Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Ciné, télé, zik et bla bla persos (trolls, floodeurs et baskets interdits)
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Tolkraft
Prêtre
Messages : 347
Inscription : mar. oct. 15, 2013 11:38 am

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Tolkraft » ven. mai 10, 2019 8:42 pm

J'ai vu Hellboy aussi.

Le film est descendu en flammes partout et ... ben en fait, j'ai aimé. Pas "beaucoup" aimé, mais c'est loin d'etre un navet !

En fait, je pense que la plupart des critiques négatives ont été faites par des gens qui ne connaissent pas les BD.
Et le film doit sembler foutraque, il part dans tous les sens, balance plein de pistes, perso, histoires ... car en fait, le film resume toute l'intrigue de 15 tomes d'Hellboy en 2h.

C'est un film de fan, pour les fans ! 

Outre des clin d'oeils, le film réutilise (et plutot intelligemment) des arcs et histoires (Iron shoes, HB in mexico, The Wild Hunt...) et tisse tout ça dans sa trame.
Au final, si certains effets spéciaux sont pas top, je trouve que le film garde pour lui :
- une histoire complète, qui evite les ecueils classiques 
Spoiler:
pas de "mechant pour etre méchant", pas de combat final contre le méchant, ...
- Du fan service à tous les étages.
- une bonne fidélité à l'oeuvre, meme s'il y a une faute de gout
Spoiler:
les gros démons à la fin font plus Eldrazi de Magic the Gathering que démons de Mignola
- du rythme, de l'action, en particulier dans la scène...
Spoiler:
... de combat contre les géants. HB vole dans tous les sens !

Certes, c'est gore, parfois inutilement, certaines scènes et effets spéciaux sont plutot "cheap", mais le potar de fanservice sont mis sur 11.

Je m'attendais à un navet, j'ai été agréablement surpris.
 
Image Image

Avatar de l’utilisateur
Tgx
Pratiquant
Messages : 275
Inscription : mer. janv. 02, 2013 1:40 pm
Localisation : Badlands (Ivry sur Seine)

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Tgx » ven. mai 10, 2019 8:48 pm

Tolkraft a écrit :
ven. mai 10, 2019 8:28 pm
Donc au lieu des clichés hollywoodien, on à droit aux clichés asiatiques (je généralise, mais c'est des trucs qu'on voit aussi bien dans des films chinois, coréen, japonais ...) :
- le perso obsédé par la bouffe,
- le chef de gang, ridicule
- le mec chelou, limite pervers sexuel, mais qui a un bon fond -_-
- ces scènes bizarres où les gens se hurlent dessus sans qu'on comprenne trop pourquoi (même quand ils sont amis, hein) 

Ca me rappelle le cast de Steins;Gate :
- un pseudo-savant fou qui passe la moitié de son temps à hurler des trucs incompréhensibles
- une scientifique tsundere
- une gamine limite autiste (ou alors qui vit à mi-temps dans un autre univers)
- un geek hotaku
- une catgirl de cosplay
- un gamin timide qui s'habille en fille

Le tout s'avère au final surprenant et chouette, mais il faut vraiment arriver à passer le cap des premiers épisodes de mise en place :)
« Si j'étais artiste, je peindrais la Bienfaisance avec un voile, comme la Pudeur, posant un doigt sur sa bouche, comme le Silence ; et la Reconnaissance, au contraire, avec une trompette, comme la Renommée. » (Louis Philippe de Ségur)

Avatar de l’utilisateur
Mugen
Dieu des bottes de cuir
Messages : 8473
Inscription : mer. mai 17, 2006 11:34 am

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Mugen » ven. mai 10, 2019 9:42 pm

Tolkraft a écrit :
ven. mai 10, 2019 8:42 pm
J'ai vu Hellboy aussi.

Le film est descendu en flammes partout et ... ben en fait, j'ai aimé. Pas "beaucoup" aimé, mais c'est loin d'etre un navet !

Je suis moi aussi surpris de la virulence des critiques.
C'est pas une merveille, mais il m'a fait passer un bon moment.
Et je ne connais pas les comics.
Sois satisfait des fruit, des fleurs et même des feuilles,
Si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles.
Ne pas monter bien haut peut-être, mais tout seul.

Avatar de l’utilisateur
Olivier Fanton
Dieu des lapins qui bouquinent
Messages : 2124
Inscription : jeu. août 07, 2003 10:01 pm
Localisation : Rouen (ou pas loin)
Contact :

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Olivier Fanton » ven. mai 10, 2019 11:49 pm

Comptez-moi parmi les personnes trouvant ce nouveau hellboy nul. Je ne connais pas les comics, uniquement les deux premiers films (dont je suis fan) et quelques caméos du personnage dans d'autres séries (Savage Dragon peut-être ?). Il y a bien des moments chouettes (la baston contre les géants, effectivement, mais aussi le passage chez chez Baba Yaga ou même la première scène si on est gentil). Par contre, il y a aussi plein de moments que les auteur pensent visiblement coolissimes et qui sont seulement ridicules (la chevauchée en étant le pire exemple). De même, voir apparaître des personnages comme le Lobster est sûrement très cool pour ceux qui le connaissent, mais pour les autres, en deux demi-plans à peine, il a juste le temps d'être ridicule. J'étais avec quelqu'un qui n'avait pas vu la première version, et je me demande ce qu'elle a pu intégrer de toute ce flash black lourd en personnages.

Mais ce n'est pas là le coeur de ma déception.

Point un. Le monteur est fou. C'est coupé n'importe comment, et surtout la position des personnages n'est pas cohérente d'un plan à l'autre. J'ai par exemple cru que le cochon s'était dédoublé à un moment. Et quand la reine de sang se téléporte vraiment, je n'ai même pas réagi, puisqu'elle le faisait déjà avant par la magie du mauvais montage et du faux raccord.

Point deux. Le scénario. Plein de ficelles grosse comme des poutres, il récupère des situations déjà vu dans le premier film, qu'il transpose sans les comprendre. La crise d'identité de Hellboy (démon ou humain) est assénée sans nuance, et sans enjeu puisqu'on ne le voit jamais faire preuve d'humanité. Et la mort de **** ne provoque aucune émotion, vu qu'on a aucune trace d'un rapport positif entre lui et Hellboy au cours du film.

Ah, et point trois, c'est inutilement sanglant. Très inutilement très sanglant. Beaurk. Le mélange avec l'humour est indigeste.

Bref, voir ce truc médiocre m'a surtout motivé pour revoir le film de Guillermo del Toro, dont j'apprécie d'autant plus les immenses qualités en comparaison. :)
Un lapin qui bouquine n'a pas besoin de lunettes.

Avatar de l’utilisateur
McLovin'
Messie
Messages : 1169
Inscription : mar. mai 17, 2005 4:45 pm

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par McLovin' » sam. mai 11, 2019 7:21 am

Je suis du coté d'Olivier, ce Hellboy est très raté.

Je rajouterais dans les défauts:
-le maquillage raté d'Hellboy (surtout quand on le compare à Ron Pearlman dans celui de Del Toro), même si je pense pas que ce soit la faute de l'acteur.

-la musique ratée (je ne suis pas très sensible à la musique dans les films, je la remarque à peine sauf quelques envolées ou dans les films musicaux, mais la, je l'ai remarquée, et pas en bien).

-La vulgarité. Bordel, les mecs passent leur temps à parler comme des charretiers et à s'insulter, même entre alliés. Ici, Ian mc Shane fait un Al Swearingen très convaincant, le problème, c'est qu'il est sensé jouer Trevor Bruttenholm, un homme particulièrement posé et bienveillant. En fait, ça devenait même gênant à voir.

-Le rythme est super bizarre, les scènes sont super expédiées et trop rapides, ça s'enchaine parfois sans qu'on ai vraiment l'impression que la scène était conclue. Même si j'aime beaucoup la scène à Mexico (même si la encore, trop rapide, et ça les aurait tué de péter le poteau de coin pour que ça fasse un pieu plutôt que de le laisser intact, ou de faire un raccord parce qu'on a pas la moindre idée de comment Ruiz est au courant de ça), elle est inutile, ils auraient du ouvrir avec la scène du bébé plutôt que de la coller comme ça n plein milieu.

-L'intro médiévale était même alors super kitch et ratée (la encore, si on compare à l'intro de Hellboy 2, ça fait mal)

-La vf était plutôt pas terrible, mais je ne suis pas sur que ça soit un point décisif.

-Le traitement: L'arc qu'ils décident d'adapter avec le retour de Nimue ne passe pas en film d'action-comédie-fantastique-gore, c'est un arc mélancolique sur le crépuscule des fées. De plus, ils essaient d'en mettre beaucoup trop et bâclent le tout. ça reprend plein d'élements des comics sans bien les comprendre ou les exploiter (un peu comme avec le dernier Conan, plus proche des livres, mais pourtant très naze et à coté de la plaque).

-Ce qu'ils ont fait de Gruagach, une figure tragique et un de mes personnages préférés dans l'univers Hellboy.

-La scène post générique est juste gênante.

J'étais prévenu que ce serait naze (les retours us étaient désastreux), mais j'avais quand même un peu d'espoir que ce soit de l'exagération. Je le reverrais peut être en vo un soir de désœuvrement si il est sur Netflix ou si je l'ai choppé dans un bac à 1ou 2 euros, mais je ne peut décemment pas recommander d'aller le voir en salle.

Le film reçoit la note de "toujours mieux que Suicide Squad", mais c'est tout.
"C'est à la sueur de notre front, que les salauds gagnent leur pognon, et ils nous jettent pour faire ripaille, les copeaux de notre travail.
Mais un jour, on sera fort, et dans les villes et dans les ports, les hommes lèveront leurs poings pour foutre sur la gueule des rupins. "

Avatar de l’utilisateur
Olivier Fanton
Dieu des lapins qui bouquinent
Messages : 2124
Inscription : jeu. août 07, 2003 10:01 pm
Localisation : Rouen (ou pas loin)
Contact :

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Olivier Fanton » sam. mai 11, 2019 10:04 am

(Je l'ai vu en VO ...)
Un lapin qui bouquine n'a pas besoin de lunettes.

Avatar de l’utilisateur
Cédric Ferrand
Dieu des athées non-pratiquants
Messages : 6988
Inscription : mer. févr. 23, 2005 3:11 pm
Localisation : Montréal
Contact :

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Cédric Ferrand » sam. mai 11, 2019 3:22 pm

Get Out, de Jordan Peele.

Un jeune photographe part passer une fin de semaine dans la maison de campagne de sa copine afin de rencontre ses beaux-parents.
La belle-doche est psy, le beau-père est neurochirurgien... Le photographe est un peu anxieux car sa copine blanche n'a pas prévenu sa famille qu'il est noir. Sauf que ce sont tout sauf des racistes : ils ont voté Obama. Et deux fois, en plus. Il est quand même un peu parano...

Image

J'ai adoré, ça met progressivement mal à l'aise.
C'est recyclable à une table de jeu, en plus.

Avatar de l’utilisateur
Fingolfin
Dieu lyrique des fouteux chantants
Messages : 5245
Inscription : sam. févr. 07, 2004 7:06 pm
Localisation : Massy

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Fingolfin » sam. mai 11, 2019 5:17 pm

Cédric Ferrand a écrit :
sam. mai 11, 2019 3:22 pm
Get Out, de Jordan Peele.


J'ai adoré, ça met progressivement mal à l'aise.
C'est recyclable à une table de jeu, en plus.

Je confirme, l'ayant vu en salles à sa sortie :yes:

Us, son dernier (encore en salle ?) est pas mal du tout aussi, avec une backstory bien flippante.

F.
HUGE PIT FILLED WITH 200 SPIKES

« je carbure à la Jupi » - Highlandjul

« Je bois de la vodka Lidl » - Kyorou

Avatar de l’utilisateur
mass
Dieu du suffrage direct
Messages : 9439
Inscription : ven. janv. 20, 2012 3:58 pm
Localisation : lyon

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par mass » dim. mai 12, 2019 9:36 am

Tolkraft a écrit :
ven. mai 10, 2019 8:28 pm
J'ai regardé Wandering Earth, par curiosité.

C'est très bof, avec une narration pourrie, un montage à la tronconneuse, des what-the-fuck scientifiques et le tout (nouvelle et film) n'existe sans doute qu'à cause de l'idée fun qui est venue à l'auteur.
Et puis en plus, on est pas le public cible.

Vous savez, cette propension qu'on les film asiatiques - même les plus sérieux ou dark - a voir des scènes où nos cerveaux formatés se disent "Hein ?!!!?!!". Ben y'a ça aussi dans ce blockbuster à plusieurs millions. 

Donc au lieu des clichés hollywoodien, on à droit aux clichés asiatiques (je généralise, mais c'est des trucs qu'on voit aussi bien dans des films chinois, coréen, japonais ...) :
- le perso obsédé par la bouffe,
- le chef de gang, ridicule
- le mec chelou, limite pervers sexuel, mais qui a un bon fond -_-
- ces scènes bizarres où les gens se hurlent dessus sans qu'on comprenne trop pourquoi (même quand ils sont amis, hein) 

Bref... gardez un esprit ouvert :-)

Vu aussi, j'ai pris cela sans m'attarder sur les problèmes physiques (parce que tu peux jeter les 3/4 de la production SF (livre et film) fait dans les 100 dernières années, dans ce cas là.
Pour moi c'est un nanard à gros budget, mais cela n'a pas été difficile à regarder et le pitch de départ m'a bien fait rire.
Je pense effectivement que c'est aussi un problème de culture, ce film est fait nettement pour un marché asiatique et il y a des éléments qui sont pour nous nawak . On a pas des dizaines d'années de culture chinoise dans la gueule comme celle des States.
Au final, je conseille quand même pour l'aspect différent, même si cela reste un film de serie B comme il en sort parfois sur Netflix.
Provocateur OUI, pédagogue NON !!!!

Avatar de l’utilisateur
Tybalt (le retour)
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 3848
Inscription : mer. août 22, 2012 7:33 pm
Contact :

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Tybalt (le retour) » dim. mai 12, 2019 10:59 am

Image

Joyeux Noël, un film librement inspiré de faits réels : fin décembre 1914, quelques mois après le début de la guerre de tranchées, des Allemands, des Français et des Anglais Ecossais fraternisent le soir de Noël, à l'insu de leurs supérieurs. Un film bien documenté (pour le peu que j'ai pu vérifier), porté par de très bons acteurs (Diane Krüger, Guillaume Canet, Dany Boon dans un rôle presque sérieux, etc.). Le début met bien en scène les horreurs de la guerre de tranchées qui est un gâchis de vies humaines sans nom. Il y a quelques fils narratifs un brin artificiels parfois (la romance de la cantatrice et du chanteur allemands qui se trouvent en mauvaise posture, le frère survivant) mais qui ont le mérite d'être bien menés et de servir le propos d'ensemble sans prendre toute la place. Le dénouement est amer, mais le simple fait que ces fraternisations aient eu lieu redonne espoir en l'humanité (à défaut de redonner espoir en la hiérarchie). Un beau film, un morceau d'histoire à connaître, et une inspiration possible pour un scénario historique, que ce soit pour le contexte ou pour la galerie de personnages bien étoffés.
Mes sites : Kosmos (un jdra sur la mythologie grecque qui a vraiment lu les auteurs antiques pour vous) ; blog de lectures ; site d'écriture.

Avatar de l’utilisateur
Sammael99
Dieu des babines ruinées
Messages : 10756
Inscription : mer. sept. 15, 2004 11:43 pm
Localisation : Hong Kong, Chine

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Sammael99 » dim. mai 12, 2019 2:56 pm

Image

Hier soir nous avons regardé Isle of Dogs avec ma femme et mon ado. 

Quelle claque ! 

Bon, comme tous les Wes Anderson, ce n'est pas un film à message et le propos reste superficiel. Mais à la fois formellement et humoristiquement, c'est une claque. J'ai jubilé du début à la fin. 

Magnifique. 
Mozart n'a pas écrit que le Boléro de Ravel. Mais aussi plein d'autres trucs beaucoup moins connus (comme le canon de Pachelbel). - Le Grümph

Avatar de l’utilisateur
Humphrey B
Dieu des physiciens wargamers
Messages : 4818
Inscription : sam. avr. 03, 2010 7:35 pm
Localisation : Troyes
Contact :

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Humphrey B » dim. mai 12, 2019 3:23 pm

J'adore ce film.

Et je ne le trouve pas superficiel. L'esprit de merveilleux qui anime l'œuvre de Wes Anderson me semble être porteur d'un sens bien plus important que bien des films à soi-disant message...
“Harry, I’m going to let you in on a little secret. Every day, once a day, give yourself a present. Don’t plan it. Don’t wait for it. Just let it happen. It could be a new shirt at the men’s store, a catnap in your office chair, or two cups of good, hot black coffee.” – Agent Dale Cooper

Avatar de l’utilisateur
Sammael99
Dieu des babines ruinées
Messages : 10756
Inscription : mer. sept. 15, 2004 11:43 pm
Localisation : Hong Kong, Chine

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Sammael99 » dim. mai 12, 2019 4:51 pm

Humphrey B a écrit :
dim. mai 12, 2019 3:23 pm
J'adore ce film.

Et je ne le trouve pas superficiel. L'esprit de merveilleux qui anime l'œuvre de Wes Anderson me semble être porteur d'un sens bien plus important que bien des films à soi-disant message...

Je ne voyais pas ça comme quelque chose de négatif. Je suis plutôt d'accord avec toi. C'était plutôt une manière de dire que le film est ce qu'il est sans la prétention d'un message universaliste. Peut-être que le terme "superficiel" était mal trouvé. 
Mozart n'a pas écrit que le Boléro de Ravel. Mais aussi plein d'autres trucs beaucoup moins connus (comme le canon de Pachelbel). - Le Grümph

Avatar de l’utilisateur
nerghull
Dieu en cours d'affectation
Dieu en cours d'affectation
Messages : 3544
Inscription : dim. mai 03, 2015 3:02 am

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par nerghull » dim. mai 12, 2019 9:10 pm

Du coup, Détective Pikachu : bien mais pas top. Je suis complètement dans le public cible, 25 ans, cette histoire de type qui voulait devenir maître Pokémon mais qui finit derrière un bureau à regretter de s'être embrouillé avec son père, ça me parle. Sauf que derrière on a un film qui assume pas assez de faire du noir avec des créatures mignonne, ce alors qu'il s'en donne complètement les moyens sur son premier quart. Du coup on fini plutôt avec un scénario qui perd pas trop les gosses, quelques scènes pignonnes, quelques scènes d'action, bref pas top.

Dracula (de Tod Browning, manifestement très fier de l'éclairage qu'il braque sur la tronche de Bella Lugosi), scénario plus sympa que ce à quoi je m'attendais, par contre paye ton paternalisme. C'est très sympa à voir sur grand écran, malheureusement le son est de piètre qualité, du coup en guise de silence glacé, on a plutôt un bruit blanc permanent (oui y a aucune musique extradiégétique dans le film, fallait pas qu'on confonde avec du muet, comprenez). Derrière, tout le monde surjoue, on se dit que c'est d'époque jusqu'à voir quelques acteurs jouer normalement. Décors magnifiques, forcément, du coup tout ça est très operatique.
Côté technique ça apprend pas mal de choses sur comment on fait de la spécialisation maintenant (y a quelques contre champ qui pourraient passer pour de la nouvelle vague tellement ils te perdent). Quelques trucs rigolos, mention spéciale aux brides de Dracula qui galèrent en marche arrière avec leur robe, et quelques idées de réal très astucieuses, souvent pour éviter la censure d'ailleurs.

Ah et y a deux tatous.
Spooky scary creepypasta

Ici j'ai pris du temps pour faire des trucs :
Une bafouille sur les plateaux de jeu & Un truc plus synthétique sur la déstabilisation / Des CR de partie d'Eclipse Phase
Un système alternatif pour Warhammer 40k (Black Crusade et Dark Heresy, surtout)

Avatar de l’utilisateur
Dokkalfar
Dieu tue-mouches
Messages : 5469
Inscription : jeu. avr. 02, 2009 4:07 pm
Localisation : Paname

Re: Film 24 : je relève mon strapontin, j'ai une envie de bâiller…

Message par Dokkalfar » lun. mai 13, 2019 12:35 am

Cédric Ferrand a écrit :
sam. mai 11, 2019 3:22 pm
Get Out, de Jordan Peele.

Un jeune photographe part passer une fin de semaine dans la maison de campagne de sa copine afin de rencontre ses beaux-parents.
La belle-doche est psy, le beau-père est neurochirurgien... Le photographe est un peu anxieux car sa copine blanche n'a pas prévenu sa famille qu'il est noir. Sauf que ce sont tout sauf des racistes : ils ont voté Obama. Et deux fois, en plus. Il est quand même un peu parano...

Image

J'ai adoré, ça met progressivement mal à l'aise.
C'est recyclable à une table de jeu, en plus.

Je me le suis loué aussi la semaine dernière et je regrette de ne pas l’avoir acheté comme il coutait à peine plus cher à l'achat qu’à la location. J’ai également beaucoup aimé.
"Jesus loves you" - a nice thing to hear in church, but a horrific thing to hear in a Mexican prison.

Répondre