[CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2113
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Mars

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

polki a écrit : lun. oct. 11, 2021 9:32 pm simple, basique

N'est-ce pas dans les vieux pots que l'on fait les meilleurs confitures ?
Nous avons eu une petite panne technique lors de l'enregistrement de la partie et il m'a manqué une grande partie de nos tirades pour convaincre chacun des protagonistes. Seule la voix du MJ a été audible. J'ai donc fait mon CR sur les dires du MJ et ma mémoire vieillissante ;) ...mais le plan est là...on verra bien qui des loups ou des aventuriers hurleront les derniers.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

JEDIS VAILLANTS, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
polki
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1825
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

de douleur j'espère :mrgreen:
" il est beaucoup plus facile à être contre quelque chose que pour" - Cédric Herrou

« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » - Thomas Sankara


:bierre:
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2113
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Mars

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Au petit matin nappé d’un frimas blanchâtre, les proues de nos navires raclèrent la grève pétrée des rives du Tarn Noir et s’y échouèrent avec un crissement rocailleux. Puis, transie par le givre matinal, notre troupe quitta ses embarcations dans un silence troublé par quelques injonctions pour se déverser aux abords du village. Sous nos yeux et plongées dans l’épais brouillard d’une aube mouvante, les premières maisons et chaumières abandonnées du front de lac livrèrent un paysage fantomatique et lugubre. De ça, de là, les cendres éparpillées de vastes bûchers témoignèrent des assauts pestilentiels vécus ici. Plus loin et presque invisibles dans la brume ambiante, les fortifications circulaires s’élevèrent tels les restes de frêles palissades désormais insignifiantes. Et pourtant, sur celles-ci nous avions combattu durement l’engeance gobeline et je ne pus réprimer un frémissement au souvenir de l’écho victorieux de mon cor qui y résonna glorieusement après la bataille.

Les chausses plongées dans l’eau, je gravis la plage de galets pour m’éloigner quelque peu du reste de notre cohorte qui s’organisa pour investir le village. A l’écart, je posais calmement une oreille attentive sur le sol terreux pour l’écouter me délivrer ses secrets. Ceux-ci me firent trembler car les sons feutrés de pattes duveteuses parcourant déjà les venelles désertées alentours me parvinrent, tout comme les grognements rauques de nombreux autres loups au-delà de l’enceinte du lieu. Je revins précipitamment avertir les miens mais Vannedil s’était déjà enfoncé plus avant dans les premières ruelles avec Amaléoda et quelques guerriers. Et lorsque je vis leurs ombres disparaître dans le maelström laiteux des brumes environnantes, un effroyable rugissement retentit. Soudainement perché sur le toit d’une proche maisonnée, l’immense loup-garou transperça le manteau brumeux pour nous apparaître dans toute sa laideur. Sa gueule ragea sa haine et l’hallali débuta. Sa meute frappa aussi soudainement que le dard d’un frelon furibond. De toute part, les bêtes surgirent pour mordre nos chairs de leurs crocs effilées. Une mêlée furieuse rassembla assaillants exaltés et défenseurs acculés. Celle-ci oscilla ardemment d’avant et d’arrière jusqu’à se replier sur les berges inondées. Je pris alors la décision incongrue de m’en éloigner pour filer aussi vite que possible vers l’entrée béante du village afin d’en interdire l’accès au reste de la meute. Tel un impératif insensé, j’espérais seul fermer les portes défensives de l’enceinte fortifiée. Cependant, je ne fis que quelques pas égarés vers ce but suicidaire car je perçus le grondement colossal d’un ours démesuré s’élever au loin. Je compris là l’aide attendue d’un allié inespéré et rebroussais chemin.

Les lames tranchèrent, les haches s’abattirent et les arcs vibrèrent. Mais les bêtes furent innombrables et ébranlèrent rapidement nos rangs débordés. Morsures et griffures firent choir nombre de nos combattants. Amaléoda lutta avec colère aux côtés d’un Vannedil méconnaissable. L’homme du Lac frappa, taillada, éviscéra. Il encouragea, pesta, hurla, incita. Son exemplarité brilla au milieu de tous. En arrière, sur un ponton délabré au dessus des flots, Beleg usa intelligemment de ses flèches enchantées. Elles se fichèrent et tuèrent des loups hardis déroutant les plus courageux de nos guerriers. Peu à peu, la marée des canidés s’endigua me laissant espérer un maigre espoir.
 
Image
 
D’un bond prodigieux, le loup-garou survola notre ligne défensive et atterrit juste derrière sur un large roc prédominant. Ployé sur ses deux pattes musculeuses, sa noire toison dorsale s'hérissa et ses griffes raclèrent nerveusement son piédestal rocheux. Ses yeux rougeoyèrent puis, lentement, sa gueule découvrit une rangée effrayante de crocs avant de siffler un hurlement inhumain qui glaça mon sang. Fort de sa surprenant prise à revers, il jaillit de son promontoire pour assaillir rageusement Vannedil. Sous l'impact de la charge, le pauvre homme céda rapidement. Les griffes démesurées de l’hideuse créature labourèrent son bouclier qu’il lâcha sous la furie des attaques. Voyant mon ami pris au dépourvu, je rompis ma défense pour me jeter sur le lycanthrope. Mes coups rageurs le repoussèrent vers la rive où Beleg déchaîna ses traits. Percé de tant de dards, lardés de tant de coups d’estoc, le loup plia à l’instant même où une mélopée enivrante s’éleva des eaux noires du lac. Les trois demoiselles s’y ternirent debout dans des robes nimbées de perles aqueuses. L’eau à mi-cuisse et les bras levés vers les cieux, leurs yeux se révulsèrent alors qu’elles entamèrent un chant mystique. La surface de l’eau frémit puis bouillit dans un tourbillon de gouttes incandescentes. Un mur infranchissable de vapeur ardente cercla le loup et ses assaillants. Ainsi isolé de ses soutiens, l’ultime chance de terrasser le monstre s’offrit. Je redoublais mes assauts belliqueux et ma lame frappa sans relâche. Son avidité fut insatiable jusqu’à la mise à mort de l’immonde créature.
 
Un halo noirâtre s’éleva au dessus du corps mourant du loup-garou. Allongé au sol, celui-ci se mit à convulser et je fis un pas en arrière pour m’éloigner de cette malédiction. Le nuage sombre tourbillonna pour se figer en une forme humanoïde voûtée absolument hideuse. Beleg psalmodia des imprécations elfiques et, tenant la Lampe d’Or à bout de bras, dirigea son faisceau lumineux vers l’obscure brume. Inondée d’une lumière vive, celle-ci se recroquevilla et s’effilocha pour disparaître. Le loup au sol trembla de tout son corps meurtri et expulsa une plainte hideuse et stridente. Proche de ce spectacle inimaginable, je ressentis une aura puissante virevolter autour de moi tel un tourbillon venteux. La puissance du loup-garou, sa quintessence animale, cherchait un nouveau réceptacle. Je fermais mon esprit pour protéger mon âme, repoussant l’intrusif assaut qui s’éventa aussitôt. Ma tête tourna et mes jambes défaillirent. Je posais mes genoux au sol, mes yeux se fermèrent et mon épée chut devant moi lorsque mes mains saisirent mon visage tourmenté. Mais courageusement, je me forçais à rouvrir mes paupières. Là, face à moi, le loup se métamorphosa lorsque son enveloppe ténébreuse s’évapora pour se transformer en un homme décharné et dénudé. Étendu au sol sous la lumière aveuglante de la Lampe enflammée, il se tassa grotesquement sur lui-même pour se recroqueviller dans une posture fœtale. D’une voix d’outre-tombe, l’être difforme se mit à geindre et supplier. Supplier notre clémence et notre pitié. D’achever sa souffrance et libérer son âme maudite. Son corps noyé de lumière brûla. Je saisis ma lame. Ma main trembla. J’hésitais à le pourfendre, à accorder ma grâce à ce monstre. Mais ma main ne bougea pas, mon bras resta ballant, tout comme celui de Vannedil debout proche de moi. Abasourdi, il ne fit pas le moindre geste si ce ne fut de remettre sa lame au fourneau. Tous deux nous n’eûmes aucune indulgence ce jour là. Et lorsque tout fut fini, lorsque les demoiselles se turent, lorsque la meute se débanda, lorsque Beleg obtura la lampe, le corps crispé, desséché et rabougri d’une âme en peine gisait dans son malheur, celui d’une malédiction séculaire supportée contre son gré. Et je compris. Je compris mon refus, mon mépris face à la dernière requête d’un homme maudit malgré lui. Nous vainquîmes le loup de Mirkwood mais son ombre noircit à jamais nos esprits.    

Phase de communauté  
Dernière modification par Carfax le ven. oct. 22, 2021 7:34 pm, modifié 5 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

JEDIS VAILLANTS, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Pape
Messages : 659
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

Vous avez choisi de ne pas lui donner une mort douce ou c'était du mécanique ?
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."
Le Bocal, le serveur JDR où sont enregistrés les podcasts : https://discord.gg/eQBaNaPHMd
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2113
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Mars

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

AsgardOdin a écrit : mer. oct. 20, 2021 4:40 pm Vous avez choisi de ne pas lui donner une mort douce ou c'était du mécanique ?

C'est une proposition du scénario si j'ai bien compris. Si l'on arrive à isoler le loup puis l'occire physiquement alors la lampe doit illuminer son âme pour la brûler. Mais une fois fait, l'homme maudit qui se cache dans le loup demande d'éteindre la lampe et de lui donner la mort. En fait dans le monde de Tolkien - pour faire rapidement - les hommes ont obtenu un cadeau des Valars : leur âme transit directement vers un paradis sans attendre qu'elle soit appelée comme pour les elfes. Or en consommant son âme avec la Lampe d'Or, nous avons tué l'âme de l'homme prisonnier du loup sans lui laisser l'espoir de transiter. Nous n'avons pas compris sa supplique en jeu car nous avons eu peur d'être soumis à notre tour à la malédiction du loup-garou. Faut dire que nous avons été abreuvé en conséquence de points d'Ombre permanent pour cela.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

JEDIS VAILLANTS, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
polki
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1825
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

vous n avezpas fait preuve de mesirecorde mais ça se comprend par l histoire

pis cette campagne oblige à des choix :)

je trouve quand meme que vous avez peu de points d'ombre permanent
" il est beaucoup plus facile à être contre quelque chose que pour" - Cédric Herrou

« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » - Thomas Sankara


:bierre:
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2113
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Mars

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

polki a écrit : mer. oct. 20, 2021 5:17 pm je trouve quand meme que vous avez peu de points d'ombre permanent

C'est un sujet sur lequel on a discuté avec mon MJ. En effet le nombre de points permanents restent faibles pour nos personnages surtout que deux d'entre eux ont 18 et 20 en sagesse. Mais en fait peu nous importe. Certes il est vrai qu'en cas de folie nous perdons un moment le contrôle de notre personnage et que cela peut bien sûr avoir une incidence forte en cours de partie. Mais là s'arrête la problématique des points d'Ombre car nous jouons son impacte en RP et en conséquence pour nos actions. Par exemple, lorsque Aigre-Feuille fut confronté dans la forêt profonde à l'ouverture ou non du coffre contenant potentiellement l'artefact tant recherché, il en fut obnubilé et seule l'intervention inespérée et convaincante de sa fille lui a fait renoncé à cette ouverture. En RP, j'ai joué sa folie, sa volonté de récupérer l'artefact quoi qu'il lui en coûte. C'est un jet influencé qui en a décidé autrement. 

Sinon l'année 2070 est finie. Il me faut narrer une petite phase de communauté pour reprendre avec l'année 2071 qui, aux dires du MJ, sera courte car redondante avec la précédente. Donc juste jouée dans les grandes lignes, sans ambage. On verra bien. Jeudi soir si tout va bien.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

JEDIS VAILLANTS, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
polki
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1825
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

je dis ça pour le systeme de jeu, pas pour le RP, vous n y etes pour rien

sinon oui c est redondant ;) en fait c est en 2771 la mort du loup garou :mrgreen:
" il est beaucoup plus facile à être contre quelque chose que pour" - Cédric Herrou

« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » - Thomas Sankara


:bierre:
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2113
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Mars

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

 
Fin d'année 2970 du Tiers Âge
24ème phase de Communauté - Acquisition d'une vertu culturelle

Râle

Image

 
L’astre s’éleva sur l’horizon rougeoyant et l’aube s'éclaircit. Un pâle rayon transperça le manteau nuageux et vint subrepticement illuminer la fine tige naissante sous la sombre canopée. Le délicat bourgeon porté par le fébrile brin grelotta et vacilla sous le léger souffle venteux. Celui-ci se filocha la brume insidieuse encore accrochée aux troncs des innombrables arbres de la Forêt Noire. Même dans les sous-bois les plus reculés, l’obscurité fuit le jour naissant. Son servile cavalier franchit au pas un ru sinueux. Sa monture martela nerveusement le sol et son sabot revêche vint labourer le fébrile brin. Même tiraillée par une aurore ensoleillée, les ténèbres subsistèrent condamnant toute vie, infime fut-elle. Au loin, un hurlement lugubre et désespéré résonna. Sa puissance fit trembler les frondaisons. Du haut de sa monture, le noir chevaucheur tourna brusquement sa tête encapuchonnée vers l’origine du cri d’agonie. Ses yeux s’enflammèrent telles deux orbes auburns et sa bouche famélique ne put réprimer un râle strident.

L'éphémère chimère
Dernière modification par Carfax le ven. nov. 12, 2021 11:14 am, modifié 1 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

JEDIS VAILLANTS, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2113
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Mars

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Petite pause avec les vacances des uns et des autres. Normalement reprise jeudi soir prochain.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

JEDIS VAILLANTS, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
polki
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1825
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

l ombre ne prend pas de vacances !!!
" il est beaucoup plus facile à être contre quelque chose que pour" - Cédric Herrou

« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » - Thomas Sankara


:bierre:
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Pape
Messages : 659
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

Hâte de lire la suite !
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."
Le Bocal, le serveur JDR où sont enregistrés les podcasts : https://discord.gg/eQBaNaPHMd
Avatar de l’utilisateur
polki
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1825
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

la suite, c'est : sméagol s'empara de l anneau et sourit ...  plouf


serviteur :mrgreen:
" il est beaucoup plus facile à être contre quelque chose que pour" - Cédric Herrou

« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » - Thomas Sankara


:bierre:
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2113
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Mars

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Patience patience. Notre ami @polki nous dévoile la fin mais pas la suite des aventures de notre dunedan. Hâte aussi de reprendre mon clavier pour narrer la suite. L'année 2071 devrait être elliptique pour rejoindre 2072. Pendant ce temps, le long fleuve de l'Anduin s'écoule lentement sous les cieux obscurs qui s'étendent à l'est...
 
Image
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

JEDIS VAILLANTS, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2113
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Mars

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Année 2971 T.A.
L'éphémère chimère
Session 64
 
Dieux et déesses m’estimèrent-ils au-delà de mes mérites ? Etais-je tant louable pour qu’ils épargnèrent ma vie de la pestilence noire ? Mais leur mansuétude fut plus que douloureuse pour mon âme car malheur et peine la meurtrirent au-delà du désespoir. Car lorsque son corps fiévreux cessa ses tremblements, lorsque son visage douloureux relâcha ses traits, lorsque son pouls envoûté stoppa ses battements erratiques, lorsque la maladie prit cruellement son du, je fermais délicatement les paupières du jeune Béran, premier né de ma douce Beranhild. Ce triste jour, à la nuit tombée, dans une brume hivernale froide et lugubre, j’enflammais le bûcher et livrais à ses flammes dévorantes la dépouille de Béran. Jeune et fort voilà peu, la mort l’avait fauché avec fulgurance. Seul le fier Anrulf m’accompagnait car Nelladel, sœur du défunt, frissonnait sous les épaisses couvertures de sa couche. Elle était emprise aux fortes fièvres de la maladie et luttaient pour sa survie. Devais-je ainsi voir s’éteindre les miens un à un ? Étais-ce là ma cruelle destinée ? Celle d’un vieux combattant éternellement solitaire ?

Les flammes crépitèrent et l’âme du jeune et fier guerrier s’évada dans un panache de fumeroles grisâtres. Derrière moi, Anrulf pleurait silencieusement et j’en fis autant. Mes larmes coulèrent librement sur mes froides joues broussailleuses. Je murmurais un doux cantique des temps anciens et levais mes yeux embués vers les cieux. Le temps d’un frisson, les nuages se filochèrent et laissèrent entrevoir quelques étoiles scintillantes. Je sus alors Béran près de sa mère aimante et j’en souris.

Aussi noire fut-elle, cet hiver vit la fin de cette peste bubonique. Sa lourde faux faucha encore durement mon peuple et le peina à jamais. Elle épargna néanmoins ma fille après maintes hésitations et atermoiements. Nelladel vainquit sa fièvre.

Troublé et inquiet. Agité et nerveux. Je subis avec les miens les affres de cette fin d’année. Et le printemps me vit mélancolique. Je pris sur ma peine pour me forcer à l’effort et l’allant indispensables au rebond de mon peuple après le désastre de la pestilence. Je ne sus les gestes de Vannedil et peu m’importais. J’ignorais les messages de Beleg. Les siens s’inquiétaient de l’éveil du Dragon Vert de Mirkwood. Une battue s’organisait pour le débusquer et le tuer. Ce grand ver n’était qu’une chimère à mes yeux. Je me refusais d’aller courir cette illusion pour délaisser mon peuple meurtri. Il y avait tant à rebâtir, tant à soulager, tant à conforter. Les elfes avaient été épargnés par la sombre maladie et, s’ils leur plaisaient de battre le tréfonds des bois pour pister un leurre révolu, qu’ils le pistent seuls. Beleg se renfrogna de ma défection mais cela m’importa peu lorsque je vis fleurir sur le tertre de ma douce et tendre des alfirins aux pétales dorés. La brise matinale souffla avec légèreté sur ces jolies clochettes jaunes. L'ondulation poétique m'émut soudainement et je murmurais quelques vers d'espérance :
 
« D'argent coulent les rivières dans les champs verts !
Haute y pousse l'herbe. Au vent de la Mer
se balancent les blancs lis ;
et de l'alfirin sont secouées les clochettes d'or
sur les tertres verts, au vent de la Mer.
 »

Image

Phase de communauté
 
Dernière modification par Carfax le ven. nov. 12, 2021 2:44 pm, modifié 2 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

JEDIS VAILLANTS, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Répondre