De la diversité des modèles

Pour discuter et stocker les sources d'inspiration
Avatar de l’utilisateur
Islayre d'Argolh
Dieu des coiffeurs zélés
Messages : 6687
Inscription : ven. août 17, 2007 5:11 pm
Localisation : Paris
Contact :

Re: De la diversité des modèles

Message par Islayre d'Argolh » mer. janv. 10, 2018 2:14 pm

De mon coté je suis très fan du personnage de Forever dans la série de comics Lazarus. En règle générale, le scénariste Greg Rucka me semble être l'un des scénaristes les plus actifs et les plus doués pour donner aux femmes la place d'honneur  (son run sur wonder-woman reste dans les mémoires). Forever colle pas mal aux clichés de la "meuf badass" (cyborg, chef de guerre, etc.) mais avec des petits à cotés bien vus qui la crédibilisent (la famille façon tragédie grecque, sa romance naissante avec le Lazare d'une famille rivale, etc.).

J'ai aussi été convaincu par la Thor Déesse du Tonnerre de Jason Aaron. Au départ je voyais vraiment ça comme de l'empowerment grossier, dans la lignée du coming out d'Iceman dans les X-Men, mais Aaron est un dieu et cette Thor au féminin est géniale avec une balance idéale d'humour, d'épique et de drame.
You are the rulebook. There is no other rulebook.
Make it fast, make it colorful and make it full of decisions for the players. 

Boutique LuLu : la Cité sans Nom, Coureurs d'Orages et autres bêtises au d20.
Schrödinger du Podcast Anonyme.

Avatar de l’utilisateur
XO de Vorcen
Dieu du brandy
Messages : 4291
Inscription : ven. août 29, 2008 10:18 am
Localisation : Savigny sur Orge (Essonne)

Re: De la diversité des modèles

Message par XO de Vorcen » mer. janv. 10, 2018 2:27 pm

Johan Scipion a écrit :
mer. janv. 10, 2018 2:06 pm
Highlandjul a écrit :
mer. janv. 10, 2018 10:17 am
Mouais, j'ai pas vu Spock ni Data ni Terminator tous pecs à l'air et avec une combi poutre apparente en essayant de "découvrir leur virilité" par la sexualisation.

Oulah, Cameron fétichise grave Arnie dans T1 et T2.

À oualpe au début des deux films pour aucune autre raison que de montrer son physique de Monsieur Univers, et ensuite, total look cuir. Même l'une des bandes annonces de T2 montrait le T800 tout à poil sur sa chaîne de montage.

Si c'est pas de la sexualisation à outrance, je veux bien être pendu. 
Il y a pourtant une explication donnée je ne sais plus quand dans T1 : seule la matière organique vivante peut voyager dans le passé. Les précédents envois de robot ont capoté (explosion à l'arrivée ?) jusqu'à une encapsulation de chair. Même les vêtements ne passent pas. C'est l'excuse pour avoir un acteur humain plutôt qu'un droïde animé par une synthèse pas encore suffisamment au point à l'époque du tournage - et d'avoir Schwarzy. L'excuse de se fondre dans la population n'avait même pas été avancée pour le premier envoi réussi.

Le T1000 vient d'encore plus loin dans le futur et ne nécessite plus cet encapsulation. Par contre outre que ce soit une variation des châssis précédents (humanoïdes donc), les fonctions mimétiques sont perçues comme un atout.

Cette rectification mise à part, je rejoins Johan : scène filmée de manière complaisante, cuir, etc.

XO, pas spécialement fan mais on avait bossé le sujet pour des parties de Cyberpunk :mrgreen:
Savage Worlds : règles d'essai gratuites et scénarios gratuits, les gammes en français (et en anglais pour Achtung! Cthulhu, Beasts & Barbarians et Lankhmar), ressources chez Torgan, discussions Casus NO avec d'autres liens.

Avatar de l’utilisateur
Léonard
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 2443
Inscription : lun. oct. 09, 2006 9:25 pm
Localisation : Aix-en-Provence

Re: De la diversité des modèles

Message par Léonard » mer. janv. 10, 2018 2:37 pm

Yusei a écrit :
mer. janv. 10, 2018 10:28 am
Highlandjul a écrit :
mer. janv. 10, 2018 10:17 am
Mouais, j'ai pas vu Spock ni Data ni Terminator tous pecs à l'air et avec une combi poutre apparente en essayant de "découvrir leur virilité" par la sexualisation.
Malheureusement, il me semble qu'on y vient et que les héros hollywoodiens sont de plus en plus musclés, tatoués et torse nu. Ce n'est pas terrible niveau identification à des modèles.  
Romain d'Huissier a écrit :
mer. janv. 10, 2018 10:32 am
De plus en plus ? Tu ne te souviens pas du ciné d'action des années 80 ? :mrgreen:
Je trouve au contraire qu'on s'éloigne pas mal de ce modèle. A part dans quelques bastions comme les Fast & Furious, les héros modernes me semblent plus "normaux" qu'avant.

Edit : en voyant mon propre avatar, j'imagine que tu parles aussi des films de super-héros - et là, je ne peux te donner tort. De façon générale, le surhomme est un modèle de physique assez inatteignable avec une musculature proéminente. Même s'il y a des exceptions (Tony Stark, pas mal de X-Men, etc.).
Personnellement, j'ai l'impression que les acteurs ont tendance à faire de plus en plus de gonflette, même si le rôle ou leur physique de base ne le justifient pas. Voir des acteurs plutôt sveltes comme Orlando Bloom ou Casey Affleck se retrouver avec des super pectoraux, ça a tendance à m'irriter.

Dans les années 1980, on avaient quelques acteurs hyper-musclés, les autres ayant un physique plutôt normal. Aujourd'hui, la norme semble être le gars qui soulève de la fonte plusieurs fois par semaine.

Avatar de l’utilisateur
Johan Scipion
Ascendant
Messages : 1575
Inscription : mer. mars 17, 2004 11:47 pm
Localisation : IdF
Contact :

Re: De la diversité des modèles

Message par Johan Scipion » mer. janv. 10, 2018 2:51 pm

XO de Vorcen a écrit :
mer. janv. 10, 2018 2:27 pm
Il y a pourtant une explication donnée je ne sais plus quand dans T1

Ouais, mais elle est bidon, tu en conviendras.

La vraie raison est que quand tu as un Arnie jeune dans ton film, tu le montres autant que tu le peux. Ça fait rentrer des sous dans la caisse. Et à ce niveau, Cameron est au max : s'il avait fait plus, il aurait décrédibilisé son cyborg tueur.

McT ne fait rien d'autre dans Predator. Lui aussi se vautre complaisamment dans le fétichisme du gros muscle huilé. Mon Dieu, ce gros plan de biceps kitschissime ! Avec cette particularité que dans Predator, l'hypersexualisation des bodybuildeurs vire vite à l'homoérotisme : toutes ces scènes de gym dans la jungle ne dépareraient pas dans un porno gay. Cela subvertit de manière assez jouissive l'imagerie viriliste et sert en définitive le propos du film, qui est : tout le monde est une victime. Les gros muscles et les gros flingues, c'est-à-dire les grosses bites, c'est pas ça qui t'empêche de manger sévère.

Mais c'est tout à fait involontaire, je pense. Ni les acteurs ni le réal n'en ont conscience, la force de Predator est qu'il est tout au premier degré.



Le T1000 vient d'encore plus loin dans le futur

Quelques minutes à peine. Selon le T800, le T1000 est un " advanced prototype ". Les deux retours dans le temps sont déclenchés en séquence rapide par Skynet, juste avant que Connor et ses hommes n'investissent son QG. Ouais, ça aussi c'est bidon, mais bon, fallait bien un prétexte scénaristique quelconque pour accrocher une séquelle à un film qui n'en appelait à la base aucune.
Dernière modification par Johan Scipion le mer. janv. 10, 2018 3:57 pm, modifié 1 fois.
+ Découvrir Sombre
+ Soutenir le jeu sur Tipeee
+ Consulter mon planning de démos
+ Commander des numéros de la revue

Avatar de l’utilisateur
WeirdWolf
Evêque
Messages : 472
Inscription : sam. févr. 13, 2016 9:47 pm

Re: De la diversité des modèles

Message par WeirdWolf » mer. janv. 10, 2018 3:56 pm

Léonard a écrit :
mer. janv. 10, 2018 2:37 pm
Personnellement, j'ai l'impression que les acteurs ont tendance à faire de plus en plus de gonflette, même si le rôle ou leur physique de base ne le justifient pas. Voir des acteurs plutôt sveltes comme Orlando Bloom ou Casey Affleck se retrouver avec des super pectoraux, ça a tendance à m'irriter.
C'est une tendance culturelle générale: le bodybuilding c'est à la fois faire du sport, se conformer à un canon esthétique et affirmer sa virilité, la société approuve 
 
Si je faisais mon gauchiste primaire, je dirais que face au multiculturalisme et la mondialisation, les occidentaux ressentent le besoin de réaffirmer leur identité et surtout leur supériorité ressenti, ce qui se traduit par une valorisation de la force, de la puissance physique et de la perfection physique 
Mais je vais plutôt faire mon gauchiste secondaire: Hollywood a de plus en plus de mal à mettre du contenu dans ses films, donc payer le client avec de la cuisse et du muscle est une manière de compenser le côté "beau mais creux" des films à gros budget 
 
Ce qui nous amène à un autre modèle alternatif: The Dude. Ben oui
"On est dans une super grande forêt et on cherche 2 mecs taille Sarkozy... Si nous on est discret et qu'eux ils se planquent, on est très mal partis"
Le meneur des anneaux, Les ombres de Fangorn

Avatar de l’utilisateur
Highlandjul
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 2017
Inscription : lun. avr. 18, 2011 3:19 pm
Localisation : Lille

Re: De la diversité des modèles

Message par Highlandjul » mer. janv. 10, 2018 5:05 pm

Johan Scipion a écrit :
mer. janv. 10, 2018 2:51 pm
XO de Vorcen a écrit :
mer. janv. 10, 2018 2:27 pm
Il y a pourtant une explication donnée je ne sais plus quand dans T1

Ouais, mais elle est bidon, tu en conviendras.

La vraie raison est que quand tu as un Arnie jeune dans ton film, tu le montres autant que tu le peux. Ça fait rentrer des sous dans la caisse. Et à ce niveau, Cameron est au max : s'il avait fait plus, il aurait décrédibilisé son cyborg tueur.

McT ne fait rien d'autre dans Predator. Lui aussi se vautre complaisamment dans le fétichisme du gros muscle huilé. Mon Dieu, ce gros plan de biceps kitschissime ! Avec cette particularité que dans Predator, l'hypersexualisation des bodybuildeurs vire vite à l'homoérotisme : toutes ces scènes de gym dans la jungle ne dépareraient pas dans un porno gay. Cela subvertit de manière assez jouissive l'imagerie viriliste et sert en définitive le propos du film, qui est : tout le monde est une victime. Les gros muscles et les gros flingues, c'est-à-dire les grosses bites, c'est pas ça qui t'empêche de manger sévère.

Mais c'est tout à fait involontaire, je pense. Ni les acteurs ni le réal n'en ont conscience, la force de Predator est qu'il est tout au premier degré.

 
Le T1000 vient d'encore plus loin dans le futur

Quelques minutes à peine. Selon le T800, le T1000 est un " advanced prototype ". Les deux retours dans le temps sont déclenchés en séquence rapide par Skynet, juste avant que Connor et ses hommes n'investissent son QG. Ouais, ça aussi c'est bidon, mais bon, fallait bien un prétexte scénaristique quelconque pour accrocher une séquelle à un film qui n'en appelait à la base aucune.   
Alors attention, la nudité et la sexualisation, ce n'est pas la même chose. Après, on est bien d'accord que la raison invoquée, est au moins aussi superficielle que celle pour le Major.
Ca :
Image

C'est pas ça
Image

 J'ai (enfin) retrouvé un article intéressant sur la sexualisation et la nudité sur les unes de Rolling Stones  (pas que les auteurs en aient particulièrement contre RS mais c'est un exemple et je trouve l'étude assez complète avec diverses approches et interprétations. En particulier avec la mise en cause d'un changement de direction qui aurait infléchi la politique éditoriale par exemple. J'en ai extrait deux en particulier :
http://www.acsu.buffalo.edu/~trautner/H ... ulture.pdf
While sexualized images of men have increased, men are still dramatically less likely to be sexualized than women. This difference is further highlighted bylooking at the numerical frequency of such images: In the 2000s, there were 28 sexualized images of men (17% of male images) but 57 sexualized images of women (83% of female images), and there were 136 nonsexualized images of men(83% of male images) but only 12 nonsexualized images of women (17% of femaleimages). Perhaps even more telling is the difference between men and women at the low end of the scale. In the 2000s, there were 35 images of men which scored a ‘‘0’’on our scale and another 39 images which scored just 1 point, indicating that theseimages displayed no (or almost no) sexualized attributes. Together they accountedfor 45% of all images of men in the 2000s. By contrast, there was not a single imageof a woman in the 2000s that scored 0 points, and only 2 images of women scored1 point on the scale, accounting for less than 3% of images of women in the 2000s.
 
Although sexualized images of women such as this one have become less common in recent years, hypersexualized images of women have increased significantly sincethe start of Rolling Stone magazine.

Avatar de l’utilisateur
Romain d'Huissier
Dieu en cours de canonisation
Messages : 5212
Inscription : lun. août 01, 2011 9:19 pm

Re: De la diversité des modèles

Message par Romain d'Huissier » mer. janv. 10, 2018 5:54 pm

Hollywood a de plus en plus de mal à mettre du contenu dans ses films
Rengaine entendue depuis l'invention du cinéma. 

Avatar de l’utilisateur
WeirdWolf
Evêque
Messages : 472
Inscription : sam. févr. 13, 2016 9:47 pm

Re: De la diversité des modèles

Message par WeirdWolf » mer. janv. 10, 2018 6:26 pm

Romain d'Huissier a écrit :
mer. janv. 10, 2018 5:54 pm
Hollywood a de plus en plus de mal à mettre du contenu dans ses films
Rengaine entendue depuis l'invention du cinéma.  
  Hé, le cinéma date d'avant Hollywood (et lui survivra sans doute)
 
Hollywood, c'est cyclique. Normalisation progressive pour des raisons d'efficacité budgétaire, réponse par des solutions simples (pin-up, mecs virils, méchants venus d'ailleurs, musique et péripéties autour d'un scénario tenant sur un confetti plié en 4), crise de créativité. A ce moment, on régénère l'usine à rêve en allant chercher de nouveaux créatifs (dans d'autres pays ou dans le cinéma indépendant) et de nouveaux acteurs, puis ça repart. On est dans une fin de cycle, si Hollywood s'en sort elle ira chercher son salut en débauchant les réalisateurs de séries et qui sait? Peut-être des youtubeurs. Ou alors acteurs et actrices enlèveront le bas aussi et on parlera de "disruptive totale acting"
"On est dans une super grande forêt et on cherche 2 mecs taille Sarkozy... Si nous on est discret et qu'eux ils se planquent, on est très mal partis"
Le meneur des anneaux, Les ombres de Fangorn

Avatar de l’utilisateur
Romain d'Huissier
Dieu en cours de canonisation
Messages : 5212
Inscription : lun. août 01, 2011 9:19 pm

Re: De la diversité des modèles

Message par Romain d'Huissier » mer. janv. 10, 2018 6:43 pm

Peut-être des youtubeurs.
Les dieux nous en préservent !

Avatar de l’utilisateur
Uphir
Dieu des hamsters miniatures spatiaux
Messages : 19057
Inscription : sam. juin 30, 2012 2:31 pm
Localisation : RP

Re: De la diversité des modèles

Message par Uphir » mer. janv. 10, 2018 6:53 pm

Je crois que je viens de perdre de la SAN rien qu'à cette idée.
Gott weiß ich will kein Engel sein

Avatar de l’utilisateur
Johan Scipion
Ascendant
Messages : 1575
Inscription : mer. mars 17, 2004 11:47 pm
Localisation : IdF
Contact :

Re: De la diversité des modèles

Message par Johan Scipion » mer. janv. 10, 2018 6:54 pm

Highlandjul a écrit :
mer. janv. 10, 2018 5:05 pm
Alors attention, la nudité et la sexualisation, ce n'est pas la même chose.

Je suis bien au courant, mais je maintiens : Cameron sexualise Arnold, et pas qu'un peu. Le muscle, surtout masculin, montré comme le montre Cameron, est sexuel (et je ne parle même pas du cuir).

C'est bien sûr l'une des explications du succès de ses deux Terminator. Ça et le fait que ce sont deux purs bons films.
Dernière modification par Johan Scipion le jeu. janv. 11, 2018 7:15 pm, modifié 1 fois.
+ Découvrir Sombre
+ Soutenir le jeu sur Tipeee
+ Consulter mon planning de démos
+ Commander des numéros de la revue

Avatar de l’utilisateur
WeirdWolf
Evêque
Messages : 472
Inscription : sam. févr. 13, 2016 9:47 pm

Re: De la diversité des modèles

Message par WeirdWolf » mer. janv. 10, 2018 7:21 pm

Oh allez, je suis sur que Cyprien Begins ou Raptor Dissident vs Godzilla ça vous botte. Non? Pourtant, en terme de diversité des modèles... Ca casserai le consensus
"On est dans une super grande forêt et on cherche 2 mecs taille Sarkozy... Si nous on est discret et qu'eux ils se planquent, on est très mal partis"
Le meneur des anneaux, Les ombres de Fangorn

Avatar de l’utilisateur
Romain d'Huissier
Dieu en cours de canonisation
Messages : 5212
Inscription : lun. août 01, 2011 9:19 pm

Re: De la diversité des modèles

Message par Romain d'Huissier » mer. janv. 10, 2018 7:31 pm

Norman a fait un film, il me semble ? (ce fut un flop)

Avatar de l’utilisateur
binoclard
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 1686
Inscription : ven. nov. 30, 2012 4:07 pm
Localisation : Meyrin - Genève

Re: De la diversité des modèles

Message par binoclard » mer. janv. 10, 2018 8:37 pm

Sinon, pour revenir aux exemples, je me dis que la galerie de personnages de Pratchett est un modèle du genre, remplie de femmes et d'hommes (et trolls, nains, gobelins…) qui cassent les moules et s'affranchissent des étiquettes.
Chaque fois que je viens sur ce forum, je peux ajouter un jeu à la liste des trucs qui me font envie… :?

Avatar de l’utilisateur
Kandjar
Envoyé de la Source
Messages : 6032
Inscription : sam. févr. 05, 2005 9:32 pm
Localisation : Petit mouroir tout gris entre l'Allemagne et la vie

Re: De la diversité des modèles

Message par Kandjar » mer. janv. 10, 2018 9:02 pm

binoclard a écrit :
mer. janv. 10, 2018 8:37 pm
remplie de femmes et d'hommes qui cassent les moules et s'affranchissent des étiquettes.
C'est une contrepèterie ?

Plus sérieusement, oui, chez Pratchett il y a vraiment cette volonté de sortir des stéréotypes.
D'ailleurs, je me demande si je ne vais pas lire un Tiphaine Patraque à mes filles le soir... Ça pourrait bien leur plaire !
ImageImageImageImageImageImage

Répondre