[CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Pape
Messages : 659
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

:( :( :( :( :( :( :( :( :( :(
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."
Le Bocal, le serveur JDR où sont enregistrés les podcasts : https://discord.gg/eQBaNaPHMd
Avatar de l’utilisateur
polki
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1825
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

🌑  ⚡️
" il est beaucoup plus facile à être contre quelque chose que pour" - Cédric Herrou

« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » - Thomas Sankara


:bierre:
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2113
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Mars

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Fin d'année 2971 du Tiers Âge
25ème phase de Communauté - S'entretenir avec un garant
 
Image
 
Quoi qu’il advînt l’Anduin s’écoulera toujours inlassablement et langoureusement. Ses eaux indolentes miroiteront éternellement sous un haut soleil estival et scintilleront d’éclats sous un ciel étoilé d’une nuit hivernale. Ainsi furent mes pensées lorsque je remontais ses rives vers le pic du Carrock. Je me rendais en Terre béornide pour rencontrer le changellin. Voilà quelques temps, ce dernier avait grandement parcouru les bois de Mirkwood et, peut-être, serait-il me dévoiler quelques pistes pour poursuivre le chaînon d’Angainor disparu.

Avant mon départ, j’eus vent de la très prochaine visite de Beleg à Rhosgobel pour réconforter son protéger Anrulf après le décès de Béran. J’esperais le retrouver amical malgré ma réticence à poursuivre le fantomatique grand ver des bois. La peste noire s’essouffla et déserta nos contrées comme tout le Rhovanion. Néanmoins, le roi Barde resta souffrant et alité. Ses soigneurs s’en inquiétèrent ouvertement et ne cachèrent plus leur perplexité face au mal énigmatique qui frappait le vaillant archer. Vigenère s’en alarma dans sa dernière missive car la succession royale à Dale se jouait à présent et Girion y tenait la première place. Il espérait un rapide retour de jeune prince en sa cité. Malheureusement, je n’avais plus de nouvelles de Bain depuis la tentative d’assassinat à son encontre. L’homme restait introuvable.

L’autre étrangeté concernant la cité nordiste me fut contée par oui-dire : les enfants daliens disparus douze années de cela à la frontière elfique revinrent au grand jour. Les désormais jeunes gens apparurent plus habiles et plus sages que ne put prêter leur âge mais surtout tous auréolés d’une aura d’étrangeté. Les leurs les appelèrent les « changeants » et une superstition craintive caracola très vite dans les têtes de tous.

Perdu dans mes songes, je vis naître sous mes yeux le haut pic du Carrock. Il perçait le ciel de sa vertigineuse hauteur et se rougeoya sous le soleil carmin. Les rares rayons du couchant disparurent derrière la masse rocheuse laissant leur place au crépuscule naissant. J’établis mon campement de voyageur dans les premiers frimas de la nuit. Demain, je traverserai le guet et l’ours me ferra face en sa demeure.

La morsure
Dernière modification par Carfax le mar. déc. 07, 2021 5:05 pm, modifié 3 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

JEDIS VAILLANTS, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
polki
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1825
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

🐻
" il est beaucoup plus facile à être contre quelque chose que pour" - Cédric Herrou

« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » - Thomas Sankara


:bierre:
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2113
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Mars

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

On devrait finir ce soir l'année 2972....CR promis pour la semaine prochaine.  :geek
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

JEDIS VAILLANTS, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Pape
Messages : 659
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

:capo allez hop hop !
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."
Le Bocal, le serveur JDR où sont enregistrés les podcasts : https://discord.gg/eQBaNaPHMd
Avatar de l’utilisateur
polki
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1825
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

parole parole ...
" il est beaucoup plus facile à être contre quelque chose que pour" - Cédric Herrou

« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » - Thomas Sankara


:bierre:
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2113
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Mars

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Année 2972 T.A.
La morsure
Sessions 64 à 66
 
 Image
 
Les hauts pics ébréchés des Monts Noirs perçaient les cieux cotonneux. A leurs pieds, l’immense bouche béante du gouffre crachait ses fumeroles nauséeuses dans une luminosité blafarde. Après plusieurs jours harassants à travers l’épaisse forêt, après avoir feint maintes troupes maraudeuses d’orques, après avoir évité les toiles piégeuses des ignobles arachnides, nous avions enfin atteint ce triste lieu. M’y engouffrer ne me prêta guère d’entrain car, en cet instant et tenant sur ma bouche et mon nez un fichu pour ne pas inhaler ces effluves nauséabonds, je ne sus pourquoi je m’étais une nouvelle fois enfoncé jusqu’ici dans le méandre végétal. Pourquoi avais-je embrassé cette nouvelle épopée désespérée ? Etait-ce mes illusions perdues depuis les assauts mortels de la noire pestilence ? Ou bien les futiles traces d’un pâle regain orgueilleux face à la cruelle adversité de ces temps crépusculaires ? Ou peut-être tout simplement l’honneur d’épouser la requête du roi Thranduil ? Ce dernier avait sollicité nos aides et appuis. Sa missive, portée par Beleg et ses compagnons jusqu’à Bourg-les-Bois, évoquait une forte inquiétude – une de plus, avec celle de la longue déchéance maladive du roi Dale et sa succession indécise au Nord des Terres Sauvages – : une forte prolifération de chauves-souris vampiriques harcelait son royaume. Une nouvelle calamité s’immisçait depuis les Monts Noirs, dans les bas-fonds de vielles ruines elfiques qui resplendirent sur les coteaux verdoyants de ces monts aux temps anciens de Vertbois-la-Grande. Mais une force obscure sévissait à présent en ces lieux et dirigeait ce fléau ailé. Thranduil craignait le retour d’une malédiction séculaire, une contre laquelle il s’était lui-même dressé dans sa prime jeunesse. Ce haut fait était narré depuis lors par un lai intitulé « La ballade du prince vert et de la reine rouge ». Il me souvint ces vers elfiques contant ce combat épique du roi et de huit de ses héros face au grand vampire de Mirkwood. Seul Thranduil avait survécu à ce terrible affrontement :
 
« Tout couronné de brume, le pic tordu
Se dressait fièrement devant ses frères, gris et mornes.
Les chasseurs, courageux et audacieux, sont partis
Ils étaient neuf, mais la prédiction était faite.
Qu'un seul redescendrait
Ils ne manquèrent pas au serment qu'ils avaient fait.
Ils grimpèrent les collines à travers les sapins et les épines.
Le soleil était leur héraut ce premier matin.
Ils marchèrent trois jours, se battirent et saignèrent
des horreurs innombrables derrière eux.
Jusqu'à ce qu'enfin ils trouvent la Porte
La gueule de Morgoth, cette fosse de haine.
Des vapeurs nauséabondes s'élevaient du gouffre.
Enfin, le prince dit : « Tenez, ça suffit !
Notre ennemi est proche, nous avons trouvé sa tanière. »
Et depuis les profondeurs, l'air fétide
devint un voile mortel, une cape de nuit.
Et l'obscurité le déroba à notre vue. »
 
Beleg et ses messagers royaux étaient aussi venus porteurs de la Coupe de l’amitié. Cet artefact ancien avait été retrouvé dans l’antre du Dragon Vert récemment défait. Je n’avais pas cru à cette légende. La triste mine de Beleg et son silence renfrogné m’avaient témoigné de son désappointement. Nombreux parmi les siens avaient succombé à la chasse du grand ver à travers bois avant qu’il n’ait expiré son dernier souffle. Cette créature n’était donc pas un songe chimérique mais un cauchemar réel. Fort de cette vérité, je crus celle de la renaissance du grand vampire ou du moins l’émergence d’une nouvelle créature d’outre-tombe propre à diriger les grandes chauves-souris. Ainsi, je bus à la coupe pour sceller mon engagement à poursuivre cette créature et l’occire.

Un vent glacial venu des contreforts montagneux s’infiltra dans la bouche de Morgoth. Il émit un sifflement strident à percer mes tympans. Derrière moi, Nelladel frémit. Je n’étais pas venu seul en ce lieu putride. Ma fille et quelques compagnons de Vannedil constituaient, avec les trois elfes et mes deux amis, une petite compagnie de neuf guerriers et guerrières hétéroclites. Telle la légende que nous revivions et par superstition, nous avions formé une fraternité avec le même nombre de membres. Mon souhait immédiat devant le sombre précipice  se réduisit à l’espoir ténu  d’une fin plus heureuse pour huit d’entre nous.

J’embrasais ma torche et entrepris d’ouvrir la voie le long d’un périlleux escalier taillé à même la roche. Il descendait en spirale vers les obscures profondeurs en épousant les flancs du gouffre. A peine eus-je mis mes pieds sur les premières marches qu’une nuée de chauves-souris s’éparpilla dans un vacarme assourdissant. Rapidement, elles formèrent un vortex tourbillonnant et s’abattirent sur nous. Au risque d’une chute vertigineuse dans le vide abyssal, certains tirèrent leurs armes et d’autres armèrent leurs arcs mais ces manœuvres guerrières s’avérèrent bien inutiles face à la multitude. Seules nos torches enflammées parvinrent à tenir en retrait ces maudites créatures lors de notre descente vers les entrailles souterraines.

Après un temps infini d’harcèlement et de morsures, nous parvînmes au bout de cet infernal escalier en colimaçon. Éreintés, nous chassâmes les derniers essaims pour nous engouffrer précipitamment dans de larges boyaux rocailleux. Une froide humidité baignait les sentes caverneuses. La lueur de nos torches oscilla sur les parois rugueuses et fit scintiller les myriades de gouttelettes ruisselantes dessus.

Au détour de ces entrailles souterraines gorgées d'humidité, nous débouchâmes enfin sur un plus vaste espace. Là des hommes décharnés erraient telles des âmes en peine. Etait-ce des morts vivants ? Leur teint avait une pâleur cadavérique et leurs regards gris restaient inexpressifs. Je reconnus parmi eux certains des compagnons de Valdis croisés lors de ma venue au campement de ce vieux rebelle mourant voilà plusieurs années. Je tremblais d’effroi au constat du devenir de ses hommes perdus. Certains tentèrent de nous obstruer le passage mais, avec nos torches, nous fîmes refluer les plus téméraires pour emprunter une issue lugubre ouverte à même la paroi opposée de la caverne.

Là, nous buttâmes sur les premiers tertres. Beleg entreprit de dévoiler une once d’armure cuivrée en creusant quelque peu l’une des tombes pour cesser immédiatement sa fouille. Ici, ensevelis depuis la nuit des temps, chacun sous un monticule terreux et pierreux, huit héros elfiques reposaient ; huit fidèles compagnons du roi Thranduil éteints lors de leur lutte contre le mal pour défaire l’un de ses vils séides. Dans un silence froid, Beleg murmura une ode aux glorieux gisants.

Ces sépultures ornaient une longue galerie. Nous la longeâmes respectueusement pour atteindre silencieusement son extrémité où un halo lumineux rayonnait. Nous éteignîmes nos torches avant de l’atteindre. Le porche naturel ouvrit sur une caverne aux dimensions phénoménales dont la voûte nous resta invisible. Une chape obscure enveloppait ses cieux malgré les nombreuses torches allumées et accrochées tout du long des parois couvertes de calcites. Face à nous, à l’extrême opposé du boyau d’où nous émergeâmes, une femme mûre se tenait debout devant un trône en pierre de taille et auréolé d’une lueur bleutée. Ce fut à cet instant que nous nous divisâmes.

à suivre...
Dernière modification par Carfax le jeu. janv. 27, 2022 11:24 am, modifié 8 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

JEDIS VAILLANTS, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Pape
Messages : 659
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

Ah bah quand même !  :P

L'ambiance est joyeuse et heureuse  8)7
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."
Le Bocal, le serveur JDR où sont enregistrés les podcasts : https://discord.gg/eQBaNaPHMd
Avatar de l’utilisateur
polki
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1825
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

:smoke
" il est beaucoup plus facile à être contre quelque chose que pour" - Cédric Herrou

« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » - Thomas Sankara


:bierre:
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2113
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Mars

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

La suite très vite...nous avons terminé hier soir l'année 1972. :charmeur
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

JEDIS VAILLANTS, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2113
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Mars

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Elle avait vieilli. Oui. Indéniablement. Le temps avait grisé sa coiffe qu’elle portait désormais en chignon mais, lorsqu’elle tourna son visage émacié vers nous, ses traits ne me prêtèrent aucune hésitation car j’y reconnus l’intrigante Valdis. Avant de me mouvoir vers elle dans un élan audacieux, je regardais subrepticement mes compagnons. A ma dextre, Beleg affichait un faciès haineux inhabituel. A ma senestre, les yeux écarquillés de Vannedil fixaient le trône rayonnant comme convaincu qu’une nouvelle malédiction imprégnée la caverne par son biais. Moi aussi je ressentis cette certitude. Eau-Sombre ne fut-elle pas envoûtée par l’Ombre ? Le loup-garou ne souffrit-il pas lui aussi d’un horrible ensorcellement ? Bien que conspiratrice pour le devenir royal de son fils Girion, qu’il fut justifié ou non, Valdis cédait sûrement aux murmures fielleux de l’Ombre pour se terrer et fomenter depuis les tréfonds des Monts Noirs. Droit comme un pic, calmement, j’avançais vers elle. Derrière moi, seuls Nelladel et Berangar me suivirent ainsi à découvert. D’une voix posée, je l’interpellais posément : « Valdis, notre route fut plus que longue et périlleuse pour vous retrouver en ce sinistre lieu. L’Ombre drape nos terres de sa sombre toile et certains s’y piège par mégarde, facilité ou ambition. Peu m’importe vos raisons, même si celles-ci ne sont louables qu’à vos propres yeux. Malgré vos précédents méfaits, malgré vos aveuglants desseins, nous pouvons et voulons vous désensorceler des promesses perfides de l’Ennemi. ». Je cessais mes pas et tendais cordialement une main paume ouverte. Futile geste, dérisoire intention. Nullement surprise de notre venue, son rire sardonique retentit et son écho résonna infiniment dans la caverne. Surgissant des sombres cieux, des multitudes de chauves-souris envahirent les airs. Certaines immenses virevoltèrent dangereusement au-dessus de nos têtes. Au loin, immergeant des profondeurs ténébreuses, le bruit sourd de tamtams orques s’éleva tel un vent impétueux. Une rage maléfique déforma le visage de Valdis en une grimace terrifiante. Sa voix tambourina à mes oreilles : « L’usurpateur se meurt et, où qu’elle se cache, sa descendance disparaîtra avec lui. Mon fils Girion obtient enfin sa légitimité, celle qu’il nous fut volé. Crois-tu me délivrer Aigre-Feuille ? Me crois-tu ensorcelée, un simple sbire de l’Ombre qui lui prête écoute sans aucune volonté ? Non, j’ai bu à son sein et me suis délectée de sa puissance pour obtenir ce qui me revient par le sang. Reconnaissez Girion comme le maître de Dale et vous pourrez retrouver des cieux clairs au dessus de vos têtes. Refusez et cette caverne scellera à jamais votre destinée comme elle le fit jadis pour huit hauts elfes ! Non, Aigre-Feuille, nulle sorcellerie, nulle malédiction. La fin justifie mes ententes et mes gestes ».

Aussi vite qu’un éclair, la flèche enchantée de Beleg vint se figer dans l’épaule de Valdis, lui arrachant un vif cri de douleur. D’une main ferme, elle saisit l’empennage du trait et l’extirpa brutalement de ses chaires. Sa bouche s’ouvrit disproportionnément et exhorta un son rageur. Mes tympans vrillèrent et le déluge s’abattit sur nous tous. Les myriades de chauves-souris nous assaillirent. Je fis quelques pas en arrière et, désespérément, tira ma lame pour en chasser vainement le plus grand nombre autour de moi. La nuée fut telle que je ne distinguais presque plus rien. A peine puis-je apercevoir l’effroyable transformation. Celle-ci glaça mon sang. Valdis s’accroupit et la femme devint une infâme créature vaguement humanoïde. Ses membres inférieurs grandirent démesurément et ceux supérieurs s’ouvrirent en deux immenses ailes diaphanes. Ses oreilles pointèrent et son visage ne fut rapidement plus qu’une gueule aux dents acérés. Je maîtrisais un relent vomitif au moment où, en deux battements disgracieux, le démon vampirique s’envola vers les hauteurs ténébreuses.
 
Image
 
Sur ma droite, je vis Vannedil se précipiter vers le trône. Dans un élan inconsidéré, je le suivis croyant réduire à néant une quelconque malédiction en détruisant ce siège. Partout, la nuée de chauves-souris nous martyrisa sans jamais cesser leurs violents assauts. Dispersés en tout lieu dans cette vaste caverne, mes compagnons et moi subîmes les attaques du démon. Surgissant des ombres, il piqua et frappa chacun de nous. Ma lame siffla et meurtrit ses chairs sans jamais l’occire pour autant. Puis, notre malheur s’amplifia lorsque nous fûmes la cible d’archers orques. Les premiers arrivèrent massivement dans la cohue. Le son de leurs tambours s’amplifia synonyme d’une imminente invasion. Lorsque le désespoir de mon impuissance me gagna, je perçus l’appel de Beleg nous intimant de conjuguer nos efforts. Mais le verre de la défaite fut plein bien trop vite. Malgré les multiples blessures infligées au vampire, nous ne parvînmes à le terrasser. Il disparut vers les noirs cieux de la cavité lorsque le flot d’orques submergea la caverne telle une marée ravageuse. Fou de rage, Beleg entreprit l’ascension de la paroi dans l'espoir inconsidéré de pourchasser le vampire. Nous dûmes le retenir et le raisonner avant du fuir en hâte face à l’adversité. Et lorsque nous nous extirpâmes du maléfique gouffre, épuisés et abattus, nous vîmes dans le firmament d’un pâle coucher de soleil rougeoyant le monstre ailé s’éloigner vers le sud. Désespéré, mu par une haine aveugle, l’elfe albinos se mit à courir à sa poursuite tel un fou après sa chimère. Ce funeste jour, l’Ombre mordit profondément nos âmes.

Phase de communauté
Dernière modification par Carfax le mer. janv. 05, 2022 2:02 pm, modifié 6 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

JEDIS VAILLANTS, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
polki
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1825
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

🌕 🌔 🌓 🌑
" il est beaucoup plus facile à être contre quelque chose que pour" - Cédric Herrou

« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » - Thomas Sankara


:bierre:
184201739
Cardinal
Messages : 569
Inscription : ven. sept. 07, 2018 7:31 pm
Localisation : Fontainebleau, Aix en Provence, Avignon

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par 184201739 »

Mordus, mais ... ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort !
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2113
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Mars

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Hum un bel échec que cette quête ! Et puis les points d’Ombre s’accumulent dangereusement. Le moral des compagnons est bas. Beleg rage que Valdis est pu lui échapper une nouvelle fois.
Aigre Feuille est passé niveau 14 néanmoins. Il faut que je publie sa fiche mise à jour. J’attends des nouvelles du MJ pour narrer ma prochaine phase de communauté. Next week  :charmeur
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

JEDIS VAILLANTS, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Répondre