La survie des libraires et le Grand Capital

Pour discuter sereinement de l'actualité
Avatar de l’utilisateur
I bring bad luck
Initié
Messages : 169
Inscription : mar. juil. 21, 2020 9:34 pm

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par I bring bad luck »

l'important c'est le produit livre.
Certes, le produit livre est important mais ce n'est pas la seule donnée à prendre en compte. 

Si on applique cette maxime à tous les produits, on constate, Amazon (et d'autres boites équivalentes) permettant en gros d'avoir le même produit avec un service 1/ plus rapide, 2/ à domicile, 3/ moins cher, qu(il n'y a aucune raison, finalement, qu'à moyen terme l'ensemble du commerce soit en ligne avec livreurs. 

Ce qui signifie la mort de toutes les boutiques, sauf les restaus/bistros, et encore. Donc la mort des rues commerçantes, des centre-villes. 

Est-ce que c'est ça qu'on veut pour notre société ? A priori, non. On sait où ça mène, me commerce en ligne ne venant que parachever un processus déjà engagé, il n'y a qu'à voir les villages ou il y a 40 ans il y avait encore boucherie/boulangerie/épicerie/bistro, et aujourd'hui : rien, ou les villes petites et moyennes dont la moitié des boutiques étaient déjà fermées avant le covid. Et les politiques locaux qui hurlent à la mort alors que ce sont eux qui avaient autorisé la deuxième ou troisième zone commerciale avec hypermarché en périphérie, quelquefois juste pour concurrencer la commune voisine qui les avait précédés...

Personnellement, ça me fout un peu la trouille ce monde futur où il n'y aurait plus jamais besoin de sortir de chez soi pour faire ses courses, où on bosserait tous en télétravail etc.

 
Avatar de l’utilisateur
Qui Revient de Loin
Dieu qui a failli y rester
Messages : 7241
Inscription : sam. mars 02, 2013 1:20 pm
Localisation : Nothing Gulch
Contact :

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par Qui Revient de Loin »

Moi, ça me fait un peu rêver. Tant que j'ai accès à la nature et que je peux accueillir les copains. A une bibliothèque aussi.
Sans doute une question de mode de vie et de préférence.
Dieu qui a failli y rester | Teams Panthéon & Bienvenue
Le blog de mes voyages imaginaires: http://qui.revient.de.loin.blog.free.fr/

Mémoire de rôlistes : le patrimoine du jeu de rôle se construit aujourd'hui

Contributeur au Grog
guame
Initié
Messages : 151
Inscription : mar. mars 28, 2017 1:07 pm

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par guame »

Je suis client prime Amazon parce que campagnard loin de toute épicerie-quincaillerie-librairie, et que j'y trouve mon compte en terme de service client.
Pour mes livres j'essaie de passer par https://www.librairiedialogues.fr/ qui est le site (bien achalandé) d'une fabuleuse librairie Brestoise où j'adore aller fouiner quand je passe dans le coin. Et quand j'ai un peu de temps et que je suis dans un ville qui dispose d'une librairie j'aime bien y faire un saut.
Je dois être schizophrène car j'aime ces deux aspects: livraison rapide, pas de prise de tête avec Amazon, le côté caverne d'AliBaba des boutiques. Je déteste chercher sur un site web sauf si je sais ce que cherche: j'aime trop le plaisir de fureter dans des rayons, d'ouvrir un livre au hasard. Mais en étant à plusieurs dizaine de km d'une librairie (et une très sympa, il y a même des jeux de plateau et une étagère de JdR) je ne peux pas aller y flâner, comme je pouvais le faire quand j'étais citadin.

J'espère qu'on pourra garder les deux, et qu'on ne dérivera pas trop vers les megacorpo "cyberpunk" ...

Amazon a quand grandement participé à normaliser la vente par internet, et surtout à imposer un standard qui fait que le client n'est pas qu'un pigeon à plumer: le client est vraiment roi, et je sais que commander chez eux c'est éviter des sources de stress... Les autres sites de eCommerce n'ont pas toujours bien agi et traînaient des réputations sulfureuses. Du coup avec le temps c'est devenu un réflexe (pour moi, et j'imagine pour d'autres) de passer par chez eux, mais les autres commerçant ont largement eu le temps de s'organiser pour proposer l'équivalent.

En ce qui concerne la déchéance des commerces de village, ça remonte quand même à bien plus loin que l'ère internet. Et ce n'est pas inéluctable dans mon coin il y a eu pas mal d'ouverture en 5 ans de commerces de 'bouche': boucherie, fromagerie/cave à vin, boulangerie. Maintenant un marché de producteur locaux et d'artisan va ouvrir. Donc d'un côté les gens utilisent Amazon (et autres) comme un supermarché en ligne, mais de l'autre il y a une création de commerces sympas. Perso ça me va très bien comme ça !
Doji Satori
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2351
Inscription : mer. oct. 29, 2003 6:18 pm
Localisation : Epinal dans les Vosges

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par Doji Satori »

Adj a écrit : dim. mai 23, 2021 7:27 pm
Fred_Deux a écrit : dim. mai 23, 2021 6:29 pm
Par contre, et c’est là où je veux en venir au fond, qui a bien pu mettre en place tous les outils LÉGAUX qui permettent à Amazon et cie d’optimiser si bien à la fois leur installation, leur fiscalité et leur « gestion des ressources humaines » sans trop d’éthique derrière?
Peut-être bien nos chers politiques et nos instances européennes? Les mêmes qui aujourd'hui pointent crânement Amazon et ses méthodes d'un doigt vengeur.

Ben, en l'occurrence personne.
Le propre de l'optimisation fiscale est de jouer entre les différences de régulation entre les pays pour esquiver les impots. Si les politiques ne font rien, ils permettent l'optimisation fiscale. Pour lutter contre, ils doivent travailler avec d'autres états à une harmonisation des règles. Et c'est très compliqué car aucun pays ne veut abandonner de souverainneté.

Adj
Pour compléter les propos d'Adj, l'optimisation fiscale des multinationales nécessite également le déplacement de bénéfices de pays fortement taxés vers les pays faiblement taxés via des cessions internes de services comme des licences, des frais de siège social, des mutualisations de services etc

Ces cessions sont fictives ou surévaluées et il est très difficile de les remettre en cause principalement car cela demande à avoir les chiffres de l'autre côté et cela entraîne la baisse de taxation de cet autre pays.
Enfin, pour terminer cette brève description, ajoutons que le pélican est, avec le kangourou, le seul oiseau qui possède une poche ventrale sous le bec.
Rubrique à Brac T1 - Gotlib
Avatar de l’utilisateur
Harfang2
Prêtre
Messages : 398
Inscription : jeu. déc. 03, 2020 5:51 pm

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par Harfang2 »

...
Dernière modification par Harfang2 le lun. mai 24, 2021 9:05 am, modifié 3 fois.
Avatar de l’utilisateur
Celi
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1944
Inscription : mer. avr. 27, 2005 8:14 pm

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par Celi »

Fred_Deux a écrit : dim. mai 23, 2021 6:29 pm

Pis pour finir, si demain on mettait Amazon au bûcher comme certains en rêvent, ou qu’on les emmerde tellement qu’ils arrêtent leurs activités dans le pays, quels seraient véritablement les dommages collatéraux, en euros, et en humains? Quelqu’un peut chiffrer ça en pertes d'emploi, en pertes de revenus, en retombées fiscales pour le pays, en chiffre d’affaire global et en carnage social?
Et on expliquera quoi à tous ceux qui en vivent aujourd’hui? A toute la chaine qui s’est créée autour?
Ben oui, c’est bien de se battre et d’essayer de tirer la larme à l’œil pour tous les pauvres libraires victimes (j’en étais, ça n’a pas marché, pleurez pour moi aussi du coup), mais tous ceux qui ont lancé leurs affaires de vente en ligne chez Amazon, qui y bossent, qui livrent, ou qui vendent une grande partie de leurs production via cette plateforme (auteurs, éditeurs, petits vendeurs, producteurs, créateurs de tous bords)… qui ira leur expliquer sans sourciller que pour sauver le job du gentil Paul, il est tout de même bien normal de sacrifier celui du méchant Pierre?
Chantage à l'emploi classique. Argument avancé depuis des décennies, repris par les gouvernements successifs avec le faible succès que l'on constate (mais sans doute ne va-t-on pas assez loin ou les résistances sont elles trop fortes, c'est pour ça).
Avatar de l’utilisateur
Erwan G
Envoyé de la Source
Messages : 15522
Inscription : lun. oct. 25, 2004 6:51 pm
Localisation : Grenoble

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par Erwan G »

guame a écrit : dim. mai 23, 2021 10:56 pm Je suis client prime Amazon parce que campagnard loin de toute épicerie-quincaillerie-librairie, et que j'y trouve mon compte en terme de service client.
Pour mes livres j'essaie de passer par https://www.librairiedialogues.fr/ qui est le site (bien achalandé) d'une fabuleuse librairie Brestoise où j'adore aller fouiner quand je passe dans le coin. Et quand j'ai un peu de temps et que je suis dans un ville qui dispose d'une librairie j'aime bien y faire un saut.
Je dois être schizophrène car j'aime ces deux aspects: livraison rapide, pas de prise de tête avec Amazon, le côté caverne d'AliBaba des boutiques. Je déteste chercher sur un site web sauf si je sais ce que cherche: j'aime trop le plaisir de fureter dans des rayons, d'ouvrir un livre au hasard. Mais en étant à plusieurs dizaine de km d'une librairie (et une très sympa, il y a même des jeux de plateau et une étagère de JdR) je ne peux pas aller y flâner, comme je pouvais le faire quand j'étais citadin.

J'espère qu'on pourra garder les deux, et qu'on ne dérivera pas trop vers les megacorpo "cyberpunk" ...

Amazon a quand grandement participé à normaliser la vente par internet, et surtout à imposer un standard qui fait que le client n'est pas qu'un pigeon à plumer: le client est vraiment roi, et je sais que commander chez eux c'est éviter des sources de stress... Les autres sites de eCommerce n'ont pas toujours bien agi et traînaient des réputations sulfureuses. Du coup avec le temps c'est devenu un réflexe (pour moi, et j'imagine pour d'autres) de passer par chez eux, mais les autres commerçant ont largement eu le temps de s'organiser pour proposer l'équivalent.

En ce qui concerne la déchéance des commerces de village, ça remonte quand même à bien plus loin que l'ère internet. Et ce n'est pas inéluctable dans mon coin il y a eu pas mal d'ouverture en 5 ans de commerces de 'bouche': boucherie, fromagerie/cave à vin, boulangerie. Maintenant un marché de producteur locaux et d'artisan va ouvrir. Donc d'un côté les gens utilisent Amazon (et autres) comme un supermarché en ligne, mais de l'autre il y a une création de commerces sympas. Perso ça me va très bien comme ça !

Pareil ici.

Je passe par Amazon pour mes fournitures de bureau, en partie, et pour des choses que je trouverai en supermarché autrement. Et, parfois, pour les urgences ou ce qui se trouve difficilement en magasin.

Cela ne m'empêche pas d'avoir des magasins dont je suis client : une librairie à Vienne (les Lucioles), un magasin de manga pour les enfants (Au Librius à Voiron), un magasin de BD (Momie folies à Grenoble). Après, il m'arrive de commander certains livres chez Amazon, parce que commander un livre sur momie.fr ou chez Au Librius n'a pas grand intérêt : c'est soit coûteux, soir long et incertain.

Ainsi, le principe, c'est le commerçant, parce que je trouve des commerçants qui ont une plus value, c'est à dire qu'ils m'apportent quelque chose : un réel service, des conseils, un stock suffisant... Si je dois aller acheter un truc à Carrefour ou chez un commerçant désagréable, pourquoi me priverais-je de passer par Amazon.

Aujourd'hui, je passe par une commande de fruits et légumes en ligne, livrés chez mon boucher. Le résultat est que j'ai de meilleurs fruits et légumes que dans les magasins locaux.

L'ouverture d'Amazon et des livreurs en ligne, c'est aussi découvrir que l'on n'est pas obligé de subir des services médiocres et que, quitte à subir un mauvais service autant que ça arrive chez moi.
💖 Je suis Yoann 💖
Avatar de l’utilisateur
Fred_Deux
Transcendé
Messages : 742
Inscription : lun. mai 02, 2005 2:39 pm
Localisation : Proche Toulouse

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par Fred_Deux »

Celi a écrit : lun. mai 24, 2021 8:50 am Chantage à l'emploi classique. Argument avancé depuis des décennies, repris par les gouvernements successifs avec le faible succès que l'on constate (mais sans doute ne va-t-on pas assez loin ou les résistances sont elles trop fortes, c'est pour ça).

Bon. Mes arguments sont mauvais, les tiens le sont probablement moins, pas de souci.

En remontant un peu le fil je remarque quand même que la plupart des questions que j'ai posé simplement, et dont une partie met en cause la responsabilité des gouvernants dans tout ça, sont esquivées d'un revers de main par les fervents détracteurs d'Amazon, vite mises sous le tapis, avec pour toute réponse "Non mais c'est nul comme arguments, haha, c'est moisi. On passe." Et certains d'ajouter "De toute façon le grand capital, blabla...".

Éluder les questions simples avec mépris tout en se dédouanant, puis désigner un bouc émissaire plus ou moins fantasmé, sans rien proposer de concret derrière, c'est ce que fait la grande majorité de nos politiques au fond, peu ou prou, à l'échelle mondiale, et ce sur à peu prés tous les sujets d'importance. En boucle. Depuis des dizaines d'années.

- Mais vous faites quoi, vous, pour enrayer les facilités d'optimisation fiscale bien légales et bien rodées qui ont été mises en place sans que personne ne s'en offusque vraiment jusqu'à aujourd'hui? Vous en êtes en partie responsables. Ce serait possible pourtant, avec un peu de couilles et une vraie volonté politique commune de changer les choses, en vous asseyant tous à une table pour mettre tout à plat, rétablir de bonnes bases en arrêtant d'être hypocrites et d'appliquer la douple-pensée? Ah c'est sûr ça demanderait de très gros efforts et une sacrée remise en question, mais bon...
- Non mais c'est trop compliqué ça, vous comprenez. C'est moisi comme argument. Pis c'est à cause des méchants d'à côté.
- Ne serait-ce pas aussi parce qu'au fond ça vous arrange bien, vous et vos amis des grandes multinationales avec qui vous venez de dîner?
- Non mais c'est trop compliqué. Et c'est moisi ça comme argument.

- Ah tiens, et se sortir les doigts, le cerveau et le porte-monnaie pour vous associer au fleuron de nos auteurs-éditeurs-libraires-ingénieurs-webmasters-logisticiens-entrepreneurs-livreurs pour nous pondre une belle plateforme 2.0 française et flambant neuve, plus équitable, qui fonctionne du feu de Dieu afin de concurrencer un peu Amazon, vous ne vous y êtes pas trop mis ces dernières années, si? Ce serait de sacrés efforts à fournir c'est certain, mais bon, au fond c'est tout à fait possible, non?
- Oula, c'est trés compliqué ça monsieur. On n'y peut pas grand chose nous. C'est un peu moisi vos arguments, non?

- Et sinon, vous faites quoi, vous, concrètement, pour enrayer la pollution des océans au niveau mondial? Ce serait possible pourtant, en mettant du pognon une bonne fois afin de construire une flotte de bateaux bouffeurs-recycleurs de plastique. Renseignez-vous, ils sont prêts à être construits, vous avez juste à signer un chèque. Quelques centaines de millions et hop, en 10 ans y a plus rien.
- Non mais c'est trés compliqué, vous comprenez. Pis c'est pas notre faute, ça. Et vos arguments sont moisis.

- Et au fait, vous faites quoi vous, pour vraiment aider les profs et les élèves afin d'éviter que l'école et l'enseignement ne se délitent totalement? Ce serait possible non, sur quelques années, en mettant de gros moyens pour mieux former les enseignants, en réinstaurant un peu d'ordre et de respect, en essayant un peu les méthodes alternatives qu'on connait et qui ont prouvé qu'elles fonctionnaient mieux, en rénovant une éducation nationale poussiéreuse et idéologisée qui souvent empêche ses enseignants de bosser correctement, en dégageant les profs incompétents, etc.?
- Ah non mais c'est trés compliqué là, vous comprenez. C'est pas nous. En plus vos arguments sont un peu moisis quand même.

Etc, etc.

Du coup, tout est compliqué, les arguments sont moisis, donc on répond à rien réellement, on touche à rien. On ne fait rien. Par contre on n'oublie pas de constater, de dénoncer et de pointer du doigt toutes ces vilaines choses bien affreuses, en désignant au bon peuple un coupable tout trouvé, parce que quand même, faudrait pas qu'il vienne un jour à nous demander des comptes, et aprés on se tape dans le dos en se disant "C'est terrible, hein? Mais bon, c'est comme ça. Allez, viens boire un café Roger. On en reparlera à la prochaine réunion. Aprés tout, ce sera que la cinquantième sur le même sujet."

De toute façon pour une partie d'entre nous, moi compris, le sujet à vrillé depuis un moment. On ne parle plus d'éventuels solutions pour désamorcer la déchéance des librairies indépendantes - qui a commencé, comme je le disais, il y a plus de 20 ans; sauf qu'à cette époque le grand ennemi c'était la FNAC, et Gibert dans une moindre mesure. Maintenant on les aime bien, comme quoi. L'ennemi a changé, le gouvernement et les bienpensants l'ont bien identifié pour nous.
Du coup maintenant on est passé à comment on va démontrer qu'Amazon c'est trés vilain/trés bien/pas trop mal/super.

Ça me chagrine sincèrement de conclure ça en tant qu'ex-libraire et amoureux du livre, mais de toute façon au final sur la question du "sauvetage" des librairies indépendantes, vu le chemin que nous fait emprunter le progrés, les habitudes de conso, l'avance folle de la "concurrence" et la tendance de ceux qui ont le plus de moyens à ne rien vouloir faire d'autre que de petites rustines pour ralentir le naufrage, je rejoins plus ou moins l'avis et le questionnement de certains: jusqu'à quand aura-t-on besoin d'un maréchal-ferrand alors qu'il ny a quasiment plus aucun canasson sur les routes?
Ancien pseudo: Oniromancien (schizophréne inside)
"The secret we should never let the gamemasters know is that they don't need any rules." G. Gygax.
Avatar de l’utilisateur
Qui Revient de Loin
Dieu qui a failli y rester
Messages : 7241
Inscription : sam. mars 02, 2013 1:20 pm
Localisation : Nothing Gulch
Contact :

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par Qui Revient de Loin »

Killing Joke a écrit : dim. mai 23, 2021 2:24 pm Ca me paraît difficile de sauver (à moyen terme) les libraires (et de nombreux autres domaines de vente actuellement essentiellement physique, d'ailleurs).

Je doute qu'il soit possible de concurrencer ce qu'est devenu amazon sur son propre terrain, qui se résume pour moi essentiellement en trois points : 
1. Le choix très conséquent (grâce aux entrepots en dehors des villes) (*)
2. La facilité du workflow de commande (grâce au dématérialisé)
3. La rapidité de livraison (grâce aux optimisations logistiques)

Toutes choses inatteignables pour des libraires, à moins de vraiment se restructurer avec une épine dorsale transversale multi-intervenants (éditeurs / imprimeurs / grossistes / libraires) (ce qui pour des raisons d'organisation sera(it) incroyablement difficile).

* : pour l'anecdote, n'oublions pas comment Amazon a commencé, finalement : grâce à la longue traîne ("The Long Trail", https://www.amazon.fr/Longue-Tra%C3%AEn ... oks&sr=1-1). Les boutiques physiques, y compris FNAC, n'avaient pas de place pour exposer autre chose que les nouveautés (qui plus est de plus en plus nombreuses par rapport à il y a quelques décennies), et donc encore moins les sorties un peu plus anciennes qui de toutes façons se vendent moins que les nouveautés. Amazon, avec des entrepôts en dehors des villes a pu stocker à coûts plus bas et ainsi vendre ce qui n'était pas exposable en boutiques - et c'est la somme de toutes ces ventes unitairement peu nombreuses, mais dont la somme cumulée a commencé a représenter de forts volumes au total, qui a permis d'améliorer / optimiser le workflow de commande / livraison, puis de prendre la main sur tous les types de ventes (y compris, forcément, best-sellers et nouveautés), et ainsi de devenir quasi hégémonique.

Du coup je ne vois que des idées de niches pour sauver les libraires, au cas par cas : 
- privilégier l'expérience : le côté "librairie-café-coin lounge avec musique sympa" ?
- innover sur un domaine de niche où amazon n'est pas présent : la vente via rééditions de livres épuisés (en micro-éditions, ..., avec bien sûr une solution d'impression adaptée et un partenariat avec les éditeurs) - perso j'ai une sous-partie de ma "pile à acheter" qui est finalement "pile à dénicher" (çà reste de la niche en volume, mais cf. plus haut, c'est sans doute ce qu'il faut viser)
- négocier un partenariat avec amazon pour devenir des points de livraison / dépôt amazon (évidemment, tout libraire devrait hurler de rentrer dans le giron d'amazon), avec la logistique / back-end d'amazon - je ne parle pas de relais-colis, plutôt d'une formule qui resterait à inventer, une sorte de "show-room", plutôt, avec livraison ultra-rapide (perso je préfère de + en + aller chercher mon colis quelque part qu'attendre chez moi qu'un livreur sonne (ou pas) ou me bloque une partie de mon samedi (à l'attendre).
- le rachat de livres façon momox : je me demande si les bouquinistes ne disparaîtront pas avant les libraires ... le lien entre "livres rachetés" et "marché local" est trop compliqué - par contre, si ce mécanisme était unifié de manière plus large sur tout le territoire, avec des librairies faisant office de points de collecte (mais pas de stockage / revente directe) > transferts vers des entrepôts centraux > redispatching dans n'importe quelle librairie (avec une plateforme de ventes en ligne), çà pourrait p-e se faire (l'intérêt étant bien sûr le côté "point de collecte", qui est délicat avec les plateformes en ligne (coûts d'envoi, refus, rachats moins chers qu'annoncés, retours, ...)) 
- ...

Bon rien de révolutionnaire dans ces quelques idées et rien qui sauvera vraiment les libraires sur le long terme, celà dit.

Je doute qu'accentuer le lien lecteurs / auteurs (en organisant plus de rencontres, dédicaces) ... puisse marcher / suffise, çà fait des années que certains libraires le font, et : çà prend un temps fou aux auteurs, les lecteurs n'achètent pas forcément pour autant sur place, et visiblement çà ne suffit pas au final (voir par ex. la librairie Broglie à Strasbourg qui le faisait à une époque et qui a fermé début 2021 https://actualitte.com/article/98412/li ... ses-portes).

Je trouve tes infos et réflexions très intéressantes.
Je constate par exemple que les boutiques de JDR, ça ne me fait presque ni chaud ni froid qu'elles disparaissent, hormis celles qui ont une fonction club/asso et qui accueillent des parties, des "championnats", et j'avais trouvé très sympa les café-BD et les bar à jeux. Le vrai plus que ça apportait c'était un moment convivial (boissons/gâteau/choix de BD & jeux à feuilleter), l'accueil du groupe de joueurs, l'aide à la prise en main.

J'ai de gros doute aussi sur le lien lecteurs-auteurs, pour des raisons de partage de la chaine de valeurs (plein de récits sur les "conditions de travail" des auteurs qui viennent "gagner en visibilité") comme personnelles (j'en ai rien à foutre de l'auteur en général, désolé, ce qui m'intéresse c'est l’œuvre ; je préfère regarder une intervention du Grümph sur youtube où il explique sa pratique et de le savoir justement rétribué quand j'achète un de ses bouquins que d'avoir un autographe et de boire une bière avec lui :bierre: ).

Par contre la réédition, en tout cas d’œuvres du domaine public, ça se fait déjà par des aigrefins via Amazon.
 
Dieu qui a failli y rester | Teams Panthéon & Bienvenue
Le blog de mes voyages imaginaires: http://qui.revient.de.loin.blog.free.fr/

Mémoire de rôlistes : le patrimoine du jeu de rôle se construit aujourd'hui

Contributeur au Grog
Rosco
Dieu d'après le panthéon
Messages : 3257
Inscription : dim. avr. 30, 2017 10:23 am

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par Rosco »

Le libraire a été sauvé par la loi lang, il y a plus de trente ans.
Mais si on compart au modélisme par exemple, la plupart des magasins se faisaient la guerre , en jouant sur la correpondance, et des marges réduite, mais avec internet et l'euro les bradeurs ont disparu. Le marché reduit et amazon ont coulé les bradeurs, les magasins avec un service sont restés mais même pour eux la vie est devenue difficile.

Pour faire simple,
Dans un secteur concurenciel, internet sera toujours moin cher, ce qui reste pour les boutiques c est la qualité.
Essayer de jouer sur les prix est plus que compliquer.
Cela est valanle pour tout les commerces de détails.
Cf lulu pour l immression à la demande
Avatar de l’utilisateur
Cryoban
Dieu de la carbonite
Messages : 8962
Inscription : mar. mars 29, 2011 9:25 pm
Localisation : Angers

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par Cryoban »

I bring bad luck a écrit : dim. mai 23, 2021 9:50 pm Personnellement, ça me fout un peu la trouille ce monde futur où il n'y aurait plus jamais besoin de sortir de chez soi

Ca ce n'est valable que dans le cas ou la société poursuit sur sa lancée actuelle. Mais rien ne dit qu'elle puisse poursuivre comme elle l'imagine.
Swooby-doo et mystères associés (un hack de Sweepers)
Vermine-Reboot hack motorisé par Le Grit
Cthulhu Invictus: Limes Obscurus. Certaines forêts sont plus sombres que d'autres
Dark Operators, un hack du BRP pour Delta Green. Du poulpe et des Forces Spéciales.
Avatar de l’utilisateur
I bring bad luck
Initié
Messages : 169
Inscription : mar. juil. 21, 2020 9:34 pm

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par I bring bad luck »

Ca ce n'est valable que dans le cas ou la société poursuit sur sa lancée actuelle. Mais rien ne dit qu'elle puisse poursuivre comme elle l'imagine.
Du coup tu me rassures vachement  :?

 
Avatar de l’utilisateur
Tabulazero II
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2481
Inscription : mer. oct. 19, 2016 9:05 am

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par Tabulazero II »

Entre netflix, les tutos sur youtube et les tablettes, qui ici a encore la patience de lire un bouquin de A à Z ?

Quand je regarde la pile de livre à lire que j'ai sur ma table de nuit je me demande si mes achats sont plus une compulsion qu'autre chose.

Plutôt qu'Amazon, c'est peut-être cela le vrai danger pour les librairies.

Vous avez encore la discipline pour lire tout ce que vous commandez de chez Amazon, vous ?
Le dromadaire ne fait que passer....
Avatar de l’utilisateur
Harfang2
Prêtre
Messages : 398
Inscription : jeu. déc. 03, 2020 5:51 pm

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par Harfang2 »

Tabulazero II a écrit : lun. mai 24, 2021 3:22 pm Entre netflix, les tutos sur youtube et les tablettes, qui ici a encore la patience de lire un bouquin de A à Z ?

Vous avez encore la discipline pour lire tout ce que vous commandez de chez Amazon, vous ?

Je ne commande pas chez Amazon et les quelques vidéos de "tuto" ou "culturel" sont trop long pour le peu d'informations qu'elles donnent.
Personnellement, je n'y vois pas d'intérêt en terme de temps dépensé quand je veux m'instruire sur un sujet technique ou culturel, un texte et quelques schéma me demandent moins de temps de lecture et sont consultables en plein travail. Les "tuto" bricolage, j'ai vraiment l'impression que, souvent on s'adresse a des gamins de cinq ans ou a des touristes. Quand aux machins historiques, c'est quand même au ras des paquerettes.
Avatar de l’utilisateur
Vorghyrn
Dieu des gargarismes
Messages : 7152
Inscription : jeu. févr. 03, 2011 12:00 pm
Localisation : Le Cap (Afrique du Sud)
Contact :

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par Vorghyrn »

Tabulazero II a écrit : lun. mai 24, 2021 3:22 pm Entre netflix, les tutos sur youtube et les tablettes, qui ici a encore la patience de lire un bouquin de A à Z ?

Quand je regarde la pile de livre à lire que j'ai sur ma table de nuit je me demande si mes achats sont plus une compulsion qu'autre chose.

Plutôt qu'Amazon, c'est peut-être cela le vrai danger pour les librairies.

Vous avez encore la discipline pour lire tout ce que vous commandez de chez Amazon, vous ?
Sans parler d'Amazon spécifiquement, oui, je lis ce que je m'achète et ce qu'on m'offre (enfin, sauf si c'est vraiment archi-nul);
Mais c'est vrai que je lis moins ces dernières années. La faute n'est pas à Amazon, aux séries ou à Youtube mais au JDR en solitaire. Je joue et j'écris donc je lis moins :P
Mon blog JDR : De l'autre Côté de l'écran. critiques de JDR et techniques de jeu, surtout en solo

Mon site d'écriture : Imaginaires lointains. Récits cyberpunks, CR littéraires de solo medfan et un projet d'univers sous forme de wiki
 
Répondre