De la diversité des modèles

Pour discuter et stocker les sources d'inspiration
Avatar de l’utilisateur
madame ridulle
Déesse des perruches
Messages : 3096
Inscription : lun. sept. 24, 2012 1:15 pm

Re: De la diversité des modèles

Message par madame ridulle » ven. janv. 12, 2018 11:48 pm

Ils ont un peu modifié le personnage de Chrisjen par rapport aux romans... et attendez de mieux connaître le Sergent... bon par contre c est dommage qu' ils n'aient pas cherché à trouver une actrice avec le physique décrit dans le roman... là  s aurait été un vrai changement!
Real stupidity beats artificial intelligence every time.
Hogfather

Avatar de l’utilisateur
Uphir
Dieu des hamsters miniatures spatiaux
Messages : 18788
Inscription : sam. juin 30, 2012 2:31 pm
Localisation : RP

Re: De la diversité des modèles

Message par Uphir » jeu. janv. 18, 2018 9:23 pm

Au regard du sujet de ce thread, je me demandais comment vous positionneriez Thelma et Louise ? (sans tenir compte du côté "modèle pour enfants" bien entendu).
Gott weiß ich will kein Engel sein

morgalel
Ascendant
Messages : 1527
Inscription : ven. janv. 20, 2006 9:50 am

Re: De la diversité des modèles

Message par morgalel » jeu. janv. 18, 2018 10:24 pm

De mémoire ce film a un contenu féministe très très marqué : tout le film c'est les deux héroïnes qui se libèrent progressivement de la domination masculine, et des contraintes de genre. Ceci dit c'est probablement pas un modèle à suivre en termes de sécurité routière.

Avatar de l’utilisateur
Fabulo
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 1738
Inscription : mar. juin 09, 2015 12:19 am

Re: De la diversité des modèles

Message par Fabulo » ven. janv. 19, 2018 6:07 am

Sur ce sujet des rôles homme/femme, un film étrange et pertinent qui brouille bien les pistes : Don Jon.
Avec Scarlett Johansson et Joseph Gordon-Levitt.
https://en.wikipedia.org/wiki/Don_Jon
Rien à voir avec les donjons (ou les dragons).

Image

La fille sentimentale et le baiseur frénétique. Ca commence comme une bonne vieille comédie romantique bourrée de clichés.
En début de film, elle semble être vertueuse, émotive et sensible et lui n'être qu' un sale con superficiel, obsédé par empiler les conquêtes, et son petit plaisir de macho égoiste.
On se dit que la gentille fille va convertir le coureur de jupons à l'Amour. Comme d'hab.

Bref on a un concentré des clichés de la comédie romantique, qui polluent nos propres représentations : l'homme n'est qu'un coureur de jupons mal dégrossi, et la femme un être adorable, sensible et tendre. Et seule la femme sauvera l'homme de son égoisme coutumier et de sa brutalité congénitale en lui ouvrant les yeux sur ce qu'est l'amour, le vrai, le pur.

Sauf que ça n'est pas vraiment ce qui va se passer dans ce film, qui déjoue les attentes du public.
Et au lieu de proposer l'habituelle morale à gros sabots, le film va dévoiler que chacun n'est pas ce qu'il parait ou croit être. Et que l'intelligence et le rapport authentique à autrui les amènent chacun à se découvrir, bien plus que ne l'auraient fait des principes moraux...

Spoiler:
La gentille naive est une manipulatrice superficielle et égoiste, vivant dans un monde imaginaire alimenté par les représentations simplistes et moralisantes qu'elle puise dans les comédies romantiques dont elle est friande. Elle cherche à "moraliser" son fiancé et faire de lui ce qu'elle pense attendre d'un homme, sans même être consciente de sa tyrannie.
Et lui, le "branleur égoiste" s'avère être sensible, désorienté par la quête d'un idéal qu'il pense pouvoir obtenir objectivement : le corps parfait, la relation sexuelle ultime...Et il apprendra à se connaitre et découvrir sa sensualité - qui n'est pas celle du spectacle ou de la performance - avec une femme plus âgée et qui ne correspond à aucun des critères qu'il pensait être essentiels...

Répondre