[livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Ciné, télé, zik et bla bla persos (trolls, floodeurs et baskets interdits)
Avatar de l’utilisateur
sherinford
Dieu de sa console
Messages : 7804
Inscription : jeu. oct. 07, 2004 8:36 am
Localisation : Un petit chateau en Belgique

Les califes maudits : la déchirure

Message par sherinford »

Dernière lecture :

Image

"Les califes maudits - la déchirure" de Hela Ouardi.

J'ai déjà parlé ici du premier livre de Hela Ouardi, "les derniers jours de Muhammad". Cette historienne tunisienne avait alors confronté les textes des traditions sunnites et chiites pour décrire les événements entourant le décès du Prophète.

Dans le tome 1 des "Califes maudits", elle continue l'histoire là où elle l'a laissé et entreprend de décrire les circonstances qui ont mené à la désignation de Abu Bakr comme premier calife, avec pour conséquence l'éviction du beau-fils de Muhammad, Ali. Les deux tiers du livre mettent en scène une assemblée organisée par les deux clans dominants de Médine pour désigner un successeur, assemblée à laquelle s'invitent Abu Bakr, Umar et d'autre compagnons de Muhammad, qui font partie des "émigrés" qui l'ont suivi dès sa fuite de la Mecque. Ceux-ci vont profiter des dissensions entre les clans de Médine pour s'imposer comme successeurs du Prophète.

Bien écrit, accessible, ce livre se lit quasiment comme un roman et retrace des événements qui forment dès l'origine une "déchirure" au sein de la famille islamique, déchirure qui entraînera par la suite son lot de conséquences.


Liste des lectures de 2022:

Spoiler:
1. "L'armée furieuse", de Fred Vargas (6/10).
2. "L'homme qui savait la langue des serpents", de Andrus Kiviräkh (8/10).
3. "Haut Royaume - l'émissaire" de Pierre Pevel (8/10).
4. "Ta-Shima" de Adriana Lorusso (10/10).
5. "Un gentleman à Moscou" de Amor Towles (8/10).
6. "Le lièvre de Vatanen" de Arto Paasilinna (7/10).
7. "L'exilé de Ta-Shima" de Adriana Lorusso (7/10).
8. "Oh William!" de Elizabeth Strout (5/10).
9. "La mariée rouge" de Hervé Jaouen (7/10).
10. "La fileuse d'argent" de Naomi Novik (9/10).
11. "Les affinités" de Robert Charles Wilson (7/10).
12. "La source de la peur" de Bill S. Ballinger (5/10).
13. "Mississippi Driver" de Lee Durkee (4/10).
14. "Le nom du vent" de Patrick Rothfuss (6/10).
15. "Le roi de la forêt" de Christian Joosten (8/10).
16. "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" de Harper Lee (7/10).
17. "Le jugement de Dieu" de Christian Joosten (7/10).
18. "L'étrange traversée du Sardaam" de Stuart Turton (8/10).
19. "Les califes maudits - la déchirure" de Hela Ouardi (7/10).
ImageImageImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Cléanthe
Banni
Messages : 1478
Inscription : dim. mars 11, 2012 10:27 am
Localisation : Sud-Loire

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par Cléanthe »

Lu "leurs enfants après eux" de Nicolas Mathieu, prix Goncourt 2018.Image

Bouquin sélectionné en bibliothèque pour de multiples raisons, dont certaines probablement devenues obscures.
Cet écrivain est presque de ma génération, j'ai entendu parler de ce Goncourt en 2018 en me disant qu'il faudrait que je le lise. Il écrit sur un thème que j'aurais aimé mettre en roman si j'avais su écrire, et il y a sans doute d'autres raisons que j'ai oubliées. La dernière bonne raison est que la sortie de son tout dernier roman : "Connemara", m'a rappelé que j'aurais déjà dû lire son précédent et que j'avais oublié de le faire. Il y aurait des choses à dire sur les motifs, parfois obscurs et contingents, qui nous poussent à lire un bouquin ... rien à voir avec Netflix.

Bref, le bouquin suit les drames, les vies de famille et les amours d'adolescents aux trajectoires déterminés dans la Lorraine touchée par la désindutrialisation durant les années 90 en s'arrêtant sur quatre moments particuliers : de la sortie de Smells like ten spirits de Nirvana en 92 à la coupe du monde 98.

Je repique ce que l'auteur lui-même dit de l'écriture de ce roman sur le site de son éditeur Actes Sud : 
« AU DÉPART, ON POURRAIT TENTER CETTE HYPOTHÈSE : un roman, ça s’écrit toujours à la croisée des blessures. Ici, j’en verrais trois, disons les miennes.
D’abord, l’adolescence. J’ai été cet enfant qui finit, qui rêve de sortir avec la plus belle fille du bahut, et veut sa part du gâteau. Et puis la plus belle fille ne veut rien savoir, le monde reste insaisissable, le temps passe et c’est encore le pire. Il y aura des étés, des flirts, les poils qui poussent, la voix qui mue. Ce sera le plus beau de la vie, et le plus cruel aussi. Dans une histoire, j’essaierai de mettre des mots là-dessus, la cicatrice à partir de quoi tout commence.
L’autre plaie, ce serait celle du social et des distances. Quand j’étais petit, on m’a raconté un mensonge, que le monde s’offrait à moi tel quel, équitable, transparent, quand on veut on peut. Mais un jour, peut-être grâce aux livres, le voile s’est déchiré et j’ai commencé à comprendre. Cette leçon des écarts, des legs et des signes distinctifs, cette vérité des places et des hiérarchies, ce sera mon carburant.
Enfin, il y a ce départ. Je suis né dans un monde que j’ai voulu fuir à tout prix. Le monde des fêtes foraines et du Picon, de Johnny Hallyday et des pavillons, le monde des gagne-petit, des hommes crevés au turbin et des amoureuses fanées à vingt-cinq ans. Ce monde, je n’en serai plus jamais vraiment, j’ai réussi mon coup. Et pourtant, je ne peux parler que de lui. Alors j’ai écrit ce roman, parce que je suis cet orphelin volontaire. »



Alors, pour ne rien vous cacher, ce roman m'a beaucoup plu. D'abord, les blessures dont parle Mathieu, je les comprends bien pour les avoir un peu vécues moi-même, tout comme j'ai vécu ces jalons que sont l'émergence de Nirvana comme groupe des années 90 et la coupe du monde comme moment de liesse populaire. Ensuite, le choix de ces adolescents comme personnages centraux m'a beaucoup parlé, tous sont extrêmement touchants et l'auteur ne produit pas de jugement sur eux.  On les voit évoluer, se croiser, s'aimer ou tenter de s'entretuer avec une certaine tendresse, tout en devinant qu'ils peineront à sortir de la toile dans lequel le déterminisme social les englue, de manière à peine visible. Un bouquin touchant sur les gens qui ne sont rien et sur les autres qui se croisent dans une gare et se voient pendant quelques instants avant de poursuivre leurs chemins.

 
Ô vous qui avez l'entendement sain
Voyez la doctrine qui se cache
Sous le voile des vers étranges.
Avatar de l’utilisateur
Boz
Messie
Messages : 1192
Inscription : mar. juil. 12, 2016 12:29 pm

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par Boz »

Léonard a écrit : sam. avr. 16, 2022 4:01 pm
Ravortel a écrit : sam. avr. 16, 2022 2:34 pm La litterature “blanche”, c’est comme la sexualité “vanilla”, c’est l’idée ?

C'est un terme assez nul pour désigner la littérature qui n'est pas de genre (ni SFFF, ni polar...). Je suis d'accord qu'on peut trouver mieux...

C'est une référence aux collections de Gallimard, tout simplement, la collection "blanche" de Gallimard (NRF, couvertures crème), qui par métonymie en est venue à désigner la littérature générale, et la "Noire", le policier.

La littérature de genre est encore, quoi qu'on en pense, une littérature largement captive - les lecteurs qui aiment le policier, la SF, le fantastique ou la romance comprendraient mal qu'on ne puisse pas identifier leur genre de prédilection, souvent quasi exclusif d'ailleurs, en entrant dans une librairie.

Donc la littérature générale, la "Blanche", très variée, est séparée des littératures de genre - SF, Policier, aujourd'hui Romance et Young Adult, nouveaux genres qui ont leurs propres codes clairement identifiables.
"Rock is fine, nerf scissors"
- Paper.
Avatar de l’utilisateur
Fabfab
Dieu de la gratte
Messages : 8427
Inscription : mer. août 29, 2007 6:03 pm
Localisation : Au pied du Vercors

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par Fabfab »

Cléanthe a écrit : lun. avr. 18, 2022 10:31 am Lu "leurs enfants après eux" de Nicolas Mathieu, prix Goncourt 2018.Image

Et bien ça fait vachement envie!
A distorted reality is now a necessity to be free
Avatar de l’utilisateur
Cléanthe
Banni
Messages : 1478
Inscription : dim. mars 11, 2012 10:27 am
Localisation : Sud-Loire

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par Cléanthe »

@Fabfab Tant mieux. Je viens de récupérer "Connemara" en bibliothèque et je ferai un retour après lecture d'ici 1D6 semaines.
Ô vous qui avez l'entendement sain
Voyez la doctrine qui se cache
Sous le voile des vers étranges.
Avatar de l’utilisateur
sherinford
Dieu de sa console
Messages : 7804
Inscription : jeu. oct. 07, 2004 8:36 am
Localisation : Un petit chateau en Belgique

Mon Almérique à moi

Message par sherinford »

Dernière lecture :

Image

"Mon Almérique à moi" de Cédric Ferrand.

Ce dernier roman de Cédric Ferrand transpire toute la tendresse qu'il a pour son pays d'adoption: il se déroule à Montréal, est truffé d'expressions locales truculentes, et met en scène des personnages très attachants.

Le héros de l'histoire a la particularité de changer de sexe presque chaque jour: tantôt homme, tantôt femme, il est le seul à se rendre compte du changement, tandis que le reste du monde est "adapté" à ce changement. Il faut dire que dans sa famille, il y a comme une tendance à la bizarrerie, en commençant par son grand-père Almérique, qui s'est "inventé" une petite amie qui l'attendait au pays alors qu'il combattait en Europe, histoire de se la pêter auprès de ses compagnons d'armes... Petite amie qui prend existence quand enfin il rentre à Montréal... Il utilise alors son pouvoir pour influencer le réel, aidant au passage quelques personnes importantes.

Le roman est un mélange de quête initiatique et d'exploration du passé du personnage, avec comme apothéose la découverte de la façon dont il peut contrôler son "pouvoir"... L'univers rappelle fortement Unknown Armies, mais en beaucoup moins sombre...

Je suis assez partagé sur celui-ci, je vous l'avoue. L'idée de base est sympa, mais il manque un "je ne sais quoi" qui fait que je le trouve largement en-deçà des autres productions de Cédric...


Liste des lectures de 2022:

Spoiler:
1. "L'armée furieuse", de Fred Vargas (6/10).
2. "L'homme qui savait la langue des serpents", de Andrus Kiviräkh (8/10).
3. "Haut Royaume - l'émissaire" de Pierre Pevel (8/10).
4. "Ta-Shima" de Adriana Lorusso (10/10).
5. "Un gentleman à Moscou" de Amor Towles (8/10).
6. "Le lièvre de Vatanen" de Arto Paasilinna (7/10).
7. "L'exilé de Ta-Shima" de Adriana Lorusso (7/10).
8. "Oh William!" de Elizabeth Strout (5/10).
9. "La mariée rouge" de Hervé Jaouen (7/10).
10. "La fileuse d'argent" de Naomi Novik (9/10).
11. "Les affinités" de Robert Charles Wilson (7/10).
12. "La source de la peur" de Bill S. Ballinger (5/10).
13. "Mississippi Driver" de Lee Durkee (4/10).
14. "Le nom du vent" de Patrick Rothfuss (6/10).
15. "Le roi de la forêt" de Christian Joosten (8/10).
16. "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" de Harper Lee (7/10).
17. "Le jugement de Dieu" de Christian Joosten (7/10).
18. "L'étrange traversée du Sardaam" de Stuart Turton (8/10).
19. "Les califes maudits - la déchirure" de Hela Ouardi (7/10).
20. "Mon Almérique à moi" de Cédric Ferrand (6/10).
ImageImageImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
sherinford
Dieu de sa console
Messages : 7804
Inscription : jeu. oct. 07, 2004 8:36 am
Localisation : Un petit chateau en Belgique

Les califes maudits : à l'ombre des sabres

Message par sherinford »

Dernière lecture :

Image

"Les califes maudits - A l'ombre des sabres" de Hela Ouardi.

Selon un célèbres hadith du prophète, "le paradis est à l'ombre des sabres". Dans ce deuxième volume des califes maudits, Hela Ouardi s'attaque aux deux années de règne de Abu Bakr et aux guerres d'apostasies qui vont ravager la péninsule arabe après le décès de Muhammad. En effet, alors que le prophète n'est plus là, un certain nombre de clans décident de ne plus payer la taxe qu'ils payaient du temps de Muhammad tout en se considérant encore parfois comme musulmans. D'autres décident de suivre des prophètes différents, ce qui entraîne des batailles homériques entre tribus.

Le livre est à la fois plus prenant et plus détaillé que le précédent: on sent que l'autrice a atteint une vitesse de croisière, son style est un peu plus accessible, et les notes de bas de pages se font plus rares. Elle va brosser le contour des différents conflits qui vont se succéder pendant les deux années de règne du premier Calife, qui vont culminer avec une victoire contre les Byzantins en Syrie.

Ce livre se lit presque comme un roman, et on est à la fois fasciné et horrifié par le déroulement des événements décrits. Les ruses déployées par certains généraux sont dignes d'intérêt et peuvent servir de source d'inspiration pour des campagnes de jeu de rôle. Bref, c'est globalement un assez bon livre de référence sur cette période troublée...


Liste des lectures de 2022:

Spoiler:
1. "L'armée furieuse", de Fred Vargas (6/10).
2. "L'homme qui savait la langue des serpents", de Andrus Kiviräkh (8/10).
3. "Haut Royaume - l'émissaire" de Pierre Pevel (8/10).
4. "Ta-Shima" de Adriana Lorusso (10/10).
5. "Un gentleman à Moscou" de Amor Towles (8/10).
6. "Le lièvre de Vatanen" de Arto Paasilinna (7/10).
7. "L'exilé de Ta-Shima" de Adriana Lorusso (7/10).
8. "Oh William!" de Elizabeth Strout (5/10).
9. "La mariée rouge" de Hervé Jaouen (7/10).
10. "La fileuse d'argent" de Naomi Novik (9/10).
11. "Les affinités" de Robert Charles Wilson (7/10).
12. "La source de la peur" de Bill S. Ballinger (5/10).
13. "Mississippi Driver" de Lee Durkee (4/10).
14. "Le nom du vent" de Patrick Rothfuss (6/10).
15. "Le roi de la forêt" de Christian Joosten (8/10).
16. "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" de Harper Lee (7/10).
17. "Le jugement de Dieu" de Christian Joosten (7/10).
18. "L'étrange traversée du Sardaam" de Stuart Turton (8/10).
19. "Les califes maudits - la déchirure" de Hela Ouardi (7/10).
20. "Mon Almérique à moi" de Cédric Ferrand (6/10).
21. "Les califes maudits - A l'ombre des sabres" de Hela Ouardi (8/10).
ImageImageImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Blondin
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2822
Inscription : jeu. sept. 25, 2014 10:51 am
Localisation : Six pieds sous terre

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par Blondin »

@sherinford, t'as mangé quoi ce matin ? T'es encore plus en forme que d'habitude ! Les libraires et les bibliothécaires de ton coin doivent trembler quand tu passes dans le quartier :D
Dieu de la robe de chambre en télétravail
Joueur sur : Agôn — Les Encagés (Cthulhu Hack)
Traducteur ponctuel pour Savage Torgan
Traducteur de : 24XX DRS24XX CONFRONTATION24XX CONSIGNES D'URGENCE
Auteur de : 1980 LEGION
Avatar de l’utilisateur
sherinford
Dieu de sa console
Messages : 7804
Inscription : jeu. oct. 07, 2004 8:36 am
Localisation : Un petit chateau en Belgique

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par sherinford »

Blondin a écrit : mer. avr. 20, 2022 4:42 pm
@sherinford, t'as mangé quoi ce matin ? T'es encore plus en forme que d'habitude ! Les libraires et les bibliothécaires de ton coin doivent trembler quand tu passes dans le quartier :D

Je suis à l'hopital depuis mercredi dernier... du coup... disons que j'ai du temps à perdre...
ImageImageImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2222
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Mars

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par Carfax »

sherinford a écrit : mer. avr. 20, 2022 4:49 pm Je suis à l'hopital

Bon et prompt rétablissement
Dieu infatigable des archivistes fictionnels

SUR1DPERCHE - Rôle & Plume
KOBAGRUMTORmon JdR tribute, mon éternnel tonneau des Danaïdes
Le vent se lève puis Les 5 supplices, du Steampulp sous ItO
- Aigre-Feuille, un Dúnadan en Rhovanion, du Tolkien sous AiME  Dnadan
Avatar de l’utilisateur
cdang
Dieu d'après le panthéon
Messages : 3716
Inscription : jeu. avr. 30, 2015 10:23 am
Localisation : Le Havre

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par cdang »

Comme j'en parlais l'autre jour, je me suis lu L'Autre côté du rêve (The Lathe of heaven) d'Ursula Le Guin (1971).

Le titre français est tiré d'une phrase de Victor Hugo, citée en exergue d'un chapitre. Le titre original signifie « le tour du Ciel », dans le sens tour de potier ou d'usinage, la machine à façonner la glaise, à couper l'acier.

George Orr peut faire des rêves « effectifs », qui modifient le monde. Son premier rêve effectif consiste à faire mourir sa tante. Écrasé par sa responsabilité et terrifié à l'idée de tuer des gens, doutant de la réalité du monde et de sa propre santé mentale, il cherche dans les drogues le moyen de ne plus rêver.

Rattrapé par la Sécu, il doit suivre une thérapie. Son psychiatre, qui tente de lui induire des rêves « inoffensifs » par l'hypnose, s'aperçoit de la réalité de son pouvoir et l'utilise pour rendre le monde « meilleur ».

Vous vous souvenez de ce MD retord qui trouvait toujours la pire interprétation de votre formulation du sort de Souhait majeur ou de Suggestion pour vous pourrir la vie ? Vous vous souvenez du cataclysme que peut engendrer un réveil de dragons ? Vous avez l'idée de l'endroit où peut mener le chemin pavé de bonnes intentions...

Bien écrit, assez rapide à lire, il fait bien ressortir les préoccupations de l'autrice (l'environnement, la géopolitique, le taoïsme et en particulier la responsabilité individuelle et le non-agir). On se demande bien où cela peut finir (quand on peut faire ce qu'on veut avec le monde, le risque est de faire n'importe quoi) mais on n'est pas déçu de la fin.
--
Vous êtes mort
Avatar de l’utilisateur
Sammael99
Dieu des babines ruinées
Messages : 12424
Inscription : mer. sept. 15, 2004 11:43 pm
Localisation : Nantes, France

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par Sammael99 »

Image

J'ai lu ces dernières semaines les deux premiers tomes du Cycle de Syffe, de la fantasy Française de franchement bonne facture.

Un univers très médiéval avec des touches de fantastique à la marge, un héros qui est enfant lors du premier tome et jeune adulte lors du second, visiblement promis à une destinée hors du commun mais sans aucune direction claire qu'il puisse percevoir. C'est pas le meilleur truc que j'ai jamais lu, mais c'est franchement très plaisant et sur le haut du panier de la fantasy.
Mozart n'a pas écrit que le Boléro de Ravel. Mais aussi plein d'autres trucs beaucoup moins connus (comme le canon de Pachelbel). - Le Grümph
Avatar de l’utilisateur
Harfang2
Messie
Messages : 1164
Inscription : jeu. déc. 03, 2020 5:51 pm
Localisation : Tours
Contact :

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par Harfang2 »

Sammael99 a écrit : ven. avr. 22, 2022 10:32 pm Un univers très médiéval avec des touches de fantastique à la marge, un héros qui est enfant lors du premier tome et jeune adulte lors du second, visiblement promis à une destinée hors du commun mais sans aucune direction claire qu'il puisse percevoir. C'est pas le meilleur truc que j'ai jamais lu, mais c'est franchement très plaisant et sur le haut du panier de la fantasy.
Tu as attiré ma curiosité.
Par quel côté l'estimes-tu au dessus du lot?
L'aspect immersif de l'univers? Le style? La finesse psychologique? etc....
Avatar de l’utilisateur
Sammael99
Dieu des babines ruinées
Messages : 12424
Inscription : mer. sept. 15, 2004 11:43 pm
Localisation : Nantes, France

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par Sammael99 »

Harfang2 a écrit : sam. avr. 23, 2022 8:47 am
Sammael99 a écrit : ven. avr. 22, 2022 10:32 pm Un univers très médiéval avec des touches de fantastique à la marge, un héros qui est enfant lors du premier tome et jeune adulte lors du second, visiblement promis à une destinée hors du commun mais sans aucune direction claire qu'il puisse percevoir. C'est pas le meilleur truc que j'ai jamais lu, mais c'est franchement très plaisant et sur le haut du panier de la fantasy.
Tu as attiré ma curiosité.
Par quel côté l'estimes-tu au dessus du lot?
L'aspect immersif de l'univers? Le style? La finesse psychologique? etc....

Un peu tout ça.

L'univers est très fouillé, avec des cultures différentes qui sont d'abord abordées par rumeurs et on-dits avant d'être explorées plus en détail au fil de l'intrigue. C'est un peu trop géographique à mon goût (on nous parle d'un peu trop de lieux qui sont là plus pour ancrer le monde dans une géographie que parce que ça sert le propos) mais ce n'est pas gênant pour apprécier.

C'est franchement bien écrit. Pas niveau Jaworski, mais quand même très bon. C'est écrit à la première personne, avec un style qui prend son temps mais installe bien l'immersion.

Le personnage principal est assez passif dans le premier tome (dans le sens ou, enfant, il subit les choses plutôt que de prendre des décisions) mais ça change pas mal avec le second tome, surtout sur la fin.

Enfin, et ça me plait, le bouquin prend le temps d'installer des ambiances. Ce n'est pas lent à proprement parler, mais ce n'est pas expéditif non plus.

Je sais pas si ça t'aide.
Mozart n'a pas écrit que le Boléro de Ravel. Mais aussi plein d'autres trucs beaucoup moins connus (comme le canon de Pachelbel). - Le Grümph
Avatar de l’utilisateur
Harfang2
Messie
Messages : 1164
Inscription : jeu. déc. 03, 2020 5:51 pm
Localisation : Tours
Contact :

Re: [livres] La Kiki de papier, la Kiki de tous les Kikis ?

Message par Harfang2 »

Sammael99 a écrit : sam. avr. 23, 2022 9:35 am Je sais pas si ça t'aide.

Oui.
et j'aime beaucoup ça
Enfin, et ça me plait, le bouquin prend le temps d'installer des ambiances. Ce n'est pas lent à proprement parler, mais ce n'est pas expéditif non plus.
Répondre