[livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Ciné, télé, zik et bla bla persos (trolls, floodeurs et baskets interdits)
Avatar de l’utilisateur
sherinford
Dieu de sa console
Messages : 7804
Inscription : jeu. oct. 07, 2004 8:36 am
Localisation : Un petit chateau en Belgique

[livres] Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

Message par sherinford »

Dernière lecture :

Image

"Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" de Harper Lee.

Sélectionné dans les lectures du mois d'avril par le club de lecture du Bocal, ce grand classique de la littérature américaine met en scène la vie de Scout, la plus jeune fille d'Atticus Finch, un avocat qui exerce à Maycomb, une petite ville d'Alabama. Le quotidien de cette famille va être bouleversé irrémédiablement lorsqu'Atticus va se voir désigné comme avocat commis d'office pour défendre Tom Robinson, un père de famille noir accusé d'avoir battu et violé une blanche... Scout et son frère Jem vont alors apprendre à la dure la réalité du racisme et de l'injustice, dans un récit tout en demi-teintes, car vu du point de vue de la jeune fille, qui a pratiquement été élevée par sa gouvernante noire, et qui ne souffre pas des préjugés de ses contemporains.

On comprend aisément pourquoi ce roman a eu un tel succès: il est remarquablement bien écrit, et le fait qu'il se place du point de vue de l'enfant lui donne une tonalité touchante. Le racisme, la fin de l'innocence, la justice et la solitude sont autant de thèmes forts véhiculés par ce livre, qui est une lecture quasi-incontournable pour qui veut explorer ces questions.


Liste des lectures de 2022:

Spoiler:
1. "L'armée furieuse", de Fred Vargas (6/10).
2. "L'homme qui savait la langue des serpents", de Andrus Kiviräkh (8/10).
3. "Haut Royaume - l'émissaire" de Pierre Pevel (8/10).
4. "Ta-Shima" de Adriana Lorusso (10/10).
5. "Un gentleman à Moscou" de Amor Towles (8/10).
6. "Le lièvre de Vatanen" de Arto Paasilinna (7/10).
7. "L'exilé de Ta-Shima" de Adriana Lorusso (7/10).
8. "Oh William!" de Elizabeth Strout (5/10).
9. "La mariée rouge" de Hervé Jaouen (7/10).
10. "La fileuse d'argent" de Naomi Novik (9/10).
11. "Les affinités" de Robert Charles Wilson (7/10).
12. "La source de la peur" de Bill S. Ballinger (5/10).
13. "Mississippi Driver" de Lee Durkee (4/10).
14. "Le nom du vent" de Patrick Rothfuss (6/10).
15. "Le roi de la forêt" de Christian Joosten (8/10).
16. "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" de Harper Lee (7/10).
ImageImageImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
akodosho
Messie
Messages : 1049
Inscription : sam. févr. 09, 2008 9:27 pm
Localisation : Marseille
Contact :

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par akodosho »

Semaine "Wells sans Wells" sur Mondes de poche.
L'auteur précurseur semble être une source inépuisable d'inspiration pour les auteurs d'ajourd'hui.

Simulacres Martiens vient juste de sortir dans la collection UHL. Ceux qui lisent Bifrost ont déjà eu un aperçu avec une nouvelle "introductive". Le postulat est alléchant : Holmes VS les Martiens. J'ai trouvé l'exercice très fun même si les capacités de Holmes sont sous exploitées, Brown nous livrant surtout un récit d'aventure. De plus, cela ressemble finalement au premier tiers d'un roman plus épais...

La machine à explorer l'espace de Priest est un roman réédité à de nombreuses reprises où l'auteur fait de Wells son héros et s'amuse à mélanger ses deux œuvres phares. L'ensemble est délicieusement retro et vaut surtout pour l'exercice de style.

Enfin, l'adaptation manga de la Guerre des mondes en trois volumes. Il y a certes des faiblesses, notamment dans le dessin des personnages parfois ou un manque d'ambition, mais j'y ai vu une filiation avec les histoires de Kaiju et finalement une vraie légitimité - et un savoir faire - à cette version.

Bonne semaine à vous ^^

 
[url=https://mondesdepoche.fr/]Mondes de poche[/url] - retours de lectures SFFF au format poche.
Avatar de l’utilisateur
Erwan G
Envoyé de la Source
Messages : 16714
Inscription : lun. oct. 25, 2004 6:51 pm
Localisation : Grenoble

Re: [livres] Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

Message par Erwan G »

sherinford a écrit : mer. avr. 13, 2022 8:56 am Dernière lecture :

Image

"Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" de Harper Lee.

Sélectionné dans les lectures du mois d'avril par le club de lecture du Bocal, ce grand classique de la littérature américaine met en scène la vie de Scout, la plus jeune fille d'Atticus Finch, un avocat qui exerce à Maycomb, une petite ville d'Alabama. Le quotidien de cette famille va être bouleversé irrémédiablement lorsqu'Atticus va se voir désigné comme avocat commis d'office pour défendre Tom Robinson, un père de famille noir accusé d'avoir battu et violé une blanche... Scout et son frère Jem vont alors apprendre à la dure la réalité du racisme et de l'injustice, dans un récit tout en demi-teintes, car vu du point de vue de la jeune fille, qui a pratiquement été élevée par sa gouvernante noire, et qui ne souffre pas des préjugés de ses contemporains.

On comprend aisément pourquoi ce roman a eu un tel succès: il est remarquablement bien écrit, et le fait qu'il se place du point de vue de l'enfant lui donne une tonalité touchante. Le racisme, la fin de l'innocence, la justice et la solitude sont autant de thèmes forts véhiculés par ce livre, qui est une lecture quasi-incontournable pour qui veut explorer ces questions.




Je dirais même incontournable. Je l'ai découvert il y a peu aussi et c'est un grand livre, très inspirant sur plein de points. On comprend aussi pourquoi on veut l'interdire : réussir à mettre autant d'humanité et d'évidence dans ce thème, c'est juste magnifique. Si tu as envie d'un autre livre de grande qualité sur le sujet, je t'invite à lire la Danse de l'eau de Ta-Nehisi Coates, vu du coté de la population noire. C'est également très touchant et très juste (émotionnellement).
Va prophétiser ailleurs, c'est interdit dans le centre ville !
Rosco
Dieu d'après le panthéon
Messages : 5194
Inscription : dim. avr. 30, 2017 10:23 am

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par Rosco »

@ZeroZeroStyx @Cryoban 
Legende est le premier écrit et commencé par lui permet encore plus d'apprécier son style.
Tout est déjà dans legende, y comprit son multivers
Avatar de l’utilisateur
Tolkraft
Pape
Messages : 699
Inscription : mar. oct. 15, 2013 11:38 am

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par Tolkraft »

Ah bah je vais le mettre en haut de ma PàL alors, Légende.
Image Image Image
Avatar de l’utilisateur
Léonard
Dieu d'après le panthéon
Messages : 3935
Inscription : lun. oct. 09, 2006 9:25 pm
Localisation : Aix-en-Provence

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par Léonard »

Climax, de Thomas B. Reverdy
Image
De nos jours, au nord de la Norvège. Une gigantesque plateforme pétrolière, construite récemment, est frappée par un accident mortel. C'est l'occasion pour Noah, expert de la compagnie pétrolière, de revenir dans le petit port norvégien où il a grandi, et qui fait face à la plateforme. C'est là que vivent encore ses anciens amis : Ana, son amour de jeunesse, Knut, ancien militaire vivant en ermite, et Anders, glaciologue préoccupé par le réchauffement climatique en Arctique. Autrefois, ils partageaient la même passion pour le jeu de rôle et ont vécu des moments intenses au cours d'une campagne inspirée des mythes nordiques et de Tolkien.

Un curieux roman, qui alterne les histoires des différents personnages avec un état des lieux quasi-documentaire du dérèglement climatique aux pôles, ainsi qu'un récit de la campagne de jeu de rôle évoquée par les personnages.
L'intention de l'auteur est ambitieuse : donner du drame écologique une vision pratiquement mythologique. Mais je n'ai pas trouvé que ça marchait vraiment, les différentes histoires manquant vraiment de lien. Cependant, j'ai lu le roman rapidement, sans jamais m'ennuyer.

À lire pour découvrir comment le jeu de rôle peut être pris au sérieux par la littérature "blanche".
Dime Legends et Pack Horse Library, mes jeux sur lulu.com...

...et sur itch.io

Pack Horse Library : des femmes, des livres et des chevaux dans l'Amérique des années 1930 - Un jeu de rôle clé en main.
Ravortel
Dieu d'après le panthéon
Messages : 4905
Inscription : lun. juin 02, 2014 5:52 pm
Localisation : Pas là.

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par Ravortel »

La litterature “blanche”, c’est comme la sexualité “vanilla”, c’est l’idée ?
Dieu du Vrai, Ultime et Tant Envié Foie Gras Véritable
Avatar de l’utilisateur
Léonard
Dieu d'après le panthéon
Messages : 3935
Inscription : lun. oct. 09, 2006 9:25 pm
Localisation : Aix-en-Provence

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par Léonard »

Ravortel a écrit : sam. avr. 16, 2022 2:34 pm La litterature “blanche”, c’est comme la sexualité “vanilla”, c’est l’idée ?

C'est un terme assez nul pour désigner la littérature qui n'est pas de genre (ni SFFF, ni polar...). Je suis d'accord qu'on peut trouver mieux...
Dime Legends et Pack Horse Library, mes jeux sur lulu.com...

...et sur itch.io

Pack Horse Library : des femmes, des livres et des chevaux dans l'Amérique des années 1930 - Un jeu de rôle clé en main.
Avatar de l’utilisateur
sherinford
Dieu de sa console
Messages : 7804
Inscription : jeu. oct. 07, 2004 8:36 am
Localisation : Un petit chateau en Belgique

Le jugement de Dieu

Message par sherinford »

Dernière lecture :

Image

"Le jugement de Dieu" de Christian Joosten.

Deuxième polar de Christian Joosten, après "le roi de la forêt" dont j'ai dit le plus grand bien plus haut, "le jugement de Dieu" met à nouveau en scène "Guillaume Lavallée" qui n'est plus commissaire et qui est retourné vivre dans la région de Charleroi, celle dont il est originaire (tout comme l'auteur et votre serviteur).

Là, il s'est vaguement lié d'amitié avec un peintre d'origine serbe, qui a été tué en même temps que son fils adoptif. Il n'en faut pas plus pour que Lavallée se retrouve au centre de la tourmente, sollicité par le commissaire chargé de l'enquête, et qu'ils mènent ensemble l'enquête sur ce crime.

Le roman a des forces et des faiblesses, et ironiquement, est un contrepoint, de ce point de vue, du premier opus. On sent bien que l'auteur connait bien mieux Charleroi que le tréfonds des Ardennes, et il nous ballade dans ce décor avec beaucoup de plaisir. Par contre, les retours dans le passé sont ici plus artificiels, dans la mesure où ils ne sont pas vécus du seul point de vue du narrateur, comme dans le premier roman...

L'un dans l'autre, j'ai trouvé le roman légèrement moins prenant que le premier, mais probablement beaucoup plus adaptable en jeu de rôle. J'ai particulièrement apprécié le clin d'oeil à l'avocat pénaliste le plus populaire de la région de Charleroi, qu'on ne peut reconnaître que si on connait bien le coin...


Liste des lectures de 2022:

Spoiler:
1. "L'armée furieuse", de Fred Vargas (6/10).
2. "L'homme qui savait la langue des serpents", de Andrus Kiviräkh (8/10).
3. "Haut Royaume - l'émissaire" de Pierre Pevel (8/10).
4. "Ta-Shima" de Adriana Lorusso (10/10).
5. "Un gentleman à Moscou" de Amor Towles (8/10).
6. "Le lièvre de Vatanen" de Arto Paasilinna (7/10).
7. "L'exilé de Ta-Shima" de Adriana Lorusso (7/10).
8. "Oh William!" de Elizabeth Strout (5/10).
9. "La mariée rouge" de Hervé Jaouen (7/10).
10. "La fileuse d'argent" de Naomi Novik (9/10).
11. "Les affinités" de Robert Charles Wilson (7/10).
12. "La source de la peur" de Bill S. Ballinger (5/10).
13. "Mississippi Driver" de Lee Durkee (4/10).
14. "Le nom du vent" de Patrick Rothfuss (6/10).
15. "Le roi de la forêt" de Christian Joosten (8/10).
16. "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" de Harper Lee (7/10).
17. "Le jugement de Dieu" de Christian Joosten (7/10).
Dernière modification par sherinford le dim. avr. 17, 2022 4:44 pm, modifié 1 fois.
ImageImageImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
sherinford
Dieu de sa console
Messages : 7804
Inscription : jeu. oct. 07, 2004 8:36 am
Localisation : Un petit chateau en Belgique

L'étrange traversée du Sardaam

Message par sherinford »

Dernière lecture :

Image

"L'étrange traversée du Sardaam" de Stuart Turton.

Il s'agit du deuxième roman de l'auteur des "sept morts d'Evelyn Hardcastle", dont je vous avais sans doute parlé l'année dernière, car il avait agréablement surpris le club de lecture. Là encore, Turton confirme largement son talent, même si ce second roman est beaucoup moins original que le premier...

De quoi s'agit-il ?

Arent Hayes est un soldat qui s'est reconverti en garde du corps pour Samuel Pipps, une sorte d'enquêteur génial, l'équivalent d'un Sherlock Holmes du 17ième siècle. Alors que Pipps est arrêté et embarqué sur le Sardaam (un navire marchand de la compagnie des indes orientales), en vue d'être ramené à Amsterdam et jugé, de mystérieux événements se produisent sur le navire, dont la traversée pourrait bien être maudites.

Pipps étant enfermé à fond de cale, il revient à Arent, qui a tout de même travaillé avec lui pendant 5 ans, de dénouer les nombreux mystères et inimités qui se cachent dans le navire.

Même si le décor est celui d'un bateau marchand, ce roman est finalement beaucoup plus proche d'une enquête policière, avec un mystère à résoudre, et des forces occultes qui agissent dans l'ombre.

L'un dans l'autre, j'ai passé un excellent moment de lecture avec ce bouquin, qui pourrait avec un peu de travail être reconverti en scénario de jeu de rôle tout à fait convenable.


Liste des lectures de 2022:

Spoiler:
1. "L'armée furieuse", de Fred Vargas (6/10).
2. "L'homme qui savait la langue des serpents", de Andrus Kiviräkh (8/10).
3. "Haut Royaume - l'émissaire" de Pierre Pevel (8/10).
4. "Ta-Shima" de Adriana Lorusso (10/10).
5. "Un gentleman à Moscou" de Amor Towles (8/10).
6. "Le lièvre de Vatanen" de Arto Paasilinna (7/10).
7. "L'exilé de Ta-Shima" de Adriana Lorusso (7/10).
8. "Oh William!" de Elizabeth Strout (5/10).
9. "La mariée rouge" de Hervé Jaouen (7/10).
10. "La fileuse d'argent" de Naomi Novik (9/10).
11. "Les affinités" de Robert Charles Wilson (7/10).
12. "La source de la peur" de Bill S. Ballinger (5/10).
13. "Mississippi Driver" de Lee Durkee (4/10).
14. "Le nom du vent" de Patrick Rothfuss (6/10).
15. "Le roi de la forêt" de Christian Joosten (8/10).
16. "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" de Harper Lee (7/10).
17. "Le jugement de Dieu" de Christian Joosten (7/10).
18. "L'étrange traversée du Sardaam" de Stuart Turton (8/10).
Dernière modification par sherinford le lun. avr. 18, 2022 10:16 am, modifié 1 fois.
ImageImageImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Inigin
Dieu des hakamas perdus
Messages : 12216
Inscription : dim. août 02, 2009 7:27 am
Localisation : à droite de Saint-Ex

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par Inigin »

Là, il s'est vaguement lié d'amitié avec un peintre d'origine serbe, qui a été tué en même temps que son fils adoptif. Il n'en faut pas plus pour que Lavallée se retrouve au centre de la tourmente, sollicité par le commissaire chargé de l'enquête, et qu'ils mènent ensemble l'enquête sur ce crime. 
On dirait tellement un plagiat de l'arme furieuse / de Un lieu incertain...
Barde biclassé secrétaire de la Voix de Rokugan

ImageImageImageImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
sherinford
Dieu de sa console
Messages : 7804
Inscription : jeu. oct. 07, 2004 8:36 am
Localisation : Un petit chateau en Belgique

Les califes maudits : la déchirure

Message par sherinford »

Dernière lecture :

Image

"Les califes maudits - la déchirure" de Hela Ouardi.

J'ai déjà parlé ici du premier livre de Hela Ouardi, "les derniers jours de Muhammad". Cette historienne tunisienne avait alors confronté les textes des traditions sunnites et chiites pour décrire les événements entourant le décès du Prophète.

Dans le tome 1 des "Califes maudits", elle continue l'histoire là où elle l'a laissé et entreprend de décrire les circonstances qui ont mené à la désignation de Abu Bakr comme premier calife, avec pour conséquence l'éviction du beau-fils de Muhammad, Ali. Les deux tiers du livre mettent en scène une assemblée organisée par les deux clans dominants de Médine pour désigner un successeur, assemblée à laquelle s'invitent Abu Bakr, Umar et d'autre compagnons de Muhammad, qui font partie des "émigrés" qui l'ont suivi dès sa fuite de la Mecque. Ceux-ci vont profiter des dissensions entre les clans de Médine pour s'imposer comme successeurs du Prophète.

Bien écrit, accessible, ce livre se lit quasiment comme un roman et retrace des événements qui forment dès l'origine une "déchirure" au sein de la famille islamique, déchirure qui entraînera par la suite son lot de conséquences.


Liste des lectures de 2022:

Spoiler:
1. "L'armée furieuse", de Fred Vargas (6/10).
2. "L'homme qui savait la langue des serpents", de Andrus Kiviräkh (8/10).
3. "Haut Royaume - l'émissaire" de Pierre Pevel (8/10).
4. "Ta-Shima" de Adriana Lorusso (10/10).
5. "Un gentleman à Moscou" de Amor Towles (8/10).
6. "Le lièvre de Vatanen" de Arto Paasilinna (7/10).
7. "L'exilé de Ta-Shima" de Adriana Lorusso (7/10).
8. "Oh William!" de Elizabeth Strout (5/10).
9. "La mariée rouge" de Hervé Jaouen (7/10).
10. "La fileuse d'argent" de Naomi Novik (9/10).
11. "Les affinités" de Robert Charles Wilson (7/10).
12. "La source de la peur" de Bill S. Ballinger (5/10).
13. "Mississippi Driver" de Lee Durkee (4/10).
14. "Le nom du vent" de Patrick Rothfuss (6/10).
15. "Le roi de la forêt" de Christian Joosten (8/10).
16. "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" de Harper Lee (7/10).
17. "Le jugement de Dieu" de Christian Joosten (7/10).
18. "L'étrange traversée du Sardaam" de Stuart Turton (8/10).
19. "Les califes maudits - la déchirure" de Hela Ouardi (7/10).
ImageImageImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Cléanthe
Banni
Messages : 1478
Inscription : dim. mars 11, 2012 10:27 am
Localisation : Sud-Loire

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par Cléanthe »

Lu "leurs enfants après eux" de Nicolas Mathieu, prix Goncourt 2018.Image

Bouquin sélectionné en bibliothèque pour de multiples raisons, dont certaines probablement devenues obscures.
Cet écrivain est presque de ma génération, j'ai entendu parler de ce Goncourt en 2018 en me disant qu'il faudrait que je le lise. Il écrit sur un thème que j'aurais aimé mettre en roman si j'avais su écrire, et il y a sans doute d'autres raisons que j'ai oubliées. La dernière bonne raison est que la sortie de son tout dernier roman : "Connemara", m'a rappelé que j'aurais déjà dû lire son précédent et que j'avais oublié de le faire. Il y aurait des choses à dire sur les motifs, parfois obscurs et contingents, qui nous poussent à lire un bouquin ... rien à voir avec Netflix.

Bref, le bouquin suit les drames, les vies de famille et les amours d'adolescents aux trajectoires déterminés dans la Lorraine touchée par la désindutrialisation durant les années 90 en s'arrêtant sur quatre moments particuliers : de la sortie de Smells like ten spirits de Nirvana en 92 à la coupe du monde 98.

Je repique ce que l'auteur lui-même dit de l'écriture de ce roman sur le site de son éditeur Actes Sud : 
« AU DÉPART, ON POURRAIT TENTER CETTE HYPOTHÈSE : un roman, ça s’écrit toujours à la croisée des blessures. Ici, j’en verrais trois, disons les miennes.
D’abord, l’adolescence. J’ai été cet enfant qui finit, qui rêve de sortir avec la plus belle fille du bahut, et veut sa part du gâteau. Et puis la plus belle fille ne veut rien savoir, le monde reste insaisissable, le temps passe et c’est encore le pire. Il y aura des étés, des flirts, les poils qui poussent, la voix qui mue. Ce sera le plus beau de la vie, et le plus cruel aussi. Dans une histoire, j’essaierai de mettre des mots là-dessus, la cicatrice à partir de quoi tout commence.
L’autre plaie, ce serait celle du social et des distances. Quand j’étais petit, on m’a raconté un mensonge, que le monde s’offrait à moi tel quel, équitable, transparent, quand on veut on peut. Mais un jour, peut-être grâce aux livres, le voile s’est déchiré et j’ai commencé à comprendre. Cette leçon des écarts, des legs et des signes distinctifs, cette vérité des places et des hiérarchies, ce sera mon carburant.
Enfin, il y a ce départ. Je suis né dans un monde que j’ai voulu fuir à tout prix. Le monde des fêtes foraines et du Picon, de Johnny Hallyday et des pavillons, le monde des gagne-petit, des hommes crevés au turbin et des amoureuses fanées à vingt-cinq ans. Ce monde, je n’en serai plus jamais vraiment, j’ai réussi mon coup. Et pourtant, je ne peux parler que de lui. Alors j’ai écrit ce roman, parce que je suis cet orphelin volontaire. »



Alors, pour ne rien vous cacher, ce roman m'a beaucoup plu. D'abord, les blessures dont parle Mathieu, je les comprends bien pour les avoir un peu vécues moi-même, tout comme j'ai vécu ces jalons que sont l'émergence de Nirvana comme groupe des années 90 et la coupe du monde comme moment de liesse populaire. Ensuite, le choix de ces adolescents comme personnages centraux m'a beaucoup parlé, tous sont extrêmement touchants et l'auteur ne produit pas de jugement sur eux.  On les voit évoluer, se croiser, s'aimer ou tenter de s'entretuer avec une certaine tendresse, tout en devinant qu'ils peineront à sortir de la toile dans lequel le déterminisme social les englue, de manière à peine visible. Un bouquin touchant sur les gens qui ne sont rien et sur les autres qui se croisent dans une gare et se voient pendant quelques instants avant de poursuivre leurs chemins.

 
Ô vous qui avez l'entendement sain
Voyez la doctrine qui se cache
Sous le voile des vers étranges.
Avatar de l’utilisateur
Boz
Messie
Messages : 1192
Inscription : mar. juil. 12, 2016 12:29 pm

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par Boz »

Léonard a écrit : sam. avr. 16, 2022 4:01 pm
Ravortel a écrit : sam. avr. 16, 2022 2:34 pm La litterature “blanche”, c’est comme la sexualité “vanilla”, c’est l’idée ?

C'est un terme assez nul pour désigner la littérature qui n'est pas de genre (ni SFFF, ni polar...). Je suis d'accord qu'on peut trouver mieux...

C'est une référence aux collections de Gallimard, tout simplement, la collection "blanche" de Gallimard (NRF, couvertures crème), qui par métonymie en est venue à désigner la littérature générale, et la "Noire", le policier.

La littérature de genre est encore, quoi qu'on en pense, une littérature largement captive - les lecteurs qui aiment le policier, la SF, le fantastique ou la romance comprendraient mal qu'on ne puisse pas identifier leur genre de prédilection, souvent quasi exclusif d'ailleurs, en entrant dans une librairie.

Donc la littérature générale, la "Blanche", très variée, est séparée des littératures de genre - SF, Policier, aujourd'hui Romance et Young Adult, nouveaux genres qui ont leurs propres codes clairement identifiables.
"Rock is fine, nerf scissors"
- Paper.
Avatar de l’utilisateur
Fabfab
Dieu de la gratte
Messages : 8427
Inscription : mer. août 29, 2007 6:03 pm
Localisation : Au pied du Vercors

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par Fabfab »

Cléanthe a écrit : lun. avr. 18, 2022 10:31 am Lu "leurs enfants après eux" de Nicolas Mathieu, prix Goncourt 2018.Image

Et bien ça fait vachement envie!
A distorted reality is now a necessity to be free
Répondre