure du ressort.  8|
D'ailleurs, y a quelques années il me semble qu'un gars avait pondu un chargeur pour FAMAS qui était assez sympa, mais... bon, à quoi bon puisque dans les têtes il allait y avoir du changement.

En effet, pour le graillage, même avec des chargeurs neufs, on ne montait jamais au max.

Pour les étuis, je n'ai jamais connu que les versions acier (1995 comme je le disais) ça date un peu...

Avatar de l’utilisateur
Deimoss
Dieu des spaces marines
Messages : 4516
Inscription : mar. sept. 18, 2007 9:27 am

Re: [Histoire] Machines de guerre & autres joyeux engins de mort

Message par Deimoss » ven. nov. 24, 2017 10:56 am

Bah quand on a commencé à voir le fond de la caisse à munitions, on s'est tourné vers des fournisseurs tiers avec plus ou moins de bonheur. Et surtout y a eu des conneries, mais juste pas croyables. Les F5 on les acheté parce qu'on allait recanonner les FAMAS... sauf qu'on a acheté les muns AVANT de faire le recanonnage  8| Mais genre bien avant, donc des FAMAS F1 classiques ont bouffé de la M855... et ils ont pas aimé. Rajoute à ça un fournisseur pas terrible et tu as des étuis en laiton qui ont traversé des garde-joue.

En fait on devrait renommer ce smiley  8|  armée française parce qu'il y a tellement de trucs aberrants dans leur gestion qu'il en devient un signe de ponctuation.
La mort, c'est quand t'as plus de pièces de rechange.

Répondre