Inspi linguistique : mots, langues, patois et jargons

Pour discuter et stocker les sources d'inspiration
Avatar de l’utilisateur
Tybalt (le retour)
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 3039
Inscription : mer. août 22, 2012 7:33 pm
Contact :

Inspi linguistique : mots, langues, patois et jargons

Message par Tybalt (le retour) » mer. juil. 26, 2017 3:05 pm

Je vous propose un nouveau fil général d'inspis sur tout ce qui peut aider à travailler sur la place des langues et des mots dans les univers de jdr.

* Certains types d'inspis viennent vite à l'esprit, comme les langues imaginaires propres à tel ou tel univers, qu'elles prennent la forme de créations complexes (à la Tolkien) ou simplement de quelques mots ici et là qui donnent plus de profondeur à un univers. On peut poster ici des liens et conseils pour créer des langues. Mais il y a beaucoup d'autres aspects possibles :

* Les différents parlers et idiomes d'un univers de jdr, c'est aussi les jargons techniques (que serait un univers de SF sans son jargon technologique ? Que serait Harry Potter sans le latin de cuisine des formules magiques ? On peut aussi penser au jargon commercial ou administratif).

* C'est aussi les patois et langues régionales variées. On pense souvent à faire parler tel ou tel PNJ avec un accent et deux ou trois mots différents, mais pourquoi ne pas creuser ça un peu plus ? C'est très vite dépaysant et ça peut renouveler les ambiances de jeu (et pose des casse-tête aux PJ venus de la ville...

* ...ou aux PJ qui arrivent tout juste en ville, car un univers de jdr, surtout une ville, c'est aussi l'argot ! Il y a plein de choses à faire avec les argots historiques réels, mais on peut aussi les reprendre ou s'en inspirer pour d'autres univers.

* Faire parler des PNJ suppose souvent un travail sur les registres de langage (du plus vulgaire au plus raffiné voire à l'archaïque, en passant par le familier et le soutenu). Cf. Wastburg et Raoûl (au hasard).

* Mais que faire si vous voulez jouer dans une époque passée en essayant de reproduire un peu la langue de l'époque - suffisamment pour que ce soit dépaysant, mais pas trop pour que votre groupe de jeu comprenne quand même quelque chose ? Les inspis sur le français du XVIIe ou XVIIIe siècle ou sur les moyens de créer un parler médiéval compréhensible ou bien de causer à la Shakespeare, c'est ici.

* Inversement, on peut se demander ce que serait une anticipation des évolutions futures du français et des autres langues du monde.

* Un univers a aussi tout de suite plus de profondeur dès qu'on y intègre des langues anciennes. Encore connues à l'écrit ou complètement oubliées, d'ailleurs. Supposons que les PJ tombent sur une inscription dans une langue complètement inconnue qui semble absolument essentielle pour comprendre ce que trament les Funcky de Youregoth: tout de suite ils vont s'intéresser à la linguistique et à la cryptologie...

* Les langues dans un univers de jdr, c'est aussi énormément d'enjeux utiles pour des intrigues : politiques (les indépendantistes klatschiens veulent imposer l'usage de leur patois comme unique langue administrative), sociaux ("désolée, ma grand-mère ne parle que le tamoul, ça ne sert à rien de l'interroger en hindi, surtout pour ces questions compliquées que vous voulez lui poser sur ce qu'elle a vu précisément cette nuit..."), économiques (I don't care if you're from some economically insignificant First Nation, dude, I want English catchwords on these ads, 'kay ?), religieux (bravo, vous avez libéré la Déesse Ziva, mais quand vous lui parlez, elle ne comprend rien à ce que vous dites... eh oui, dans cette religion, on ne peut s'adresser à la déesse que dans la langue sacrée que vous n'avez pas pris la peine d'apprendre...), militaires (les autochtones de l'archipel de Pakonu sur l'ancienne Aldéraan sont nos alliés et leur langue a disparu depuis l'implosion de la planète, du coup personne ne sait ce qu'ils disent, et ils sont nos alliés désormais : on va utiliser leur langue pour coder nos messages entre rebelles dans le secteur !)...

* Les langues, c'est aussi la question des traductions, qui recouvrent elles-mêmes tout un tas d'enjeux ("nous réclamons le droit de lire le Livre de Druzul en langue originale, pas seulement dans la traduction autorisée par l'église de Sang-Sûr !").

* Enfin, c'est bien sûr aussi la question des erreurs de compréhension, quiproquos, doubles sens et approximations de langage ("On en a assez des colibris et on demande à être considéré en tant que tels !" - Perceval dans Kaamelott).

Bref, il y a largement de quoi faire, alors c'est parti !

Je commence avec une inspi pour tout ce qui concerne les univers façon "Les Trois Mousquetaires" inspirés par la France du XVIIe siècle. Cette époque est aussi celle de Molière, de Corneille et de Racine. Et à cette époque, la langue française, au sens du français de Paris, était loin de s'être imposée partout et d'être comprise partout comme c'est le cas de nos jours. On se souvient souvent de l'accent gascon de Cyrano de Bergerac, mais la réalité allait bien plus loin que ça...
L'officialisation du français par l'ordonnance de Villers-Cotterêts a joué en faveur de l'extension du français, faisant franchir un pas décisif à cette langue, non seulement par rapport au latin, mais par rapport aux dialectes. Toutefois cette ordonnance n'avait fait que remplacer une langue écrite, le latin, par une autre langue écrite, le français, et les notaires avaient souvent simplement pris l'habitude de rédiger en français les testaments de gens qui continuaient à parler patois, comme en témoignent, en plein XVIIe siècle, les aventures arrivées à Racine et à La Fontaine.

« Racine raconte ainsi son voyage à Uzès dans une lettre de 1661 à son ami La Fontaine : "J'avais commencé dès Lyon à ne plus guère entendre le langage du pays, et à n'être plus intelligible moi-même. Ce malheur s'accrut à Valence, et Dieu voulut qu'ayant demandé à une servante un pot de chambre, elle mit un réchaud sous mon lit. Vous pouvez imaginer les suites de cette maudite aventure, et ce qui peut arriver à un homme endormi qui se sert d'un réchaud dans ses nécessités de nuit". Le voyage se poursuit et, à Uzès, il ne comprend tout d'abord rien à ce qui se dit autour de lui. Au bout d'un certain temps, il reconnaît dans ce qu'il entend quelque chose qui ressemble à un mélange d'italien et d'espagnol, et il parvient alors à établir la communication ». (Henriette Walter, Le français dans tous les sens, Paris, Robert Laffont, 1988 : 105).

« A la même époque, La Fontaine, au cours de son voyage en Limousin, est un peu perdu dans les environs de Bellac : "Comme Bellac n'est éloigné de Limoges que d'une petite journée, nous eûmes tout le loisir de nous égarer, de quoi nous nous acquittâmes fort bien et en gens qui ne connaissaient ni la langue, ni le pays" » (op. cit. : 105).
(Page extraite du site La Clé des langues.)

Bien entendu, on ne peut pas abuser de ce genre de barrière des langues, sinon le jeu devient impossible. Mais, à dose raisonnable, ça peut être intéressant pour obliger les PJ à adopter une approche plus subtile pour aborder certains PNJ. Il faudra qu'ils prennent le temps d'apprendre un peu le patois local, ou bien de chercher un-e interprète (mais comment trouver quelqu'un de fiable ?). Peut-être aussi ont-ils de la famille ou d'anciens camarades d'armée dans la région qui pourraient les aider ? Et au fait, ton valet n'était pas originaire du coin ? Il pourrait nous aider à faire parler un peu ces gens... etc.

Avatar de l’utilisateur
scorpinou
Mystique
Messages : 825
Inscription : jeu. août 04, 2005 6:12 pm
Localisation : Perigord

Re: Inspi linguistique : mots, langues, patois et jargons

Message par scorpinou » jeu. juil. 27, 2017 9:18 am

Je me souviens, il y a quelques années, notre MJ nous faisait jouer à Légendes Celtiques et l'un des joueurs avait utilisé le mot "assassiné". Là, le MJ, qui faisait aussi beaucoup jouer à Vampire, voulait nous obliger à ne plus utiliser de mots "trop modernes". Je lui ai donc demandé malicieusement si on pouvait utiliser le mot déchiqueter, ce à quoi il acquiesça. Je lui ai donc rappeler l'origine de ce mot qui vient du jeu d'échec, rapporté des contacts avec les arabes qui l'avaient inventé. On a convenu d'utiliser notre langue moderne plutôt que de tenter de faire un tri fastidieux et absurde :D

Dans le même genre, j'ai adoré une émission (le débat de midi du 13 juillet sur le le transhumanisme, avec notamment Catherine Dufour) :
"Pour ce qui est de vivre très longtemps, il ne faut pas rêver, il s'agit de prolonger les riches. Donc j'imagine, ce que ça donne si les gens qui sont actuellement au pouvoir, le sont encore dans 300 ans. Imaginez Bill Gates dans 200 ans ou 300 ans. Imaginez que Louis XIV soit encore actuellement au pouvoir en France. Qu'est-ce qu'il pourrait faire cet homme ? Imaginez le, par exemple, face au mariage pour tous, qu'est-ce qu'il dirait ? Il dirait :
"Mais brulez moi tout ça !" et là, on serait obligé de lui répondre "Mais sire, ça va polluer" et il ne comprendrait pas même pas le terme parce que dans son siècle, la pollution c'était pas ce qu'on connait aujourd'hui, ça signifiait "éjaculation nocturne"."
Transposée à des jdr comme Vampire, ça peut donner des trucs rigolos :yes:

Dans un genre légèrement différent. J'ai acheter récemment des petits bols en verre mis ensemble par un film plastique avec une étiquette indiquant "jeu de bois en verre"... traduction malheureuse d'un fabricant asiatique ayant eu une bonne traduction en anglais. C'est à travers ce genre d'exemples que je relativise les "bonnes compétences linguistiques des PJ"

Avatar de l’utilisateur
Qui Revient de Loin
Dieu qui a failli y rester
Messages : 5085
Inscription : sam. mars 02, 2013 1:20 pm
Localisation : Nothing Gulch
Contact :

Re: Inspi linguistique : mots, langues, patois et jargons

Message par Qui Revient de Loin » mar. août 01, 2017 3:18 pm

Si ça serait clairement un plus pour l'immersion, ça me parait tout de même compliqué, enfin plutôt exigeant car cela implique un glossaire à apprendre par tout un chacun puis des réflexes à acquérir pour utiliser les mots dudit glossaire.

Ça me parait jouable si les joueurs sont déjà familiers avec les termes, par exemple s'ils sont germanophones à Warhammer, s'ils sont tous latinistes/hellénistes pour déchiffrer les énigmes du MJ,s'ils viennent de lire la Romance de Ténébreuse avant de se lancer dans ce monde, s'ils ont revu l'intégrale des Audiard avant de jouer aux Tontons flingueurs, etc.

Le mieux que j'ai fait, c’est de jouer avec les accents (et encore, mon sabir italien virant vers l'espagnol...) et les prononciations (zozoter, avaler des syllabes), campant parfois des paysans ou des vieillards à la limite du compréhensible. Et une fois ou deux, obliger les PJ à mimer leurs messages pour cause de grand bruit/silence contraint.
Le blog de mes voyages imaginaires: http://qui.revient.de.loin.blog.free.fr/
Mes campagnes:
Mémoires de Mérovär (Star wars D6)
Anno 1633 - Chronique des Mousquetaires noirs
Le Dit d'Imagawa (L5R)

Contributeur au Grog

Avatar de l’utilisateur
Tybalt (le retour)
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 3039
Inscription : mer. août 22, 2012 7:33 pm
Contact :

Re: Inspi linguistique : mots, langues, patois et jargons

Message par Tybalt (le retour) » mar. août 01, 2017 9:15 pm

Qui Revient de Loin a écrit :
mar. août 01, 2017 3:18 pm
Si ça serait clairement un plus pour l'immersion, ça me parait tout de même compliqué, enfin plutôt exigeant car cela implique un glossaire à apprendre par tout un chacun puis des réflexes à acquérir pour utiliser les mots dudit glossaire.

L'idée consistant à employer des mots spécifiques à l'époque/région du monde où on joue ? Dans la mesure où bon nombre de jeux de rôle ont leur propre glossaire de plusieurs dizaines de mots concernant tant les notions spécifiques à l'univers que les termes de règles, j'aurais tendance à dire qu'on parle *déjà* tous un jargon assez complexe en jouant à tel ou tel jeu (il n'y a qu'à faire écouter le résultat à quelqu'un qui ne connaît pas du tout le jdr et/ou le jeu en question : l'intercompréhension ne sera pas instantanée).
La seule différence est qu'en général les mots spécifiques à l'univers sont présentés comme des réalités factuelles que tout le monde appelle de la même façon. C'est bien sûr beaucoup plus intuitif pour les joueurs, mais rien n'empêche de nuancer ça au fil des parties. On trouve déjà ce genre d'idée pour les noms des entités du Mythe à Cthulhu, pour lesquelles le MJ est invité à varier les noms selon les livres/régions du monde/langues/époques, et ça a tout un tas d'avantages : ça enrichit l'univers, ça rafraîchit le regard des joueurs sur les entités du Mythe, etc.
Comme pour tout le reste, ce n'est à mon avis qu'une question de dosage :)  Moins d'une dizaine de mots et/ou expressions correspondant à des réalités importantes au quotidien pour les PJ, c'est suffisant pour ajouter beaucoup à l'ambiance. Si on joue longtemps, on peut toujours approfondir après.

 
scorpinou a écrit :
jeu. juil. 27, 2017 9:18 am
Je me souviens, il y a quelques années, notre MJ nous faisait jouer à Légendes Celtiques et l'un des joueurs avait utilisé le mot "assassiné". Là, le MJ, qui faisait aussi beaucoup jouer à Vampire, voulait nous obliger à ne plus utiliser de mots "trop modernes". Je lui ai donc demandé malicieusement si on pouvait utiliser le mot déchiqueter, ce à quoi il acquiesça. Je lui ai donc rappeler l'origine de ce mot qui vient du jeu d'échec, rapporté des contacts avec les arabes qui l'avaient inventé. On a convenu d'utiliser notre langue moderne plutôt que de tenter de faire un tri fastidieux et absurde :D
Là c'était clairement trop, par contre. L'idée est bonne, mais il faut doser. Se restreindre à 2-3 mots ou expressions d'époque qu'on note sur la feuille de perso et qu'on case pendant la partie, et le MJ fait pareil avec ses PNJ. Après, on peut envisager d'approfondir en insérant des mots précis dans les descriptions du MJ lui-même, mais pas tout à la fois.
 
scorpinou a écrit :
jeu. juil. 27, 2017 9:18 am
Dans le même genre, j'ai adoré une émission (le débat de midi du 13 juillet sur le le transhumanisme, avec notamment Catherine Dufour) :
"Pour ce qui est de vivre très longtemps, il ne faut pas rêver, il s'agit de prolonger les riches. Donc j'imagine, ce que ça donne si les gens qui sont actuellement au pouvoir, le sont encore dans 300 ans. Imaginez Bill Gates dans 200 ans ou 300 ans. Imaginez que Louis XIV soit encore actuellement au pouvoir en France. Qu'est-ce qu'il pourrait faire cet homme ? Imaginez le, par exemple, face au mariage pour tous, qu'est-ce qu'il dirait ? Il dirait :
"Mais brulez moi tout ça !" et là, on serait obligé de lui répondre "Mais sire, ça va polluer" et il ne comprendrait pas même pas le terme parce que dans son siècle, la pollution c'était pas ce qu'on connait aujourd'hui, ça signifiait "éjaculation nocturne"."

Transposée à des jdr comme Vampire, ça peut donner des trucs rigolos :yes:
Ça peut effectivement être assez drôle ! Mais bonjour l'anticlimax si le Grand Méchant fait ce genre d'erreur avec les PJ...

Avatar de l’utilisateur
Qui Revient de Loin
Dieu qui a failli y rester
Messages : 5085
Inscription : sam. mars 02, 2013 1:20 pm
Localisation : Nothing Gulch
Contact :

Re: Inspi linguistique : mots, langues, patois et jargons

Message par Qui Revient de Loin » mer. août 02, 2017 9:56 am

Ce sujet m'évoque plein de choses:

*Une aide de jeu pour accroître l'ambiance et l'immersion dans un univers, par exemple avec ces expressions du 17e siècles pour du Mousquetaire/Cape et d'épée: http://www.id-alizes.fr/autre/20160123-expressions.pdf

*Le constat désolant de l'inutilité des compétences obligatoires des carrières de Warhammer v2. Je n'ai jamais vu utiliser une seule fois les jargons de voleur, jargon de bataille, etc. et j'ai toujours trouvé idiot un jargon lié à une corporation (ça a existé, comme le jargon des bouchers de Paris) mais indépendant de la géographie.

*La réflexion d'un ami excédé de ne voir que des noms de vaisseaux et d'individus en anglais ou à la rigueur en allemand dans la SF, à la notable exception de Firefly (chinois) et du récent The Expanse (hollandais ?) -non diffusé à l'époque- et de mon choix d'utiliser le hongrois dans une campagne de Rogue Trader pour les noms, prénoms et vaisseaux de la dynastie de mon Libre-Marchand, choix qui n'a rencontré que l'énervement des autres joueurs pour les difficultés de prononciation (ou du moins son caractère inhabituel): Varzil "Varza" Vörösmarty de Vörösmarty, Erzsébet "Erzsi" Vörösmarty de Vörösmarty, Vörösmarty de Soros, Vörösmarty de Cziffra, Vörösmarty de Szekeres, Vörösmarty de Korda, Vörösmarty de Pandy, Vörösmarty de Farkas, navires Erinnüszök (La Furie), Apoteózis et Megbízhatóság (Le Dévouement) dit "Megbizka".

*Des "sous-langages" que j'ai vu employés dans des romans, des mangas qui trahissaient des origines dans des sociétés genrées ou castées : casta (langue des nobles, et des gens des collines) et cahuenga (langue franche, langue du peuple et des villes) dans la Romance de Ténébreuse, tournure de phrases et mots du japonais révélateur de l'âge et du sexe des interlocuteurs, y compris et surtout lorsqu'ils dissimulent leur identité.

*des alphabets multiples, comme dans le japonais toujours (romaji, kanki, hiragana et katakana, autres alphabets abandonnés).

*Des "formules magiques" que certains jeux incitent à utiliser à coup de bonus ou d'obligation ou que certaines œuvres utilisent, comme la Frappe prismatique de Don Villo ou la Colère du Dragon (Chevaliers du Zodiac), les rimes des sortilèges de Brigandyne, etc.

*L'aspect souvent anticlimatique du "Vous découvrez un antique parchemin dans une langue inconnu... ; Je fait un jet de Langues anciennes/décryptage !"

*L'aspect mythe que l'on obtient en faisant découvrir aux PJ des versions plus anciennes d'un même textes, dans d'autres langues (français > latin > Grec > Mésopotamien > Hiéroglyphes égyptiens), et qui raconte les mêmes choses mais avec un aspect différent, des détails en plus, etc., que l'on retrouve il me semble dans Cthulhu (mais à coup de "X% de connaissance du Mythe" de mémoire).
Le blog de mes voyages imaginaires: http://qui.revient.de.loin.blog.free.fr/
Mes campagnes:
Mémoires de Mérovär (Star wars D6)
Anno 1633 - Chronique des Mousquetaires noirs
Le Dit d'Imagawa (L5R)

Contributeur au Grog

Avatar de l’utilisateur
Lotin
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 1712
Inscription : jeu. août 30, 2012 9:31 pm
Localisation : Toulouse

Re: Inspi linguistique : mots, langues, patois et jargons

Message par Lotin » mer. août 02, 2017 10:26 am

Tybalt (le retour) a écrit :
mer. juil. 26, 2017 3:05 pm

* C'est aussi les patois et langues régionales variées. On pense souvent à faire parler tel ou tel PNJ avec un accent et deux ou trois mots différents, mais pourquoi ne pas creuser ça un peu plus ? C'est très vite dépaysant et ça peut renouveler les ambiances de jeu (et pose des casse-tête aux PJ venus de la ville...


L'accent raté des midis de la France qui est invariablement un accent marseillais parodié... Ca me fait penser à deux choses, une première sérieuse est cette carte de France des patois régionaux/locaux mise en ligne récemment. Une même fable d'Esope par des locuteurs différents à travers notre pays (130 enregistrements et transcriptions tout de même), suffit de cliquer sur l'une des localités apparaissant sur la carte. La seconde, perso j'évite les accents, sinon ça donne plutôt ça.

edit : et hop, point rouge sur le sujet pour le suivre en toute discrétion.

Avatar de l’utilisateur
Highlandjul
Ascendant
Messages : 1624
Inscription : lun. avr. 18, 2011 3:19 pm
Localisation : Lille

Re: Inspi linguistique : mots, langues, patois et jargons

Message par Highlandjul » mer. août 02, 2017 1:14 pm

Tybalt (le retour) a écrit :
mer. juil. 26, 2017 3:05 pm
Je vous propose un nouveau fil général d'inspis sur tout ce qui peut aider à travailler sur la place des langues et des mots dans les univers de jdr.

 
L'officialisation du français par l'ordonnance de Villers-Cotterêts a joué en faveur de l'extension du français, faisant franchir un pas décisif à cette langue, non seulement par rapport au latin, mais par rapport aux dialectes. Toutefois cette ordonnance n'avait fait que remplacer une langue écrite, le latin, par une autre langue écrite, le français, et les notaires avaient souvent simplement pris l'habitude de rédiger en français les testaments de gens qui continuaient à parler patois, comme en témoignent, en plein XVIIe siècle, les aventures arrivées à Racine et à La Fontaine.

« Racine raconte ainsi son voyage à Uzès dans une lettre de 1661 à son ami La Fontaine : "J'avais commencé dès Lyon à ne plus guère entendre le langage du pays, et à n'être plus intelligible moi-même. Ce malheur s'accrut à Valence, et Dieu voulut qu'ayant demandé à une servante un pot de chambre, elle mit un réchaud sous mon lit. Vous pouvez imaginer les suites de cette maudite aventure, et ce qui peut arriver à un homme endormi qui se sert d'un réchaud dans ses nécessités de nuit". Le voyage se poursuit et, à Uzès, il ne comprend tout d'abord rien à ce qui se dit autour de lui. Au bout d'un certain temps, il reconnaît dans ce qu'il entend quelque chose qui ressemble à un mélange d'italien et d'espagnol, et il parvient alors à établir la communication ». (Henriette Walter, Le français dans tous les sens, Paris, Robert Laffont, 1988 : 105).

« A la même époque, La Fontaine, au cours de son voyage en Limousin, est un peu perdu dans les environs de Bellac : "Comme Bellac n'est éloigné de Limoges que d'une petite journée, nous eûmes tout le loisir de nous égarer, de quoi nous nous acquittâmes fort bien et en gens qui ne connaissaient ni la langue, ni le pays" » (op. cit. : 105).

(Page extraite du site La Clé des langues.)

Bien entendu, on ne peut pas abuser de ce genre de barrière des langues, sinon le jeu devient impossible. Mais, à dose raisonnable, ça peut être intéressant pour obliger les PJ à adopter une approche plus subtile pour aborder certains PNJ. Il faudra qu'ils prennent le temps d'apprendre un peu le patois local, ou bien de chercher un-e interprète (mais comment trouver quelqu'un de fiable ?). Peut-être aussi ont-ils de la famille ou d'anciens camarades d'armée dans la région qui pourraient les aider ? Et au fait, ton valet n'était pas originaire du coin ? Il pourrait nous aider à faire parler un peu ces gens... etc. 
Aaaah, Henriette Walter :wub:
Très bon sujet de fil.
Il y a quelques exemples de scénars qui exploitent ce filon là. J'en ai quelques un en mémoire :
Il y a un scènar de Reve de Dragon qui utilise une phrase bourrée de mots anciens, compréhensible si tu y fais un peu gaffe ( un scénar avec une fontaine)
Un scénar dans le LdB de Te Deum pour un massacre où les PJ se rendent compte qu'ils sont dans un temple protestant parce que la messe est... en français.
L'épisode de Stargate où O'Neil perd peu à peu la connaissance de sa langue pour apprendre celle d'un autre peuple ( le Aasgards? )
Un texte qui ne prend son sens que lu de droite à gauche parce que l'auteur parle Hébreux.
Et le nombre de jets de diplomatie ou d'éloquence ratés parce qu' à 4 h du mat on narrive plus très bien à trouver le bon mot et que le MJ est chonchon, fatigué aussi ou plus simplement tatillon et pénible...
Le film Windtalker avec les Navajos qui ont utilisé leur langue comme code lors de la 2° GMondiale pour les armées US.
Les épisodes de Kaamelott autour d'Attila le Hun.

Quelques idées :
*Le lieu recherché est indiqué par son nom et son étymologie et on hésite entre plusieurs lieux, tout ce qu'on a c'est un mémoire de l'ancien chercheur avec un résumé des étymologies des différents lieux.
*Jouer avec les différents sens de lecture ( gauche/ droite, droite gauche, boustrophédon :[url=https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Boustrophédon]/url])
*Jouer avec les deux sens d'un mot pour cacher la nature d'un objet ou surprendre les joueurs ( le Graal, mais qu'est ce que c'est au fait? )
*Jouer sur les noms tribaux d'un personnage ou son nom officiel.
*Le roi ne supporte pas un mot précis, or celui-ci est presque essentiel au récit d'un des PJ... Mais il ne faut vraiment pas prononcer le mot ( à éviter après minuit, ou une longue session de jeu). Ou les PJ doivent faire un rapport à un personnage précieux qui a banni certains mots de son vocabulaire, il prend cela vraiment très au sérieux...
*Un scénar qui repose beaucoup voire entièrement sur l'interprète des PJ, le seul à parler cette langue spécifique à ce pays, mais peut-on vraiment lui faire confiance?
*Un Traducteur d'un dirrigeant étranger qui lui traduit ce qu'il veut et comme il veut. Un des PJ se rend compte que, subtilement, l'interprète le manipule vers une déclaration de guerre, lentement mais sûrement. Que faire?
*Lors d'une campagne militaire mettant en présence des nations très diverses, on doit trouver un moyen unifié de donner des ordres. QU'est ce qu'on choisit : signes et drapeaux de couleur, trompettes, gestes? Tiens, vous les grouillots, au fond, vous avez rien de mieux à faire que de nous mettre ça en place pour la semaine prochaine, non?

Rosco
Cardinal
Messages : 546
Inscription : dim. avr. 30, 2017 10:23 am

Re: Inspi linguistique : mots, langues, patois et jargons

Message par Rosco » mer. août 02, 2017 2:35 pm

Got avec Le haut valerien

Avatar de l’utilisateur
Tybalt (le retour)
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 3039
Inscription : mer. août 22, 2012 7:33 pm
Contact :

Re: Inspi linguistique : mots, langues, patois et jargons

Message par Tybalt (le retour) » sam. nov. 04, 2017 11:54 pm

Un exemple d'inspi pour faire des langues un enjeu dans des scénarios politiques : si vous connaissez un peu la fameuse Cléopâtre, vous savez qu'elle était exceptionnellement bien éduquée pour une femme de son époque, et notamment qu'elle parlait le grec (langue qui lui a servi pour ses tractations diplomatiques avec les Romains, même s'il est très possible qu'elle ait fini par apprendre le latin). Cléopâtre était très douée pour les langues et cela devait lui conférer un ascendant certain sur les ambassadeurs étrangers, en plus de lui éviter de devoir se fier à des interprètes plus ou moins fiables.
Mais ce qu'on sait moins, c'est que Cléopâtre savait aussi... l'égyptien (lien Wikipédia), ce qui était exceptionnel pour une souveraine lagide ! En effet, la plupart des Ptolémée, les pharaons qui l'ont précédée, étaient d'origine macédonienne et parlaient macédonien et grec, mais aucun n'avait pris la peine d'apprendre l'égyptien, qui était tout de même la langue de la majorité de la population du pays ! Autrement dit, les rois lagides régnaient sur un pays dont ils ne comprenaient pas la langue principale.
Maintenant, imaginez qu'un souverain comme ça doive subitement fuir son palais et se déguiser pour se fondre parmi la population en attendant de trouver un abri sûr... ça ne manquera pas de poser problème. (Sera-ce aux PJ de lui servir d'interprètes ?)

Avatar de l’utilisateur
Ego'
Dieu de la taverne
Messages : 3968
Inscription : ven. nov. 28, 2003 2:04 pm
Localisation : derrière le comptoir

Re: Inspi linguistique : mots, langues, patois et jargons

Message par Ego' » mer. nov. 22, 2017 3:46 am

Et Guillaume le Conquérant et ses barons ?

Influence du français sur l'anglais.
L'ego est un je d'enfant
Actuellement sur mon écran : 
[CR illustré] Wastburg : Les Perdreaux de l'Année
[Crashtest TdM] Ténèbres sur la Forêt Noire

Gardien du Dé à π faces

Avatar de l’utilisateur
Romain d'Huissier
Dieu en cours de canonisation
Messages : 4827
Inscription : lun. août 01, 2011 9:19 pm

Re: Inspi linguistique : mots, langues, patois et jargons

Message par Romain d'Huissier » mer. nov. 22, 2017 8:47 am

Cléopâtre était très douée pour les langues 
C'est pour ça qu'on lui prête l'invention de la fellation ? 

Avatar de l’utilisateur
Soner Du
Dieu demi-sel
Messages : 6705
Inscription : sam. juil. 23, 2005 3:55 pm
Localisation : dans ton cul
Contact :

Re: Inspi linguistique : mots, langues, patois et jargons

Message par Soner Du » mer. nov. 22, 2017 10:32 am

Qui Revient de Loin a écrit :
mer. août 02, 2017 9:56 am
*des alphabets multiples, comme dans le japonais toujours (romaji, kanki, hiragana et katakana, autres alphabets abandonnés).
Le cas amusant est celui du mongol, qui n'a jamais réussi à s'approprier un alphabet adapté.
Il y en a eu une tripotée au cours de l'histoire de la langue :
  • les runes du vieux-turk
  • des détournements d'idéogrammes chinois, dont le han'er
  • le bitchig (mongol "traditionnel" dérivé d'une écriture ouighoure, elle même chipée au sogdien, inspiré du syriaque et donc cousin de l'alphabet arabe), ses variantes locales pour divers dialectes et ses adaptations étrangères (mandchous, etc.)
  • le Phags pa (expérimental, promu par Kubilai Khan, inspirera l'écriture coréenne)
  • le soyombo (usage religieux à une certaine époque, dérivé du népalais)
  • l'alphabet tibétain
  • une première tentative de cyrillique, le Vagindrag
  • l'écriture latine, officielle sous le bref règne de Roman von Ungern-Sternberg
  • le cyrillique moderne, qui a prévalu sur toute la période où la mongolie était une quasi-république soviétique
  • etc.
Au cours du XXième siècle l'alphabétisation s'est essentiellement faite en cyrillique, et donc les habitants de Mongolie "Extérieure" (le pays) ont du mal à se remettre à l'écriture officielle nationale, le bitchig, qui par contre s'est très bien maintenue en Mongole "Intérieure" (provinces mongoles en Chine).

Aucune écriture ne permet de transcrire exactement la prononciation de la langue ; la plus efficace et quasi-phonétique est sans doute l'écriture cyrillique, même si elle a le défaut d'avoir quelques ambiguïtés (non-distinction entre voyelles doubles et voyelles longues, par exemple). Le bitchig a de la gueule, mais contient de très nombreuses ambiguïtés (c'est quasiment de la sténographie) et par ailleurs c'est une graphie d'héritage médiéval et faisant une synthèse entre plusieurs dialectes, et donc n'a parfois qu'un rapport indirect avec la prononciation, la difficulté est assez comparable à l'anglais (blood vs mood) voire au français (gageure, etc.).

On peut dire aujourd'hui que le mongol est une langue à double écriture ("traditionnelle" et cyrillique) et qu'il est avisé d'apprendre les deux en parallèle, même si en pratique l'écriture traditionnelle est, pour une majorité de la population, élitiste et essentiellement décorative (par exemple un livre aura son titre en bitchig et son intérieur en cyrillique).

En matière d'écriture multiple mais mixe, on a aussi le cas du coréen, qui en Corée du Sud mixe hangeul (alphabet) et hanja (idéogrammes chinois) un peu à la manière du japonais mixe kana et kanji, alors qu'en Corée du nord la langue s'écrit à 100% en hangeul.
ImageImageImageImageImageImage
Aventures Cimmériennes : rétroclone howardien
Système 4C : rétroclone marveloïde
Delving Deeper VF : rétroclone au degré zéro

Avatar de l’utilisateur
KamiSeiTo
Dieu aux ailes de papillon
Messages : 2684
Inscription : lun. août 27, 2007 7:05 pm
Localisation : Bruxelles
Contact :

Re: Inspi linguistique : mots, langues, patois et jargons

Message par KamiSeiTo » mer. nov. 22, 2017 10:45 am

La Corée du Sud mixe pas du chinois, à chaque fois que je vois du coréen (et c'est pas du coréen du nord), c'est 100 % en Hang Eul ; ça n'a rien à voir avec le japonais qui ne peut pas vraiment se passer du mix de kanjis et de kanas.
Sinon très intéressant cette histoire du mongol, merci. n_n
Image
Proposer un jeu qui soit au service d’une façon de jouer spécifique et, surtout sans tomber dans le piège de ne pas en permettre d’autre, néanmoins tout inféoder à cette dernière.
Brand.

Avatar de l’utilisateur
Qui Revient de Loin
Dieu qui a failli y rester
Messages : 5085
Inscription : sam. mars 02, 2013 1:20 pm
Localisation : Nothing Gulch
Contact :

Re: Inspi linguistique : mots, langues, patois et jargons

Message par Qui Revient de Loin » mer. nov. 22, 2017 10:50 am

Une autre inspi intéressante, plus proche de chez nous : l'albanais.

Cette langue a elle aussi connu plusieurs alphabets, dont certains originaux comme le Todhri aux 52 lettres. Actuellement, elle utilise un alphabet latin modifié.

Lors des 5 siècles d'occupation ottomane, leur langue fut asphyxiée par l'occupant (langue et écriture interdite, turc obligatoire), mais aussi par la religion, l'église orthodoxe autorisée promouvant le grec comme langue liturgique, les autres cultes utilisant d'autres langues étrangères.

Puis des curés catholiques ont voulu sauvegarder l'albanais, notament pour lutter contre l'Islam. Une forme de résistance s’est alors formée autour de l'enjeu de la langue albanaise, avec cellule secrète d'enseignement, création de grammaire et lexique, assassinat de grammairiens italiens (forte minorité historique albanaise), contrebande de livre, etc.

Bref, il y a de quoi faire une campagne de résistance autour du thème du nationalisme, des guerres de religion et de la langue.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Albanais
https://fr.wikipedia.org/wiki/Albanie#A ... 3.A9tienne
 
Le blog de mes voyages imaginaires: http://qui.revient.de.loin.blog.free.fr/
Mes campagnes:
Mémoires de Mérovär (Star wars D6)
Anno 1633 - Chronique des Mousquetaires noirs
Le Dit d'Imagawa (L5R)

Contributeur au Grog

Avatar de l’utilisateur
Soner Du
Dieu demi-sel
Messages : 6705
Inscription : sam. juil. 23, 2005 3:55 pm
Localisation : dans ton cul
Contact :

Re: Inspi linguistique : mots, langues, patois et jargons

Message par Soner Du » mer. nov. 22, 2017 11:06 am

Soner Du a écrit :
mer. nov. 22, 2017 10:32 am
... par ailleurs c'est une graphie d'héritage médiéval et faisant une synthèse entre plusieurs dialectes, et donc n'a parfois qu'un rapport indirect avec la prononciation, la difficulté est assez comparable à l'anglais (blood vs mood) voire au français (gageure, etc.).
D'ailleurs on a ce cas aussi en breton, où la graphie a varié selon les époques et donc un mot transcrit correctement à une époque ne l'est plus vraiment aujourd'hui.

Par exemple, jusqu'au 19e siècle le bidule équivalent à un "w" très mou (rarement prononcé) s'écrivait "ff" (en s'inspirant du digamma du grec très ancien, qui s'écrivait F et se prononçait "w"), et par ailleurs on n'écrivait pas les nasalisations non suivies d'un "n". Aujourd'hui, ces sons sont respectivement notés "v" et "ñ".

C'est pour ça que pas mal de noms de personnes et de lieux, établis de longue date, se prononcent différemment selon que l'usage privilégie la lecture littérale ou traditionnelle...

Par exemple :
- on prononce "kérango" pour "Kerangoff" (un quartier de Brest à la frontière de Recouvrance et Saint-Pierre), puisque ça devrait être kerangov (la maison du forgeron) avec un "v" généralement muet. C'est une prononciation traditionnelle.
- on prononce "le gof" pour "Le Goff", bien que ce soit juste une transcription de "ar gov" (le forgeron, encore lui). Prononciation littérale, traditionnellement on devrait dire "le go".
- on prononce "le hénaf" pour "Le Hénaff", bien que normalement ce soit une transcription de "an henañv" (l'aîné), qui devrait donc se prononcer "le hénan". La prononciation est littérale, mais ça se comprend, une prononciation traditionnelle est un peu lointaine par rapport à l'écriture.
- il y a plein d'autres cas de noms de famille comme ça, par exemple : Corcuff (ou Gourcuff) pour korkuñv (extrêmement aimable), ça ferait bizarre d'appeler l'ex-entraîneur de Rennes "Monsieur Christian Gourquin".
ImageImageImageImageImageImage
Aventures Cimmériennes : rétroclone howardien
Système 4C : rétroclone marveloïde
Delving Deeper VF : rétroclone au degré zéro

Répondre