La survie des libraires et le Grand Capital

Pour discuter sereinement de l'actualité
Avatar de l’utilisateur
Tignace
Initié
Messages : 173
Inscription : dim. mai 07, 2017 11:05 pm

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par Tignace »

Rosco a écrit : lun. mai 24, 2021 1:43 pm Le libraire a été sauvé par la loi lang, il y a plus de trente ans.

Le but était certes de protéger le libraire mais aussi de protéger la création littéraire. Un réseau de librairie peut accueillir et faire découvrir un large spectre de la création. Alors que les grandes surfaces ou la vente par correspondance se concentrent sur les grosses sorties ou de la commande.

Je n'ai pas lu les 5 pages de la discussion donc je vais peut-être faire radoter le fil. Le débat sur les frais de port revient car au 2ème confinement (les librairies étaient fermées) l'état a pris en charge une partie de ces frais de port pour les librairies. Le dispositif touchant à sa fin, ce débat revient (pour la énième fois) sur le tapis. Débat sans fin car les librairies ne pourront jamais se transformer en centre d'expédition au niveau des spécialistes du genre. Comme si le boucher du coin voulait rivaliser avec le service de livraison d'un hypermarché. C'est pas le même métier, pas le même service même si les deux vendent des steaks.

Amazon n'est pas le seul acteur de la vente par correspondance même si leur croissance est continuelle et qu'avec cette dynamique ils peuvent viser le monopole. Pourquoi ils se trainent une "sale image" alors que d'autres mastodontes comme Netflix est bien vu ? Ca reste pour moi un mystère.
PM
Dieu de l'Annonciation
Messages : 2845
Inscription : ven. sept. 29, 2006 1:29 pm

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par PM »

Tignace a écrit : lun. mai 24, 2021 6:30 pm Amazon n'est pas le seul acteur de la vente par correspondance même si leur croissance est continuelle et qu'avec cette dynamique ils peuvent viser le monopole. Pourquoi ils se trainent une "sale image" alors que d'autres mastodontes comme Netflix est bien vu ? Ca reste pour moi un mystère.

Pour résumer les 5 pages (et autres souces) pour leur politique "d'optimisation" fiscale qui fait qu'ils ne paient quasiment rien comme impots, d'une part, pour leur traitement de leurs employés (refus de ssyndicats, surveillance au "rendement" -au moins dans certains centres, comme l'a fait remarquer un des intervenants on n'a pas de certitude que ce soit une politique générale, du genre "tu as ces bouquins à ramener, [et vue l'organisation des entreprots vérifiée par informatique] tu a 5 minutes 30 pour le faire", à 5'40" tu as un mauvais point).
madtroll
Mystique
Messages : 889
Inscription : ven. févr. 10, 2012 7:40 pm
Localisation : Mantes la jolie

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par madtroll »

Tabulazero II a écrit : lun. mai 24, 2021 3:22 pm Entre netflix, les tutos sur youtube et les tablettes, qui ici a encore la patience de lire un bouquin de A à Z ?

Euh ... Je penses qu'il y a encore pas mal de monde malgré tout.
Avatar de l’utilisateur
mithriel
Dieu du funky soul
Messages : 5926
Inscription : jeu. juil. 31, 2003 9:00 am
Contact :

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par mithriel »

PM a écrit : lun. mai 24, 2021 7:10 pm
Tignace a écrit : lun. mai 24, 2021 6:30 pm Amazon n'est pas le seul acteur de la vente par correspondance même si leur croissance est continuelle et qu'avec cette dynamique ils peuvent viser le monopole. Pourquoi ils se trainent une "sale image" alors que d'autres mastodontes comme Netflix est bien vu ? Ca reste pour moi un mystère.

Pour résumer les 5 pages (et autres souces) pour leur politique "d'optimisation" fiscale qui fait qu'ils ne paient quasiment rien comme impots, d'une part, pour leur traitement de leurs employés (refus de ssyndicats, surveillance au "rendement" -au moins dans certains centres, comme l'a fait remarquer un des intervenants on n'a pas de certitude que ce soit une politique générale, du genre "tu as ces bouquins à ramener, [et vue l'organisation des entreprots vérifiée par informatique] tu a 5 minutes 30 pour le faire", à 5'40" tu as un mauvais point).
Pis y'a optimisation fiscale et optimisation fiscale. Faire un truc proposé par l'état pour soutenir l'investissement dans tel ou tel domaine et trouver une combine basée sur un trou dans la raquette législative (internationale), je ne mettrais pas ça au même niveau du point de vue éthique, puisqu'on ne peut discuter que de ça. Optimisation fiscale en matière de multinationales, c'est quand même un bel euphémisme.
 
guame
Initié
Messages : 151
Inscription : mar. mars 28, 2017 1:07 pm

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par guame »

Tignace a écrit : lun. mai 24, 2021 6:30 pm Débat sans fin car les librairies ne pourront jamais se transformer en centre d'expédition au niveau des spécialistes du genre. Comme si le boucher du coin voulait rivaliser avec le service de livraison d'un hypermarché. C'est pas le même métier, pas le même service même si les deux vendent des steaks.

Alors je reprends mon exemple de la librairie Dialogues à Brest: c'est une énorme librairie historique, maintenant sur plusieurs étages avec canapés et un vrai café. Ils ont également ouvert une boutique "jeunesse" avec jeux, jouets et jeux de plateau sur une très grandes surface. Au niveau librairie physique c'est un modèle du genre. Quand je vais (rarement) à Brest, j'y passe systématiquement une après midi. (voir les photos sur leur facebook ici: https://www.facebook.com/librairie.dial ... e_internal)

Leur site (https://www.librairiedialogues.fr/) est très bien fourni: j'y ai par exemple trouvé plusieurs fois des trucs introuvable ailleurs. Par contre ce n'est pas un maxi-bazar à la Amazon: c'est 'juste' un librairie. A mon goût l'ergonomie n'est pas top (pas terrible pour fureter), mais ça fait largement le poids face à Amazon qui n'est pas non plus terrible dans son ergonomie pour musarder. Au niveau logistique je n'ai jamais eu de problème avec eux et je les trouve très efficace --> il y a donc moyen de concurrencer l'ogre sur son propre terrain.

Alors maintenant il y a sûrement d'autres exemples du genre, mais j'ai l'impression que pour certains libraires c'est plus simple de trouver un coupable à pointer du doigt que de réfléchir à la cause de la baisse de fréquentation du magasin ou d'avoir une vision d'avenir.
Je pense que c'est difficile vu le contexte (mais c'était déjà difficile avant avec la 'concurrence' des grandes surfaces et autres fnac).
J'ai aussi le souvenir, quand j'étais jeune travailleur à Paris, de librairies froides avec bien souvent un type hautain derrière sa caisse et pas des masses de conseils...

Peut être qu'au lieu de pointer du doigt le méchant Amazon, ça serait peut être bien de voir les alternatives qui fonctionnent et comment aider les libraires indépendant à devenir une alternative crédible aux géants du net (mais pas que: les grandes surfaces ont aussi repensé leurs espaces "culture" et arrivent à proposer un échantillonnage d'ouvrage intéressant).

A mon avis il vaudrait en effet mieux garder des cartouches pour dénoncer (et agir, ce serait mieux) l'optimisation fiscal et les mauvais traitement infligés aux employés (du bas de l'échelle, parce que les ingénieurs qui bossent chez eux ont l'air généralement assez heureux malgré tout). J'ai l'impression qu'a force les gens vont en avoir marre d'entendre le 'méchant Amazon' a toutes les sauces.
Dernière modification par guame le lun. mai 24, 2021 9:44 pm, modifié 5 fois.
Avatar de l’utilisateur
Der Schwarz Doktor
Pratiquant
Messages : 260
Inscription : mar. mai 19, 2020 9:28 am

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par Der Schwarz Doktor »

1)Le problème d'optimisation fiscale d'Amazon, c'est 5,7 milliards d'euros de CA en 2019 sur lesquels le patron de la branche france était fier d'annoncer payer 420 millions d'impôts sur 2019 (en fait toutes "taxes" confondues).
https://www.lepoint.fr/economie/pour-la ... 997_28.php
https://www.franceinter.fr/emissions/l- ... embre-2020
Si un seul d'entre vous a, un jour, géré une entreprise en France, vous devez halluciner devant un taux aussi faible.

2) Le ratio d'emploi détruit pour chaque emploi créé par Amazon n'est manifestement pas très intéressante pour l'emploi français.
https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/ar ... 55770.html
J'ai bien conscience de l'obsolescence de certains métiers mais je préfère aller verser mon obole au commerçant du coin qu'à la superstructure d'à côté.
Ne serait-ce que parce que le commerçant du coin réutilisera probablement mes sous chez un autre marchand du coin, ce qui est important à l'échelle d'un bassin économique. Amazon siphonne l'argent pour le mettre "ailleurs".
En fait, on retourne (un peu) sur la discussion du coût des livres de jdr. Ils sont trop chers mais ceux qui y travaillent sont mal payés. On en veut tous beaucoup pour pas cher tout en étant bien payés... c'est compliqué...

3) Le modèle de management par Amazon tel qu'il est rapporté (je n'y ai jamais travaillé) fait que je n'y recours que contraint et forcé pour un truc introuvable ailleurs. Et donc 3 fois dans ma vie. Et Uber, c'est pareil mais 0 fois. Je ne souhaite pas utiliser de services disponibles autrement qui sont contraires à mes valeurs.

4) Oui, j'utilise d'autres biens et services de méga corporations mais j'essaie de faire un peu de tri.

My poor 2 cents
 
"Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer" (Beaumarchais)
Avatar de l’utilisateur
Tignace
Initié
Messages : 173
Inscription : dim. mai 07, 2017 11:05 pm

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par Tignace »

guame a écrit : lun. mai 24, 2021 9:17 pm Leur site (https://www.librairiedialogues.fr/) est très bien fourni: j'y ai par exemple trouvé plusieurs fois des trucs introuvable ailleurs. Par contre ce n'est pas un maxi-bazar à la Amazon: c'est 'juste' un librairie. A mon goût l'ergonomie n'est pas top (pas terrible pour fureter), mais ça fait largement le poids face à Amazon qui n'est pas non plus terrible dans son ergonomie pour musarder. Au niveau logistique je n'ai jamais eu de problème avec eux et je les trouve très efficace --> il y a donc moyen de concurrencer l'ogre sur son propre terrain.
Le soucis est sur les frais de port. Là où une librairie fait payer dans les 6 euros de port pour un livre, Amazon (ou un autre) fait le job pour 0.01 euro. Faut que le client soit vraiment dans une démarche d'aider son libraire pour passer par lui.
Si le libraire offre les frais de port, il n'a quasi plus de marge voir il vend à perte selon les cas. D'ailleurs je me demande comment fait Amazon pour arriver à marger en offrant les frais de port sur les livres… le volume peut-être. 
 
guame a écrit : lun. mai 24, 2021 9:17 pm Alors maintenant il y a sûrement d'autres exemples du genre, mais j'ai l'impression que pour certains libraires c'est plus simple de trouver un coupable à pointer du doigt que de réfléchir à la cause de la baisse de fréquentation du magasin ou d'avoir une vision d'avenir.
Je pense que c'est difficile vu le contexte (mais c'était déjà difficile avant avec la 'concurrence' des grandes surfaces et autres fnac).
Les syndicats des libraires n'ont pas encore réagi officiellement sur cette histoire sans fin de frais de port (du moins c'est pas arrivé à mes oreilles). Ca me rappelle le 2ème confinement où la fermeture des librairies avait fait polémique. Il y eu l'interdiction de vente de livre dans les supermarchés mais jamais la profession n'avait demandé ça. 

Mais faut aussi être honnête et dire que les librairies ont pour l'instant traversé cette crise pas si mal que ça. Les chiffres de la profession ne sont pas catastrophique; ou du moins bien mieux que ce qu'on aurait pu imaginé il y a un an.
 
guame
Initié
Messages : 151
Inscription : mar. mars 28, 2017 1:07 pm

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par guame »

Très rapidement (je n'ai pas bien compris la règle) les frais de port sont offerts pour cette librairie (à partir de 2 livres et/ou 20€). Donc c'est peut être pas super avantageux pour eux, mais ils proposent bien cette option, et pas à partir d'une somme conséquente (certaines boutiques les offrent à partir de 60/75 €).
PM
Dieu de l'Annonciation
Messages : 2845
Inscription : ven. sept. 29, 2006 1:29 pm

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par PM »

mithriel a écrit : lun. mai 24, 2021 8:14 pm
PM a écrit : lun. mai 24, 2021 7:10 pm pour leur politique "d'optimisation" fiscale
Pis y'a optimisation fiscale et optimisation fiscale. Faire un truc proposé par l'état pour soutenir l'investissement dans tel ou tel domaine et trouver une combine basée sur un trou dans la raquette législative (internationale), je ne mettrais pas ça au même niveau du point de vue éthique, puisqu'on ne peut discuter que de ça. Optimisation fiscale en matière de multinationales, c'est quand même un bel euphémisme.

Pourquoi tu crois que j'avais mis des guillemets ? :)
Avatar de l’utilisateur
mithriel
Dieu du funky soul
Messages : 5926
Inscription : jeu. juil. 31, 2003 9:00 am
Contact :

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par mithriel »

J'avions compris et voulais enfoncer le clou. ;)
Avatar de l’utilisateur
Rui
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1728
Inscription : jeu. mars 07, 2013 2:33 pm
Localisation : Villejuif

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par Rui »

Der Schwarz Doktor a écrit : lun. mai 24, 2021 9:20 pm 1)Le problème d'optimisation fiscale d'Amazon, c'est 5,7 milliards d'euros de CA en 2019 sur lesquels le patron de la branche france était fier d'annoncer payer 420 millions d'impôts sur 2019 (en fait toutes "taxes" confondues).
https://www.lepoint.fr/economie/pour-la ... 997_28.php
https://www.franceinter.fr/emissions/l- ... embre-2020
Si un seul d'entre vous a, un jour, géré une entreprise en France, vous devez halluciner devant un taux aussi faible.
C'est le sujet où je pense qu'on a le plus de légitimité à pester contre Amazon. Par contre il faut avoir conscience c'est que c'est pas propre à Amazon ou les entreprises étrangère. C'est offert aujourd'hui par ce qu'on a les outils pour le faire et que toutes les boîtes qui ont une certaine taille peuvent faire tout ça...

Le problème vient que c'est un problème mondiale et que tant qu'il n'est pas traité en tant que tel il n'y aura pas de solution. Les lois et structures n'ont pas été pensé avec l'instantanéité en tête. C'était avant complexe à mettre en place, structurer et suivre. Aujourd'hui c'est "extrêmement simple" et très très rentable :(

La taxe GAFAM vaut ce quelle vaut mais elle à pour objectif de taper sur ce genre de boîte. Mais tant qu'une des grandes puissance en tirrera bénéfice et que tous les autres suivent pas c'est pas très pertinant

2) Le ratio d'emploi détruit pour chaque emploi créé par Amazon n'est manifestement pas très intéressante pour l'emploi français.
https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/ar ... 55770.html
C'est le genre d'article qui est biaisé. Je ne doute pas que les emploies sont en défaveur d'Amazon par contre je trouve que les articles sont orienté et qu'une partie des chiffres sont omis. Amazon ce n'est pas que du commerce et la création de postes ne se fait pas que dans l'e-comerce et dans les autres branches ils ne font pas forcément disparaitre de job sur des marchés déjà très concurrentiel.

Amazon à maintenant son propre service de livraison et je doute fortement que ça a fait baisser les recrutements de livreur pour les boîtes du secteur. Et ça c'est qu'un exemple qui n'est pas pris en compte quand on présente les chiffres brut.

J'ai bien conscience de l'obsolescence de certains métiers mais je préfère aller verser mon obole au commerçant du coin qu'à la superstructure d'à côté.
Ne serait-ce que parce que le commerçant du coin réutilisera probablement mes sous chez un autre marchand du coin, ce qui est important à l'échelle d'un bassin économique. Amazon siphonne l'argent pour le mettre "ailleurs".
Ou pas. C'est peut être plus complexe. Est-ce que les gains fait via Amazon ne boosterait pas les achats effectué dans le boucher du coins et/ou tous les services non délocalisables? Est-ce que le fait d'économiser de l'argent sur des loisirs ne permettent pas au final de faire tourner du locale?

Je pense que la problématique est très complexe et que résumé à : si j'achète sur Amazon je ne dépense pas en locale. Je doute fortement que tous les comptes en Banques Français ne font que gonfler des gains fait via l'utilisation de ses grosses plateforme.

En fait, on retourne (un peu) sur la discussion du coût des livres de jdr. Ils sont trop chers mais ceux qui y travaillent sont mal payés. On en veut tous beaucoup pour pas cher tout en étant bien payés... c'est compliqué...
Assez d'accord mais ici c'est un peut comme si pour régler les problèmes des auteurs ont essayer de s'attaquer aux imprimeurs ... Est-ce que c'est vraiment pertinent et est ce que c'est vraiment là où se trouve le problème.

3) Le modèle de management par Amazon tel qu'il est rapporté (je n'y ai jamais travaillé) fait que je n'y recours que contraint et forcé pour un truc introuvable ailleurs. Et donc 3 fois dans ma vie. Et Uber, c'est pareil mais 0 fois. Je ne souhaite pas utiliser de services disponibles autrement qui sont contraires à mes valeurs.
Le problème de ses grosses boîtes qui remettent en question grandement nos structure sociales c'est que ça accélère l'évidence de la disparition des jobs à faible valeurs ajouter. Par ce que même avec la meilleurs volonté du monde on a quand même dans notre population des gens qui n'arriveront pas à suivre l'augmentation de compétences que nécessitent les jobs dans le futur.

On est pas tous égaux et malheureusement l'augmentation du niveau de spécialisation nécessaire fait que des gens ne seront malheureusement pas capable de le faire. Si c'est plus ou moins accepté quand c'est des problèmes physique ça l'est beaucoup moins en terme intellectuel. A partir du moment ou l'on accepte ce constat froid on peut commencer à se poser la question de comment on fait pour ne pas laisser sur le carreaux des gens qui ne sont malheureusement pas adapté aux contraintes du travails qui semblent se profiler dans le futur.

On fait en sorte de faire disparaitre toutes les taches ingrates pour les remplacer par des systèmes automatiques pour faciliter la vie des hommes. Mais comment on va faire si les jobs remplacer ne permettent pas de "recaser" les profils dans d'autres jobs? On laisse mourir les gens qui se retrouve dans cette situation?

Et les métiers/branches sont assez larges et sur des choses qu'on pensait pas remplacer par des machines.
S'il est évident depuis un moment du remplacement de taches répétitive physique par des robots et que ça fait son chemin de plus en plus dans les esprits. Je ne suis pas sûr que les gens se rendent compte qu'il y a tout un tas d'autres jobs qui sont impacté par les améliorations techniques.

Une partie de la médecine est en passe d'être remplacer à 100% par des programmes informatiques.
De grosses avancé vont peut être permettre de se passer à terme de tout ce qui est service de conduite (livraison, taxis, etc...)
Des taches de faibles VA en informatiques arrivent à être gérer de manière pseudo automatique aujourd'hui (création de site, process sans code de programmation etc...)

Du coup une partie de la population pourra se recasser dans d'autres types de jobs ou alors arriveront à monter en compétences pour atteindre un niveau non encore atteignable par de l'automatisation, mais le reste?
Avatar de l’utilisateur
Qui Revient de Loin
Dieu qui a failli y rester
Messages : 7231
Inscription : sam. mars 02, 2013 1:20 pm
Localisation : Nothing Gulch
Contact :

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par Qui Revient de Loin »

A noter sur la défiscalisation et la taxe Gafam : il commence à y avoir une coordination internationale. Dernier exemple : https://www.liberation.fr/economie/les- ... EW7WHEZGQ/
Dieu qui a failli y rester | Teams Panthéon & Bienvenue
Le blog de mes voyages imaginaires: http://qui.revient.de.loin.blog.free.fr/

Mémoire de rôlistes : le patrimoine du jeu de rôle se construit aujourd'hui

Contributeur au Grog
Rosco
Dieu d'après le panthéon
Messages : 3240
Inscription : dim. avr. 30, 2017 10:23 am

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par Rosco »

Qui Revient de Loin a écrit : mar. mai 25, 2021 12:23 pm A noter sur la défiscalisation et la taxe Gafam : il commence à y avoir une coordination internationale. Dernier exemple : https://www.liberation.fr/economie/les- ... EW7WHEZGQ/

Sauf que si tu es citoyen américain tu payes tes impôts au gouvernement fédéral et ceux quelque soit ton pays de résidence.
Il s'agirait donc d'adapter aux entreprises le principes appliqué aux citoyens
"plus précisement tu payes au gouvernement USA l'écart entre les impots de ton lieu de residence et les impôts que tu dois aux état unis"
Cette règle est applicable à toute personne née aux état unis et à tout les citoyens, le gouvernement fédéral a même une lois obligeant les banques des autres pays à communiquer les fonds appartenant aux personne tributaire de l'impot, au gouvernement, cf histoire de boris johnson
Avatar de l’utilisateur
Qui Revient de Loin
Dieu qui a failli y rester
Messages : 7231
Inscription : sam. mars 02, 2013 1:20 pm
Localisation : Nothing Gulch
Contact :

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par Qui Revient de Loin »

Oui, ca serait cool ! mais là, c'ets un début et c'était encore inimaginable il y a 5 ans.

car si tous les pays taxe de la même façon les entreprises, Amazon n'aura plus d'intérêt de s’installer en Irlande (bon, on en est encore loin, la proposition est de 15% mini, et certains pays sont/veulent aller à 28%).
Dieu qui a failli y rester | Teams Panthéon & Bienvenue
Le blog de mes voyages imaginaires: http://qui.revient.de.loin.blog.free.fr/

Mémoire de rôlistes : le patrimoine du jeu de rôle se construit aujourd'hui

Contributeur au Grog
Avatar de l’utilisateur
Loludian
Dieu pour tous
Messages : 6573
Inscription : sam. oct. 21, 2006 11:05 pm
Localisation : Toulouse
Contact :

Re: La survie des libraires et le Grand Capital

Message par Loludian »

Qui Revient de Loin a écrit : mar. mai 25, 2021 12:37 pm Oui, ca serait cool ! mais là, c'ets un début et c'était encore inimaginable il y a 5 ans.

car si tous les pays taxe de la même façon les entreprises, Amazon n'aura plus d'intérêt de s’installer en Irlande (bon, on en est encore loin, la proposition est de 15% mini, et certains pays sont/veulent aller à 28%).
Quel intérêt auraient des pays qui gagnent masse de thunes grâce au fait qu'ils sont des paradis fiscaux, à taxer plus et faire fuir ces entreprises qui viennent se mettre à l'abri ?
Répondre